AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dont let the water drag you down - Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2338
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Sam 15 Déc 2012 - 14:42

Samedi 10 mai 2014 ▬ Dans l'après midi


Respire… c’est fini, c’est bon, calmes-toi maintenant.

La jeune femme était ressortie du bureau de Logan Rivers tremblante, la respiration saccadée et avec pour seul objectif de se barrer loin de là et de trouver un endroit calme dans lequel elle pourrait se calmer, et, très probablement lâcher ces larmes qui ne demandaient qu’à sortir. Quelques unes s’étaient frayer un chemin, déjà, alors qu’autour d’elle sa magie primaire avait pris possession de son environnement proche, mais la jolie blonde n’en avait qu’à peine conscience. Sovahnn avait toujours fait attention à maîtriser ses émotions depuis la première fois qu’une telle chose s’était produite. Le problème venait du fait qu’elle avait été dans le coma cinq ans, et qu’en attendant, sa magie s’était développé sans qu’elle apprenne à s’en servir, ou simplement à en avoir conscience. Depuis son réveil, celle-ci s’était donc montrée parfaitement ingérable. Elle n’était pas capable de jeter le moindre petit sort de débutant mais quand ses émotions devenaient trop fortes, c’était le château qui menaçait de s’écrouler. Takuma lui avait dit que Poudlard était bien plus fort que ça, et qu’en réalité, il tiendrait sans problème, mais s’il ne s’ébranlait même pas, elle ne s’en inquièterait pas. Mais ça ne changeait pas les faits : elle pouvait se montrer dangereuse sans le vouloir, et, ne maîtrisant rien de tout ça, c’était la catastrophe qu’elle frôlait à chaque fois. Pourtant, depuis qu’Enzo l’avait calmée la première fois, la jolie Poufsouffle avait pensé qu’elle saurait se contrôler, mais c’était sans compter avec la joie qu’elle avait éprouvé en recevant une lettre de son frère. Quelques mots à peine, mais ça avait suffit à déclencher le cataclysme. Alors, Sovahnn avait simplement paniqué, n’arrivant à rien contrôler, elle avait amplifié les choses sans le vouloir et, donc, c’était vers Logan qu’elle s’était tournée. Bien sûr, elle lui en voulait pour la peine qu’Aileen éprouvait depuis leur rupture, et surtout, ses méthodes avaient de quoi l’énerver même si elle était consciente que sans lui, un certain nombre de personnes ici auraient sans doute déjà disparu comme Jillian ou même Alec. Bref, jusque là, jamais elle n’avait accepté de le laisser lui donner un cours pour qu’elle apprenne réellement la magie, sauf que cette fois, instinctivement et sans personne de connu autour d’elle, la jeune femme avait compris qu’elle n’avait simplement pas le choix.

Bien entendu, Logan restant lui-même, ses craintes s’étaient révélées exactes et c’était bousculée, percluse de partout que la jeune femme en était ressortie, et pourtant, les murs ne tremblaient plus à son passage, les éclats de briques ne volaient plus dans tous les sens et l’air lui-même semblait avoir retrouvé sa consistance habituelle. Oui, il avait réussi et elle s’était enfin servie de sa baguette comme l’aurait fait n’importe quel sorcier. Elle avait jeté un sort pour la première fois et quelque chose en elle semblait s’être débloquée, comme si elle avait enfin compris comment tout ça marchait rien qu’en traçant le chemin par lequel on lance des sorts classiquement, donc à travers une baguette et pas en laissant échapper le concentré d’énergie de manière diffuse tout autour de nous lorsque nos émotions se montrent trop fortes.

En s’éloignant précipitamment du bureau de Rivers, Sovahnn avait percuté quelqu’un, baragouinant un semblant d’excuse, consciente que si elle entendait sa voix, ses larmes couleraient dans la seconde qui suivrait. Non, il fallait qu’elle se calme, c’était bon, l’orage était passé, plus rien ne s’écroulait autour d’elle et elle avait enfin réussi à se servir de sa baguette. Logan avait même reculé sous les coups. Il aurait dû y avoir quelque chose de jouissif là dedans non ?

Et pourtant, à cet instant présent, là, ça n’était pas ce qu’elle retenait – ou plutôt, si, mais sa rage et sa détresse étaient encore trop importantes pour qu’elle arrive à faire la part des choses. Perturbée, secouée, s’était en courant et tremblante qu’elle avait traversé tout le château, grimpant jusqu’au septième étage les marches quatre à quatre qu’elle s’était rendue dans un petit coin de couloir peu fréquenté. C’est dur d’avoir de l’intimité dans un château bondé d’étudiants, d’enseignants et de dirigeants en tout genre, pourtant la blondinette n’avait plus le temps de chercher encore un endroit approprié, ses jambes ne la tenaient plus et, surtout, ces sanglots qu’elle tentait de retenir avaient de toute évidence décidé de ne plus lui demander son avis. Or, il était hors de question qu’elle craque devant Logan Rivers ou qui que ce soit d’ailleurs. Bon, d’accord, la dernière fois, elle s’était mise à pleurer devant Enzo après qu’un Supérieur qu’elle avait faillit tuer lui ait dit que son frère était décédé. Mais Enzo… Enzo, c’est encore différent, et sa fierté se taisait un peu face à lui, là, elle était en sécurité elle le savait, et elle pouvait se lâcher et lui parler. Sauf qu’Enzo, elle lui était passée devant, ayant besoin de s’éloigner rapidement, et puis, se retrouver seule était loin d’être une mauvaise chose à l’instant présent.

Se rendant compte qu’elle avait toujours sa baguette, enfin utile, dans la main, la jeune femme l’avait déposée au sol sans ménagement avant de se laisser tomber contre un coin de mur, les jambes ramenées contre sa poitrine, et de se laisser aller, tremblante, jusqu’à ce que ça se calme enfin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Mer 19 Déc 2012 - 18:57



Sovahnn & Caitlyn
« Don't let the water drag you down. »


Samedi 10 mai 2014

Chacun en a, mais chacun les considère d'une autre manière. Certains les prennent à la légère, d'autres en font tout un plat. Certains les assument, d'autres s'en défont. Les responsabilités pèsent différemment sur tout le monde. Caitlyn est plutôt du genre à en être consciente, et à assumer leurs conséquences en toute circonstance, mais n'appartient pas vraiment à la catégorie de gens qui ne voient que ça dans la vie et ne savent pas déconnecter ne serait-ce qu'un instant. Au contraire, elle n'apprécie pas ceux qui se prennent pour les plus matures et les plus responsables, justement. Le cas idéal est celui où la personne sait combiner la dose de sérieux avec la dose d'amusement de sorte à rester naturel sans sombrer ni dans la gaminerie ni dans la sénilité. Elle n'affirme aucunement que ce soit son cas, et elle n'est pas du genre à refuser tout contact avec une personne pour si peu. N'empêche que les responsabilités sont d'après elle une part importante de la morale de chacun et la manière dont elles sont prises témoigne parfaitement du caractère de la personne en question.

Pourquoi elle pense à ça ? A vrai dire, elle n'en sait rien. Elle sortait de l'infirmerie en cet après-midi de mai. C'était un samedi. Elle y avait emmené un petit moldu qu'elle avait trouvé abandonné à l'extérieur du château dans un bien piteux état. Sans doute le Supérieur ou l'élève qui s'en était pris à lui de la sorte avait-il pensé le laisser mourir... Ou alors, il s'était dit que quelqu'un l'aiderait et lui sauverait la vie - quelqu'un d'autre, bien sûr, il n'allait quand même pas aider un moldu ! - pour qu'il puisse continuer à servir de défouloir... Dans ce cas précis, Caitlyn ne lui avait sans doute pas rendu service. Mais même si elle n'était pas sûre de comment il prendrait le fait d'être encore en vie, elle ne pouvait tout simplement pas détourner le regard et passer son chemin. Elle savait bien que, par bien des aspects, la torture était pire que la mort... Mais la vie valait le coup d'être vécue malgré les contraintes présentes au château, du moins à ses yeux. C'était facile, pour elle qui avait une baguette et des pouvoirs magiques, pas comme les humains normaux incapables de se défendre face à ces cons de Supérieurs. C'était pour ça que, après avoir opéré quelques sorts sur le corps inconscient du moldu afin de refermer ses plaies, Caitlyn lui fit subir le sort de lévitation et, empruntant des chemins stratégiques pour ne pas se faire repérer par quelqu'un de mal-intentionné, elle l'emmena à l'infirmerie. Lorsqu'elle l'allongea enfin sur le lit, elle s'assit sur le bord et souffla un bon coup pour décompresser. Au bout d'un moment toutefois, elle sortit de la pièce blanche.

Des pleurs ? C'est pas vrai, pensa-t-elle. La journée était chargée en ondes négatives ou quoi ? Il n'y avait pas beaucoup de monde à cette heure là au septième étage, et si quelqu'un pleurait, il pouvait y avoir deux raisons à ça : soit on lui avait fait du mal ici et l'avait laissé là, soit il s'était lui-même isolé pour ne pas pleurer devant les autres. Quoi qu'il en soit, Caitlyn se dirigea immédiatement vers l'origine des sanglots. Elle savait bien qu'il se pouvait que la personne veuille être seule, et que sa présence tombe mal, surtout si elles ne se connaissaient pas. Mais elle ne pouvait pas être sûre qu'il n'y ait pas besoin d'elle quelque part, et finalement, la compagnie de quelqu'un était toujours appréciable, même si pas toujours très bien accueillie. Et puis, elle n'était vraiment pas du genre à s'éloigner alors qu'elle voyait quelqu'un souffrir. Elle s'en voudrait à mort, en plus de toute la tristesse qu'elle ressentait naturellement en entendant les pleurs. Elle arriva donc à l'extrémité d'un couloir assez étroit et sombre, au bout duquel elle voyait, adossée contre le mur de pierre, une silhouette recroquevillée sur elle-même et secouée par de violents sanglots, sa tête sur ses genoux. C'était une fille, ses longs cheveux pendaient de part et d'autre de ses jambes repliées.

Caitlyn continua à avancer, assez précautionneusement sans même savoir pourquoi. Ou plutôt si. Elle ne voulait pas se précipiter sur la fille, ça ne ferait que la stresser et peut-être l'énerver si elle avait choisi l'endroit pour être seule et se laisser aller. Si au contraire elle était blessée, il pourrait y avoir lieu de se dépêcher, mais la Serdaigle était à peu près sûre qu'il ne s'agissait pas de ce cas de figure. Elle ne savait pas si l'autre l'avait remarquée. Elle pouvait l'avoir entendue tout comme elle pouvait ignorer totalement sa présence à force de pleurer toutes les larmes de son corps. Mais finalement, elle finit par s'asseoir à ses côtés et passer un bras sur ses épaules, tout en espérant que l'autre n'était pas le genre de fille à se dégager rapidement et à lui en vouloir. Mais elle soupçonnait un épuisement total chez la blonde - oui, maintenant elle pouvait voir qu'elle était blonde - et donc une relative inaptitude à protester. Il arrivait souvent que les gens se laissent juste aller, et, malgré leur fierté qui leur interdit d'exprimer toute forme de tristesse en présence des autres, finissent par se dire que finalement, ils n'ont rien à perdre. Elle était de ces gens là.

Caitlyn ne dit rien, elle ne se sentait vraiment pas de parler en cette circonstance. Elle était juste là pour ne pas laisser la jeune fille seule, car la solitude est la pire des choses dans ces cas là, contrairement à tout ce qu'on pourrait croire. Si elle voudrait lui parler, elle le ferait, mais en soi, la Serdaigle ne s'imposait pas, elle n'attendait aucune explication et aucune reconnaissance pour quoi que ce soit, elle ne voulait qu'alléger la tâche à cette fille en pleurs et l'accompagner dans sa détresse. Quitte à ne plus la revoir une fois qu'elle serait calmée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2338
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Dim 23 Déc 2012 - 20:07

Etre un adulte responsable, c’est quoi finalement ? Qui en est ? Honnêtement, la jeune femme ne pouvait pas dire qu’elle fasse partis des gens raisonnables, elle était bout-en train, fonçait sans arrêt dans le tas sans prendre en compte les conséquences qui pouvaient en découler. Et nous sommes tous d’accord, c’est un défaut qui pouvait lui apporter un bon tas de problèmes, or, elle n’avait surtout aucune envie de blesser qui que ce soit, mais tant que ça ne concernait qu’elle, tout allait bien. Sauf que, justement, ce jour-là, c’était le drame qu’elle avait frôlé et Logan le lui avait bien fait comprendre. Il le lui avait dit dès le premier jour où elle avait perdu le contrôle, quand un Supérieur après avoir voulu provoquer Enzo s’en était pris à elle. Ce jour là, c’était lui qui était intervenir et l’avait empêché de faire une grosse connerie qu’elle aurait ensuite amèrement regretté. Non, elle n’était pas du genre à aimer faire du mal, et avoir une mort sur la conscience, même celle d’un être abjecte, n’aurait sans doute pas été supportable. Bref, après ça, Logan lui avait fait comprendre qu’il fallait qu’elle apprenne à se gérer, qu’elle bosse dur, probablement plus que n’importe qui ici, parce qu’elle était incapable pour l’instant de comprendre comment elle pourrait utiliser et faire converger sa magie à l’aide de sa baguette de sorte à maîtriser tout ça. Sauf que, si elle s’y était mise avec assiduité au début, le manque de résultats l’avait vite découragée. Bien sûr, elle ne s’était pas complètement arrêtée, mais disons que la jeune femme s’était plus prise au jeu d’apprendre à se défendre de manière physique avec Jordane, ou à voler, ces derniers temps qu’à ouvrir une porte à coup de sortilèges. Ok, elle avait finit par en apprendre les prononciations, par connaître les mouvements de poignets, tout, mais rien n’y faisait, le mieux qu’elle ait pu obtenir avait été une fébrile illumination jaunâtre. Pour le reste, elle avait envoyé valsé Takuma plusieurs fois, mais simplement par agacement, et absolument pas de manière maîtrisée à travers sa baguette. Bref, elle avait déconné, et il semblait évident qu’elle et la patience, ça faisait deux.

Alors, oui, la jeune femme avait complètement paniqué en comprenant qu’elle n’arrivait plus à rien gérer et que les murs se mettaient de nouveau à trembler tout autour d’elle. Bien sûr, que Logan ait réussi à calmer ces effets-là, la soulageait, mais tous les autres sentiments contradictoires qu’elle avait pu éprouver lors de cette sorte de cours tambourinaient en cœur en elle, semblant la faire exploser. Et, épuisée par l’effort et la rage qu’elle avait éprouvée, la jeune femme avait surtout besoin de se poser un instant au calme, là où rien n’explosait, là où le silence régnait et où elle n’entendrait plus les paroles blessantes de son prof. Oui, c’était pour la faire réagir et elle le savait parfaitement pour la simple raison qu’elle le connaissait un peu mine de rien, ce grand con là, pour la simple raison qu’il sortait avec l’une de ses amies proches et qu’elle avait entendu parler de lui avant même de se réveiller ici. Pourtant, savoir ne signifiait pas forcément comprendre et encore moins accepter, surtout qu’il avait sut taper là où ça faisait mal. Il avait prononcé exactement les bonnes paroles pour qu’elle enrage et qu’elle n’ait qu’une idée, le faire taire, lui prouver qu’elle était plus que ça. En soit, oui, elle s’était faite parfaitement manipulée du début à la fin, chose qui n’était pas pour lui plaire plus que de craquer comme elle le faisait.

Pourtant, parfois, on a beau savoir qu’on est débiles à craquer pour certaines raisons, qu’il faudrait qu’on agisse différemment, et que ça n’est pas digne d’une adulte, eh bien, c’est comme ça, c’est tout. Parfois les nerfs lâchent, et elle avait eu beaucoup à gérer ces derniers temps, il fallait donc que ça sorte à un moment ou un autre. Et puis, autre petit détail, elle avait passé cinq mois dans le coma, et malgré son ‘éveil’ constant, il fallait bien avouer que parfois, elle se sentait démunie, et, quelque part, peut être pas tout à fait adulte accomplie. Il lui manquait quelque chose, et il lui manquerait toujours quelque chose, c’était comme ça. Et ce quelque chose ce jour là, en plus du temps et de quelques années de sa vie, c’était surtout de sa famille qu’il s’agissait. Son frère lui avait envoyé une lettre, et ça l’avait bouleversée, elle n’irait pas dire le contraire, donc, là, maintenant que tout avait semblé s’abattre sur elle, tout ce qu’elle aurait voulu, c’était se retrouver près d’eux, leur dire qu’elle était vivante, voir à son tour qu’eux aussi, que son père n’avait pas perdu la vie dans l’accident, qu’ils s’étaient remis, qu’ils avaient sut continuer..

Mais il n’en était pas question aujourd’hui. Et pourtant, quelqu’un s’était assis à côté d’elle, passant un bras autour de ses épaules, rassurant. Sur le coup, la jolie blonde avait sursauté, mais, trop épuisée pour se battre, pour résister, s’éloigner, faire comme si elle n’avait besoin de personne et… mais non. Non, là, elle n’avait pas la force de faire tout ça, pas la force de ravaler ses pleurs, de se redresser et d’adresser un sourire bien que peu convaincant à la nouvelle arrivante. C’était donc en se mordant la lèvre qu’elle s’était laissée allée, et, tout à ses pleurs, s’était écroulé un instant dans les bras d’une inconnue. A vrai dire, elle ne pensait pas qu’elle était du genre à se laisser porter ainsi, mais finalement, il fallait croire que oui, d’autant plus que le geste de cette personne, le fait simple que quelqu’un s’intéresse à elle l’avait fait craquer un peu plus encore. C’est souvent comme ça, c’est quand on vous demande ce qui ne va pas qu’on sent les larmes monter, incontrôlables.

Un instant encore, les larmes avaient coulées, de plus en plus lentement, pour finalement se tarir. C’était donc épuisée qu’elle était restée quelques minutes encore comme ça avant d’inspirer à fond, consciente qu’il allait peut être devoir qu’elle affronte la réalité, et qu’elle fasse face à la jeune femme qui était venue gentiment la soutenir. Ni Keïla, ni Jillian ou qui que ce soit qu’elle connaisse bien, mais une fille qu’elle avait probablement croisé chez les Serdaigle puisque son visage lui disait quelque chose, mais qu’elle ne connaissait pas particulièrement. Prétextant de se masser l’arête du nez, Sovahnn avait essuyé ses joues trempées comme elle le pouvait, ne pouvant rien faire pour ses yeux rouges et gonflés, avant de se redresser un peu plus et sourire un peu chétivement à la jeune femme.

« J’me sens un peu débile là tout d’suite, mais faut bien que j’dise quelque chose donc euh.. Merci. »

Incroyable comme on peut avoir une voix brisée dans ces cas là, qui ne donne qu’une idée : en revenir aux sanglots. Mais c’était bon, là, elle avait eu son moment de faiblesse, maintenant, elle ne voulait pas repartir, bien au contraire puisque, quelque part, elle savait que ses larmes n’avaient finalement pas de sens.

« T’étais pas obligée tu.. ‘fin j’sais même pas comment tu t’appelles, j’suis même pas sûre de connaître ta maison en fait. Je.. bref, j’suis désolée d’avoir craqué comme ça, surtout que tu dois te sentir super mal à l’aise. ‘Fin bon, coup de barre après les méthodes un peu corsées de Rivers, c’est bon, c’est passé, merci. »

Elle devait se douter que le Rivers en question était le prof, bien qu’Alec puisse très bien provoquer ce genre de réactions. On ne pouvait pas dire d’ailleurs qu’entre la blondinette et lui, ça avait toujours été de tout repos, mais il fallait croire qu’ils avaient trouvé un terrain d’entente à présent. Pour ce qui était de Logan en revanche, bien qu’elle lui connaissait beaucoup de bons côtés masqués, savait qu’elle lui devait beaucoup et, dans un sens, l’admirait… elle aurait été masochiste de dire qu’elle l’appréciait. Il était efficace, c’était indéniable, mais entre ses méthodes et celles de Takuma – que Caitlyn devait connaître d’ailleurs – disons qu’il n’y avait pas photo. Sauf que ni Takuma, ni Jillian, ni Enzo ni Jordane n’avaient réussir à obtenir le moindre résultat de ses efforts concernant la magie. L’autre con expéditif : oui.

Fait chier…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Dim 23 Déc 2012 - 23:19



Sovahnn & Caitlyn
« Don't let the water drag you down. »


Samedi 10 mai 2014

La solitude. Qu'est ce que c'était ? Solitude physique, personne à nos côtés, pendant une promenade solitaire à l'air frais de l'aube ? Solitude mentale, psychologique, en plein milieu d'une fête bruyante, assis au bas et entouré de gens ? C'était difficile à définir, finalement, la solitude. Et Caitlyn n'était pas sûre d'en avoir fait l'expérience. On la voyait toujours entourée de gens, la plupart du temps d'un groupe qui passait pour bruyant alors qu'il était simplement joyeux. Les soirs, même en semaine, elle faisait inévitablement partie des soirées organisées çà et là, n'en organisant finalement elle-même que très peu dans l'année, mais toujours présente à celles des autres, et sachant aussi bien attirer l'attention que la donner à quelqu'un d'autre. Et pourtant, elle appréciait beaucoup les sorties dans la nature, des sortes d'évasion, en gros. Peu de gens étaient au courant, mais elle entreprenait des fois des petites balades, seule, toute seule avec son esprit. S'était-elle vraiment sentie seule un jour ? Elle ne réalisait pas vraiment. Elle gérait, choisissait elle-même ce qu'elle voulait faire et en compagnie de qui elle voulait le faire. Elle était en possession de sa vie, pleinement, et si elle décidait de ne pas rejoindre aucun groupe d'amis, c'était de son ressort. Non, elle ne s'était jamais vraiment sentie seule, abandonnée, livrée à elle-même sans rien pouvoir faire contre. Elle ne craignait pas la solitude, c'était sans doute pour ça. Pour ça qu'elle ne se considérait pas comme abandonnée lorsqu'il n'y avait personne à ses côtés. Elle n'était jamais abandonnée. Il y avait toujours elle, pour se tirer elle-même de quelle affaire que ce soit. Non, ce qu'elle craignait, c'était la solitude des autres.

Cette jeune fille blonde, recroquevillée sur elle-même au fond de ce couloir du septième étage, sombre et frais, situé assez loin de l'infirmerie pour que personne ne se doute qu'elle y était, cette jeune fille blonde était seule, et pleurait. Elle était même affreusement seule, et dans un état de détresse tel que cette évidence le renforçait encore. L'évidence de n'avoir aucun réconfort, aucun soutien. Caitlyn imaginait ce qui pouvait bien se passer dans son esprit. Elle n'avait personne sur qui se reposer, et elle en avait tellement besoin ! Pourquoi, elle n'en savait rien. Elle ne savait pas ce qui l'avait mise dans cet état, ce qui l'avait fait craquer. Elle savait seulement que cette fille n'était pas capable, à cet instant, de se convaincre qu'elle n'était pas seule. Elle savait que cette fille avait conscience de sa solitude et ça renforçait ses pleurs, ce qui la faisait se sentir encore plus seule. C'était un cercle vicieux, et elle allait se perdre dans l'immensité de ses sentiments si quelque chose ne se passait pas, ne venait pas briser ce cercle. Quelque chose, ou quelqu'un. Et il n'y avait dans le couloir du septième étage à part la blonde personne, sauf Caitlyn. C'était à elle de jouer.

La réaction de la jeune fille confirma ses soupçons. Elle eut un petit sursaut, ses muscles se tendirent, elle se dit qu'elle ne voulait pas pleurer ainsi devant une inconnue, qu'elle voulait se montrer forte. Mais la force lui manquait, justement. Trop de choses, sans doute, faisaient qu'elle ne réussit pas à se reprendre et se résigna finalement. Qu'importait ? Elle ne connaissait pas Caitlyn et Caitlyn ne la connaissait pas. Elle ne lui avait rien demandé, et si elle le souhaitait, elle pouvait partir, une fois que ça irait mieux. Elle n'allait pas s'imposer, à part si elle sentait que la blonde retenait en soi le reste de ses pleurs pour les déverser autre part, auquel cas elle la suivrait, toujours dans ce but de ne pas la laisser toute seule. Mais non, la blonde ne partit pas. Elle se laissa tomber complètement sur la Raven et pleura de plus belle. Maintenant qu'elle avait un appui, ça irait mieux, elle pleurerait pour la raison qui avait déclenché les larmes mais sa solitude n'amplifierait pas le désastre, puisque solitude n'y avait plus. Et en effet, les larmes finirent par se tarir, les sanglots par s'apaiser, la respiration par se faire plus profonde alors que le corps restait immobile sur celui de la jolie brune aux yeux verts attentifs. Elle se demanda ce qui allait se passer. Allait-elle juste reprendre son sang froid, essuyer ses larmes furtivement, passer la main dans ses cheveux pour se recoiffer, s'assurer que sa chemise n'était pas remontée et partir sans la regarder ? Ou au contraire, allait-elle vouloir savoir qui avait pris la peine de se positionner à ses côtés et accepté de lui tenir compagnie, de l'accompagner dans sa souffrance et sa détresse ? Caitlyn ne reçut de réponse que lorsque la blonde agit. Non, elle ne se détourna pas. Elle prit un temps pour essuyer maladroitement ses larmes, même si finalement cela ne servait qu'à lui redonner une contenance, et se tourna vers la Serdaigle pour lui afficher un visage au sourire incertain et aux yeux rouges et bouffis.

« J’me sens un peu débile là tout d’suite, mais faut bien que j’dise quelque chose donc euh.. Merci. »

Sa voix se brisa. En guise de réponse, Caitlyn sourit. Elle la détailla du regard. Qui était-elle ? Elle savait si peu sur la blonde ! Il lui semblait qu'elle était chez les Hufflepuff, mais elle n'avait pas le souvenir de l'avoir croisée au château avant cette année, ce qui expliquerait peut-être... Mais le sourire de Caitlyn était sincère, avant qu'elle se décide de dire quelque chose elle aussi :

« Il n'y a vraiment pas de quoi. Et t'as pas du tout à te sentir débile, ne t'inquiètes pas. »

« T’étais pas obligée tu.. ‘fin j’sais même pas comment tu t’appelles, j’suis même pas sûre de connaître ta maison en fait. Je.. bref, j’suis désolée d’avoir craqué comme ça, surtout que tu dois te sentir super mal à l’aise. ‘Fin bon, coup de barre après les méthodes un peu corsées de Rivers, c’est bon, c’est passé, merci. »

Tout ça pour ça, pensa Caitlyn. La jeune blonde ne savait vraiment pas quoi dire. Une chose était sûre, ce n'était pas la Raven qui était mal à l'aise.

« Arrête de t'excuser, bon sang ! C'est tout à fait normal de craquer, ce qui ne l'est pas c'est de le faire toute seule. Alors, encore une fois, il n'y a vraiment pas de quoi me remercier. »

Un mot, cependant, revint à son esprit. Un nom. Rivers. Lequel des deux ? Elle parlait de méthodes, il devait s'agir de méthodes d'enseignement. Marek Logan Rivers, le professeur de Défenses Contre les Forces du Mal. C'était donc lui qui l'avais mise dans cet état ? Caitlyn se rendit compte qu'elle lui en voulait, à ce prof. Mais elle n'était sûre de rien. Alors, elle demanda.

« Que s'est-il passé ? Et d'abord, t'es qui ? Moi c'est Caitlyn. Serdaigle. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2338
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Ven 28 Déc 2012 - 14:55

On pense très souvent qu’on est assez forts pour tenir le choc, pour faire comme si tout allait bien, parce qu’après tout, il y a tellement pire que nous qu’il est souvent déplacé de s’effondrer. Et pourtant, qui qu’on soit, il y a toujours des jours, des moments où on se sent harassés, seuls, abandonnés peut-être ou tout simplement débordés par l’ampleur de ce qu’on devrait savoir gérer avec aisance. Tout le monde n’accepte pas de craquer, et encore moins quand quelqu’un en est conscient. Oui, bien sûr, parfois on est en quelque sorte heureux que quelqu’un voit que ça ne va pas, parce que d’un coup, il y a sur nous comme une sorte d’attention qui se pose, disons qu’on est moins invisibles. Mais pourtant, la plupart du temps, on se sent simplement à côté.

« J’me sens un peu débile là tout d’suite, mais faut bien que j’dise quelque chose donc euh.. Merci. »

Inspirer profondément, expirer, ne pas laisser les sanglots repartir de plus belle. La jeune femme se sentait de toute manière tellement épuisée qu’elle doutait qu’ils puissent encore couler longtemps. Elle finirait endormie sur le sol, c’était tout ce qu’elle y gagnerait. Et, non, réellement, ça n’était pas vraiment dans ses intensions premières de la journée. Cela dit, la dernière fois qu’elle avait piqué du nez sur le parquet, ça avait été dans la salle commune des Griffondors après une soirée plus qu’arrosée, et elle s’était réveillée contre Enzo, en sécurité, et y avait passé sa matinée, quitte à en faire jaser plus d’un. Rien à foutre, surtout qu’il n’était plus avec Kyle à ce moment-là. Et dire qu’elle l’avait joliment planté dans le bureau de Rivers, trop occupée à s’en éloigner en vitesse pour se réfugier dans ses bras, comme la dernière fois où une telle explosion de magie s’était produite par sa faute.

« Il n'y a vraiment pas de quoi. Et t'as pas du tout à te sentir débile, ne t'inquiètes pas. »

Oh que si. Qui d’autre qu’une idiote se serait laissée emportée comme ça ? Qui d’autre aurait été incapable d’intégrer ce qui leur semblait à tous si évident ?

« T’étais pas obligée tu.. ‘fin j’sais même pas comment tu t’appelles, j’suis même pas sûre de connaître ta maison en fait. Je.. bref, j’suis désolée d’avoir craqué comme ça, surtout que tu dois te sentir super mal à l’aise. ‘Fin bon, coup de barre après les méthodes un peu corsées de Rivers, c’est bon, c’est passé, merci. »

Si elle ne l’était pas, c’était tant mieux pour elle. A vrai dire, oui, c’était peut être une certaine manière de se rassurer en se projetant puisque des deux, c’était apparemment elle qui se sentait le plus mal à l’aise. Pourtant, à la place de la Serdaigle, la jeune Poufsouffle n’aurait sans doute pas trop su que dire, que faire. Bien sûr, il lui était arrivé de réconforter des ami(e)s, mais elle ne savait jamais trop comment s’y prendre, quels mots prononcer, ça n’était simplement pas réellement naturel.


« Arrête de t'excuser, bon sang ! C'est tout à fait normal de craquer, ce qui ne l'est pas c'est de le faire toute seule. Alors, encore une fois, il n'y a vraiment pas de quoi me remercier. »
« J’trouve ça plus normal de le faire seule qu’entourée pourtant. »
« Que s'est-il passé ? Et d'abord, t'es qui ? Moi c'est Caitlyn. Serdaigle. »
« Hm, ouais, j’me doutais que t’étais de Serdaigle, j’ai dû te voir dans ta salle commune, j’y passe pas mal de temps avec Aileen et Takuma. La fille dont les cheveux changent de couleur et le gars… asiatique, un peu bizarre sur les bords, tatoué de partout et qui semble avoir une vie amoureuse parfaitement bordélique pour les commères de chez vous. »

Et quand elle parlait de leurs commères, c’était surtout à Donovan et l’autre folle de chez Serdaigle qui ne voyaient manifestement rien d’autre à faire que de jaser sur les histoires des uns et des autres. Bien sûr, il y avait de ces gens-là dans toutes les maisons, mais ces deux crétins s’en prenaient à ses amis, alors que les autres, c’étaient sur son dos qu’ils parlaient, donc elle les avait simplement oubliés. Donovan, quand à lui, c’était habilement démerdé pour faire rompre Takuma et Dakota avec l’aide non négligeable d’Alec, et le tout, grâce à un monstrueux coup de pot. Bande de cons. Bref.

« J’suis Sovahnn, t’as probablement déjà entendu parler de moi : la fille majeure et pourtant en première année. »

Oui, il y avait une certaine amertume dans ses propos. C’était pourtant comme ça qu’elle finissait par être connue, alors pourquoi dire les choses autrement ? C’était probablement mieux que de se présenter comme celle qui avait subit un lourd coma et donc qui était sérieusement en retard sur sa scolarité. Et pourtant, dit comme ça, elle avait la sale impression de passer pour une abrutie complète.

« Des problèmes persos. Bref, et j’suis chez Poufsouffle. »

Pourtant, Caitlyn n’avait rien demandé, mais la jolie blonde n’avait pas pu s’en empêcher, il lui semblait tellement être en retard et à côté des clous d’une manière qu’elle n’appréciait pas qu’elle se sentait forcée de s’expliquer un minimum. Non, elle n’était pas une retardée mentale ou quoi que ce soit, il s’était juste passé un certain nombre de choses qui avaient fait qu’elle n’avait pas été apte à apprendre quoi que ce soit. Elle n’était même pas capable de soulever ses paupières à l’époque, alors une baguette…

« Bon, et… j’ai… Rivers, le prof quoi, pas Alec, m’a … comment dire ? Pris en charge un peu violemment pour me faire entrer dans le crâne comment canaliser la magie et je… ça faisait beaucoup d’un coup je crois. »

Plutôt que de dire qu’elle avait été incapable de gérer ses émotions et que de ce fait, elle avait faillis faire tomber les murs du château, blesser des proches ou des inconnus : bref, là, tout de suite, Sovahnn avait été incapable de dire ces choses-là. C’était d’ailleurs dans ces moments-là qu’elle se sentait réellement à côté de tout le monde ici. Or, elle n’avait aucune envie d’être prise pour quelqu’un d’incapable alors qu’elle… non, rien de particulier, mais disons que ça lui était inadmissible comme sensation, et se dire qu’elle pouvait devenir dangereux lui faisait peur, et elle n’était pas prête à parler de ça avec une parfaite inconnue.

« Mais ça va, là, c’est passé, pas de problèmes. J’vais m’aérer les idées et ça ira. De toute manière, j’devrais probablement m’y habituer, à ces méthodes-là. »

Après tout, si elle n’arrivait pas à bosser correctement et à utiliser correctement la magie, Logan interviendrait de nouveau, elle l’avait bien compris. Et, quelque part, c’était quelque chose qu’elle avait probablement déjà accepté puisqu’elle était elle-même venue le voir alors qu’elle savait très bien comment il était.

« J’y suis allée de mon propre chef, c’est que j’sais qu’il est le seul à savoir gérer les catastrophes. Donc, c’est pas grave, j’ai juste… ya eu trop de choses en peu de temps pour que j’arrive à tout encaisser, c’est tout. »

Rah, comment ne pas paraître être une pleurnicharde en n’en expliquant que si peu ? Et pourtant, elle n’avait aucune envie de partir sur un monologue complet sur tout ce qui avait pu se passer ces derniers temps. Non, elle ne comptait parler ni de sa famille, ni de Logan qui s’écroulait devant elle, assaillit par les Supérieurs, ni des boyaux d’Alec qu’elle revoyait encore très distinctement, et encore moins de leur dernière conversation, du sort impardonnable de Takuma, ou de l’agression du Supérieur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Dim 30 Déc 2012 - 19:07



Sovahnn & Caitlyn
« Don't let the water drag you down. »


Samedi 10 mai 2014

« J’trouve ça plus normal de le faire seule qu’entourée pourtant. »

Et c'est une grosse erreur. C'était ce que Caitlyn avait failli lui rétorquer. Mais elle s'était ravisée. Après tout, c'était pas très judicieux de soulever des erreurs d'une personne déjà assez mal en point comme ça. Et puis, Caitlyn ferait mieux de le respecter elle-même. Car elle le savait bien, elle ne donnait pas le meilleur exemple. Non, elle ne voulait pas que quiconque la voie pleurer, et non, elle ne voulait pas raconter ses problèmes à qui que ce soit. Sauf que dans son cas, ça tombait bien, puisqu'elle n'avait aucun problème, aucune raison de pleurer, donc. Du moins, elle ne les voyait pas, les éventuels problèmes qu'elle pouvait avoir, elle s'arrangeait toujours pour les éviter. Elle n'était pas reniée par sa famille, puisqu'elle n'était pas de ceux qui étaient nés dans une famille moldue qui puisse donc les considérer comme des mutants. Elle avait des amis, elle en avait même beaucoup et pourrait toujours trouver des gens avec lesquels passer le temps, s'amuser, rigoler... Bon, c'était vrai qu'elle avait du mal à voir quelqu'un avec qui pleurer. Elle avait tellement d'amis de partout qu'elle se surprenait parfois à se demander si ce n'étaient pas que des connaissances, si elle aurait des gens sur qui compter si elle venait à se retrouver en difficultés... puis elle se disait qu'elle saurait bien se débrouiller toute seule, et que de toute façon, il n'y avait aucune raison de se retrouver en difficultés. Voilà tout. La vie était belle, si on ne se la faisait pas moche, si on voyait les bonnes choses et pas les éventuels problèmes. Mais bon, ça c'était son cas précis, et elle se doutait bien qu'en fonction des destins de chacun, il y avait des gens différents aux comportements différents et aux besoins différents. C'était pour ça qu'elle ne voyait pas la nécessité d'aller se plaindre et pleurer dans les bras de qui que ce soit, mais qu'elle était tout à fait d'accord de réconforter quelqu'un qui en avait besoin. Et là, c'était le cas de la blondinette. Qui se confondait en excuses. Elle avait une tête à être en Poufsouffle, mais Caitlyn n'était sûre de rien, et elle décida qu'il était temps de se présenter.

« Hm, ouais, j’me doutais que t’étais de Serdaigle, j’ai dû te voir dans ta salle commune, j’y passe pas mal de temps avec Aileen et Takuma. La fille dont les cheveux changent de couleur et le gars… asiatique, un peu bizarre sur les bords, tatoué de partout et qui semble avoir une vie amoureuse parfaitement bordélique pour les commères de chez vous. »

Les commères de chez eux ? Elle lui aurait bien demandé ce qui causait cette pointe d'amertume dans sa voix, mais elle doutait que ce soit là le sujet de sa détresse. Et puis, il devait bien y en avoir partout, des commères, ainsi des connards. Le truc des préjugés sur les maisons, comme d'antan, était passé il y a assez longtemps, et Caitlyn n'avait aucun problème à aller faire la fête que ce soit chez les Jaunes ou les Verts. Bon, c'est vrai que son cas n'était pas celui de tout le monde et qu'elle connaissait des gens plus timides et renfermés qui n'avaient donc pas autant de facilités à s'intégrer partout, mais elle n'était de loin pas la seule à sqatter chez les Serpys sans appartenir à leur maison, et c'était pareil avec les Gryffis ou les Poufs. Bref.

« J’suis Sovahnn, t’as probablement déjà entendu parler de moi : la fille majeure et pourtant en première année. »

L'amertume avait pris du pouvoir. Et Caitlyn était curieuse, elle voulait savoir pourquoi, ce qui avait bien pu se passer pour la retarder ainsi de sept ans. Car oui, elle savait que même à Poudlard, les gens pouvaient redoubler, si ils avaient des problèmes de compréhension - autrement dit s'ils était bêtes, mais pas que - mais non seulement la blonde n'avait pas l'air blonde intérieurement, mais en plus, redoubler sept fois... impossible.

« Ah c'est donc toi ? »

Sa bouche avait décidé de n'en faire qu'à sa tête et de ne pas poser la question qui lui brûlait les lèvres, le "pourquoi", mais de dire... ça. Ce qu'elle venait de dire. Tout de suite, Caitlyn regretta ces paroles qui pouvaient aisément être mal interprétées. Et donc tout de suite, elle enchaîna.

« Pardon, c'était pas ce que je voulais dire ! »

Tu t'enfonces, ma vieille, tu t'enfonces. Elle espérait que Sovahnn ne l'avait pas mal pris, qu'elle avait vu dans ses yeux que Caitlyn ne la jugeait pas du tout, qu'elle ne portait pas sur elle un regard dépréciateur, méprisant, comme ceux auxquels elle devait se voir confrontée parfois.

« Pourquoi ? Qu'est-ce qui... »

« Des problèmes persos. Bref, et j’suis chez Poufsouffle. »

Elle ne voulait pas en parler. C'était clair, net et précis. Et puisque insister n'est pas toujours judicieux, Caitlyn se tut et attendit la suite, car elle était persuadée que suite il y aurait, elle lui avait quand même demandé des précisions sur ce Rivers, et sur ce qu'il s'était passé.

« Bon, et… j’ai… Rivers, le prof quoi, pas Alec, m’a … comment dire ? Pris en charge un peu violemment pour me faire entrer dans le crâne comment canaliser la magie et je… ça faisait beaucoup d’un coup je crois. »

Quand ça a besoin de sortir, ça sort. C'est aussi simple que ça. Tout comme les larmes, les paroles ont juste besoin de sortir, d'être dites, et même si Caitlyn venait juste de rencontrer Sovahnn et qu'elle ne se connaissaient pas plus que depuis cinq minutes, la jolie blonde s'était quand même ouverte à la Raven, aussi peu que ce soit, car elle avait tout simplement besoin de dire ce qui s'était passé. Après tout, si elle n'avait pas senti que c'était le cas, Caitlyn ne lui aurait jamais demandé. Mais bon, pour faire pleurer quelqu'un de la sorte, il fallait bien que quelque chose d'assez énorme se soit passé auparavant. N'empêche que Sova avait dû réaliser à qui elle s'ouvrait, c'est pour ça qu'elle avait stoppé ce flot de confessions :

« Mais ça va, là, c’est passé, pas de problèmes. J’vais m’aérer les idées et ça ira. De toute manière, j’devrais probablement m’y habituer, à ces méthodes-là. »

« Mais c'est quoi ces "méthodes-là" ? »

Elle avait presque crié. Presque. Ces méthodes-là... Plus ça allait et plus Caitlyn se demandait quelles avaient été les méthodes. Brutalement, rentrer dans le crâne, beaucoup d'un coup... Si le mec s'était trouvé devant elle, elle n'aurait pas hésité à lui toucher deux mots là dessus. C'était quoi ces méthodes qui faisaient craquer les élèves, qui les laissaient dans un état pareil que celui de Sovahnn ? Bon, elle connaissait le prof, bien sûr, et ne l'appréciait pas plus que ça, mais n'avait jamais vraiment eu à s'en plaindre. Il connaissait sa matière, et elle ne le faisait pas chier, donc il la laissait tranquille aussi et lançait des piques à d'autres gens plus perturbateurs qu'elle, en classe. Mais d'après ce qu'elle avait compris de Sovahnn, il s'en était délibérément pris à elle et l'avait traitée d'une manière qu'elle n'arrivait même pas à s'imaginer, mais assez forte pour la faire éclater en larmes, en tout cas.

« J’y suis allée de mon propre chef, c’est que j’sais qu’il est le seul à savoir gérer les catastrophes. Donc, c’est pas grave, j’ai juste… ya eu trop de choses en peu de temps pour que j’arrive à tout encaisser, c’est tout. »

Elle le disait sans doute pour éviter d'affoler Caitlyn, mais finalement, ça avait presque l'effet inverse. D'accord, elle y était allée d'elle-même, d'accord il était le seul à savoir gérer... les catastrophes ? Quelles catastrophes ? Elle n'avait pas l'air très convaincante, à vrai dire. Mais Caitlyn ne voulait pas continuer à poser des questions à chaque phrase qu'elle disait, et elle se contenta donc de la fixer avec un point d'interrogation dans les yeux, en espérant qu'elle comprenne et qu'elle approfondisse un peu, qu'elle explique, quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2338
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Ven 4 Jan 2013 - 18:26

Pour quelqu’un qui se suppose en dehors de tous préjugés, se dire que Sovahnn avait une bonne tête de Poufsouffle n’était pas exactement pour surenchérir ses propos. Bref. Quelque part, si les gens étaient répartis dans plusieurs maisons, c’était qu’il y avait quand même de quoi trouver des points communs entre les personnes. Le seul souci, c’est que la distribution s’était toujours faite lors de la première année, or, personne n’a le même caractère à onze ans, qu’à quinze. La plupart des personnes subissent des traumatismes plus ou moins violents, ou, dans tous les cas, des coups durs qui les forcent à changer leur manière de voir le monde. Et au final, si, enfants, les élèves sont plus ou moins bien séparés, une fois plus grands, ces frontières n’existent plus réellement que dans leurs têtes. Bien sûr, certains avaient le don de rester l’archétype du brillant Serdaigle ou du courageux Griffondor un peu borné, mais honnêtement, il n’y avait au final pas grand-chose de très évident. Donc bien sûr, puisqu’il faut de tout pour faire un monde, il fallait notamment des crétins chez les Serdaigles, et il fallait bien avouer qu’il y en avait un qu’elle ne portait pas vraiment dans son cœur. Mais bon, c’était comme tout, il faudrait qu’ils arrivent à gérer ça, et, surtout, il fallait que ses amis arrêtent de se prendre le chou de sorte à ce que les malentendus qui s’étaient sournoisement occupés de briser les liens qui les unissaient, soient mis à jour. Enfin bref, ce n’était pas vraiment les affaires de ses proches qui intéressaient la jeune femme à ce moment même. Une fois n’était pas coutume, elle avait encore trop à faire avec les siennes avant de voir pour aider les gens autour d’elle.

La jeune femme s’était donc présentée, sachant très bien qu’un bon nombre de personnes ici la connaissaient alors qu’elle ne leur avait même jamais parlés, à l’image du frère d’Emily par exemple, qui l’avait pris en grippe bien rapidement. Ce sale con n’avait d’ailleurs pas manqué de bien lui prouver qu’il était meilleur qu’elle et qu’elle n’avait pas sa place parmi les sorciers. Bien sûr, ça l’avait blessé, mais pas assez pour qu’elle ne le laisser voir ce genre de chose, et encore moins pour que la peine passe au dessus de la colère. Mais à côté de ça, Logan lui avait bien assez répéter que sa rage, justement, elle se devait de la calmer dès qu’elle pointait son nez, sous peine de causer des dégâts dont elle ne voulait pas.

« Ah c'est donc toi ? »

Vlan, dans ta poire.

C’était avec un petit sourire que la jeune femme avait répondu, voyant la déconfiture de Caitlyn. L’air de dire : « qu’est-ce que j’ai pas dit encore.. ?! ».

« Pardon, c'était pas ce que je voulais dire ! »
« C’est pas grave xD J’me vexe pas pour si peu. »

Non, ça n’était pas vraiment le genre de la maison, et, ce, même si, là, elle en avait gros sur la patate. Honnêtement, elle n’était pas à ça prêt, et était assez mature, finalement, pour ne pas se sentir blessée de choses aussi futiles. Avec … machin, enfin, le frère d’Emily quoi, c’était bien différent, ses paroles et ses actes étaient là pour la blesser, la rabaisser, et pour ça, elle n’avait pas voulu s’y montrer sensible. Pourtant, il y avait là dedans quelque chose qui revenait sans arrêt : son incapacité chronique à maîtriser la magie alors qu’un simple gamin en était capable. Oui, durant son coma, celle-ci s’était développée de sorte à ce qu’elle doive développer beaucoup plus d’énergie qu’un enfant pour arriver à ses fins. Et puis, surtout, elle n’avait pas été plongée dans ce monde alors que sa magie primaire se développait, ce qui n’avait en rien aidé les choses puisque, jusqu’ici, la jeune femme n’avait tout simplement pas compris comment concentrer son attention sur sa baguette pour faire passer cette sorte de fluide guidé par ses émotions qui s’étalait tout autour d’elle et manquait de faire écrouler le château quand elle perdait le contrôle. Mais là, tout à l’heure, il s’était passé quelque chose qu’elle n’avait jamais réussi jusqu’à présent, alors peut être que les choses allaient se calmer maintenant.

« Pourquoi ? Qu'est-ce qui... »
« Des problèmes persos. Bref, et j’suis chez Poufsouffle. »

Ok, c’était peut être un peu sec comme réponse, elle en était consciente, mais Sovahnn n’avait strictement aucune envie de s’appesantir dans ses petites histoires personnelles. Oui, elle avait vécus quelque chose de lourd et de violent et elle n’avait aucune envie de revenir dessus à chaque fois qu’elle croisait une nouvelle tête. S’il y avait bien quelque chose qui la perturbait sur ce sujet, c’était qu’elle refusait d’être définie comme la pauvre chose qui s’était pris un camion en pleine trogne, et qui ne pouvait ni se défendre, ni même s’occuper d’elle-même correctement. Elle n’avait besoin d’aide, dans le fond, de présences, oui, mais pas … disons qu’elle n’était pas en sucre, voilà tout. Et puis, surtout, comme elle l’avait déjà souvent dit, elle avait déjà perdu cinq ans de sa vie, ça n’était pas pour s’en lamenter sans arrêt, non, elle voulait vivre, profiter de chaque détails de son existence qui s’était montré si précaire pendant tant d’années. A présent, elle était là et voulait subir peines comme joies de plein fouet, avec le plus de violence, de pureté, de puissance qu’elle le pouvait, et il fallait croire que cette histoire de magie primaire réalisait son souhait.

Finalement, la jolie blonde avait fini par expliquer en partis ce qui s’était passé, disant les choses à sa manière en essayant de minimiser un peu ce qui s’était passé. Après tout, elle avait l’avantage d’en connaître plus sur leur prof que les autres, et elle savait, ou du moins supposait qu’il n’avait pas fait ça sans savoir exactement l’impact de ses sorts. Pour ce qui était de ses mots… il avait toujours été comme ça, et elle était une grande fille, ça allait, pas besoin de s’appesantir là-dessus des heures. Surtout qu’au final, ça avait eu un effet un peu particulier : il avait dressé toute sa rage contre lui, et au final, elle avait réussi à l’attaquer et… merde, c’était vrai ça ! … Elle venait d’attaquer un prof ; ex d’une amie proche qui plus est. Euh… oups ?

« Mais c'est quoi ces "méthodes-là" ? »
« Bof, tu le connais. C’est Rivers, il a des méthodes bien à lui.. quoi qu’un peu expéditives. »

C’était une belle manière de dire ça tient. La dernière fois, il les avait alignés les uns contre les autres, et ceux qui arrivaient le moins bien à faire leurs sorts informulés s’étaient retrouvés contre lui. Pas un sort ne l’avait touché, par contre, l’infirmier s’était retrouvé avec un bon nombre d’ecchymoses à soigner. Enfin, ça ne s’était pas passé dans son année mais dans celle d’Aileen, donc dixième année ; on le lui avait raconté. Il n’était pas un tendre, et il n’y avait pas grand monde à seulement l’apprécier, mais l’avantage était que la plupart avaient tellement peur de lui et de se retrouver sur la sellette au cours d’après que les devoirs étaient faits, et qu’on ne pouvait pas dire qu’ils n’apprenaient pas. Non, c’était un grand sorcier, et un prof efficace, le problème, c’était qu’en temps qu’Homme, Logan était simplement un sale con, et il en abusait.

« J’y suis allée de mon propre chef, c’est que j’sais qu’il est le seul à savoir gérer les catastrophes. Donc, c’est pas grave, j’ai juste… ya eu trop de choses en peu de temps pour que j’arrive à tout encaisser, c’est tout. »

Tout va bien, tout va toujours bien. Il suffit de respirer à fond, et ça passe. Bien sûr, elle continuait à être secouée mais la jeune femme faisait de son mieux pour prendre sur elle et éviter de dramatiser. Elle avait trop vécus et avait échappé à trop grave pour rester sur un truc pareil. Cela dit… la prochaine fois que Logan Rivers se retrouverait à la question par les Supérieurs, il y avait de grandes chances pour qu’elle ne s’amuse plus à aller récupérer sa baguette dans le bureau d’un Supérieur. Oui, Rivers avait peut être deux trois rancunes qu’il étalait en partis sur ses élèves..

La jeune femme s’était finalement relevée, s’étirant en inspirant à fond, rejetant ce qui lui restait d’envie de craquer, pour finalement se retourner pour jeter un coup d’œil dans le couloir, derrière elle, donc devant Caitlyn, persuadée qu’elle avait entendu … Oui, bingo.

« Enzo !? »

Prend moi dans tes bras, j’t’en supplie.

« Ah ben j’crois que tu vas pouvoir te débarrasser de moi Caitlyn, j’suis entre de bonnes mains. »

Bien sûr, ça n’était pas pour dire qu’elle se débarrassait réellement d’elle, mais la jeune femme avait dit ça sur le ton de la plaisanterie, même si elle n’était pas totalement convaincante pour l’instant, l’idée était là.

HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Mer 16 Jan 2013 - 18:21

Je suis partagé, entre l’envie de lui encastrer la tête dans le mur et celle de rester là, noyé dans ma lassitude. Mi-en colère, mi-blasé, je ne sais pas vraiment sur quel pied danser mais comme je ne sais pas danser – en réalité je crois bien n’avoir simplement jamais essayé mais ça tombe bien parce que j’en n’ai pas envie – ça règle le problème. Je pense que la meilleure chose à faire c’est de continuer mon chemin et tirer un trait sur ce qui vient de se passer, et surtout sur ce qui vient d’être dit. Si au moins j’avais la satisfaction que mes mots ont su l’atteindre autant que les siens m’ont atteint moi, mais je n’ai aucun moyen d’en avoir la certitude parce que jamais il ne le laissera transparaitre. A quoi bon de toute façon ? C’est juste un caprice de gosse qui ne supporte pas de s’être pris une claque à la fierté, rien de plus. Passer à autre chose, donc, et surtout me concentrer sur le fait de retrouver Sovahnn pour m’assurer qu’elle va bien, et si ce n’est pas le cas, faire ce que je peux pour que ça le devienne.

Question du jour : Par où commencer ? Je me suis mis à marcher dans les couloirs, pas trop certain d’où j’allais pouvoir la trouver. J’ai commencé par monter un peu, évitant soigneusement de trop trainer au quatrième, me disant qu’elle n’aurait sans doute pas été se réfugier là même si pendant un moment j’ai pensé au passage derrière le miroir. J’ai été voir au 6ème, sur la partie du toit accessible où j’ai déjà trainé plusieurs fois – avec Alec et Cam, mais aussi avec elle un peu plus tôt dans la semaine – mais pas de jolie blonde en détresse. C’est à ce moment là que j’ai eu une sorte d’illumination et quelques secondes plus tard un Loup argenté prenait forme devant moi, l’air toujours aussi paisible. Mon Patronus. Ça n’est plus vraiment un souci pour moi de le faire sortir, et j’arrive même à lui faire transmettre des messages même s’ils n’arrivent jamais entiers et ne sont pas toujours compréhensibles pour la personne destinataire. Kyle, la majeure partie du temps. Bien plus rapide et moins dangereux qu’un parchemin. Il arrive toujours à le trouver alors je me dis qu’il n’y a pas de raison qu’il ne trouve pas Sovahnn. Le hic, c’est que s’il se décide à passer par les plafonds, les sols ou les murs, je ne pourrai pas le suivre, mais il va être gentil, n’est ce pas ? Oui, il va être gentil et me conduire jusqu’à mon amie sans me faire foncer dans un tas de pierre. Et non, je ne serai pas assez con pour foncer dans un mur Rolling Eyes Je sais que je ne suis pas toujours très attentif mais quand même.

Un pas tranquille au départ, puis sa course s’accélère. J’espère ne croiser personne dans les couloirs, sans trop savoir pourquoi. Je n’aime pas exposer mon Patronus, ou plutôt je n’aime pas que les gens sachent quelle forme il prend, d’autant plus qu’il me sert de messager pour ma moitié et que tout ce qui peut faire un lien entre lui et moi est susceptible de créer un danger. Cela étant j’ai besoin de lui alors advienne que pourra, et puis je ne suis peut être pas le seul entre ses murs à disposer d’un grand loup comme protecteur.

Dernière petite pointe, on passe devant l’infirmerie et il ralentit. Devant moi, à quelques dizaines de mètres, deux silhouettes. L’une familière, l’autre pas. Un Finite et le Loup disparaît. Je m’approche tranquillement, sans trop savoir si je dois signaler ma présence ou pas, ni même si elle est souhaitée, tout simplement.

« Enzo !? »

Non, je suis le Pape et j'attends ma sœur. Désolé, craquage de l'auteure.

« Ah ben j’crois que tu vas pouvoir te débarrasser de moi Caitlyn, j’suis entre de bonnes mains. »

Ouais, j’ai des bonnes mains, c’est vrai. Quoi ? C’est bon, je plaisante Rolling Eyes Et je ne l’ai pas prononcé à voix haute de toute manière. Je ne connais pas cette fille mais je sais très bien de quelle façon Sovahnn aurait interprété ça et si ça ne nous aurait pas choqué ni elle ni moi, c’est pas la peine de nous étaler comme ça devant une inconnue. Pour moi c’en est une en tout cas. Je l’ai déjà vu, oui, comme tout le monde ici ou presque, mais je ne la connais pas. Enfin, restons quand même poli un minimum …

« Salut. »

Oui, c’est tout ce qu’elle aura. Ça et un regard de haut en bas, de bas en haut, parce que je ne peux juste pas m’en empêcher même si je sais que c’est insupportable. L’instant d’après mon attention est déjà totalement braquée sur mon amie et mes bras s’enroulent autour d’elle alors que je la sers en douceur contre moi. Ma tête se pose sur la sienne un instant, puis descend un peu, juste pour me laisser échapper quelques mots près de son oreille, sur le ton du murmure, tout en la berçant dans un réflexe qui est devenu un automatisme chez moi.

« Désolé, j’ai trainé un peu mais il m’a comparé à un chien et je ne voulais pas que tu me vois pleurer alors je suis allé me cacher dans un coin en attendant. »

Elle ne voit pas mon sourire, mais il peut se percevoir dans mon intonation, j’en suis convaincu. J’aurai pu lui demander si ça allait, j’aurai pu m'apitoyer sur son sort. Oui, j’aurai pu faire tout ça mais ça n’a jamais été notre manière de fonctionner à tous les deux. En plus de ça, j’ai l’impression que le plus gros est déjà passé, et ça n’est pas avec moi qu’il est sorti alors inutile d’en rajouter une couche. Je me contente simplement de la garder là, contre moi, la laissant se relâcher et profiter de ma chaleur corporelle. Elle fait partie des quelques personnes que je tolère aussi proche de moi. J’apprécie ce contact au moins autant qu’elle, et les personnes avec qui je ressens ça sont rares. Elles se comptent sur les doigts d’une main, je pense. Inutile de les citer tant ça me paraît évident. Pour le reste, il y a des exceptions mais ça n’a rien à voir.

Bien sur c’est une blague, il n’est pas né le jour où Logan Rivers arrivera à me faire pleurer et surtout pas pour un truc comme ça. Je ne supporte pas la comparaison quand elle sort comme ça, c’est un fait, mais j’ai vécu pire et ma fierté va s’en remettre. Mon but c’est simplement de la faire sourire, et de parler suffisamment bas pour qu’elle entende mais pas l’autre fille qui est toujours là si je ne me trompe pas. Je lui tourne le dos, je n’aime ça d’ailleurs, voilà pourquoi je me décale légèrement tout en m’éloignant de mon amie pour pouvoir la regarder. Un sourire qui se veut rassurant, une main qui replace une mèche de ses cheveux fous comme souvent. Elle connaît beaucoup de mes facettes et celle ci ne lui est pas inconnue, mais tout le monde ne peut pas en dire autant. Je n’aime pas qu’on me voit comme ça, c’est vrai, mais la situation fait que ça vient naturellement. Ça n’est pas de Sovahnn que je me méfie, puisqu’elle me connaît par cœur ou presque, mais de la Serdaigle bien qu’elle ne représente à mes yeux pas vraiment une menace. Après tout, elle a été là pour mon amie, mais il n’empêche que je préfèrerai qu’elle s’en aille, ou bien que l’on s’en aille.

« T’as envie de faire un truc pour te changer les idées ? On peut retourner faire des crêpes si tu veux, n’importe quoi tant que tu me fais pas monter sur un balai parc’que faut pas déconner quand même. »

La faire rire, c’est tout ce qui m’importe. Lui faire oublier ce qu’elle a du vivre quelques minutes plus tôt, et surtout ne pas parler de Rivers sauf si elle en a envie, mais le débat ne sera pas lancé par moi en tout cas.

« Ou alors je dégage et je vous laisse entre filles. »

C'est une option que je n'avais pas envisagé jusque là mais après tout, elle a peut être envie de rester avec … Caitlyn ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   Sam 19 Jan 2013 - 19:05



Sovahnn & Caitlyn
« Don't let the water drag you down. »


Samedi 10 mai 2014

Oh oui, Caitlyn le connaissait bien, très bien même. Enfin, sans doute pas autant que les gens qui étaient là depuis leur répartition, puisqu'elle n'était arrivée à Poudlard qu'à quatorze ans, c'est à dire il y a trois ans à peine. Mais elle avait largement eu le temps de s'habituer et de s'intégrer au château, de faire connaissance avec la majorité de ses habitants, élèves ou profs. Elle avait du mal, avec le prof de DCFM. Elle aimait beaucoup la matière, ses parents lui avaient enseigné plein de manières de se défendre et elle trouvait ça génial tout ce qu'elle pouvait faire avec la magie. C'était une autre facette des sortilèges qui l'émerveillait au moins autant et lui permettait de se défendre des sorts adverses. Elle aimait beaucoup la matière, mais le prof lui posait parfois problème. Elle n'arrivait pas à le cerner, il était tellement fermé, tellement distant, et pourtant il n'hésitait pas à pousser des coups de gueule quand il y avait besoin - ce qui revenait à souvent, apparemment, d'après son jugement - et à prendre parti physiquement contre ses élèves. Fermé et ouvert en même temps, réfléchi et spontané, distant et rapproché... Et ça, elle n'appréciait pas du tout. Enfin, elle aurait pu apprécier, finalement, mais s'il avait lui-même montré de la sympathie, s'il avait ne serait-ce qu'un peu avenant... Elle arrivait en général assez souvent à dire la nature des gens en face d'elle, même si elle ne les voyait que pour la première fois. Avec Rivers, c'était impossible, quelque chose ne passait pas. Elle n'arrivait pas à le cerner, à le comprendre, et cela la perturbait. Mais ce qui la perturbait encore plus, c'était cette image qu'il donnait de lui ostensiblement et qui, elle, n'était pas difficile à comprendre. C'était limite s'il n'agressait pas ses élèves, et ce genre de comportement, elle ne supportait juste pas. S'il s'imaginait leur apprendre quelque chose, il se trompait sur toute la ligne. Cela la dégoûtait.

« Enzo !? »

Sovahnn s'était relevé, suivie de Caitlyn. Elle ne pleurait plus. Elle avait expiré très fort pour finir de se calmer, puis s'était retourner pour faire face à la même direction que Caitlyn et y voir la silhouette d'un garçon, assez grand, qui avançait clairement dans leur direction. Un Gryffindor, comme l'indiquait sa cravate. Caitlyn devait déjà l'avoir vu car sa tête lui disait quelque chose. Mais de là à le connaître vraiment, heu... non.

« Ah ben j’crois que tu vas pouvoir te débarrasser de moi Caitlyn, j’suis entre de bonnes mains. »

Elle les regardait. Ils se connaissaient depuis longtemps, ça se voyait. Enfin, longtemps était une façon de parler, elle ne savait pas vraiment depuis combien de temps Sovahnn était à Poudlard, mais si elle était en première année, elle ne devait pas fréquenter l'école depuis plus que deux ans. Ce qui faisait moins qu'elle-même. Mais en tout cas, elle avait d'une manière sûrement imprévue rencontré le garçon et ils s'étaient liés fortement. Dans sa voix, quand elle avait prononcé son prénom, Caitlyn avait senti ce soulagement dont elle avait tellement besoin. Elle leur sourit, elle était heureuse pour Sovahnn, maintenant, elle était en effet entre de bonnes mains.

« Salut. »

Sourire de sa part en guise de réponse, avant qu'elle ne se décide à ouvrir la bouche et à répéter la même chose que lui. Il la détaille de haut en bas mais cela ne dure pas très longtemps, avant qu'ils ne se prennent dans leurs bras. Caitlyn mode chandelle : on. Ne vous inquiétez pas pour moi, hein ! Bref. Non, c'est pas vraiment pensé sur un ton ironique, elle ne peut pas s'empêcher d'être heureuse pour le tournant que prennent les choses, et puis elle savait bien que passée la crise de larme, elle ne pourrait pas faire grand chose pour la jolie blonde, que le seul besoin était celui de trouver des potes assez proches d'elle pour lui faire oublier. Et c'était ce que Enzo avait entrepris de faire.

« T’as envie de faire un truc pour te changer les idées ? On peut retourner faire des crêpes si tu veux, n’importe quoi tant que tu me fais pas monter sur un balai parc’que faut pas déconner quand même. »

Crêpes ! *___* Caitlyn s'oblige à ne pas déglutir trop bruyamment. Elle sourit aux paroles de Enzo, et ne doute vraiment pas de sa capacité à réussir ce qu'il a entrepris, c'est à dire la faire rire pour tourner la page sur ce torrent de larmes qui venait de quitter ses yeux.

« Ou alors je dégage et je vous laisse entre filles. »

« Non non, j'ai... encore quelques chose à régler. Et puis, vous serez bien mieux à deux ! »

Finalement, c'était vrai qu'elle avait quelque chose régler. Plus ça allait et plus elle pensait à ce Rivers qui avait été à l'origine de ce craquage de nerfs de la Poufsouffle. Maintenant qu'elle n'était plus concentrée à la calmer, puisqu'Enzo s'en chargeait, elle avait le loisir de se sentir frustrée, puis en colère, contre ce prof qui se permettait de faire ça à ses élèves, qui se fichait des conséquences de ses paroles ou actes ou peut-être même les deux, qui rabaissait les jeunes jusqu'à leur faire perdre confiance complètement. Elle l'avait déjà remarqué en cours, ça oui. Maintenant, ça dépassait toutes les bornes. Elle allait lui en toucher deux mots, sa décision était prise. Elle alla donc à son tour serrer Sovahnn dans ses bras, sans savoir vraiment pourquoi elle le faisait alors qu'elle venait seulement de la rencontrer un instant auparavant, mais bon. Puis, d'une voix enjouée, elle lança :

« Bon appétit ! »

Elle leur sourit une dernière fois puis tourna le dos. Ils ne s'occupaient déjà plus d'elle, elle avait disparu avant même d'avoir tourné autour du coin, au fond du couloir. Et c'était bien ainsi.

Spoiler:
 


- Topic fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dont let the water drag you down - Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dont let the water drag you down - Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shark in the water
» Drag Me To Hell
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage.-
Sauter vers: