AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jamais deux sans trois... •• Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Jamais deux sans trois... •• Edward   Mar 15 Jan 2013 - 13:31

Mercredi 18 juin. Il y a des journées comme celle-là, où tu sais dés que tu mets le pied en dehors de la couette que la journée sera particulièrement mauvaise. Et bien, aujourd'hui Elias sentait bien que cela serait le cas de cette journée. Déjà, il se réveilla en retard, cela ne lui arrivait habituellement jamais, mais, pour une fois il s'était rendormi comme une masse sur ses bouquins. Vu l'heure, l'Hufflepuff se dit qu'il pouvait oublier son petit déjeuner et préféra se préparer pour les cours. Il arriva donc en cours, encore à moitié endormi, et au moment de s'asseoir à sa place au lieu de finir les fesses sur un banc, il eut plutôt la mauvaise surprise, qu'elles atteignent le sol. Hum. Alors non seulement cela ne faisait pas de bien, mais en plus il vira rouge tomate (peut-être même plus rouge que le rouge d'une écharpe Gryffi') lorsqu'il se rendit compte que la plupart des visages de ses camarades étaient tournés vers lui, qu'ils étaient en plus amusés, quelques vannes plus ou moins appréciables furent d'ailleurs entendues. Lui aimait passé inaperçu, pour cette fois-ci c'était bel et bien raté ! Fort heureusement pour lui -et ses nerfs-, le reste de la matinée se déroula plutôt bien. Il n'y eut pas d'autres incidents à déclarer et il fallait espérer que cela continuerait. Se donner en spectacle, surtout en étant ridicule de la sorte, était franchement tout sauf plaisant. Il avait même du mal à comprendre ceux qui aimaient faire les clowns en classe pour amuser la galerie, bien qu'à présent cela soit plus que rare. Quel plaisir pouvait-on avoir de faire rire les autres sur ses pitreries ?! Non, vraiment des fois cela le dépassait totalement. Peut-être qu'au final, c'est parce qu'il était trop coincé, qu'il n'avait pas forcément le même sens de l'humour que les autres, ou alors, c'était le fait qu'il aime tellement se faire oublier que quelqu'un qui agit de façon totalement opposé dépassait son entendement. Il y avait de multiples raisons possibles, mais Elias n'aurait réellement sut dire quelle réponse était la bonne, ou plutôt la meilleure.

Après avoir mangé pour deux pendant le repas du midi, l'Hufflepuff retourna en classe, et là encore tout se passa à peu près bien, mis à part qu'on leur donna encore quelques devoirs à faire et qu'il avait l'impression que jamais il n'arriverait à tout finir. Des fois un peu perfectionniste, ce genre de chose l'angoissait: rendre un devoir bâclé était franchement quelque chose d’inimaginable pour lui.
En se dirigeant vers la salle commune, il tomba nez à nez avec un petit deuxième année appartenant à sa maison, qui se faisait bousculer par des Slytherin de 8eme année. Elias savait que le "gamin" était un petit né-moldu, mais ce n'est pas ce qui allait l'empêcher de l'aider. Il eut néanmoins quelques secondes d'arrêt en se rappelant ce que lui avait conseillé Doryan plus tôt dans le mois, de moins aider les autres car il finirait par s'attirer des ennuis. Son meilleur ami avait raison, mais il ne pouvait quand même pas rester-là sans réagir. Pendant sa courte réflexion, les Verts avaient eu le temps de décamper -bousculant Fletcher au passage, qui comme à son habitude préféra ignorer cette 'attaque'-. Suite à cela c'est donc tout naturellement qu'il avait aidé le plus jeune à ramasser ses livres, il aurait bien voulu le rassurer, lui dire quelques mots réconfortants, mais rien ne venait. Il ne pouvait pas dire que ce n'était pas grave, parce qu'il savait mieux que personne comment de telles attitudes pouvaient bouffer et consumer quelqu'un petit bout par petit bout.

Après cet "incident", Elias était finalement reparti vers sa salle commune. Cette fois-ci avec un peu de chance, il pourrait bientôt continuer ses révisions. Lorsque le professeur Wallenstein apparut au bout du couloir, à quelques mères de lui, il eut cette désagréable impression que ça n'allait pas être possible, et que cette journée déjà mal entamée allait continuer de la sorte. Il se doutait que la scène avec Sam qui datait de quelques jours n'avait pas du tout était au goût du professeur de botanique. Enfin bon, il ne regrettait aucunement d'être intervenu pour aider une amie... Il fallait juste espérer qu'il se faisse des idées ! Une fois assez proche d'Edward, il lui glissa à la fois doucement mais distinctement un petit B'jour professeur Juste la politesse minimale. Maintenant, si le plus âgé le laissait encore avancer de quelques pas, c'est sûrement qu'il pourrait s'en sortir sans aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Mar 15 Jan 2013 - 19:02

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


Edward marchait lentement dans les couloirs, il détestait surveiller les cachots. Il y faisait froid et ce malgré l'été qui approchait à grand pas, qui aurait l'idée de traîner ici de toute façon ? C'était une perte de temps selon lui. Le professeur préférait nettement la chaleur étouffante de ses serres durant les mois d'étés et glacial en hiver. Chaque serres avait sa particularité et il aimait faire chier les élèves en les emmenant dans les plus froide l'hiver et les plus chaude l'été. Wallenstein avait toujours adoré martyrisé ses pauvres élèves qui avaient si peu de respect pour sa matière « du jardinage » disaient certains, foutaises. Qu'ils essaient seulement d'approcher un filet du diable sans savoir que ce dernier pouvait les étouffer en deux secondes. Ils ne se moqueraient plus de lui après ça.

L'ancien serpentard ne supportait pas qu'on s'implique moins dans sa matière sous prétexte qu'elle ne leur servirait pas. La botanique était aussi importante que les potions ou que les sortilèges, cela faisait des années qu'il le répétait. Il terminerait sa surveillance dans quelques minutes, il serait enfin débarrassé de cette tâche encombrante. Le professeur se dirigea directement vers les serres ou il se sentait toujours mieux depuis un certain temps. A solitude le rongeait toujours autant mais là-bas il s'occupait. Il sortit une cigarette de sa poche et l'alluma avec un briquet. Cette habitude avait le don d'agacer bon nombre de ses collègues. Il ne se gênait pourtant pas pour montrer le mauvaise exemple. Il tira une bouffée de sa cigarette avant de s'arrêter nettement en apercevant un élève qu'il ne pensait pas revoir si vite.

« Tiens tiens, tiens, Fletcher, comme on se retrouve.»

Un sourire un peu sadique s'afficha sur son visage. Il allait enfin pouvoir donner une bonne leçon a ce petit poufsouffle qui lui avait priver d'un divertissement l'autre soir. Il était tout seul désormais et c'était bien cela qui rendait notre professeur très souriant. Personne ne pourrait lui venir en aide.

« Il n'y aura personne pour vous sauvez la mise cette fois. Suivez- moi, nous allons avoir une petite conversation jeune homme et n'essayais pas de vous en aller, se serait dommage que j'utilise la force pour vous emmenez jusque dans mes serres n'est-ce pas?»

Le professeur de botanique se faisait un malin plaisir à intimidé le poufsouffle. Il n'avait pas l'air très vif et était certain que l'idée même de tente de se sauver ne lui était pas venue à l'esprit, il devait se dire que c'était bien trop risqué. Il espérait simplement que personne ne viendrait le déranger durant cette route vers les serres. Il aimait tellement ses serres qu'il avait mis en place non loin d'elles un espèce de bureau ou il aimait aussi torturer psychologiquement quelques élèves aux même titre qu'Elias. Il verrait bien ainsi de quoi était capable ce jeune élève. Il tira une bouffée de sa cigarette ouvrant la marche gardant un œil sur l'élève tandis qu'ils se mettaient en route.





Dernière édition par Edward A. Wallenstein le Dim 20 Jan 2013 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Mer 16 Jan 2013 - 19:08

Quelle était la probabilité qu'il se retrouve face à face au professeur qu'il avait en quelque sorte défié quelques jours auparavant ?! Très faible. Cela voulait dire que c'était réellement une journée bien merdique et qui allait certainement lui porter la poisse jusqu'au bout. D'ailleurs cela se vérifia assez rapidement, en effet après que l'Hufflepuff ait salué poliment le professeur ce dernier répondit quelques mots qui firent déglutirent difficilement l'élève. Ça c'était mauvais signe. Très mauvais signe même. Regardant Edward, Fletcher ne sut quoi rajouter, alors il se contenta d'attendre que le plus âgé reprenne la parole, car c'est ce qui allait se passer aussi sûr deux et deux font quatre. D'ailleurs sur le sourire affiché sur la tronche de l'autre en disait long et lui faisait froid dans le dos ! Les paroles qui ne tardèrent pas à suivre n'aida franchement pas Elias à prendre confiance en lui, bien au contraire, il avait alors plus envie de s'enterrer qu'autre chose. Le professeur avait raison, il n'y aurait personne pour l'aider, mais d'un côté c'était tant mieux, cela évitait à ses amis de risquer eux aussi une sanction, du moins pour le moment (car il fallait être lucide, si Doryan apprenait qu'on l'avait touché, il n'était pas certain que son meilleur ami garde son calme, bien au contraire). Quant à s'en aller ou fuir, il n'était pas fou ni même stupide. Partir serait aggraver la situation, et puis pour aller où ? Ce n'est pas comme s'il pouvait s'enfuir facilement... à part s'enfermer quelque part où le prof ne pourrait le retrouver immédiatement il ne pouvait pas faire grand chose, et puis, ça ne serait que partie remise, il aurait bien fallu qu'Elias sorte à un moment ou à un autre et c'était certain que le professeur aurait attendu ce moment là pour le faire payer au centuple ! Enfin tout cela pour dire que partir lui avait effleuré l'esprit à peine un dixième de secondes.
Maintenant il fallait qu'il réponde quelque chose vu que la dernière phrase était une question. Après avoir doucement opiné pour montrer qu'il était "d'accord", il confirma doucement Je vous suis. Enfin ce n'est pas comme s'il avait le choix. Pour l'instant la seule chose qui le préoccupait c'était de savoir ce que le plus âgé allait faire de lui. Il n'était même pas certain d'être une "proie" très amusante. Ça se voyait au premier abord, qu'il était facilement impressionnable, qu'il n'était pas bien courageux. C'était certain qu'il craquerait vite, contrairement à la plupart de ses amis, il était très loin d'avoir l'étoffe d'un héros. Néanmoins, il n'était pas lâche au point de se rouler par terre en le suppliant de l'épargner, de ne pas lui faire du mal. Non, il assumerait ses actes comme un grand garçon même si maintenant l'appréhension, la peur et l'angoisse, le dominaient plus que tout autre sentiment.

Elias suivit donc sagement le professeur jusqu'aux serres, tentant d'oublier l'odeur pestilentielle de la cigarette. En plus de lui pourrir la vie, il avait vraiment besoin de polluer l'air ambiant ?! Visiblement oui ! Sur le chemin, ils n'avaient -malheureusement- croisé personne qui aurait réellement pu aider l'Huffleppuff et si quelques minutes auparavant il aurait voulu que personne n'intervienne, plus les secondes passaient, plus il se disait qu'il serait ravi de voir Doryan débarquer. Mais il ne fallait pas. Elias ne voulait pas qu'on fasse du mal à son meilleur ami. Vous comptez me faire quoi ?! dit le garçon assez rapidement, avant d'hausser un sourcil, visiblement lui-même assez surpris d'avoir prononcé cette phrase à haute voix.
Suite à cela il se renfrogna légèrement, et si le plus âge utilisait ses failles, ses peurs … qu'est-ce que cela pourrait donner ? Trop de choses. Sa mère née-moldue. La relation houleuse avec ses frères et sœurs. La façon dont il considérait l'amitié (d'une certaine manière). Sa claustrophobie. Mis à part le dernier point qu'il était le seul à connaître, le reste était des informations qui étaient facilement trouvables. Et puis, Edward pouvait également user de la torture physique... Quoiqu'il en soit, il était à présent si nerveux, si anxieux qu'il était en train de se rendre limite malade tout seul, alors que le professeur n'avait même pas repris la parole ! Cette situation, le rendait encore plus pathétique d'ordinaire... Et bien, la suite des événements risquait d'être joyeuse !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Dim 20 Jan 2013 - 14:32

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


Le professeur de botanique était plutôt satisfait de voir que son élève était disposé à le suivre, il n'avait en même temps pas tellement le choix. Il avait décidé de lui donner une petite leçon et personne ne l'empêcherait à faire autrement. Ce garçon ne plaisait pas tellement à l'ancien serpentard, sa manie à vouloir venir en aide aux autres le dépensait à l'agaçait. Il l'avait privé d'un plaisir à s'en prendre à cette petite rousse l'autre jour et comptait bien se venger aujourd'hui.

Wallenstein ouvrit le pas et fut ravi de ne croiser personne sur le chemin des serres. Il ouvrit la porte de l'une d'entre elle et laissa passer Elias qui n'avait pas l'air très rassurer. Il emmena le garçon dans ce qu'il appelait son «bureau» qui en fait était juste une petite pièce qu'il avait aménager comme tel et qui à la base servait de réserve. Il n'en avait pas eu d'utilité alors il l'avait transformer en coin bureau. Il avait disposé sur une étagère quelques plantes qu'il affectionnait particulièrement. La première était dans un pot en terre et quelqu'un de doué en herbologie aurait tout de suite reconnu l'aconit par sa couleur violette. Dans un pot à côté de l'aconit se trouvait une plante aux pétales blanches appelée valérian et utilisé pour la potion du filtre de mort et la potion d'amnésie. Il y avait aussi des bocaux qui contenait pour l'un des branchiflores et pour l'autre des petites baie de plusieurs couleurs. Il n'y avait qu'une seule chaise dans le bureau. Il laissa Elias à l'entrée et se dirigea vers la chaise qu'il déposa face à lui. Il avait entendu la question du poufsouffle, mais l'ignora.

« Installez vous. Nous avons des choses à nous dire.»


Il sourit et s'installa lui sur son bureau face à Fletcher. Il termina sa cigarette qu'il écrasa dans un cendrier poser sur le bureau à côté d'une masse de papiers qu'il n'avait pas encore feuilleté. Il observa longuement son élève prenant soin de faire durant le silence qui s'était installé dans la pièce et qui devait être pesant pour le jeune homme. Il le fixait de ses yeux bleu perçant comme s'il le scrutait intérieurement, enfin ce ne fut qu'au bout de longues minutes interminables qu'il se décida à parler :

« Dites moi Fletcher pourquoi teniez-vous tant à sauver la mise de Miss Hopkins? Par Galenterie ? Non je suis certain que c'est autre chose … Je sais … pour vous prouvez que vous valez quelque chose. Oui c'est ça, vous êtes si insignifiant chez vous, vos propres sœurs vous trouve tellement stupide, n'est-ce pas ? Chouette famille. Vous pensez qu'en aidant les autres ça vous permettra de ne pas passé pour le plus nul de la bande. Vous doutez en réalité, vous ne savez plus qui suivre, ni qui aidé alors vous essayer de vous rendre utile, mais voyez où ça vous vous mène … nul part. Vous êtes seul, vous avez sans doute l'impression de ne pas l'être. C'est vrai vous avez du monde derrière vous, comme … McKiddle par exemple, il ne sera pas toujours là pour vous et croyez moi les choses changent, son oncle ne le protégera plus pour longtemps, sa chance et entrain de tourner comme la vôtre Fletcher. Alors ais-je au moins émis une bonne hypothèse?»


La voix de Wallenstein était très cinglante, il avait pour habitude de s'en prendre à ses élèves de cette façon, en débitant tout ce qu'il leur faisait le plus peur, tout ce qu'ils essayaient de cacher ou de fuir, c'était beaucoup plus amusant que de s'en prendre physiquement à eux et il était très doué pour la torture moral.





Dernière édition par Edward A. Wallenstein le Dim 20 Jan 2013 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Dim 20 Jan 2013 - 20:07

Autant dire que le jeune Hufflepuff n'était franchement pas fier de rentrer dans de bureau, ils étaient à l’abri des regards et l'imagination bien trop fertile de l'élève était en train de fonctionner à plein régime. Étrangement la serre et plus précisément ce bureau ne lui inspirait pas du tout confiance dans l'immédiat, bien au contraire, qu'est-ce que ce tordu avait à lui dire qu'il ne pouvait pas faire dans le hall ?! C'était aussi évident qu'un nez au milieu de la figure ! Wallenstein n'avait pas répondu à sa question, il l'éluda même en lui indiquant de s'installer car ils avaient des choses à se dire. Ah bon ? Non, personnellement Elias n'avait rien à lui dire, rien du tout même ! Mais bon, ce n'était pas le moment de jouer avec les mots, jamais il n'oserait et surtout pas en étant seul à seul face au professeur. Pour l'instant, tous ses sens étaient juste en alerte, il était anxieux, il avait peur mais tentait néanmoins de faire un minimum bonne figure. Craquer maintenant, parce que la pression est trop forte, parce que vos nerfs vous lâchent, serait complètement stupide. Il fallait qu'il se contrôle encore un minimum... Le problème c'est que plus les secondes passaient, plus c'était difficile. Le professeur n'avait pas repris la parole et laissait un silence plus que gênant. Fletcher ne savait plus trop comment réagir, tentait de briser le silence, car au final c'était peut-être cela qu'il attendait, ou alors se taire et attendre. La dernière solution lui paraissant la meilleure, c'est celle qu'il appliqua, fixant le bureau du plus âgé plutôt que l'homme lui même. L'étudiant ne voulait pas croiser son regard bien trop flippant, bien trop perçant. Se sentir observé, étudié était déjà largement assez étouffant, pas besoin d'en rajouter une touche. S'il le regardait Elias avait peur de finir comme totalement paralysé par la peur, perdre le peu de sang froid qui lui restait.

Dés fois il se détestait, pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas être comme Doryan, avoir son assurance ? Pourquoi est-ce que cela était si difficile ? Il ne pouvait lutter contre sa timidité, son instinct qui lui disait de se faire tout petit, discret, d'éviter les ennuis. Éviter les ennuis, c'était dommage, ce coup-ci c'était complètement raté, tout son corps était comme en alerte, attendant, redoutant le moindre fait, geste et dire d'Edward. Et c'est ainsi qu'il sursauta lorsque le plus âgé reprit enfin la parole. Plus les mots défilaient, plus Elias n'avait qu'une envie devenir une petite souris et se terrer dans un trou pour ne plus en sortir. Il avait l'impression que ses joues avaient pris feu, et le peu de moyen qu'il lui restait il les perdit plus ou moins. Non, il voulait juste aider une amie c'était tout, il ne voulait pas prouver qu'il valait quelque chose car... car au final il se sentait insignifiant. Le professeur de botanique avait visé plus que juste en parlant de ses sœurs. Il avait réussi à le toucher en plein cœur, en plein point sensible. Le petit Hufflepuff détesté et méprisé par le reste de sa fratrie. Le petit dernier que l'on trouvait stupide, bizarre, trop gentil, trop ci trop ça. Et oui, il était certainement le plus nul de ses amis, de la bande comme il le disait bien. Par contre, Wallenstein n'aurait jamais dû parler de son meilleur car Fletcher eut une réaction aussi immédiate, impulsive qu'inappropriée et qu'il regretta aussitôt la phrase prononcée Doryan n'a rien à voir là-dedans, ne le touchez pas ! Il l'avait dit certes d'une voix ferme, presque convaincante mais doucement et très rapidement. Malheureusement ce n'était pas ces quelques paroles qui allaient aider son Gryffi de meilleur ami, loin de là même. Doryan est le garçon le plus génial que j'ai pu rencontré et je lui fais entièrement confiance, quoiqu'il arrive.

Il le regarda pendant quelques secondes dans les yeux, avant de fixer de nouveau le bureau. Fletcher avait peut-être peu d'amis, mais ceux à qui il tenait aurait sa dévotion presque éternelle. Il se tut ensuite pendant une bonne minute ne sachant pas quoi rajouter, regrettant même d'avoir parlé de lui de la sorte, cela risquait d'apporter au Gryffi plus d'ennuis qu'autre chose. Pendant quelques secondes, il paniqua tout seul, à l'idée qu'il puisse arriver quelques chose à son meilleur ami, à un tel point qu'il était sur le point de lui dire "Faites moi ce que vous voulez mais ne touchez pas à Doryan", mais au final cette phrase n'était jamais sortie de la bouche de l'Hufflepuff. Maintenant, le plus dur restait à faire, c'est à dire à répondre aux deux autres points... Pour ses sœurs, il ne savait pas quoi répliquer, le plus âgé avait bien trop raison, alors il continua sur le sujet de Sam, mais cette fois-ci il était beaucoup plus calme, beaucoup plus timide en quelque sortes Et...j'avais vraiment quelque chose à lui demander sur les cours... à Sam... C'est sûr que comme ça Edward allait être convaincu qu'il disait la vérité... Se passant une main dans les cheveux le jeune homme choisi finalement de se taire et de ne pas répondre pour sa famille. Gardant à présent les yeux au sol, il attendit la suite avec tout sauf impatience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Dim 20 Jan 2013 - 21:06

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


Edward croisait les bras dans l'attente d'une réponse. Il ne s'était pas tant attendu à ce que le poufsouffle prenne la défense du gryffondor avec autant de vigueur. Il aurait du s'en douter, on disait qu'ils étaient meilleurs amies après tout. Il ne put s'empêcher de rire face à la loyauté dont Elias faisait preuve à défendre du haut de sa petite personne son ami. Il ne manquait pas de courage en fin de compte. C'était surprenant, mais ça n'empêcherait pas le professeur de continuer dans sa lancé. Il n'en avait pas fini avec lui. Le poufsouffle avait beau se défendre comme il pouvait, rien ne changerait au fait que Wallenstein avait décidé de lui faire payer.

L'ancien serpentard rit à nouveau lorsque Fletcher lui précisa qu'il trouvait Doryan génial. Il n'avait rien d'exceptionnel. C'était un traître à son sang et un imbécile. Il ne valait rien même son oncle n'avait plus tellement l'air de le croire capable de quelque chose. Eward ne supportait pas qu'on puisse ainsi trahir les siens et choisir la mauvaise voix. Il aurait bientôt une bonne leçon, mais ça il se gardait de le dire. Il s'approcha alors soudainement de son élève s'appuyant sur les accoudoir de la chaise afin de bien avoir les yeux noisette du garçon et d'une voix mesuré lui lança:

« Ce n'est qu'un traite qui ne vaut pas mieux que vous! Je n'ai d'ordre à recevoir de personne Fletcher est-ce bien clair?»


Il avait haussé la voix agacé d'entendre de telles sottises à propos de ce garçon qui lui sortait métaphoriquement par les trous de nez. Il lui rappelait légèrement le garçon qu'il avait été à n'en faire qu'a sa tête et à dénigrer sa propre famille. Il lâcha la chaise et retourna s’asseoir sur le bureau croisa les jambe et ralluma une cigarette. Il ne croyait pas à ce mensonge de plus. Il avait juste voulu la sortir de là. Il ne cherchait peut être rien de spéciale en aidant ses amis, mais ce qui était sur c'était que cette histoire de se sentir faible le touchait visiblement. Il n'avait pas tellement répondu à la question du botaniste et ce dernier comptait bien s'appuyer encore plus sur ça pour le faire plier encore plus.

« Vos sœurs n'ont pas tellement tort de vous considérer comme un moins que rien. Vous n'avez aucun talent particulier que doivent dire vos parents? La même chose?»


Edward tentait d'avoir quelques informations en plus, il ne connaissait pas vraiment l'histoire de la famille de son élève, il ne retenait pas toujours tout en une seule fois, cette tactique d'intimidation était souvent très efficace. Il obtenait toujours toutes les réponses qu'il souhaitait et se servait encore plus de ses dernières pour faire craquer ses jeunes inconscients. Les élèves évitaient généralement la confrontation avec le professeur de botanique, beaucoup savaient que les minutes étaient difficilement supportable avec lui et qu'il pouvait frappé là où ça faisait le plus de mal.

« Je passerais outre cette histoire votre camarade, tôt ou tard j'aurais l'occasion de lui faire payer son insolence comme je compte bien vous faire payez la vôtre.»


Il n'avait pas encore décidé de ce qu'il allait exactement lui faire, mais ce qui était sur était qu'il allait resté en sa compagnie un petit moment.




Dernière édition par Edward A. Wallenstein le Lun 21 Jan 2013 - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Dim 20 Jan 2013 - 23:04

Cela ne lui fit pas trop plaisir, pour ne pas dire qu'il fut blessé lorsque la seule réaction d'Edward fut de rire quand il évoqua son amitié avec Doryan. Certes, leur amitié était étrange, ils étaient un peu le jour et la nuit, mais au moins ils étaient sincères l'un envers l'autre, ce n'était pas qu'un artifice, ce n'était pour bien se faire voir. C'était juste réel. Alors oui, il lui était loyal, et plus que ça même, il était prêt à sacrifier sa vie pour celle de son meilleur ami. Elias n'apprécia pas non plus la façon dont l'ex Slytherin rigola quand il affirma que Mckiddle était génial. Qu'est-ce qu'il y avait de drôle là-dedans ?! Rien. C'était juste la vérité ou du moins son point de vue. Les gens ne cherchaient pas à comprendre Doryan et c'était vraiment dommage car, quand on outrepassait ses défauts ou du moins son narcissisme et compagnie, le Gryffi était réellement un ami hors pair !
Ce que le plus jeune n'avait pas prévu c'est que le professeur se rapproche de lui. Près, très près, trop près. Si près qu'il pouvait sentit son haleine , ou plutôt cette odeur de cigarette à mettre des hauts le cœur. Si près qu'il ne pouvait pas éviter son regard et après que le plus âgé ait pris la parole, l'Hufflepuff se contenta d'acquiescer doucement. Oui. Oui. Il ne voulait pas lui donner d'ordre, pas réellement du moins... c'était plutôt une sorte de conseil. Personne n'avait le droit de toucher à son meilleur ami. Personne. Le pauvre "gamin" avait été si impressionné par cette intervention que la seule chose qu'il avait ensuite réussi à dire fut un petit Oui... Désolé. Non mais sérieusement !! Il venait de s'excuser d'avoir voulu protéger son meilleur ami, on aura vraiment tout vu ! Il n'était pas possible ! Il inspira profondément avant de souffler doucement Mais il vaut bien plus que moi. Non, non, non !! Il ne pouvait pas accepter que l'on mette Doryan à son niveau de pathétisme. Il valait bien plus que lui, son ami était courageux, il assumait ses idées, ses actes, il osait tenir tête aux gens, il se battait pour ce qu'il croyait, il était loin d'être lâche et peureux comme lui. Oui, Doryan était en quelque sorte un exemple à suivre -vraiment juste en quelque sortes-.
Contrairement à ce que l'on pouvait croire Elias n'était pas totalement fou, il ne voulait pas provoquer plus que cela le professeur, il redoutait bien trop les conséquences, autant pour lui, que pour ses amis. Quoi de plus simple que de s'en prendre aux gens à qui l'ont tient quand on veut faire du mal à quelqu'un.... C'était une solution simple, facile, efficace.

Le petit Hufflepuff, par la suite, avait parlé de Sam, s'enfonçant encore dans son mensonge pas du tout crédible. Pourquoi réagir de la sorte ? C'était stupide, complètement stupide ! C'était s'attirer des ennuis encore plus... alors qu'il aurait pu trouver un mensonge disons plus... plausible, comme l'amour. Enfin, maintenant il était un peu trop tard... Fletcher avait par ailleurs évité de reparler de ses sœurs exprès. Et c'est Wallenstein qui reprit bien entendu ce point faible. Elias garda les yeux au sol, ne sachant quoi répondre. De toute manière qu'es-ce qu'il pouvait bien répliquer ?! C'était si humiliant, si blessant. Il se sentait mal, encore plus rabaissé. Insignifiant n'était même plus un mot assez fort pour le qualifier. Il était... Il se dégouttait presque d'être aussi faible, aussi pathétique, de ne servir à rien à ce point, d'avoir envie de pleurer pour tout cela. Je... Il ne fallait pas qu'il craque, il ne fallait pas qu'il fasse ce plaisir au professeur. Mes parents... Il se coupa de nouveau. Ses parents, qu'est-ce qu'ils pensaient de lui au fond ? Il avait toujours été proche d'eux, ou du moins il avait eu cette impression, mais peut-être qu'il les avait déçu... peut-être que ce n'était qu'une façade parce qu'ils se sentaient obligés d'aimer leur cadet. ... ils ne pensent pas ça... enfin je crois. conclut-il d'un ton tout sauf persuasif. Manipulable, naïf, il était si simple de le déstabiliser et visiblement Edward avait trouvé une de ses nombreuses failles et il allait pouvoir s'amuser.

Le plus âgé avait ensuite reparlé de Sam, cette fois-ci Elias releva timidement les yeux vers son professeur de botanique. Non, il ne fallait pas qu'il lui fasse payer ! Il ne voulait pas qu'elle soit blessée de quelque façon qu'il soit. S'il vous plaît.... Laissez la tranquille... Beaucoup moins agressif que lorsqu'on parlait de Doryan, il tenait quand même à sauver la peau de son ami. De toute manière, lui n'avait plus rien à perdre alors s'il pouvait l'aider, c'était la moindre des choses qu'il puisse faire. Alors oui, aussi pathétique qu'il était, il venait presque de le supplier de laisser sa comparse Jaune tranquille. Tant pis pour ce que les gens pourraient penser de lui après s'ils apprenaient ce qui s'était passé dans cette pièce, de toute manière, ce n'était pas comme s'il avait déjà bonne réputation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Lun 21 Jan 2013 - 12:54

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


La situation était loin d'être avantageuse pour Elias. Il respirait la peur et l'angoisse de se retrouver en tête à tête avec le professeur de botanique et cette perspective était largement suffisante à l'ancien serpentard pour comprendre que le poufsouffle était une proie facile. Il tira une autre bouffée de sa cigarette, il ne craignait pas de mourir d'un cancer du poumon, il ne pourrait de toutes façon rien face à la mort et y était préparé depuis sa plus tendre enfance. On ne choisit ni sa façon de mourir ni son heure de mort alors autant profiter de tous les petits plaisir dont il pouvait se permettre. Il ne fut nullement étonné de voir le jeune homme s'excuser. Son intimidation avait eu de l'effet. Edward leva les yeux au ciel lorsque le jaune remis une fois de plus sur le tapis son admiration face au gryffondor.

« Non je ne crois pas, il se donne juste un air de grande gueule, mais vous savez les apparences sont trompeuses. Il est plus faible que vous ne le pensez. A la moindre petite faille il tombera de haut. Je puis vous l'assurez.»


Un sourire mauvais s'était afficher sur le visage du professeur traduisant bien l'animosité qu'il avait à l'égard du gryffondor. Il n'hésiterait à lui faire payer sa traîtrise et son manque de jugement envers les siens. Il devrait être remis à sa place et le serait très bientôt. Il avait eu vent de ce petit incident avec la prof de runes et comptait bien continuer dans le même sens qu'elle. A ses yeux être à gryffondor alors qu'on descendait d'une lignée de sang pur était un outrage. Il ne supportait pas l'idée qu'on salisse ainsi le nom de sorciers de sang pur.

La famille étant visiblement un sujet délicat pour le poufsouffle Edward avait appuyer sur le fait que les siens le trouve aussi insignifiant que les autres. Ses parents semblaient aussi être un sujet fragile, bien qu'il n'obtient pas vraiment la réponse qu'il espérait. Il pourrait toujours lui mettre dans la tête qu'ils pensaient la même chose que ses sœurs de façon à le faire douter fortement de leur bonne foi. C'était un passe temps favori du professeur, faire croire tout l'inverse de ce qu'il en était pour faire tomber plus facilement ses petits martyrs.

« Ils ont tout aussi honte que vos sœurs, croyez-moi, les parents rêves de grandes choses pour les enfants, que peuvent-ils bien espérer de vous? Rien de bien glorieux.»


Il savait que le jeune homme ne tarderait pas à craquer, vu la tête qu'il tirait depuis tout à l'heure le sujet de la famille était vraiment très sensible. Edward eu pendant un moment une pointe de pitié pour ce jeune homme, il n'avait aucun scrupules à le torturer mentalement alors que lui-même à son âge aurait sans doute eu beaucoup de mal à aborder le sujet de la famille. Il lui arrivait dans ces moments là d'avoir quelques remords pour ce qu'il faisait, s'en prendre aux plus faible était d'une lâcheté peu commune. Il le suppliait de laisser la rouquine tranquille. Il savait ce que c'était que de perdre sa famille et pouvait donc se montrer indulgent envers elle. Il leva la main d'un air de dire « très bien, elle n'est pas si importante. » . C'était ce qui était étonnant chez lui, il faisait parfois preuve de bon sens et se sentait bien mieux d'avoir une personne en moins à faire craquer.





Dernière édition par Edward A. Wallenstein le Lun 28 Jan 2013 - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Lun 21 Jan 2013 - 20:07

Encore une personne qui ne comprenait pas Doryan, néanmoins en écoutant les dires du professeur Elias retroussa doucement le nez. A la moindre petite faille son ami tomberait ? Non.. Le Rouge était un peu comme un chat, il savait toujours retomber sur ses pattes du moins il fallait l'espérer. Quoiqu'il en soit, le Gryffi pourrait toujours compter sur lui. Cette fois-ci Fletcher n'osa pas regarder le plus âgé dans les yeux alors il se contenta de fixer le sol tout en répliquant faiblement S'il tombe, je serai là pour le relever, ou l'éviter une chute trop abrupte. Certes, c'était une phrase pathétique mais il le pensait réellement. Jamais il ne pourrait abandonner son meilleure ami, et ce, même si tout le monde devait lui tourner le dos après. L'amitié que lui portait l'autre garçon était bien trop précieuse. Elias lui faisait une confiance absolue et aveugle. Le soucis c'est qu'en retour il espérait toujours que cela soit réciproque.

Une fois le sujet Mckiddle en quelque sorte clos, voilà que fut abordé celui de sa famille. Et là, l'élève se renfrogna totalement. Il détestait que l'on parle des siens, et notamment de la relation qu'il avait eu avec ses sœurs. Le façon dont elles le traitaient, il ne méritait pas ça. Certes, il n'était pas comme elle; certes il avait bon nombres de défauts; certes il était trop gentil, trop naïf, trop mou; certes il se laissait peut-être un peu trop faire, mais cela n'expliquait rien. Cela n'excusait rien. Utiliser ce genre de faiblesse avec un élève comme l'Hufflepuff, quelqu'un de fragile et pas sûr de lui, était plus qu'adapté. Plus les dires d'Edward se faisaient entendre plus Elias se recroquevillait sur sa chaise. Non ! Ce n'était pas vrai ses parents ne pouvaient pas avoir honte de lui... Quoique. Et s'il avait raison. Il n'était pas un leader, il ne ferait pas de grands choses. Il n'était pas courageux. Son ambition, devenir médicomage, rien de bien folichon. Pas de quoi être fier. Ses aînés allaient avoir des carrières bien plus prestigieuses en ayant intégrés les aurors ou en travaillant pour d'autres par exemple au ministère de ma magie. Lui, était juste bon à être un suiveur, un sous-fifre. L'hufflepuff tenta d'inspirer lentement histoire de ne pas éclater en sanglots. Il ne voulait pas s'humilier un peu plus. Si en plus de tous les défauts qu'il cumulait, il se mettait à être un chouineur plus personne ne le supporterait. Elias essaya de se rassurer. Ce qui importaient les parents, c'était si leurs enfants allaient bien, qu'ils s'épanouissent... qu'ils puissent faire ce qu'ils aiment, qu'ils puissent être eux-même. Ses parents n'étaient pas du genre de ceux que décrivait le professeur. Pourtant, il avait l'impression de les avoir déçu tant de fois. Comme ses sœurs lui disaient souvent être chez les Jaune avait un côté.... rabaissant. Elias adorait sa maison, il ne voudrait en changer pour rien au monde, mais peut-être qu'au fond d'eux ses paternels auraient voulu qu'il intègre les Ravenclaw. Il n'en savait rien, il était un peu paumé et cela se lisait clairement sur son visage. Ils ne sont pas comme ça dit-il faiblement, sans réellement y croire.

Essayant de se reprendre, Elias avait finalement tenté de le supplier de laisser Sam tranquille. Il s'attendait à un rire, une réplique cinglante mais … rien de tout cela. Au contraire, même s'il n'avait pas réellement répondu Edward semblait lui avoir indiqué qu'il lui ficherait la paix. Alors ça...; ça le laissait totalement bouche bée, mais l'Hufflepuff était heureux pour sa comparse. Maintenant, il fallait juste espérer qu'il ne lui fasse pas payer trop cher cet affront, le fait de lui la laisser tranquille. Tout comme il espérait que son amie ne serait jamais au courant de ce qui était en train de se passer, Fletcher ne voulait pas qu'elle se sente coupable de quoi que se soit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Lun 28 Jan 2013 - 13:47

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


C'était presque touchant de voir à quel point le poufsouffle soutenait son camarade de gryffondor. Il avait oublié que les jaunes étaient loyaux. Ce n'était pas des bêtises toutes ses histoires sur les qualités des gens dans certaines maison, Oh bien sur c'était à trié au cas par cas, mais tout de même pour celui là sa maison lui correspondait entièrement. L'ancien serpentard n'avait jamais eu des amis aussi fidèles, il en avait eu certes, mais jamais il n'avait manifester autant d'attachement, autant d'entraide. Ça avait toujours été chacun pour soit de son temps. Ou alors était-ce parce qu'à l'époque il était bien trop à l'écart de ce qu'on attendait d'un serpentard? C'était sans doute ça, mais il était extrêmement jaloux de constater que certaines personnes étaient si dévoués aux êtres qui leurs étaient cher. Lui n'avait pas eu tout ça. Il avait toujours été seul, plus ou moins. Il avait toujours subi les brimades des autres parce qu'il croyait à l'époque à un monde meilleur et désormais les choses s'inversaient. Il était tout en haut de l'échelle et faisait subir ce qu'il n'aurait jamais eu envie qu'on lui fasse. Le monde avait bien changer.

« Je doute qu'il soit aussi loyal que vous l'êtes. Vous allez être déçu un jour ou l'autre.»


Elias n'avait pas l'air très sur de lui quant il parlait de ses parents. Il ne devait pas tellement savoir non plus ce qu'ils pensaient de lui. C'était dire à quel point ils en avaient quelque choses à faire de leur garçon. C'était presque cruel de voir que les parents pouvaient faire autant de différences entre leurs enfants. Edward voyait nettement où^il pouvait aller avec ce petit détail. Il comptait continuer à lui mettre en tête qu'il était tout seul et que ses propres parents avaient honte de lui. Le professeur voyait bien à la tête du garçon qu'il ne supportait pas cette discution et c'était exactement ce qu'il voulait.

« Voyez même vous, vous ne savez pas ce qu'ils pensent. Ils ne vous parlent pas beaucoup? N'est-ce pas? Ils ont tendances à vous éviter, a faire passer les caprices de vos sœurs avant les vôtres? Et oui c'est comme ça, la vie est injuste, enfin ça dépend pour qui. Vos propres parents ont honte de vous, si ce n'est pas malheureux, rendez-vous à l'évidence Fletcher, vous n'êtes rien pour personne. »


Il avait bien appuyer ses mots histoire de le faire encore plus douter. C'est en insistant qu'il arriverait à faire craquer ce garçon et il était sur de ne plus être loin du but. C'était mesquin et cruel, mais c'était toujours mieux que la torture physique, au moins de cette façon ils comprenaient tous que rien ne servait de porter tel ou tel nom pour en être épargner. Tous avaient droit au même sort avec lui, tous sans exception. Les plus récalcitrants étaient juste plus longtemps en tête à tête avec Wallenstein, le temps de leur faire comprendre qu'ils n'avaient aucun privilèges.




Dernière édition par Edward A. Wallenstein le Sam 9 Fév 2013 - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Mar 29 Jan 2013 - 13:29

Oui, Edward avait certainement raison, un jour il serait forcément déçu par Doryan, mais il resterait quand même son meilleur ami quoiqu'il arrive. Quant à la loyauté de l'autre garçon, il ne voyait pas du tout pourquoi le professeur disait cela... Il avait toujours vu et pensé que le Gryffi avait la loyauté dans ses principes, ou du moins, il était très loyal envers les gens auxquels il tenait... et si Fletcher était son meilleur c'est qu'il tenait à lui non ? Le jeune homme se passa une main dans les cheveux assez nerveusement ne sachant pas trop quoi répliquer, il était à bouts d'arguments, alors oui il aurait pu laisser tomber, mais jamais il ne laisserait remettre en doute cette qualité de Mckiddle. Vous vous trompez lourdement sur son compte. J'ai confiance en lui, il ne me trahirait jamais, ce n'est pas pour rien que l'on est meilleurs amis. D'accord la phrase était un peu bateau, un peu niaise et naïve aussi, mais le plus jeune s'en fichait il avait réussi à formuler sa pensée que cela plaise ou non à Edward.

Ce qui devait être étonnant chez Elias, c'est que quand il s'agissait de défendre ses amis, il en était presque à montrer les dents, mais dés qu'il s'agissait de sauver son propre cas, il perdait ses mots, n'était plus sûr de rien. Dés que Wallenstein commença à parler de ses parents, de sa famille, l'Hufflepuff avait perdu toute sa contenance, et ne se défendait pas. Croyant même plus ou moins tout ce que le plus âgé pouvait lui souffler. Cela devait être un peu comme une brèche qui allait vite devenir un trou béant à travailler et entretenir pour le professeur qui d'ailleurs n'hésita pas à en rajouter une couche. C'est vrai Elias ne savait pas ce qu'ils pensaient exactement de lui, pour lui, il avait toujours été plus ou moins le chouchou de ses géniteurs, mais là il avait à présent un sérieux doute. Non, ils n'avaient jamais trop parlé, en même temps à la base Elias n'était pas si bavard que cela... et non, ils n'avaient jamais fait passer les caprices de ses sœurs avant les siens, mais au final, ils avaient laissé cette situation malsaine s'installer. Ils n'avaient jamais réussi à que ses aînés soient plus doux et gentil avec lui, alors la question qui se posait c'était "est-ce qu'ils avaient vraiment essayés ?". De nouveau le garçon se passa nerveusement une main dans les cheveux, il sentait irrésistiblement cette envie de pleurer monter en lui. Pour la calmer et tenter de garder le peu d'amour propre qu'il lui restait il se mordit violemment la langue, résultat mis à part qu'il avait à présent le goût de sang dans la bouche rien n'avait changé ! Un court et pesant silence s'était installé, cette fois-ci il ne savait plus quoi rajouter vu qu'à peine il ouvrait la bouche tout lui retombait dessus; le problème était que s'il ne disait rien l'autre risquait de l'enfoncer encore plus. C'est faux... Il fallait qu'il y croit. Je sais que je peux compter sur des personnes. Sam. Doryan. Charleen par exemple. Un léger reniflement se fit néanmoins entendre, la prochaine fois si Edward se débrouillait bien, Fletcher lui hurlerait certainement qu'il avait raison certainement en pleurant.. J'peux y aller ?! tenta t-il maladroitement en ravalant du mieux que possibles les larmes qui tendaient à couler... d'ailleurs il s'essuya rapidement d'un revers de manche les quelques gouttes qui avaient commencées à couler sur ses joues. Il se détestait, il était tellement pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Sam 9 Fév 2013 - 16:12

© made by Islande



Elias vs Edward

La vie est injuste mais ça dépend pour qui.


Edward avait du mal à comprendre pourquoi un garçon si loyal qu'Elias traînait avec un type aussi peu recommandable que Doryan. Il trouvait qu'il y avait une certaine injustice dans ce monde. Les mauvais s'en prenaient au bon et c'était toujours les mêmes qui prenait pour les autres. Ça en devenait presque pathétique. Il avait l'air d'être vraiment attaché à son ami et saurait pu être charmant à entendre, mais pour le professeur c'était pathétique. Il ne supportait pas de voir tout ces gens qui comptaient les uns sur les autres. A croire qu'on ne pouvait pas faire sans un certain amour, c'était stupide. Il avait laissé le sien loin de lui et vivais très bien sans. Il était certes beaucoup plus mauvais, mais quelque part il avait toujours eu un cœur sombre.

Il avait insisté sur ce que pouvait penser les parents du jeune homme et visiblement c'était la chose à faire. Il avait l'air assez chamboulé par les dires du professeur et c'était toujours dans ces moments-là qu'Edward ressentait une petite pointe de culpabilité. Lui ne se serait pas laissé faire, il aurait répliqué et il n'aurait jamais laissé le plaisir à un professeur de le voir se plier face à lui. Il se sentait mal et aurait parfois voulu être quelqu'un d'autre, mais au final il n'en avait que faire de ce qu'on pouvait penser de lui. Il s'était forgé un espèce de mur que personne ne pouvait plus franchir, un monde où la folie avait prit le dessus sur tous le reste, un monde où l'amour n'avait plus sa place, où plus rien ne comptait.

Il observait son élève ayant un peu pitié de lui. Il n'était pas nécessaire qu'il en fasse plus, il avait eu ce qu'il voulait c'était le principale, même s'il n'avait pas clairement craqué en sortant d'ici Edward savait que son élève ne se gênerait pas quand il serait seul. Il n'était pas si mauvais au final il le laisserait s'en aller. Il l'observa encore fixement, comme s'il essayait de savoir ce qu'il pouvait penser à cet instant. Il n'avait plus rien à faire de cet élève. Il le laisserait tranquille pour le moment, un autre jour sans doute il n'hésiterait pas à s'en prendre encore à lui, mais là il se sentait plus capable de le faire. Il était las de tout ce cirque.

«Sortez- d'ici, et ne vous avisez plus de faire quelque chose que vous regretteriez.»


Elias serait sans doute surpris et soulagé de la réaction soudaine du professeur, il avait une sorte de double facette qui lui prenait de temps en temps et culpabilisait encore après de l'avoir laisser s'en tirer aussi facilement. Il ne savait pas vraiment ce qui lui prenait au final, il jouait les gentils et ça ne lui plaisait pas, mieux valait tout de suite que ce gosse sorte avant qu'il ne finisse par s'en prendre à lui. Il fuma le reste de sa cigarette attendant qu'il s'en aille.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   Lun 11 Fév 2013 - 15:24

Résister à tout prix. Ne pas lui donner ce plaisir. Ça ne devait pourtant pas être bien difficile de ne pas se mettre à pleurer juste parce qu'il était un peu tourmenté. Bon nombre des élèves présents à Poudlard avaient vécu des choses bien pires et ce n'était pas pour autant qu'ils s'étaient mis à chouiner, à pleurer. Se concentrant le plus possible pour ne pas craquer, il essaya de penser à des choses plus joyeuses, mais que se soit sa famille ou Doryan c'était au final assez douloureux après ce que lui avait dit Edward. Et s'il avait raison, et si son meilleur ami le trahissait ? S'il préférait sauver sa peau.... s'il le laissait tomber ? Bien entendu il avait une confiance incroyable envers le Griffy néanmoins, il avait à présent un petit doute. Et si tous les autres avaient raison de ne pas lui faire confiance.... et s'il perdait cet allié, son meilleur ami qu'est-ce qu'il deviendrait ?! Il n'avait jamais eu beaucoup d'amis, de réels amis. Beaucoup de personnes l'appréciaient, mais généralement ça s'arrêtait là ! Les personnes sur qui il pouvait compter en cas de réel soucis, de besoin de parler pouvaient se compter sur les doigts d'une main. Pathétiquement, ses reniflements s'étaient amplifiés. Il luttait toujours intérieurement pour ne pas exploser en sanglots. Ça serait bien bête. Bien pathétique, tout comme lui. Pas digne d'un garçon de 18 ans. Et d'un coup, contre toute attente Edward lui avait dit qu'il pouvait sortir d'ici. Pendant une dizaine de secondes, il le regarda restant à moitié interdit par ce brusque revirement de situation. Néanmoins, il ne regrettait pas d'avoir aidé Sam. Il savait qu'il avait fait ce qu'il fallait quelques jours auparavant mais cette fois-ci il se tut. Elias se leva rapidement et quitta la serre tout en prenant soin de saluer le professeur histoire de ne pas subir de nouveau les foudres de ce dernier. Merci. B'soir m'sieur. Il n'avait pas promis qu'il ne ferait plus rien pour aider ses amis. Quant au merci, il pouvait faire bizarre,presque faux-cul, mais c'était juste une sorte d'automatisme. L'autre l'avait libéré alors qu'il aurait put certainement continuer pendant des heures et des heures, alors c'était bien la moindre des choses de le remercier, non ?! Okay... il était peut-être le seul à trouver cela logique mais il assumait totalement. Il ne fallait pas voir ce petit mot comme une sorte de "pacte" avec les supérieurs. Ça serait bien mal le connaître. Il n'était pas une balance, il était contre la violence, il 'était sang-mêlé, un gamin sans importance et tout cela lui convenait parfaitement. Jamais il ne changerait pour plaire à d'autres personnes même si cela pouvait lui attirer des ennuis. Une fois sorti des serres, Fletcher se dépêcha filer dans un endroit où il n'y avait personne. Il avait besoin de s'isoler le temps de se calmer. A présent qu'il était seul il avait laissé quelques larmes couler avant de les essuyer rageusement, honteusement d'être aussi faible. Il se sentait mal, totalement démuni par la situation, il ne savait plus qui croire, à qui se fier. La seule chose dont il était certain c'est qu'il ne fallait pas que Doryan ou même Sam soit au courant. En fait, il compter le cacher aux yeux de tous... oui, c'était certainement la meilleure des choses à faire !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jamais deux sans trois... •• Edward   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jamais deux sans trois... •• Edward
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamais deux sans trois... Choose your colors
» Jamais deux sans trois... •• Edward
» billy&april ~ jamais deux sans trois dit-on... je crains le pire.
» .:: Jamais Deux sans Trois, hein! ::. {Pv Mirai-chan!}
» (07) R. Cybéline Blackheart - Jamais deux sans trois ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: