AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Drunk on love (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7780
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Drunk on love (2)   Dim 20 Jan 2013 - 15:08

Drunk on love (2)

Ft Marek L. Rivers & Aileen H. Rowe
&
Dimanche 18 mai 2014


« Aileen, je sais que t'es pas super à l'aise avec la proximité masculine, je m'en suis bien rendu compte, ou alors c'est juste la mienne et là je me vexe mais peu importe. Ça va juste être un mauvais moment à passer mais si tu me laisses faire ça prendra deux secondes. J'veux juste te porter jusque dans un coin où tu seras plus tranquille et plus à l'aise. »

Pour être franche, la jeune femme n’avait que peu calculer tout ce qu’il venait de lui dire, même s’il avait clairement compris ce qu’elle pouvait ressentir et qu’il avait sûrement eu raison de lui dire tout ça, elle n’était de toute façon pas en mesure de se débattre si cela était vraiment nécessaire. C’est le problème avec l’alcool, on finit toujours par être à la limite de l’inconscience quand on en abuse vraiment trop ! Et c’était le cas, présentement. Dorénavant allongée, la jeune Métamorphomage n’avait envie que d’une chose, que ce carnage cesse, que le bruit s’efface et que tout ça soit derrière elle, la nausée qui la tenait était bien présente et menaçait dangereusement. Enzo avait veillé sur elle, jusqu’à ce que Marek débarque et honnêtement, c’était l’une des dernières personnes qu’elle aurait imaginé voir débarquer ici-même. Planté devant elle, la jeune Serdaigle avait tenté de se redresser sans grande conviction.

« Dans quel état tu te mets. On n’a pas idée d’faire un truc pareil. »
- C’est Alec…

Ben oui, c’est bien connu, s’il se passe quelque chose c’est toujours de la faute d’Alec, encore plus en ce qui la concerne et puis ça n’était pas tant mentir que ça, s’il n’avait rien dit, jamais elle n’aurait fait ce genre de stupidité dont elle se souviendrait ! Pas le temps d’en dire plus que déjà, Marek se relevait pour remercier Enzo avant de tenter de l’aider à se relever, chose assez périlleuse on s’en doute.

« Tu peux marcher ? Aileen ? Ouais, c’est bon, laisse courir. »

Nul besoin de répondre, un simple coup d’œil suffisait à comprendre que non, marcher n’était pas dans ses priorités. Bien calée dans ses bras, la jeune métamorphomage s’était laissé embarquer sans résistance aucune, même si elle aurait voulu lui parler plutôt que d’être dans cet état lamentable.

Le changement d’air brutal l’avait saisie dès la porte passée, bien plus frais, moins lumineux et surtout moins bruyant, il avait eu le don de la faire sortir un minimum de sa torpeur tout en ravivant sa nausée un peu plus. Arrivés au troisième étage, la jeune femme avait été déposée sur le lit, la porte des toilettes ouverte, ça limite les obstacles c’est plus prudent !

- J’aurai pas dû aller avec Takuma !

Mais c’est un peu de ta faute j’te signale, c’est toi qui m’a dit… Ouais va le voir et nanana ! Et voilà, l’esprit de contradiction, ben ça marche pas toujours, la preuve ! Se redressant cette fois, la jeune femme était à présent assise au bord du lit, le monde vacillant furieusement autour d’elle.

- Mais tu…

Mauvaise idée que de vouloir se redresser, très mauvaise. Prise d’une violente nausée, la miss avait au moins eu la délicatesse de rejoindre la salle de bain non loin. Ça n’était de toute évidence pas le moment pour lui faire des reproches, ou de l’engueuler pour elle ne savait quelle raison, non elle aurait sûrement tout le loisir de se disputer avec lui plus tard si vraiment ça leur tenait à cœur, mais pour être franche, elle avait plus envie de mettre sa fierté de côté pour tenter d’arrondir les angles. Enfin tout ça, elle y songerait après, au-dessus des toilettes, elle n’avait pas le souvenir d’avoir déjà été aussi malade avec de l’alcool.

Oui la scène se veut follement romantique, je sais… Mais il faut voir le côté positif, tout ce qui sort ne sera plus en train de l’empoisonner et elle n’en dessaoulera que plus vite, on y croit ! Entre deux nausées, la jeune femme aurait tout donné pour que tout cela cesse. On est dans le monde magique, ils n’ont toujours pas inventé de sortilège pour défaire les effets de l’alcool ?! Ou je sais pas une potion miracle qui fait dessaouler en 1 minute chrono ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2468
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Mer 23 Jan 2013 - 21:31

- C’est Alec…

Oui, ça forcément, tout est toujours de la faute d’Alec, on est tous d’accord. Ou pas d’ailleurs, mais pour le coup, il risquait d’aller le remettre à sa place. Qu’Enzo en sache de belles sur lui était assez déplaisant comme ça, pas besoin d’en rajouter. Et il se doutait que le jeune homme n’avait pas dû faire que ça pour la rendre dans un pareil état. Non, il avait dû lui montrer à quel point elle était à côté de la plaque, qu’elle ne le connaissait pas comme lui et un certain nombre d’autres choses dans ce goût-là. Bien sûr, il y avait été fort, mais d’un autre côté, comme ça, tout comme il le disait, l’avantage, c’était qu’il faisait bouger les choses, et, malgré tout, évoluer les mentalités. Comme quoi, pour le toucher lui, il fallait taper du côté d’Aileen, et si cette phrase a un aspect un peu étrange, c’est que je n’ai rien trouvé qui fasse moins double sens douteux. Mais sérieusement, qu’est-ce qu’il devait faire lui à présent ? Comment devait-il agir avec tout ce qui avait changé ces derniers-temps autour de lui et dans le château en général. Il ne pouvait faire comme s’il se foutait des morts et des disparitions, et, ok, en effet, il n’avait aucune envie de rester les bras ballants à voir des gosses se faire massacrer, et encore moins quand il s’agissait d’Aileen. Mais maintenant quoi ? Il devait se comporter en chevalier servant ? en héro ? en martyr ? en bon petit soldat qui fonce droit dans la gueule du loup sous prétexte qu’il a des principes ? Des principes, oui, dans le fond, il en avait toujours eu, même si leurs frontières étaient souvent bien malléables et floues en fonction de la situation. Mais il ne pouvait pas non plus se comporter en crétin. Sauf que, voilà, jouer au con, il l’avait déjà fait tout simplement parce qu’il n’avait pas la moindre idée du comment gérer certaines situations. Maintenant, Jordane avait raison, il s’était déjà fourré dans cette merde, la nier ne la ferait pas disparaitre, et fermer les yeux sur ses conséquences non plus. Après, il lui restait toujours le fait d’assumer le futur dans lequel il risquait d’entrer et tout ça était encore un sujet bien douloureux et trop hasardeux pour qu’il s’y attèle de trop. Et puis, surtout, il avait à présent un sujet qui l’intéressait bien plus, et ce, même s’il influait justement sur tout le reste.

« Aller, pis évite de trop t’agiter, c’est pas trop conseillé dans ton état.. »

Et ça ne risquait pas d’aller avant un très long moment il en avait bien peur. Ouvrir la porte des toilettes lui avait donc semblé des plus basiques, mais il fallait bien avouer qu’à part ça, il n’avait pas la moindre ici de quoi faire mis à part attendre que ça passe. Il était d’ailleurs assez étonnant qu’il n’y ait encore eu aucun gros accident à base d’alcool après les ‘petites’ fêtes du château. Se posant assis à côté de la jeune femme, sur le bord du lit, il avait détourné le regard, cherchant des solutions à ses problèmes, sans trouver grand-chose cela dit.

- J’aurai pas dû aller avec Takuma !

Ah, ben voilà, là est tout l’intérêt de la position de retournement tactique du regard vers l’ensemble de la pièce. De côté, il n’avait pas à soutenir celui de la jeune femme. Non, elle n’aurait pas dû aller avec Takuma, oui, ça l’avait blessé et ça le faisait furieusement chier et oui, c’était de sa faute puisqu’il l’avait pas mal poussé à agir comme ça.

« Sérieusement, depuis quand t’écoutes ce que j’dis ? »

Ah ben, ouais hein ! Il n’avait pas particulièrement l’impression qu’en dehors des cours elle ait beaucoup de considération pour tout ce qu’il pouvait raconter et encore moins les ordres qu’il balançait comme ça dans le vent. Et forcément, quand ça sortait des trippes, là, elle écoutait. Ok, là, il exagérait et il le savait parfaitement, mais c’était aussi qu’il avait la rancune tenace et que, d’un certain côté, il y avait de quoi rire de sa réflexion.

- Mais tu…

Oulah. Et bien il lui avait dit de ne pas trop s’agiter : de toute évidence, se redresser de dix pouce entrait déjà dans cette catégorie. Enfin, bref, toujours était-il que ça n’était manifestement pas l’idée du siècle. Dans une course un peu désordonnée, la jeune femme avait rejoint les toilettes sous les grimacements de Logan qui, finalement, c’était mis à sourire avant de la rejoindre.

« T’as vraiment des idées à la con parfois. T’as vu ce que tu te fais subir, juste pour des histoires de coucheries qui ont dégénéré ? »

Encore une fois, vu les choix de ses mots, on aurait pu penser à de l’agressivité, et pourtant, il n’en était rien. Ces mots-ci étaient peut être justement présent pour détourner un peu l’attention du timbre amusé, mais surtout touché qu’il avait pris. Soupirant, Logan s’était accroupi à ses côtés, attrapant son épaisse chevelure pour l’entourer autour de ses doigts et l’empêcher ainsi de lui tomber dans le visage. Une main sur son épaule, l’autre lui tenant ainsi les cheveux, il était resté là jusqu’à ce que ça semble se calmer.

« J’aurais… j’aurais pas dû me comporter comme je l’ai fait. J’voulais pas te blesser, et encore moins te mettre en danger. Et j’veux pas que tu fasses ce genre de truc pour quelqu’un comme moi. »

Ça aurait dû être une passade. Ça n’aurait pas dû avoir d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7780
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Ven 1 Fév 2013 - 19:52

Alec a toujours tord, c’était une règle fondamentale, même quand il a raison et qu’il vous fait prendre conscience d’à quel point vous avez été stupide. Je dirais même surtout lorsqu’il vous remet les idées en place. Question de fierté, et même si après ça, elle aurait certainement dû le remercier, vous vous doutez bien que ce genre de chose n’arrivera jamais. Oui, la jeune Métamorphomage avait un minimum de fierté, et il l’avait blessée plus d’une fois, rancunière jusqu’au bout des ongles, il lui en faudrait bien plus que ça pour se laisser attendrir même si, sur ce coup-là, c’est vrai que… Bref ! Elle verrait ça en temps et en heure. Et là… Ce n’était ni le moment, ni l’heure, ni rien du tout !

« Sérieusement, depuis quand t’écoutes ce que j’dis ? »

La jeune femme avait souri, depuis quand elle l’écoutait ?! Très bonne question ça ! A laquelle elle n’aurait su répondre pour la bonne et simple raison qu’elle-même n’en savait rien. Enfin, elle savait pourquoi c’était vers Takuma qu’elle s’était tournée, mais elle n’avait pris conscience qu’après les faits qu’elle n’avait fait qu’écouter Marek. Chose assez rare pour qu’on le remarque, notons-le ! La jeune Métamorphomage s’était redressée… Mal en point, c’était dans les toilettes qu’elle avait fini, nul doute, elle n’était pas prête de recommencer à boire de si tôt ! Malade comme pas deux, elle sentait les sueurs froides parcourir son dos avant de comprendre que Marek était venu la rejoindre.

« T’as vraiment des idées à la con parfois. T’as vu ce que tu te fais subir, juste pour des histoires de coucheries qui ont dégénéré ? »
- C’était… une très mauvaise idée !

Oui, ben elle est peut être à l’agonie, mais à demi consciente au moins de l’aspect pathétique qu’avait la situation ! Sa simple présence à ses côtés avait eu le don de rendre la chose un peu moins… Humiliante quoique humiliante n’était pas vraiment le terme adéquate. Après tout, elle n’était pas la première à qui ça arrivait et ne serait certainement pas la dernière, de plus… Ca n’était pas sur elle qu’elle avait vomi les trois quarts de ce qu’elle avait pu boire, elle avait au moins eu la décence d’atteindre les toilettes, chose non négligeable tout de même ! Alors oui, ça n’était peut être pas grand-chose, mais il était resté là et après tout ce qu’il y avait pu avoir entre eux ces derniers temps, la jeune femme n’aurait pas mis sa main au feu sur ça !

Une fois la crise passée, la jeune femme se sentait un peu mieux, plus à même de l’écouter même si sa tête lui tournait toujours autant ! La nausée était passée c’était déjà ça.

« J’aurais… j’aurais pas dû me comporter comme je l’ai fait. J’voulais pas te blesser, et encore moins te mettre en danger. Et j’veux pas que tu fasses ce genre de truc pour quelqu’un comme moi. »

Plus sobre et plus consciente… La jeune Métamorphomage aurait juré entendre des excuses au travers des mots du nippon. S’en était sûrement et quelque part, ça avait eu le don de la toucher, car ce genre de paroles n’avait d’ordinaire pas sa place entre ses lèvres. Plus habituée aux sarcasmes en tout genre, elle était toujours surprise dès lors que ce genre de propos lui était destiné. Se redressant un minimum en allant chercher son contact, plus pour s’assurer une réelle stabilité que par un besoin maladif et soudain d’affection, la jeune femme avait souri.

- J’le pensais pas… quand j’ai dit que t’étais comme ta famille…

D’autant qu’elle en savait assez sur eux pour se conforter dans son idée que les Rivers étaient des êtres malveillants… Sadiques, malsains et tout un tas d’autres qualificatifs affectueux. Elle était mal à cet instant, blessée et n’avait cherché qu’à lui renvoyer la pareille pour se sentir moins vulnérable. Ça n’était qu’un nom, elle le savait, mais pas n’importe lequel et il avait plus d’impact qu’il n’y paraissait aux primes abords !

- J’ai pas fait ça à cause de toi… Et… Tu devais pas me voir comme ça à la base…

C’est vrai, à la base, dans son idée, ça petite beuverie ne devait pas être un étalage médiatique, et ça ne devait être qu’un ou deux verres pas plus… Le problème c’est que lorsqu’on ne supporte pas l’alcool, même deux verres peuvent vous monter très vite à la tête et infliger des dégâts assez conséquents, la preuve !

- Tout ce qu’Alec a dit c’est vrai ?

Pas sûre qu’il faille lancer la conversation là-dessus bien au contraire, mais les mots étaient sortis tout seuls. Au pire, il n’aurait qu’à éluder la question, dans son état, elle ne s’en rendrait sûrement pas compte. De toute façon, elle ne tarderait pas à s’endormir, assommée par les vapeurs d’alcool alors il pouvait bien se confier tel un livre ouvert. Quoi c’est croire au père noël ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2468
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Sam 2 Fév 2013 - 11:02

Alec a raison, et il fait chier, ça c’est clair. C’était lui qui était venu en premier lui balancer ses vérités en pleine gueule par rapport à son couple. D’ailleurs, des vérités, il en avait eu à la pelle depuis un moment à présent. Comme si chaque personne de ce château allait débarquer pour l’engueuler. Il n’avait pourtant pas exactement la gueule d’un punching-ball, mais voilà, pour certains, il était l’image à peu près accessible du mec capable de faire quelque chose, qui savait quoi faire la plupart du temps, et qui avait les capacités pour aider. Mais voilà, il ne le faisait pas, et à partir de là, Logan apparaissait comme le pire des enfoirés. Mais à côté de ça, il y avait eu quelques phrases qui s’étaient démarquées : Enzo lui avait dit le contraire justement. Quelque part planqué dans tout ce qu’il avait pu gueuler la dernière fois, il y avait ce fait infime : il avait agit, plusieurs fois maintenant, et il devenait clair qu’en réalité, le directeur des Serpentards était incapable de tenir en place, il lui fallait agir et, finalement, c’était en aidant à sa manière ceux qu’il croisait qu’il s’était mis à fonctionner. On ne pouvait pas dire que ça lui rapportait grand-chose, mais bon, au moins, il n’était pas complètement inerte dans un coin en train d’attendre que ça se passe. Si, il l’était, pour Aileen, il l’était, et Alec savait parfaitement pourquoi, il lui avait assez clairement fait comprendre. Ça avait été des menaces cette fois-là, en quelque sorte, mais dans le fond, il avait eu raison, et le fait que Marek n’ait rien fait de plus même après leur conversation le prouvait bien. Bien sûr qu’il avait peur, bien sûr qu’il ne voulait pas simplement faire un pas en avant et la plonger à nouveau dans son monde qui devenait de plus en plus complexe. S’il le faisait, ils finiraient par se servir d’elle, il le savait parfaitement, sauf si, lui, se tenait à carreaux. Mais alors ? Laisser claquer ces mômes sans leur donner les moyens de se défendre ? Non, vraiment, il n’en était absolument pas capable. Un premier pas vers l’arrêt total de l’égoïsme : même pas besoin de patchs ! Bref, cette situation était un vrai merdier, mais Jordane y avait apporté un point qu’il n’avait pas pris en compte : le mal était déjà fait, le nier ne servirait pas à grand-chose. S’ils voulaient réellement s’en prendre à quelqu’un pour le blesser, ils choisiraient Alec ou Aileen, et ce, même s’il n’était plus avec elle.

Assumer, c’était ce qu’elle lui avait dit de faire, et, finalement, il fallait bien croire que c’était en effet dans ses prévisions immédiates.

« T’as vraiment des idées à la con parfois. T’as vu ce que tu te fais subir, juste pour des histoires de coucheries qui ont dégénéré ? »
- C’était… une très mauvaise idée !
« J’parlais des nôtres, mais les autres aussi étaient un mauvais plan c’est vrai. »

Oui, à la base, il parlait de leur propre rapprochement. C’était une mauvaise idée à la base, c’était clair, mais tout ça lui semblait appartenir à une autre vie tellement ça paraissait loin. Ils n’auraient déjà pas dû lier de tels liens, c’était clair, mais à présent, c’était fait, et ils n’auraient pas dû aller coucher ailleurs, même si, en temps normal, lui, l’aurait fait depuis longtemps. Mais, voilà, il ne l’avait fait qu’une fois énervé et blessé, ce qui changeait considérablement la donne, et, pour le coup, il était maintenant évident que Jordane ne pouvait pas ignorer ce détail. Et dire qu’il ne l’avait pas reconnu. Fort ça tient. D’un autre côté, disons qu’il avait eu largement de quoi faire plutôt que de détailler toutes les nouvelles arrivantes.

Avec un soupire, c’était assis à côté d’elle que Marek s’était posé, retenant l’épaisse chevelure de la jeune femme histoire qu’elle soit dans un état … disons, moins pire, après ça. Il lui avait fallu un moment encore, et puis la crise avait semblé se calmer et, reprenant une respiration un peu plus classique, la jeune femme s’était reculée légèrement.

« J’aurais… j’aurais pas dû me comporter comme je l’ai fait. J’voulais pas te blesser, et encore moins te mettre en danger. Et j’veux pas que tu fasses ce genre de truc pour quelqu’un comme moi. »

Le pire, c’était que maintenant qu’elle avait éliminé tout ça, elle serait probablement plus en état de se souvenir de ce qu’il avait pu dire. Avec un peu de chance, elle aurait des doutes sur la fiabilité de sa mémoire… Non, sérieusement, ça n’était pas le genre de choses qu’il disait en temps normal, mais de toute manière, ça faisait un moment qu’il ne se comportait pas exactement comme d’habitude, alors un peu plus un peu moins… Et puis, maintenant, il voulait arranger les choses, alors autant en profiter, ça ne serait pas quelque chose qu’elle entendrait souvent, quelque soit ce qu’il pouvait bien éprouver pour elle. Elle savait dès le début qu’il ne changerait pas son comportement pour elle, disons que ça n’était pas tout à fait vrai mais que, fondamentalement, elle ne le ferait pas changer, c’était évident, et ça n’était probablement pas ce qu’elle voulait même si, ainsi, les choses auraient été bien plus simples. La jeune femme l’avait regardé un instant avant de se redresser, tanguant dangereusement, elle avait cherché son contact alors qu’il la rattrapait d’un air sceptique, l’aidant ensuite à se poser contre le mur. Oui, il préférait qu’elle reste proche du sol : étonnant non ? La dernière fois qu’il avait constaté ses soucis techniques d’oreille interne, la jeune femme était passée par la fenêtre alors oui, ça lui semblait nécessaire.

- J’le pensais pas… quand j’ai dit que t’étais comme ta famille…

C’était un petit sourire qui était apparu sur les lèvres de l’enseignant. Bien sûr, il s’en doutait, mais, disons que l’entendre était différent. Lui et sa famille, ça n’était pas exactement une grande histoire d’amour, et s’y retrouver associé maintenant qu’il avait tout fait pour les exclure de sa vie n’était pas pour lui plaire. Oui, il avait été blessé, parce qu’il avait cherché depuis tout gosse à être différent d’eux, à ne pas reproduire les mêmes schémas. Cela dit, en voyant les ressemblances qui le liaient à Alec, il lui faudrait bien avouer qu’il avait été tout autant façonné que lui, et vers la même direction. Mais bon, là ça n’était probablement pas le bon moment de parler de lui. Elle était d’ailleurs probablement persuadée qu’il reflétait bien les Rivers. Tout comme lui, oui, ils avaient hérités de certains traits de caractères propres à leur famille, mais il était clair que ce gamin n’avait rien à voir avec d’autres membres de leur famille. Il cherchait à faire les choses bien parfois, était attaché à certaines personnes, ne voulait pas les blesser, ne passait pas toujours tout sous le signe de la violence. Bref, il était comme lui, il faisait des efforts pour éviter de ressembler de trop à ses pères, voilà tout.

- J’ai pas fait ça à cause de toi… Et… Tu devais pas me voir comme ça à la base…
« Trop tard, ya Jordane qui a décidé de m’foutre des coups de pieds au cul si j’me bougeais pas. Il aurait pas dû venir te voir.. »

Oui, ça aurait dû être toi grand dadais. Oui, ceci était un message de Jordane justement. Nan, sérieusement, il avait prononcé la première partie de la phrase en déconnant, mais la seconde était sérieuse. Non, Alec n’aurait pas dû aller la voir, tout simplement parce que c’était lui qui aurait dû faire ça. Il aurait dû savoir que, de toute manière, il était déjà coincé, et que quoi qu’il fasse, il n’y aurait pas de bonnes solutions. Et il aurait probablement dû écouter tout ce qu’on avait eu à lui dire ces derniers temps.

- Tout ce qu’Alec a dit c’est vrai ?
« Muh… J’sais pas ce qu’il t’as dit, et j’préfère ne pas me prononcer. D’ailleurs j’préfère aussi ne rien savoir, j’sens que ça va pas m’plaire sinon. »
Elle ne s’était probablement pas attendue à un déballage de vie dans les règles, ou sinon, c’était qu’elle était en moins bon état qu’elle semblait l’être. Mais dans tous les cas, il ne se sentait pas de parler de lui-même ce soir. Ni aucun soir d’ailleurs. Non, il avait déjà fait un bel effort, il fallait arrêter là, sinon ça dégénèrerais. Oui, c’est une excuse bateau et c’est comme ça, point barre. Barre de navigation : haha. Bref.

« Allé, viens là, sinon tu vas finir par dormir sur le sol. »

Ou sur lui, ce qui reviendrait au sol, parce que dormir dans les toilettes n’était pas dans ses envies du moment. Soulevant la jeune femme, il était allé l’allonger dans son lit. L’instant d’après, son chat la rejoignait, tout content de la voir revenir à nouveau.

« Traitre va. Aileen ? Tout ce qu’Alec a dit est probablement vrai oui, il ne déconnerait pas à ce sujet, crois moi. Malgré le peu de considération que t’as pour lui, c’était pour aider qu’il a fait ça. »

Pas pour ça qu’il s’en sortirait indemne, mais c’était quand même dans une bonne optique qu’il avait pris cette décision, son cousin le savait.

« Reposes-toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7780
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Sam 2 Fév 2013 - 22:59

« T’as vraiment des idées à la con parfois. T’as vu ce que tu te fais subir, juste pour des histoires de coucheries qui ont dégénéré ? »
- C’était… une très mauvaise idée !
« J’parlais des nôtres, mais les autres aussi étaient un mauvais plan c’est vrai. »

C’est vrai qu’à la base, le rapprochement était venu d’elle, mais c’était une suite d’évènement commun qui avait fait que ça avait été le cas. Et si elle avait été la première à se l’avouer après l’avoir nié, il était évident qu’il avait eu sa part de responsabilité dans tout ça. Elle était assez intelligente et consciente pour comprendre qu’il ne changerait jamais vraiment, il resterait toujours lui, même si certains aspects de sa personnalités changeraient légèrement, mais elle était pleinement réaliste quant au fait que jamais il n’irait crier sur les toits ce qu’il ressentait ou non d’ailleurs. Marek n’était pas comme elle, ses sentiments, il les gardait pour lui, encaissait sans rien dire jusqu’à exploser et étrangement, si elle parlait bien plus facilement, la jeune Métamorphomage avait commencé à adopter le même mode de fonctionnement, en un peu moins critique, mais c’était toujours sous la pression qu’elle finissait par exploser. C’était un trop plein qui l’avait poussée à se mettre dans une situation pareille après qu’Alec soit venu lui faire part de ses petites révélations et ça c’était en partie parce qu’elle ne pouvait pas se confier à lui sur ses craintes ! Pas qu’elle n’avait pas confiance, au contraire, c’était juste que Marek ne faisait pas une épaule attentive malgré le fait qu’il se soit considérablement amélioré, je vous l’accorde. Toujours cette crainte des remarques acerbes, mine de rien, cette crainte de se faire envoyer paitre sûrement. La jeune femme pouvait toujours s’ouvrir à ses proches, mais il y avait des choses qu’elle aurait voulu qu’il sache et qu’elle n’osait pas dire. Takuma savait pour sa crainte de la gente masculine encore bien présente, Enzo devait l’avoir comprise aussi, beaucoup savait dans le fond et peut être que lui aussi en était conscient, à vrai dire elle n’en savait rien, mais ce genre de choses… Disons que ça n’était pas le genre de sujet qu’elle aurait voulu aborder avec lui, même s’il aurait sûrement pu l’aider, le souvenir de la petite victime mijaurée lui restait en travers de la gorge.

La crise était passée, la nausée partie, elle avait été contente de retrouver ce simple contact. Oui c’était con, mais dans ce genre de moment, la moindre attention peut soit vous être totalement insupportable, soit vous assurer un minimum de stabilité pour ne pas finir totalement amorphe dans le coin d’une pièce. Dans le cas présent, la jeune femme avait vu en lui un merveilleux point d’attache, plus ou moins fixe dans son dangereux tangage alors qu’à son tour, c’était un semblant d’excuse qui avait passé ses lèvres. Dans son cas, il n’avait suffit que d’un nom pour le blesser, comme quoi, à force de le fréquenter, il commençait sérieusement à déteindre sur elle. Il n’avait pas répondu, mais la jeune Serdaigle espérait que ses mots avaient atteint leur but et à en croire le sourire qui était apparu au coin de ses lèvres, ça avait été le cas.

- J’ai pas fait ça à cause de toi… Et… Tu devais pas me voir comme ça à la base…
« Trop tard, ya Jordane qui a décidé de m’foutre des coups de pieds au cul si j’me bougeais pas. Il aurait pas dû venir te voir... »

Non c’était un fait, jamais il n’aurait dû venir la voir, surtout quand on sait l’aversion qu’elle avait pour lui et qui semblait tout autant réciproque. Elle n’avait pas apprécié leur petite conversation et même si tout ça était un peu grâce à lui, elle n’arrivait pas à abaisser sa garde vis-à-vis de lui.

- Tout ce qu’Alec a dit c’est vrai ?
« Muh… J’sais pas ce qu’il t’as dit, et j’préfère ne pas me prononcer. D’ailleurs j’préfère aussi ne rien savoir, j’sens que ça va pas m’plaire sinon. »

Une fois de plus, la jeune Métamorphomage n’avait pas été vraiment surprise de la réaction du nippon, elle ne s’était en effet pas attendu à ce qu’il lui déballe sa vie, même si dans le fond, elle aurait aimé avoir quelques confirmations. Elle ne faisait pas confiance à Alec ça n’était pas nouveau, et elle le jugeait parfaitement capable de lui avoir monté un bateau du genre pour la faire culpabiliser.

« Allez, viens-là, sinon tu vas finir par dormir sur le sol. »
- J’ai pas envie de dormir.

Elle s’était pourtant laisser embarquer sans grande résistance, il avait vu juste, les vapeurs d’alcool l’assommaient et le fait de vomir les ¾ de sa consommation excessive avait eu le don de la fatiguer un peu plus encore. C’était donc pas si récalcitrante que la jeune femme s’était installée, vite rejointe par la boule de poils qu’elle appréciait particulièrement et qui semblait de toute évidence ravie de la revoir. En manque d’affection, certainement, c’était ronronnant qu’il était venu quémander des caresses à celle qui avait si souvent squatté cette chambre ces derniers mois. Elle avait souri, lui offrant un peu d’attention, un peu molle on ne dira pas le contraire vu les circonstances, mais c’était déjà ça.

« Traitre va. Aileen ? Tout ce qu’Alec a dit est probablement vrai oui, il ne déconnerait pas à ce sujet, crois-moi. Malgré le peu de considération que t’as pour lui, c’était pour aider qu’il a fait ça. »

Moment de bug sur les propos qu’il venait de tenir. Si tout était vrai alors ça voulait dire que… Pourquoi c’était maintenant qu’il se décidait à parler ?! Pourquoi ne pas attendre que son cerveau soit totalement apte à tout comprendre ?! Parce que ça limite ta répartie et qu’ainsi il a plus de chance de s’en sortir sans avoir à déballer sentiments & co ?! Ah oui, vu comme ça en effet, c’est une bonne idée.

- Ton cousin ne m’aime pas…

Je sais c’est réciproque, mais j’ai déjà tenté d’apaiser les tensions, je m’en suis pris plein la tronche. Et s’il a voulu aider, c’est une évidence que ça n’était pas moi qu’il voulait aider mais toi !

- Et j’suis sûre qu’il…

L’allonger, quelle idée franchement, c’était forcé qu’elle allait s’endormir dans cette position, déjà que tout à l’heure, l’envie de piquer du nez l’avait fortement prise alors là, si on met les facteurs : allongée, lit confortable, vapeur d’alcool, chat qui ronronne, sécurité… Ben ça fait bien trop de facteurs réunis pour qu’elle puisse résister ! Pourtant c’était pas le moment de s’endormir, elle avait des tas de choses à dire et il avait l’air bien parti pour parler, alors zut, pas dodo ! Malgré sa pseudo lutte, l’endormissement avait été rapide, et le sommeil qui s’en était suivi avait eu le mérite de se vouloir reposant, lourd et sans rêve. En somme, une nuit fortement appréciable…

Ce qui l’avait moins été en revanche, c’était le réveil. Pourtant non violent, c’était la migraine qui lui vrillait le crâne qui s’était chargée de la faire grimacer et grogner alors qu’elle n’avait même pas encore ouvert les paupières. Lorsque ce fut fait, la jeune femme regretta aussitôt d’avoir expérimenté, la lumière du jour bien trop violente n’avait eu pour effet que d’amplifier un peu plus sa gueule de bois carabinée et sa migraine. Il lui avait fallu un temps considérable pour émerger, et un temps d’autant plus important pour qu’elle réussisse à se redresser un minimum en essayant de rassembler chacun de ses souvenirs pour reconstituer la soirée d’hier soir… Alec : facteur déclenchant ok, jusque là ça… Jordane… Enzo dans le brouillard déjà et Marek… Ce qui expliquerait le fait qu’elle soit actuellement dans son lit. Ses mains avaient rejoint ses tempes, son intolérance à la douleur n’allait pas l’aider à passer ce cap de la gueule de bois c’était une évidence. Bouche pâteuse, cheveux en bataille pas possible, nul doute possible, la jeune femme devait être la créature la plus attirante de cette pièce en cette merveilleuse… Quelle heure il était au juste ? Aucune idée, elle savait juste que la luminosité un peu trop importante était simplement insupportable.

- J’ai une chorale de goules dans la tête…

C’était une voix faible pour éviter de se vriller le crâne un peu plus qui avait passé ses lèvres. Au fond d’elle, la jeune Serdaigle ne perdait pas espoir qu’il lui apporte une solution miracle qui effacerait ce mal insupportable. Nouvelle plainte de sa part et la jeune femme s’était laisser glisser contre l’oreiller.

- J’toucherai plus jamais une goutte d’alcool de ma vie…

Ça c’était de la conclusion !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2468
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Dim 17 Fév 2013 - 10:48

Affronter les choses, se retrouver face aux situations qui nous font peur et tenter de les gérer au mieux, ça n’est pas quelque chose qui semble naturel. En réalité, ce qu’il trouvait bien plus logique dans ce genre de moment, c’était plutôt fuir et espérer que la crise passerait. Face à d’autres choses, il était capable de foncer dans le tas, ça n’était pas le problème, tout comme il était capable de subir beaucoup, mais savoir réconforter quelqu’un, savoir se taire et accepter ses fautes et montrer que l’on tient à la personne, non, ça, il ne savait pas faire. A présent, Aileen s’était endormie et, la gorge serrée, il la regardait sombrer, conscient que demain, elle n’aurait pas oublier, parce que tout ça était bien trop important pour elle. Demain, elle aurait un mal de crâne carabiné et une belle nausée, mais ce qui s’était passé ce soir resterait dans sa mémoire, et il ne pourrait y couper. Oui, la plupart des personnes s’inquiètent parce qu’ils ont fait une connerie, que la personne se rappellera une fois réveillée que l’autre l’a blessée, mais lui, non, c’était pour une raison toute autre qu’il angoissait : parce qu’il avait cherché, bien au contraire, à réparer les dégâts. Mais est-ce que ça serait suffisant sur le long terme ? Est-ce qu’il ne la mettait justement pas plus en danger ? Jordane disait que, de toute manière, c’était fait et quoi qu’il fasse à présent, il ne pourrait rien y changer, même en agissant comme si elle n’avait jamais existé ou comme s’il la haïssait, la vérité serait toujours là et, si elle pouvait la voir, elle n’était probablement pas la seule. Ça n’était pas faux, et Logan le savait parfaitement, mais est-ce que ça avait le mérite de faciliter les choses ? Finalement, pas vraiment.

Il y avait toujours eu un lien entre eux finalement, et ça finirait par se savoir. Ils s’étaient toujours cherchés, pas de la même manière selon les années, pour au final se trouver, et pas comme ça semblait logique à l’époque. Elle lui avait fait la guerre après ça, lui avait répété qu’il n’était qu’un pourri et que si elle se sentait mal, c’était uniquement de sa faute. Si elle avait su à ce moment-là que l’année suivante, son frère l’agresserait, elle n’aurait probablement pas ressenti les choses de cette manière-là. Et puis, il y avait eu l’attaque du loup, et la déception dans le regard de la jeune femme. Cette putain d’émotion qui l’avait, lui, complètement chamboulé. Il avait encore fait comme s’il s’en foutait, comme s’il se foutait de tout d’ailleurs, mais, à côté, il faisait les choses d’une manière complètement différente de celle qu’il affichait. Cette nuit-là, il n’avait pas dormi, les yeux rivés sur ce même plafond qu’aujourd’hui. Ça faisait des années, maintenant, qu’il cherchait à montrer, sans arrêt qu’il s’en foutait, mais qu’est-ce que ça coûtait, finalement, d’être affecté par tout ce qui se passait, de faire quelque chose, d’aider, de réagir pour faire en sorte qu’il y ait le moins de dégâts possible et de le faire sans se cacher ? Du temps, très probablement, parce qu’il se retrouverait avec une file de personnes à venir le faire chier sans arrêt pour qu’il répare leur problèmes, qu’il s’occupe de leurs affaires. Les gens ne demandent qu’à se tourner vers d’autres, ils ont sans cesse besoin qu’on leur dise quoi faire et comment le faire et il n’avait en rien la gueule d’un prêcheur. De plus, plus il agirait, plus il se mettrait en ligne de mire. A côté de ça, s’il agissait dans l’ombre, il ne portait jamais de gants dans tout ce qu’il entreprenait et le paradoxe que ça créait rendait la situation actuelle ingérable. Chacun de ses pas semblait l’entraîner vers une fin funeste, et celle-ci l’inquiétait violemment, parce qu’il doutait de chuter seul, or il n’y avait personne ici qu’il souhaitait blesser. Finalement, à force d’être enfermé ici, il avait fini par s’attacher aux gens, à apprécier, parfois, leur présence, à comprendre leurs fonctionnements, et, finalement, à accepter ces sentiments qui l’avait toujours agacé au plus haut point. Ils étaient ce qui les affaiblissaient, mais aussi ce qui leur permettaient d’avancer, alors que, jusqu’il y a trois ans, lui, n’avait que du vide autour de lui. Sa vie semblait s’agiter de partout à présent, mais pas de la même manière que celle qu’il avait eu gamin, et, doucement, il fallait croire qu’elle prenait simplement du sens.

Sans s’en rendre compte, Marek s’était endormi, n’émergeant ensuite que lorsqu’il sentit la jeune femme bouger à ses côtés, reprenant conscience à grand coups de gémissements.

- J’ai une chorale de goules dans la tête…
« Tu m’étonnes… j’comprend pas du tout pourquoi. »

Un timbre ensommeillé, ça devait être l’une des premières fois où elle ne se réveillait pas bien après lui, surtout après une telle soirée. D’ordinaire, il cogitait depuis un moment déjà lorsqu’elle sortait des limbes du sommeil. Il fallait croire que, soit il en avait besoin, soit, d’un certain côté, les réponses à ses questions, il les avait, pas besoin de continuer à tordre ça dans tous les sens, il ne lui suffisait plus que de les accepter. Se redressant, il avait sourit en voyant la tronche de déterrée qu’elle pouvait tirer.

« Jolie gueule de bois.. »
- J’toucherai plus jamais une goutte d’alcool de ma vie…
« Meuh si, à consommer avec modération c’est tout. »

C’est ça, joue la voix de la sagesse, monsieur le moralisateur, c’est une super idée. Toujours était-il qu’elle n’avait pas parlé de ce qui s’était dit hier soir, et, lui, restait un peu en suspens. S’étirant doucement, il était sortit du lit pour aller se passer le visage sous l’eau froide et boire un verre d’eau alors que la jeune femme restait la tête contre l’oreiller, se battant probablement contre ses goules. En revenant, il avait fermé un des rideaux sombres qui était resté tiré la vieille. Au moins, comme ça aurait-elle un peu moins de lumière pour lui irradier les pupilles. Après ça, Marek s’était tourné vers son armoire dans laquelle, plusieurs mois auparavant, la jeune femme avait trouvé une certaine petite fiole rose brumeuse. Mais ça n’était présentement pas ce qu’il cherchait. Au contraire, c’était avec une potion à deux étages : en haut de la fiole, elle était grise et ressemblait à du ciment, et vers le bas, imitait à la perfection l’aspect du pétrole. La retournant plusieurs fois pour la mélanger, le directeur des Serpentards grimaça en la tendant à la jeune femme.

« Tient, si t’as le courage. Ça améliore un peu. C’est pas miraculeux quoi, mais… disons que c’est moins pire. »

Honnêtement, ça n’était pas top, mais vu l’état de la jeune femme, il lui fallait peut être un petit coup de pouce. Quoi que si elle s’attardait trop sur l’aspect de la mixture, sa nausée probablement finirait par avoir le dessus sans même qu’elle ait avalé quoi que ce soit. Un effet indésirable notoire, il faut l’avouer. En attendant, l’ayant expérimenté plusieurs fois, il fallait avouer que cette potion avait le mérite d’éclaircir les idées et de rendre les fêtards un peu plus opérationnels. Non, il n’avait pas forcément envie de revenir sur ce qui s’était passé la vieille, mais quitte à devoir le faire, autant que ça ne lui tombe pas sur le coin de la gueule sans qu’il ne s’y attende, étant tout cool en train de mater Bob l’Eponge quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7780
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Mar 19 Mar 2013 - 21:39

Il devait avoir raison, la jeune Métamorphomage n’oublierait certainement pas les mots qu’il avait prononcé, les attentions qu’il avait eu pour elle… Mais surtout, elle n’oublierait pas le fait qu’il lui ait confirmé deux ou trois choses qu’Alec avaient bien pu lui balancer à la figure. Alors oui la belle Serdaigle s’était endormie sans demander son reste après sa petite soirée trop arrosée, mais elle comptait bien revenir sur le sujet, une fois qu’elle aurait l’esprit un peu moins brumeux, et que son estomac ne menacerait plus de se tordre dans tous les sens. Un sommeil plus que profond, si bien qu’elle n’avait même pas senti la présence de Marek à ses côtés.

Aussi lorsqu’elle avait enfin émergée, la jeune écossaise avait cru défaillir tellement son cerveau semblait battre à l’intérieur de sa boite crânienne, sans compter cet aspect infect qu’elle avait en bouche, l’intolérance plus que palpable à la lumière qui ne faisait qu’amplifier son mal de crâne…

- J’ai une chorale de goules dans la tête…
« Tu m’étonnes… j’comprends pas du tout pourquoi. »

La voix qui s’était élevée non loin d’elle n’avait rien d’agressive, bien au contraire, elle était encore endormie, chose anormale notons-le car comme ça avait été dit plus tôt, d’ordinaire, c’était plutôt lui qui la regardait dormir que le contraire, même si là… ça n’était pas vraiment le cas. La jeune Serdaigle n’avait pas rétorqué, ne trouvant tout simplement pas de répartie adéquate pour rebondir, non au contraire, elle n’avait qu’une envie, se terrer dans le lit et mourir le plus vite possible.

« Jolie gueule de bois.. »
- J’toucherai plus jamais une goutte d’alcool de ma vie…
« Meuh si, à consommer avec modération c’est tout. »

C’est ça, fout toi de ma tronche, en attendant, c’est pas ton cerveau qui fait de la gonflette en repoussant les limites de ta boîte crânienne ! Oui c’était peut être exagéré, mais c’était cette sensation qui était en train de littéralement la clouer sur place. Ne prêtant pas plus attention à tout ce qu’avait entrepris son prof, la jeune femme avait cru bon de s’enfouir la tête dans l’oreiller, se disant qu’ainsi au moins, la lumière ne lui vrillerait plus le crâne ! Le simple crissement du rideau sur la barre avait suffit à l’achever dans un dernier grognement, mais si tout ça partait d’une bonne intention à la base. Lorsqu’il était revenu vers elle avec une fiole entre les mains, la jeune femme s’était légèrement redressée, quand je dis légèrement, c’est que le tout était à peine perceptible, du genre décollement léger de la tête pour voir d’où provenait le son mais rien de plus.

<« Tient, si t’as le courage. Ça améliore un peu. C’est pas miraculeux quoi, mais… disons que c’est moins pire. »

A la simple vue de la potion, la jeune femme avait eu un haut de cœur, rien que l’idée d’avaler autre chose que de l’eau était tout bonnement impensable et elle ne voyait clairement pas comment ça serait possible. Après, si ça pouvait l’aider à dessaouler un minimum, la jeune femme ne serait pas contre. Se redressant un peu mieux, une main sur la tempe, la jeune métamorphomage avait attrapé la potion qu’il lui tendait, la portant assez rapidement à ses lèvres. Dans ce genre de situation, mieux vaut ne pas trop réfléchir et ne pas s’attarder sur des détails qui pourraient vous faire prendre conscience que… ce que vous allez ingurgiter à l’air plus qu’immonde et infect. La réaction ne s’était pas faite attendre, aussitôt la potion en bouche, la jeune Serdaigle cru tout bonnement qu’elle allait vomir ses tripes sur le tapis… La texture était tout simplement ignoble et le goût, mieux valait ne pas s’étendre sur le sujet, un véritable carnage pour les papilles et si elle ne lui faisait pas un minimum confiance, elle aurait juré qu’il avait cherché à l’empoisonner !

- Ce truc est immonde, pire que ça même… Y a quoi là-dedans sérieusement…

Remarque, mieux valait peut-être ne rien dire et garder le secret de la mixture, au risque de provoquer chez la miss ici présente… Une nausée incontrôlable ! Pourtant, malgré cet aspect peu ragoutant, la jeune femme s’était sentie un peu plus d’attaque peu de temps après. Elle n’irait pas jusqu’à dire qu’elle était prête pour courir un marathon ou pour aller en cours et se plonger dans ses révisions, mais disons qu’elle avait la sensation de ne plus être autant dans le brouillard qu’auparavant.

- J’ai… été pathétique hier soir, hein ?

C’est ça, on peut dire que pathétique est le terme adéquate, voire même un peu soft vu ton état déplorable qui a nécessité pas moins de trois personnes pour te gérer… donc oui, pathétique ça semble correspondre assez bien ! Affichant un léger sourire, la jeune femme avait bien envie d’aborder quelques petites choses mais elle ne savait pas tellement comment il allait le prendre… La discussion n’avait jamais été son fort, alors…

- J’me rappelle pas de tout c’qui s’est passé, mais… j’te r’mercie d’être resté et… d’être venu me chercher aussi…

Non pas que sans toi j’aurai sûrement terminé la nuit comme une minable chose malade dans un coin… mais quand même ! Discuter avec lui était tout simplement une scène anormale et même elle était plus que mal à l’aise alors qu’en temps normal, c’était le plus naturellement du monde qu’elle se confiait à ses proches.

- Je sais que tu as fait certaines choses pour me protéger, et j’aurais pas dû te le reprocher.

Mais t’as pas assuré non plus, t’aurais pu m’en foutre une pour que j’me calme ou je sais pas m’attacher et me forcer à t’écouter ça aurait peut être eu plus d’impact. Et puis j'suis désolée pour ton frère même s'il ne méritait que ce qui lui est arrivé... Et j'suis désolée de t'obliger à être quelqu'un d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2468
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Dim 24 Mar 2013 - 20:37

Spoiler:
 

Et si je mourrais là, si je n’allais pas plus loin ? Tu me tue, à chaque regard, chaque mot. J’aurais jamais dû m’avancer dans cette voie. Tu n’as pas la moindre idée de la peur, des angoisses qui me détruisent plus avant chaque jour. Je devrais être plus fort, je devrais savoir, être celui qui avance puisque c’est ce qu’on attend de moi. Je devrais être l’épaule et l’arme, le bouclier comme le conciliateur. J’ai rien de tout ça, je n’ai jamais été qu’un gosse paumé, un maître de l’hypocrisie. J’ai jamais su ce que je faisais, j’ai jamais été sûr de moi, j’ai juste fait des conneries, juste agit sur des coups de tête, parce qu’après tout, c’était anodin, et ça ne concernait que moi. J’ai blessé, détruit, j’ai fuis, sans arrêt, oui, j’suis rien qu’un lâche qui n’a jamais osé espérer, croire. J’suis pas de ceux qui foncent droit devant parce qu’ils savent qu’on les suit. J’ai toujours été seul, et les attaques me calmaient mais ta présence me glace, elle a trop de significations, trop d’impact. Si tu savais seulement à quel point je meurs de peur qu’il t’arrive quoi que ce soit. J’serais pas capable de te protéger, pas capable d’être celui qui s’interposera, pas capable de te fuir pourtant, de t’envoyer loin. Je n’ais rien de celui que tu aimes, mais maintenant j’ai peur de t’en convaincre, j’ai peur que tu me laisses dans les ténèbres où tu m’as trouvé. Maintenant, j’ai goûté la vie, la peur et les doutes. Je t’aime, si tu savais à quel point ça me détruit. J’étais un gosse, j’agissais comme si j’étais seul au monde, comment veux-tu que d’un coup, j’agisse différemment ? C’était l’instinct qui m’avait poussé à m’isoler, à me sauver par mes propres moyens, et j’ai cru m’en sortir, sincèrement, j’ai cru que j’étais quelqu’un, que j’avais agit au mieux, mais j’étais tellement loin de ce qu’on attend de moi à présent. J’étais tellement loin de penser que les regards se tourneraient un jour vers moi avec l’espoir que je sois l’ultime solution à tout ce qui m’échappe pourtant tellement. Tu n’étais rien merde. Et d’un coup, tout semble graviter autour de toi, et le contrôle m’échappe, j’sais pas dans quoi je tombe, mais je sais que tu es là, toute proche de moi, quoi que j’en fasse, quoi que je crache, tu t’accroches sans un regard, sans m’accorder ce que tu ne comprends pas, et ils ne voient que toi. Et dès l’instant où je ferais un faux pas, dès que je trébucherais, c’est toi que sera brûlée vive, toi qui dépériras par ma faute. Je ne suis pas sûr d’être capable de prendre sur moi la responsabilité de ton existence, je ne suis pas sûr d’être capable de me taire, d’être différent pour te protéger. Est-ce que le simple fait de t’accepter près de moi ne me change pas pourtant ? Mais tu ne me laisses pas le choix, et je te hais, mais bordel, jusqu’à m’en détruire, jusqu’à t’accepter.

Qu’aurais-tu fais à ma place ?!

- Ce truc est immonde, pire que ça même… Y a quoi là-dedans sérieusement…
« Tu veux pas le savoir. »

Je n’y réchapperais pas. T’expliquer qui je suis, te montrer mes mensonges, mes espoirs, si ténus qu’ils soient sont si intimes qu’ils n’ont rien à faire dans la réalité. Elle les ternirait. Mais il ne m’appartient plus de décider de cacher ce que je ne suis pas. J’ai été une petite chose brisée dans un coin de la pièce, un être tremblant qui s’étonne encore d’être en vie, qui ne comprend pas le temps que son corps prend avant de lâcher. J’attendais, jours après jours d’être détruit, jusqu’au jour où j’ai appris à me construire. Mal, je le sais, mais j’ai fait de mon mieux à vrai dire, et si je ne suis qu’un tas de bric à brac mal imbriqués qui manque de s’écrouler si on trouve la bonne faille, alors il n’est rien que je puisse être d’autre, pas même le masque si bien construit. Ses détails sont parfaits, la glace de ses yeux noirs aussi, la dureté de sa matière est d’une telle précision qu’on y croit, mais combien de temps supportera-t-elle réellement les assauts de ces remous ? Je ne sais apprécier les petits bonheurs car je pense toujours au pire, et il me guète, suis-je réellement le seul à sentir son haleine glaciale contre ma nuque ? Tu crois que je n’agis que pour te blesser, ça n’est pas le cas, mais je sais, je suis salaud, mais pleutre, parce que je m’enferme dans ce que je connais, parce que l’inconnu effraie et que ta seule présence me confronte à ce qui m’a toujours été impénétrable. Je ne sais rien de ce qui est pour toi l’évidence même, mis à part que ça ne me correspond pas, que je ne me retrouve pas dans tout ça, que je n’y comprend rien et que.. C’est pas pour moi tout ça. J’ai pas été fait dans la bonne conformation il faut croire. Je ne peux te regarder dans le blanc des yeux en espérant un jour apprécier ça. Tu partiras, il faut juste que j’attende que tu le veuilles. Ne crois pas que ça m’enchante, c’est juste comme ça. Et cet instant n’est pas celui-là.

On se défile encore un peu, on pense que ça tiendra peut être, parce que finalement, j’pense qu’on en a besoin, mais ça nous amène dans le mur, et le choc sera violent.

- J’ai… été pathétique hier soir, hein ?
« Ouais. »

J’fais comme si j’pouvais encore fuir ton regard, parce que je sais ce qui viendra, et que ça m’angoisse. J’sais pas ce qu’il t’a dit au juste, simplement qu’il n’en avait pas le droit. Alec, je le connais aussi bien que lui semble m’appréhender, et il sait que ses secrets le blesseraient s’il les voyait exposer à ses proches. Je sais que c’est pour moi qu’il a fait ça, parce que de deux maux, il a choisi, faut-il croire, celui qui me sied le mieux. Nous sommes au paroxysme du ridicule de l’incapacité de certains êtres à s’exprimer pour être compris des autres. Certaines choses valent mieux en restant secrètes, elles me discréditent, m’arrachent ma fierté si précieuse, mais ainsi elles te rapprochent de moi, elles font que tu me comprennes, mais comment le pourrais-tu ?

- J’me rappelle pas de tout c’qui s’est passé, mais… j’te r’mercie d’être resté et… d’être venu me chercher aussi…

C’était une connerie. Je t’ais mis en danger, j’ai écouté Jordane, mais c’était idiot de ma part.

- Je sais que tu as fait certaines choses pour me protéger, et j’aurais pas dû te le reprocher.
« Ecoutes, t’as pas à faire ça. »

Elle est gênée, ne sais pas comment m’aborder, et je ne lui facilite pas les choses. C’est une voix agressive qui l’agresse, qui sort de mes lèvres comme une balle pour la blesser alors que tout ça, j’en veux simplement pas. Pourquoi faut-il que tout soit toujours si compliqué ? Comment les gens font pour aimer à ce point se mettre dans pareilles situations ? Qu’y a-t-il de si agréable à s’aimer ?

« J’aurais jamais dû faire tout ça, et j’aurais pas dû aller te chercher. J’pense que tout le château sait que tu comptes pour moi, c’est vraiment génial. Et à côté de ça, j’aurais pas dû te parler comme je l’ai fait. J’ai pas… j’ai pas cherché à comprendre, j’ai fait que me comporter comme toujours, parce que dès qu’il s’agit de toi, j’contrôle rien, et j’sens que tout va partir en couille et que ça sera pas beau à regarder à la fin. J’ai faillis y passer en essayant de donner une chance à des gosses de ne pas se faire tuer. J’avais pas l’droit de t’impliquer là dedans. »

... Mon gars, si tu t'arrêtes là, c'est foutu, jamais tu repartiras. T'es pu à ça prêt j'te signale.

« J’pensais pas l’avoir fait d’ailleurs. Mais Jordane a raison, c’est clairement fait maintenant. »

Quelle merde intégrale. Et que ceci reste dans les mémoires comme le jour où j’ai explosé mon record de mots personnels prononcés dans un même discours.

« Bon, et tant qu’on y est, j’sais pas ce que t’as dit Alec, probablement que j’étais incapable de gérer tout ça parce que j’y ai jamais été confronté, ben bingo, il a tapé dans le mile. Et tout ce que j’ai pu dire pendant mon enfance, ça n’était que des conneries. J’ai fuis chez moi à onze ans, et pour éviter le regard des autres, ma famille m’a laissé faire. Et donc, nan, mes parents n’étaient pas des enfants de cœur. Voilà, ça, c’était mon max. »

L’instant suivant, c’est une bouteille de rhum qui se retrouve dans ma main et que je vide de moitié sans même savoir d’où elle sortait précisément. J’me sens pas top là. C’est moi qui ai dis tout ça ? Nan, sérieux, ça va pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7780
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Jeu 11 Avr 2013 - 22:39

- Ce truc est immonde, pire que ça même… Y a quoi là-dedans sérieusement…
« Tu veux pas le savoir. »

Il avait certainement raison sur ce point, ne pas savoir parfois, c’est mieux que de tout connaitre. Et cela ne s’appliquait pas uniquement au contenu mystère de cette potion. Il y a des choses qui se doivent de rester secrète et elle n’en prenait réellement conscience que bien trop tard. Oh bien sûr, elle avait toujours eu l’intention d’en savoir plus à son sujet, parce que comme tout être humain, elle était curieuse, sûrement trop, elle avait été piquée au vif par les révélations d’Alec et brulait d’envie de discerner le vrai du faux mais était-elle seulement apte à les entendre toutes ses vérités, la jeune Serdaigle n’en était pas certaine. Alors non la jolie brune ne savait clairement pas comment s’y prendre avec lui, comment aborder des sujets dont il n’aurait clairement jamais envie de lui parler.

- Je sais que tu as fait certaines choses pour me protéger, et j’aurais pas dû te le reprocher.
« Ecoutes, t’as pas à faire ça. »

C’était une voix clairement sans appel qui l’avait stoppée nette dans sa lancée, la bloquant un peu plus alors que déjà elle peinait à ouvrir les lèvres. Baissant légèrement le regard, la jeune Serdaigle était perdue sans trop savoir quoi faire, ni où aller pour se sortir de cette situation qui les mettait visiblement tous deux dans une situation aux semblants plus qu’inextricables…

« J’aurais jamais dû faire tout ça, et j’aurais pas dû aller te chercher. J’pense que tout le château sait que tu comptes pour moi, c’est vraiment génial. Et à côté de ça, j’aurais pas dû te parler comme je l’ai fait. J’ai pas… j’ai pas cherché à comprendre, j’ai fait que me comporter comme toujours, parce que dès qu’il s’agit de toi, j’contrôle rien, et j’sens que tout va partir en couille et que ça sera pas beau à regarder à la fin. J’ai faillis y passer en essayant de donner une chance à des gosses de ne pas se faire tuer. J’avais pas l’droit de t’impliquer là-dedans. »

Wow, pour être honnête, si elle avait très longtemps voulu entendre quelques uns de ces mots entre les lèvres du nippon, il fallait bien avouer que se les prendre en pleine face avait eu l’effet d’une petite bombe en elle. Pas que ces mots ne lui fassent pas plaisir ou autre, c’était juste que, ça n’était pas une conversation normale entre eux, et ça même elle l’avait bien compris. Les longues conversations sentimentales, ça n’était pas lui, et c’était tellement étrange qu’elle se sentait presque loin de l’endroit où elle aurait dû être. C’est là que dans les films romantiques, la fille fond en larmes et lâche un… « Je t’aime » et saute dans les bras de son amoureux… Et ils vécurent heureux jusqu’à la nuit des temps… Sauf que dans la réalité, ce genre de chose, ça n’arrive pas souvent. Remarque… C’est peut-être pas plus mal !

« J’pensais pas l’avoir fait d’ailleurs. Mais Jordane a raison, c’est clairement fait maintenant. »

Consciente que si elle prononçait le moindre mot s’en était fini, la jeune femme n’avait rien dit, accueillant ces propos sans trop savoir quoi en faire pour le moment.

« Bon, et tant qu’on y est, j’sais pas ce que t’as dit Alec, probablement que j’étais incapable de gérer tout ça parce que j’y ai jamais été confronté, ben bingo, il a tapé dans le mille. Et tout ce que j’ai pu dire pendant mon enfance, ça n’était que des conneries. J’ai fuis chez moi à onze ans, et pour éviter le regard des autres, ma famille m’a laissé faire. Et donc, nan, mes parents n’étaient pas des enfants de cœur. Voilà, ça, c’était mon max. »

Inutile de dire que pas une seule fois il n’avait cherché à croiser son regard, penser une telle chose serait une erreur monumentale, et contrairement à ce qu’on n’aurait pu croire, la jeune Métamorphomage ne l’avait pas non plus cherché. C’était trop étrange, trop perturbant, trop… Bref trop ! La bouteille de Rhum qui sort d’on ne sait où était vide à moitié alors que le regard du nippon lui devait se perdre au loin là où il n’avait aucune chance de croiser celui de la miss ici présente. L’idéal aurait été de trouver quoi dire, mais pour être franche, les mots lui manquaient cruellement. Que dire face à ça ?! Et surtout, comment le dire pour ne pas le brusquer, l’offenser ou autre. Il avait beau s’être un minimum ouvert, la jeune femme était consciente qu’un mot de trop ou mal choisi pouvait avoir des conséquences assez désastreuses.

- Je sais pas si c’est la potion mais… J’ai l’impression d’être plus sobre que jamais…

Oui tout à fait, c’est sur le ton de la plaisanterie que la jeune Serdaigle avait tenté de rebondir, pas sûre que ça fonctionne, mais c’était aussi pour elle une façon de briser le silence sans pour autant entrer dans le mélodramatique. Restant assise sur le bord du lit, la jolie brune avait renoncé à l’idée d’aller le rejoindre, se doutant que sa présence à ses côtés ne serait pas la bienvenue. De toute façon, elle n’était même pas sûre de vouloir s’approcher.

- Marek je… J’ai jamais voulu te mettre dans cette situation, j'crois que j'me suis jamais rendue compte d'à quel point ça avait autant de répercussions… mais c’est pas toi qui m’a impliquée dans tout ce cirque. J’suis impliquée depuis le jour où ton frère a essayé de me violer, voire même avant quand j'me suis retrouvée en compagnie du vampire pour la première fois et qu'il m'a fichu la frousse ou alors quand j'ai brisé la baguette de Cudrow en jouant les abrutis avec Takuma, ou quand j'ai sauvé la mise à ce vampire qu'ils avaient condamné… j’ai toujours été impliquée, on l’est tous d’une certaine manière, c'est pas de ta faute… Marek j’te demande rien, j'veux pas que tu te sentes obligé de me protéger…

Même si j’avoue que je t’ai pas laissé le choix la plupart du temps et que je ne te remercierai jamais assez pour m’avoir sortie de certaines galères dont ton frère, le lycan et le vampire… Bon ok, j’suis pas à la hauteur et même si j’me sens capable de me défendre seule, c’est visiblement pas vraiment le cas… Je sais que j’en attends trop de toi, que jt’ai mis dans des situations pas possibles et j’suis désolée.

- Ils se rappelleront peut-être de rien…

Quoi j’me rappelle même pas de ce que j’ai pu faire hier soir, alors les autres, ils étaient sûrement dans le même état que moi… Ou pas oui je sais. Ou alors ils étaient peut-être trop occupés à s’éclater pour remarquer que j’étais à moitié morte dans tes bras.

- Si tu préfères que j’te laisse seul…

Un mot et je file… Ou alors ne dit rien, j’comprendrai aussi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2468
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   Mar 23 Avr 2013 - 8:49

Pourquoi avoir autant parlé ? Pourquoi sortir ce genre de choses – pas tant que ça finalement pourtant, mais trop – alors qu’elles n’étaient jamais sorties auparavant ? Pourquoi à présent alors qu’il n’y avait pas de raisons particulières ? Bien sûr, il savait que la jeune femme avait besoin de savoir certaines choses, qu’elle avait besoin de quelques informations pour mieux comprendre tout ce qui pouvait bien se passer, et notamment pourquoi, lui, en voulait parfois au monde entier, pourquoi il se mettait en danger, pourquoi il avait fini ainsi la dernière fois mais ne lui avait laissé aucune chance d’être finalement là pour lui. Oui, il savait tout ça, mais ça n’était quand même pas la première fois qu’on le mettait dos au mur et, jusque là, c’était ses secrets qu’il avait protégé avant tout. Pourtant, il n’avait pas protégé son image cette fois-ci et avait finalement dit ce que la jeune femme voulait entendre depuis longtemps. Ça et quelques petits détails de plus qu’il aurait finalement préférer garder pour lui. non, cette situation était définitivement trop étrange, il y avait quelque chose qui clochait et ce, du genre énorme, monumental, imposant et ça plombait l’atmosphère d’une manière qu’il aurait à peine cru possible. Non, ça ne se passait pas comme elle avait pu l’imaginer, ça ne sonnait pas comme une belle sérénade avec embrassades à la fin. Au contraire, il lui semblait que, plus il parlait, plus il était géné et mal à l’aise, moins il la regardait et plus il se renfermait. S’il n’avait pas s’agit d’eux, la fille l’aurait forcé à le regarder, lui aurait sortis de belles phrases rassurantes et tout serait allé pour le mieux. Mais si elle avait fait ça, là, il l’aurait violemment repoussé et dégagée de chez lui et elle le savait parfaitement. Il n’était pas de ceux-là, de ces hommes doués pour ces trucs, de ces gens qui mettent le couple en avant et qui s’oublient derrière, se délaissent et oublient tout ce qu’ils pouvaient bien protéger jusque là. Il n’était pas du genre à se jeter à cœur perdu dans une relation, quelle qu’elle soit, tout simplement finalement. Ça, ça n’était probablement pas simple à vivre pour elle, pas plus pour lui, mais c’était comme ça, il ne pouvait pas se refaire non plus et ce genre de comportement était profondément inscrit dans sa nature.

- Je sais pas si c’est la potion mais… J’ai l’impression d’être plus sobre que jamais…
« Eh bah pas moi. »

Il ne venait pourtant qu’avaler ‘quelques’ gorgées à l’instant, elles n’avaient clairement pas eu le temps d’agir si tant est qu’elles l’auraient fait de toute manière. Mais il se trouvait dans une situation tellement absurde, plus encore du fait qu’il l’avait lui-même déclenchée, que rien ne lui semblait réel et qu’il lui semblait flotter, nauséeux quelque part où rien n’aurait de sens. Et pourtant, la réalité était cruellement présente, oui, il avait parlé, il avait dit tout ça, et, là, ça n’allait pas. Comment les autres font-ils ? Comment font-ils pour se lancer comme ça dans des mamours abjectes, déblatérer leurs émotions et raconter tout ce qui leur passe par la tête pour peu que ça soit le plus mièvre possible ? Et comment ça peut marcher au juste ? Comment peuvent-ils l’accepter ? Où est passé leur amour-propre pour en arriver à de telles choses ?

- Marek je… J’ai jamais voulu te mettre dans cette situation, j'crois que j'me suis jamais rendue compte d'à quel point ça avait autant de répercussions… mais c’est pas toi qui m’a impliquée dans tout ce cirque. J’suis impliquée depuis le jour où ton frère a essayé de me violer, voire même avant quand j'me suis retrouvée en compagnie du vampire pour la première fois et qu'il m'a fichu la frousse ou alors quand j'ai brisé la baguette de Cudrow en jouant les abrutis avec Takuma, ou quand j'ai sauvé la mise à ce vampire qu'ils avaient condamné… j’ai toujours été impliquée, on l’est tous d’une certaine manière, c'est pas de ta faute… Marek j’te demande rien, j'veux pas que tu te sentes obligé de me protéger…
« Ça fait beaucoup d’fois l'vampire… »

Oui, c’était tout ce qu’il trouvait à répondre. Parce que ça le faisait chier qu’elle repense à ce con démantibulé là, maintenant, et qu’elle le lui rappelle en mémoire aussi. Mais surtout parce qu’elle avait faillis y passer et… bref ! Oui, elle était impliquée, bien sûr, mais elle aurait pu l’être beaucoup moins si elle ne s’était pas approchée à ce point de lui, s’il avait pu agir normalement au lieu de se lancer dans ce manège ridicule. Et, bien sûr qu’il était obligé de la protéger, qu’est-ce qu’il devrait faire au juste ? Parler quand on le lui demandait et ça n’était pas grave s’ils se servaient d’elle ? Rester de marbres ? Arrêter d’agir comme il le faisait, en agissant sans arrêt sur tout, en passant derrière tout le monde en… au final, ça avait commencé par elle, mais c’était tout un groupe qu’il protégeait de plus en plus assidument maintenant et tout ça le faisait flipper mais c’était trop tard maintenant, il s’était bien trop foutu dedans pour reculer.

- Ils se rappelleront peut-être de rien…

C’est ça, et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu. Quand on veut se souvenir de quelque chose, même quand on est déchirés, crois-moi, on s’en souvient. Regardes-toi. Ça aurait été un miracle que tu oublies tout ça. Mais pas de miracles en vue, bien évidemment. Aucun. On l’avait vu. Ça ne deviendrait probablement pas officiel tout de suite, mais ça viendrait. Ça viendrait forcément. Et il n’y aurait plus grand-chose, à ce moment-là, qu’il puisse faire pour la maintenir en sureté.

- Si tu préfères que j’te laisse seul…

C’était vrai que ça faisait un moment qu’il ne disait plus rien, le regard planté vers l’extérieur. Alors, sans s’en détourner, il comprit qu’en effet, qu’elle sorte et le laisse serait probablement une bonne idée. Ça irait mieux après, ils feraient abstraction de tout ça.

« Oui. Sort. »

- Topic fini -

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Drunk on love (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drunk on love (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Drunk on love (2)
» HELINS + Drunk in love.
» Emmade ▴ drunk in love
» Drunk in Love - Sanja & Damian
» Drunk in love...or maybe just Soju ft. Jungie ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage. :: ─ Salle de défense contre les forces du mal :: ─ Bureau et chambre du professeur de Défense Contre les Forces du Mal-
Sauter vers: