AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Ven 18 Jan 2013 - 23:46

Jillian, Kyle, Cameron & Enzo.
Dimanche 8 Juin 2014 ▬ Dans l'après midi.


Welcome to the new age ♪


« Ton sens de l’équilibre est fascinant Jillian … »

Je me moque ? Moi ? Non … :gla: Bah ! C'est pas méchant, et vu le nombre de fois où elle se paie ma poire pour tout un tas de raisons je peux bien en profiter. Le surf, la glisse, c'est mon domaine et si pour moi c'est facile, si je suis super à l'aise sur une planche quelle qu'elle soit, ça n'est pas le cas de tout le monde. Ça n'est pas le cas de Jill par exemple, mais elle a une bonne excuse pour ça. Moi j'ai commencé tout petit. Mon père m'a mis à l'eau alors que je ne marchai pas encore et j'ai eu les pieds vissé sur un surf dès que j'ai été suffisamment âgé pour ça. J'étais super jeune, et c'est toujours plus simple d'apprendre quand t'es petit. En plus de ça j'ai fait du sport toute ma vie alors que ma super copine ici présente a du s'en abstenir pendant des années à cause de son rein et de la greffe donc oui, elle a des excuses, et quand bien même, le talent n'est pas donné à tout le monde *out*

On a passé un peu de temps sur la plage tout à l'heure, pour tester les mouvements de base parce qu'il ne faut pas croire, mais ça ne sert à rien de se jeter à l'eau si on ne sait pas ce qu'on doit y faire une fois dedans. Ou plutôt dessus. Se mettre debout sur une planche immobile et posée sur le sable, c'est une chose, le faire sur le pic d'une vague, c'en est une autre. La faire apprendre sur mon surf c'était peine perdu, il est beaucoup trop petit. Pour débuter il faut une planche plus longue et plus large, un long board en fait. Super encombrant mais très efficace pour les débutants. Résultat j'ai encore piqué une planche de bois chez Isma, plus grande cette fois, et Jillian m'a aidé à la métamorphoser comme je l'avais fait la première fois. On a donc tous les deux notre jouet et je ne doute pas que ce fameux long board servira relativement régulièrement. Si ce n'est pas avec elle, ça sera avec Sova, peut être même Cameron parce que même s'il fait celui qui n'y touche pas, je le vois bien jeter un œil intrigué là dessus. Qu'est ce que c'est que ce Californien qui n'a jamais pris une vague de sa vie ? Rolling Eyes Kyle c'est pas son truc, mais s'il lui prend l'envie de tenter un jour, évidemment je me ferai un plaisir de lui apprendre les bases. Toujours est-il que pour l'instant ça se passe entre Jill, moi et … j'allais dire l'Océan, mais non, le Lac. On est là, tous les deux, sur le Line Up. Je n'ai pas démarré les vagues pour l'instant mais de toute façon on va y aller doucement et commencer par des petites. C'est pas la peine d'aller la dégoûter parce que très sincèrement, c'est pas pour être mauvaise langue mais elle risque d'en baver, alors autant y aller en douceur puisque contrairement à l'Océan, ici on peut régler la puissance de la houle. Merci Isma ! Pour ça et pour le reste.

Enfin bref, tout ça pour dire qu'on est à présent tous les deux dans – ou plutôt sur - l'eau. Elle sur le longboard, moi sur ma planche. Je suis assis, une jambe de chaque côté et sous la surface. Elle, elle tente de se mettre debout, d'où la petite remarque tintée de moquerie que je viens de lui lancer. C'est pas méchant, elle le sait très bien et si on fait le compte de tout ce qu'elle peut me balancer à la figure quotidiennement, j'estime en avoir le droit. Donc je le prends.

« Regarde. Et admire :gla: »

Parce que je ne tiens plus en place. Parce que les sensations m'appellent. Et parce que j'ai bien envie de me la péter un peu. Pour elle, oui, mais aussi pour mon homme qui se dore la pilule sur la plage pas très loin. Quoi ? Si on a plus le droit de faire son beau et de frimer un peu pour impressionner son Jules, où va le monde ? Et c'est partie pour le show. Un coup de baguette et l'eau s'est mise à bouger, les vagues se sont formées et déjà je ne quittai plus mon sourire. Je me suis concentré, j'ai analysé et j'ai fait mon petit spectacle. Juste une vague, pas très grosse mais suffisamment tout de même pour que je puisse m'amuser un peu tout en montrant à Jill ce que ça peut donner une fois qu'on arrive à tenir sur une planche, et une fois de retour près d'elle, j'arrête la houle et reprends ma place initiale, assis sur ma planche les deux jambes dans l'eau. Avec un sourire de sale gosse fier de lui accroché aux oreilles, évidemment. Chéri, t'as vu ça un peu ? Bien sur qu'il a vu. Et bien sur aussi que Jill a compris mon petit manège donc, elle va se foutre de moi, mais c'est de bonne guerre. Reprenons un peu notre sérieux si vous voulez bien. On n'est pas là pour enfiler des perles après tout.

« Dis toi que de toute façon t’y arrivera pas du premier coup, c’est statistique, et tu vas te prendre un nombre de gamelle incalculable mais … de mon point de vue en tout cas, ça vaut largement le coup. »

Crois moi sur parole, des gamelles j'en ai pris des centaines et j'en prendrais encore des centaines voir des milliers si j'en ai la chance. Parce que je suis incapable de me contenter de ce que j'ai et que je ne peux tout simplement pas m'empêcher de relever le niveau à chaque fois ou en tout cas de tenter de le faire. Sans parler du fait qu'on ne peut pas réussir à chaque fois, c'est évident, et que personne ne peut être maître des éléments. Et heureusement ! Il n'y aurait plus aucun challenge en plus de ça, et c'est là une grande part de l'intérêt selon moi. Repousser ses limites, se tester, aller au bout de soit même et progresser tant qu'on le peut.

« Faut que ton centre de gravité soit bien stable, et pas trop haut, mais ça, ça va devenir un automatisme au fur et à mesure. Tu trouveras ta position à force d’essayer. Les pieds bien l’un devant l’autre, les jambes fléchies pour garder de l’équilibre. »

Chose qui n'est pas possible de démontrer sur une planche comme la mienne, à l'arrêt, sur l'eau, et même si je le lui ai montré sur le sable tout à l'heure, rien ne vaut un test sur l'eau. Voilà pourquoi je me laisse tomber entièrement dans l'eau après avoir défait mon leash.

« Laisse moi monter avec toi, on va tenter ensemble. »

Parce qu'on peut tenir à deux sur un Longboard, malgré mon poids. Tout est une question d'équilibre et sur une planche, j'en ai toujours ou presque. Ce qui n'est pas toujours le cas sur terre mais ça, c'est parce que je ne fais pas attention la plus part du temps. Et nous voilà comme deux cons entrain de nous marrer en répétant des gestes, en prenant des positions tout en lutant pour ne pas se casser la gueule, jusqu'à ce qu'on se rattrape de justesse. Je me retrouve assis, elle accroupit à l'avant, ce qui me donne une idée.

« Reste accroupis et j'te dirai quand te lever. »

Et je m'allonge, ce qui nous met dans une situation un peu ...

« Désolé, j’te jure, j’en profite pas. »

Je me demande ce que penserai mon frangin de tout ça, mais comme il est pas là, on s’en fout ! Ok, y a mon homme sur la plage mais … on s’en fout aussi. Ça va, c’est que du surf, qu’est ce que j’y peux si ça implique un léger rapprochement corporel entre Jill et moi ? De toute façon, il a rien à me dire concernant un rapprochement corporel avec elle, et puis c’est tout ! Il est bien mal placé pour ça. En plus de ça c’est avec lui que je vais me glisser sous la couette dès qu’on en aura l’occasion, et pas avec elle, ça il le sait très bien alors y a pas de malaise. Jill c’est ma sœur, ma belle sœur, c’est la famille quoi. Et c'est pas de ma faute si j'ai son … derrière en ligne de mire !

La magie opère, les vagues se lèvent, je rame, le pic se présente et ...

« Lève-toi ! »

Elle se lève, je me lève, et cette petite vague on la prend ensemble. Tous les deux debout sur le Longboard. Pour moi c'est pas grand chose d'un point de vue sensation, mais je me dis que pour elle ça doit être différent et surtout, c'est super de pouvoir vivre ça ensemble. J'aime vivre ma passion en solo, mais la partager avec les gens que j'aime de temps en temps, c'est grisant.

Avant d'arriver à la plage je me rallonge sur la planche et fait demi tour en ramant à nouveau. Les vagues se stoppent, je me rassoie encore une fois et ...

« Alors ? Heureuse ? »

Cool

Je sais, t'as envie de me frapper.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Sam 19 Jan 2013 - 0:11

Pour un peu, je me croierai de retour en Californie. Le bruit des vagues, la brise légère qui se balade dans mes cheveux et caresse mon visage, le soleil qui tape. Oui, c'est presque ça et si je ferme les yeux, je pourrais presque y croire. Ça fait du bien, de se sentir un peu libre comme ça. Ça fait du bien de débrancher, de ne plus penser à rien, d'être juste là et de profiter. Enzo est sur de lui, personne ne vient jamais ici à de rares exceptions. Je lui fais confiance, et en compagnie de deux Sorciers plus les sortilèges qu'Ismaelle a installé et qu'elle vient relancer régulièrement, en théorie, on n'a pas trop à s'en faire.

Juin. L'été arrive tranquillement et même si les températures ici n'approcheront jamais la canicule que j'avais l'habitude de vivre chez moi, revoir le soleil ça fait énormément de bien. Au corps, à l'esprit, à tout. Jill et Enzo sont dans l'eau, le Rouge a dans la tête d'apprendre à cette folle comment tenir debout sur une planche et prendre des vagues. Le surf, j'ai jamais testé, et pourtant j'aurai pu. San Francisco c'est pas Los Angeles mais des plages on en a aussi et c'est pas les surfers qui manquent. Ça ne m'a jamais tenté, et surtout, avec les frangins on prenait tous ces gars là pour des connards. Des fils à papa, des branleurs imbu de leur personne, qui considèrent l'Océan comme leur territoire. Même entre eux ils sont cons Rolling Eyes Tout ça, c'était ma façon de voir les choses là bas, mais je sais pertinemment que ça n'a pas changé pour autant. Enzo n'est pas Americain, mais un surfer reste un surfer. Je ne pense pas que ça soit dans son caractère d'être comme l'image que je me suis fait de ceux que j'ai pu côtoyer de loin par le passé, mais y a qu'à voir l'assurance qu'il prend dès qu'il touche l'eau ou dès qu'il prend une vague. C'est son truc, son élément, et il est fier de lui. Il peut, mais il sait très bien que je ne me ferai pas prier pour me payer sa tête s'il devient trop … sur de lui. C'est un branleur, un charmeur, un p'tit con, mais c'est mon ami. Tout ça c'est juste de la vanne et une habitude qu'on a pris de se charier les uns les autres. Jill est pareille, voir pire. Kyle a plus de retenu, ou plutôt avait parce que ces derniers temps il se lâche pas mal, mais tout ça pour dire qu'on s'amuse et qu'on sait tous où sont les limites. On ne les franchis pas, mais on pousse jusqu'où on peut pousser.

Je suis donc resté sur la plage avec Kyle. On est assis tranquillement sur le sable parsemé de galets et on discute pendant que les deux autres font les cons dans l'eau.

« Et sinon, comment s'en sort le nouveau là … Oliver ? »

Le nouveau Rolling Eyes Il est là depuis un mois peut être, ce qui au fond relève du miracle tant certains ne tiennent pas plus de deux jours, mais je sais pas, pour moi il reste le nouveau. J'accroche pas spécialement avec lui, Kyle si. Chacun son caractère après tout. Enfin pour l'heure j'ai comme l'impression que je n'aurai pas la réponse à ma question puisque ...

« Kyle ? Tu m’écoutes ? »

Tu parles qu'il m'écoute. Je pourrai bien me mettre à hurler comme un malade, à danser la macarena devant lui, il ne ferait pas plus attention. Pourquoi ? La raison est simple et elle tient en quatre lettre : Enzo. Cet espèce de grand dadet est entrain de faire le con dans l'eau avec Jill, résultat plus rien n'existe sur la planète Johnson.

Quand je dis qu'on discute, c'est plutôt moi qui discute. Pourquoi parler de ce type, Oliver ? Aucune idée. C'est un sujet de conversation comme un autre. J'ai toujours gardé un œil sur les nouveaux, de près ou de loin, sans trop savoir pourquoi. Mon côté grand frère peut être, mais depuis Keira et Hugo je dois avouer que ça m'est un peu passé tout ça. J'ai pas envie de m'attacher, d'incorporer dans mon environnement des nouveaux visages qui risquent de disparaître du jour au lendemain. C'est peut être juste une passage, j'en sais trop rien, mais c'est comme ça. Ce qui ne veut pas dire que je tourne le dos à ceux qui on besoin d'un coup de main, mais je les laisse venir à moi plutôt que d'aller vers eux. Et ce gars là, Oliver, ne déroge pas à la règle. Visiblement il s'est lié d'amitié avec mon pote East Coast, mais pour l'heure, je crois que ce dernier n'en a pas grand chose à cirer.

« Non. Il m’écoute pas Rolling Eyes Note à moi même : Inutile de tenter toute communication avec Superman quand son mec fait le mariole sur sa planche à proximité. Ça court-circuite ! »

J'ai haussé le ton sur mes derniers mots, comme pour le réveiller, lui faire peur ou un truc dans le genre. Pour le faire réagir tout simplement, parce que parler à un mur, comment dire … C'est pas ce qu'il y a de plus distrayant. Est ce que ça fonctionne ? Je dirai que oui parce qu'il sursaute et me regarde comme si c'était la première fois qu'il me voyait. Enfin une réaction ! Oui Kyle, je suis bien réel. Allo la terre !

« Tu baves. »

:gla:

« J’vais lui demander de s’rhabiller si ça continue. Surfer en peignoir ça doit bien se faire nan ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Sam 19 Jan 2013 - 20:45

Une météo rêvée pour une journée de rêve. Nous nous trouvions tous en bordure du lac sous un beau soleil alors que le mois de juin commençait doucement, ramenant un peu de chaleur avec lui. Encore une fois, je me trouvais avec mes amis et je ne pouvais être plus heureux. Être si près de l’eau m’avait manqué et ce n’était que maintenant que je m’en apercevais, malgré le fait que j’étais venu ici avant alors qu’Enzo avait voulu me montrer ce qu’il savait faire sur une planche de surf. Ce lac me rappelait étrangement mon petit coin de paradis au Maine, même si ce n’était pas tout à fait le même étendu d’eau et que surtout mon phare ne se trouvait pas là. L’odeur n’était pas la même non plus, mais d’entendre l’eau clapoter doucement et de voir toutes ces petites lumières que le lac nous renvoyait à cause des rayons du soleil, ça me rappelait mon petit coin de pays. Mais les temps avaient bien changés et je n’étais plus aussi solitaire que je ne l’étais aujourd’hui. La preuve : mon petit copain se trouvait dans l’eau avec sa meilleure amie et moi, j’étais assis sur le sable au bord de l’eau en compagnie de mon meilleur ami.

Au menu du jour : un beau mâle qui maîtrise sa planche de surf comme un vrai pro. Ouais euh ben non pas tout à fait… J’avais peut-être oublié un ou deux éléments… En fait, nous étions ici pour une bonne raison : pour qu’Enzo donne des leçons en matière de surf à Jillian. J’étais surpris que Cameron reste à mes côtés plutôt que d’aller les rejoindre dans l’eau, puisqu’il me semblait être quelqu’un de curieux, toujours prêt à essayer quelque chose de nouveau. À mon avis il n’avait jamais fait de surf puisque bah… Il n’avait tout simplement pas l’allure d’un mec qui se promène avec une planche en dessous du bras sur le sable chaud. Et le fait qu’il vienne de la Californie ne changeait rien : son truc à lui c’était plutôt les gangs de rue et eux, ils étaient loin d’avoir le profil type du surfeur. Bon, je n’étais pas entrain de faire des préjugés, car d’ailleurs, si Enzo ne me l’aurait pas dit qu’il avait une passion pour le surf, jamais je n’aurais pu le deviner… Enfin bon, pas envie d’embarquer là-dedans. Et si moi je restais sur le sable, c’est que j’avais toutes les bonnes raisons du monde. De un, je détestais le sport. Peu importe lequel. Billy avait tenté tant bien que mal de me faire aimer certains, m’incitant à repousser mes limites et durant un cours moment j’avais réussi à améliorer mes progrès, mais… Je ne voyais rien de passionnant à courir après un ballon ou bien simplement courir pour le plaisir. Donc le surf… Pas de ballon, pas de course non plus, mais ça n’empêchait pas que ça faisait travailler le corps et… Oui, peut-être que j’étais un peu lâche à ce niveau là. C’était peut-être à cause que je préférais perdre mon temps dans mes dessins plutôt que d’améliorer ma condition physique. De deux, admirer Enzo dans l’eau c’était… Orgasmique. Et je n’exagère pas sur le mot. Ses cheveux mouillés, son allure fière lorsqu’il montait sur sa planche, ses sourires constants même s’ils ne m’étaient pas destinés, sa carrure… Ouf… Et dire que ce mec là était mon copain… Même dans cent ans je n’aurais jamais pu le croire…

Parlant du beau spécimen qui se trouvait à l’eau avec Jillian, je n’arrivais plus à détacher mes yeux de lui. Ce n’était pourtant pas la première fois que je le voyais à l’œuvre, mais pour moi, il était toujours aussi grandiose. J’avais envie de me lever et de partir à courir partout sur le terrain de l’école en criant à tout le monde de venir voir mon petit copain debout sur sa planche afin qu’ils admirent à quel point j’avais de la chance. Des filles autant que des mecs. Venez voir mon petit ami! Il est beau hein? Il est bon hein? Il est à moi! Bah non, ça ne fait pas du tout possessif… Quoi qu’il en soit, j’avais fini par complètement oublier la présence de Cameron et je m’en rappelai lorsque j’entendis sa voix s’élevée à mes côtés.
Je ne pu m’empêcher de sursauter, les yeux écarquillés par la surprise, je me retournai vivement vers lui.

Ça court-circuite…?
De quoi il parlait au juste…?


- Tu baves. J’vais lui demander de s’rhabiller si ça continue. Surfer en peignoir ça doit bien se faire nan ?

- Anh je suis vraiment désolé mon vieux c’est juste que…

Je ne pu m’empêcher de regarder de nouveau vers le lac, comme si je ne voulais pas manquer une miette de l’action qu’il se passait dans l’eau. Ce n’était pas parce que je n’appréciais pas le fait qu’il soit aussi près de Jillian (oui il y avait un peu de ça, je ne peux m’empêcher de l’admettre…), mais c’était surtout lui que je ne voulais pas rater. Son beau sourire ou encore les conseils qu’il donnait à sa meilleure amie même si je n’entendais rien de ce qu’il se disait sauf peut-être l’écho de leur rire à quelques reprises. Ils semblaient bien s’amuser et c’était beau à voir. Pour toutes les fois qu’ils s’étaient prit la tête ces deux là, se poser ensemble leur faisait le plus grand bien et sa transparaissait sur les actions et leurs expressions.
Il fallait simplement que je ne tienne pas Cameron à l’écart autrement, il va finir par prendre la poudre d’escampette celui-là.


- Ça beau faire un petit moment que nous sommes ensemble, je ne peux juste pas m’empêcher de l’admirer. C’est peut-être parce que c’est un vrai dompteur de vagues ou juste parce qu’être mouiller le rend terriblement sexy, mais… Il me fait toujours le même effet. Je suis sûrement le mec le plus chanceux de cette Terre.

Plusieurs ne seraient sûrement pas de mon avis, mais je m’en fou. C’est moi qui suis en couple avec lui et pas les autres. D’ailleurs, plus de la moitié d’entre eux ne connaissent pas la vérité sur qui il est réellement et ce qu’il a vécu dans le passé. Et la très grande majorité des gens ne parvient pas à le comprendre, mais moi ce n’était pas le cas. Je voyais en lui comme dans un livre ouvert et c’était peut-être ce qui m’avait aidé à me rapprocher de lui au fur et à mesure que les confidences sortaient de son côté.
Quoi qu’il en soit, malgré le temps qui passait, il était toujours aussi joli garçon. Et moi, j’étais aussi amoureux de lui qu’au premier jour.


- Je suis pas mal certain que tu connaîtras ça un jour Cameron. Pas avec Enzo, sûrement pas avec un mec non plus parce que je ne pense pas que tu changes d’orientation sexuelle un jour, mais…

Je du faire un effort monumental pour me retourner vers lui et lui offris un petit sourire en coin.

- Il me semble avoir remarqué que tu sembles partager une certaine complicité avec Riley lorsque je l’ai rencontré l’autre fois. C’est une jolie fille tu sais et je suis pas mal certain que ça, tu l’as remarqué bien avant moi. Y’aurais pas un petit truc entre vos deux…?

Je bougeai frénétiquement mes sourcils en lui donnant un petit coup de coude dans les côtes.
Allez crache le morceau mon pote!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Lun 21 Jan 2013 - 13:40

Nan mais j’vous jure, regardez le c’est désespérant. Cet espèce de sourire niais et à moitié … à moitié … à moitié j’ai pas du tout envie de savoir ce qu’il se passe dans sa tête actuellement, on va dire. En tout cas j’y ai clairement pas ma place, ça c’est plutôt clair. Est ce que je vais me vexer pour autant ? Non, bien sur que non. Dans le fond ça m’amuse, mais il n’empêche que j’aimerai avoir un semblant d’intérêt de sa part parce qu’une conversation en général ça se tient au moins à deux. Pas tout seul en tout cas, et c’est l’impression que j’ai là, d’être seul. S’il continue j’irai me balader, c’est pas très grave, mais tant qu’à être là … REVEILLE TOI ! T’en profiteras plus tard, j’en doute pas une seconde. Et à ça non plus j’veux pas y penser x_X

« Anh je suis vraiment désolé mon vieux c’est juste que… »

Que t’es complètement accro et que ça en devient dégoulinant ! On dirait que t’as faim, ouais c’est ça, t’es comme un chien devant un bon gros morceau de viande bien sanguinolent. Ça ne devrait pas être l’inverse d’ailleurs ? Roh, c’est vilain ça Cameron Rolling Eyes Oops. Eh oh ! J’suis là hein. Il va pas s’envoler Rolling Eyes Merci.

« Ça beau faire un petit moment que nous sommes ensemble, je ne peux juste pas m’empêcher de l’admirer. C’est peut-être parce que c’est un vrai dompteur de vagues ou juste parce qu’être mouiller le rend terriblement sexy, mais… Il me fait toujours le même effet. Je suis sûrement le mec le plus chanceux de cette Terre. »
« J’reviens, j’vais vomir. »

Comme dirait l’autre : Ca dégouline d’amouuuuur ! C’est beau, mais c’est insupportable.

« Je suis pas mal certain que tu connaîtras ça un jour Cameron. Pas avec Enzo, sûrement pas avec un mec non plus parce que je ne pense pas que tu changes d’orientation sexuelle un jour, mais… »
« Bah voyons ! Non merci. J’ai pas envie de faire doubler le volume du Lac avec ma salive en bavant comme un gosse devant une glace ou j’sais pas quoi. »

Très mature comme réflexion, je vous l’accorde.

« Quoi qu’une glace c’est sans doute un peu trop froid pour illustrer la situation. »

Ben quoi ? Ils sont chaud comme la braise tous les deux, j’y peux rien si une glace ça colle pas.

« Et nan, effectivement, j’crois pas que les mecs ça sera mon truc un jour. »

J’ai rien contre, la preuve mon meilleur pote ici est gay, mais hors de question que … ouais … bref. Pourquoi tu me regardes comme ça toi ? J’aime pas ça … En général ça pue la connerie …

« Il me semble avoir remarqué que tu sembles partager une certaine complicité avec Riley lorsque je l’ai rencontré l’autre fois. C’est une jolie fille tu sais et je suis pas mal certain que ça, tu l’as remarqué bien avant moi. Y’aurais pas un petit truc entre vos deux…? »

Et BAM ! Qu’est ce que je disais ?! J’te déteste.

« N’importe quoi ! »

Ok ça aussi c’est super mature comme réaction. Mais qu’est ce qu’ils ont tous avec ça bordel ? Ne me regarde pas comme ça merde ! Je sais ce que tu penses, et je sais aussi que ça te fait bien marrer de me voir patauger dans mes relations avec certaines filles. Putain, j’étais vraiment plus tranquille à San Francisco, pourquoi j’ai changé à ce point là ? Arrête de bouger tes sourcils comme ça, et j’te préviens, si tu me donne encore un coup de coude dans les côtes de cette façon là tu finis tout habillé dans le Lac.

« C’est … c’est pas du tout … »

Rah !

« J’en sais rien, voilà, t’es content ? »

Parce que moi pas. Je fais mon possible pour mettre ces petites … perturbations de côté et toi tu ramènes ça sur le tapis. Tu sais parfaitement que parler de ça, y penser même tout simplement, c’est pas mon truc et ça me met pas super à l’aise … Je déteste me sentir vulnérable comme ça … Fais chier tiens. Pas toi, juste la situation. Moi. Oui je m’auto-fais chier.

« Je sais que tu penses que je suis un handicapé du sentiment, que j’ai la trouille et tout ça, et tu veux savoir ? Ben t’as raison. Je sais pas faire comme toi, j’y arrive pas, et j’ai pas envie d’y arriver. Et puis Riley c’est … j’en sais rien, c’est différent. Rien à voir avec Jill. »

Mes yeux glissent d’ailleurs sur elle alors que plus aucun son ne sort de ma bouche. J’ai sans doute l’air pensif, et je le suis un peu, mais ça n’a rien à voir avec la Jaune. J’adore Jill, et si pendant une période j’ai cru que ça pouvait être plus compliqué que ça aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre. Avec Riley je ressens les choses différemment, et je me comporte différemment.

« J’me sens bien avec elle, et c’est clair qu’on est super complices, et je crois que j’ai jamais été aussi … doux, avec quelqu’un. J’suis pas aveugle non plus, elle est super mignonne, mais comme toujours y a un truc qui coince : Moi. Et elle aussi d’ailleurs j’pense. En vérité on n’a jamais parlé de truc de ce genre. On est amis, et j’pense qu’elle comme moi on n’a pas envie que ça change. C’est tout. »

Je me sens nerveux et je déteste ça. Même si je tentai de le cacher, ça serait peine perdu. Mes mains jouent dans le sable alors que mes yeux se perdent sur l’eau. Dans ma tête je vois son visage, son sourire et sa moue boudeuse. Ce truc qu’elle maitrise parfaitement et qui ferait craquer n’importe qui. Pourquoi il faut toujours que ça devienne compliqué ? Avec Emily je n’ai jamais eu aucun soucis de ce genre et pourtant on est très poche elle et moi. C’est ma p’tite sœur, comme Kyle est mon frère mais en plus … disons moins … enfin c’est pas exactement le même type de relation. Avec la Verte il y a de ça aussi, mais je le sais et je ne peux pas le nier, il y a plus.

« On s’est rencontrés à un moment où j’avais besoin de quelqu’un comme elle, et je crois que c’était pareil de son côté, alors voilà, ça nous a rapproché mais ça va pas plus loin. »

Il ne s’est rien passé d’irréversible entre elle et moi, je ne pense pas que ça se produira un jour. Je m’en voudrai de tout gâcher pour une connerie et sincèrement, dans ce genre de situation je remercie mes hormones d’être au point mort. En disant ce que je viens de dire je me rends compte que ça éclaire quelques lanternes là haut dans ma tête parce que c’est vrai, j’ai rencontré Riley à un moment où je me sentais très seul. Je ne peux pas blâmer Kyle pour ça, mais il était pourtant une des raisons principales à cette solitude que je m’imposais sans vraiment le faire. Peu importe, tout ça c’est du passé et il le sait, je ne suis pas du genre à penser à l’avenir alors … Retrouve ton sourire Cameron ! Voilà. Tiens, pour la peine, une tape dans le dos pour toi mon pote.

« Et arrête de répondre à une question par une autre question parce que j’te signale que t’as pas répondu à la mienne. Comment il s’en sort le nouveau ? »

La vérité, c’est que ça n’est pas pour lui que je m’inquiète mais surtout pour les autres. Et pour cet énergumène que j’ai à côté de moi, en l’occurrence. C’est bien beau de prendre quelqu’un sous son aile mais quand ce quelqu’un a pas l’air franchement très stable ça en revient à prendre des risques supplémentaires et j’ai pas envie qu’il arrive un sale truc à mon pote à cause de ce type. Cela étant, c’est un grand garçon et je n’interférais pas là dedans. Je suis même près à être là si besoin, à rendre service, mais surtout à surveiller les arrières de mon « frère ». Enfin bref, changer de sujet ça m'arrange, c'est plutôt clair.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 27 Jan 2013 - 18:04



It's a revolution i suppose → Enzo & Kyle & Cameron & Jill


Dimanche 8 Juin 2014 ▬ Dans l'après midi.

Bon, j’admets devant les Dieux et les Hommes … j’ai craqué. J’ai demandé à Enzo de m’apprendre à surfer. Je sais que de la part d’une fille qui n’est pas monté sur un balai, une planche ou quoique ce soit d’autre qui soit en bois c’est un pari plus que risqué, voire même suicidaire mais bon. Il m’a tenté avec sa banane fendue jusqu’aux oreilles quand il est revenu vers le petit trio de lézards que Kyle, Cameron et moi formions au bord du Lac Noir. Il faut dire que j’avais déjà sacrément fait entorse à mon règlement en acceptant de les rejoindre plutôt que de continuer de prendre de l’avance sur mes révisions. Parce que oui, grands dieux oui, j’ai rattrapé tout mon retard. Ça y est ! Je crois que je n’y serais pas arrivé si Megan ne s’était pas montrée aussi rigoureuse. Elle ne m’a jamais forcée à venir à poser mes fesses sur cette chaise pour travailler avec elle, non, mais c’était de la voir se mettre implacablement au travail. Sans jamais rechigner. Ça m’a boostée. Et maintenant je prends de l’avance sur mon travail, c’est pas merveilleux ça ? Croyez-moi, ça l’est. (Croyez-la, ça l’est ! x__X)

Alors évidemment, quand Enzo est arrivé tout frétillant pour me proposer une virée du côté du Lac avec le sourire, ce sourire qu’il a toujours quand Kyle est dans les parages… J’ai souri et j’ai posé bouquin et parchemins. Screw this.

Maintenant je suis sur cette planche, une jambe de chaque côté plongée dans l’eau fraîche du Lac. Je ne dois pas être une frileuse ou alors l’eau du Lac est particulièrement chaude aujourd’hui mais être en maillot de bain et barboter me fait le plus grand bien. On est qu’en juin et les températures ne sont pas excessives pour la période mais le soleil est de la partie aujourd’hui et sa seule présence suffit à me donner chaud je pense. Enzo n’a pas l’air frigorifié lui non plus. Truc de loup lui par contre. Enfin bref.

Ton sens de l’équilibre est fascinant Jillian … »
Boucle-là un peu toi. Je fais ce que je peux ! Tout le monde n’est pas né sur une planche je te ferai dire »

Je lui tire la langue et essaie de nouveau. Le but, d’après ce que mon jeune professeur a tenté de m’expliquer, c’est de se mettre debout. Et de ne pas tomber, évidemment. Il m’a d’abord montré sur la plage, plusieurs fois. Ça allait plutôt bien à la fin mais depuis qu’on est passé dans l’eau c’est comme si cette planche ne voulait pas de moi sur son dos. A peine dessus, j’essaie vainement de me redresser un peu, de prendre la position qu’Enzo adopte mais rien à faire. Je finis irrémédiablement par me casser la gueule dans des postures de chute des plus … édifiantes. Je n’ai pas vérifié du côté de la plage mais je suis certaine que si Kyle se retient gentiment de rire, Cameron doit s’en donner à cœur joie du piteux spectacle que j’offre. J’aimerais bien le voir dessus tiens ! Le grand malin de californien, grand diseu’ petit faiseu’ n’est-ce pas.

EH ! J’Y …
Eh merde. J’y étais presque cette fois Rolling Eyes

Ma tête émerge de la surface et je donne un coup rageur dans l’eau. Je ne suis pas réellement énervée, faut pas croire, mais j’aimerais bien y arriver tout de même. Enzo m’a montré comment faire alors pourquoi ça ne fonctionne pas avec moi ?! Il me laisse le temps de remonter sur ma planche avant de déclarer :

Regarde. Et admire :gla: »

Il s’éloigne et aussitôt une vague apparaît pour qu’il la prenne. C’est extra ce sort qu’ils ont trouvé pour redonner l’aspect et la force de véritables vagues venant de l’océan. Même la planche sur laquelle je suis n’en est pas vraiment une à la base. Comme quoi, avec un peu d’imagination et un coup de pouce de la Magie, on arrive vraiment à tout et n’importe quoi. Quand d’autres répandent le malheur dans le château, nous … On prend du bon temps bien mérité.

Et regardez-le qui fait son malin sur sa planche. Il est dans son élément. Ça se sent. Le plus cool c’est qu’il accepte de partager ça avec ses amis. Puis ça nous permet une petite échappée un peu burlesque en dehors du château bien qu’il soit l’arrière-plan de notre paysage. C’est drôle d’être là avec lui et avec Kyle et Cam. C’est comme si on était définitivement ailleurs sur la planète. Je suis en maillot de bain à ignorer cette longue cicatrice dans le bas de mon dos et à toutes celles qui ponctuent mes bras, autant de maladresses de la part de mes ponctionneurs. Je suis concentrée sur les gestes d’Enzo, sur l’assurance qu’il arbore comme un étendard quand il se redresse et chevauche littéralement cette masse d’eau et d’écume. Sur la plage, Kyle a le regard rêveur, perdu dans la contemplation de son homme. Cameron tente de parler avec lui mais je vois bien que Kyle est ailleurs. Le pauvre, on aurait du proposer à Kyle d’essayer et je lui aurais fait la conversation moi à Cam. Ça fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas vus j’ai l’impression. Ce serait poussé de dire qu’il a sa vie maintenant qu’il connaît bien le château mais c’est vrai qu’après l’avoir déjà croisé en compagnie d’autres personnes et de temps en temps avec cette sorcière avec qui il semble s’entendre à merveille.. eh bien j’ai sans doute renoncé un peu. C’est très con de ma part de m’être sentie menacée dans notre amitié comme j’ai pu l’être quand j’ai compris ce qui liait Sovahnn et Enzo mais c’est une façon de réagir qui m’a toujours poursuivie. Je me suis toujours efforcée dans ces cas-là de me convaincre que non, je ne suis pas soudain devenue moins importante, moins présente ou plus transparente mais par moments ça revient me titiller. C’est quelque chose qui ne changera jamais vraiment je pense. Il faudra bien que j’apprenne à m’y faire. En attendant, je crois bien qu’Enzo a terminé sa petite démonstration de ses prouesses de surfeur.

C’était vraiment pour me montrer ça ou t’as juste voulu épater Bouclette étendu sur la plage? :gla: »

Allez avoue, tu t’attendais à ne pas t’en sortir aussi facilement n’est-ce pas ? Ce serait mal me connaître que croire ça !

Dis toi que de toute façon t’y arrivera pas du premier coup, c’est statistique, et tu vas te prendre un nombre de gamelle incalculable mais … de mon point de vue en tout cas, ça vaut largement le coup. »
Le truc c’est que je tiens pas debout une fois.. bah debout. Sur le sable, ça va à peu près mais là j’ai l’impression d’avoir un kilo en trop à chaque fois, un coup à gauche, un coup à droite. Ça varie ! »
Faut que ton centre de gravité soit bien stable, et pas trop haut, mais ça, ça va devenir un automatisme au fur et à mesure. Tu trouveras ta position à force d’essayer. Les pieds bien l’un devant l’autre, les jambes fléchies pour garder de l’équilibre. »
Compris patron. »

Il se laisse glisser dans l’eau et rejoint ma petite embarcation en deux brasses.

Laisse moi monter avec toi, on va tenter ensemble. »
On tient à deux là-dessus t’es sûr ? »

Non parce qu’entre ton cul et le mien, on risque de faire un remake du Titanic là :gla:

Il grimpe non sans mal sur la planche avec moi et nous voilà partis pour apprendre à Jillian à se lever sur son bout de bois et à surtout garder son centre au centre. Je tombe une bonne paire de fois avant de décider que crotte, ya pas de raisons que je sois toujours la seule et chaque chute suivante, j’attrape à la volée le premier carré de peau d’Enzo qui se présente pour l’attirer dans l’eau avec moi. Ça ne ressemble plus vraiment à une initiation au surf à la fin et je ne tiens toujours pas debout sur ma planche mais ça nous vaut de bons fous rires et pendant un instant, je crois qu’on a même oublié où on était.
Finalement, on remonte tous les deux dessus et je me retrouve accroupie à l’avant, Enzo derrière moi. Je tente de garder l’équilibre malgré le tangage de la planche quand il s’exclame soudain :

Reste accroupie et j'te dirai quand te lever. »
Et tu vas faire quoi toi, trempette et bronzette ? »

Je me retourne et me rend compte qu’il a en ligne de mire…

Désolé, j’te jure, j’en profite pas. »
Va le dire aux deux qui sont sur la plage là »

Pas certaine que Kyle apprécie le spectacle autant que Cameron. Je te parie ce que tu veux qu’à notre retour sur le plancher des vaches je vais avoir droit à une petite remarque délicate à ce sujet. Cela dit, ça pourrait bien être pour Enzo la remarque

La vague arrive tandis que je me demande ce que penserait Derek de nous voir tous les deux dans cette posture. Il a bien spécifié que les câlins étaient autorisés tant qu’il s’agissait de son petit frère alors pourquoi pas le … Air Kamasutra ? Enzo commence à ramer et mon cœur accélère soudain en nous sentant avancer de plus en plus vite.

Lève-toi ! » s’écrit-il soudain.
Maintenant ?!?! Aaahaa ! … Wouhouuu ! Yeaaah ! R’garde ça !! » je m’écris après quelques secondes.

Mon corps trouve son équilibre dans les conseils d’Enzo et tout à coup je suis en train de surfer et plus en train de me casser la figure. Le bruit de la planche qui fend la vague m’enivre tout autant que le vent qui soulève mes cheveux trempés à force d’être tombée dans l’eau. Enzo debout derrière moi ne dit pas un mot mais on partage ce moment tous les deux. Nous approchons de la plage alors je redescends pour aider mon meilleur ami à nous ramener un peu plus loin à la rame. Une fois stabilisés, je soupire un grand coup et sursaute quand le menton d’Enzo se pose sur mon épaule. (je me permets mais si ça ne te va pas, j’enlève ce petit bout c’est juste que j’avais cette scène en tête xD)

Alors ? Heureuse ? »

Dégageant sa tête pour pouvoir me retourner et lui faire face, je prends une moue dubitative et hausse vaguement les épaules.

Mm.. mouais. Je suis pas transcendée en fait. »

La fraction de seconde où il semble se demander si c’est du lard ou du cochon est délicieuse. Puis il doit sans doute réaliser que mes précédentes exclamations de joie n’auraient pas été là si vraiment ça ne m’avait pas plu alors je souris et rectifie :

Nan en fait c’était vraiment top. Merci de m’avoir fait testé ça au moins une fois. Je tiendrai probablement jamais debout toute seule sur ce truc vu mon équilibre mais je compte sur toi pour m’emmener sur ta blanche planche de temps en temps. »

Vers l’infini et au-delà !

On s’en refait une et on les rejoint ? Je crois que Cameron va plus tenir longtemps. »

Kyle non plus d’ailleurs. Vous ne faites pas ça sur ma serviette hein.
Naméoh.

code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Mar 29 Jan 2013 - 19:19

Un moment hors du temps. Un moment que j'aimerai pouvoir figer, immortaliser, pour qu'il ne disparaisse et ne s'éteigne jamais. Juste une goutte de bonheur, un instant d'innocence et d'insouciance qui nous permet de tout oublier. Des choses à oublier, on en a tous un paquet, à commencer par notre quotidien, mais on se sert les coudes et grâce à ça on arrive encore à dire merde à tout le reste pour ne garder que le positif. On ne peut pas passer son temps à aller mal, ça n'est pas possible et personnellement ça n'est pas quelque chose que j'aime. Depuis tout petit je m'accroche aux branches du dessous quand celles du dessus ont craqué et s'il m'arrive de rencontrer le sol trop brutalement ou de taper le fond avec violence, je me remets sur mes pieds et je prends de l'élan pour remonter. Tout ça je ne le fais pas tout seul, parce que ses branches ce sont eux, ma famille. Ils ne sont pas tous là aujourd'hui mais dans mon esprit et mon cœur je les emmène tous partout avec moi. Je ne le fais pas tout seul, et ça ne se fait pas en un jour mais ça se fait toujours. C'est vrai que je supporte difficilement qu'on me tende la main quand ça ne va pas, et je préfère me relever seul parce que c'est dans mon caractère et dans les habitudes que j'ai pris depuis tout petit bien que je n'ai jamais eu vraiment de gros coup durs avant l'accident. Avec le recul, je me dis que les crasses de Derek ça n'était vraiment pas grand chose même si à l'époque ça me donnait l'impression parfois d'avoir des sommets à gravir pour … passer par dessus justement. Mon frère est une montagne, parfaitement. Je dirai plutôt un volcan en fait, je trouve que ça correspond plus aux hommes de la famille. Enfin bref ! Je crois que c'est bien la première fois que je fais grimper quelqu'un sur un Longboard avec moi et c'était plutôt cool. Je fais le mariole en posant la question à Jill, mon menton sur son épaule, mais j'attends vraiment une réponse sincère de sa part. Si elle n'a pas apprécié, tant pis, mais j'espère que si.

« Mm.. mouais. Je suis pas transcendée en fait. »

Prends moi pour une buse … C'est ce que tu diras à mon frangin après … Ok stop, je me fais du mal tout seul là. Et oui je compare le fait de prendre une vague à un orgasme, et alors ? Chacun son truc. Tu le vois mon air offusqué là ? On ne peut pas dire ça après avoir pris une vague avec moi, c'est scientifiquement impossible. Ça dégage de l'endorphine, t'es obligée d'être contente !

« Nan en fait c’était vraiment top. Merci de m’avoir fait testé ça au moins une fois. Je tiendrai probablement jamais debout toute seule sur ce truc vu mon équilibre mais je compte sur toi pour m’emmener sur ta blanche planche de temps en temps. »

Ma blanche planche, c'est fait exprès ça ? Genre c'est mon destrier royal, mon étalon blanc sur lequel je viens sauver la princesse du méchant dragon ! T'as cru que j'étais un chevalier ou quoi ? Dans l'histoire c'est moi le dragon Wink

« Quand tu veux. J'suis content que ça t'ait plu. »

Je pense que mon sourire de p'tit garçon heureux le prouve assez bien d'ailleurs. C'est vrai que le surf c'est mon truc à moi, que je ne sauterai pas sur toutes les occasions de partager ça parce que j'aime bien garder un peu de mon petit monde rien que pour moi, mais une fois de temps en temps, c'est cool.

« On s’en refait une et on les rejoint ? Je crois que Cameron va plus tenir longtemps. »
« Pourquoi ? »

Un regard vers la plage, je croise celui de Kyle et en voyant les lèvres du grand ricain bouger, son regard passablement agacé, je comprends et j'éclate de rire.

« Ah. Ok :lol: C'est le but en même temps. Tout ce cinéma a pour objectif ultime qu'il me saute dessus dès que je sors de l'eau, tu t'en doutes bien. »

Ce qui est … ok j'allais dire totalement faux mais non, n'exagérons pas. Le but de la manœuvre c'était bel et bien de m'amuser et partager quelque chose avec Jill parce que j'ai l'impression que ça fait longtemps que ça n'est pas arrivé. Elle a eu beaucoup de travail ces derniers temps, j'ai pas mal vadrouillé moi aussi et passé beaucoup de moment – autant que possible même si c'est loin d'être toujours simple – avec Kyle pour rattraper le temps perdu. Elle a mon frère, et d'autres amis que moi évidemment. Je ne suis pas jaloux ou quoi que ce soit de ce genre là, je suis juste heureux de pouvoir l'avoir avec moi, et pour moi même si ça fait un peu possessif dit comme ça. Vivre un moment rien qu'à nous deux, comme une grande sœur et son p'tit frère parce que malgré tout ce qui a pu se passer entre nous, aujourd'hui le passé ne compte plus et quand je suis avec elle, j'ai l'impression d'être en famille. C'est très important pour moi.

« Allons-y. »

Et c'est reparti mon kiki ! Même topo. Rame, prends de la vitesse, lève toi, apprécie. Ça glisse, le vent s'amuse avec nos cheveux, on se marre et quand la plage arrive je la pousse et me jette à l'eau juste après. On s'éclabousse puis on sort. J'attrape le Longboard et d'un coup de baguette lui rend sa forme originale avant d'aller le planquer derrière un arbre non loin de là. Un accio plus tard c'est ma planche qui revient toute seule vers le bord. Je vais la ramasser et la cache – intacte – dans l'arbre cette fois, en m'aidant de mes bras et de mes jambes pour grimper et redescendre. Si on en a besoin plus tard, si jamais Cameron ou même Kyle décident qu'ils ont finalement envie de tenter j'irai les récupérer mais au cas où, elles sont mieux planquées et en dehors du champ de vision d'une personne qui n'aurait pas à voir ça.

Quand j'arrive près deux, tous les trois assis en rang d'oignon, je ne peux pas m'empêcher de les observer et de sourire. On est beau là tous les quatre avec nos balafres. Y en a pas un qui fait exceptions. Jill c'est dans le dos, à cause de son rein, et quelques unes sur les bras aussi. Cameron c'est a peu près partout même si là comme ça y a pas grand chose de visible. Comment je le sais ? Parce qu'en fait on entretient une relation adultère secrète mais chut faut pas le dire … Rolling Eyes Parce qu'il m'a montré des fausses un jours, et que j'ai vu les vraies par la même occasion, tout simplement. Surement pas toutes d'ailleurs. Kyle, je les connais par cœur évidemment et à mon grand damne beaucoup d'entre elles sont de ma faute ou en partie. Ses poignets, son dos, son bras … Puis celle sur son cœur, vieux souvenir de son enfance et de sa vie d'avant. Pour ma part c'est le mollet, et une partie du torse. Je n'essaie plus de les cacher, elles sont là, font partie de mon histoire alors autant les accepter. Jill et Kyle les connaissent, même si Jill ne connait pas la provenance de celles que j'ai sur le torse, quant à Cameron, il n'a pas fait de commentaires et je sais qu'il n'en fera pas.

Vous vous doutez bien que je ne peux pas rester là, comme ça, immobile, sans faire ou dire une connerie, n'est ce pas ? La véritable question est plutôt : Qui va en être la victime ? Réponse : Les trois. D'un pas tranquille je me pointe devant eux et me penche tout en secouant la tête histoire que mes cheveux encore trempés les éclaboussent. Ils ne sont pas très longs – pas autant que j'ai pu les avoir avant – mais c'est bien suffisant pour les faire râler, et moi, pour me faire rire. Et avant même qu'ils réagissent je me laisse tomber à genoux devant Kyle. Non je ne vais pas te demander en mariage mon lapin. Pas cette fois, un autre jour peut être. Je vois dans tes yeux que tu sais que je vais probablement faire une connerie mais tu ne sais pas laquelle. Oh ça non, tu ne sais clairement pas sur quel pied danser et à mesure que la méfiance pointe dans tes iris, mon sourire s'élargit.

« Viens faire un câlin mon chéri … »

Deux secondes plus tard je suis allongé sur lui de tout mon long, prenant bien soin de coller mon corps et surtout mon short, trempés contre lui. Mes cheveux lui barbouillent la figure et le cou, et quand bien même il tente de se débattre et se dégager, c'est peine perdue et il le sait très bien. Oh y a bien une solution, même plusieurs, pour me faire dégager, mais d'une je tiens à mes parties – et lui aussi – et de deux même si je suis relativement sensible d'un point de vue épidermique – ou réactif aux chatouilles si c'est plus éloquent – je ne le laisserai pas m'atteindre. Il fini par s'avouer vaincu je crois, de toute façon il est déjà trempé. Mes mains bloquent ses bras, je suis en appuie sur mes coudes et mes genoux pour ne pas l'écraser, et je le regarde dans les yeux, un peu plus calme.

« T’as d’beaux yeux tu sais. »
« Prenez-vous une chambre. »
« Ouais … »

Un « ouais » relativement absent, parce que je ne suis plus vraiment là. Où est ce que je suis ? J'en sais trop rien mais je me calme, relâche ses bras et me pose un peu plus sans pour autant mettre tout mon poids sur lui mais ne lui rendant pourtant pas sa liberté. Un bisou, juste un, sur ses lèvres. Léger et rapide. Mon visage se perd dans son cou. Bébé Loup veut un câlin. Juste deux secondes et tant pis si ça choque les deux ancêtres à côté.

« La ferme vieille râleuse. Regarde ailleurs si ça t’dérange. »

D'une voix étouffée bien sur parce que mon visage est calé entre le sol et le cou de mon cher et tendre. Si j'avais un truc à portée de main je l'enverrai voler sur Cameron mais comme je n'ai que des galets … On va éviter, c'est mieux.

« Je ferai bien pareil avec Jill mais ton taré de frangin va débarquer comme une furie et m’en coller une. »
« Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes. »

Maël, petite dédicace. Et je me passerai bien de faire le mariole en disant que moi j’ai le droit parce que je ne pense pas que mon amoureux apprécie vraiment. Même si … bref. Peu importe. J’espère juste que ce qu’il s’est passé entre eux n’arrivera jamais aux oreilles de mon frère parce que là on aura un sérieux problème à mon avis. S’il apprend que je l’ai coincé dans la remise, ça risque de chauffer pour moi mais je saurai me défendre ou sinon encaisser. Pas que Kyle soit sans défense mais … enfin voilà quoi. Il est plutôt clair que je ne laisserai pas Derek s’en prendre à lui encore une fois et le cas échéant, je ne me gênerai pas pour lui faire comprendre qu'il a plutôt pas intérêt à recommencer. Fin de l’histoire, ça n’arrivera pas de toute façon.

Finalement je le libère et m'assoie à côté de lui, de biais, de façon à voir les deux autres. J'ai pas envie de me sécher alors que ça pourrait être fait d'un coup de baguette mais je préfère garder encore la sensation de l'eau sur ma peau.

« Elle t'appelle Bouclette, t'es au courant ? »

Ouh la balance ! Si ça se trouve c'est un truc entre eux, qu'est ce que j'en sais moi :gla: Le reste me vient comme une sorte d'intuition et je ne tente pas de la stoper.

« Les gars, y a un truc dont il faut que je vous parle. Kyle est pas au courant mais ça le concerne directement donc je sais pas quelle sera sa réaction mais je tiens à vous le demander quand même. »

Oui j’ai dit les gars pour parler de Cameron et Jill, mais tout le monde a compris. Je sais que t’es pas un mec Jill mais … c’est sorti comme ça. Ensuite je parle de Kyle à la troisième personne alors qu’il est là, contre moi mais il y a une raison à ça et je ne croiserai pas son regard avant d’en avoir terminé. Autant se lancer tout de suite d’ailleurs, histoire de ne pas faire trainer les choses et les angoisser plus que de nécessaire.

« Vendredi prochain c’est la Pleine Lune. »

Vendredi 13 ! Youhou ! Hum. Pardon. C’est juste hyper rassurant même si je ne suis pas superstitieux … Faut dire qu’on a tellement de chance aussi Rolling Eyes

« Vous êtes deux des seules personnes à être au courant de ce qu’il s’est passé pendant celle de mars et parmi ces personnes là vous êtes les deux seuls en qui j’ai suffisamment confiance – et Kyle aussi je le sais – pour vous demander ça. »

En réalité ça n’est pas qu’une question de confiance, mais d’affinités également. Je me vois mal demander ça à Aileen alors que Kyle ne la connaît même pas. Pour le reste, Ever et Jakob seront sous forme animale alors c’est hors de question. Personne d’autre n’est au courant en dehors de ces personnes là et de Taylor, évidemment. Pas même mon frère.

En parler c'est difficile mais pourtant les mots viennent plutôt calmement, et clairement. Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Cameron est au courant pour Taylor, ça n'est pas le cas de Jill et je n'ai pas l'intention que ça chance. Si l'Oncle Sam le sait c'est parce que d'une il m'a vu avec, et de deux Kyle lui a expliqué un peu l'histoire. Je ne lui en veux pas, il avait de toute façon déjà pas mal d'élément en main pour en arriver à faire des conclusions par lui même. Jill sait que j'ai mordu Kyle mais elle ne sait pas dans quelles circonstances. C'est un moyen de la tenir à l'écart de tout ça, pour la protéger, mais aussi parce que ça n'est pas quelque chose que j'ai envie de … partager. Si elle l'apprend un jour j'espère qu'elle ne m'en voudra pas mais en attendant ...

« Voilà, il se trouve que depuis que je l’ai mordu je ne peux pas rester près de lui quand la Lune atteint sa plénitude. C’est trop dangereux, j’ai peur de ne pas réussir à me contrôler parce que … parce que j’ai goûté à son sang et que c’est la première chose que je recherche après m’être transformé. Lui, son odeur, celle de son sang, … J’ai pas l’intention de prendre le moindre risque pour l’instant alors même si des mois ont passé, je préfère rester éloigné pour le moment même si ça me coûte. Le truc c’est que ça me tue de laisser Kyle tout seul parce que ça ne se passe pas forcément super bien pour lui et j’ai pas envie qu’il soit tout seul une fois de plus pour gérer ça alors si vous êtes d’accord, et s’il est d’accord évidemment, est ce que vous pouvez rester avec lui pendant cette nuit là ? »

Ne m'en veux pas, je sais que ça te prend au dépourvu mais … Je sais que tu leur fais confiance et j'ai vraiment pas envie que tu traverses ça seul encore une fois. Dis toi que ça n'était pas prémédité, si ça peut arranger un peu les choses en cas de besoin. Ça part d'un bon sentiment quoi qu'il en soit, même si c'est vrai, j'aurai du t'en parler avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Mer 6 Fév 2013 - 3:44

- N’importe quoi !

Discuter amour avec Cameron me semblait être un sujet extrêmement délicat. La dernière fois que nous étions venus sur le sujet, du moins pour parler de ce que lui vivait, c’était Jillian qui était au cœur de la conversation. Il m’avait avoué qu’il ignorait où il en était par rapport à ce qu’il ressentait face à elle. Il avait de la difficulté avec ses émotions, n’aillant jamais ressenti quelque chose pour une fille. Je ne l’avais pas jugé, préférant plutôt l’écouter jusqu’au bout. Je l’avais conseillé du mieux que je le pouvais, mais je n’étais jamais revenu sur le sujet. Ça ne me regardait pas et il était libre de m’en parler lorsqu’il le souhaitait. S’il ne le faisait pas, c’est qu’il n’en sentait pas le besoin. Cela dit, j’ignorais donc ce qu’il se passait entre ces deux là, mais plus le temps filait et plus je me disais que les choses avaient changés. D’abord, Jillian était complètement gaga de Derek (chose assez inespérée) et Cameron ne semblait pas s’en formaliser. Par contre, lorsque je l’avais vu avec Riley, ils m’avaient semblé très proche tous les deux. Ils se connaissaient depuis un moment et une certaine complicité s’étaient installés entre eux : ça se voyait tout de suite. J’y avais d’ailleurs fait allusion dans ma tête et j’avais gardé mes petites remarques pour moi, question de ne pas venir foutre la gêne ou le bordel.
L’expression de Cameron en disait long, démontrant ainsi que je n’avais pas tord : un truc se passait
.

- C’est … c’est pas du tout … J’en sais rien, voilà, t’es content ?

Mon petit sourire en coin s’élargit sur mes lèvres, démontrant ma satisfaction à mon ami. Je savais que c’était un sujet presque « tabou », mais il n’avait qu’à ne pas commencer. Oui je bavais sur mon chéri qui faisait du surf et alors? Je n’y pouvais rien moi. Il voulait avoir mon attention, il l’avait maintenant : je lui donnais toute entière. Pas que le sujet de son cœur m’intéressait particulièrement, mais puisque c’était sur la table, aussi bien en profiter pour en discuter. De toute manière, il m’en aurait sûrement parlé un jour ou l’autre de sa Riley. C’était d’ailleurs peut-être même la raison qui l’avait poussé à planifier notre rencontre… Peut-être voulait-il que je m’aperçoive de la fille dont il avait le béguin était géniale.
Ah non c’est vrai… Il n’en savait rien… Mon œil ouais à voir sa réaction…


- Je sais que tu penses que je suis un handicapé du sentiment, que j’ai la trouille et tout ça, et tu veux savoir ? Ben t’as raison. Je sais pas faire comme toi, j’y arrive pas, et j’ai pas envie d’y arriver. Et puis Riley c’est … j’en sais rien, c’est différent. Rien à voir avec Jill.

Son regard se porta vers le lac et je m’interdis d’aller dans la même direction, aillant peur qu’Enzo devienne une fois de plus trop distrayant. J’étais ici sur la plage avec mon ami Cameron dont les problèmes de cœur semblaient lui monter jusqu’au cerveau. Visiblement, ça le tracassait et peut-être même depuis un moment. Le fait qu’il ne veuille pas arriver à s’en sortir n’aidait certainement pas à sa situation, mais qu’est-ce que je pouvais faire pour ça? Ça serait bien de lui prescrire un truc en lui disant que tout rentrerait dans l’ordre et que d’ici quelques heures il aurait les réponses à ses questions. Malheureusement, les émotions et les sentiments ne se géraient pas aussi facilement. Pourtant ça serait tellement pratique… Tiens, pourquoi les sorciers n’inventeraient pas une potion pour ça? En voilà une idée qui pourrait se mérité le prix Nobel…

- J’me sens bien avec elle, et c’est clair qu’on est super complices, et je crois que j’ai jamais été aussi … doux, avec quelqu’un. J’suis pas aveugle non plus, elle est super mignonne, mais comme toujours y a un truc qui coince : Moi. Et elle aussi d’ailleurs j’pense. En vérité on n’a jamais parlé de truc de ce genre. On est amis, et j’pense qu’elle comme moi on n’a pas envie que ça change. C’est tout. On s’est rencontrés à un moment où j’avais besoin de quelqu’un comme elle, et je crois que c’était pareil de son côté, alors voilà, ça nous a rapproché mais ça va pas plus loin.

J’hochai la tête en guise de compréhension.
Ouais je comprenais absolument tout. Visiblement, ça cliquait entre ces deux là, mais l’un, ni l’autre n’osait faire un pas de peur de venir gâcher l’amitié. Peut-être étaient-ils tout simplement pas prêt pour ce genre « d’aventure ». C’était okay. Chacun son rythme. Et puis d’ailleurs, on n’est pas prêt de partir d’ici lui et moi. Pareil pour Riley. Si ça se trouvait, on aurait des cheveux blancs quand on quitterait Poudlard. En espérant qu’on ne se rende pas jusque là, mais on ne sait jamais avec ses supérieurs qui nous tenaient en laisse…
Je ne rajoutai rien à l’intention de mon ami, n’aillant pas envie de faire tourner le fer dans la plaie. Je voyais bien qu’il était mal à l’aise et qu’en discuter n’arrangeait rien à sa situation. J’avais dit ça en simple plaisanterie, mais c’était en train de prendre un drôle de tournant et je n’aimais pas ça. Voir mon ami se torturer pour si peu me fendait un peu le cœur en deux. Il ne se formalisa pas de ma question, me donnant une tape dans le dos.


- Et arrête de répondre à une question par une autre question parce que j’te signale que t’as pas répondu à la mienne. Comment il s’en sort le nouveau ?
- Le nouveau…?


Mon sourire avait disparu pour laisser place à des sourcils légèrement froncés. Ça me prit quelques secondes avant de réaliser qu’il parlait d’Oliver.

- Ah okay je vois de qui tu parles. Bah il s’en sort je crois… J’essaie de l’intégrer dans le monde magique, mais c’est une vraie tête de mule. Il ne veut rien savoir des sorciers pour l’instant. Il m’a dit qu’il s’était retrouvé dans une classe d’études des moldus pour servir de cobayes à deux élèves qui étaient en retenue. Il a pas voulu m’en dire plus, mais je crois que ça l’a sacrément secoué. Ça doit être la première expérience traumatisante qu’il a eue ici… Excepté son kidnapping bien sûr. Mais il me semble fort, je suis pas mal certain qu’il s’en sortira indemne.

On a tous passé par là, nous les moldus comme les sorciers nous appelaient.
Par contre, ce que je me demandais, c’était pourquoi Cameron avait autant de réticence envers lui. Le connaissant comme étant plutôt sociable, il semblait se fermer chaque fois qu’Oliver venait dans nos sujets. D’ailleurs, j’étais surpris qu’il me demande de ses nouvelles. Peut-être aurait-il préféré qu’elles soient mauvaises… Bof je ne m’en formalisais pas pour autant. Peut-être s’étaient-ils déjà rencontrés et que ça n’avait pas cliqué entre eux, ce qui ne me surprendrait pas. Ils étaient tous les deux des têtes fortes et ça pouvait très bien créer des flammèches. De mon côté, comment percevais-je Olivier? Difficile à dire. J’avais décidé de le prendre sous mon aile parce que j’étais déjà un parent à mon jeune âge (dans le sens figuré bien sûr, pas au sens propre) et que sa détresse m’avait atteint sans trop que je ne sache pourquoi. Ça, ça devait être mon petit côté sauveur. J’avais le don d’aller vers ceux qui semblaient vouloir me rejeter. Mais ça ne semblait pas être le cas d’Oliver. D’après ce que j’avais compris, je semblais être le seul à qui il parlait et qu’il se confiait et ça semblait le soulager d’un poids. Tant mieux alors si je pouvais lui alléger son aventure à Poudlard. J’ignorais combien de temps il allait tenir la route parce que notre vie semblait éphémère entre ces murs. Moi et Cameron étions là depuis un sacré bout de temps, mais nous avions eu la chance de notre côté, c’est tout. Les nouveaux semblaient avoir plus de chance à se faire choper, mais tout naturellement, je m’étais abstenu de tout commentaire envers Oliver qui souffrait déjà assez comme ça.


- Je ne suis pas vraiment intime avec ce gars là. Il est pire qu’un chat. Il vient me voir quand il en a envie et sinon il semble m’ignorer alors… J’sais pas s’il était comme ça dans sa vie d’avant, mais va savoir… Je crois que cette école nous a tous changé…

Je pris un risque en me retournant vers le lac pour constater que Jillian et Enzo semblaient venir nous retrouver. Mon visage retrouva son sourire.

- Regarde-les. Les dominants de la vague s’en viennent!

Ils semblaient vraiment satisfaits ces deux là. Jillian semblait ravi de sa nouvelle expérience et Enzo… Il avait l’air heureux comme un poisson dans l’eau. Un loup qui a l’eau comme élément. Original et unique à la fois.
Notre amie fut plus rapide et pris place à côté de nous alors qu’Enzo s’afférait à cacher les planches. Je lui souris.


- Alors c’était bien sur cette planche?

J’aimerais bien tenter le coup, mais le sport… Erfff définitivement pas pour moi. Désolé Enzo et Billy.
Chéri arriva quelques secondes après avant de se secouer devant nous comme un chien. De petites gouttelettes fraîches tombèrent sur nous et je penchai légèrement la tête pour constater les dégâts : rien de grave. Je la relevai aussitôt qu’Enzo se mit à genoux devant moi.
Humm qu’est-ce que tu vas me pondre là comme connerie…? Un œuf peut-être?


- Viens faire un câlin mon chéri …
- Nooooon!


Mais il était déjà trop tard.
Je n’eus pas le temps de faire un seul mouvement qu’il se retrouvait déjà sur moi, s’étalant de tout son long en prenant bien le soin de mouiller chaque partie de mon corps. Malgré mes protestations aussi bien physiques que vocales, il ne s’arrêtait pas, jouissant visiblement de ce moment de dominance extrême. Il fallait dire que je ne faisais pas le poids face à cette grosse masse musculaire alors que la mienne s’élevait au rang de plume. Tant pis pour les dégâts que j’observais plus tôt : là j’étais presque aussi trempé que lui. Je terminai mes protestations, le laissant ainsi gagner. De toute manière, je ne pouvais plus y faire grand chose et le mal était fait.
Il releva la tête et je ne pu m’empêcher de lui offrir un petit sourire malgré tout. Un vrai gamin celui là… Rolling Eyes
Ses yeux s’ancrèrent dans les miens.


- T’as d’beaux yeux tu sais.
- Prenez-vous une chambre.
- Ouais …


Il n’était plus là et moi non plus d’ailleurs. À mesure où ma respiration revenait normale (ouais parce que le peu d’exercice que je faisais ne me permettait pas de péter la forme…) je me calmais. Maintenant je pouvais l’admirer d’un peu plus près, je ne m’en plaignais pas. Ses bras retenaient toujours les miens en otage, quel dommage. J’aurais adoré perdre mes doigts dans ses cheveux humides. Et comme j’y pensais justement, il me libéra avant de m’embrasser sur les lèvres rapidement. Une seconde plus tard, son visage disparu dans le creux de mon cou et j’en profitai pour passer un bras dans son dos alors que ma main libre alla tout naturellement se loger sur sa tête.
Ses cheveux…


- La ferme vieille râleuse. Regarde ailleurs si ça t’dérange.

Je pouffai de rire.
Je devais être le seul à l’avoir entendu celle-là.


- Je ferai bien pareil avec Jill mais ton taré de frangin va débarquer comme une furie et m’en coller une.
- Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes.
- Sérieux…? Oo


Derek avait vraiment frappé un mec à cause de Jillian?
Décidément, j’en apprenais tous les jours avec ce nouveau visage qu’il nous démontrait. Visiblement, il semblait très attaché à Jillian… Combien de mecs allait-il devoir tabasser avant d’enfin l’accepter dans sa vie…
Drôle de moineau celui-là…

Enzo en profita pour se relever et aussitôt, une vague de fraîcheur m’envahit. Mes vêtements désormais humides me collaient à la peau et la chaleur que me procurait son corps m’empêchait d’avoir le frisson. Je me redressai à mon tour en regardant de nouveau les dégâts. C’était plus un réflexe qu’autre chose puisque bien entendu, je savais à quoi m’attendre. Je secouai légèrement mes cheveux comme si je voulais y remettre de l’ordre… Je savais bien que c’était peine perdue, mais quand même.


- Elle t'appelle Bouclette, t'es au courant ?

Oh génial, j’ai droit à mes petits surnoms moi aussi.
Je fis non de la tête à Enzo avant de me retourner vers Jillian.


- Tu sais quoi? Je t’autorise à m’appeler Boucle d’Or. Ça fait plus gay.

Gay dans le sens homo, bien entendu. Je ne suis pas tout à fait blond, je ne frise pas tant que ça, mais tant qu’à être dans les petits surnoms… Ça pourrait être marrant Boucle d’Or pour un gars. Et puis il était bien ce compte.
Okay je sors…
:gla:

- Les gars, y a un truc dont il faut que je vous parle. Kyle est pas au courant mais ça le concerne directement donc je sais pas quelle sera sa réaction mais je tiens à vous le demander quand même.

Nouveau regard vers Enzo.
Encore une cachoterie? Quelle réaction…?
Là tu as toute mon attention. D’ailleurs avec des paroles comme ça tu dois avoir celle de tout le monde.
Tu me fais peur.


- Vendredi prochain c’est la Pleine Lune. Vous êtes deux des seules personnes à être au courant de ce qu’il s’est passé pendant celle de mars et parmi ces personnes là vous êtes les deux seuls en qui j’ai suffisamment confiance – et Kyle aussi je le sais – pour vous demander ça.

Oui…?

- Voilà, il se trouve que depuis que je l’ai mordu je ne peux pas rester près de lui quand la Lune atteint sa plénitude. C’est trop dangereux, j’ai peur de ne pas réussir à me contrôler parce que … parce que j’ai goûté à son sang et que c’est la première chose que je recherche après m’être transformé. Lui, son odeur, celle de son sang, … J’ai pas l’intention de prendre le moindre risque pour l’instant alors même si des mois ont passé, je préfère rester éloigné pour le moment même si ça me coûte. Le truc c’est que ça me tue de laisser Kyle tout seul parce que ça ne se passe pas forcément super bien pour lui et j’ai pas envie qu’il soit tout seul une fois de plus pour gérer ça alors si vous êtes d’accord, et s’il est d’accord évidemment, est ce que vous pouvez rester avec lui pendant cette nuit là ?

Je lui souris avant de me retourner vers nos compagnons.

- Mais bien entendu que je suis d’accord. Ça me ferait vraiment plaisir que vous acceptez. Vous serez les bienvenus dans notre petit repère personnel. Vous allez voir, c’est chouette comme endroit.

Je fus assez surpris de cette proposition, mais en même temps… Ça me soulageait. Les pleines lunes n’étaient plus tout à fait les mêmes depuis ma morsure et avoir un peu de compagnie durant cette terrifiante nuit n’allait pas être de refus. Et avec Taylor qui tardait toujours à montrer le bout de son nez, ça me foutait encore plus la trouille. Je me doutais qu’il allait revenir un de ces quatre pour terminer le travail et mon petit doigt me disait qu’il allait choisir la pleine lune pour faire cette apparition. Qui sait, peut-être que ça allait se produire à la prochaine et ne pas être seul pour cette occasion allait m’être plus que bénéfique.
Il ne m’avait peut-être pas parlé de cette proposition d’abord, mais je ne lui en voulais pas le moindrement du monde. Ses intentions étaient bonnes et qui sait, peut-être venait-il d’avoir l’idée alors que nous étions tous les quatre réunis. Le fait qu’il se soucie de moi durant ces nuits là me touchait directement au cœur. Il était au courant des douleurs que me causait la morsure et même si je ne voulais pas qu’il se fasse du sang d’encre pour moi, c’était visiblement loupé. M’enfin… J’avais assez confiance en Jillian et en Cameron pour leur confier ma vie et même celle d’Enzo alors… Je voulais les convaincre au maximum.


- On pourrait se faire une petite soirée pyjamas avec jeux de société, ce serait amusant non? Je suis même prêt à vous laissez gagner, de toute manière je ne suis pas bon là-dedans. Sauf peut-être à fais moi un dessin…

Acceptez s’il vous plaît…
Pour une fois que je peux avoir de la compagnie durant ces nuits là…

Et merci chéri pour l’idée…
Je n’arrive pas à croire qu’on y est pas songé avant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Jeu 7 Fév 2013 - 13:32

« Le nouveau…? »

Oui, le nouveau. Je sais qu’il y en a quelques un de temps en temps et même s’il est là depuis quelques semaines maintenant, pour moi c’est toujours le nouveau. Alors, le sang monte au cerveau ?

« Ah okay je vois de qui tu parles. Bah il s’en sort je crois… J’essaie de l’intégrer dans le monde magique, mais c’est une vraie tête de mule. Il ne veut rien savoir des sorciers pour l’instant. Il m’a dit qu’il s’était retrouvé dans une classe d’études des moldus pour servir de cobayes à deux élèves qui étaient en retenue. Il a pas voulu m’en dire plus, mais je crois que ça l’a sacrément secoué. Ça doit être la première expérience traumatisante qu’il a eue ici… Excepté son kidnapping bien sûr. Mais il me semble fort, je suis pas mal certain qu’il s’en sortira indemne. »

Dans le fond, je peux tout à fait comprendre ce type et je pourrai tout à fait avoir des affinités avec lui puisque sa réaction à sa nouvelle condition n’est pas beaucoup différente de celle que j’ai eu à l’époque. Quand j’ai débarqué, j’ai rapidement mis tous les Sorciers dans le même panier et je ne voulais clairement pas entendre parler d’une quelconque relation positive avec eux. Certaines personnes m’ont ouvert les yeux, mais ça a pris du temps. Il a le droit au bénéfice du doute, à un temps d’acclimatation, je le sais, mais y a rien à faire, j’ai du mal. Peut être justement parce que je sais ce que ça implique comme risque de réagir comme il le fait et parce qu’aujourd’hui contrairement à l’époque, il y a des gens à qui je tiens et que je ne veux pas voir souffrir à cause d’une tierce personne. Faire des conneries soi-même c’est une chose, subir les conséquences de celle des autres c’en est une autre. Je ne suis pas agressif ni menaçant envers lui, mais j’évite le contact, tout simplement. De toute façon j’ai comme l’impression qu’il ne s’approche que de Kyle. Tant mieux s’il a trouvé quelqu’un sur qui compter, parce qu’on en a tous besoin à un moment ou à un autre même si c’est pour une chose infime, juste une présence, mais qu’il s’attende à me voir débarquer pour le remettre à sa place si jamais un jour ça dégénère. J’ai toujours protégé les miens, il n’échappera pas à cette règle. En dehors de ça, si un jour il a besoin de moi d’une façon ou d’une autre je ne lui tournerai pas le dos, mais ça n’est pas moi qui irait spontanément vers lui, c’est une certitude. Sauf s’il est dans une sale posture et que je peux faire quelque chose, j’entends, mais je ne ressens pas le besoin, et surtout pas l’envie, de créer un lien avec ce type. Les affinités, les feelings, ils sont là ou ils ne le sont pas. Point barre. Tout peut évoluer, qui sait, peut être qu’on sera les meilleurs amis du monde dans quelques temps mais pour l’heure ça n’est pas le cas. Chacun sa vie.

« Je ne suis pas vraiment intime avec ce gars là. Il est pire qu’un chat. Il vient me voir quand il en a envie et sinon il semble m’ignorer alors… J’sais pas s’il était comme ça dans sa vie d’avant, mais va savoir… Je crois que cette école nous a tous changé… »
« Mouais. Et pas forcément toujours dans le bon sens Rolling Eyes »

Je me suis ramolli depuis que je suis ici, c’est plutôt clair, et j’aime pas franchement ça mais c’est comme ça. Enfin, ma grande gueule et ma capacité à me fourrer dans la merde juste pour le plaisir n’a pas totalement disparu, on sauve les meubles.

« Regarde-les. Les dominants de la vague s’en viennent! »

Les dominants de la vague, c’est mignon. Ils ont l’air heureux en tout cas et ça fait plaisir de voir des sourires sur le visage des gens à qui on tient. J’en deviendrai presque sentimental, n’importe quoi. Exemple typique du fameux ramollissage en question. Pas que j’aime pas ressentir des trucs mais … Et puis merde.

Enzo s’éloigne et s’occupe des planches, Jill, elle, nous rejoins et s’assoie à côté de moi. Admets le, j’te manquai trop.

« Alors c’était bien sur cette planche? »

A voir l’expression que tu trimballes Davis, je dirai que oui, mais t’es peut être juste super heureuse de sortir enfin de l’eau, de te débarrasser de ce branleur des mers et rejoindre deux personnes – enfin surtout une mais je ne dirai pas laquelle pour laisser planer le suspens – formidables et beaucoup plus intéressantes qu’un gamin de 17 ans qui tient pas en place et fait son malin sur la plage et surtout sur les vagues. D’ailleurs, quand on parle du Loup … Il est là, planté devant nous – et pour un peu il ferait éclipse avec sa carcasse. Dégage du soleil ! oh – avec cet air que je commence à lui savoir caractéristique, celui qui annonce une connerie parfois plus grosse que lui. Son sourire s’étire, mes yeux glisse un instant sur sa cicatrice tout comme ils l’ont fait sur celles de Jill et de Kyle. Chacun les siennes, chacun une histoire différente. Je reviens sur terre – même si je n’étais pas parti bien loin – quand il s’ébroue comme un chien. Désolé, mais je ne vois pas d’autre mot, ni d’autre comparaison. J’hésite entre avoir l’air blasé ou râler mais quand je rouvre les yeux que j’avais fermé par reflexe comme pour les protéger de l’eau, ce p’tit con n’est plus dans ma ligne de mire. Un regard sur le côté, je le vois se laisser tomber à genoux devant Kyle et son sourire n’a pas disparu. Ce qui … est plutôt mauvais signe pour toi East Coast. Tu l’as voulu, à tes risques et périls mon vieux.

« Viens faire un câlin mon chéri … »
« Nooooon! »

Trop tard :gla: Et c’est parti ! Je ne peux pas dire que je commence à avoir l’habitude de les voir ensemble ces deux là parce que c’est assez rare finalement, mais ça me semble naturel quoi qu’il en soit. Je me tourne vers Jill en levant les yeux au ciel, l’air de dire … j’en sais rien en fait. C’est juste pour la forme.

« T’as d’beaux yeux tu sais. »
« Prenez-vous une chambre. »
« Ouais … »

Il planque son visage dans le cou de son homme et marmonne quelque chose que je ne comprends pas. Dommage, j’aurai adoré avoir une bonne excuse pour me lever et le remettre à sa place. En toute amitié bien sur. J’adore me battre, j’ai toujours aimé ça, y compris avec mes potes et en dehors de lui on ne peut pas dire que j’ai beaucoup d’autres choix. La moitié sont des filles donc c’est mort, et le reste … je ne me vois pas agir comme ça avec Kyle, disons. Je n’ai pas revu Alec depuis les cachots, et en dehors de ça y aurait bien Derek mais ces deux là ne sont pas vraiment les personnes dont je suis le plus proche ici. Je me bats avec certains Sorciers que je ne peux pas encadrer, mais faire le con avec quelqu’un qu’on apprécie c’est autre chose. Oui ça peut paraître bizarre dit comme ça mais je sais qu’Enzo me comprends. Là dessus on est pareil lui et moi. On adore se « chahuter » mutuellement, que ça soit verbalement ou physiquement. Lui il a son frère, je crois que c’est en partie pour ça qu’on se comprend là dessus. Parce que moi aussi j’ai eu un grand frère et moi aussi j’adorai l’emmerder et me battre avec lui. Peu importe.

« Je ferai bien pareil avec Jill mais ton taré de frangin va débarquer comme une furie et m’en coller une. »
« Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes. »
« Sérieux…? Oo »

Eh ben alors, sa Majesté est possessive ? C’est étonnant dis donc … Je plains le p’tit malheureux qui s’en ai pris une, ou les malheureux s’ils sont plusieurs, parce qu’il a pas une force de tapette le Derek. Sans offense vous deux là hein. Et n’allez surtout pas répéter à ce grand con de Ryans que je lui ai fait un compliment. Oui c’est un compliment. Enfin bref, un Ryans possessif, ça ne devrait étonner personne, d’ailleurs, ça n’étonne personne. Et tu sais quoi Davis, moi j’crois qu’une part de toi aime ça, nan ? C’est bien un truc de fille ça, vous criez au scandale après la violence mais ça vous fait frémir quand deux mecs se battent pour vous. Ne me dites pas le contraire ! Oh oui regarde mon grand sourire, tu sais parfaitement ce à quoi je pense là tout de suite. Héhé. Frappe-moi, j’adore ça.

« Elle t'appelle Bouclette, t'es au courant ? »

Ah tiens, t’as lâché ton « chéri » toi. Enfin bien joué parce qu’il est trempé. Je m’étonne d’ailleurs d’avoir échappé à ça, sans commune mesure évidemment, mais je commence à bien les connaître ces deux là – Jill & Enzo j’entends – et la connerie ils l’entretiennent déjà très bien tout seul alors quand ils sont tous les deux …

« Tu sais quoi? Je t’autorise à m’appeler Boucle d’Or. Ça fait plus gay. »

Ben voyons ! Comme si t’avais l’air gay. Ceci dit, après Superman, East Coast et j’en passe, pourquoi pas Boucle d’Or après tout. Un jour je m’en servirai contre toi mon ami, parce que j’ai pas oublié le coup du dessin. Non, non.

« Les gars, y a un truc dont il faut que je vous parle. Kyle est pas au courant mais ça le concerne directement donc je sais pas quelle sera sa réaction mais je tiens à vous le demander quand même. »

Ouh la, on passe aux choses sérieuses là ? D’ailleurs quelque chose me dit que tu viens de me sauver la peau d’une connerie de la Davis en fronçant les sourcils comme tu le fais et avec ton mystère. Merci ? Crache le morceau, je crois que tu nous fais tous flipper.

« Vendredi prochain c’est la Pleine Lune. »

Ah …

« Vous êtes deux des seules personnes à être au courant de ce qu’il s’est passé pendant celle de mars et parmi ces personnes là vous êtes les deux seuls en qui j’ai suffisamment confiance – et Kyle aussi je le sais – pour vous demander ça. »

Ah …

Oui, je sais, c’est répétitif comme pensée mais c’est tout ce qui me vient à l’esprit.

« Voilà, il se trouve que depuis que je l’ai mordu je ne peux pas rester près de lui quand la Lune atteint sa plénitude. C’est trop dangereux, j’ai peur de ne pas réussir à me contrôler parce que … parce que j’ai goûté à son sang et que c’est la première chose que je recherche après m’être transformé. Lui, son odeur, celle de son sang, … J’ai pas l’intention de prendre le moindre risque pour l’instant alors même si des mois ont passé, je préfère rester éloigné pour le moment même si ça me coûte. Le truc c’est que ça me tue de laisser Kyle tout seul parce que ça ne se passe pas forcément super bien pour lui et j’ai pas envie qu’il soit tout seul une fois de plus pour gérer ça alors si vous êtes d’accord, et s’il est d’accord évidemment, est ce que vous pouvez rester avec lui pendant cette nuit là ? »

Kyle ?

« Mais bien entendu que je suis d’accord. Ça me ferait vraiment plaisir que vous acceptez. Vous serez les bienvenus dans notre petit repère personnel. Vous allez voir, c’est chouette comme endroit. »

Youpi, votre nid d’amour, j’en rêvai … On peut pas squatter ma chambre plutôt ? Au moins elle est exempt de tout vice :gla: Ben … d’un certain type en tout cas. Ma p’tite cellule de moine, je commencerai presque à l’apprécier depuis le temps.

« On pourrait se faire une petite soirée pyjamas avec jeux de société, ce serait amusant non? Je suis même prêt à vous laissez gagner, de toute manière je ne suis pas bon là-dedans. Sauf peut-être à fais moi un dessin… »
« Évidemment, tu risques même de nous mettre une sacré branlée Rolling Eyes »

Y a pas de justice.

« Pour ma part faut que je consulte mon agenda, j’ai un véritable emploi du temps de ministre. Vendredi tu dis ? Hum … »

Je trouve que cette situation est trop dramatique, ou pourrait l’être, donc oui je raconte de la merde histoire de détendre l’atmosphère parce que même si Kyle a l’air enjoué, je sais très bien que c’est un sujet sensible et délicat et je sais aussi ce que ça coûte à Enzo de nous demander ça mais il a raison de le faire, ça aurait été stupide que Kyle reste encore une fois tout seul. Au moins, on pourra le distraire pendant que la nuit passe, et être là si jamais il y a un problème. Avec une Sorcière dans l’assemblée ça peut être une bonne chose aussi même si évidemment ça n’est pas de la Sorcière dont il est question là mais de l’Amie.

« Bien sur, pas de problème pour moi en tout cas. J’vous apprendrai à jouer au Poker si vous n’êtes pas déjà calé sur le sujet. Par contre je dors sans pyjama, c’est un problème ? »

Non tu ne rêves pas Davis, je viens bien de passer mon bras autour de tes épaules et de te lancer un regard lubrique. Tu vois mes sourcils qui bougent de façon frénétique là ? Une soirée pyjama, c’est pas un truc de filles ça ? Kyle, je retire ce que j’ai pensé tout à l’heure en disant que t’avais pas l’air gay.

« Et toi, tu vas faire quoi ? »

Ok c’est peut être pas la meilleure question à poser – à Enzo j’entends – mais … tant pis. Tu t’inquiètes pour Kyle, nous on a le droit de s’inquiéter pour toi aussi. Qui plus est, rien ne t’oblige à répondre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Mar 26 Fév 2013 - 22:20



It's a revolution i suppose → Enzo & Kyle & Cameron & Jill

C
’est drôle d’être là avec lui, avec eux. C’est drôle de sentir le soleil qui caresse ma peau, réchauffe mon corps tandis que l’eau le refroidit. Je me sens vivante en cet instant, plus qu’à n’importe quel autre moment des derniers jours. J’oublie l’espace d’une seconde d’où je viens, où je vais. Je me contente d’être là, dans l’instant présent, de le vivre entièrement en compagnie de trois garçons que j’aime peut-être plus que ma propre vie parfois. Il y en a qui manquent au tableau et pourtant ce joli quatuor semble se suffire à lui-même. Nous sommes proches depuis deux ans déjà, la collectivité ça n’a pas toujours ses avantages et pourtant.. Nous sommes réellement proches depuis moins longtemps que ça en fait mais qu’importe, est-ce qu’il faut vraiment une durée minimum pour que les gens se sentent tout à coup comme en famille avec des proches dont ils ne partagent pas le sang mais le reste de leur vie. Je ne crois pas. Je pense que c’est simplement de l’instinct, de la confiance, du respect. Même si tous ces mots au final veulent dire la même chose. Aujourd’hui, on est comme en famille. Voilà. Et je n’ai pas besoin de songer à Elle pour me rappeler qu’ils ne sont pas de mon sang, qu’ils ne s’appelleront jamais Davis comme moi, qu’ils n’ont pas partagé mes jeux, mes doutes, mon enfance. J’ai juste envie de dire.. Et alors ? Est-ce que ça les rend moins proches de moi ? Je ne crois pas. Ils sont tous les trois au courant, ils savent ce que j’ai vécu avec Suzie. Ils ont partagé un peu le poids de ce passé, tout comme Derek l’a fait un jour. Ce qui me paraissait invraisemblable, aujourd’hui me suffit. Ils savent. Ils ne se l’approprient pas, ils se contentent d’observer cette fenêtre sur mon passé et cette sœur qu’ils ne connaîtront jamais tout comme je ne connaitrai jamais le frère de Cameron ou les parents d’Enzo. Le simple fait de savoir que c’est là, que ça a existé, cette souffrance, cette.. Ça me suffit. Je peux avancer tout en sachant qu’elle reste là. Derrière, devant et près de moi. Dans leur esprit et dans le mien. Ce n’est plus un secret. Ce n’est plus une honte ni une culpabilité. C’est juste là et je sais que si le raz de marée de sa perte refait surface… J’aurai plus d’une épaule sur laquelle me reposer.

Alors oui, je me sens vivante cette après-midi sous ce soleil presque estival. Ma sœur est quelque part parmi les nuages. Mon cœur est quelque part entre le ciel, la terre et l’eau et mon sourire perdu dans un coin de mon visage. Mon regard croise celui d’Enzo, je sais qu’il pense la même chose que moi après cette vague que nous avons pris ensemble. Lui aussi ressent cet espèce d’apaisement curieux et ce petit demi-tour sur notre parcours. Eh oui les moments de répit existent. On aurait du mal à le croire après ces deux dernières années et pourtant.. Cette après-midi additionnée à celle que j’ai passée avec Derek l’autre fois dans cette étrange salle aux couleurs automnales me laissent vraiment à penser qu’il existe quelque part une étoile pour nous et qu’elle s’est enfin rendu compte qu’elle avait sacrément merdé ces derniers temps. Même si vu de cette façon, ça parait pouvoir s’arrêter n’importe quand, les dysfonctionnements stellaires ça existe hein, je crois qu’on s’en fiche. On profite là. Vous ne voyez pas qu’on profite ? C’est si.. improbable de réussir à passer un bon moment dans cette école ces temps-ci qu’on goûte d’autant plus la simplicité et la saveur de cette imprudence. Ni moi ni les autres ne sommes vraiment dupes au fond de nous. On sait très bien que chaque instant de bonheur a un prix qu’il faut bien payer un jour. On n’est pas nés de la dernière pluie, on a vécu pendant deux ans sous l’occupation des Supérieurs et ça n’est sans doute pas prêt de s’arrêter. On a appris. On a compris. C’est justement pour ça qu’on profite. Parce qu’on sait que rien ne dure dans ce château et que s’il y a bien une chose qu’il ne faut pas laisser filer, c’est ça. Le bonheur d’être ensemble.

On s’en refait une et on les rejoint ? Je crois que Cameron va plus tenir longtemps. »
Pourquoi ? »
Regarde par toi-même. »

Enzo tourne la tête vers la plage, observe et finit par éclater de rire. Je souris en distinguant les traits de Cameron. Je ne vois pas vraiment son regard de là où on se trouve mais je devine son agacement contenu. Ecouter jacasser un amoureux, c’est… Je le comprends disons :gla: Ça n’est pas contre Enzo ou Kyle loin de là mais c’est vrai que prêter son oreille de temps à autre pour entendre le bonheur de l’autre avec sa moitié c’est agréable, par contre on sature vite. Ça n’est pas de la jalousie, c’est simplement qu’une histoire d’amour ne doit pas se vivre par procuration. Et puis c’est parfois difficile d’avoir un avis ou de déterminer son opinion sur certains détails de la vie de couple de son pote. Il y a des choses qu’on a toujours très envie de partager autour de soi, surtout avec ses meilleures amis et qu’il vaut mieux… garder pour soi et sa moitié :gla: Pour prendre un exemple, Enzo ne me parlera jamais de ses histoires de fesses avec Kyle et je ne me vois pas plus aborder le sujet avec lui vis-à-vis de Derek et moi. A moins qu’il y ait vraiment un couac quelque part mais.. bon. Et ça n’a rien à voir avec le fait que Derek soit son frère ou qu’Enzo soit un mec parce que ce n’est pas un sujet que j’aborde plus volontiers avec Sovahnn. Avec Takuma à la limite parce que lui il est… Je ne sais pas dire quoi mais à choisir c’est sans doute celui vers qui j’irai le plus volontiers pour parler de ça. Peut-être parce qu’il a été témoin de cet espèce de rêve bizarre avec Derek et Enzo dans le même lit que moi et qu’on a déjà couché ensemble juste pour coucher ensemble.

Mon dieu quand j’y repense… En deux ans, j’ai flingué plus de principes que pendant mes 18 premières années de vie Rolling Eyes

Ah. Ok :lol: C'est le but en même temps. Tout ce cinéma a pour objectif ultime qu'il me saute dessus dès que je sors de l'eau, tu t'en doutes bien. »
Je suis l’instrument de ta dépravation sexuelle. Doux Jésus… »

Et Doux Jésus ça te fait prendre 10 ans dans la vue ma vieille. Trouve autre chose la prochaine fois.

Allons-y. »

On rame de nouveau vers le large du Lac et une vague apparaît. Opérant la même tactique qu’avant, je me place à l’avant de la planche, accroupie, et j’attends le signal de mon commandant de bord pour me redresser tant bien que mal. La sensation est légèrement différente cette fois, j’ai l’impression de prendre un petit plus d’assurance et mon plaisir s’en trouve décuplé. Je souris lorsque notre planche arrive près du rivage et m’apprête à dire quelque chose mais Enzo ne m’en laisse pas le temps. Il me pousse dans l’eau et suit le mouvement pour me rejoindre. J’émerge avant lui et saute sur ses épaules pour le couler. Il se débarrasse de moi et m’éclabousse un bon coup en riant. Inutile de dire que ça finit en bataille d’eau jusqu’à ce que l’un de nous deux déclare le traité de paix momentané. Nous sortons de l’eau et pendant qu’Enzo va cacher les planches près des arbres, je me dirige vers les deux autres et me laisse tomber à côté de Cameron lui souriant au passage.

Alors c’était bien sur cette planche? » demande Kyle.
Yo les gars ! Une vraie fille de la terre ! Pas moyen de tenir sur cette planche de malheur avec toute cette eau en dessous.. Enfin je ne désespère pas parce que c’est quand même géant quand t’arrives à prendre la vague ! »

Je les observe tous les deux. Enzo arrive à ce moment, se plante face à nous et s’ébroue comme un chien. Si ça ne fait pas grande différence pour moi étant donné que je suis aussi mouillée que lui, Cameron et Kyle en prennent en revanche pour leur grade dans l’affaire. Le premier ferme les yeux, attendant que ça passe et je songe vaguement à lui envoyer mes cheveux dégoulinants dans la figure juste pour le surprendre, tandis que le second grimace tout en souriant. Il change toutefois d’expression quand Enzo se laisse tomber à genoux devant lui et lui sourit avec un air de gosse qui a une connerie en tête et s’apprête à la mettre à exécution.

Et ça ne rate pas.

Viens faire un câlin mon chéri … » roucoule-t-il en se jetant, trempé, sur Kyle.
Nooooon! »

Kyle essaie tant bien que mal de se débattre mais Enzo est décidément plus mastoc que lui et il finit par abandonner. Cameron se tourne vers moi et hausse les yeux au ciel sans rien dire. J’éclate de rire. Je pourrais très bien encore une fois me jeter sur lui et lui faire subir le même sort que Kyle avant qu’il ne me catapulte sur le sable comme l’a fait Enzo dans l’eau mais un soupçon d’instinct de survie me maintient les fesses dans le sable. Je suis trempée et le sable accroche décidément trop bien à une peau humide pour que je sois indifférente à ce détail. Je ne vais pas aller jusqu’à dire que je ne supporte pas d’être pleine de sable quand je suis mouillée, ça je m’en fous, par contre je sais que Cameron a très bonne mémoire, est plus fort que moi et peut très bien recevoir l’aide d’Enzo le tourne-casaque. Je ne sais pas bien ce qu’ils pourraient trouver comme vengeance à me faire subir mais je suis certaine que je n’y louperai pas et franchement … Voilà

Courageuse mais pas téméraire et je vous emmerde :gla:

Pendant ce temps-là, à côté de Cameron …

T’as d’beaux yeux tu sais. »
Prenez-vous une chambre. »

Tu m’ôtes les mots de la bouche camarade.

Ouais … »

Kyle rigole sous son Zozo et celui-ci se penche pour lui murmurer quelque chose à l’oreille qui fait redoubler ses rires.

Je ferai bien pareil avec Jill mais ton taré de frangin va débarquer comme une furie et m’en coller une. »
Y en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes. »
Sérieux…? Oo »

Les regards de Kyle et de Cameron se tournèrent instantanément vers moi.

Hey ! T’es pas obligé de lancer ça à la volée ! Et toi qu’est-ce qui t’assures que je te suivrais pour me rouler dans le sable avec tes plumes ? » m’exclamai-je tour à tour à l’adresse d’Enzo et de Cameron.

Kyle détourna la tête et sembla réfléchir à l’éventualité que nous avions abordé ensemble il n’y a pas un mois de ça, celle que Derek n’était finalement pas si con que ça. Le geste qu’il avait eu envers Maël trahissait clairement son sentiment à mon égard tout en masquant les profondeurs de celui-ci. Il était territorial en tout cas, c’était clair. Enzo m’avait déjà fait part de sa bruyante réaction il y a quelque jours lorsqu’il l’avait appris par Maël. Il avait explosé de rire à l’idée que son pote se soit pris un gnon par son frère et je dois reconnaître qu’avec le recul, je commençais à en rire aussi. Même si devant Maël, je m’abstenais de tout ça. Vis-à-vis de lui, ça n’était pas correct même s’il semblait prendre la chose avec autant de légèreté qu’Enzo.
Cameron quant à lui m’observait en coin, un sourire fin sur le visage et cette impression de savoir avant même que j’ai pu y penser que j’ai aimé ça. Qu’après tout je suis comme toutes les autres, avec cet air de pas vouloir y toucher et pourtant… Je souris malgré ça parce que oui, il a parfaitement raison, je l’ai même dit à Derek que c’était sexy cette réaction. Bien que ça soit une énorme connerie de l’encourager, je pense qu’il ne recommencera pas. Ou du moins qu’il évitera autant que possible de le faire sur un de mes amis. Surtout s’il s’agit de quelque chose d’aussi inoffensif qu’une étreinte. Et Cameron continue de sourire en me taquinant mentalement d’un simple regard narquois alors je finis par le pousser au niveau de son épaule. Il se rattrape d’une main posée rapidement dans le sable et notre chamaille se finit dans un rire. Je renchéris sur les propos d’Enzo un peu plus tôt.

Cela dit, en effet, je te conseille pas d’essayer Cam. J’ai un pote qui ramasse encore ses dents :gla: »

Paix à tes quenottes mon Maël. T’inquiètes pas, t’es toujours aussi beau même avec un cocard gros comme mon poing. La prochaine fois je le tiendrai en laisse, je te promets ! (Ou pas.)

Elle t'appelle Bouclette, t'es au courant ? » intervient soudain Enzo en se tournant vers Kyle.
Mais t’es incroyable toi xD Est-ce que je peux te confier un truc que tu leur as pas déjà dit ? Marchande de poissons va. »

Cette fois c’est mon pied qui part en direction d’Enzo mais je suis trop loin pour l’atteindre et tout ce que j’arrive à faire c’est envoyer du sable dans son périmètre. Kyle qui ne semblait pas au courant de son surnom regarde tour à tour Enzo puis moi.

Tu sais quoi? Je t’autorise à m’appeler Boucle d’Or. Ça fait plus gay. »
Anh, je note Kyle, je note. Même si Bouclette… c’est ce qui te va de mieux pour moi »

Je lui fais un petit clin d’œil à défaut de pouvoir ébouriffer ses bouclettes. Enzo prend alors la parole mais ce n’est plus pour lancer une connerie.

Les gars, y a un truc dont il faut que je vous parle. Kyle est pas au courant mais ça le concerne directement donc je sais pas quelle sera sa réaction mais je tiens à vous le demander quand même. »
Vas-y, on est toute ouïe. » dis-je pour l’encourager.

Il fixe le sable d’un air sérieux et refuse obstinément de croiser un seul de nos trois regards.

Vendredi prochain c’est la Pleine Lune. »

Un silence plane quelques secondes. Enzo finit par relever la tête et nous regarde chacun notre tour. Nous avons tous les trois les sourcils froncés et nous ne perdons pas une miette de sa demande.

Vous êtes deux des seules personnes à être au courant de ce qu’il s’est passé pendant celle de mars et parmi ces personnes là vous êtes les deux seuls en qui j’ai suffisamment confiance – et Kyle aussi je le sais – pour vous demander ça. »

Ça.
Ça quoi Enzo ?

Voilà, il se trouve que depuis que je l’ai mordu je ne peux pas rester près de lui quand la Lune atteint sa plénitude. C’est trop dangereux, j’ai peur de ne pas réussir à me contrôler parce que … parce que j’ai goûté à son sang et que c’est la première chose que je recherche après m’être transformé. Lui, son odeur, celle de son sang, … J’ai pas l’intention de prendre le moindre risque pour l’instant alors même si des mois ont passé, je préfère rester éloigné pour le moment même si ça me coûte. Le truc c’est que ça me tue de laisser Kyle tout seul parce que ça ne se passe pas forcément super bien pour lui et j’ai pas envie qu’il soit tout seul une fois de plus pour gérer ça alors si vous êtes d’accord, et s’il est d’accord évidemment, est ce que vous pouvez rester avec lui pendant cette nuit là ? »

Ah, ça.
Bah… Mes yeux se dirigent spontanément vers Kyle. Il est le premier concerné par la situation. S’il veut bien de nous près de lui cette nuit-là c’est la première chose à savoir. Il ne prend même pas la peine de réfléchir et sa réponse sort franchement.

Mais bien entendu que je suis d’accord. Ça me ferait vraiment plaisir que vous acceptiez. Vous serez les bienvenus dans notre petit repère personnel. Vous allez voir, c’est chouette comme endroit. »

Je ne vois pas l’expression de Cameron étant donné qu’il est assis un peu plus en avant de moi et qu’il regarde aussi Kyle et Enzo mais pour ma part, c’est un petit sourire attendri qui sort en réaction à la réponse de Kyle. A l’écouter, on penserait presque qu’on fait un goûter d’anniversaire. J’ai passé trop de temps avec Enzo et ses suites de Pleine Lune pour savoir que la réalité n’est pas si douce. Enfin, il voit le bon côté de la chose, c’est bien. Il ne sera pas tout seul et ça semble le réjouir alors moi aussi.

On pourrait se faire une petite soirée pyjamas avec jeux de société, ce serait amusant non? Je suis même prêt à vous laissez gagner, de toute manière je ne suis pas bon là-dedans. Sauf peut-être à fais moi un dessin… »
Évidemment, tu risques même de nous mettre une sacrée branlée Rolling Eyes » rétorque Cameron.
Tu m’ôtes les mots de la bouche. » je renchéris d’une voix faussement blasée.

Nous sourions tous les trois mais je sais qu’il y en a un quatrième qui attend une réponse un peu plus sérieuse que ça. Je plonge mon regard dans celui de mon meilleur ami, tâchant de sonder son inquiétude pour mieux le rassurer.

Plus sérieusement, je me vois mal te dire non Enzo. Je ne sais pas en quoi je peux être utile à part le fait que j’aurai ma baguette au cas où ça dérape mais.. je serai là. Evidemment que oui. Surtout si Bouclette veut bien de moi pour sa pyjama party. »

Je lui souris.
T’en fais pas mon Loup. On va prendre soin de lui. On te le promets.

Pour ma part faut que je consulte mon agenda, j’ai un véritable emploi du temps de ministre. Vendredi tu dis ? Hum … »
Regardez-le l’autre, il va nous la jouer mec occupé. » dis-je en levant les yeux au ciel.
Bien sur, pas de problème pour moi en tout cas. J’vous apprendrai à jouer au Poker si vous n’êtes pas déjà calé sur le sujet. Par contre je dors sans pyjama, c’est un problème ? »
Navrée mon poulet mais si je suis une bille en surf je ne peux pas renier mon sang de joueuse de Poker. Davis, détrousseurs de père en fille »

Je m’arrête avant de proposer à Enzo d’expliquer à son chéri et Cameron comment il a fini pratiquement à poil grâce à mes talentueux dons de joueuse de poker. A vrai dire, c’était surtout du à la chance, une grande dose de bluff et un brin de compréhension des règles et tactiques. Mon père ne m’a jamais appris à jouer au Poker ni à autre chose d’ailleurs. Mon Grand-Père par contre s’était chargé de mon éducation aux échecs ainsi que d’autres jeux de logique et de stratégie et le poker y figurait. La variante strip poker a été.. apprise sur le tas :gla:

Et je t’amènerai une chemise de nuit. Je ne veux pas faire de cauchemars ! »

Je me suis déjà réveillée à côté d’un pote à poil – suivez mon regard :gla: – et une fois suffit amplement. Surtout qu’avec les réactions testostéronées de Derek, je me méfie maintenant. Cameron n’est pas comme Maël, déjà parce qu’il est plus âgé mais aussi parce qu’il est plus.. Disons qu’il ne partirait sans que Derek et lui soient quittes. Ce qui, en l’occurrence, me dérangerait particulièrement parce que je n’ai pas spécialement envie que ces deux-là se foutent sur la tronche pour une banale histoire de pyjama.

Et toi, tu vas faire quoi ? » demande Cam en se tournant vers Enzo.
Une crapette avec les Supérieurs. » je sors machinalement.

Surprise par ma propre bouche, je les regarde tous les trois et rétorque :

Quoi ? Question con, réponse con :angel: »

code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Ven 1 Mar 2013 - 13:23

Ma dépravation sexuelle, non mais tu t’entends parler Jillian Davis ? Crois moi, c’est pas avec tes Doux Jésus que tu vas rattraper le tir. T’as peut être l’air d’une sainte – enfin ça c’était avant en fait parce que maintenant tout le monde sait que c’est pas vrai – mais je crois que la moitié de ce château ferait une attaque en entendant ce qu’il se passe parfois dans ta tête. En plus, tout ça c’est depuis que tu m’as coincé dans la remise, avant j’étais prude :gla: Comment ça c’est l’inverse ? Je ne vois pas de quoi vous parlez. Ah et pour ton information Jill, les véritables secrets je sais parfaitement les garder, t’en fais pas Wink Je vois pas bien en quoi balancer à Kyle que tu l’appelles Bouclette – d’ailleurs Boucle d’Or ça va pas le faire chéri, t’en ai conscient ? Pas de ça de ma part en tout cas. C’est pas parce que t’es à l’aise avec ta sexualité que j’ai envie que tu te transformes en stéréotype ou je sais pas quoi. Tu vas pas faire ça hein ? Rassure moi – est un crime contre l’humanité, ni même balancer les petits penchant possessif et légèrement impulsif de mon frère. Tout le monde ici sait que les Ryans sont des sanguins, c’est pas un scoop. Et je suis pas une marchande de poissons ! D’abord. Remarque, c’est vachement bon le poisson. On devrait se faire un barbec, en pêcher quelques uns et les faire griller. Ouais, ça serait vachement cool ça, comme dans le temps quand Papa le faisait dans le jardin l’été. Peut être qu’un jour on fera ça dans l’un de nos jardins à nous. J’espère bien en tout cas, et oui malgré tout j’arrive encore à avoir de l’espoir. Imaginer ce que pourraient être nos vies à l’extérieur ça me donne le sourire plus que ça ne me déprime.

Enfin bref ! Le câlin trempé, c’est fait. La question qui tue – ou pas – aussi. Et je ne peux pas m’empêcher de regarder le sable comme s’il avait un truc vachement important à me dire, entre deux coups d’œil à mes amis ici présent. Je compte sur eux, c’est un fait. L’idée de devoir abandonner Kyle me tord l’estomac comme pas permis mais la décision ne m’appartient pas. Cela dit il me sourit, c’est que je n’ai pas balancé une connerie plus grosse que moi. Pour une fois. Prendre des décisions à sa place ça n’est pas dans mes habitudes, mais je sais que parfois – un peu comme lui mais d’une manière différente et si vous arrivez à me suivre alors bravo – je peux me montrer dirigiste. Là ça n’était pas le but, mais comme je suis un garçon borné qui a tendance à agir avant de réfléchir et bien voilà, les mots sont sortis tous seuls. Néanmoins, je propose et vous disposez. C’est juste que …

« Mais bien entendu que je suis d’accord. Ça me ferait vraiment plaisir que vous acceptiez. Vous serez les bienvenus dans notre petit repère personnel. Vous allez voir, c’est chouette comme endroit. »

Nos trois paires d’yeux sont braquées sur lui à présent, comme s’il était un peu la star du show. C’est pas vraiment ça, mais disons que dans cette histoire il est un peu « la victime » ou plutôt la personne à protéger. Parler de ça, ça ne m’amuse vraiment pas et d’ailleurs ça me rend nerveux. Pas dans le sens où je risque d’exploser à tout moment, c’est juste que ça fait remonter beaucoup de choses, beaucoup d’émotions. De la culpabilité, de la colère, de la peur, … Non ça n’est clairement pas un sujet que j’aime aborder, ni avec eux, ni avec Kyle, ni avec personne d’autre. Cette nuit là où tout à déconner nous à montrer à quel point les choses pouvaient être dangereuses, à quel point je pouvais être dangereux. Ma particularité peut me faire faire des choses irréversibles et cette fois là on a eu énormément de chance. En plus de ça, c’était une période assez difficile et je n’aime pas remettre sur le tapis toute cette histoire. La rupture, ce mois loin de lui, tous ces souvenirs. Visiblement lui ne pense pas à tout ça, ou alors il le cache très bien, mais tant mieux. Je préfère cent fois le voir sourire plutôt que de replonger dans nos vieux – pas si vieux que ça en réalité – démons. Oui je préfère voir son regard s’illuminer à l’idée qu’il va passer la nuit avec deux amis dans un endroit qu’il aime particulièrement. Notre petit repère personnel, c’est mignon. Malheureusement on n’est pas seuls sur le coup mais c’est le jeu. On n’est pas au Club Med ici, c’est pas un centre de vacances ni même une résidence pour jeunes couples, ou vieux couples d’ailleurs. C’est une école, mais surtout une prison.

« On pourrait se faire une petite soirée pyjamas avec jeux de société, ce serait amusant non? Je suis même prêt à vous laissez gagner, de toute manière je ne suis pas bon là-dedans. Sauf peut-être à fais moi un dessin… »
« Évidemment, tu risques même de nous mettre une sacrée branlée Rolling Eyes»
« Tu m’ôtes les mots de la bouche. »

Je les observe, les écoute, et souris encore. C’est marrant de les voir tous les trois les uns à côté des autres. Atypique d’une certaine façon quand on est au courant de certaines choses. Malgré tout ça, l’amitié est toujours là et bien présente. Puis je perçois le regard de Jill qui cherche le mien pour s’y ancrer. Elle sait. Oui, elle sait à quel point c’est important pour moi, à quel point Kyle compte et à quel point je suis prêt à tout pour qu’il se sente bien. Elle sait combien je m’inquiète, et surtout elle sait puisque c’est elle qui m’a récupéré le lendemain de cette fameuse Lune où tout à basculer, et dans un état pitoyable. Elle me connaît très bien, elle lit assez facilement dans mes yeux même si j’arrive encore à lui cacher certaines de mes émotions. Elle sait à quel point je suis dépendant de ce type là, sans pouvoir expliquer pour quoi. Elle sait qu’il est mon essence vitale. Elle sait … à quel point tout ça compte pour moi et surtout à quel point j’ai besoin d’être rassuré. Je ne dis pas que Cameron n’en a pas conscience mais la relation que j’entretiens avec lui est totalement différente de celle qu’on entretient Jill et moi. C’est tout. Elle, elle connaît le petit garçon perdu que je suis parfois. Lui non, même s’il doit le deviner. Je crois qu’il ne m’a jamais vu baisser ma garde, tout simplement. En tout cas pas de cette façon là.

« Plus sérieusement, je me vois mal te dire non Enzo. Je ne sais pas en quoi je peux être utile à part le fait que j’aurai ma baguette au cas où ça dérape mais.. je serai là. Evidemment que oui. Surtout si Bouclette veut bien de moi pour sa pyjama party. »

Encore un sourire, pour elle. Un sourire plein de sens. Et pendant ce temps là, l’autre crétin de Ricain fait le mariole. A mon tour de lever les yeux au ciel. Agacé ? Non, juste amusé. Je sais que c’est sa façon à lui de détendre l’atmosphère. Et ça me touche.

« Pour ma part faut que je consulte mon agenda, j’ai un véritable emploi du temps de ministre. Vendredi tu dis ? Hum … »
« Regardez-le l’autre, il va nous la jouer mec occupé. »
« Bien sur, pas de problème pour moi en tout cas. J’vous apprendrai à jouer au Poker si vous n’êtes pas déjà calé sur le sujet. Par contre je dors sans pyjama, c’est un problème ? »
« Navrée mon poulet mais si je suis une bille en surf je ne peux pas renier mon sang de joueuse de Poker. Davis, détrousseurs de père en fille … »

Je confirme ! Mais en silence. De toute façon elle le voit bien mon petit sourire en coin, celui que je tente de retenir sinon je pars en fou rire et je me trahis. Je pense pas que Kyle crierait au scandale mais ce qui se passe à Vegas reste à Vegas. C’est quand même pas de ma faute si j’ai une facilité déconcertante à faire n’importe quoi quand je suis bourré – comme tout le monde en fait – genre me foutre en caleçon ou demander à ma pote de montrer ses … formes féminines à un fantôme. Quand j’y repense … J’ai un peu honte, je dois bien le dire. Et me réveiller à moitié à poil collé contre elle le lendemain matin, ça n’a pas aidé. Quand je pense que je l’ai prise pour Kyle pendant trois secondes et demi … Ouais, c’est bien que ce truc reste entre nous et puis de toute façon c’était notre soirée, pas celle des autres.

« Et je t’amènerai une chemise de nuit. Je ne veux pas faire de cauchemars ! »

T’as pas toujours dit ça Jillian … Souviens toi. Quel mot t’avais employé la première fois que tu m’as parlé de lui ? Je ne m’en souviens pas exactement mais je sais que tu le trouvais à ton goût, au moins physiquement, même si sa tête ne te revenait pas. En plus de ça, vas pas me faire croire qu’un mec à poil ça te fait peur. Y en a déjà au moins deux dans l’assemblé que t’as du voir « légèrement » vêtu si ce n’est pas totalement nu alors … Et pourquoi je pense à ça moi ? Ca va pas bien Enzo Ryans. Remarque si j’y pense de cette manière là c’est que la pilule commence à passer. Pas me concernant, évidemment, mais les concernant eux : Jill et Kyle. Je ne pourrais jamais effacer ça de ma mémoire, c’est un fait, mais autant vivre avec. Ce qui est fait est fait. Les circonstances étaient … particulières et … voilà. Stop. Donne moi ta main Kyle, là, derrière ta jambe comme ça ils verront pas et ça n’agressera pas leurs rétines Rolling Eyes

« Et toi, tu vas faire quoi ? »
« Une crapette avec les Supérieurs. »

Euh …

« Quoi ? Question con, réponse con :angel: »

Elle a pas tout à fait tort, dans le fond. Cette question n’est pas con en soi mais disons que la réponse pourrait être toute simple : Me transformer en Loup et attendre que ça passe. La vérité c’est que je n’ai aucune idée de ce que je vais faire pour la simple et bonne raison que je m’attends toujours à ce que Taylor débarque. Je n’ai pas redemandé à Jakob de passer la nuit avec moi – et ces termes me posent problème – mais je pense qu’il sera dans le coin. Après, je ne me sors pas de l’esprit non plus que les Supérieurs peuvent décider de me tomber dessus. C’est difficile de prévoir, surtout qu’en général ça ne se passe jamais comme prévu justement. La dernière s’est relativement bien passée, qui peut dire comment celle ci se déroulera ?

« Ouais, j’vais surement faire ça. Ça fait longtemps qu’on n’a pas joué ensemble, ils me manquent. »

Tu m’étonnes …

« Nan je vais jouer à la crapette avec Hammerschmitt plutôt. C’est devenu mon meilleur pote depuis quelques temps, on passe tout notre temps libre ensemble. Un vrai bonheur. »

:gla:

« J’suis mauvaise langue, c’est sympa de sa part de m’aider comme il le fait. Il est passé par là avant moi et même si on vit pas nécessairement les choses et la Lycanthropie de la même manière, je sais que si je déraille ou qu’il y a un problème il sera là. »

Il l’a déjà fait d’ailleurs, mais ça personne d’autre que lui et Kyle ne sont au courant. A l’exception de Taylor et de quelques autres Supérieurs peut être, mais pour le reste c’est tout et c’est très bien comme ça. Cameron est au courant de l’existence de cet enfoiré d’Australien, il sait aussi qu’il est mon « créateur » puisque Kyle le lui a dit, mais ça s’arrête là. Si je garde tout ça, ça n’est pas par manque de confiance envers mes proches, c’est simplement pour les maintenir à l’écart et les protéger. Traduction : Je tiens à ce que ça reste comme ça, au moins jusqu’à ce que le problème soit réglé. S’il peut l’être un jour évidemment. Et si je parle de Jakob aussi ouvertement c’est parce que son secret n’en ai pas vraiment un. Les élèves sont au courant en règle générale, et Cameron a déjà eu affaire à lui alors tout va bien. Je n’exposerai pas Ever comme ça par exemple, ni même son loup ou la petite louve que j’ai croisé la semaine dernière mais que je n’ai pas revu depuis.

« Je vais courir essentiellement, avec ou sans Jakob. Rester dehors toute la nuit en tout cas, ça c’est une certitude. Chasser aussi sans doute un peu, mais sans tuer donc pas la peine de faire des grimaces. En général les nuits passent vite dans la peau de Loup, faut croire que la notion du temps n’est pas la même, donc avant d’avoir pu me défouler complètement je serai probablement déjà redevenu humain. Ah et je change dans la cabane d’Isma maintenant, mais gardez ça pour vous. »

Je ne sais même pas pourquoi je le précise, puisque c’est une évidence et que je sais très bien qu’il ne leur viendrait pas à l’esprit d’aller raconter ça à qui que ce soit mais j’en sais rien, c’était juste comme ça, dans la conversation.

« Jill et Kyle le savent parce qu’ils ont l’habitude de me voir comme ça mais autant te prévenir tout de suite Oncle Sam, j’ai prodigieusement la tête dans le cul un lendemain de Pleine Lune. »

Et ça risque d’être marrant tiens … Si tu m’touches, j’te bouffe. Laisse-moi dormir ou je t’arrache les membres un par un, et surtout la langue en fait. Ça va, je plaisante, mais j’anticipe parce que je sais pertinemment qu’il me fera chier. Parce que c’est comme ça que ça fonctionne entre lui et moi. Il s’est juste contenté de me sourire, d’un sourire qui en dit long et auquel j’ai répondu de la même façon avant de me mettre à fouiller dans les poches du pantalon de Kyle – qui était toujours trempé d’ailleurs, oops – avec une idée bien précise en tête. Naturellement il a voulu bloquer ma main par réflexe et m’a demandé ce que j’étais entrain de fabriquer. Question à laquelle j’ai répondu d’un air volontairement détaché même si j’avais une furieuse envie de rire.

« Je regarde si t’as pas un p’tit mot d’amour de ton amant dans tes poches, ou le numéro de téléphone d’un type qui te drague, ce genre de trucs. »

Ça, ça va l’énerver, je le sais. C’est pas le but, donc avant que la tempête ne se lève …

« Je voulais juste vérifier que t’avais rien de précieux et/ou fragile sur toi parce que … »

Deux secondes plus tard j’étais debout, Kyle sur l’épaule comme un sac à patates après l’avoir attrapé sans lui laisser le temps de se défendre.

« Jill, j’te laisse avec ta Poulette, j’emmène Bouclette faire trempette. Et tout ça en rimes ! »



« Et merci. »

Pour … enfin vous savez.

Je n’ai pas attendu une seconde de plus alors qu’il se débattait pour échapper à mon emprise et surtout à son sort. J’en ai profité pour vérifier qu’il n’avait rien dans les poches arrières de son jean – et pour lui peloter le cul par la même occasion, peut être – pensant essentiellement à un dessin par exemple. Je m’en serai voulu d’abimer une de ces créations alors mieux vaut prévenir que guérir. Pour le reste … J’entrai dans l’eau, jusqu’à en avoir jusqu’à mi cuisse et le balançais « par dessus bord » en m’éloignant pour la forme tout en éclatant de rire. L’eau n’était pas froide, grâce à Ismaelle qui a lancé un sort pour la maintenir à une température acceptable. Vengeance ? Pas vengeance ?

Jill et Cam sur la plage, nous deux dans l’eau, c’était vraiment ce qu’on peut appeler une bonne après midi. Le soleil, l’eau, un peu de surf, des amis, le garçon que j’aime. Le pied quoi ! Quand finalement on est sorti de l’eau, j’ai envoyé un sort à Kyle pour le sécher, et après lui avoir attrapé la main on est allé marcher tous les deux sur les bords du Lac, tranquillement.

▬ Fini pour Enzo ▬
Je le ferai officiellement « partir » par l’intermédiaire de Cameron à la fin du topic mais pour l’instant – si t’es ok Jess – il est un peu plus loin sur le bord de l’eau, avec Kyle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 3 Mar 2013 - 20:32

Ce genre de moments me donnent clairement le sentiment de faire partie de « quelque chose » et ça a toujours été un truc relativement important pour moi. Non pas que j'ai besoin d'un réel but, ni même de reconnaissance ou quoi que ce soit de ce genre, mais la vie en communauté, je n'ai connu que ça depuis mes 5 ans et j'aime ça. Ma définition de la famille ne tient pas vraiment compte des liens du sang, à l'exception de Sullivan évidemment mais lui a toujours été une exception. C'était mon frère, mais il était aussi bien plus que ça. Mon modèle, celui qui m'a élevé, qui m'a sauvé, qui ne m'a jamais abandonné, qui m'a toujours protégé. Parfois il m'arrive de me demander comment aurait évolué mon existence – et moi avec – s'il était encore là mais comme je sais que je n'aurai jamais la réponse je m'efforce de concentrer mon esprit et mes pensées sur autre chose. Penser à lui ne me rend pas triste et dans le fond il ne me manque pas vraiment parce que j'ai toujours gardé l'impression qu'il restait avec moi, d'une manière ou d'une autre. Ça peut paraître étrange dis comme ça mais je suis presque certain qu'il y en a au moins deux dans cette assemblée qui comprennent parfaitement mon point de vue. Jillian a Suzie, et pour Enzo, ses parents. Ça n'est pas des sujets qu'on aborde vraiment, mais on sait et c'est tout ce qui compte. On se comprend. Loin de moi l'idée de vouloir mettre Kyle à l'écart de tout ça, et finalement grand bien lui face de n'avoir jamais vraiment perdu quelqu'un de très proche, disons d'aussi proche que pouvait l'être Sulli pour moi, Suzie pour Jill et ses parents pour Enzo. Lui n'a pas eu la chance de connaître ce genre de lien, mais au final je crois que c'est ici qui les a créé. Avec Enzo pour l'essentiel mais pas seulement. Je le considère comme mon frère et c'est réciproque. Il est très ami avec cette espèce de folle de Poufsouffle ici présente, et je crois bien qu'il a un lien assez particulier avec Ismaelle. Enfin bref, nous voilà, aujourd'hui quatre mais dans le fond bien plus. Il y a des noms à rajouter de chaque côté et on forme une immense et belle famille. Légèrement dysfonctionnelle mais après tout c'est normal ça, non ? Toutes les familles ont leurs histoires.

Quand je regarde Jill aujourd'hui je n'ai plus du tout l'impression d'avoir raté un truc. A une époque c'est vrai, il se passait des trucs dans ma tête, mais tout ça c'est derrière nous. Derrière moi en tout cas. Franchement, ça m'aurait sérieusement pris la tête qu'on ne puisse plus s'en balancer plein la gueule comme on le fait parce que c'est quasiment un job à temps plein et ça aurait été con de ruiner ça pour une histoire de sentiment que je n'ai moi même jamais compris. Kyle m'a dit un jour que je n'étais surement pas prêt, Enzo lui m'a clairement dit que j'avais la trouille. Y a certainement une part de vérité dans chacun de leur opinion mais en attendant je suis heureux d'avoir pu retrouver Jill et la relation qu'on avait avant sans que rien n'ait changé. Et puis regardez moi, si vous voulez une preuve, je ne suis même pas jaloux de Derek. Sans parler que ma tête est … légèrement occupée par une autre brunette et que … ça vire au cauchemar. Le mot est un peu fort mais je la sens qui s'éloigne de moi vitesse V et je ne sais rien pour la rattraper. Ça c'est passé très vite entre nous, peut être que c'était juste pas fait pour durer. Qui sait. Quoi qu'il en soit elle n'est pas là aujourd'hui et l'ordre du jour est déjà complet. Question posée à Enzo. Réponse ?

« Une crapette avec les Supérieurs. »

Merci Davis Rolling Eyes

« Quoi ? Question con, réponse con :angel: »

Ben voyons. Elle était si con que ça cette question, si ? Cela dit j'imagine très bien Enzo faire une crapette avec les Supérieurs, je suis sur que ça lui ferait énormément plaisir.

« Ouais, j’vais surement faire ça. Ça fait longtemps qu’on n’a pas joué ensemble, ils me manquent. »

Qu'est ce que je disais !

« Nan je vais jouer à la crapette avec Hammerschmitt plutôt. C’est devenu mon meilleur pote depuis quelques temps, on passe tout notre temps libre ensemble. Un vrai bonheur. »

Hammerschmitt. L'autre Loup, enfin un des autres Loups. Des Loup-Garous, non mais vous y croyez vous ? La vérité c'est que j'ai l'impression de m'être rapidement adapté à certaines réalités de ce monde qui ne sera jamais le mien. Si un type m'avait dit à San Francisco que les Garous existaient, ou même les Vampires, ce genre trucs, je lui aurai conseillé de changer de came ou de carrément arrêter de prendre des acides. Pourtant aujourd'hui c'est rentré dans mes moeurs et j'ai pris ça comme ça venait. J'ai pas le souvenir d'avoir eu peur en vérité, mais ça vient peut être de mon côté inconscient. La fois où Enzo m'a coursé dans les bois, si évidemment j'ai eu la trouille, mais depuis j'ai surtout ressenti de la méfiance envers les Hommes plutôt qu'envers les Loups. Disons que pour moi ça ne change pas grand chose qu'ils soient pas tout à fait comme tout le monde. Hammerschmitt donc. Pendant un moment je me suis dit que j'irai le trouver pour le remercier d'avoir sauvé mon « cul de ricain » comme dirait l'autre Australien insupportable – le plus jeune des deux – et puis du temps à passer et ça m'est sorti de la tête. Si l'occasion se présente j'y penserai mais en attendant la vie suit son cour.

« J’suis mauvaise langue, c’est sympa de sa part de m’aider comme il le fait. Il est passé par là avant moi et même si on vit pas nécessairement les choses et la Lycanthropie de la même manière, je sais que si je déraille ou qu’il y a un problème il sera là. »

Amen

« Je vais courir essentiellement, avec ou sans Jakob. Rester dehors toute la nuit en tout cas, ça c’est une certitude. Chasser aussi sans doute un peu, mais sans tuer donc pas la peine de faire des grimaces. En général les nuits passent vite dans la peau de Loup, faut croire que la notion du temps n’est pas la même, donc avant d’avoir pu me défouler complètement je serai probablement déjà redevenu humain. Ah et je change dans la cabane d’Isma maintenant, mais gardez ça pour vous. »

Pourquoi tu me regardes comme ça toi ?

« Jill et Kyle le savent parce qu’ils ont l’habitude de me voir comme ça mais autant te prévenir tout de suite Oncle Sam, j’ai prodigieusement la tête dans le cul un lendemain de Pleine Lune. »

:=D:
Tu sais que t'aurais jamais du me dire ça, n'est ce pas ?
Oh oui tu le sais.

C'est vrai que je suis un sale gosse, mais je sais aussi me montrer « calme » et surtout respectueux quand il le faut donc évidemment je n'irai pas emmerder Enzo parce que je sais, enfin j'imagine, qu'une ou plutôt deux transformation plus une nuit passée à courir, ça doit être épuisant. Je le laisserai dormir, et ça il le sait très bien, mais il sait aussi que dès l'instant où il sera réveillé, je ne pourrais pas m'empêcher de l'emmerder. Son sourire et le mien en disent long. C'est qu'on commence à se connaître tous les deux et à force de faire les cons ensemble, on a pris nos petites habitudes. Un vrai p'tit couple. Parfaitement !

A partir de ce moment là je crois qu'on a tous compris que le sujet était clos et qu'on ne reviendrait pas dessus. Les formalités viendrait plus tard, du genre heure et lieux de rendez-vous, etc … mais pour l'instant, place aux conneries visiblement. Le Gryff s'est mis à fouiller dans les poches de son homme qui naturellement lui a demandé ce qu'il était entrain de fabriquer.

« Je regarde si t’as pas un p’tit mot d’amour de ton amant dans tes poches, ou le numéro de téléphone d’un type qui te drague, ce genre de trucs. »

Question à laquelle il a répondu sans s'arrêter dans sa manœuvre. Enzo, je serai toi je ferai gaffe ...

« Je voulais juste vérifier que t’avais rien de précieux et/ou fragile sur toi parce que … »

Deux secondes plus tard il était debout, Kyle balancé sur son épaule, un grand sourire sur les lèvres comme si la conversation qu'on venait d'avoir et son potentiel en gravité n'avait jamais eu lieu. Tant mieux, après tout on est venu là pour se détendre et s'amuser à la base.

« Jill, j’te laisse avec ta Poulette, j’emmène Bouclette faire trempette. Et tout ça en rimes ! »

Rolling Eyes
Oui, ce rapport à la volaille me suivra jusque dans la tombe, j'ai bien compris. Inutile que je te remercie Davis !

« Et merci. »

Mais de rien.
C'est normal.

Je n'ai pas répondu, Jill non plus, mais ça n'est pas ce qu'il attendait de toute façon. Nous tournant le dos à nouveau il a filé dans l'eau où il a jeté Kyle sans plus de cérémonie et ils ont commencé à faire les cons tous les deux, m'abandonnant donc lâchement avec la fille de la bande. Génial :gla: Non seulement c'est une fille mais en plus elle est folle.

« Le jour où je vais vraiment me mettre à pondre des œufs vous f'rez moins les malins ! »

Avec un peu de chance ils seront en or mais très franchement j'aime autant que ça n'arrive pas et je te préviens Jill, si tu retentes une de tes expériences magiques sur moi, ça va pas le faire. N'attendez pas de moi que je prenne la magie avec humour, je suis capable de beaucoup de choses mais sans doute pas de ça et tant pis si ça fait de moi un vieux con. J'assume.

« On va finir par les marier ces deux là. »

Ils ont l'air heureux ensemble et puis contrairement à certains dont je tairai le nom la vie à deux à l'air d'être faite pour eux.

« Et toi Davis, c'est pour quand ton mariage ? J'suis sur que j'ferai une super demoiselle d'honneur. »

Admets là, t'as toujours rêvé de me voir en robe.

« J'espère juste que tu te rends compte qu'en plus de supporter l'ainé, tu vas devoir te taper le p'tit frère et son mec. Je l'ai déjà dit à Kyle, mais ça va être sympa les repas de famille. J'te souhaite bien du courage. Ou peut être que c'est à eux que je devrai le souhaiter en fait … »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 17 Mar 2013 - 18:57



It's a revolution i suppose → Enzo & Kyle & Cameron & Jill

U
n court silence accueille ma réponse à la question de Cameron. Il me toise sans dédain avec l’air de ne pas savoir ce qu’on va faire de moi. Je réagis en souriant de plus belle. Enzo lui ne fait qu’hausser un sourcil. Il a l’air d’envisager la perspective avec cette tête-là. Il en serait bien capable d’ailleurs si nos âneries ne nous menaient pas droit dans les cachots.

Ouais, j’vais surement faire ça. Ça fait longtemps qu’on n’a pas joué ensemble, ils me manquent. »

Cameron et moi nous nous regardons. T’as vu, je te l’avais dit !

Nan je vais jouer à la crapette avec Hammerschmitt plutôt. C’est devenu mon meilleur pote depuis quelques temps, on passe tout notre temps libre ensemble. Un vrai bonheur. »
T’es pas crédible tu le sais ? :gla: Hein qu’il l’est pas ? »

Cette fois, je prends Kyle à parti et il me sourit pour toute réponse. Traître. Si l’autre géant ne me tombait pas sur le coin du museau derrière, je te jure que je te sauterai dessus pour t’emmener boire l’eau du Lac ! Et les amies alors ? Ça compte pas quand le chéri est dans les parages ? … T’as raison. C’est l’option la plus sûre pour toi comme pour moi Mais attends qu’Enzo soit parti courser les lapins, je me vengerai ! La vengeance est un plat qui se mange froid qu’ils disent les Français. Ils n’ont jamais eu autant raison

J’suis mauvaise langue, c’est sympa de sa part de m’aider comme il le fait. Il est passé par là avant moi et même si on vit pas nécessairement les choses et la Lycanthropie de la même manière, je sais que si je déraille ou qu’il y a un problème il sera là. »

Comme tout le monde se tient tranquille, je recouvre mon calme et repense à Hammerschmitt. C’est bien qu’il soit là pour Enzo et qu’il le guide par son expérience de la Lycanthropie. Je sais qu’Enzo n’a jamais trop abordé le sujet des autres Loups présents dans le château ni de la hiérarchie ou des liens qui ont pu s’établir entre eux mais je suis certaine que le prof de Potions et lui ne sont pas les seuls Lycanthropes. Ce don n’est pas le plus répandu mais dans une aussi grande école, il doit quand même se retrouver plus que deux fois.
Je ne sais pas, ce doit être de l’imprudence de ma part mais je ne me suis jamais sentie menacée par tous ces Loups autour de nous. Peut-être parce que j’ai toujours fait attention à ne pas sortir les nuits de Pleine Lune, à part la fois où j’ai retrouvé Enzo mais il ne s’est rien passé de dangereux pour moi. Paradoxalement, je me sens plus en danger en présence des Supérieurs qui ne sont que des êtres humains comme moi qu’en compagnie d’Enzo sous sa forme d’immense loup noir pourtant bien plus capable qu’eux de me déchiqueter en morceaux, de faire voler ma tête d’un coup de patte ou autre mort réjouissante du genre.

C’est peut-être eux les bêtes sauvages après tout.

Je vais courir essentiellement, avec ou sans Jakob. Rester dehors toute la nuit en tout cas, ça c’est une certitude. Chasser aussi sans doute un peu, mais sans tuer donc pas la peine de faire des grimaces. En général les nuits passent vite dans la peau de Loup, faut croire que la notion du temps n’est pas la même, donc avant d’avoir pu me défouler complètement je serai probablement déjà redevenu humain. Ah et je change dans la cabane d’Isma maintenant, mais gardez ça pour vous. »

Cameron n’a pas eu l’air de comprendre, Enzo s’est empressé de lui expliquer. Pendant ce temps, je tournai la tête vers Kyle pour lui sourire. Il n’était pas très loquace mais ne semblait pas hors de la conversation non plus. Il était attentif à ce qui se disait.

Jill et Kyle le savent parce qu’ils ont l’habitude de me voir comme ça mais autant te prévenir tout de suite Oncle Sam, j’ai prodigieusement la tête dans le cul un lendemain de Pleine Lune. »
Je confirme. » soupirai-je bruyamment.

Mimant un gros bisou à Enzo.

Spoiler:
 

Moi aussi je t’aime mon Loup. »

Non sérieusement Cameron, le lendemain ne va pas lui demander s’il prendra du lait ou du jus d’orange pour son petit-déjeuner parce que tu risques de ressortir de la Grande Salle en pièces détachées. Même beurrer ses tartines pour lui faciliter la vie c’est déconseillé. Crois-en une experte des lendemains de Pleine Lune Enzo-esque L’avertissement ne sembla pourtant pas émouvoir Cameron qui se contenta de sourire à Enzo d’un air parfaitement entendu. Quelque chose me disait qu’Ismaelle retrouverait sa cabane dans un état bien différent de celui dans lequel elle l’aurait laissé avant la nuit. Enfin elle connaissait sans doute les risques si elle avait proposé le gîte à Enzo :gla:

L’affaire à présent réglée, l’ambiance s’allégea et je vis soudain Enzo en train de fouiller les poches de Kyle. Nous étions trois à le fixer avec curiosité et Kyle finit par se dévouer pour demander à sa moitié ce qu’il fabriquait. J’avais une réponse en tête mais…

Je regarde si t’as pas un p’tit mot d’amour de ton amant dans tes poches, ou le numéro de téléphone d’un type qui te drague, ce genre de trucs. »

Il termina la dernière poche et se redressa en souriant.

Je voulais juste vérifier que t’avais rien de précieux et/ou fragile sur toi parce que … »
Ça sent le sapin pour toi Kyle :gla: »

En effet, Enzo bondit sur ses pieds et sans qu’il ait eu le temps de réagir jeta Kyle sur son épaule. Le chargement stabilisé, il se tourna vers nous avec toujours ce grand sourire.

C’est moi où il a l’air de peser le poids d’une plume Bouclette ?

Jill, j’te laisse avec ta Poulette, j’emmène Bouclette faire trempette. Et tout ça en rimes ! »
C’est la classe :=D: »
Et merci. » fit-il après une hésitation.

Ni Cameron ni moi ne répondîmes. Ce n’était pas nécessaire à vrai dire. Il savait parfaitement que nous n’aurions pas agi autrement vis-à-vis de lui et de Kyle et que sa demande était presque pure formalité. Sur ce, il se détourna de nous et entraîna Kyle avec lui jusqu’au Lac. Le pauvre, il allait effectivement finir à l’eau. Lui qui commençait tout juste à sécher.

Le jour où je vais vraiment me mettre à pondre des œufs vous f'rez moins les malins ! » lâcha Cameron en les regardant.
Le jour où tu pondras vraiment un œuf, je veux être là pour voir ça. J’ramènerai ma casserole, on fera des œufs à la coque ! » répondis-je du tac au tac.

Avec lui aussi le chemin parcouru est spectaculaire. Ce truc à notre rencontre est bizarrement resté et ce n’est pas uniquement grâce à Enzo. Je crois qu’après la séance dans les toilettes, quelque chose s’est passé entre nous. En moi en tout cas. Il a parlé de Sullivan, son frère et j’ai parlé de Suzie, chose que je n’avais jamais faite jusqu’à présent. Même Enzo avait appris après Cameron. Je crois qu’ici il n’avait pas été question de confiance ou de préférence. C’était simplement sorti… comme ça. Peut être parce que nous ne faisions pas de sentiments Cameron et moi. Nous n’en faisons pas plus aujourd’hui même si je le considère comme un de mes amis les plus chers. Il y a des gens qui savent.. recevoir la douleur de l’autre sans la porter ou la renvoyer. Je croyais qu’Enzo ne serait pas capable de ne pas réagir à la nouvelle, qu’il ne pourrait s’empêcher d’être.. lui-même, de m’entourer, de me laisser me reposer contre lui. A l’époque où je l’avais dit à Cameron, je n’avais pas besoin de ça. Craquer ? Je l’avais déjà fait depuis longtemps. J’avais soudain eu simplement besoin de le dire. A quelqu’un. N’importe qui. Peu importait. L’essentiel était que ça avait facilité la suite. Enzo l’avait appris après de toute manière et je n’étais pas certaine qu’il porte préjudice de cet ordre que j’avais observé dans mes annonces. Sans doute aurait-il aimé l’apprendre bien avant pour être présent mais sans doute aussi comprenait-il par l’expérience de la mort de ses parents que le deuil n’était pas toujours chose facile, que j’avais agi à ma façon et qu’il était tout à fait normal de respecter ça. Je m’étais sans doute trompée en pensant qu’il ne pouvait pas apprendre tout de suite que j’avais eu une sœur, qu’elle était morte dans des circonstances particulières qui affectaient encore ma vie et que le deuil avait du mal à se faire. Il avait eu et continuait finalement d’avoir la meilleure réaction qu’un ami puisse avoir ; il respectait ma façon d’être et de fonctionner, composant avec elle plutôt que d’essayer de la transformer en une attitude qui lui soit agréable.

On va finir par les marier ces deux là. » poursuivit Cameron.
Ya des chances.. » dis-je en m’allongeant sur le sable.

La perspective n’était pas pour me déplaire, si l’on plongeait un peu dans l’avenir et qu’on s’éloignait de cette école et de ses occupants. Kyle et Enzo mariés…
Cameron enchaîna rapidement et ma rêverie ne prit pas place plus longtemps.

Et toi Davis, c'est pour quand ton mariage ? J'suis sur que j'ferai une super demoiselle d'honneur. »
Je t’imagine bien porter la petite robe affreuse et nunuche avec laquelle on martyrise toutes les demoiselles d’honneur de la terre ! »

Pour toi, j’irai déterrer la plus mythique des robes de demoiselles d’honneur ! Si c’est pas de la dévotion sincère ça.

J'espère juste que tu te rends compte qu'en plus de supporter l'ainé, tu vas devoir te taper le p'tit frère et son mec. Je l'ai déjà dit à Kyle, mais ça va être sympa les repas de famille. J'te souhaite bien du courage. Ou peut être que c'est à eux que je devrais le souhaiter en fait … »
Souhaite-leur plutôt à eux oui »

Quelque chose me disait que Derek et moi n’avions pas fini de nous chamailler et de nous tirer dans les pattes malgré toute l’affection qu’on se portait mutuellement. Nous étions d’un caractère bien différent déjà avant de nous rencontrer et sa fierté comme la mienne entraient régulièrement en conflit de territoire malgré la discussion que nous avions eu près de sa salle commune puis celle dans le Patio des 4 Saisons. Nous nous disputions moins sur la question d’être ensemble mais d’autres choses entraient en ligne de compte à présent que notre attachement était avéré d’un côté comme de l’autre. Ces chicanes allaient rarement très loin, à croire que nous avions besoin de ça. Mais comme disait Cameron, si notre histoire était amenée à se poursuivre (et j’espérais bien m’arranger pour qu’elle dure le plus longtemps possible !), Enzo et Kyle risquaient fort de faire les frais dans les repas de famille de nos incessantes prises de bec. Au moins, ils ne pourraient pas nous reprocher de mettre l’ambiance :gla:

Pour en revenir à ta question, mon mariage est officiellement en suspend et reporté à une date ultérieure tant que Derek n’a pas les corojones de … … on est obligés de parler de ça ? :ga: »

Je sens que je vais encore choquer quelqu’un sinon. Me relevant un peu pour m’appuyer sur un coude et ainsi avoir Cameron en visuel, je lui donnai soudain une petite claque sur la cuisse en m’exclamant :

Et si on parlait de toi plutôt ! Parce que moi on sait déjà qui c’est, ya pas de mystère et en plus, il ne se passe rien de palpitant en ce moment. Je suis certaine qu’il y en a une qui a réussi à te faire renoncer à l’ermitage ! »

Son silence attisa d’autant plus ma curiosité. Je continuai de compter devant son mutisme évident, ouvrant de larges yeux.

Deux ?.. Trois ?! Qua.. nan pas quatre quand même.. Mon dieu mais Cameron t’es un loveur ! » m’écriai-je.

Spoiler:
 

code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 24 Mar 2013 - 20:32

« Souhaite-leur plutôt à eux oui »

Tu m’étonnes … Cette fille est folle et ça je l’ai su dès le jour où sa route a croisé la mienne il y a un petit paquet de temps maintenant. C’était l’année dernière, ça j’en suis sur, mais quant à déterminer quand exactement … La vérité c’est que c’est la première sorcière a qui j’ai eu affaire en dehors des Supérieurs qui m’avaient enfermés dans les cachots. J’étais là depuis une semaine je crois, quelque chose comme ça, et je retrouvai tout juste la lumière du jour. Je ne savais pas où j’étais, si ce n’est dans un endroit rempli de dingue. J’étais plus ou moins en plein déni, fermant sciemment les yeux sur ce que je n’étais pas capable d’encaisser : La Magie. C’était pourtant très clair mais non, je ne voulais pas y croire. J’étais un sale con à cette époque là, et je le suis toujours, seulement on a appris à se connaître et c’est une autre facette de moi qu’elle côtoie maintenant. On aurait pu en rester à nos premières impressions mais ça ne s’est pas passé comme ça. Jill et moi – malgré sa folie – on a des douleurs sinon communes au moins similaires. Elle a perdu sa sœur, moi mon frère, et on a beau dire mais ça rapproche. Je ne sais plus vraiment ce qui nous a amené à baisser les armes tous les deux, mais je crois qu’on n’aurait pas pu trouver endroit plus classe pour le faire … Les toilettes, normal. Le lieu n’a pas la moindre espèce d’importance, tout ça c’est pour la forme et parce qu’être trop sérieux j’aime pas. J’aime pas non plus revenir sur le passé et analyser notre relation depuis le début ça ne m’intéresse pas plus que ça. On revient de loin, c’est tout ce que je dirai. Je n’oublie pas, pas plus que je n’oublie ma vie d’avant, simplement resté bloquer dans le passé n’a jamais aidé personne alors je me concentre sur l’instant présent, en tout cas j’essaie, et l’instant présent c’est ça : Nous deux, assis sur le sable, entrain de se balancer des vacheries pour faire honneur à nos deux fiertés mal placées. Et à notre amitié, qui fonctionne comme ça. Surtout.

Tout ce que je dirai donc, c’est que les frangins Ryans et mon pote East Coast n’ont probablement pas fini d’en baver avec elle. Et inversement. C’est ça aussi d’avoir un harem, faut pouvoir gérer ma grande, donc demoiselle d’honneur ou pas, compte pas sur moi. Je suis un enfoiré, et j’aime ça.

« Pour en revenir à ta question, mon mariage est officiellement en suspend et reporté à une date ultérieure tant que Derek n’a pas les corojones de … … on est obligés de parler de ça ? :ga: »
« Non. Non, clairement pas. Par pitié, en fait non. »

Et si t’attends que ce gars là ait des cojones, tu risques d’attendre longtemps ma jolie … Oh ça va, je plaisante Rolling Eyes Enfin ceci dit c’est pas parce qu’il est capable de foncer dans le tas pour régler des comptes ou juste pour s’amuser qu’il le sera pour ce genre de choses. N’allez surtout pas le lui répéter mais je crois que je le comprends. Enfin bon, j’ai qu’un son de cloche donc c’est assez difficile à dire mais pour avoir ce genre de comportement moi aussi quand il s’agit d’être sérieux avec une fille, quand ça devient sérieux, … Courage, fuyons. Comme on dit. Ce que je ne souhaite pas à Jillian, pas de méprise, mais je dis juste que je comprends ce crétin de Ryans. Jouer les gros durs c’est une chose, et c’est plutôt simple quand on a son caractère, sa prestance, sa réputation, ou les miennes. Accepter qu’on puisse ressentir quelque chose de cet ordre un peu particulier c’en est une autre. Tout le monde ne s’appelle pas Kyle ou Enzo. Et puis merde, j’vais quand même pas prendre la défense de ce type ! Fin de l’histoire, j’ai pas plus envie d’en parler qu’elle de toute façon. Même si c’est moi qui aie abordé le sujet, oui je sais. Ça va hein Rolling Eyes C’était juste pour la faire chier, et faire la conversation, accessoirement. Je sais qu’il y a pleins d’autres sujets mais comme le but est clairement de faire chier le plus possible l’autre …

D’où tu me frappes toi oh ?! Ouais, genre ça me fait mal, exactement ! Personne ne frappe Cameron Sylas Cassidy et surtout pas une femme. J’exagère, moi ? Comme si c’était dans mes habitudes …

« Et si on parlait de toi plutôt ! Parce que moi on sait déjà qui c’est, ya pas de mystère et en plus, il ne se passe rien de palpitant en ce moment. Je suis certaine qu’il y en a une qui a réussi à te faire renoncer à l’ermitage ! »

Non mais qu’est ce que vous avez tous avec ça ?!
Foutez-moi la paix, merde.
Et t’attends pas à ce que je réponde, c’est pas la peine de me regarder comme ça Davis.

« Deux ?.. Trois ?! Qua.. nan pas quatre quand même.. Mon dieu mais Cameron t’es un loveur ! »
« Sans doute oui … »

Moi, un loveur ? La blague. Quand on sait que je fuis les sentiments et tout ce qui ressemble à de l’attachement de cet ordre, je ne pense pas que ça soit l’adjectif qui me qualifie le mieux. Elle en est d’ailleurs un exemple plus que flagrant puisque dès l’instant où j’ai senti que ça commençait à dériver dans ma tête, je me suis éloigné. Je ne sais pas si elle l’a ressenti, à vrai dire elle ne m’en a jamais touché un mot. Je crois que c’était une période où tout le monde s’éloignait de tout le monde de toute façon. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi mon regard sur elle a changé pendant un moment mais tout ce que je sais c’est qu’aujourd’hui tout est redevenu normal et j’en suis bien content. J’ai jamais aimé perdre un ami, et quand je vois ce qui se passe avec Riley ça me fait un pincement au cœur. D’ailleurs, est ce qu’elle tente de me tirer les vers du nez parce qu’elle m’a vu avec elle ? Allez savoir, les filles c’est sournois. Les filles, et Kyle. Non mais quelle commère celui là en fait. Une vraie gonzesse ! Je n’ai pas l’intention d’évoquer Riley quoi qu’il en soit, je ne sais pas trop pourquoi. C’est pourtant un sujet moins « grave » que la mort de Sullivan mais je n’aime pas parler de ce genre de trucs. Jill ne fait pas exception à ça. C’est un sujet qui me fait me sentir vulnérable et j’ai du mal à gérer ça alors je préfère le garder pour moi et attendre que ça passe. C’est pas une question de fierté, ou peut être que si, un peu, surement même, mais c’est comme ça quoi qu’il en soit. Allez, reprenons une constance un peu, ça serait pas mal.

« Tout le monde n’est pas comme toi Davis. C’est plus un secret que t’es une loveuse comme tu dis mais il y a encore des gens sain dans ton entourage, malgré ta mauvaise influence. »

Je sais que t’as joué à … comment tu dis déjà ? Ah oui ! La crapette. T’as joué à la crapette avec ton beau frère – famille de tarés – et t’as bien envie de te jeter sur le plus vieux des frangins. Oh mais attends ! Et t’as fricoté avec le plus jeune ! Ca aussi je le sais. Et après c’est moi qui suis un loveur ? Je vis comme un moine depuis que je suis là, ce qui est assez … je sais pas. Bizarre. Sans doute. Un peu. J’étais pas comme ça avant, et y a largement de quoi s’amuser ici mais ça me branche même pas.

« J’ai décidé de donner mon corps à la science et mon âme à Dieu. Tu comprends, à défaut de porter une robe de demoiselle d’honneur, celle de moine ça compensera. »

Regarde mon beau sourire, un vrai petit ange. Si Enzo était là il te dirait qu’il m’a tout appris, ce à quoi je répondrai qu’il peut aller se coucher, que c’est l’heure de la sieste et qu’on le réveillera pour son biberon de 17h.

« Je vais être honnête avec toi, puisque Kyle m’a « soulé » sur le même sujet y a pas 10 minutes Rolling Eyes Je suis ce qu’on appelle un handicapé du sentiment et la seule fille que j’ai touché depuis que je suis arrivé ici – c’est à dire sans doute plus d’un an – c’était une Vélane, donc pas vraiment volontaire. Enfin au départ. Les coups d’un soir ça m’intéresse plus et pour le reste, ça ne m’a jamais intéressé alors … Je suis comme neuf, tu vois. La parfaite petite vierge innocente. »

Franchement, c’est tout comme. Je ne sais même plus comment on fait, ni même comment est fait une fille en fait. Et ça en fait rire certains. Peut être que ça te fera marrer aussi, chose que je ne prendrais pas mal. Et ça aussi c’est bizarre. Y a plus rien qui me formalise ou quoi ?!

« J’ai plus de fierté, c’est dingue. Parlez de ça comme si j’te parlais de la météo, on aura tout vu Rolling Eyes Ceci dit, je crois que vous avez tous suffisamment d’hormones actives à disposition donc si les miennes restent en hibernation c’est pas trop grave. »

Si je commence à faire la liste on est coincé là pendant deux jours mais rien qu’en balayant le paysage du regard, j’en vois au moins trois qui devraient se sentir concernés par cette allusion.

J'en plaisante de tout ça mais où est ce que j'en suis ? Disons que ça n'est pas un sujet auquel j'ai réellement accordé de l'importance une seule fois dans ma vie. J'ai grandi dans la rue avec des gens pour qui la priorité était de rester en vie et je me suis calqué sur ça. Comme tout le monde je suis passé par le cap un peu critique de l'adolescence mais ce qu'ils vivent maintenant d'un certain point de vue, pour moi c'est déjà passé. Je dis pas que j'en ai fait le tour et que je suis blasé mais ça ne m'intéresse pas plus que ça. Mon corps me fout la paix, il a d'autres centres d'intérêts lui aussi faut croire. Pour ce qui est des sentiments, avant d'arriver là je ne me suis jamais senti concerné, et quand bien même, j'ai tout rejeté en bloc. J'aime avoir le contrôle de moi même à défaut d'avoir celui de mon existence, c'est tout ce que j'ai à dire. Ils sont tous plus jeunes que moi, on n'a pas du tout la même histoire ni les mêmes expériences et envie. Je fais le con, je peux me comporter comme un véritable gamin parce que je me traine cette manie d'aimer faire rire les gens à qui je tiens, et même les autres, depuis toujours. J'aime l'humour, j'aime le sarcasme, le cynisme et tout ce qui va avec. Je n'aime pas prendre les choses qui pour moi n'ont pas à l'être, au sérieux. Chacun pense et vit comme il le veut et comme il le peut. Chacun se protège comme il le veut et comme il le peut, c'est peut être simplement ma manière à moi de le faire. Je n'aime pas être fragilisé et tous ces trucs là me font me sentir vulnérable. Ça colle pas. Ça peut pas coller. L'amitié, oui. Le reste j'en veux pas. Quant au sexe … Vaste débat, ou pas du tout. Je pourrai faire comme certains, profiter sans m'attacher, mais depuis plus d'un an que je suis là je crois que ça ne m'a pas traversé l'esprit une seule fois. Je suis peut être pas normal, mais je suis moi, et pour être honnête ce qu'en pense les autres – amis ou pas – ça me passe au dessus de la tête.

« Sinon à part ça, comment tu te sens ? »

Vraiment, j'veux dire. Faire les cons c'est bien, ça me va, mais ça m'intéresse aussi de savoir comment tu vas vraiment. Avec … J'sais pas. Tout ça. La vie, en général. On n'a pas pris le temps de vraiment discuter depuis un moment alors rattraper le temps perdu ça me semble une bonne idée mais si c'est pas dans ce sens là que t'as envie d'aller ça me va aussi. It's up to you Davis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 14 Avr 2013 - 18:39



It's a revolution i suppose → Enzo & Kyle & Cameron & Jill


Sans doute oui … » répond-il d’un air parfaitement détaché.

La vérité c’est que c’est sans doute non, en fait. C’est juste qu’on se taquine beaucoup tous les deux à ce niveau. En réalité, sa vie sentimentale, je m’en fous, enfin du moins il en fait ce qu’il veut. Je ne vais pas mettre mon nez là-dedans comme une mère juive et lui dire ce qu’il est bon de faire ou ne pas faire, ou en l’occurrence qui il est bon de côtoyer ou pas. Il est assez grand pour décider ça tout seul et je sais très bien que mon aide n’est absolument pas requise dans ce cas précis. Tant mieux d’ailleurs parce que je serais sans doute incapable de me prononcer sur le sujet. J’ai peu voire pas de matière à comparer question filles.

Tout le monde n’est pas comme toi Davis. C’est plus un secret que t’es une loveuse comme tu dis mais il y a encore des gens sains dans ton entourage, malgré ta mauvaise influence. »
Tu ne parles pas de toi j’espère. »

Je me rallongeai entièrement, prise de crampes dans les coudes et les épaules. Le soleil dorant ma peau m’obligeait à fermer les yeux pour ne pas être aveuglée. Sa chaleur se répandait doucement sur moi. Un vrai régal. Dans cette position et à cette température, je n’allais pas tarder à dormir ! Heureusement, Dieu inventa Cameron et ses jacasseries pour me tenir éveillée

J’ai décidé de donner mon corps à la science et mon âme à Dieu. Tu comprends, à défaut de porter une robe de demoiselle d’honneur, celle de moine ça compensera. »
Je suis sûre que la tonsure t’ira à merveille aussi ! »

Eh oui mon brave, l’un ne va pas sans l’autre !

Je vais être honnête avec toi, puisque Kyle m’a « soulé » sur le même sujet y a pas 10 minutes Rolling Eyes Je suis ce qu’on appelle un handicapé du sentiment et la seule fille que j’ai touchée depuis que je suis arrivé ici – c’est à dire sans doute plus d’un an – c’était une Vélane, donc pas vraiment volontaire. Enfin au départ. Les coups d’un soir ça m’intéresse plus et pour le reste, ça ne m’a jamais intéressé alors … Je suis comme neuf, tu vois. La parfaite petite vierge innocente. »
Tiens tu connais le terme Vélane toi. Intéressant ! Et permets moi de retirer l’adjectif innocente à ta virginité parce que de un j’y crois pas une seconde et de deux ça fait redondant »

Je me demandais de quelle Vélane il s’agissait. Elles n’étaient pas nombreuses dans le château et je n’en connaissais qu’une de ‘réputation’ puisqu’elle était amie avec Enzo et depuis avec Maël. Il m’avait raconté ses mésaventures bleutées ainsi que le raid des 1ères années durant lequel il avait lamentablement du demander de l’aide à cette fameuse Elwynn ; ce gosse était insortable. Je connaissais aussi sa cousine, Tallulah puisqu’elle était chez les Poufsouffles comme moi mais le don n’existait pas chez elle. Elle était simplement canon, injustement proportionnée et franchement … voilà.

J’ai plus de fierté, c’est dingue. Parlez de ça comme si j’te parlais de la météo, on aura tout vu Rolling Eyes Ceci dit, je crois que vous avez tous suffisamment d’hormones actives à disposition donc si les miennes restent en hibernation c’est pas trop grave. »
On dirait que t’as 40 balais quand tu dis ça. Laisse tes rides où elles sont Cassidy, on a qu’un an d’écart toi et moi et crois-moi j’ai pas l’impression d’être vieille. »

Quoique quand je me retourne sur ce qu’a été ma vie ces vingt dernières années, je me pose des questions sur le nombre de vies qu’on peut vivre en une seule existence. Comme si toutes ces vies n’étaient que des chapitres d’une plus grande histoire. C’est vrai, j’ai presque le sentiment que je pourrais découper ma vie en différents chapitres. Avant la maladie. Pendant la maladie. Après. Les Supérieurs. Ste-Mangouste. Maintenant..

J’imagine que ça doit être la même chose pour Cameron. Sa vie était complètement différente avant que les Supérieurs ne l’amènent ici et quand on s’en sortira (parce que je ne désespère pas que ça arrive !), il entamera sans doute une nouvelle vie où la Magie existera même s’il continuera sans doute à s’en méfier et à l’éviter le plus possible. Il ne retrouvera jamais sa vie d’avant, tout comme je ne retrouverai jamais la mienne une fois que tout ça sera fini. Quand je quitterai l’Ecole, que même mes études supérieures seront finies, qui sait où j’irai, avec qui je serai, ce que je ferai. Peut-être que j’aurai enfin réussi à convaincre Derek de bouger, peut-être qu’on sera mariés, peut-être pas. Peut-être qu’Enzo sera toujours avec Kyle. Peut-être pas. Peut-être qu’on restera tous en contact et peut-être pas. C’est tellement impossible de prévoir les changements à venir. Pourtant il m’arrive de me demander à quoi tout ça ressemblera dans quelques années, comment je serai physiquement, mentalement.. Sans doute pas tellement différente mais qui sait, peut-être qu’un autre drame m’attend au coin de la route pour me faire grandir encore, évoluer, changer de mentalité. Peut-être que ça n’est pas un drame en plus, peut-être quelque chose de meilleur. J’en sais rien !

Aah et de toute façon, il fait bien trop beau et on est trop bien ici pour se poser toutes ces questions métaphysiques ! Switch off the brain. On se détend et on PRO-FITE.

Sinon à part ça, comment tu te sens ? »
Comment j’me sens.. ? (je rouvris un œil pour le regarder), ah comme ça ! »

Ne voulant pas lui sortir une phrase toute faite qui ne répondrait pas à sa question, je pris le temps de me redresser et de réfléchir une minute. Enzo et Kyle étaient toujours dans l’eau et mon regard se perdit de leur côté un instant avant de revenir sur la plage.

Honnêtement… j’ai l’impression de m’être pris un mur en pleine tête. Pas que je me sente au fond du trou ou quoi mais simplement depuis mon retour les choses s’enchaînent une vitesse telle que j’ai un peu de mal à tout suivre, à tout comprendre et comme j’ai été absente deux semaines, ça a beau être peu temporairement parlant, dans ce château les choses vont à une telle vitesse que j’ai l’impression d’avoir passé six mois loin d’ici. Du coup bah.. j’essaie de rattraper le temps perdu mais il continue de courir devant moi et des choses que j’avais laissées en plan en partant, comme Derek pour ne citer que lui, me reviennent en pleine tronche et pas forcément de la manière dont je l’aurais souhaité. »

Parce que je vais me répéter une énième fois mais il y a des jours où c’est moins facile de tenir ma promesse de l’attendre. Deux mois quoi. Merde.

Puis il y a une chose que tu as la ‘chance’ si on peut parler comme ça - Rolling Eyes - de ne pas avoir c’est que tu ne passes pas d’examens de fin d’année. Je ne suis pas à noyer dans un verre d’eau de ce côté-là mais cumulé au reste, ça commence à me peser. Ca fait trop de choses à penser d’un coup et par moments j’ai juste l’impression que ma tête va éclater. »

En disant ça j’avais mimé le geste d’une explosion autour de ma tête avant de lui sourire à nouveau et de reprendre plus doucement.

J’ai besoin de vacances, c’est tout. J’ai besoin de rentrer chez moi, de retrouver un semblant de repère. Un peu comme tout le monde je pense. »

Avant mon départ, j’ai eu deux Supérieurs sur le dos. Maintenant je ne sais pas ce qu’il en est. J’ai revu mes parents, je me suis réconciliée avec. Derek m’a embrassé mais n’assume plus vraiment ce fait. T’étais porté disparu de mon champ de vision avant que je ne quitte le château et te revoilà. Takuma a lancé un Imperium pour me sauver la vie. Alec a failli mourir pour sauver sa sœur. On ne sait même pas comment elle va. Enzo et Kyle ont toujours les Supérieurs sur le dos et ils doivent faire attention. Maël est là. Maël veut savoir. Il veut comprendre pourquoi. Les examens approchent. Megan et moi c’est soudain idyllique. Et Suzie ça va bientôt faire deux ans.

C’est … C’est trop là. Ma tête explose.

Et toi Cassidy ? Tu vas me raconter tes petits travers maintenant que je t’ai dit les miens ? »

A défaut d’avoir des problèmes de couple, t’as peut-être autre chose qui te tracasse ou t’agace ou prend un pourcentage de ton attention que tu préférerais garder pour d’autres trucs. Non ?

code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Lun 15 Avr 2013 - 18:29

« Comment j’me sens.. ? Ah comme ça ! »

C’est assez surréaliste quand on y pense. Cette situation je veux dire. On est là, tous les quatre, à se dorer la pilule comme si c’était normal. Pas que ça ne le soit pas, mais c’est juste trop normal pour être réel. Et pourtant ça l’est. Réel. Et normal aussi, c’est simplement qu’on n’a plus l’habitude. Les deux amoureux sont plus loin, ils se promènent comme si plus rien d’autre n’avait d’importance, et nous on est là, elle allongée, moi assis, sur le sable, sous le soleil, au bord de l’eau. Même moi qui suis un gars de la ville je trouve ça agréable. Surréaliste, mais agréable. On peut pas se permettre de ne pas profiter de moment comme celui là et pourtant, je sens bien que j’ai amorcé quelque chose qui va peut être nous conduire tous les deux, Jill et moi, sur une pente un peu plus … pas glissante, mais moins rayonnante je dirai. Elle réfléchit à ce qu’elle pourrait bien me répondre, à présent assise, et je ne sais pas bien ce qu’elle tente de faire exactement. Le tri dans ses pensées ? Dans ce qu’elle peut me dire ou pas ? Difficile de trancher. Tout ce que j’ai à faire, c’est attendre.

« Honnêtement… j’ai l’impression de m’être pris un mur en pleine tête. Pas que je me sente au fond du trou ou quoi mais simplement depuis mon retour les choses s’enchaînent une vitesse telle que j’ai un peu de mal à tout suivre, à tout comprendre et comme j’ai été absente deux semaines, ça a beau être peu temporairement parlant, dans ce château les choses vont à une telle vitesse que j’ai l’impression d’avoir passé six mois loin d’ici. Du coup bah.. j’essaie de rattraper le temps perdu mais il continue de courir devant moi et des choses que j’avais laissées en plan en partant, comme Derek pour ne citer que lui, me reviennent en pleine tronche et pas forcément de la manière dont je l’aurais souhaité. »

Je ne dis rien. J’écoute. Qu’est ce que je pourrais bien dire de toute façon ? Je lui ai demandé comment elle se sentait, elle me l’explique. Ce qui m’étonne c’est qu’elle trouve que le temps passe si vite. De mon côté j’ai au contraire l’impression que tout tourne au ralentis mais on ne vit pas les mêmes choses elle et moi. Sa maladie, son départ, son hospitalisation, son retour. Je peux comprendre que tout ça l’ait chamboulé d’autant plus qu’effectivement, parfois il se passe beaucoup de choses en peu de temps. Je crois que je suis simplement un peu loin de tout ça, et surtout j’ai vécu certains trucs plus ou moins en direct, d'autre me sont passés totalement inaperçu et pour cause ils ne me regardent absolument pas, alors ça aide, probablement.

« Puis il y a une chose que tu as la ‘chance’ si on peut parler comme ça - Rolling Eyes - de ne pas avoir c’est que tu ne passes pas d’examens de fin d’année. Je ne suis pas à noyer dans un verre d’eau de ce côté-là mais cumulé au reste, ça commence à me peser. Ca fait trop de choses à penser d’un coup et par moments j’ai juste l’impression que ma tête va éclater. »

C’est con, ou pas, mais je me sens en total décalage. Je ne minimise pas ses problèmes ou ses ressentis, loin de là, simplement je n’en prends pas la mesure je crois. Tout ça c’est tellement abstrait pour moi. Son histoire avec Derek, les cours, les exams, ce genre de trucs qui ne me parlent pas du tout. J’ai quitté l’école il y a des années, et avant d’arriver ici je n’avais jamais eu à me poser de questions concernant une quelconque relation ou un truc s’en approchant. Je ne peux pas me mettre à sa place, je ne peux pas vraiment comprendre ce qu’elle ressent, sur ses sujets là en tout cas. Notre point commun majeur, et ce qui a fait qu’on s’est ouvert l’un à l’autre l’année dernière – en dehors de notre connerie respective – c’est le fait d’avoir perdu un morceau de nous même en la personne d’une sœur ou d’un frère. Il faut être honnête, en dehors de ces circonstances, en dehors de ce château, une fille comme Jill n’aurait jamais fait partie de mon entourage. Pas plus que Kyle ou Enzo. Emily c’est encore autre chose parce qu’elle a vécu certaines choses que j’ai pu vivre moi aussi. La vie dans la rue, ce genre de trucs. Mon but n’est pas de mettre des personnes de côté, mais on est différent, c’est un fait. Pour certains, ils ont eu une famille, une vie plus ou moins tranquilles, même si un élément a tout fait basculer. Ce ne sont pas de choses que je connais. Un papa, une maman, une maison en banlieue, ce genre de trucs. Ça n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas de valeur à mes yeux, loin de là, simplement il faut savoir reconnaître la vérité. On est différent, on ne vient pas du même monde, on n’a pas la même histoire et qu’on le veuille ou non ça sera toujours comme une sorte de fossé entre nous. Un petit, pas infranchissable. L’important c’est qui nous sommes à l’instant T, c’est comme ça que je vois les choses en tout cas. Certes en dehors je n’aurai sans doute jamais adressé la parole à la moitié des gens que je côtoie ici, mais ça ne s’est pas passé comme ça. Ils sont là, ils font partie de ma vie. Je fais partie de la leur. En tout cas je l’espère parce que je suis comme ça, j’ai besoin d’exister pour les autres. Ça n’est pas du nombrilisme, je ne pense pas, mais peut être un peu finalement. Je ne sais pas vraiment.

Il n'empêche que je lui ai souris quand elle a illustré, en quelque sorte, l'explosion de sa tête. Trop penser tue, et certains sont des pro pour ça. Je n'ai jamais été un grand cérébral, et j'espère bien ne pas le devenir. Au point où j'en suis, c'est déjà trop.

« J’ai besoin de vacances, c’est tout. J’ai besoin de rentrer chez moi, de retrouver un semblant de repère. Un peu comme tout le monde je pense. »

Tu m’en diras tant …

« Et toi Cassidy ? Tu vas me raconter tes petits travers maintenant que je t’ai dit les miens ? »

Encore un sourire, je ne peux pas m'empêcher de penser au jour où on a baissé les armes tous les deux, dans les chiottes. Joli paysage. Sourire chassé par un soupir néanmoins, alors que mes yeux se perdent sur l'eau, dans le lointain. Je les ferme un instant, la luminosité les agresse, je vais être bon pour une belle migraine ce soir. Petite nature. C'est bien beau d'avoir les yeux bleus, mais quand ils sont fragiles comme les miens, c'est vraiment pas pratique. C'est même très chiant, après tout pourquoi rester poli ? Bref, je l'ai écouté sans broncher, c'est à mon tour maintenant. C'est comme ça qu'on fonctionne elle et moi, et ça me va. Je connaissais le deal avant de lancer la discussion. Elle aussi.

« J’en ai pas vraiment. J’ai l’impression d’avoir arrêté de vivre depuis un p’tit moment pour être tout à fait honnête. »

J'ai l'air blasé en disant ça, et je le suis, c'est plutôt flagrant. Oui le quotidien me blase, il me pèse. La vie ici. Et je me rends compte que je n'ai jamais dit les choses clairement, à qui que ce soit. Sans doute même pas à moi et pourtant elles sont bien là. Et à vrai dire, hormis à Jill, je ne vois pas bien à qui je pourrais en parler. Emily c'est hors de question, Kyle non plus. Pas plus qu'Enzo en réalité. Mon instinct protecteur de grand frère m'en empêche. Riley ? Nan, j'ai peur qu'elle se casse et puis de toute façon on ne peut pas dire qu'on est beaucoup de contact en ce moment. Parfois ça ne joue pas, comme avec Megan par exemple, mais avec Riley ça n'est pas le cas. Loin des yeux, loin du cœur. Si on veut. Megan tiens d'ailleurs, je crois qu'à elle je pourrais évoquer ces choses là aussi, sans trop savoir pourquoi. Peu importe.

« Mon ancien moi me manque. Ma vie, mon pays, mes frères, la rue. Tout ça me manque et même si ici j’ai créé des liens supers, ça ne sera jamais chez moi. J’ai besoin d’entendre le bruit des moteurs et des klaxons, sentir la pollution, écouter les sirènes de police et me demander si je dois courir ou pas, si c’est pour moi ou pas, si c’est pour un de mes frangins auquel cas il faut que je coure aussi pour aller lui filer un coup de main. J’ai besoin de poser mes yeux sur la baie le matin et regarder le soleil se lever du Golden Gate, besoin d’aller faire peur aux touristes dans les quartiers les plus animés, besoin de reprendre mon business et surtout besoin de tirer un trait définitif sur la Magie. »

Je la regarde, droit dans les yeux. Ça n'est pas du jugement, et je n'ai pas du tout envie de la blesser, mais non, malgré le temps qui passe, ce truc n'est toujours pas rentré dans mes mœurs. Elle le sait très bien de toute façon.

« C’est pas comme si je me sentais mort, mais je ne suis plus moi, ça c’est une certitude. Enfin sans doute que si mais simplement j’ai changé, et j’aime pas cette nouvelle version. Tu l’as dit toi même, on dirait que j’ai 40 balais et ça le fait pas du tout. J’me sens prisonnier, en fait, je suis prisonnier, comme nous tous je sais mais la liberté a toujours été une notion vitale et essentielle pour moi et elle commence à me faire cruellement défaut. Pourtant, je crois que j’ai arrêté d’essayer de me battre et ça ne me ressemble pas ça non plus. J’vais plus au devant du danger, je provoque plus autant qu’avant. J’me pose des questions à la con, sur des sujets à la con qui n’ont pas la moindre importance. J’ai trop de temps à tuer, et c’est moi que ça va finir par flinguer. Tiens même ça, ça me manque. Mon flingue. J’ai pas tiré depuis plus d’un an, j’adorai ça. Je sais que ça peut paraitre étrange dit comme ça mais ça procure des sensations que je ne retrouverai jamais ici. Conduire, aussi. Ce genre de petits trucs du quotidien. »

Combien de voiture on a pu tirer avec les frangins ? Avec Carlos on était les rois pour ça. Ni vu, ni connu, je t'embrouille. Un peu de magouille, on la refourguais, et les billets rentraient dans nos poches. Mais avant ça on se faisait toujours un petit plaisir en matière de vitesse et autres conneries du genre. Inutile de dire que je n'ai jamais passé mon permis, bien évidemment. Lui non plus d'ailleurs. Pour ça il aurait fallu qu'il ait des papiers, premièrement.

« J’me sens en manque de vie, et j’suis pas persuadé que ça finira pas par m’avoir à l’usure. »

J’ai beau essayé de m’y faire, ici, ce monde, ça ne sera jamais chez moi. J’ai beau les aimer de tout mon cœur, ils ne remplaceront jamais ma famille, la vraie, même si ça peut paraître cruel et injuste de dire ça. Emily et Kyle sont comme ma sœur et mon frère, je n’hésiterai pas à donner ma vie pour eux, mais ne pas voir la sale gueule de Carlos c’est quelque chose qui me pèse de plus en plus. La vie dans le gang, les mama, les p’tits qui courent partout, les grandes fiesta qu’on faisait jusqu’au petit jour quand on était off, quand le business pouvait attendre. Là bas j’étais quelqu’un, ici je ne suis personne. J’ai bien conscience que je plombe l’ambiance, et j’étais pas partie dans cet optique là mais voilà, y a des choses qui finissent par sortir d’elles mêmes visiblement. Jusqu’ici je n’avais pas mis de mot là dessus, sur ces sensations, ces manques, et je me rends compte que ça les rend encore plus réels. Ça fait mal, ni plus, ni moins. Et pour le coup j’ai vraiment plus envie de rire.

En attendant elle m'a écouté comme je l'ai fait, et je ne crois pas qu'elle ajoutera quelque chose à ça. Qu'est ce qu'elle pourrait ajouter de toute façon ? Je sais qu'elle va m'épargner les trucs du genre un peu trop optimiste pour être crédible, en tout cas je l'espère, parce que j'ai vraiment pas envie d'entendre ça. Un autre jour peut être, mais pas aujourd'hui. Alors je lâche le lac des yeux, jette un coup d'œil aux amoureux un peu plus loin, tourne la tête et souris à nouveau à Jill.

« A part ça, t'es toujours une junkie Davis ? »

Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Dim 28 Avr 2013 - 19:26



It's a revolution i suppose → Enzo & Kyle & Cameron & Jill

C
’est l’histoire d’un type qui avait cinq quéquettes. Son slip lui allait comme un gant ! Pourquoi je pense à ça ? J’en sais trop rien, je ne me rappelle même plus qui me l’avait racontée celle-là. Sans doute Maël à tous les coups. La blague me fait sourire autant que le regard de Cameron posé sur moi à l’instant où je lui demande comment lui se sent. Le retour du boomerang n’est plus une surprise pour lui. Il prend son temps pour répondre, je le lui laisse volontiers sans chercher à le bousculer. Cameron ne parle jamais de lui, de ses sentiments, de ce qu’il ressent. Pourtant depuis que l’on se connaît, il a appris à s’ouvrir un peu. Depuis cet épisode dans les chiottes je dirais. La vision d’une cuvette de toilettes a été l’élément déclencheur entre nous ! Non je plaisante, il était dans un sale état ce jour-là et n’avait pas spécialement envie de rire. Je ne sais plus lequel de nous deux a commencé à parler de ça mais on s’est rapidement rendu compte qu’on avait tous les deux perdu un membre de notre famille. On partageait la même souffrance sans le savoir et même s’il s’agissait de son grand frère et moi de ma petite sœur et que les rapports n’étaient pas exactement les mêmes, lui comme moi avons compris que s’il fallait construire quelque chose entre nous ; ceci en serait le point de départ. On en a pas trop reparlé depuis, enfin si, quelques allusions à eux glissés de temps en temps dans une conversation mais on n’est jamais revenus sur le fait qu’ils nous manquaient. C’était un fait, on ne pouvait rien y changer et nous le savions tous les deux.

Je me demandais s’il allait me parler de Sullivan quand son regard s’est plongé dans l’observation des reflets des eaux du Lac. Il a fermé les yeux un moment, semblant profiter de la caresse du soleil avant de se tourner de nouveau vers moi.

J’en ai pas vraiment. J’ai l’impression d’avoir arrêté de vivre depuis un p’tit moment pour être tout à fait honnête. »
Allez, passe aux aveux. » dis-je simplement.

Je posai mon menton sur mes bras, entourant mes jambes repliées.

Mon ancien moi me manque. Ma vie, mon pays, mes frères, la rue. Tout ça me manque et même si ici j’ai créé des liens supers, ça ne sera jamais chez moi. J’ai besoin d’entendre le bruit des moteurs et des klaxons, sentir la pollution, écouter les sirènes de police et me demander si je dois courir ou pas, si c’est pour moi ou pas, si c’est pour un de mes frangins auquel cas il faut que je cours aussi pour aller lui filer un coup de main. J’ai besoin de poser mes yeux sur la baie le matin et regarder le soleil se lever du Golden Gate, besoin d’aller faire peur aux touristes dans les quartiers les plus animés, besoin de reprendre mon business et surtout besoin de tirer un trait définitif sur la Magie. »

Il planta son regard dans le mien pour la dernière phrase. Je ne fis rien pour l’empêcher de continuer. Son dégoût de la Magie et sans doute la peur que devait lui inspirer ce truc immatériel contre lequel il ne pouvait pas se battre n’était pas une nouvelle pour moi et je n’étais pas non plus étonnée que ça ne se soit pas adouci avec le temps. Il était là depuis un moment mais l’absence de Magie dans sa vie, la loi de la rue, fight or flight et tout ce qui caractérisait son existence avant son arrivée à Poudlard étaient ancrés depuis bien plus longtemps en lui. La Magie faisait partie de mon monde depuis que j’étais née. Elle était déjà présente bien avant ma naissance et celle de mes parents. Je l’acceptais comme un pivot de l’univers, comme le fait d’avoir besoin de respirer pour vivre. Ce n’était pas le cas de Cameron. Il n’avait pas grandi dans ce monde et quand il avait été catapulté dedans après sa capture, ç’avait été pour se faire enfermer, traiter comme du bétail et devenir l’esclave de cette entité qu’on appelait Magie. Là où il avait une existence, elle le lui avait dérobé. Là où il avait une liberté, elle s’en était emparée. La Magie n’avait apporté rien de bon dans la vie de Cameron et même sa rencontre avec des sorciers qui n’en faisaient pas un mauvais usage ne suffisait pas à racheter tout ce que la Magie lui avait arraché. C’était quelque chose que je pouvais comprendre et c’est pourquoi je me sentais jamais blessée lorsqu’il tenait ce genre de discours. Nous venions tous les deux d’un monde différent. Il ne fallait pas l’oublier.

C’est pas comme si je me sentais mort, mais je ne suis plus moi, ça c’est une certitude. Enfin sans doute que si mais simplement j’ai changé, et j’aime pas cette nouvelle version. Tu l’as dit toi même, on dirait que j’ai 40 balais et ça le fait pas du tout. J’me sens prisonnier, en fait, je suis prisonnier, comme nous tous je sais mais la liberté a toujours été une notion vitale et essentielle pour moi et elle commence à me faire cruellement défaut. Pourtant, je crois que j’ai arrêté d’essayer de me battre et ça ne me ressemble pas ça non plus. J’vais plus au devant du danger, je provoque plus autant qu’avant. J’me pose des questions à la con, sur des sujets à la con qui n’ont pas la moindre importance. J’ai trop de temps à tuer, et c’est moi que ça va finir par flinguer. Tiens même ça, ça me manque. Mon flingue. J’ai pas tiré depuis plus d’un an, j’adorais ça. Je sais que ça peut paraitre étrange dit comme ça mais ça procure des sensations que je ne retrouverai jamais ici. Conduire, aussi. Ce genre de petits trucs du quotidien. »
C’est sûr qu’ici… »
J’me sens en manque de vie, et j’suis pas persuadé que ça finira pas par m’avoir à l’usure. »
Je crois que je vois ce que tu veux dire. Mais jpense pas. »

Je n’ai rien ajouté de plus. C’était inutile. Lui promettre qu’il retrouverait un jour tout ça serait lui mentir et nous étions trop honnêtes l’un envers l’autre depuis le début pour commencer maintenant. Cameron n’avait pas besoin que je le prenne dans mes bras en lui disant qu’un jour ça irait mieux. Je pense qu’il avait juste eu besoin de me dire comment il se sentait depuis quelques temps ou peut-être s’était-il simplement plié à ma question et ma curiosité mais la 2ème option m’aurait étonnée. Il n’était pas du genre à plier pour ce genre de simagrées. S’il n’avait pas eu envie d’en parler, il aurait simplement répondu que ça allait et la discussion aurait tourné sur autre chose. Non, il avait simplement exprimé ce qu’il ressentait sans attendre de ma part une quelconque réaction de consolation. Réagir autrement et le bercer d’illusions comme un enfant qu’on veut rassurer serait à coup sûr une erreur de ma part. Un affront à sa testostérone ! *out*

Se tournant finalement de nouveau vers moi après avoir observé Enzo et Kyle jouant dans l’eau, il lâcha d’une voix innocente :

A part ça, t'es toujours une junkie Davis ? »

J’arquai un sourcil et me tournai vers lui en souriant d’un air matois.

Pourquoi ? T’en veux ? » demandai-je de ma voix la plus caressante.

Je savais que non mais bon, perche tendue, perche saisie ! Ça faisait un moment que j’avais arrêté maintenant. L’entrée à Ste Mangouste avait fait office de sevrage et l’arrivée de mes parents ainsi que le cercle perpétuel de médecins, d’infirmiers et d’aides-soignants s’étaient chargé de me maintenir loin de toute forme d’herbe. Je devais quand même rappeler qu’à la base, c’était une idée de mon médecin traitant. Celui qui avait suivi Suzie toutes ces années, qui avait encouragé mes dons, rassuré mes parents, soutenu toute la famille Davis.. etc. Un médecin Moldu certes mais un bon médecin tout de même. Le cannabis thérapeutique n’était pas une nouveauté dans le monde médical, je l’avais lu quelque part en attendant le réveil de Suzie. Souvent prescrit comme antidouleur, il accompagnait les patients en phase terminale. Ça n’avait pas été mon cas, dieu merci. Le fait est que j’y avais juste vite pris goût, à mes dépends. Drogue douce peut-être mais drogue quand même. Ça n’avait échappé à personne ici et certainement pas à Cameron à qui j’avais carrément réclamé une dose une fois. Visiblement, cette scène s’était gravée dans sa mémoire. Il me la rappelait sans cesse histoire de me taquiner. Je n’étais pas très fière de cette histoire cependant, même si devant lui je ne pouvais qu’avoir l’air d’avoir adoré l’expérience. Juste pour ne pas lui donner raison de chatouiller cette corde. Bien qu’il ne le fasse pas pour me juger ou quoique ce soit d’autre. Tout ceci était encore un de nos jeux. Je savais aussi qu’en faisant mine de ne pas être touchée par ses paroles, je lui donnais la preuve que je l’étais et l’autorisation de continuer. De vrais messages codés… S’il avait senti à un seul instant que le sujet devenait pénible pour moi ou que le fun était ‘consommé’ et que ça devenait lassant, il aurait dévié tout de suite vers autre chose. Nous n’étions pas là pour régler des comptes.

J’ai arrêté si tu veux tout savoir. Enfin, ‘on’ m’a fait arrêter. Et je dois dire que je me sens mieux depuis Rolling Eyes Unbelieveable isn’t it ? »

Le fait est que je me sentais vraiment mieux depuis mon opération. Le fait de ne plus avoir un rein dysfonctionnel m’ôtait un poids des épaules. Je redevenais … normale.

Un silence s’installa entre nous. Chacun dans nos pensées après les avoir partagées, je repensais à ce que Cameron disait. Tirer lui manquait. Conduire lui manquait. La ville, les bruits de la rue, le frisson des poursuites. Toute une ambiance lui manquait. J’avais déjà fait cela auparavant. Pour l’anniversaire d’Enzo, très exactement. Il m’avait fallu plusieurs mois d’entraînement et de recherches à la bibliothèque pour arriver à recréer l’ambiance d’une plage australienne mais j’avais finalement réussi et vu la réaction d’Enzo ce soir-là dans les cuisines du château, je ne m’étais pas trop mal débrouillée. Je n’étais pas assez bonne sorcière pour recréer l’univers des rues de San Francisco. En revanche, j’étais peut-être capable de …

Bouge pas. Tu vas me dire si.. »

Me relevant d’un bond pour attraper ma baguette, je m’éloignai de quelques pas. Je ne savais pas avec quoi Cameron avait l’habitude de tirer avant d’arriver ici et lui demander gâcherait la surprise que je voulais lui faire. Je réfléchis quelques secondes, fouillant dans ma mémoire pour retrouver la photo d’un Glock 22 que mon père avait ramené d’un voyage à New York. Une fois certaine de mon coup, je prononçai le sort que j’avais trouvé tout en ayant en tête l’image de l’arme. Matérialisé brusquement par terre, je ramassai le Glock 22 et me tournai vers Cameron en le lui tendant.

Ceci peut faire office de souvenir du bon vieux temps ? »

Bon. C’était une arme de la NYPD. Côte Est en plus alors qu’il était de la côte Ouest mais bon. J’espérais que le cadeau lui ferait tout de même plaisir. Avisant sa soudaine expression légèrement.. effrayante à la vue de l’arme, je m’empressai d’ajouter :

C’est un faux. Enfin j’veux dire il ne tuera personne mais tu peux quand même me montrer tes prouesses de gangster des rues sur euh.. »

Merde les cibles !
Réfléchissant à toute vitesse, je pris au vol la première idée qui me vint à l’esprit et prononçai à nouveau le sort en direction des arbres. Une succession de boîtes de conserves rouillées s’aligna en équilibre sur une branche horizontale.

Ces boîtes par exemple. Qu’est-ce que t’en dis ? »

Observant tour à tour l’arme, pourtant récente et les boîtes alignées comme dans un vieux film américain des années 50, je fus prise d’un doute. Fronçant les sourcils, je me tournai vers Cameron pour avoir son avis sur la question.

Ça fait peut-être un peu cliché en fait… »

code by stitch
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7850
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   Mar 30 Avr 2013 - 19:49

Je ne crois pas qu'il y ait réellement une trace d'amertume dans mon discours. Après tout, ça fait plus d'un an que je suis là et ma liberté m'a toujours manqué c'est juste ces derniers temps je me rends compte que je laisse trop de place à la cogitation. Je ne suis plus l'espèce de jeune fou qui n'avait peur de rien si ce n'est de ne pas se sentir vivant. L'adrénaline était ma meilleure amie et aujourd'hui j'ai l'impression qu'elle est devenue une sorte de vieille maitresse plutôt qu'autre chose. Bien sur que je suis amer vis à vis de la situation, mais je ne suis pas amer d'en parler, et surtout pas avec Jill. Entre elle et moi, c'est simple, c'est honnête et même si on a l'air de passer notre temps à s'en balancer plein la tronche, c'est de bonne guerre. On sait être sérieux parfois, la preuve en est cette petite parenthèse pendant que les deux autres vivent d'amour et d'eau fraiche un peu plus loin. Ce que je viens de lâcher à Jill, je ne crois pas que je l'aurai fait pour quelqu'un d'autre. De son côté je ne sais pas mais c'est notre manière de tâter la température chez l'autre j'ai l'impression. L'un s'exprime, l'autre ne l'interrompt pas, ne va pas de son petit commentaire, et inversement. Une fois que les choses sont dites, elles sont dites et on en parle plus. Je ne crois pas qu'elle s'inquiète pour moi à outre mesure, de la même façon que je ne m'inquiète pas pour elle non plus. Enfin, je me comprends. On vit des choses pas toujours drôles ici, mais on survit, on s'accroche. Je sais que j'ai dit que j'étais pas certain que ça ne finirait pas par m'avoir à l'usure mais c'est comme ça, c'est la vie, faut bien qu'elle se termine un jour, et je ne crois pas que ça sera aujourd'hui ou en tout cas pas de mon fait. Jill a ses propres emmerdes, ses propres états d'âmes, et ça n'est pas parce que je ne les comprends pas tous que je n'en prends pas la teneur. Si c'est important pour elle, si ça l'affect, c'est que ça a de l'importance. Y compris ses histoires de cœur. Non, c'est pas mon truc et j'ai pas envie que ça le devienne mais c'est le sien au même titre que les deux zigotos là bas – enfin j'suis pas sur que ça soit au même niveau mais peu importe – donc je respecte. Elle est mon amie, je ne suis pas là pour la juger mais pour la supporter et lui changer les idées quand je le peux. Je pense qu'elle voit les choses comme moi et c'est sans doute pour ça qu'on s'entend si bien. Qui plus est, tout est clair pour moi à présent et ça fait pas de mal. C'est pas tant que ça m'ait vraiment déstabilisé – en fait si, tout comme avec Riley d'ailleurs – mais je crois que je dois avoir un soucis avec la gente féminine et que je suis en phase de rodage ou un truc du genre. Peut être que je mélange les « sentiments » était donné qu'avant d'arriver ici je n'avais jamais vraiment eu d'amie. J'ai été élevé dans un milieu assez masculin même si on passait pas tout notre temps entre boules, ce que je veux dire c'est que les relations que j'avais avec les femmes avant n'étaient pas amicale. Elles étaient familiale à la rigueur, mais sinon c'était simplement physique. Un peu de bon temps et voilà, ce qui n'empêchait pas de s'apprécier mais on n'était pas amis pour autant.

Enfin bref ! Alors Davis, junkie ou pas junkie ?

« Pourquoi ? T’en veux ? »

Ça se pourrait bien, mais non, et pour toute réponse elle n'aura qu'un sourire évasif, histoire de laisser planer le mystère.

« J’ai arrêté si tu veux tout savoir. Enfin, ‘on’ m’a fait arrêter. Et je dois dire que je me sens mieux depuis Rolling Eyes Unbelieveable isn’t it ? »

On, j'imagine que ce sont les docteurs et je dois bien le dire, depuis que j'ai sinon arrêté au moins calmé un peu le jeu, je me sens … non en fait je ne me sens pas mieux. C'est peut être ça d'ailleurs le fond du problème mais le truc c'est que ça avait tendance à devenir une sale habitude et surtout à anesthésier mes réflexes et ça c'était pas bon. J'ai pas arrêté pour autant, ni ça ni la clope, j'ai juste ralentis. Je dois bien dire que vu comment ça a tourné la dernière fois que j'ai fait un deal avec quelqu'un pour avoir de la came, ça m'a un peu calmé. J'en veux pas à Alec pour ça, j'suis un grand garçon et j'ai pris ma décision tout seul, mais je crois pas que je recommencerai, c'est tout. Jordane a sans doute autre chose de mieux à foutre de sa vie que de venir me sauver le cul et c'est sans doute mieux pour mon égo déjà suffisamment bafoué comme ça.

J'ai senti comme un silence s'installer, une sorte de pause où chacun d'entre nous était visiblement dans ses pensées. Moi j'étais dans la rue, ailleurs, loin, là bas, chez moi, et elle ? Je ne saurai trop le dire. Peut être avec sa sœur, ou bien simplement dans le coin avec les gens qu'elle considère ici comme sa famille. Finalement elle s'est levée, et légèrement surpris j'ai suivi son mouvement sans vraiment comprendre le but de la manœuvre.

« Bouge pas. Tu vas me dire si.. »

Je n'ai effectivement pas bougé. Je vais te dire si … quoi ? Tu m'intrigues Davis, et d'autant plus maintenant que tu as ta baguette dans les mains. C'est con, mais j'y peux rien j'aurai toujours cette tendance à me méfier de ce truc là même si je sais qu'elle ne s'en servira pas contre moi ou en tout cas pas dans un but négatif. Je lui fais confiance, au même titre que je fais confiance à Riley, à Enzo ou même à Megan mais la Magie sera toujours un problème pour moi et je sais qu'elle en a parfaitement conscience. Donc j'attends, j'observe, c'est tout ce que je peux faire et tout ce que j'ai envie de faire surtout. Une part de moi à quand même hâte de voir ce qu'elle me réserve. Je crois que je m'attendais à peu près à tout, mais certainement pas à ça. Alors que je pensais avoir des hallu, je l'ai vu se pencher et attraper l'objet qu'elle venait de faire apparaître. Dans sa main, c'était un flingue et je dois bien avouer que l'image de Jill avec un gun dans les mains restera surement gravé dans ma mémoire. C'est … spécial. Elle s'est totalement tournée vers moi et a cherché mon regard.

« Ceci peut faire office de souvenir du bon vieux temps ? »

Je suis resté comme un con, et tout en me levant je regardai l'objet comme si c'était la première fois que j'en voyais un. Ça n'est pas le mien, ça n'est pas non plus un de ceux que j'aurai pu tenir puisque c'est plus ou moins la réplique d'une arme de flic mais ...

« Ok … Tu m'as déjà vu m'extasier devant le Quidditch alors là je vais me retenir, pour la forme, mais ... »

Je suis là, devant elle, près d'elle, n'osant même pas toucher ce truc tellement je suis sur qu'il va disparaître dès l'instant où je vais le toucher. Et pourtant j'en meurs d'envie. D'ailleurs, il se passe un million de choses dans ma tête en ce moment, ça cogite, ça va très vite. C'est comme une sorte de retour en arrière alors que ça n'est qu'une image sous mes yeux. C'est … puissant.

« C’est un faux. Enfin j’veux dire il ne tuera personne mais tu peux quand même me montrer tes prouesses de gangster des rues sur euh.. »

Dommage … Oui, je l'admets, je l'ai pensé. L'espace d'une demi seconde peut être mais je l'ai pensé. Je ne suis pas un tueur et je ne l'ai jamais fait sans raison ou plutôt sans motif même si aux yeux de la loi c'était surement discutable, mais pendant ce minuscule laps de temps je me suis vu rentrer au château et mettre une balle en pleine tête à chacun de ces enfoirés que je croiserai. Peut être qu'elle l'a senti, j'en sais trop rien, toujours est il qu'elle a embrayé direct et tant mieux. Et une seconde plus tard plusieurs boites de conserves apparaissaient un peu plus loin. J'ai souri, j'ai ri même.

« Ces boîtes par exemple. Qu’est-ce que t’en dis ? »

J'en dit que c'est parfait.

« Ça fait peut-être un peu cliché en fait… »
« Jill, tu m'as bien regardé ? Je suis un cliché ambulant. »

Avec ma gueule cassée, mes tatouages, mes cicatrices, ma dégaine et tout ce qui va avec. Oui, je suis un cliché, j'en ai bien conscience mais je le vis plutôt bien en fait. Je suis qui je suis et ça me va très bien. Ceux a qui ça ne plait pas, ils peuvent aller se faire foutre, je ne changerai jamais pour personne.

« J'en dit donc que c'est parfait. Merci. »

J'ai finalement attrapé l'arme qu'elle me tendait depuis tout à l'heure et une fois que je me suis rendu compte qu'elle était vraiment palpable – aussi factice soit elle – j'ai ressenti tout un tas de petit fourmillements familiers et agréables me parcourir le bras. Bras que j'ai tendu, puis concentré j'ai visé les cibles mais avant de tirer j'ai quand même demandé à Jill si elle pouvait faire un truc pour sinon effacer au moins atténuer les sons. Chose qu'elle a fait, et là j'ai pu tirer l'esprit tranquille. Résultat ? Epic fail ! C'est la branche du dessus qui a tout pris et moi j'ai éclaté de rire.

« Oh putain ! Ma parole j'suis rouillé. »

Un coup comme ça à SF et j'aurai été la risée de la famille, ça c'est sur. Je me suis donc repris, et j'ai saisi l'arme à deux mains cette fois. Nouveau tir. En plein dans le mil.

« Ah ben voilà, comme ça c'est mieux. »

Encore un petit, pour la route, puis un autre parce que ça fait longtemps, et encore un parce que c'est addictif et ...

« Tu veux essayer ? Un p'tit conseil, prends le à deux mains. Y a que dans les films que les mecs arrivent à tirer correctement, et à viser juste tout simplement, en tenant leur flingue d'une seule main alors que c'est la première fois qu'ils en tiennent un. »

Je lui ai laissé, tout comme je l'ai laissé faire comme elle voulait, comme elle le sentait. Elle a tiré et je me suis presque senti l'âme d'un professeur.

« Pas mal. »

Mais y a rien à faire, ça me perturbe de te voir avec ce truc dans les mains. On a continué à jouer comme ça pendant un petit moment, et je dois dire qu'un flingue qui n'a pas besoin d'être rechargé ça m'aurait été d'une grande aide en Amérique mais peu importe.

« La prochaine fois, tu m'fais apparaître une Mustang ou un truc dans le genre ? On ira faire un rodeo sur la pelouse dans le Parc. »

Oh ouais !

C'est à ce moment là que les gars se sont pointés et Jill et moi on s'est retourné vers eux en même temps. J'avais le flingue dans les mains et j'ai rapidement vu le regard du Loup se braquer dessus. Avant même que j'ai eu le temps de dire ouf il se postait devant Kyle.

« Détends toi petit Loup, c'est qu'du faux. »

Et effectivement il s'est détendu, au moins en apparence. D'un autre côté je peux comprendre, c'est pas très rassurant d'avoir ça sous les yeux quand on n'est pas habitué.

« J'crois que mon côté animal sauvage persécuté par des millénaires de conflits Homme / Reste des grands prédateurs a du mal avec cet engin du diable :gla: Quoi que du point de vue de certains, c'est moi l'engin du diable Rolling Eyes Hyper flatteur quand on y pense. »

On a finalement tous été d'accord pour dire que chaque bonne chose à une fin. Jill a fait disparaître l'arme et les boites de conserves, ils se sont rhabillés et puis c'était l'heure de se quitter. Kyle et moi d'un côté, Jill et Enzo de l'autre. On a simplement traversé un bout de Forêt ensemble et puis une fois près de la lisière, le Gryff s'est posté devant la Jaune, lui offrant son dos.

« Aller grimpe, j'te ramène à dos de mule. »

Voilà comment nos chemins se sont séparés, après une belle après midi de tranquillité qui je crois a fait du bien à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron   

Revenir en haut Aller en bas
 
It’s a revolution, I suppose ▬ Jillian, Kyle & Cameron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jayden E. Wade - I raise my flags, don my clothes It's a revolution, I suppose -
» [EVENT #2] it's a revolution i suppose
» Christianity and the ongoing Haitian Revolution (1791-2010)
» bonne fete revolution russe
» Y A T IL ?AVAIT-IL UNE PENSEE OU UNE REVOLUTION LAVSSIENNE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Le lac.-
Sauter vers: