AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Waking up - Jero'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Waking up - Jero'   Jeu 29 Nov 2012 - 19:01

Vendredi 23 Mai, fin d’après-midi.

« Quelle connerie j’ai pas fait de venir à ce cours moi.. »

Tout à sa grande réflexion, le jeune homme s’était retourné vers sa binôme, et ce, pour voir que Jayden s’était définitivement écroulée sur la table, et, si elle lui avait fait un signe de la tête, c’avait été tellement fugace qu’Alec avait été parfaitement incapable de le remarquer. L’astronomie, ça n’était déjà pas exactement son cours de prédilection, mais, là, le faire en pleine journée… non, vraiment, ça tenait de la torture. En temps normal, il trouvait déjà qu’il n’y avait pas grand-chose de très réjouissant à aller dans ce cours, mais au moins, ils étaient tous dans un coin de la pièce, et l’enseignant passait de binôme en binôme pour voir s’ils étaient tous dans la bonne voie, s’ils prenaient les bonnes mesures, avaient repérés les bonnes étoiles, enfin, bref, ils avaient l’occasion de parler et même si les résultats n’étaient pas forcément là à la fin, le cours n’était pas assommant. Mais cette fois-ci, point de cours de nuit, mais un cours théorique en fin de journée, un vendredi : une idée parfaitement stupide en soit. Sauf que la pire connerie avait été d’y aller. On ne pouvait pas dire que le jeune homme avait été très assidu aux cours le mois dernier, donc, naïvement, le Serpentard avait pensé que se remettre à faire les choses bien était une bonne chose. Grossière erreur. Enfin, de toute manière, maintenant, il est là, et il faudrait qu’il attende la fin, patiemment, et qu’il supporte les lignes de calcul, les cartes solaires, et autre trucs de physiciens qui s’éparpillaient pêle-mêle sur le mur du fond. Mur devant lequel le prof passait encore et encore, faisant les cents pas, parfaitement passionné par son long monologue qu’Alec avait décroché depuis un bon moment déjà.

« Mais de quoi il parle .. ? »


De toute évidence, il n’était pas le seul à ne pas tout avoir suivit, et il fallait bien dire que, là, pour reprendre le fil, il fallait s’y connaître un peu. Sauf que, lui, s’il était en avance dans pas mal de domaines, il fallait bien avouer que celui là n’en faisait absolument pas partit. Pendant quelques instants, il voulu se retourner, chercher l’attention de quelqu’un, mais ceux qui l’entouraient ne faisaient pas exactement partie de son fan club, donc avant de déclencher un drame – ce qui les aurait au moins divertit – il avait repris sa position initiale. Un moment, le jeune Rivers se mit à embêter la jolie rousse que Morphée tentait visiblement bien, et puis force lui fut de constater qu’il n’arrivait même pas à la tirer de sa somnolence. Ce fut donc en tentant de comprendre ce que racontait réellement l’enseignant que le jeune homme fini par atteindre ce même état mi-conscient du cours mi-ensommeillé. C’était donc alors que son esprit se mit à voguer entre rêves et souvenirs que, d’un coup, brutalement, il ouvrit les paupières, conscient que la porte de la classe venait de s’ouvrir derrière eux.

« Alec Kaleb Rivers, tu m’suis. »

Pardon de déranger ? Nan.

« Amen ! »

S’étirant avec une parfaite insolence, le jeune homme fourra toutes ses affaires dans son sac avant de se retourner et de reconnaître le visage d’un des hommes qu’il avait pu croiser quand Watterson avait décidé de le harceler.

« Ou pas.. »

Pour tout dire, il ne s’attendait pas forcément à quelque chose de très positif, mais il fallait bien dire que la présence de cet homme l’inquiétait un peu. Pourvus que Watterson n’ait pas retrouvé ses co**lles et décidé de lui faire payer son petit chantage en lui prouvant qu’il était plus fort qu’un gamin de vingt ans. Cette fois-ci, Jayden était réveillé, et, bien sûr, elle ne devait pas sentir plus que lui cette intrusion du soir. Mais de toute manière, il n’avait pas trop le choix, et puis, il n’allait pas se plaindre, au moins, il s’éloignait de la physique astronomique, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Une fois dans le couloir, Alec avait pensé quelques secondes à se barrer au travers d’un tournant, après tout, il lui suffirait d’être assez rapide et de sortir sa baguette, ce qui ne risquait pas d’être trop compliqué, sauf que… en réalité, il était curieux. Et puis, surtout, tout autour d’eux, d’autres Supérieurs se baladaient. Alors, il n’avait rien contre chacun d’eux particulièrement, et en appréciait même un bon nombre qui étaient toujours dans une optique positive le concernant, mais il aurait malheureusement bien parié qu’entre lui et un collègue, ceux-ci auraient facilement choisi leur camp. Et puis, il l’avait dit à Jayden, il allait essayer de se faire un peu oublier histoire de reprendre sa vie et de profiter à nouveau, les dernières semaient avaient été un peu trop épiques pour lui. Enfin, là, de toute manière, il n’avait pas vraiment le choix et suivait, tel un gentil petit mouton, jusqu’à ce que le Supérieur s’arrête pour ouvrir à la volée une nouvelle porte de classe. Neuvième année : Serpentard et Serdaigle. Il avait pu y voir Mack qui venait d’arriver chez les verts et qui se trouvait au fond de la classe, avec Jordane. Un instant, il fut surpris de ne pas apercevoir Julian, avant de se rendre compte qu’elle avait encore un an de moins. Oui, il les prend à tous âges, et je vous emmerde ! Enfin, pas non plus d’ailleurs, mais bref ! Qui est l’autre merveilleux élu ?

« Jeroen van Saade”

Un autre Serpentard, comme quoi, aujourd’hui, ils avaient la cotte, et ce, même si ça n’était pas forcément particulièrement positif. Avec Jeroen, ils étaient typiquement – à l’image même de Ricardo, le frère d’Emily, ou l’autre con là, dont il ne se souvenait pas le nom – le genre de mecs à se taper dessus pour des histoires un peu débiles. Une question de caractères, ne notions de propriétés aussi parfois, mais, jusque là, ils ne s’étaient jamais vraiment adressés la parole et il n’y avait eu aucune raison que ça clashe. L’un des seuls types de ce genre de chez Serpentard qu’il n’avait pas cogné ! Un miracle.

Dès que celui-ci fut à sa hauteur, probablement aussi incrédule que lui, ils se remirent en marche, vers les cachots cette fois manifestement. Mauvaise pioche !

« Raah, j’savais bien que j’aurais pas dû faire de razzia sur ses chocogrenouilles. Il l’a mal pris, c’était couru d’avaance !! »

Tout en humour mes amis, et, oui, Alec avait retrouvé son caractère habituel, bien moins renfermé et sombre, même s’il pouvait toujours se montrer … digne d’un Rivers. Non, sérieusement, il avait toujours été comme ça : il pouvait se montrer très différent selon son humeur du moment ou la personne à qui il parlait. D’ici peu, ça changerait probablement du tout au tout, mais pas besoin de se montrer maussade tout de suite.

« Et toi, qu’est-ce que t’as fait comme conneries ? »

Ce qui l’étonnait, c’était que ce mec était plutôt connu pour être de leur côté – comme lui cela dit – et qu’il n’était pas exactement celui auquel il aurait pensé pour faire un tour dans les sous sols. Dit comme ça, ça fait salace, j’en suis consciente. Mais après, sans être complètement contre tout ce qu’ils pouvaient dire – puisque, oui, en effet, il pensait que les sorciers étaient supérieurs aux moldus sur certains points, mais pour les histoires de sangs-purs ect, lui en tout cas, n’était pas vraiment convaincu malgré ses origines – il pouvait tout à fait s’être aussi attiré quelques foudres.

Qu’est-ce que c’est susceptible, ces petites bêtes là !

Et.. oui, la marque sur la joue d'Alec est en effet due à un piquage de nez intense et récent, merci de le faire remarquer !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Lun 10 Déc 2012 - 0:13

Ça aurait pu carrément être un jour meilleur. Il faisait plutôt beau, plutôt bon, les cours en perspective étaient plutôt intéressants, mais la nuit avait été longue. Les copains de chambre avaient décidé de sortir de vieilles bouteilles volées dans les cuisines de leurs planques magiques, pour fêter il-ne-savait-trop-quoi. S'il avait réussi à dormir par intermittences, ça n'avait pas été d'un très bon sommeil. Il rêvait qu'il était dans la chambre, qu'il était en train de s'endormir, mais ça lui donnait une sensation de chute qui ne tardait jamais à le réveiller. Vers cinq heures du matin, il réussit à s'endormir tout-à-fait. Puis le réveil, le vrai. Il lui avait fallut une douche pour se réveiller, mais les cours s'avéraient bien plus endormants qu'il ne l'avait prévu. Evidemment les autres n'avaient pas pointé leur nez, les bougres. S'il avait pu, il n'aurait même pas eu le courage d'aller leur sortir la tête de la cuvette pour demander de descendre la prochaine fois qu'ils auraient quelque chose à fêter. Peut-être qu'il aurait dû boire un coup avec eux après tout, la gueule de bois lui aurait donné une excuse...

Il émergea un moment, le cerveau réveillé par un changement de ton dans la voix de son professeur. Une fin d'après-midi vraiment longue. Les serdaigles du groupe avaient l'air d'apprécier le cours et posaient tout un tas de questions, comme d'habitude. Chez les serpentards, l'attention était moindre. Ça discutait, dormait, certains jouaient carrément à lancer des sorts sous les tables. Les vacances, quand il rentrait à la maison, c'était ça : Emeric qui bossait avec passion, et lui qui faisait tout, sauf bosser. Ce n'était pas près de changer. Jeroen faisait bien quelques efforts ces derniers temps, dans la seule optique de passer son année et d'en finir le plus vite possible, mais là, sérieusement, il n'était pas capable de faire mieux. Il se rendormit légèrement, bercé par les paroles du prof, ses yeux habilement cachés par sa main qui lui servait à maintenir sa tête, comme s'il était réveillé.

Soudain la porte s'ouvrit. Il rouvrit les yeux, sortant de sa léthargie, enleva sa main comme si de rien n'était ; c'est qu'il était fort à ce jeu-là. Lorsqu'il entendit son nom, il se retourna, vit le Supérieur qui attendait sur le pas de la porte, jeta un regard au prof, interrompu dans sa berceuse. Il lui sembla plutôt clairement qu'il devait suivre l'impoli. Il se leva, récupéra son sac sans un mot et se dirigea dehors en se frottant les yeux. Rien que marcher quelques mètres lui permit de se réveiller. Il jeta un coup d'oeil à l'élève qui avait dû se faire sortir de sa classe de la même manière ; Rivers... C'était bien sa veine. Au moins, en classe, il pouvait dormir, il n'avait pas à se coltiner des sang-purs et des supérieurs pour une raison totalement inconnue, qui plus est un après-midi où il s'en serait volontiers passé... Bien entendu, il n'allait pas en faire la remarque à voix haute, il n'était pas con ! Il se contenta donc de suivre les deux hommes.

Descente. Vers les sous-sols. La salle commune ? Les cuisines ? Eh non, tant qu'à faire, ils se dirigeaient vers les cachots. Jere le voyait gros comme une maison. Est-ce qu'ils l'auraient sorti de classe pour un moldu ? Certainement pas, parce “qu'ils n'en valaient pas la peine”... Les scénarii défilèrent rapidement dans son esprit. Soit c'était une affaire qui en valait la peine, pour une fois. Soit ils avaient découvert quelque chose. Soit c'était par rapport à son manque d'assiduité, voire à son différend avec l'autre crétin... Evidemment la première option serait la meilleure, mais à voir la gueule du Supérieur, il le sentait... vraiment mal.

    - Raah, j'savais bien que j'aurais pas dû faire de razzia sur ses chocogrenouilles. Il l'a mal pris, c'était couru d'avaance !

Ça aurait pu être drôle... franchement. Si ça n'était pas venu de lui, et pas dans ce contexte-là. Jeroen savait qu'il ne blaguait pas vraiment pour détendre l'atmosphère, ni évacuer un quelconque stress. Il était agaçant, à tout le temps avoir l'air de prendre les choses à la légère. En plus, il se fichait pas mal de la gueule du monde - et des autres, par la même occasion. S'ils ne s'étaient jamais confrontés l'un à l'autre, l'envie y était parfois. Non, sérieusement, il n'appréciait pas ce mec. Il ne releva pas son ironie, ne répondit pas, mâchouillant le goût pâteux qui persistait dans sa bouche.

    - Et toi, qu'est-ce que t'es fait comme conneries ?

Il avait dérangé l'égo d'un sang-pur, fait exprès de disparaître aux heures de pointe des tortures de moldus dans le château ces derniers temps, caché une soeur moldue, infiltré le camp des Supérieurs pour mieux les détruire, il avait même fait des choses dans une salle du château et pas cafté quand les gars avaient sorti les bouteilles cette nuit. Par quoi fallait-il commencer ? C'était simple de faire de l'humour pour un gars qui n'avait rien à se reprocher. Il sourit avec cynisme. Lui aussi pouvait jouer son jeu.

    - J'ai dû ronfler quand vous êtes passés dans le couloir. Je dois encore perfectionner mes techniques de sieste, tu n'aurais pas deux, trois conseils ? ... Quoique, vu la marque d'oreiller que tu as, je ne suis pas sûr que tu ferais un bon conseiller.

Il doutait que la marque que le vert avait puisse venir d'une sieste le visage à moitié sur un bouquin, bien entendu. Simple trait d'humour pas drôle. En tout cas, si ça venait d'un différend, c'était soft, surtout par rapport aux cicatrices que Jere portait depuis la dernière fois – heureusement pas visibles, elles... Ils arrivèrent dans les sous-sols, et en effet le Supérieur se dirigea vers les cachots. Déguerpir dans la minute ? Inenvisageable. Jeroen ne laissait rien paraître, mais il n'aimait vraiment pas ça.

    “Marrez-vous. Vous avez tous les deux fait des conneries – des vraies. Vous devez déjà savoir de quoi je parle. Il va falloir régler ça afin que ça ne se reproduise plus.”

Hic. De quelles conneries parlait-il ? Les moins pires risquaient déjà de lui faire mal, si le gars partait dans l'optique de régler ça autrement que par un dialogue civilisé... Pour Alec, ça l'étonnait. Monsieur avait fait des bêtises ? Médit sur son sang peut-être ? Oh non, pas le genre, pas du tout. Le problème, c'était qu'ils étaient partis pour devenir camarades de galère, et témoin des embrouilles de l'autre... ça ne l'arrangeait pas du tout. Il préférait largement se prendre des coups tout seul, c'était meilleur pour la fierté.

    - Et c'est tellement important qu'il a fallu nous faire sortir de cours ? Sérieusement ?

Son ton agacé ne plut pas au supérieur, qui lui lança un regard noir qu'il soutint sans broncher. Encore un rigolo ; il était habitué à ces bestioles-là, à force. Ils étaient déjà arrivés dans le couloir des cachots. Un couloir qu'il n'aimait pas, à l'odeur de froid, de violence et de mort. Il jeta un regard à Alec, pour voir sa réaction. Avait-il vraiment, lui aussi, des choses à se reprocher ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Sam 15 Déc 2012 - 11:13

Pourquoi toujours compliquer les choses ? Comme si sans qu’ils s’y mettent, ils n’avaient, eux, élèves, pas assez de trucs à penser. Nan mais sérieusement, il fallait croire qu’ils avaient tous des tas d’emmerdes inextricables, et pourtant, c’était bien le sommeil qui semblait diriger la journée, dans la salle de cours qu’Alec venait de quitter, tout le monde roupillait de manière plus ou moins assumée et il en était de même avec le groupe que Jeroen venait de quitter pour le rejoindre lui et son super collègue le Supérieur. Oui, il semblait prendre tout ça à la légère, et c’était avec une belle note d’humour qu’il avait accueillit la situation, sauf qu’en réalité, il sentait déjà qu’il perdait patience. Il avait pu se reposer déjà, et était de meilleure humeur que jusque là, il avait réussi à gérer l’histoire du père de Dakota, et lui avait donné de très bonnes raison de le laisser tranquille. Et depuis, il redevenait lui-même, il avait repris une vie sociale normale, se retrouvait une bonne partie des soirs de la semaine à faire des fêtes dans la salle commune des Serpentards, finissait avec des filles dans son lit, ou pas dans le lit d’ailleurs, bref, il retrouvait une vie normale qui agaçait un bon nombre de personnes. Oui, il avait retrouvé son certain côté « ici, c’est moi le boss et vous la fermez ». Ça n’était pas dit comme ça, bien évidemment, surtout qu’il n’était pas là depuis le début comme la plupart, mais mine de rien, il y avait quand même un peu de ça. S’il y avait eu un certain nombre d’altercations avec les mecs de Serpentards pourtant, il n’en avait encore jamais eu avec Jeroen, et pourtant, au vu de leurs histoires et caractères respectifs, ils étaient fait pour se taper dessus. Et le plus fort, c’était qu’ils ne supportaient pas la même chose chez l’autre : qu’il fasse trop copain-copain avec certains Supérieurs. Alors qu’au final, ni l’un ni l’autre n’appréciait ça et ne partageait leurs points de vue. Pour Alec, il était clair que les sorciers avaient une supériorité face aux moldus, ils étaient à un autre niveau d’évolution, mais ça ne voulait pas dire qu’ils étaient « mieux ». Tout comme ça ne voulait aucunement dire que les moldus et les sorciers devraient arrêter de se fréquenter et ce contrairement aux dires de sa propre famille. D’un certain côté, tout ce qu’il pouvait faire pour les foutre en rogne l’arrangeait, et, oui, il avait conscience que c’était un comportement parfaitement puérile. Mais il s’assumait sans problème comme étant un grand gamin selon les jours. Pour en revenir aux non magiciens, il les avait côtoyé un bon moment en faisant des études de médecine, enfin bref, ne revenons pas là-dessus, toujours était-il qu’il avait largement eu l’occasion de se rendre compte qu’ils étaient comme n’importe qui. De plus, il avait récupéré un certain nombre de notions de sciences, et pour lui, la magie provenait évidemment d’un gène dominant, ce qui impliquait que les mélanges ne posaient absolument pas problèmes. Mais bon, ça n’était pas forcément quelque chose à gueuler sur tous les toits, et puis, il n’avait aucune envie de renoncer aux avantages que son sang lui offrait. Son nom plus que son sang d’ailleurs.

    - J'ai dû ronfler quand vous êtes passés dans le couloir. Je dois encore perfectionner mes techniques de sieste, tu n'aurais pas deux, trois conseils ? ... Quoique, vu la marque d'oreiller que tu as, je ne suis pas sûr que tu ferais un bon conseiller.


Il ne s’était pas endormi pendant cette heure là pourtant, au contraire, il avait simplement eu envie de faire chier tout le monde pour avoir quelque chose à faire d’autre que d’écouter le cours parfaitement barbant qui se déroulait devant lui. En revanche, il était resté un bon moment la tronche posée sur sa main, donc il devait avoir une jolie marque quand même. Oui, bon, d’accord, il avait fortement somnolé et la marque devait toujours être là, avouons le ! Ensuite, il s’était pris de beaux coups de la part de Ricardo, mais ça avait disparu depuis un moment, et tout ce que Watterson lui avait fait, il avait pris le soin d’en effacer les traces visibles pour ne pas avoir d’emmerdes. Et question autre blessures… il aurait fallu le déshabiller pour les voir et il doutait que Jeroen ait la vision ultrasonique de superman, donc .. donc voilà.

« Ouais, j’ai un super conseil : quitte à dormir autant le faire dans ton lit Rolling Eyes »

Oui, il était plutôt du genre à ne pas aller en cours et basta, pourtant il était clair que ça risquait de poser des problèmes s’il faisait ça à chaque fois. Enfin, c’était pourtant ce qu’il avait fait pendant un bon moment, mais pour le coup, il avait une super excuse : Watterson ne le lâchait pas de la journée et le mettait à la question des heures durant. Dans un tel cas, se retrouver à deux endroits en même temps avait de quoi poser problème. Et pourtant, pour une fois, il aurait largement préférer se retrouver en cours plutôt qu’à se faire harceler à coup de sortilèges en tout genre, il avait du coup entre-aperçu ce qu’avait été l’enfance de Logan et ça ne lui plaisait pas des masses. Déjà que la sienne n’avait pas exactement été très drôle mais ça…

    “Marrez-vous. Vous avez tous les deux fait des conneries – des vraies. Vous devez déjà savoir de quoi je parle. Il va falloir régler ça afin que ça ne se reproduise plus.”


Merde. Là, c’était clair, malgré son petit air de ‘je-m’en-foutiste complet, il n’en menait pas large. Qu’est-ce qu’il se passait encore ? Un rapport avec sa sœur ? Ou avec lui-même ? Et si Watterson avait décidé de faire les choses autrement et de ne pas se faire marcher dessus par un gosse ? Dans ce putain de cas, la meilleur chose qu’il puisse faire, c’était s’armer des mêmes techniques qu’Alec, et dans ce cas, ça serait à ses proches qu’il s’en prendrait, et, ça, c’était la merde internationale. Son petit sourire avait disparu sans qu’il s’en rende compte, et pourtant, il avait été déterminé à garder le masque, mais si sa détermination était toujours là, son regard était devenu noir : il était hors de question que les dernières semaines qu’il avait vécus ne se reproduise, et il était encore moins possible que qui que ce soit soit blessé, encore moins Mack à qui il pensait tout de suite puisqu’elle venait juste d’arriver. Mais la question était la même pour les autres.

    - Et c'est tellement important qu'il a fallu nous faire sortir de cours ? Sérieusement ?


Déjà, ils étaient arrivés dans le couloir, le Supérieur avait envoyé un regard sombre à Jeroen qui n’y avait pas particulièrement réagit, et il fallu un moment à Alec pour comprendre qu’à présent, c’était lui qu’il regardait. Est-ce qu’il avait quelque chose à se reprocher vis-à-vis d’eux ? Oui, et plus que ça, mais et Jeroen ? Ça n’était pas trop son genre de se retrouver dans cette situation, ou du moins, d’après ce que lui en savait, ça ne l’était pas. Il le voyait plus comme… comme du genre à se retrouver de l’autre côté, un peu comme lui avec l’histoire d’Emily en fait, sauf que ça, il n’avait pas envie d’y repenser. Dans tous les cas, la situation le perturbait, et la présence du Serpentard n’avait rien de réconfortant.

    « Rentrez là dedans ! J’vais chercher mon boss je reviens. »


Les deux jeunes gens avaient été balancés dans la cellule à l’instant même où le Supérieur refermait la porte, et tout ça ne signifiait rien de bon. C’était qui son boss ? Lequel ? Walters ? Non, il ne se bougerait pas pour des choses si basiques, mais, surtout, c’était le nom de Watterson qui venait à l’esprit d’Alec. Ok, si c’était lui, il allait sans doute débarquer pour le tuer ou un truc du genre, et, oui, il dramatisait probablement sérieusement, mais, là, il paniquait, et il fallait qu’il fasse quelque chose, et vite. Et si c’était plus pour Jeroen ? Mais si lui était là, ça n’était pas pour rien. Ou sinon ils avaient posé des problèmes à la même personne. OU, plus plausible, ça serait un exercice pour lui. BREF dans tous les cas.

« Stupefix ! »

Ok, c’était débile, on est d’accord, mais, là, sur le coup, c’était tout ce qu’il avait trouvé. L’éclair rouge traversa les barreaux pour toucher le plein fouet le Supérieur qui s’écroula sur le coup. Alec, baguette à la main, ne s’était même pas embêté avec un sortilège informulé, et fixa un instant l’homme assommé. Bon… non, il n’avait pas la moindre idée de la manière dont ils allaient se démerder pour sortir d’ici, nous sommes d’accord. L’instant d’après, c’était Jeroen qu’il visait, et ce, sans faire quoi que ce soit, juste…

« Pourquoi il t’as amené là ? J’te conseille plutôt de répondre.. Qu'est-ce que leur fidèle petit Jeroen aurait à foutre là ? »

Ça va en finir aux mains cette histoire..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Dim 16 Déc 2012 - 17:31

    - Ouais, j'ai un super conseil : quitte à dormir autant le faire dans ton lit !

C'est qu'il aurait bien voulu, tiens. En cours, il y avait des tas de choses plus intéressantes à faire ; faire des conneries, discuter, éventuellement travailler, mais en dernier recours seulement. Au lieu de ça, il avait dû subir les discussions animées de serpentards éméchés. Encore, s'il y avait eu Julian, il se serait peut-être joints à eux, mais pour une fois elle n'y était pas, alors il avait dû attendre les yeux ouverts, au fond de son lit, que son affreux sommeil daigne l'attirer dans les limbes. Bon, au moins, maintenant, il était réveillé. Ce genre d'histoire avait tendance à réveiller ses sens aussi sûrement qu'une bonne douche froide.

À partir du monde où Jeroen comprit où ils allaient, le chemin lui sembla beaucoup plus long ; par rapport à toutes ces fois où il s'y rendait pour jouer le rôle du bourreau. En fait, la position qu'il avait lui semblait tellement aujourd'hui, tellement facile. C'était un peu comme fuir ce qu'il aurait dû vivre depuis le départ, au même titre que tout ces élèves et professeurs qui croyaient encore que c'était possible d'arrêter toute cette mascarade ridicule en se battant un peu. Il savait qu'il avait raison sur certains points d'adopter sa propre tactique, mais il ne put s'empêcher de se demander si ça n'aurait pas été mieux de faire comme les autres. S'il devait se faire accuser de traîtrise aujourd'hui, la chute allait être bien plus rude que s'il n'avait jamais menti. Enfin, ça ne changeait rien aux faits. Il ne savait pas encore vers quoi il allait, et il y allait avec de moins en moins d'assurance, parce que justement il ne pouvait pas calculer ce qui allait se passer, ni les retombées que ça pourrait avoir. Il jeta un coup d'oeil à Alec lorsqu'il vit que le regard noir du Supérieur déviait vers lui.

À y regarder de plus près, au fur et à mesure qu'ils avançaient dans les couloirs qui les menaient aux emmerdes, le dixième année n'avait plus l'air si sûr de lui. S'il n'avait pas l'air d'une bête traquée – trop sûr de lui pour ça -, il avait perdu son petit sourire en coin et son regard s'était franchement assombri ; et il ne sortit pas une de ses habituelles blagues. Était-ce là la recette pour faire enfin taire ses sarcasmes ? Dans une autre situation, Jeroen aurait apprécié de voir son aîné se calmer et se retrouver en situation de faiblesse. Dans une autre situation. Là, ils avaient tous les deux le même état d'esprit ; ils étaient dans la merde, et ils savaient parfaitement que ça pouvait très mal finir ; la bonne humeur avait foutu le camp. Sauf que, pas de chance, Jeroen n'avait pas le bénéfice de pouvoir s'énerver, il devait faire attention à garder son calme jusqu'au bout – il restait un sang-mêlé facile à mater. Il passa nerveusement sa main sur son épaule, là où s'étendait l'une de ses plus grandes cicatrices. S'il commençait déjà à trahir sa nervosité, il n'irait pas bien loin... Il fallait qu'il reprenne le contrôle et qu'il se calme. Il respira profondément alors que les deux ne le regardaient pas et secoua ses mains pour les détendre.

    “Rentrez là dedans ! J'vais chercher mon boss, je reviens.”

Jeroen sentit une pression dans son dos, et se retrouva balancé négligemment dans une des nombreuses cellules qui parsemaient le couloir. Il se retourna, pas si surpris que ça, vit la porte se refermer avec impuissance. Certains trouvaient toujours le moyen, à ce moment précis, de foncer tête baissée se fracasser contre la porte fermée pour tenter une sortie en force. C'était le genre de geste un peu trop désespéré à son goût, et ça avançait régulièrement les premiers coups de quelques heures. Il fallait qu'il reste calme, qu'il garde le contrôle de ses nerfs, même s'il n'aimait pas le fait de devoir attendre la sentence plus longtemps que ce qu'il avait prévu. En plus, il ne savait même pas encore ce qu'on lui reprochait ! Il détestait ça. Ne pas avoir le contrôle...

Tout-à-coup, il vit Alec sortir sa baguette et viser entre les barreaux de la porte.

    - Stupefix !

Il vit l'éclair rouge traverser les barreaux, et toucher sa cible. Le corps inconscient s'écroula bruyamment sur le sol du couloir, disparaissant de sa vue. C'était... une blague ? Une caméra cachée ? Ce crétin venait d'assommer un Supérieur dans le dos, ce crétin qui était censé être de leur côté, juste parce qu'il s'était fait enfermer pour sûrement une broutille ? Jeroen resta un instant complètement abbassourdi par l'action. Ça dépassait l'entendement. Si on lui avait dit que ça arriverait, il serait parti dans un four rire d'une demi-heure tellement ça semblait grotesque. Et là... ça venait de se produire. Il sentait déjà que ça allait leur attirer bien plus d'emmerdes qu'ils n'en auraient eues au départ. Alec se retourna et pointa sa baguette sur lui. Et allez, ça commençait déjà, youpi.

    - Pourquoi il t'a amené là ? J'te conseille plutôt de répondre... Qu'est-ce que leur fidèle petit Jeroen aurait à foutre là ?

C'était sûrement l'une des pires questions à ne pas poser, et la forme et le contexte y étaient pour beaucoup. Non, là, objectivement, Jeroen ne pouvait pas rester calme, c'était beaucoup trop gros. Il attrapa sa baguette et l'arma d'un geste vif, avant que l'autre n'ait pu réagir. Il ne gérait peut-être plus la situation, mais il n'allait sûrement pas se laisser faire, oh non. Il répondit sur un ton glacial.

    - Attends. Tu te rends compte que t'es un foutu con ? Tu viens d'assommer un Supérieur, alors qu'il vient de fermer la porte. Tu captes que ça va nous créer des ennuis monstrueux à tous les deux ?

A coup sûr, quelqu'un d'autre était au courant de ce que le Supérieur faisait là. Si quelqu'un avait la très mauvaise idée de descendre à ce moment-là, il retrouverait l'homme inconscient sur le sol. Les deux serpentards seraient assurément considérés comme responsables, vu qu'ils seraient sûrement toujours coincés dans la cellule, et il serait difficile de se défendre face à une telle accusation. Jeroen se fichait bien, à cet instant, de vexer un sang-pur de plus. Il avait attaqué physiquement un Supérieur. Ça allait à coup sûr lui attirer de graves ennuis, même s'il n'y était absolument pour rien. Comment aurait-il fallu qu'il réagisse ?

    - En plus, tu oses me demander ce que je fais là ? Toi, dis-moi, qu'est-ce que tu fais là qui soit assez grave pour que tu en arrives à faire une débilité pareille ? J'ai jamais vu que les désespérés réagir comme ça...

Il éludait sans s'en cacher, même s'il savait pertinemment qu'il n'aurait aucune réponse. Il n'était lui-même vraiment pas disposé à répondre. Il ne savait pas ce que les Supérieurs savaient, et il n'avait aucun intérêt à parler ; d'autant plus qu'il pouvait aussi être de leur côté... Oui, c'était possible. Ça pouvait être un test pour vérifier que le serpentard était toujours de leur côté. Dans tous les cas, il était prêt s'ils devaient en venir aux mains – ou plutôt, à une bataille magique qui pourrait faire pas mal de dégâts... Alec avait certes un an de plus, mais Jeroen avait des capacités qui plaisaient pas mal aux Supérieurs et connaissait quelques sorts un peu... violents. Et il était prêt à les utiliser si nécessaire, car une seule chose lui importait : ressortir de là vivant. Et pour lui, Alec était en train de mettre ça en péril.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Dim 23 Déc 2012 - 18:50

Tu vois, j’suis pas un homme,
Je suis le roi de l’illusion
Au fond, qu’on me pardonne,
je suis le roi, le roi des cons

Se montrer comme quelqu’un d’autre, se dire qu’on n’est pas ça, qu’on n’est bien plus, on le fait tous, mais finalement, on n’est jamais rien de plus que ce que dénotent nos actes. Oui, il n’était à cet instant rien d’autre qu’un mec complètement paumé et harcelé par la panique. Alec Rivers qui panique, c’est rare, il faut bien le dire, et même si son visage paraissait encore impassible, c’était le désespoir qui avait poussé à utiliser sa baguette ainsi. Oui, il apparaissait comme le digne fils de son père, sûr de lui, il prenait toujours les gens de haut, prenait ce qui semblait lui revenir de droit et ne se posait pas la moindre question sur le fait que tout ça ne lui était pas tant dû que ça. Et oui, il était un incroyable con prétentieux qui n’acceptait pas d’avoir tord une seule seconde, et qui n’était pas particulièrement partageur d’une manière assez primitive, il fallait bien l’admettre. La salle commune des Serpentards était vite devenue en quelque sorte son territoire, et même si ça n’était pas accepté par tout le monde, disons que c’était comme ça, point final. Et pourtant, non, il n’était pas particulièrement quelqu’un qui appréciait faire du mal aux autres. Oui, il était plutôt porté sur la violence assez rapidement, en particulier quand on touchait à certains sujets sensibles, et si ce trait de caractère l’avait fait déraper un certain nombre de fois, il refusait que ce qui s’était passé la semaine précédente ne recommence. Il était finalement quand on prenait la peine de tenter de le connaître, quelqu’un qui aimait prendre du temps pour savourer la vie et qui, au contraire, préférait ne pas s’emmerder avec tout le reste. Sauf que, voilà, il n’avait pas exactement été élevé dans l’amour et le respect de la race humaine, alors, oui, il avait certains côtés Rivers franchement exécrables, et ce, surtout ces derniers temps. C’était épuisé qu’il avait fini, et il était hors de question qu’il en arrive de nouveau là, il refusait de se rendre compte après coup qu’il n’avait pas été correct, qu’il avait agit comme un dégonflé, un connard du premier degré, qu’il n’avait pas sut se contrôler et avait blessé des proches ou des inconnus. Ok, cogner des inconnus, c’était assez dans ses habitudes selon les circonstances, mais en aucun cas une femme, déjà, qui ne pouvait pas se défendre ou réagir de quelque manière que ce soit. Oui, ça revenait, bien sûr, parce que même s’il ne l’avait pas avoué, il se haïssait de ne pas avoir gérer sur ce niveau là. Pour Cameron, il avait eu le temps d’y penser après coup, et donc de trouver un biais plus convaincant et moins douloureux pour la victime. Mais pour Emily..

Je suis un homme au pied du mur
Comme une erreur de la nature

Il ne serait jamais ça, il ne serait jamais un type comme son père et était incapable d’un autre côté de se laisser faire comme un pauvre crétin. Sauf que chaque pas qu’il faisait rapprochait ses proches d’une catastrophe qu’il cherchait pourtant coûte que coûte à éviter. Et à la parallèle de ça, s’il était capable de se sacrifier pour leur éviter ça, il avait déjà faillis y passer ce mois-ci, et n’avait aucune envie de se sentir à nouveau vulnérable de cette foutue manière. Il était un dominant, il l’avait toujours été, dès l’instant où son père l’avait regardé de haut, dès l’instant où il s’était refusé à ce que ce genre de chose recommence. Oui, il était violent, catégorique, restrictif, mais pas totalement abrutis, et il savait faire la différence entre une logique foireuse et une démonstration cartésienne, et ce que les Supérieurs racontaient ne lui allaient pas. Et là, il se retrouvait coincé, s’il restait là sans rien faire, un autre connard allait débarquer, et balancer certaines choses, et à tous les coups, le cauchemar allait recommencer, sauf que Jeroen allait jouer un rôle là dedans, ce qui ne lui plaisait pas plus. Celui-ci s’était déjà armé de sa baguette et les deux jeunes gens se regardaient dans le blanc des yeux, prêts à frapper, finalement pour la même raison.

    - Attends. Tu te rends compte que t'es un foutu con ? Tu viens d'assommer un Supérieur, alors qu'il vient de fermer la porte. Tu captes que ça va nous créer des ennuis monstrueux à tous les deux ?

« Nan ? Sans blague ! Parce que qu’on n’en avait pas déjà tu crois ? Tu m’as pas répondu. »

Oui, un autre type allait débarquer, et trouver son collègue au sol, et ça ne serait pas la première fois pour lui, vu que quelqu’un avait dû trouver le type chez Watterson. Pourtant, jamais on ne lui en avait re-parlé, chose qui était curieuse, mais là n’était pas la question. Oui, il avait paniqué, tout simplement parce qu’il craignait notamment que l’autre-là, amène quelqu’un comme Jayden, Logan ou Sovahnn et qu’ils prennent pour lui. Sachant qu’il prenait entre autre pour Logan. Il y avait de quoi s’en arracher les cheveux. Mais, surtout, c’était une inquiétude parfaitement illogique qui l’avait poussé à ce geste. Est-ce qu’en le gardant enfermé, ces autres cons là, pourraient aller s’en prendre à Janie ? Non, ça n’avait rien de raisonné, et il y avait des milliards de contre-arguments à apposer, mais dans la fraction de seconde où il s’était décidé, c’était aussi ce à quoi il avait pensé. L’amour fait faire des trucs cons, tout le monde le sait, il n’était simplement pas homme à en éprouver de tels que ceux décrits dans les films ou les livres. Et pourtant, contrairement à tout ce qu’il pouvait bien sembler dire, il aurait tout fait pour sa sœur, pour sa voisine et meilleure amie, et se serait probablement bien bougé pour un certain nombre d’élèves du château. Pour ce qui était de Logan ? Son cousin était bien plus doué que lui en magie, il savait bien se défendre et l’avait déjà parfaitement prouvé. Un avantage pour un enseignant de défense cela dit en passant. Pourtant, il n’était pas le dernier des nazes en sortilèges, loin de là, sans parler de ce qui était transformations en tout genre pour faire des cocktails ou autres conneries, il avait surtout été poussé jusqu’à épuisement par ses parents étant petits. Il en connaissait un rayon question magie noire et était en avance sur son niveau en tout ce qui n’était pas théorique. Oui, son cerveau avait fait un reset pour ce qui était des cours d’histoire de la magie et autre : ce qui ne l’intéressait pas des masses en soi.

    - En plus, tu oses me demander ce que je fais là ? Toi, dis-moi, qu'est-ce que tu fais là qui soit assez grave pour que tu en arrives à faire une débilité pareille ? J'ai jamais vu que les désespérés réagir comme ça...

« J’ose ? Wah ! Quel scoop. Justement, ça implique que vu ta position, t’es là pour me tirer les vers du nez, tu t’y prends comme un manche au passage. Alors ? Pourquoi ? T’es en test de routine ? Nan parce que vu à quel point tu traîne avec eux, j’vois que ça. C’est quoi la question ? Qui de ma famille a un poste élevé au gouvernement ? Tous les sangs purs. Ça aussi c’est un scoop, oulah lah. Bon, alors quoi ? A moins que tu ne sois absolument pas là pour ça, et que tu ne sois au final qu’un foutus menteur. Alors t’es quoi ? Leur chien dévoué ou un type qui a fait une grosse connerie et qui panique parce que j’l’ai foutu dans une situation pire encore ? T’as peur de quoi ? De mes convictions profondes à propos des moldus ou des tiennes ? »

Et, oui, si Jeroen prenait le temps de réfléchir à ce qu’il venait de dire, il se rendrait vite compte que Logan Rivers, faisait bien partis de sa famille, et qu’il n’avait pourtant qu’un poste d’enseignant. Bingo ! Un bâtard dans la famille, et ça se lisait sur sa gueule en plus : ça fait tâche ! Fils d’un grand homme d’une lignée importante de sangs purs, et d’une mère putain moldue : ça la fout mal. Et, oui, il avait tout foutu cartes sur table, sans pourtant dire ce que lui, foutait là, même s’il semblait à présent évident qu’il avait en effet fait des conneries qui ne plaisaient pas trop aux Supérieurs. Cela dit, il avait mis en avant plutôt sa famille, ce qui avait de quoi détourner les doutes. Bref, de toute manière, c’était sorti tout seul. Conclusion, soit ils se cognaient là maintenant tout de suite, et dans le meilleur des cas, Alec gagnait, effaçait ses souvenirs et trouvait un moyen de se barrer, soit… soit ça se passait un peu moins bien que ça.

« Pourquoi ils t’ont amené là ? Et me dit pas que t’en sais rien, vu la tronche que t’as tiré d’t’à l’heure, j’te croirais pas. »

Si on regardait bien attentivement leurs baguettes à tous deux, on pouvait presque apercevoir une sorte de scintillement à l’extrémité de celles-ci, témoignant de l’extrême tension qu’il pouvait y avoir dans ce cachot à cause des deux garçons, prêt à s’entre-tuer si l’un lançait le feu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Lun 24 Déc 2012 - 17:02

Objectivement ? Il avait pas mal à perdre dans cette histoire, autre que la mise en cause d'amis dans ses conneries. Sa vie par exemple. Ou le seul but de sa vie qu'il avait réussi à maintenir ces derniers temps, mais ça, c'était seulement s'ils se montraient cléments, et ça emporterait fierté et contrôle avec. Un homme sans but ce n'est pas un homme. Il refusait qu'on lui ôte cela, qu'on lui ôte toute possibilité de se débattre, de dire non à sa soumission, de sauvegarder sa fierté à ses propres yeux ; enfin, un peu de tout ça. Il détestait ce mot, soumission. Il le fuyait au moins comme la peste. Julian ne comprenait pas trop, même si elle partageait son avis, le mécanisme qui le poussait à refuser de se soumettre à qui que ce soit. Lécher les bottes sans qu'il ne puisse rien y faire, ça le réduirait au statut d'homme dont on peut se servir à sa guise. Jamais il ne l'accepterait. Dans la situation qui était la sienne, il avait un certain contrôle sur les choses, même s'il devait s'abaisser à leur rendre des services pour le moins dégradants pour un gars de sa trempe. Et Rivers avait décidé de débarquer et de mettre tout cela en péril, comme ça, parce que lol, c'est tellement drôle de faire chier la classe inférieure ? Il ne pouvait pas le laisser faire ça.

Baguettes en joug. Des étincelles de magie grésillaient dans la pièce ; ils avaient tous les deux les capacités de se mettre en miettes en un battement de cil, et c'est sûrement pour cela qu'ils n'avaient pas encore lancé le premier sort. Alec avait clairement l'air de vouloir régler ses petites questions existentielles avant d'en venir au combat. Il se croyait supérieur, évidemment. Il croyait que le petit Jeroen avait des choses à lui dire, que parce qu'il n'était pas aussi bien placé, il ne pouvait qu'accepter de répondre sans protester. Il n'avait aucun compte à rendre à ce crétin qui s'était autoproclamé maitre de son petit monde. Et pour protéger son morceau de viande, il était prêt à régler tout de suite leur vieux conflit d'intérêt ; prêt à lui faire ravaler son petit air du gars qui a toujours pété plus haut que son cul. Les enjeux n'étaient pas les mêmes que la dernière fois où il s'était retrouvé face à l'autre sang-pur venu lui chercher des noises, après tout.

    - Nan ? Sans blague ! Parce qu'on n'en avait pas déjà tu crois ? Tu m'as pas répondu.

Il ressera sa prise sur sa baguette. Elle pulsait dans sa paume au rythme de son coeur qui battait trop vite. Cela faisait des années qu'il avait fait taire son instinct de survie dans ce genre de situations. Cette fois-ci, il avait du mal à le contenir tant le risque lui semblait grand. Tout son équilibre partait en miettes ! Toute cette oeuvre de tant de jours, de semaines, d'années, sur le point de s'effondrer comme un vulgaire château de cartes. Il avait toujours pensé qu'il saurait se débrouiller plus longtemps. C'était vexant de ne plus se sentir capable de gérer son propre rôle.

Oh, bien entendu, il ne se rendait pas compte qu'ils paniquaient pour la même chose. Qu'ils avaient tous les deux quelque chose à protéger, et qu'ils se braquaient l'un contre l'autre alors qu'ils pourraient être déjà en train d'unir leurs forces pour gérer la situation et s'en sortir tous les deux. Comment croire qu'il puisse ressentir la même chose, lui, le gars qui n'a jamais rien eu à se reprocher ? Qu'ils pouvaient partager ce même désir égoïste de rester en vie, de garder la face... mais aussi de sortir de tout ça. Retrouver leur famille. Faire sortir certaines personnes de ce merdier ; comme tout ceux qui y croyaient, comme Killian, et qui se jetaient dans la gueule du loup parce qu'ils n'avaient pas assez de force pour faire mieux. Il refusait d'y croire.

    - J’ose ? Wah ! Quel scoop. Justement, ça implique que vu ta position, t’es là pour me tirer les vers du nez, tu t’y prends comme un manche au passage. Alors ? Pourquoi ? T’es en test de routine ? Nan parce que vu à quel point tu traînes avec eux, j’vois que ça. C’est quoi la question ? Qui de ma famille a un poste élevé au gouvernement ? Tous les sangs purs. Ça aussi c’est un scoop, oulah lah. Bon, alors quoi ?

Jeroen tâcha de rester calme mais l'envie d'envoyer le premier sort lui passant par la tête avait tendance à le pousser encore plus près de la rupture. Il allait lâcher les vannes, faire une connerie. Oh, bien entendu, s'il venait à blesser Alec, il pourrait se défendre par la suite, par exemple en insinuant qu'Alec était un traitre à son sang – ce qui, vu son état de panique, pourrait être en partie justifié. Ça détruit une réputation, ça, ça détruirait même carrément une vie. Et il n'aurait aucun remord quant aux suites d'un tel coup bas, pourvu qu'il ait pu détourner l'attention des Supérieurs de lui. Oui, il avait un plan de secours si ça s'avérait nécessaire.

Rivers, pendant ce temps-là, répondait à des questions que Jeroen n'aurait même pas eu l'idée de poser s'il savait être en conditions de test. Pourquoi se cachait-il derrière sa petite famille de sang-purs bien dans leur condition ? Il pouvait aussi dire, lui, sur sa famille. Son père haut placé au Ministère, son frère absolument grosse tête et sa petite soeur qui, d'après ses derniers projets d'avenirs de gamine de onze piges, partait pour devenir top model. Ça lui faisait une belle jambe ! En fait, il n'était pas dans le meilleur état d'esprit pour analyser les détails de son discours, et d'ailleurs, il se fichait pas mal de ses histoires de famille...

    - A moins que tu ne sois absolument pas là pour ça, et que tu ne sois au final qu’un foutu menteur. Alors t’es quoi ? Leur chien dévoué ou un type qui a fait une grosse connerie et qui panique parce que j’l’ai foutu dans une situation pire encore ? T’as peur de quoi ? De mes convictions profondes à propos des moldus ou des tiennes ?

Le problème, c'était que Jeroen ne savait pas ce qu'il était dans le cas présent. Il ne savait plus quel rôle tenir. Si c'était vraiment un test et qu'il montrait une once d'hésitation, il était mort. S'il était effectivement là parce qu'ils avaient découvert une de ses conneries, il était mort. S'il attaquait le sang-pur, il avait de bonnes chances d'être mort aussi. Ne même pas savoir ce qui va nous tuer, c'est un peu difficile à avaler ; en fait ça le rendait dingue. Il savait qu'il devait garder de l'avance, attendre d'avoir un détail qui puisse l'aider à comprendre dans quel merdier il était fourré, mais tant qu'il n'en avait pas, il était coincé et ne pouvait pas réagir sans risques. Pour l'instant, le plus simple semblait encore la défense sans prise de position claire, mais pas sûr que ça suffira longtemps...

    - Cache-toi derrière ta petite famille. Tu crois qu'ils auront le temps de venir te protéger si je t'attaque, là, maintenant ? Tu crois que parler de convictions, ça fait une barrière assez forte pour te protéger quand t'es pas fichu d'assumer le fait que tu aies mis en miettes tes chances de sortir de là ? Allez c'est bien. Continue comme ça. Je te le mets où je pense mes convictions, en attendant.

Même s'il connaissait les risques et s'avançaient sur cette piste à peu près consciemment, il ne se reconnaissait plus dans ses réactions. Il était tout entier dans un rôle, celui qu'il se donnait pour avoir l'air maléable quand il s'agissait de faire mal à quelqu'un. Il était pris dans l'action comme il ne l'avait jamais été. Ce manque évident de sang-froid ne lui ressemblait vraiment pas ; ç'avait toujours été une façade...

    - Pourquoi ils t'ont amené là ? Et me dis pas que t'en sais rien, vu la tronche que t'as tiré d't'à l'heure, j'te croirais pas.
    - En quoi est-ce que ce que j'ai pu faire peut encore t'importer ? On se demande qui tient l'interrogatoire là... Tu crois sérieusement que je te dirai pourquoi je suis enfermé dans un putain de cachot avec toi, alors que tu viens juste de bousiller le peu de chances que j'avais de ressortir de là debout...

Instant de latence.

Et. Merde.

Là, il avait fait une énorme bêtise – et encore, c'était un magnifique euphémisme. Pire qu'assomer le Supérieur, il venait d'envoyer deux ans de manipulation à grande échelle aux flammes avec un gars qui ne lui inspirait aucune confiance sur le sujet. Il venait d'avouer qu'il avait des choses sur la conscience qui pouvaient lui valoir la mort. Cet excès de panique allait le tuer. Tout d'un coup, il repensa à pourquoi il avait toujours tâché de garder le contrôle de lui-même, dans toutes les situations possibles et imaginables. Dans le cas présent, si c'était juste pour une bêtise mineure qu'on l'avait descendu ici et qu'Alec allait répéter ça... c'était comme s'il venait de se suicider.

Il sentit que sa main commençait à trembler. La pulsation avait cessé ; sa baguette faisait elle aussi une crise en parallèle à son possesseur. Ce bout de bois avait toujours été instable et capricieux ; et ça risquait de rendre tout combat franchement dangereux s'il ne reprenait pas très vite le contrôle. Y avait-il encore une autre alternative ? Se justifier ? Tenter de rattraper cet aveu formel avec toute l'énergie du désespoir ? De toute façon, il avait déjà l'air d'un homme au pied du mur, acculé par son propre emportement. Il ne contrôlait plus rien à la situation. Vu qu'ils se tenaient mutuellement en joug et que la magie était sur le point de lui faire défaut, il ne pouvait même pas compter sur un sort rapide pour lui faire oublier ce qu'il venait d'entendre ; il s'en prendrait immédiatement un dans la tête, et selon les intentions d'Alec – attendre de connaître le fond des choses ou attaquer violemment sans patienter une seconde de plus – ça risquait de faire mal beaucoup plus vite que prévu...

La seule chose dont il était sûr à présent, c'est qu'il ne pouvait pas baisser sa garde, même si sa main tremblait toujours. Ni baisser les yeux. Surtout pas baisser les yeux en fait. S'il était au pied du mur, il se devait de faire face dignement, parce qu'il ne lui restait plus que ça. Et puis il pourrait peut-être se protéger en cas d'attaque. Il ravala sa salive avant de reprendre la parole sur un ton nettement plus sombre.

    - Ok. Arrête ton petit jeu. Qu'est-ce que tu cherches ?

Au moins comprendre à quelle sauce il allait se faire bouffer ; et savoir si Alec allait vraiment réagir comme il le prédisait, sans pitié pour le pauvre sang-mêlé qui réussissait avec la même classe à se condamner tout seul...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Mar 25 Déc 2012 - 0:10

Situation de merde, faite pour tout rendre encore plus compliqué que ça ne l’était déjà. Le problème était que face à Jeroen, il ne savait comment agir tout simplement parce que le manque de confiance qu’il lui vouait était réciproque, et parce qu’au final, ils se retrouvaient tout deux dans la même situation. Mais dans le fond, il pouvait être là pour que les Supérieurs voient ce que ça pouvait donner, c’était vrai qu’il n’y avait pas pensé, mais ça aurait été malin de leur part. Mais à partir de là, comment réagir ? Comment savoir s’ils étaient seuls et s’il n’était pas face à un ennemi qui pourrait le faire re-plonger dans sa situation du mois dernier. Il était rentré en marchant droit, pâle comme un mort, mais malgré tout en vie grâce à Sovahnn, Enzo et surtout Maxence dont le savoir faire médical était indéniable. Mais après ça, il était encore resté des semaines au lit le temps que ses blessures arrêtent de me mettre à la torture et le temps que sa fièvre baisse et qu’il récupère des forces. La magie ne peut pas tout faire et le mieux reste encore ce que le corps peut faire de lui-même. Dans tous les cas, si beaucoup avaient en partie été au courant de cet épisode puisqu’il avait simplement foutu du sang partout dans le château, personne à part ses proches n’avaient réellement pensés que les Supérieurs étaient responsables de cet état. Après tout, il avait sut se faire accepter d’un certain nombre d’entre eux, et avait à présent certains passe-droit, et pourtant les choses étaient loin d’être aussi simples qu’elles le semblaient. S’il avait passé des journées avec l’un d’eux ces derniers temps et qu’il avait fini dans un tel état, c’était bien que ça ne s’était pas exactement passé comme une partie de plaisir. Mais le problème avec tous ces évènements, c’est que, justement, ils sont tous trop ambigus et selon les suppositions, les préavis qu’on peut avoir sur une personne, leur apparence chance invariablement. Ainsi, pour lui, Jeroen était exactement l’image que, lui, lui renvoyait, ce qui amenait à cette foutue situation où ils étaient tout deux tendus comme des strings et sur le point de lancer tous les sorts qu’ils pouvaient avec dans l’espoir de finir debout à la fin. Vu la tension qui régnait dans l’air, ils avaient tout deux bien compris pourtant qu’ils reproduisaient la guerre froide à petite échelle : le moindre battement de cil suspect pouvait les faire s’entre-tuer avant même qu’ils ne pensent réellement à lancer un sortilège cohérent et leurs baguettes le montraient à elles-seules très bien.

Après une série de questions, le Rivers s’était donc mis à faire des suppositions pour voir quelle tronche il allait tirer, savoir ainsi à peu près où se placer. C’était ainsi que sa phrase pouvait être prise de plusieurs sens différent : qui pensait quoi sur les moldus ? Sur les Hommes, peut-être, finalement, au sens large et sur la possibilité simple qu’il puisse y en avoir des supérieurs aux autres de quelque manière que ce soit. Oui, il avait certaines convictions qui ne plaisaient pas à tout le monde, et, oui, il pensait que l’espèce humaine allait en effet vers une différenciation de plusieurs espèces différentes, mais que les différents mélanges qui se faisaient toujours empêchaient cette séparation de se faire. Mais à aucun moment il n’avait pensé que c’était une mauvaise chose. Pour ce qui est du problème de consanguinité : depuis toujours, cette question se pose, et la nature règle seule les soucis qu’elle s’impose, donc pas besoin de se prendre le chou là-dessus. Après, il ne risquait pas d’aller avec sa sœur non plus hein… il était promis à la voisine parait-il ! Bref, oui, justement : la famille !

    - Cache-toi derrière ta petite famille. Tu crois qu'ils auront le temps de venir te protéger si je t'attaque, là, maintenant ? Tu crois que parler de convictions, ça fait une barrière assez forte pour te protéger quand t'es pas fichu d'assumer le fait que tu aies mis en miettes tes chances de sortir de là ? Allez c'est bien. Continue comme ça. Je te le mets où je pense mes convictions, en attendant.


Un instant, Alec l’avait regardé avec un sourcil relevé d’amusement. Mais tout à fait, il n’attendait que ça, que sa famille débarque et l’aide, c’était bien connu, le soutien familial avait toujours été une grande qualité des Rivers… ou pas. Non, sérieusement, la seule personne qui aurait eu un semblant de conscience morale et d’amour pour venir le sortir de la merde, c’était sa sœur, et, là, actuellement, c’était à lui de l’aider, et non l’inverse. Et puis, il y avait une partie de lui-même qui n’avait jamais digéré l’abandon qu’elle lui avait fait subir et ce, malgré tout l’amour qu’il pouvait avoir pour elle. Non, même si elle avait été en bonne santé, même elle ne serait pas venue. Logan à la limite maintenant, mais il estimait surtout, et ça allait parfaitement à Alec, qu’il devait se démerder seul. S’il était intervenu la dernière fois, c’était surtout parce que Sovahnn lui avait pondu un cake pour qu’il se bouge le cul, et, encore une fois, il devait probablement sa vie à la jolie blonde. Depuis peu, bien sûr, il avait comprit d’où lui venait cette ténacité à lui laisser une chance de se rattraper face à elle. Elle avait vu plus loin que ce qu’il lui avait laissé comprendre, et le Serpentard n’avait aucune idée d’où elle tenait ça, mais le fait était qu’elle n’attendait rien de lui, elle l’avait dit mais, surtout, elle refusait de le laisser dans sa merde, sans bouger. Contrairement à lui. Oui, c’était bon, il avait compris. Bref, ça n’était pas exactement le bon moment pour penser à Sovahnn, quoi que ça avait au moins le bénéfice de le calmer un peu.

    - Pourquoi ils t'ont amené là ? Et me dis pas que t'en sais rien, vu la tronche que t'as tiré d't'à l'heure, j'te croirais pas.
    - En quoi est-ce que ce que j'ai pu faire peut encore t'importer ? On se demande qui tient l'interrogatoire là... Tu crois sérieusement que je te dirai pourquoi je suis enfermé dans un putain de cachot avec toi, alors que tu viens juste de bousiller le peu de chances que j'avais de ressortir de là debout...


Ses derniers mots étaient restés en suspension… trop longtemps. Oui, bien trop longtemps même, et pourtant, si le jeune homme avait froncé quelques secondes les sourcils, laissant le silence s’installer entre eux deux, c’était parce qu’il analysait à présent chacun des détails de la position de son adversaire. Non, il paniquait trop pour que ce qu’il venait de dire soit autre chose qu’une bourde. Il avait beau y réfléchir, s’il voyait bien quelques biais à ce qu’il venait d’entendre, l’hypothèse qui s’affichait semblait bien être la bonne. Ses yeux allaient et venaient sur lui, sa baguette remontait légèrement, et pourtant, elle ne scintillait plus, son pouce faisait un léger mouvement d’auto-toilettage et Jeroen ravala sa salive : tout un tas de petits détails sur lesquels Alec s’arrêtait à cet instant donné. Et puis, finalement, l’autre se décida à reprendre la parole.

    - Ok. Arrête ton petit jeu. Qu'est-ce que tu cherches ?


Le jeune homme l’avait encore jaugé quelques secondes pour finalement baisser doucement sa baguette. Quitte ou double.

« Ils se servent de moi pour savoir s’ils doivent craindre notre directeur de maison ou non. J’me suis trop fait remarquer et j’ai cogné l’un d’eux en voulant aller à Sainte Mangouste pour une histoire de greffe d’une proche, et j’me suis débarrassé de celui dont lui-là à coup de menaces, mais ça risque de m’retomber dessus, voir ce qui serait plus grave, sur d’autres que moi. »

Oui, il s’était décidé dès l’instant où il avait baissé sa baguette, pariant sur son analyse en espérant qu’il ne se soit pas planté sur toute la lune et fait avoir en beauté, auquel cas, il venait probablement de faire la plus grosse connerie de son existence, et pourtant, croyez moi, il y a de la concurrence.

« Ah oui, et au fait pour répondre à ta question, à la base, je cherche juste à reprendre ma vie là. Et Avant, j’ai cherché à essayer de sauver la vie de ma sœur. Pour le reste, leurs conneries, leurs discours et le reste, j’m’en contre-fous et j’fais pas partis de tout ça. J’ai mon opinion sur certaines choses, qui ne plaisent probablement pas à tout le monde, mais j’suis loin d’être extrémiste. »

Sinon, il risquait d’avoir des problèmes face à des gens comme… attendez voir… Logan ? Jayden ? Sovahnn ? Tallulah ? Dakota aussi tient… bref, à peu près tous ses proches sauf Julian. Oui… Et ça, il l’avait grillé déjà depuis quelques temps, et ça n’avait rien pour le rassurer puisqu’ils faisaient tous du coup, de très bonnes cibles. D’ailleurs, il saurait bientôt ce qu’il en était vis-à-vis de Jeroen, à moins que celui-ci soit un foutu bon menteur.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Mer 26 Déc 2012 - 17:10

En fait il s'enfonçait tout seul. S'il avait de suite embrayé sur quelque chose d'autre, sur un argument contraire, s'il avait cherché à contrôler les détails pour mettre le doute, il aurait pu s'en sortir sans trop de peine. Mais là, entre l'instant de latence, sa main qui ne tenait plus en place et les étincelles de magie qui avaient disparu... ça faisait beaucoup de détails qui le trahissaient. Il suffisait alors de faire attention à ces quelques détails pour dénicher la vérité derrière. Ce qu'Alec fit, bien évidemment.

Après l'avoir vu hausser un sourcil d'amusement à l'évocation de sa petite famille, comme si ce qu'il disait était complètement ridicule, il les fronça pendant quelques secondes, le temps de chercher où se situait la blague. Le temps de jauger le sérieux de ses propos, de découvrir la vérité ; ce fut très rapide, mais ça lui sembla long, très long, comme le chemin qu'ils venaient de parcourir jusqu'aux cellules. Il fallut bien reprendre rapidement la parole pour arrêter cette analyse détaillée, même si c'était déjà trop tard. Il pouvait encore croire en un magnifique retournement de situation.

A sa plus grand surprise, Alec baissa doucement sa baguette. La tension magique, dans la salle, s'estompa par la même occasion. Que se passait-il ? Ou plutôt... Qu'avait-il compris ? Jeroen rabaissa lentement sa baguette à sa tour, parce que son adversaire ne se conduisait plus comme tel, et qu'en apparence il ne courait plus le risque de recevoir de sort dans la tronche – en plus, se battre tout seul, ça donne l'air débile. Toutefois il restait sur ses gardes, parce que tant qu'il n'aurait pas compris ce qui motivait Alec, il ne pouvait pas se sentir totalement rassuré.

    - Ils se servent de moi pour savoir s’ils doivent craindre notre directeur de maison ou non. J’me suis trop fait remarquer et j’ai cogné l’un d’eux en voulant aller à Sainte Mangouste pour une histoire de greffe d’une proche, et j’me suis débarrassé de celui-là à coup de menaces, mais ça risque de m’retomber dessus, voire ce qui serait plus grave, sur d’autres que moi.

Wow. Ça devenait tout-à-coup de la confidence pure et dure, alors qu'ils étaient à la limite de s'entre-tuer quelques minutes plus tôt. Oh, bien entendu, il n'était pas sûr, pour le moment, que ce ne soit que la vérité... car si Alec avait pu douter de la position de Jeroen, l'inverse était possible, et il lui faudrait des détails, à lui aussi, pour être certain de ne pas être face à un très bon menteur à la solde des Supérieurs. Sans quitter le garçon des yeux, il reprit son calme. Il fallait qu'il prenne le temps d'analyser ses propos, même si ça signifiait baisser un peu plus sa garde.

Maintenant, il le voyait, le rapport à la famille, lorsqu'il parla du directeur de leur maison. Il devait y avoir une raison à sa première occurrence à sa famille et à leur place dans les hautes sphères magiques, ce qui n'était pas vraiment le cas de Marek Rivers... Mais même si Alec avait précédemment donné des indices, Jeroen ne s'intéressait pas particulièrement à cela. Non, quelque chose d'autre l'avait interpellé. Ils avaient des doutes sur les positions de Grand Rivers, alors ? Evidemment, c'était pertinent, sachant qu'ils étaient capables de douter de n'importe qui, pour un oui ou pour un non. Eh oui, quand il disait qu'on n'était jamais à l'abri, même dans leur propre camp... D'après la suite, il comprit que Petit Rivers aussi avait donné matière au doute. Vu sa fierté, il n'avait pas dû apprécier de se faire utiliser par les Supérieurs pour apprendre des choses sur sa propre famille, ni qu'on l'empêche de faire ce qu'il voulait. Quant à toucher les proches... N'en parlons même pas. Si Jeroen avait vu pas mal de personnes qu'il appréciait disparaître ces dernières années, sans vraiment les pleurer pendant des semaines, il y en avait certains qu'il ne pourrait pas laisser souffrir par sa faute. D'ailleurs, il n'aurait pas cru qu'il arriverait encore à s'attacher à d'autres élèves, sachant leurs destins si incertains... Alors franchement, il comprenait. Jusque là ça semblait tenir debout. Puis Alec reprit la parole.

    - Ah oui, et au fait pour répondre à ta question, à la base, je cherche juste à reprendre ma vie là. Et avant, j’ai cherché à essayer de sauver la vie de ma sœur. Pour le reste, leurs conneries, leurs discours et le reste, j’m’en contrefous et j’fais pas partie de tout ça. J’ai mon opinion sur certaines choses, qui ne plaisent probablement pas à tout le monde, mais j’suis loin d’être extrémiste.

Re-wow. S'il avait pensé entendre ça de la bouche de Rivers, un jour... Après tout, c'était un sang-pur qui, en apparence, ne s'est jamais soucié que de sa petite place et de ses intérêts personnels. Le plus dur à avaler dans tout cela, c'était le fait que lui non plus n'adhérait pas à leurs idées, ou plutôt “s'en contrefoutait”. Et pourtant. Aucun signe ne montrait qu'il mentait, dans le cas présent. Il doutait qu'il puisse s'inventer – s'approprier plutôt – une vie imaginaire où il s'intéressait au bien-être de famille et de ses proches, juste pour faire semblant d'être du même côté sans faire d'erreurs de manipulateur débutant. Après tout... Jeroen ne jouait-il pas lui-même bien le toutou des sang-purs depuis le début, sans jamais se démasquer ni perdre de vue ses principes ? Pourquoi ne serait-ce pas le cas d'Alec aussi ?

Jeroen desserra le poing autour de sa baguette et passa sa main dans ses cheveux. Ils étaient deux très bons menteurs qui, mis dans une situation hors du commun, se démasquaient chacun leur tour – et, certes, un peu trop facilement. Mais si c'était un peu frustrant de penser qu'il n'était pas le seul à se foutre de la gueule du monde aussi bien, il se rendait compte qu'Alec pouvait devenir un allié... vraiment intéressant. Eh oui, ne perdons pas de vue les choses les plus essentielles ! Il se racla la gorge. Lui aussi aller jouer cartes sur table, en pariant sur le fait que son interlocuteur n'était pas un menteur assez bon pour ne laisser aucun indice ; et que donc, il disait la vérité.

    - D'accord. D'accord, je te crois. Et je me fiche de savoir le détail de ton opinion sur tout, tant que tu ne viens pas me chercher des emmerdes à propos de mes propres convictions.

Et c'était vrai. Il se fichait de ce que pensait Julian, ses camardes de classe, et même ses coéquipiers chez les Supérieurs, tant qu'il ne risquait pas de subir les retombées des plus extrémistes. Pareil pour Alec. S'il croyait en la supériorité des sorciers, des sang-purs ou des blonds aux yeux bleus qui portent une cravate à rayures, il s'en fichait comme de son premier chaudron. L'important, c'était qu'il ne vienne pas les lui étaler dessus ; parce que dans un tel cas, il était sûr de s'en prendre une.

    - Si tu veux savoir ce que je fais là... Leur fidèle petit toutou est en train de saturer. Ils ne doivent pas trop apprécier que je les évite autant que je le peux ces derniers temps, mais les histoires qu'ils me demandent de régler et leur violence gratuite juste pour avoir l'air de tout contrôler, ça commence à me prendre la tête. J'en ai marre d'être considéré comme un moins que rien.

Et ça, encore, c'était le moins grave. S'ils n'avaient découvert que ça, il estimerait s'en sortir assez bien. Par contre, le fond de sa pensée... là ça deviendrait dangereux. Haute trahison les amis ! Il n'était même pas sûr de pouvoir tout dire à Alec, d'ailleurs. Il y aurait encore des choses à cacher, les détails qui comportaient le plus de risques et qui, sous la menace, pouvaient sortir bien trop facilement... Genre sa petite soeur moldue. S'il la voyait arriver au château à cause d'une simple gaffe, il savait qu'il plaquerait tout pour la protéger, et encore, même pas sûr qu'il y arriverait... Alors même si Alec parlait ouvertement des problèmes de sa soeur, lui n'allait pas parler de la sienne, point. Déjà que peu se souvenaient qu'il avait une soeur, vu qu'avec Emeric ils n'en avaient jamais vraiment parlé aux autres, il n'allait pas foutre ça en l'air maintenant. Ensuite, il y avait toujours des choses qu'il pouvait dire, qui n'impliquaient que lui en fait. Il continua.

    - Alors certes, j'obéis à leurs ordres, j'ai fait pas mal de choses peu glorieuses sous leurs ordres et sans hésiter, mais je ne partage pas leurs idées. Je ne les ai jamais partagées. Le sang d'un sorcier ne fait pas son intelligence et sa valeur, et la violence encore moins. Je ne fais que me protéger en me plaçant au milieu de la fourmilière, et au final, j'aimerais juste pouvoir reprendre une vie normale moi aussi. Sortir d'ici. Et bon, pour ça, suivre leurs mouvements de l'intérieur, ça aide pas mal...

Voilà. Destins scellés. Il n'était pas sûr à 100% de son interlocuteur mais il prenait le pari, parce qu'il se rendait compte qu'un allié dans cette lutte, c'était vraiment inespéré... et particulièrement important vu qu'en ce moment, il lui arrivait d'être sur la corde raide. Comme maintenant, par exemple, s'il était enfermés dans un cachot avec Alec, c'est qu'il avait laissé transparaître quelque chose. Au moins, cette situation leur donnait une occasion de chercher une première solution ensemble, histoire de se montrer mutuellement qu'ils avaient des intérêts communs – et qu'ils ne se foutaient pas mutuellement de la tronche de l'autre. Ils pouvaient bien mettre leurs fiertés de côté en attendant d'être sortis en un seul morceau.

    - Bon. Je pense qu'on a au moins un désir commun, c'est d'éviter de se faire remarquer encore plus avec le mec évanoui devant la porte. Je te propose qu'on évite de s'entre-tuer tant qu'on est coincés ici, et qu'on règle ça ensemble. Prend ça pour une alliance temporaire.

Il tendit sa main. Il fallait qu'il soit sûr qu'Alec était de son côté, voulait la même chose et l'y aiderait. Si ça passait par un peu de diplomatie et une poignée de main, il n'y avait pas matière à hésiter. Et même si sa main tremblait encore légèrement, ce qu'il essayait de cacher, il avait reprit ses esprits et il voulait croire qu'ils pouvaient se sortir de cette situation en apparence inextricable...

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Mar 8 Jan 2013 - 10:30

Faire attention aux détails, surtout ne pas différer de son personnage, ne jamais agir différemment, ne pas attirer l’attention, faire tout ce qu’on nous dit, baisser la tête et ne pas sourire, trouver des excuse, justifier des choix qui ne sont pas les nôtres, se foutre des critiques, prendre sur soit.

Zuuuuuuuuuuuuuuuut !! C’est clair là ? : Merde !

Non, il n’avait jamais réellement joué un rôle très recherché et s’était surtout contenté de taire certaines choses. De toute manière, de part son sang, le jeune homme était plutôt bien placé, et, oui, faire flipper certaines personnes un peu trop crédules, il avait trouvé ça assez drôle. Mais en attendant, si on s’attachait un peu aux détails, il n’avait rien du mec que certains décrivaient. Non, il n’était pas cruel, juste un peu perdu parfois, oui, il était violent, mais c’était pour défendre certaines personnes. D’accord, parfois, il cognait de manière un peu gratuite, mais c’était parce qu’il flippait de perdre le peu qu’il avait, et parce que, parfois, il n’en pouvait simplement plus, et à l’apogée du stress, cogner un con, je vous promets que ça détend les nerfs. Pour le reste, sa meilleure amie n’était pas de sang pur, n’allez pas demander d’où il le savait, c’était le cas, point à la ligne. Alec était observateur, c’était aussi bête que ça, et s’il ne faisait pas toujours remarquer les choses, ça n’était pas pour ça qu’il ne s’y intéressait pas, tout comme pour les histoires de famille de Jayden. Après, si elle n’avait pas envie de lui en parler, il ne viendrait pas la faire chier avec ça : bête comme chou en soi. Et pourtant, son comportement n’était pas compris par grand monde. Non, il était le grand méchant qui s’en prend aux autres, qui change sans arrêt de comportement à le croire bipolaire. Il était celui qui est devenu encore plus insupportable, sombre et sec pendant un mois et qui semblait à nouveau changer de comportement pour redevenir celui qu’il était avant. Non, il n’aimait pas qu’on marche sur ses plates bandes, et il n’avait aucune envie de perdre les avantages qu’il avait trouvé en arrivant au château. Mais à côté de ça, s’il avait vécus avec les moldus pour faire chier ses parents pendant une époque, il n’était pas repartit en se disant qu’ils appartenaient à une race inférieure et qu’ils ne devaient pas se reproduire avec les sorciers de sang pur. Sérieusement ? Ok, il n’était pas quelqu’un de parfait, mais il fallait arrêter d’abuser aussi. Sérieusement, quand avait-il blessé un moldu ? Quand avait-il dénoncé quelqu’un aux Supérieurs ? Est-ce qu’il s’était seulement réellement affiché avec eux ? Non. Il avait certains contacts avec des connaissances dont il se servait et ne se cachait pas de profiter de privilèges, mais il n’avait, jusqu’à Emily, jamais fait le con comme ça. Watterson l’avait épuisé, brisé, oui, et il en avait été jusqu’à faire ce qu’il disait, serrant quand même les dents pour protéger son cousin d’il ne savait trop quoi. Mais qu’est-ce qu’il pouvait faire d’autre au juste ? Oui, avec Emily, il avait foiré, et, pourtant, à la base, il avait surtout voulu lui faire plus de peur que de mal, lancer des sorts qui marquent sans pour autant qu’elle en ressente la douleur. Sauf que, voilà, à ce moment-là, il était fatigué, frustré, enragé peut-être aussi, et tout ne s’était pas passé comme il l’avait voulu. Pour Cameron, il avait eu le temps de s’entraîner un peu pour ne pas refaire la même connerie, mais ça ne changeait pas que le mal était fait, point final.

Et arrivé là, il avait deux choix : assommer Jeroen et faire comme s’il était avec les Supérieurs tout en sachant que quand ils arriveraient, il passerait un mauvais quart d’heure puisqu’eux, il ne les blufferait pas. Ou bien tenter le tout pour le tout et tenter de faire confiance à l’autre Serpentard. Avec le comportement qu’il avait eu, et au vu de la situation, Alec avait préféré cette option, ne pouvant pourtant s’empêcher de craindre pour ses proches. S’il n’était pas ce qu’il pensait, il porterait probablement un peu son attention sur lui, et il était hors de question que Jayden, Sovahnn, ou n’importe qui d’ailleurs, en paye les conséquences. Elles avaient sut s’en sortir pour l’instant, il fallait que ça reste ainsi. Ok, si les choses avaient été différentes, peut être qu’il leur aurait demandé de l’aide le mois dernier, mais voilà, il n’avait aucune envie de les mettre en pleine ligne de mire, et c’était la même chose pour Julian.

    - D'accord. D'accord, je te crois. Et je me fiche de savoir le détail de ton opinion sur tout, tant que tu ne viens pas me chercher des emmerdes à propos de mes propres convictions.


Petit sourire amusé.

« Et qui te dis qu’elles ne me plairaient pas, tes opinions ? Joue pas au martyr incompris avec moi. »
    - Si tu veux savoir ce que je fais là... Leur fidèle petit toutou est en train de saturer. Ils ne doivent pas trop apprécier que je les évite autant que je le peux ces derniers temps, mais les histoires qu'ils me demandent de régler et leur violence gratuite juste pour avoir l'air de tout contrôler, ça commence à me prendre la tête. J'en ai marre d'être considéré comme un moins que rien.

« Hm, jusque là c’est compréhensible. »

Il avait eu un certain aperçu de ça quelques temps plus tôt, et vu la loque qu’il était devenu à cause des coups et des tortures répétitives en prime du manque de sommeil et des remords comme des inquiétudes qu’il avait eu… non, il ne dirait pas qu’il ne pouvait pas comprendre que jouer à être de leur côté puisse être épuisant. Bien sûr, si Jeroen jouait bien son rôle, il n’avait pas eu le même traitement violent que lui, c’était bien là justement le but de la manœuvre, mais rien que le côté moral avait de quoi taper sur le système. Lui, justement, était considéré par certains comme un ennemi qu’il fallait maîtriser alors qu’il l’était également chez les élèves anti-Supérieurs. Il y avait de quoi trouver ça comique. Enfin bref, il l’avait un peu cherché aussi, et il fallait croire qu’avec tout ça, il prenait assez exemple sur Logan. Finalement, il avait fini par en trouver une, de figure paternelle, ou fraternelle du moins. Pas forcément la bonne, mais c’était quelqu’un qu’il admirait et qui faisait les choses justes malgré ce qu’on pourrait croire. Et n’allez surtout pas lui dire ça !

    - Alors certes, j'obéis à leurs ordres, j'ai fait pas mal de choses peu glorieuses sous leurs ordres et sans hésiter, mais je ne partage pas leurs idées. Je ne les ai jamais partagées. Le sang d'un sorcier ne fait pas son intelligence et sa valeur, et la violence encore moins. Je ne fais que me protéger en me plaçant au milieu de la fourmilière, et au final, j'aimerais juste pouvoir reprendre une vie normale moi aussi. Sortir d'ici. Et bon, pour ça, suivre leurs mouvements de l'intérieur, ça aide pas mal...


Là, il n’avait rien rajouté. Peut être un peu parce que le suspens avait quelque chose de drôle, mais surtout parce qu’il voulait voir si par hasard, Jeroen n’avait pas quelque chose de plus à rajouter. Dans sa situation, il voulait grappiller un maximum d’informations. Après, jusque là, la manière qu’avait le jeune homme de parler de tout ça avait de quoi le rassurer, mais il ne baisserait pas complètement sa garde. Il restait quelqu’un de potentiellement dangereux, et même s’il avait bonne foi, il lui suffisait d’être en mauvaise position et de renvoyer les Supérieurs vers lui pour se protéger, voir lui et ses proches, même si, jusque là, il n’en parlait pas. Oui, lui avait parlé de sa sœur, mais c’était encore différent, déjà, elle était adulte et capable de se défendre, si, d’aventures, elle n’était ni morte, ni HS, et, surtout, elle appartenait comme lui à une grande famille, même si celle-ci l’avait reniée, et donc son sang était tout ce qu’on pouvait trouver de pur. Elle était même aryenne tient, s’il y avait une quelconque pensée nazie dans les rangs des Supérieurs. Ok, ça n’avait rien à foutre là, mais la coïncidence était à relever.

    - Bon. Je pense qu'on a au moins un désir commun, c'est d'éviter de se faire remarquer encore plus avec le mec évanoui devant la porte. Je te propose qu'on évite de s'entre-tuer tant qu'on est coincés ici, et qu'on règle ça ensemble. Prend ça pour une alliance temporaire.

« Tant que tu n’me mènes pas en bateau et que tu ne renvoie pas l’attention sur moi, j’vois pas pourquoi il faudrait s’entre-tuer. Par contre, si tu l’fais et que ça provoque ne serais-ce qu’un ongle cassé à qui que ce soit qui m’est proche, j’te promets que j’te fais la peau. Une fois que ça, c’est clair, ouais, j’suis d’accord. Tout comme j’suis d’accord avec ce que t’as dit sur Eux tout à l’heure. »

Sa main, il l’avait prise et serrée.

« Maintenant, j’pense qu’une alliance sur le long terme, ça serait plus malin. J’suis pas particulièrement révolutionnaire, mais à deux, on sera indéniablement plus efficaces que seul, sauf si on se tire dans les pattes quoi. Mais si on fait les choses bien, ya possibilité qu’on s’en sorte… un peu mieux, disons. »

S’ils arrivaient à les manipuler plutôt que ça soit l’inverse, ils arriveraient probablement à quelque chose. Il faudrait juste arriver à sceller les bonnes alliances justement, à ne pas faire de faux-pas et à espérer que les autres n’en fassent pas non plus. Après, ils pourraient sûrement trouver un terrain d’entente, et avec un peu de pot, s’en sortir sans trop de casse. Mais pour l’instant..

« Bon.. bah c’est bien beau tout ça, mais faut réparer mes conneries maintenant. Et avant que Watterson se ramène, ça pourrait être pas mal. »

Si c’était bien lui qui était derrière tout ça, c’était qu’il avait retrouvé du poil de la bête et que, donc, il redevenait une menace. Et si c’était le cas, c’était réellement la merde, et il allait lu falloir trouver autre chose pour le calmer. Mais il n’en était pas là. Déjà, ils avaient tout deux encore leurs baguettes, ce qui voulait dire qu’ils devraient réussir à se libérer non ? À chaque fois qu’il s’était trouvé enfermé, le jeune homme s’était retrouvé sans armes. Du moins, tant qu’il n’était pas là pour cogner le prisonnier. Enfin, bref.

« Bon, bah on tente de faire fondre les grilles ou autre… et en dernier de chez dernier recours, j’me sert d’un patronus pour appeler à l’aide. »

Dingue comme cette expression : « appeler à l’aide » pouvait lui arracher le palais tient.

« À moins que t’ais une meilleure idée ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Dim 13 Jan 2013 - 23:22

Quitte ou double. Ou il perdait tout et apprenait qu'il avait toujours eu raison sur le compte du vert, ou il gagnait un allié de taille en remettant toutes ses croyances en question. Au fur et à mesure qu'il réfléchissait à ce qu'il venait de faire, ça lui semblait de plus en plus dingue et insensé. Certes, ça ne semblait pas être si mal parti, Alec n'était pas encore en train de rire après avoir bien manipulé le petit traître, n'empêche qu'il avait fait n'importe quoi et que si c'était à recommencer... eh bien il ne recommencerait certainement pas. Il détestait risquer autant pour des incertitudes aussi grosses.

Enfin pour le moment, ça s'annonçait positif, même si beaucoup de choses étaient remises en cause. Concernant Alec, il devait avouer s'être beaucoup appuyé sur les bruits des couloirs, les rumeurs souvent infondées qui traînent sur les gens, et encore, il n'y avait pas prêté une oreille attentive. Ce type lui avait toujours donné des envies de frapper, il avait toujours préféré rester sagement de son côté. Tant que rien ne les poussait à se regarder dans le blanc des yeux, il n'avait pas besoin de s'énerver pour rien. Certes, il y avait deux, trois choses dont il pouvait être sûr. Le sang-pur profitait de sa position, de sa sécurité, et sûrement un peu de sa supériorité, mais qui ne l'aurait pas fait n'est-ce pas ? Mais vis-à-vis des moldus ? Des Supérieurs ? Dans les histoires de tortures et de règlements de compte entre les deux camps, Jeroen ne l'avait pas beaucoup vu, et comme on le projetait souvent en première ligne, il était sûr de ses sources. Pourtant il était juste en train de percuter que derrière ce mec agaçant il y avait aussi une bonne dose d'intelligence. Cette sorte d'intelligence qui lui plaisait parce qu'il se retrouvait dedans. Alec savait réfléchir, voir ses avantages et se protéger, sans verser dans le fanatisme, et voilà, c'était des années de merde dans les yeux qui partaient enfin et ça faisait presque du bien.

    - Et qui te dis qu'elles ne me plairaient pas, tes opinions ? Joue pas au martyr incompris avec moi.

Petit sourire amusé... Moui, ce n'était pas pour autant qu'ils n'allaient pas devenir meilleurs amis du monde, ni se confier tous leurs secrets, encore moins tout miser sur l'autre, ça aurait été le monde à l'envers. Même s'il s'était planté sur un bon bout de la ligne, il n'avait pas encore confiance. Avec quelqu'un qu'il n'avait jamais vu comme une menace, comme Killian, il avait déjà du mal à se sentir totalement rassuré, alors avec lui... C'est pour ça qu'il gardait une distance par rapport à ce qu'il pouvait dire ou ne pas dire. Il n'allait pas s'ouvrir sur sa vie de famille sous prétexte que ça ferait une preuve de plus de sa bonne conscience. Alec se contenterait de ce qu'il avait à donner, et s'il commençait à demander le beurre, l'argent du beurre et la crémière-sa-soeur, il risquait d'y avoir désaccord.

    - Hm, jusque là c'est compréhensible.

Entre grands amours propres, on se comprend. Ce n'était toutefois pas exactement la même chose qu'avec Julian. Avec elle, il n'y avait qu'eux deux en jeu, ils se cherchaient l'un-l'autre et ce, selon leurs propres envies. Avec Alec, ça tenait plus de leur rôle vis-à-vis des Supérieurs, un rôle dangereux et moralement très difficile à supporter. Bref, sa réponse ne l'étonnait pas tant que ça, et créait un début de lien entre leurs deux personnalités, pas si éloignées au final. Même si ça restait encore loin de l'espèce d'osmose de la dernière fois, parce qu'avec Julian, tout semblait tellement dans la démesure la plus totale... ce n'était tout simplement pas comparable.

Alec attendait que Jeroen finisse ses aveux. Il grappillait le maximum d'informations qu'il pouvait, mais toujours sans montrer de mauvaises intentions, ce qui confirmait de plus en plus l'idée comme quoi il était du bon côté. Ça, il fallait un peu de temps pour l'accepter. Ensuite ça ne pourrait qu'aller mieux, mais pour l'instant, il restait sur ses gardes, à l'affût du moindre signe contraire, juste au cas où. Pourtant, ça en restait là ; en effet, si les Supérieurs arrivaient et les retrouvaient dans cette position, il n'était plus aussi sûr de vouloir renvoyer la faute sur Alec juste pour s'en tirer. Question de principe : il n'allait certainement pas utiliser les informations qu'il venait d'obtenir, pour la simple et bonne raison que l'inverse ne tarderait pas, et qu'en matière de coups dans le dos, un serpentard, ça peut être fort. Autant ne pas enclencher le processus.

Une alliance temporaire, dans son esprit, semblait la meilleure solution en attendant qu'ils soient sortis d'affaire. Ça pouvait avoir l'air d'un pacte de gamins cherchant à ne pas se faire réprimander pour une bêtise, mais c'était hautement plus important dans son esprit. Parce que d'abord, c'était pas son copain au départ, alors pas facile d'être sûr qu'il se pissera pas dessus avant la fin... Hahem. Se serrer la main, c'était accepter de faire confiance à l'autre, et accepter les contraintes de la confiance de l'autre. Une espèce de concession énorme pour un gars comme Jeroen, qui préférait de loin bosser en solo.

    - Tant que tu n’me mènes pas en bateau et que tu ne renvois pas l’attention sur moi, j’vois pas pourquoi il faudrait s’entre-tuer. Par contre, si tu l’fais et que ça provoque ne serait-ce qu’un ongle cassé à qui que ce soit qui m’est proche, j’te promets que j’te fais la peau. Une fois que ça, c’est clair, ouais, j’suis d’accord. Tout comme j’suis d’accord avec ce que t’as dit sur Eux tout à l’heure.
    - On est sur la même longueur d'onde. Un seul coup dans le dos et je n'hésiterai pas non plus, mais je ne pense pas que ce sera nécessaire...

Deux fauves qui acceptent une trêve. Ça tenait à presque rien, un semblant de confiance basé sur deux, trois révélations impossibles à vérifier et subjectives au possible. Il y avait aussi un peu du fantasme de ne plus être seul dans cette galère qui entrait en jeu... En tout cas la dernière phrase lui plaisait. Ils ne pouvaient pas s'en sortir s'ils ne partageaient pas à peu près les mêmes opinions, et Jeroen ne quitterait pas ses positions, sur lesquelles il était campé avec beaucoup de bonheur farouche. Mais ils étaient d'accord alors tout allait bien. Par contre, la suite l'étonna.

    - Maintenant, j’pense qu’une alliance sur le long terme, ça serait plus malin. J’suis pas particulièrement révolutionnaire, mais à deux, on sera indéniablement plus efficaces que seuls, sauf si on se tire dans les pattes quoi. Mais si on fait les choses bien, ya possibilité qu’on s’en sorte… un peu mieux, disons.

Il n'aurait jamais proposé ça, pas aussi vite. Pourtant, ce n'était pas faute d'y avoir pensé. Deux têtes comme eux, s'ils s'y prenaient bien, pouvaient carrément faire basculer la balance. C'était un peu utopique, certes, mais tellement moins qu'une bataille dans l'ombre à regarder tout le monde servir de chair à canon, ce qui donnait matière à se sentir... très seul. Jeroen y croyait, au changement. Il s'était donné entièrement, toutes ces années, dans le seul but de modifier le cours des choses. Les élèves qui résistaient débilement au vu et au su de tous, ça ne l'avait jamais aidé, alors que là... quelqu'un d'autre comme lui... Il chassa ses rêveries. Une chose à la fois, ils ne pouvaient pas se promettre la lune tout de même, ça ferait coup de foudre de mauvais roman à l'eau de rose.

    - Oui. C'est clair qu'on pourrait aller beaucoup plus loin dans cette situation... faire changer les choses. Mais avant toute promesse idyllique, sortons d'ici en un seul morceau. On y repensera au calme, avec tout ce que ça implique.

Oui. S'ils n'arrivaient pas à sortir de là, ça ne servait à rien de regarder sur le long terme ; pareil s'ils se tiraient dans le dos ou n'étaient pas capables de se mettre d'accord, même avec toute la volonté du monde. Une équipe gagnante ou pas d'équipe du tout, point. Ce petit bout de rêve se jouait maintenant. Pourtant Jeroen se sentait beaucoup plus calme que quelques minutes plus tôt. Au début il était seul face à beaucoup d'emmerdes, là, ils étaient deux contre un peu moins, il se sentait tout de suite plus fort ; et puis, s'ils se plantaient, ce ne serait pas que de sa faute. Piètre consolation. Ça tient à peu de choses.

    - Bon... bah c'est bien beau tout ça, mais faut réparer mes conneries maintenant. Et avant que Watterson se ramène, ça pourrait être pas mal.

Watterson ? Alec semblait bien renseigné sur ceux qui orchestraient leur petit tête-à-tête, alors que Jeroen n'aurait pas pu dire qui lui en voulait personnellement. Au moins, ça permettait de voir d'où venait la source du problème, et donc, comment le régler. Mais ça, ils verraient plus tard. Ils avaient déjà plusieurs problèmes à régler à la fois : leur enfermement dans le cachot, le gars assommé devant la porte, mais aussi et surtout, ils devaient assurer leurs arrières pour ne pas avoir l'air suspects. Le troisième problème, le plus important, pouvait attendre cinq minutes, mais ils ne devraient surtout pas l'oublier, sinon tout partait à l'eau. Et la prochaine fois, ils n'auraient pas leurs baguettes, et les Supérieurs n'enverraient pas des sous-fifres pour les chercher gentiment dans leurs salles de classe.

    - Bon, bah on tente de faire fondre les grilles ou autre... et en dernier de chez dernier recours, j'me sers d'un patronus pour appeler à l'aide. À moins que t'aies une meilleure idée ?

Cette idée de patronus ne lui plaisait pas vraiment. Certes, si quelqu'un venait en effet les sortir de là, ils sortiraient plus facilement et ça lui ferait un second camarade de fortune... mais ce serait aussi un témoin de plus susceptible de mettre toute sa stratégie à plat... Sérieusement, ce n'était pas le moment de le forcer à croire à tous les amis d'Alec. Ça ferait trop d'informations en quelques heures, il saturerait une nouvelle fois le pauvre... Il s'avança vers la porte en réfléchissant.

    - Oui, il faut tenter ça. Si on bousille les verrous, on devrait pouvoir sortir, il ne me semble pas qu'il ait lancé de sort de verrouillage – mais je peux me tromper... Par contre, rien qui fasse du bruit. On va pas rameuter le château non plus...

En fait, il n'avait jamais fait attention. Les portes des cachots avaient-elles un verrou magique ou partaient-ils du principe que tous les sorciers enfermés étaient désarmés ? Est-ce que le Supérieur en avait lancé un, avant de se faire bêtement assommer ? Ce serait fâcheux, d'autant plus qu'il valait mieux ne pas trop tarder. Il jeta un regard par l'ouverture de la porte pour voir où en était le gars. Toujours dans les choux. Parfait.

    - D'ailleurs il ne faut pas qu'on oublie le mec... S'ils apprennent qu'on s'est barrés en le laissant pour mort, la situation risque d'être encore pire que si on s'asseyait pour les attendre sagement. Je proposerais bien le sortilège de l'Impérium, mais je peux même pas me vanter de m'être exercé dessus... d'ailleurs si d'autres sont censés venir nous rendre visite, ça ne facilitera pas plus les choses...

Hey. Ce n'était pas maintenant qu'il allait cacher ses connaissances à propos des sortilèges impardonnables. Ce n'était pas quelque chose dont il se vantait, mais dans leur situation, il fallait bien employer les grands moyens, même si ça signifiait tomber au même rang qu'eux ; tout est dans l'intention mon cher ami ! Il n'avait pas vraiment eu l'occasion – et l'envie – de s'entraîner sur les sorts de mort et de manipulation de conscience. Pourtant, là, ces deux sorts étaient clairement plus utiles qu'un Endoloris... Et rien d'autre ne lui venait à l'esprit pour cette partie du problème. Oubliettes, éventuellement, mais ça semblerait suspect, quoique...

    - Ou alors on le réveille, on se fait engueuler comme ils l'avaient prévu... On sortirait en miettes, mais on sortirait, plus problèmes minimisés par la suite, égal champ libre...

Il avait murmuré ça pour lui-même. Dans cette situation, s'il avait été seul, il aurait joué les martyrs pourvu qu'il ait une chance d'être tranquille après ; d'autant qu'ils ne pouvaient pas ne pas prendre en compte les autres Supérieurs, certainement bien au courant que les deux verts étaient en visite dans les cachots en ce moment-même, et pas pour du tourisme... C'était un peu désespéré tout de même. Il comptait un peu sur Alec pour le secouer, trouver la solution miracle ; il devait bien avoir quelques connaissances extra-scolaires qui pourraient leur être utiles, et puis c'était l'aîné, un an de cours de plus ça peut faire la différence. Oui, très franchement, il était bloqué et il avait besoin de l'aide d'un deuxième cerveau pour se sortir de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Lun 21 Jan 2013 - 20:57

Je ne sais pas gérer ça. C’est con hein ? Et je déteste être le putain de connard qui ne sait pas ce qu’il fait, sauf que voilà, j’ai jamais eu à gérer les autres. Il n’y a jamais eu que moi, jamais eu personne autour, à part Mack, et peut être ma sœur. Mais c’était… c’était pas pareil, c’était pas compliqué à ce point. J’ai agit pour elle, mais maintenant… Et si, si j’essaie de sauver quelqu’un, ça en tue quatre derrière moi, je fais quoi hein ? Est-ce qu’en essayant de sauver ma sœur, j’me suis condamné, et que maintenant, je dois accepter ça sans faire de vague pour ne pas attirer l’attention sur d’autres ?

Savoir continuer, prendre sur soit, se comporter en adulte, et régler les conflits, ça n’était réellement pas quelque chose qu’il savait faire de manière intelligente. Pour tout dire, il ne s’était jamais retrouvé dans une telle situation, le fait de s’inquiéter nuit et jour pour sa sœur lui faisait déjà perdre pied même s’il le gérait mieux à présent, mais trouver comment se sortir d’une situation comme celle-là. Non, vraiment, il ne savait que faire pour limiter la casse au maximum. S’il restait sur place, il sentait le nœud de la corde se resserrer autour de son cou, mais à chaque pas, il lui semblait causer une catastrophe qui mettait en danger les autres. A partir de cet instant, qu’est-ce qu’il pouvait faire au juste ? Se sacrifier ? Oui, probablement, sauf qu’il n’avait jamais été élevé comme une martyr et se comporter ainsi n’avait jamais été une solution. Il trouverait, oui, mais les belles paroles ne font rien avancer, et en attendant, il s’était fourré dans une spirale infernale qui aboutirait fatalement à une catastrophe. Non, il ne pouvait pas continuer sur cette pente un peu trop glissante, mais toutes les autres options qui s’offraient à lui avaient de quoi sentir la crasse. A présent, il avait déjà joué à la roulette russe avec Jeroen, et à présent, il devrait continuer de miser sur la confiance qu’il pouvait ou non lui accorder. Chaque jour allait être une incertitude, mais d’un autre côté, il pouvait tout aussi bien réellement trouver en lui un allier. Et entre lui et Logan… leur position était assez instable ces derniers temps, à plusieurs, ils pourraient peut être se couvrir, qui sait.

- On est sur la même longueur d'onde. Un seul coup dans le dos et je n'hésiterai pas non plus, mais je ne pense pas que ce sera nécessaire...[/list]

Ils ne cessaient de réagir comme s’ils se trouvaient en temps de guerre, comme si d’un coup, la personne en face pouvait les tuer. C’était le cas, ou du moins, parfois, ça l’était, mais lorsqu’on restait en dehors de la surface, tant qu’on fermait les yeux parfois, et qu’on faisait comme si la vie avait gardé son cours normal, on en arrivait à oublier tout ça, et ce genre de situation semblait incongru. Tout ça semblait se résumer à une blague, et ils faisaient un peu ce qu’ils avaient pu voir dans des films pour ceux qui avaient déjà vu une télé dans leur vie, ou les livres. Dans tous les cas, étrangement, tout ça ne faisait pas vrai, même après les nombreuses heures passées avec Watterson. La confrontation était entre deux élèves, et ça, ça donnait un effet un peu étrange, comme un mirage. Et pourtant, il fallait s’efforcer de ne pas quitter de vue le fait que tout ça soit bien réel, que le danger était là, pas loin, et qu’il ne manquerait pas de leur fondre dessus.

    - Oui. C'est clair qu'on pourrait aller beaucoup plus loin dans cette situation... faire changer les choses. Mais avant toute promesse idyllique, sortons d'ici en un seul morceau. On y repensera au calme, avec tout ce que ça implique.


D’accord, il mettait la charrue avant les bœufs, mais de ce fait, il voyait surtout du même coup quelle était la réaction de Jeroen. Le problème était simple, maintenant qu’ils savaient l’un pour l’autre, ils pouvaient s’en servir d’une manière positive ou non. Le fait de s’allier pour sortir était sans aucun doute une bonne chose, mais il en ressortait obligatoirement une certaine contrainte qui avait des chances de devenir un boulet dans l’avenir. Ils ne pouvaient faire comme s’ils ne prenaient ça en compte. Maintenant, en effet, il allait falloir sortir d’ici avant toute chose. Pour le reste, ils verraient.


    - Bon, bah on tente de faire fondre les grilles ou autre... et en dernier de chez dernier recours, j'me sers d'un patronus pour appeler à l'aide. À moins que t'aies une meilleure idée ?

Cette idée de patronus ne lui plaisait pas vraiment. Certes, si quelqu'un venait en effet les sortir de là, ils sortiraient plus facilement et ça lui ferait un second camarade de fortune... mais ce serait aussi un témoin de plus susceptible de mettre toute sa stratégie à plat... Sérieusement, ce n'était pas le moment de le forcer à croire à tous les amis d'Alec. Ça ferait trop d'informations en quelques heures, il saturerait une nouvelle fois le pauvre... Il s'avança vers la porte en réfléchissant.

    - Oui, il faut tenter ça. Si on bousille les verrous, on devrait pouvoir sortir, il ne me semble pas qu'il ait lancé de sort de verrouillage – mais je peux me tromper... Par contre, rien qui fasse du bruit. On va pas rameuter le château non plus...


Forcément. Rien qui ne fasse du bruit, ça n’était pas bête comme contrainte, mais dans le genre, ça mettait pas mal de battons dans les roues. Pendant que l’autre réfléchissait, Alec s’était mis à envoyer quelques sorts de base, puis de plus en plus compliqué, cherchant à ouvrir ce foutu truc. De toute évidence, ça n’avait pas été forgé uniquement pour des moldus. Le Serpentard s’était d’ailleurs toujours demandé si ces cachots étaient le fait des Supérieurs ou s’ils avaient été construits bien avant et réouverts. La seconde option lui semblait la plus juste. Après tout, la salle de potion était bien un ancien cachot réaménagé, pourquoi les sous-sols n’auraient-il possédé que celui-là ?

« Soit il a bloqué la porte sans qu’on l’ait vu, soit ça se fait automatiquement. C’était peut être pas si rose que ça Poudlard à ses débuts.. »

Certaines choses se taisent avec le temps, tout le monde veut oublier, et, au fur et à mesure, les générations suivantes n’en sont pas encore marquées. Alors ce qui a eu un impact fort pendant un temps s’estompe. Il ne faut pas oublier, on nous l’a souvent dit. Mais ce qu’ils vivaient à présent, et ce qui se passerait ensuite plus tard le serait sûrement d’ici quelques temps. Mais pour l’heure, ils avaient d’autres genres d’oublis à gérer.

    - D'ailleurs il ne faut pas qu'on oublie le mec... S'ils apprennent qu'on s'est barrés en le laissant pour mort, la situation risque d'être encore pire que si on s'asseyait pour les attendre sagement. Je proposerais bien le sortilège de l'Impérium, mais je peux même pas me vanter de m'être exercé dessus... d'ailleurs si d'autres sont censés venir nous rendre visite, ça ne facilitera pas plus les choses...

« Ouais… je, j’l’ai jamais utilisé non plus. »

Jusque là, finalement rien d’étonnant, deux élèves qui n’ont jamais utilisé de sortilèges impardonnables, il n’y avait rien de très étrange. Pourtant, ils auraient probablement tout deux pensé que l’autre en avait déjà fait usage dans le cadre de leurs contacts avec les Supérieurs. Eh bah comme quoi, tout le monde peut se planter.

« J’peux toujours créer une illusion, j’suis pas mauvais là-dessus, mais j’vois pas bien quel bobard on pourrait sortir. Donc au final, ça sert pas des masses. »

Oui, il avait fait une belle connerie, mais à côté de ça, s’il ne l’avait pas fait, Watterson serait probablement déjà là. Oui, il avait peur de subir de nouveau la même chose que les semaines précédentes, et jusque là, c’était un comportement tout à fait humain. Il lui fallait trouver une solution et le temps jouait contre lui. Faire chanter le Supérieur lui avait semblé être une bonne solution, et ça l’avait tenu en respect un petit moment, mais il fallait croire que le répit était de courte durée et qu’il allait devoir trouver autre chose. L’avantage, c’était qu’il n’avait probablement pas prévenu grand monde, de peur que son secret se répande, mais dans ce cas, pourquoi impliquer Jeroen ? Tester ses limites, voir ce qu’il était capable de faire ? Peut être l’entraîner à son tour comme lui-même auparavant tout en gardant de ce fait un œil sur lui. Ils étaient tout deux Serpentards donc amenés à se croiser régulièrement. Bref, prise de tête.

    - Ou alors on le réveille, on se fait engueuler comme ils l'avaient prévu... On sortirait en miettes, mais on sortirait, plus problèmes minimisés par la suite, égal champ libre...

« Le souci quoi que mineur de ce plan là, c’est que justement, j’suis pas complètement sûr de m’en sortir moi. Donc ça m'emballe pas des masses personnellement.. »

Ça complique les choses, c’était clair. Bien sûr, il n’était pas du genre trouillard et son père l’avait assez cogné pour qu’il se foute de s’en prendre quelques belles, mais durant le mois dernier il s’était retrouvé une fois avec les trippes à l’air et avait eu du mal à s’en remettre, et ensuite les séances de Watterson s’étaient tellement enchaînées qu’il avait manqué d’y passer. Non, il ne pouvait pas tenter ça, pas maintenant qu’il l’avait menacé. Il y passerait très probablement, et ça n’était pas exactement pour le rassurer.

Bon, nouvel essai. Alec s’était planté face aux barreaux, tentant en effet de les faire fondre étant donné que c’était la dernière option qu’il lui restait, mais rien à faire, si le métal était devenu rouge, il ne s’était rien passé de plus.

« Ils sont même pas chauds.. »

En effet, aucune chaleur ne s’en dégageait. Là, c’était fait, il avait usé toutes ses cartouches. Frustré, il était resté un instant le regard perdu dans le vague à chercher d’autres solutions miracles. De tous les sorts de magie noire qu’il avait apprit avec ses parents, il n’en voyait pas un seul qui pourrait l’aider à se sortir de là. Ou, plutôt, si, mais celui-là ferait pire que faire du bruit et rameuter tout le monde, donc il ne fallait même pas y songer.

« R’hé merde ! »

Manifestement, ça ne marchait pas. Investir l’esprit du Supérieur pour les libérer et monter un bon gros bateau aurait été une bonne idée, mais tout miser sur leur capacité à utiliser un sortilège interdit, comme ça, sur le tard, ça n’était probablement pas l’idée du siècle non plus. Il suffisait qu’ils se foirent pour que leur situation soit pire que peu enviable. Et à force de faire des allers retour devant la grille, il commençait à comprendre ce que pouvait bien ressentir un tigre dans un zoo.

« Et pis merde fait chier. »

Ça fait beaucoup de merde dans un si peu laps de temps, mais bon. Alec s’était laissé tomber en tailleur au sol, la baguette sortie. Quelques instants plus tard, un petit félin à fourrure ocellée émergeait de sa baguette, se baladant quelques secondes avec grâce, posant son regard d’argent sur son maitre puis sur Jeroen.

« Ok, Logan, j’suis… vraiment désolé de devoir dire ça, mais j’trouve plus vraiment trop d’autres solutions donc… comment dire ça sans m’arracher la gueule ? J’trouve pas, donc : au secours ? Sérieux, j’suis dans la merde, ramènes-toi s’t’euplais. »

Un geste de tête et l’ocelot disparaissait dans les couloirs. Oui, il avait des connaissances, et pas qu’un peu, depuis tout gamin, ses parents lui avaient mis une pression folle pour qu’il ait un niveau supérieur à celui des autres. Un Rivers se doit de toujours être le meilleur. Une règle bien débile qui lui avait donné des occupations autre que le jeu lorsqu’il était enfant. De toute manière, n’ayant pas eu de jouets, ça lui fournissait au moins quelque chose à faire. Enfin, bref, malgré ça, il s’était vite trouvé à court d’idées également, et c’était finalement celle-là la seule qu’il avait réussi à mettre en place.

Fais chier… »

Oui, réellement, s’il avait fait ça, c’était qu’il ne voyait réellement plus quoi faire d’autre et qu’il avait peut être finalement appris à être un peu moins fier et à demander de l’aide. Jayden lui avait fait un beau discours là-dessus, Julian aussi, et même Sovahnn un peu à sa manière. Enfin, dans tous les cas, il avait fini par appeler quelqu’un pour la première fois de sa vie. Pas l’une des filles, il ne fallait pas rêver non plus. Bien sûr, il ne doutait pas de leurs capacités, mais là, Logan était probablement le plus à même de les sortir de là. Dire que s’il s’était lancé tout gosse dans l’animagi, il aurait peut être pu se transformer maintenant en un tout petit truc histoire de passer à travers les barreaux. Enfin, ça n’était pas le cas. Mack pouvait, mais d’après ce qu’il en avait vu, ça n’était pas en quelque chose de petit qu’elle risquait de se transformer. Et puis, de toute manière, ça n’avait pas d’intérêt là actuellement. Bref, demander à son cousin de venir était un effort qu’il n’aurait peut être pas fournis il y avait quelques semaines. Il évitait celui-ci depuis un moment d’ailleurs, à savoir, depuis qu’il était parlé à son ex petite amie pour lui raconter les raisons exact du comportement de Logan. Elle s’était saoulée et ils s’étaient remis ensembles, dans les faits, ça n’était pas si mal, mais pour ça, il lui avait parlé de leur famille, il avait évoqué certaines choses alors qu’il connaissait la volonté de son cousin de garder ça secret. C’était pour l’aider, réellement, mais il doutait que celui-ci prenne ça ainsi.

Quelques temps plus tard, des bruits de pas se firent entendre, résonnant dans le couloir, portés par les murs de pierre. Le Supérieur n’avait toujours pas bougé tandis qu’Alec ne le quittait pas des yeux, et, l’instant de quelques secondes, le regard qu’il avait porté à Jeroen avait été sans équivoque : et si c’était son collègue, ils faisaient quoi au juste ? Mais non, c’était bien Logan, leur prof de défense contre les forces du mal et directeur de maison qui était apparu, guidé par le félin argenté qui disparu dès sa tâche accomplie. La place de Logan vis-à-vis des Supérieur n’était pas très bien établie : il ne s’affichait pas réellement avec eux, mais la plupart suivaient ses ordres, et d’un autre côté, il s’était souvent engueulé avec eux devant un certain nombre d’élèves, réglant ses comptes violemment et à sa manière. Non, il n’était pas très clair dans ses positions, tout comme Alec d’ailleurs, ne pas se prononcer n’avait pourtant finalement pas fait ses preuves jusqu’ici. Ce qui était sûr par contre, c’était que tout le monde ici ne l’appréciait pas. Il était cynique, méchant, cruel parfois, mais surtout extrêmement exigeant avec les élèves qu’il estimait capables. Non, il n’était pas juste, et ses paroles en avaient blessé plus d’un depuis sa prise du poste d’enseignant, mais il était aussi un grand sorcier qui inquiétait les Supérieurs et à juste titre, ainsi que quelqu’un de bien, il fallait juste le pousser parfois un peu, et lui lâcher la grappe très souvent.

« Qu’est-ce que t’as foutu sérieux. Hm, Jeroen ? Qu’est-ce que vous avez foutu dans ce cas ? »
« C’est un peu long à expliquer et j’suis quasi sûr qu’on manque de temps donc.. »

L’enseignant s’était retourné vers les portes après un regard étonnamment blasé vers le corps au sol avant de lancer un certain nombre de sort, la plupart informulés, jusqu’à ce que le verrou lâche un petit « clac » sonore. Ils étaient libres. A peine sortis, le plus jeune Rivers sentait le regard sombre de son aîné sur lui.

« Alec ? »
« Hm ? »

La seconde suivante, il se prenait une droite et faisait quelques pas en arrière pour accuser le choc.

« Ok, celle-là, j’l’ai méritée.. »
« Sans blagues ? Alec, la prochaine fois que tu ouvres ta grande gueule pour dire des trucs qui ne t’appartiennent pas, et si tu me remet une seule fois dans cette situation merdique, j’te promet que je t’amoche ta jolie gueule. »

Ok, le timbre de sa voix et le regard qu’il lui lançait avait de quoi en calmer beaucoup. Le seul problème, c’était que même si le jeune homme savait son cousin blessé, il le connaissait aussi. Et, surtout, ils se connaissaient tout deux trop bien pour que ce genre de chose ait le même impact que sur quelqu’un d’extérieur.

« Ça, c’est juste pour me piquer Jayden, j’le sais, ça s’voit, t’as craqué sur elle. On t’a jamais dit que ça n‘s’fait pas au sein d’une même famille. »

Ça y était, Logan souriait, chose qui n’arrivait pas très souvent d’ailleurs, Jeroen n’avait pas dû le voir beaucoup avec ce genre d’expression sur le visage. Un sourire, oui, mais pas de ceux provocants ou moqueur qu’il offrait toujours, non, là, leur enseignant était simplement amusé.

« J’étais sérieux. »
« J’le sais. Et tu sais très bien que si c’était à refaire, j’hésiterais pas. »
« Bien sûr que t’hésiterais. »

L’amour et la complicité des Rivers, c’est toujours un peu particulier.

« Bon, alors maintenant, c’est quoi cette embrouille ? »
« Il est venu nous chercher, nous a amené ici, voulait appeler leur pote que t’as fait flipper la dernière fois. Pas assez manifestement. J’l’ai assommé, on s’est menacés, plus ou moins réconcilié, et on t’as appelé. »
« C’était une idée de merde. »
« Laquelle ? »
« Toutes. »

Pas faux. Ça ne changeait pas qu’avec un mec comme lui, il fallait avouer que le Serpentard se sentait un peu plus rassuré. Logan était l’image même d’un roc, il semblait indestructible, avait toujours les bonnes idées, la technique qui allait avec et, surtout, il donnait l’impression de savoir ce qu’il faisait. L’adulte par excellence, alors qu’en le connaissant, il n’avait rien de quelqu’un de posé capable de se gérer et de gérer les autres. En attendant, en temps de guerre, il n’était pas si mal en allier, bien au contraire.

Logan avait jeté un regard soupçonneux vers Jeroen avant de reporter son attention vers le Supérieur. D’un coup de baguette, il l’avait fait revenir à lui avant de le soulever du sol et de le plaquer contre les barreaux de la cellule. Vu sa concentration, Alec n’avait pas eu de mal à comprendre qu’il se servait de leggimencie, Logan entrait dans son esprit comme dans du beurre, en tirait ce qu’il voulait, re-modulait le reste. Cette technique était loin d’être aussi efficace qu’un Imperium, mais l’enseignant avait développé ce don très jeune, il était donc capable de semer le doute dans l’esprit de l’homme, assez pour lui faire développer de faux souvenirs. Un beau manipulateur : toute la qualité de son père ! N’allez pas lui dire que j’ai pensé ça, il risquerait de le prendre mal. Le directeur des Serpentards fini par lâcher son prisonnier, essuyant d’un revers de main le sang qui commençait à couler sur ses lèvres. La leggimencie et le mal de crâne qui allait avec dans son cas. Non, il ne maîtrisait pas complètement, et les gros efforts lui donnaient souvent de très belles migraines, c’était pour ça qu’il ne l’utilisait que rarement. Il n’y avait du coup que les personnes proches de lui à l’en savoir capable.

« Ok, ça c’est fait, vous me suivez tous les deux maintenant. »


Pas vraiment le choix. Logan les avait ramenés à la lumière du jour, les faisant aller jusque dans son bureau. Et tout ça, ça ne concernait pas Alec et il le savait parfaitement. En effet, à peine la porte passée, Logan avait chopé Jeroen par le col, attrapé une petite fiole et l’avait forcé à l’avaler. Tout en finesse et en douceur, comme toujours.

« Logan.. t’es peut être pas forcé de… »


Trop tard, de toute manière, Jeroen avait fini par avaler. S’il ne l’avait pas fait, il y avait de fortes probabilités pour que leur prof se serve d’une solution plus corsée, donc il valait peut être mieux que ça se passe ainsi. Planté devant lui, il l’avait lâché, le regard ancré dans le sien.

« Ok, désolé de ça, mais j’peux pas prendre de risques. »


On pouvait le comprendre, il avait été questionné des heures par les Supérieurs, et, sans l’intervention de Maxence, il y passait. Après ça, il était légitime qu’il prenne un peu plus ses précautions, et à vrai dire, Alec n’était pas contre être sûr de lui pour ce coup là. Bien sûr, Logan aurait pu faire les choses d’une manière plus douce, mais à côté du traitement que les Supérieurs leur auraient infligé… Jeroen ne devait plus être à ça prêt.

« Maintenant, tu vas m’écouter et répondre à mes question. Ça, c’était du verita serum, donc maintenant, je me fous de savoir qui tu protèges, je ne veux pas que tu me donnes de noms ou quoi que ce soit d’autres. Les informations concernant tes proches, parce qu’il y en a forcément, tu te les gardes, ça m’intéresse pas, et les secrets des uns et des autres, ça va bien cinq minutes, j’ai pas que ça à foutre que de les écouter. Mais je veux savoir si j’peux avoir confiance en toi et ce que tu fais exactement à suivre les Supérieurs comme un chien toute la journée. Réponds maintenant. »

Ça n’était pas un ton agressif, juste impétueux et sans appel. Logan s’informait et voulait savoir à quoi s’attendre, et il était vrai qu’en l’appelant, Alec se doutait d’un truc du genre. Protéger ses arrières : ça commençait à devenir une habitude un peu prenante. Au moins, il avait eu la décence de préciser à Jeroen ce qu’il voulait savoir, et lui retirer le besoin de parler de ses proches ou autre, voilà, c’était sympa quoi. Pour le reste, venait maintenant le temps de la vérité, ils sauraient au moins à quoi s’en tenir après ça, puisque maintenant, leur position à eux semblait clair, et il y avait de fortes chances pour que ça ne plaise pas des masses à Marek Logan Rivers, surtout depuis qu’il s’était remis avec Aileen. On aurait pu croire que ça le détendrait hein ? Et bah nan, pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Mer 23 Jan 2013 - 21:56

Situation ingérable, tout simplement. Ils se regardaient comme si l'autre allait trouver la solution à sa place, mais niveau gosses paumés avec les conséquences de la connerie de l'un, ils n'avaient pas de quoi être fiers. Jeroen ne savait pas s'il devait s'attaquer à faire céder la porte, ou bien réfléchir pour le moment ; il ne le sentait pas, mais il n'arrivait pas à réagir avec l'assurance qu'il avait d'habitude. Ni à trouver une solution d'ailleurs.

Ces derniers temps, il avait peut-être pris trop de recul. À force de s'échapper de ses contraintes de petit chiot, il perdait l'habitude de faire face à des situations dangereuses où il n'était qu'un agneau minuscule, déguisé avec un pot de peinture et un museau en mousse et paumé au milieu d'une meute de loups qui n'attendaient qu'un faux pas pour lui sauter dessus. Il avait déconné. Il aurait pu ne pas se trouver dans cette situation, continuer son petit bonhomme de chemin en ne comptant que sur lui-même ; ça aurait été tellement plus simple ! Eh bien non, il avait déconné et maintenant, il regardait son camarade en coin avec l'espérance qu'il allait la trouver, la solution miracle qui les sortirait de cette merde noire.

Mais aucun d'entre eux n'avait pas la solution. Ils continuaient de se comporter comme s'ils allaient se planter un couteau dans le dos, alors que depuis la première fois où ils s'étaient calqués, ils n'avaient vu en l'autre qu'un élève susceptible d'être meilleur. Rien de bien méchant, mais à présent, ça s'éloignait beaucoup de la situation initiale. C'était assez irréel à vrai dire. Ils étaient passés aux aveux si rapidement, avec tellement de facilité qu'ils pouvaient presque mettre ça sur le compte de la panique. Heureusement qu'ils n'étaient pas tombés sur d'autres personnes mal intentionnées. C'était peut-être d'ailleurs le fait qu'ils ne soient pas entre-tués qui était le plus étrange, comme si ce n'était pas dans l'ordre des choses. Enfin bref ; pour le moment ils se contenteraient de se débrouiller pour sortir, avec les moyens du bord. Ils se lanceraient dans des actions héroïques main dans la main plus tard, lorsqu'ils auront la certitude que leur alliance vaut le coup et tiendra sur la durée. De toute façon, Jeroen n'accepterait pas de s'allier à un gars de ce genre s'ils n'arrivent pas à s'entendre.

Dans sa réflexion sur leur sortie, il enfonçait pas mal de portes ouvertes. Pas de bruit, évidemment. Ça encore ils pouvaient le gérer, un sort de sourdine ferait l'affaire, n'empêche que parfois, dans la précipitation, on oublie des détails élémentaires. Alec fit le premier pas en lançant quelques sorts de base sur la porte. Aucune réaction de la serrure. Bien entendu, il ne suffisait pas de tourner la poignée pour sortir de là. Il regardait son aîné enchaîner les sorts de plus en plus complexes, et il se rendait compte qu'il avait été bête de prendre les Supérieurs pour des cons. Ça devenait tellement évident : les sorts de verrouillages s'activaient automatiquement. Et ce n'était pas du sort de petit joueur. “Me semble pas qu'il ait lancé de sort de verrouillage”... Couillon ouais. En plus, Alec sortait tout son répertoire de sortilèges pour tenter d'ouvrir la porte, et lui il n'avait rien à ajouter, pas de sort miracle, pas d'idée à la McGyver ; autant dire qu'il ne servait à rien.

    - Soit il a bloqué la porte sans qu'on l'air vu, soit ça se fait automatiquement. C'était peut-être pas si rose que ça Poudlard à ses débuts...

Les cachots auraient été là bien avant eux... Eh oui. À l'époque ça devait bien servir à quelque chose, par exemple pour des bestioles ou des sorciers dotés de dons plus ou moins contrôlables, voire même à des méthodes d'apprentissage “qu'on” jugerait aujourd'hui immorales. Mais bon, enfermer des moldus ici, c'était comme attacher un paraplégique à son fauteuil : absolument hors de propos. Il y en a qui lui auraient mis des claques pour la comparaison, mais ça correspondait bien à la démesure phénoménale des moyens pour quelques pauvres gars incapables de comprendre les arcanes de la magie... et aussi, de sentir la force peut qui s'en dégager.

    - En tout cas, même si ces protections datent, les sorciers qui les ont lancées étaient plutôt bons. Tu crois que ça date des fondateurs ?

Eh oui. Le côté malheureux de la chose c'est que quelque part, Jeroen voyait le potentiel magique des créateurs des douves et des Supérieurs qui en avait repris possession. Lorsqu'il s'agissait de faire le mal, ils devenaient terriblement bons, tous, c'était presque frustrant d'être assez intelligent pour ne pas finir fanatique comme eux... Il ne pouvait pas accéder à cette folie qui les menait si loin. Par exemple, s'il avait été un habitué de la violence et de la haine de l'autre, il aurait déjà essayé l'Impérium et il pourrait s'en servir dans le cas présent. C'est tellement triste d'avoir un cerveau qui réfléchit par lui-même.

Encore plus quand il ne réfléchit pas, d'ailleurs...

    - Ouais... j'l'ai jamais utilisé non plus. J'peux toujours créer une illusion, j'suis pas mauvais là-dessus, mais j'vois pas bien quel bobard on pourrait sortir. Donc au final, ça sert pas des masses.

On tâtonne, on tâtonne, et à force de tâtonner on envoie bouler tout un tas de solutions pour cause de non-compatibilité avec les autres facettes du problème. Il y avait trop de dégâts possibles, trop de facteurs à prendre en compte pour que ça se règle d'un claquement de doigts. Il arriva à la solution qu'il aurait utilisée, s'il avait été seul. Supporter ce qu'ils avaient prévu de lui faire, et reprendre comme si de rien n'était, en léchant soigneusement leurs bottes dans les premiers temps, puis en reprenant ses petites activités dans l'ombre. Sauf qu'Alec n'était pas de cet avis.

    - Le soucis quoi que mineur de ce plan-là, c'est que justement, j'suis pas complètement sûr de m'en sortir moi. Donc ça m'emballe pas des masses personnellement...

Forcément. S'il avait des choses beaucoup plus graves à se reprocher, c'était clair qu'il risquait beaucoup plus dans l'affaire, et que donc, il ne serait pas chaud pour ça. Mais vu l'avancement de leur projet de fuite, Jeroen déposa son idée dans un coin de son esprit en dernier recours. S'ils ne sortaient pas à temps, ils n'auraient de toute manière pas d'autre échappatoire que de faire face aussi innocemment que possible ; minimum : survivre à la soirée.

    - Vu comme ça... et c'est vrai que ce serait bien de s'en sortir sans une égratignure, dans le meilleur des cas. N'empêche que si on sort pas à temps, on remet tout en place et on fait comme si de rien n'était. Ça minimisera au moins le fait d'avoir assommé le Supérieur, parce que pour ça, on pourrait ne pas s'en sortir tous les deux...

Ah non, il n'hésiterait pas à s'asseoir gentiment dans un coin en attendant qu'on vienne le torturer si ça s'avérait nécessaire. Vu que faire face, dans ces conditions, c'était un peu difficile, il ne lui restait que ça pour avoir une chance de sortir en relativement bon état. Bon, évidemment, c'était bien parce qu'il avait moins de problèmes que son aîné, mais passons. Ce dernier s'était attaqué aux barreaux, tentant de les faire fondre ; aucun effet là non plus. Comment avait-il pu ne jamais remarquer ça avant ? Même après toutes les heures passées ici, à moitié enfermé pour ne pas laisser s'échapper sa cible ?

Jeroen, en tournant en rond, pensa aux murs ; ils pourraient en faire exploser un attenant à une pièce ouverte... mais quelle épaisseur faisaient les murs ? De plus, ça laisserait pas mal de traces, ça ferait un bruit infernal... et ils risquaient d'exploser avec, vu la taille de leur cachot. Mauvaise idée, donc. Allez, va bien y en avoir une pour marcher...

    - R'hé merde !

Côté sorts impardonnables, ils n'allaient clairement pas se mettre à en contrôler un parfaitement sous prétexte que ça leur serait super utile. Jeroen passa derrière Alec pour tenter sa chance, peu sûr de lui. Le sort sembla démarrer correctement, mais s'effondra rapidement. Il n'arrivait pas à concentrer tout son pouvoir dessus, sa baguette s'y refusait en vibrant dans son poing. Ça demandait trop de boulot et trop de concentration et les conditions ne se prêtaient pas à des crash-tests ; il partit s'adosser à un mur froid, comme si cette position de grand penseur en action pouvait l'aider à réfléchir.

    - Et pis merde fait chier.

Ça ne l'alerta pas tout de suite. Alec n'arrêtait pas de jurer depuis tout-à-l'heure, et Jeroen savait sans problème effacer de son esprit le bruit inutile qui venait troubler ses pensées. Sauf que son regard retomba rapidement sur son aîné, en tailleur à même le sol et la baguette à la main, dictant un court appel à l'aide à son patronus.

    - Ok, Logan, j'suis... vraiment désolé de devoir dire ça, mais j'trouve plus vraiment trop d'autres solutions donc... comment dire ça sans m'arracher la gueule ? J'trouve pas, donc : au secours ? Sérieux, j'suis dans la merde, ramène-toi s't'euplais.

Et. Merde. La bestiole lancée dans le couloir, c'était déjà trop tard pour l'arrêter, et puis de toute façon, ce n'était pas comme si Alec allait l'écoutait et arrêter son fauve. Il aurait au moins franchement apprécié qu'il lui demande son avis, qu'il lui dise qui il était en train de rameuter, ou même qu'il attende un peu avant de sortir les grands moyens. Maintenant il allait être obligé de faire face à l'autre Rivers, dont il ne connaissait pas les intentions, et en qui il n'avait aucune confiance. Ses phalanges blanchirent sur le manche de sa baguette, qui continuait de réagir à sa manière. Ça, couplé à son impuissance totale, ça allait vraiment lui faire faire une connerie.

    - Fait chier...
    - Fait chier que tu lances ton patronus sans prévenir, ouais. C'est peut-être un excès d'amour-propre, mais j'apprécie moyennement qu'on invite du monde venir me regarder avoir des emmerdes... D'autant plus que je supporte pas qu'on m'oblige à faire confiance à quelqu'un alors que j'ai déjà du mal à m'en sortir pour me protéger tout seul...

Sorti tout seul, comme une râlerie de gamin pas content. Il était vexé, vexé du fait que de toute manière, il n'aurait sûrement pas trouvé meilleure solution... Eh oui. Il ne pouvait pas faire autrement que se reposer sur le choix de son camarade et ça le tuait. Il devait suivre vu qu'il n'arrivait pas à diriger, et sans avoir son mot à dire. Ça venait aussi du fait qu'il n'avait bien pas l'habitude de suivre un chef. En dehors de toutes ces histoires de Supérieurs bien sûr ; et encore, avec eux il avait encore le contrôle vu qu'il arrivait à avoir assez de liberté d'action pour se mettre dans la galère. Mais pour le moment, il était juste un control freak qui perdait le contrôle. Il soupira d'agacement, se laissa glisser le long du mur en proférant quelques “merde” à voix basse. Après quelques minutes de silence, il finit par reprendre la parole.

    - Je m'emporte... je sais qu'on n'a pas des masses de solutions... Mais j'ai un peu de mal à faire confiance aux gens dans ces conditions, faut que tu comprennes... Enfin... Bref.

Comme si ce silence n'avait pas mérité d'être brisé. Au bout d'un temps encore, des pas se firent entendre dans le couloir. Jeroen releva les yeux sur Alec au moment où il lui lançait son regard genre “si c'est pas le bon, on est morts”. Mais lorsque qu'Alec put enfin voir qui arrivait, il n'eut aucune réaction de panique ; c'était la bonne personne. Soupir de soulagement.

Jeroen n'avait pas à proprement parler peur de son directeur de maison. Après ce qu'avait dit petit Rivers, sa place parmi les Supérieurs était elle-même remise en cause... ce n'était pas une mauvaise nouvelle, même si elle laissait pas mal d'incertitude il pouvait aisément penser que l'homme n'était pas du mauvais côté. Toutefois, l'idée que ses problèmes puissent mettre mis à nu devant plus de personnes lui serrait toujours autant le coeur. Fierté maladive à la con.

    - Qu'est-ce que t'as foutu sérieux. Hm, Jeroen ? Qu'est-ce que vous avez foutu dans ce cas ?
    - C'est un peu long à expliquer et j'suis quasi sûr qu'on manque de temps donc...

Jeroen se releva en rangeant sa baguette. Il ne pouvait pas jouer le même jeu qu'avec Alec pour vérifier les intentions de son professeur après tout... Il le salua d'un signe de tête, sans dire un mot. Son camarade répondait pour lui, et ça l'arrangeait pas mal en fait. Il adoptait une nouvelle stratégie : ne pas se faire remarquer. Essayer de faire comme s'il n'était pas là et disparaître dès qu'il en aurait l'occasion. Il observa donc en silence le professeur lancer quelques sorts sur la porte, qui finit par enfin s'ouvrir... puis, quelques secondes plus tard, la droite qui venait s'écraser sur le visage d'Alec... Il recula d'un pas face à cette démonstration de force qui, même si elle ne le visait pas, était un peu surprenante.

    - Ok, celle-là j'l'ai méritée...
    - Sans blagues ? Alec, la prochaine fois que tu ouvres ta grande gueule pour dire des trucs qui ne t'appartiennent pas, et si tu me remets une seule fois dans cette situation merdique, j'te promets que je t'amoche ta jolie gueule.
    - Ça, c'est juste pour me piquer Jayden, j'le sais, ça s'voit, t'as craqué sur elle. On t'a jamais dit que ça n's'fait pas au sein d'une même famille.

Ça ressemblait bien à des règlements de comptes familiaux. Bien sûr, il n'y comprenait pas grand-chose, et aucun des deux n'allait lui expliquer quoi que ce soit ; mais ce ne serait pas étonnant si ça avait quelque chose à voir avec les emmerdes d'Alec. Le visage du directeur de maison se fendit d'un sourire amusé. Une grande première ! Prof d'apparence froid, pas bien sympathique voire carrément cynique et exécrable à ses heures... Et là, un sourire. Les pouvoirs des liens familiaux, hein ? Il les observa encore un moment discuter de leurs affaires personnelles sans faire attention à lui, planté en mode pot de fleur du côté de la sortie. Une capacité intéressante avec des Supérieurs qui ont tendance à oublier qu'il y a des gens qui attendent des directives.

    - C'était une idée de merde.
    - Laquelle ?
    - Toutes.

Bien d'accord professeur. Si Alec n'avait pas déconné, ça aurait sûrement été nettement moins éreintant pour les nerfs. Toutefois, il se sentait rassuré pour le moment. Aucune mauvaise intention de la part du directeur ; en dehors du regard soupçonneux qu'il lui lança, bien entendu... Mais il avait l'air tellement sûr de lui que Jeroen avait l'impression que la situation allait se régler d'elle-même dans les deux minutes. Ce fut un peu le cas. Marek Rivers se pencha sur l'homme inanimé puis le souleva pour le plaquer contre les barreaux de la cellule. Pendant un moment, il se concentra dans le plus grand silence. Leggimencie. C'était une bonne idée ; même si ce n'était pas du même niveau qu'un Impérium, ça ferait l'affaire pour brouiller les pistes... Il finit par relâcher l'homme qui tomba bêtement au sol, encore dans les vapes. Vu le sang qui coulait sur les lèvres du professeur, ça avait tout de même dû être un gros effort... L'image même de l'adulte qui prend la situation en main.

    - Ok, ça c'est fait, vous me suivez tous les deux maintenant.

Il n'arrêtait pas de se faire ballotter par des profs aujourd'hui, sans même connaître leurs intentions. Toutefois Jeroen suivit sans broncher, reprenant doucement conscience du fait qu'ils étaient sorti. Qu'ils avaient échappé à une soirée qui promettait d'être douloureuse... Là, qu'est-ce qu'il risquait ? Il avait des chances de se faire engueuler vite fait, voire questionner un petit peu sur les raisons de sa présence en bas... mais ça ne pouvait pas être pire, hein...

Ils entraient dans le bureau de leur professeur lorsque soudain, celui-ci attrapa Jeroen par le col, prit une fiole et lui vida le contenu dans la gorge. Sous le coup de la surprise, il avala de travers, mais dès que l'autre lui lâcha le col il se mit à cracher tout ce qu'il put. Il salissait le sol ? Rien à faire, sérieux. Il ne savait même pas ce qu'il venait d'avaler mais à coup sûr, il en avait avalé assez pour que ça fonctionne comme prévu. Ça ne lui disait rien qui vaille.

    - Ok, désolé de ça, mais j'peux pas prendre de risques.

C'était gentil de s'excuser mais franchement pas assez. Le vert lui lança un regard noir et recula par réflexe dans l'intention de foutre le camp, face à ce retournement inopiné... mais le directeur le rattrapa avec fermeté et le poussa un peu plus au centre de la pièce histoire de bien lui montrer que foutre le camp serait LE mauvais choix à faire aujourd'hui. Ok, soit. De toute façon, il ne serait pas allé bien loin, pas contre eux deux. De son côté, Alec l'aidait beaucoup : il les regardait comme cela allait de soi, plein d'assentiment à l'égard des faits et gestes de son cousin. Ça virait à la grosse blague... Il essuya ses lèvres d'un geste de la main, lança un regard furtif pour voir ce qu'il avait recraché. Pas de couleur, pas d'odeur... Si c'était bien ce qu'il pensait... Il détourna les yeux.

    - Merde...
    - Maintenant, tu vas m'écouter et répondre à mes questions. Ça, c'était du Veritaserum, donc maintenant, je me fous de savoir qui tu protèges, je ne veux pas que tu me donnes de noms ou quoi que ce soit d'autre. Les informations concernant tes proches, parce qu'il y en a forcément, tu te les gardes, ça m'intéresse pas, et les secrets des uns et des autres, ça va bien cinq minutes, j'ai pas que ça à foutre que de les écouter.

C'était bien ça. Du veritaserum. Cette potion qu'il fuyait comme la peste tant elle pourrait lui nuire. Il savait bien comment ça fonctionnait ; il suffisait que n'importe qui lui pose une question pour que toute la vérité lui sorte magiquement de la bouche ; en plus il ne pouvait pas s'envoyer un sort à lui-même pour se faire taire comme ça peut se faire dans ces cas-là, pas le temps avec sa baguette rangée... Il ravala sa salive, et un reste de potion dans sa bouche par la même occasion. Marek pouvait obtenir les informations qu'il voulait maintenant... mais il mettait de côté toute information concernant ses proches ou les secrets des uns et des autres. Pas négligeable. Il ne semblait pas avoir de mauvaises intentions, mais franchement, se faire prendre en traître de cette manière par son prof, c'est un peu dur à encaisser.

    - Mais je veux bien savoir si j'peux avoir confiance en toi et ce que tu fais exactement à suivre les Supérieurs comme un chien toute la journée. Réponds maintenant.

Voilà ce qu'il voulait. Savoir s'ils pouvaient avoir confiance en lui, si Alec avait raison de la lui avoir accordée en parlant de son histoire personnelle... et, accessoirement, s'il n'était pas juste une cible à abattre parce qu'elle en savait trop. Au moins, il n'avait rien à se reprocher de ce côté-là. Il y gagnait même un peu par rapport à ce qu'il aurait subit sans eux deux. Il répondit sans tarder, sentant bien que cette disposition à parler ne venait vraiment pas de sa volonté propre... plutôt de ce poison horriblement efficace...

    - Je me protège. Lorsque les Supérieurs sont arrivés, des amis m'ont mis la pression pour que je fasse attention à ma peau, et, accessoirement, que je rejoigne les rangs. Depuis je joue les cons, comme ça on ne me remarque pas, on ne me pose pas de questions et on me fiche en paix... Mais ça me permet d'apprendre tout de leur fonctionnement et de leurs méthodes, d'emmagasiner des informations sur tout le monde. Je me fiche royalement d'eux et ils y croient depuis deux ans. Je dirais même que certains m'aiment bien. Par contre je déteste qu'on me traite de chien, c'est extrêmement dégradant, ça me mets hors de moi. Certes, c'est le rôle que je me suis donné, parce que ça calme leurs soupçons et que ça ne leur donne aucune prise sur moi, mais ça ne m'amuse pas du tout...

Héé... La pure vérité vraie, n'était-ce pas ce qu'ils demandaient ? Là, ce n'était peut-être pas pour arranger sa situation, certes, mais c'était une conséquence de la potion, hein. Et du “exactement” dans la demande de Rivers, ce petit mot qui d'ailleurs le poussait à donner beaucoup trop de détails. Même si rien ne touchait ses proches... Jeroen se regardait parler sans contrôle, stressé à l'idée de ce qu'il pouvait encore leur raconter.

    - Quant à la confiance... Si vous cherchez à me nuire, à nuire à mes proches ou encore à foutre en l'air cette pu... de couverture que je me tue à maintenir, alors non, vous ne pouvez pas me faire confiance, parce que je n'hésiterai pas à balancer tout ce que je peux pour me protéger. Vous, ou Alec, ou n'importe qui d'ailleurs.

Il lança un regard au dixième année. Ce qu'il racontait était vraiment trop personnel, trop marqué par la rancoeur avec laquelle il vivait sa situation dans les pires moments ; une rancoeur qu'il arrivait à enfouir sous des petits tas de trucs agréables, comme ses rendez-vous avec Julian... mais qui, après tout, représentait son moteur et le faisait avancer. Il se rendit compte aussi que quelque part, cette menace pourrait s'appliquer à l'instant présent. Alec l'avait presque offert à son cousin, en ne l'empêchant pas de faire ses petites vérifications. Risques ou pas pour sa vie, sa couverture était remise en cause et ce n'était pas rien. Mais même s'il en avait peut-être l'air, son but n'était pas de lancer les hostilités vu qu'il ne contrôlait rien... Il refit face au directeur et reprit la parole en passant sa main dans ses cheveux, tentant de contenir sa gêne.

    - Mais si je peux vous faire entièrement confiance, alors oui, vous pouvez avoir confiance en moi.

Il souffla son agacement en appuyant son poing fermé contre ses lèvres. Ça virait au mélodrame dans sa tête. Il n'avait plus de contrôle, plus de couverture, même pas assez confiance en ces deux hommes pour penser qu'il s'en sortirait comme s'il ne s'était rien passé.

    - Fait chier...

Murmura-t-il pour lui-même. Alec lui déteignait dessus à force de proférer des gros mots depuis tout-à-l'heure... ou peut-être que ses nerfs partaient juste en vrille, insidieusement. Il lança un regard qui appelait presque à l'aide à son camarade. Il ne l'aurait pas demandé clairement, fierté-à-la-con oblige, mais il aurait vraiment apprécié que ça s'arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Mar 29 Jan 2013 - 15:19

légende:
 

    - En tout cas, même si ces protections datent, les sorciers qui les ont lancées étaient plutôt bons. Tu crois que ça date des fondateurs ?

« J’pense ouais. Et si c’est pas d’eux, ça doit quand même être de la même époque. »

Il doutait qu’à quatre, ils aient réellement pu pondre un château pareil. Toutes les bonnes histoires se doivent d’être enjolivées parait-il. D’un autre côté, il ne l’avait jamais lu, ce foutu livre « l’histoire de Poudlard », et y apprendrait probablement des tas de choses qui ne l’aideraient pas beaucoup plus dans la situation dans laquelle il était actuellement. Donc à bas les bonnes résolutions. Non, sérieusement, il ne trouvait pas et ça commençait à le bouffer. Il fallait réellement qu’ils sortent de là, et il allait réellement falloir qu’il s’occupe de Watterson. Et alors quoi ? Il l’envoutait ? L’enfermait ? Le tuait ? L’amputait ? Mais merde quoi ! Il ne pouvait pas faire tout ça ! Il l’avait menacé, ce qui était déjà relativement limite, mais est-ce qu’il pouvait réellement envisager de faire de telles choses ? Bien sûr, Logan lui avait dit qu’il y avait un moment où il leur faudrait tous apprendre à jouer avec les règles que Walters avait imposé. Mais, s’il avait déjà la mort d’un homme sur la conscience, il ne pouvait sciemment pas se décider à préparer un crime. Mais après quoi ? Le torturer, le menacer ? Honnêtement, il avait beau passer pour l’enfoiré prêt à tout, il se voyait mal agir ainsi. Déjà qu’on le croyait manifestement sérieusement capable de matraquer quelqu’un et de violer une personne parce qu’elle se refuse à lui…

People sucks..

Bref, oui, il passait pour le connard de service tout en n’étant pas là depuis beaucoup plus d’un an, comme quoi, il était doué pour se faire détester. Enfin, ça dépendait de qui, bien sûr, puisque, depuis son réveil, il s’était rendu compte que certaines personnes étaient capables de réactions parfaitement stupides pour l’aider. Julian, Jayden, Sovahnn… sauf que, voilà, il n’avait aucune envie de les appeler à l’aide, pour quoi que ce soit. Il était simplement hors de question qu’elles soient blessées par sa faute. Et pour ça, il n’avait finalement pas tellement cherché à faire de vagues. Avant l’histoire de sa sœur, il était plutôt allié avec les Supérieurs, il était bien vu dans leurs rangs. C’était toujours le cas pour certains à présent, mais il s’en était manifestement pris aux mauvaises personnes en cherchant à rejoindre Sainte Mangouste. Et ceux-là avaient la rancune tenace.


    - Vu comme ça... et c'est vrai que ce serait bien de s'en sortir sans une égratignure, dans le meilleur des cas. N'empêche que si on sort pas à temps, on remet tout en place et on fait comme si de rien n'était. Ça minimisera au moins le fait d'avoir assommé le Supérieur, parce que pour ça, on pourrait ne pas s'en sortir tous les deux...


Ouais ouais. Il n’empêchait surtout que s’il se retrouvait de nouveau seul avec Watterson, il aurait le droit au fait de se noyer pour ne revenir à la vie qu’à coups de sorts. Il le harcellerait de nouveau à coup d’endoloris, il l’entaillerait encore et encore, le priverait d’air, de sommeil, de pensées. Non, il ne pouvait plus se retrouver une nouvelle fois dans cette situation, il n’y survivrait pas deux fois de suite, pas après avoir menacé cet homme. Et si, lui, résistait, il s’en prendrait à d’autres, et ça, ça lui foutait la nausée. Il ne pouvait plus attendre pour agir, mais encore aurait-t-il fallu savoir quoi faire. Et ça valait également pour la situation actuelle. Il allait peut être falloir aller aux colles de Logan finalement. Lui aurait probablement eu au moins une idée. Et question sortilèges à connaître en temps de guerre, il était probablement le plus instruit ici. Et ils avaient une enseignante et un infirmier qui s’étaient enrôlés dans l’armée pourtant. Mais voilà, Alec connaissait la bibliothèque de son oncle, il savait à quel point Logan avait pu lire et relire tous ces bouquins jusqu’à en connaître le moindre sortilège de magie noir qui s’y trouvait. Le tout, avant de partir définitivement de chez lui. Oui, lui semblait être le seul ici à savoir quoi faire, et pourtant, il avait vu son regard après s’être réveillé de l’interrogatoire musclé qui avait faillis lui coûter la vie. Il aurait voulu rester loin de tout ça et son cousin le savait parfaitement. Il n’avait aucune envie d’être celui qui s’occupe de tout, d’être celui qu’on suit, celui en qui on fait confiance et pour qui on éprouve de la gratitude. Il n’était pas le gentil gars ici, pas le héro, et pourtant, quoi qu’il en dise, des gens comptaient sur lui, et il ne pouvait pas faiblir, il se devait de rester le roc qu’il était, l’être indestructible sur lequel les Supérieurs pouvaient toujours cogner sans que ça n’ait le moindre effet. Dès qu’il prononçait un ordre, ces types suivaient, et ça lui donnait l’image d’être leur boss plutôt que leur subordonné. D’un certain sens, ça n’était pas faux, et la manière dont il avait dégagé celui qui avait pris son poste pendant qu’il se remettait, inconscient, de ses blessures, avait clairement affirmé le fait qu’ils ne l’auraient pas si facilement. Il était l’homme à abattre, mais aussi celui qui, pour l’instant, c’était toujours relevé. C’est notre Bruce Willis à nous ! Non, sérieusement, Alec préférait penser ainsi, parce que même s’ils ne s’entendaient pas toujours à la perfection, il avait réellement besoin de lui. Et dans le sens inverse, il savait être le seul à avoir au moins une petite idée de ce qui se passait dans sa tête, et, normalement, il ne se plantait pas trop.

C’était pour cela qu’en voyait Jeroen avoir le même succès que lui dans la tâche ardue qui était celle de faire lâcher la serrure, il s’était posé, avait respiré un grand coup, et appelé son cousin à l’aide.

- Fait chier que tu lances ton patronus sans prévenir, ouais. C'est peut-être un excès d'amour-propre, mais j'apprécie moyennement qu'on invite du monde venir me regarder avoir des emmerdes... D'autant plus que je supporte pas qu'on m'oblige à faire confiance à quelqu'un alors que j'ai déjà du mal à m'en sortir pour me protéger tout seul...[/list]
« J’te signale que ton plan à toi, c’était d’me faire tuer ! »

Il n’avait finalement pas répliqué ça sur un ton agressif, finalement, il avait même dit ça sur le ton de l’énoncé. Les choses étaient simples : ils ne voyaient pas comment échapper à ça mis à part en laissant faire les choses ou en appelant à l’aide. Pour la première fois de sa vie, Alec avait opté pour la seconde solution. Rire des coups, il avait tenté, et vu l’état dans lequel il avait fini quelques semaines plus tôt, il était clair que ça n’avait pas été un bon plan. Maintenant les choses étaient claires, ils n’avaient plus eu que ça comme choix, que Jeroen le veuille ou non. Et puis, lui faisait réellement confiance à Logan, il savait qu’il pouvait compter sur lui pour tenir sa langue et ne rien faire contre Jeroen contrairement à l’image qu’il donnait. Il savait garder les secrets et le prouvait jour après jour, même s’ils étaient peu à savoir ça. Il n’avait rien répliqué de plus, laissant Jeroen s’énerver dans son coin avant de souffler un grand coup en se laissant glisser contre la paroi froide du mur. Lui n’avait pas bougé, en tailleur en plein milieu de la pièce.

    - Je m'emporte... je sais qu'on n'a pas des masses de solutions... Mais j'ai un peu de mal à faire confiance aux gens dans ces conditions, faut que tu comprennes... Enfin... Bref.


Pas besoin d’en dire plus, un « hm » avait suffit. Que rajouter de toute manière ? Il avait préféré faire ça plutôt que de laisser Jeroen choisir de leur avenir. Signer une entente temporaire, c’est bien, mais ça ne veut pas dire non plus qu’ils se fassent parfaitement confiance et la scène qui venait de se dérouler le prouvait à merveille. Chacun voulait se protéger à sa manière et c’était bien normal ; dans la situation présente, ils ne voyaient probablement ni l’un ni l’autre comment agir différemment. La suite avait été simple : intervention de Logan Rivers, dans toute sa splendeur. A peine un quart d’heure plus tard, le Supérieur avait le cerveau comme une choucroute, lui, la lèvre explosée, et Jeroen s’était à moitié étouffé en étant forcé d’avaler du veritaserum. Du Rivers dans les règles de l’art.

Bien sûr, il n’avait rien fait pour arrêter son cousin, puisqu’il savait que c’était probablement là la meilleure chose à faire, mais ça n’était pas pour ça qu’il appréciait la situation. Surtout qu’il passait pour un beau traître pour le coup. Mais agir différemment aurait sans douté été pure folie. Et il en avait assez abusé ces derniers temps, pas besoin de remettre le couvert. Et puis, après tout, Logan faisait les choses bien, il avait commencé par s’excuser (ce qu’on voyait une fois tous les milles ans déjà, il y avait du progrès ces derniers temps) et par clarifier les choses quand à ce qu’il attendait de son élève. Il ne voulait pas qu’il lui parle de ses proches ou quoi que ce soit du genre, et c’était déjà pas mal qu’il ait pensé à émettre de pareilles précisions. Disons que c’était un détail appréciable. Et puis, lui aussi préférait être sûr des intensions de son collègue de maison.

Pendant que Jeroen émettait un « merde » venant du cœur, Logan lui, s’était posé en face de lui, assis sur une chaise. Il avait été plus que clair en le rattrapant tout à l’heure et Alec comme lui devaient se douter que Jeroen ne tenterait rien d’autre. Ça ne serait pas malin de sa part, Logan était sûrement trop réactif pour lui. S’il enseignait sa matière, ça n’était pas pour rien, disons ça comme ça.


    - Je me protège. Lorsque les Supérieurs sont arrivés, des amis m'ont mis la pression pour que je fasse attention à ma peau, et, accessoirement, que je rejoigne les rangs. Depuis je joue les cons, comme ça on ne me remarque pas, on ne me pose pas de questions et on me fiche en paix... Mais ça me permet d'apprendre tout de leur fonctionnement et de leurs méthodes, d'emmagasiner des informations sur tout le monde. Je me fiche royalement d'eux et ils y croient depuis deux ans. Je dirais même que certains m'aiment bien. Par contre je déteste qu'on me traite de chien, c'est extrêmement dégradant, ça me mets hors de moi. Certes, c'est le rôle que je me suis donné, parce que ça calme leurs soupçons et que ça ne leur donne aucune prise sur moi, mais ça ne m'amuse pas du tout...

« C’est con, j’en connais un qui aime bien cette métaphore pourtant.. »

L’enseignant avait jeté un regard vers son cousin qui souriait, amusé de sa connerie, tout en essuyant d’un revers de manche le sang qui avait coulé le long de sa lèvre. Oui, c’était une insulte qui plaisait bien à leur directeur de maison, mais bon, le temps n’était pas aux blagues vu le regard de Logan. C’est bon, continue, ça va, c’est juste de l’humour. Espèce d’ours Rolling Eyes. Bref, après un signe de tête de la part du plus âgé des Rivers, Jeroen avait continué.

    - Quant à la confiance... Si vous cherchez à me nuire, à nuire à mes proches ou encore à foutre en l'air cette pu... de couverture que je me tue à maintenir, alors non, vous ne pouvez pas me faire confiance, parce que je n'hésiterai pas à balancer tout ce que je peux pour me protéger. Vous, ou Alec, ou n'importe qui d'ailleurs.


Pas de blagues cette fois. Bien sûr, c’était le cas pour beaucoup d’entre eux, mais, dit comme ça, ce genre de choses prenait un sens différent, plus important sûrement. Ni l’un ni l’autre n’avaient fait de commentaires là-dessus, pas de regards échangés, rien, ça n’en méritait pas. Ils étaient tout deux conscients qu’il en allait de même pour eux. Ils étaient tout deux conscients que si Logan vivait mal la mort de son frère, il avait falsifié les faits à son sujet pour s’en sortir, lui, et probablement Aileen, Enzo, Kyle et d’autres. Enfin, Alec n’était pas au courant de toutes les personnes qui étaient impliquées dans ce mensonge, mais il savait qu’il aurait probablement fait la même chose, et ce, malgré les remords qui s’en suivaient. Le frère de Logan, tous d’ailleurs, étaient des enfoirés finis, et celui-là avait agressé Aileen, signant probablement là son arrêt de mort. Mais jusqu’à ce que Logan ne soit acculé, il l’avait laissé en dehors de ça, il avait réglé les choses entre eux à coup de poings, pas de traitrise. Et pourtant, finalement, si celui-ci avait disparu, c’était parce que l’enseignant l’avait jeté en pâture aux loups. Tout le monde fait des choses incorrectes, immorales et regrettables en temps de guerre. Rares sont ceux qui restent dans le droit chemin, eux n’en faisaient pas partis en tout cas. Mais cette compréhension ne supprimait pas pour autant la menace tangible qui apparaissait là.

    - Mais si je peux vous faire entièrement confiance, alors oui, vous pouvez avoir confiance en moi.

« C’est toujours ça de pris.. »

Ça ne changeait pas de ce qui avait été dis dans le cachot quelques temps plus tôt et ça, ça avait de quoi être rassurant. Ils s’étaient tout deux dits la vérité assez rapidement. Pour le reste, ils connaissait quelle marge de confiance accorder, et elle se basait sur le caractère instable que tout ça avait.

    - Fait chier...


Le regard que lui avait lancé Jeroen était clair : c’était bon là maintenant, il fallait s’arrêter. De toute manière, il n’y avait rien à dire de plus d’après le jeune homme, ils savaient ce qu’ils voulaient savoir. Après, l’avis que le garçon avait réellement sur tout ce qu’il se passait, ceux qu’il protégeait, ceux qu’il fallait garder éloignés, ceux qui l’inquiétaient et la couleur de ses sous-vêtements, honnêtement, ça n’était pas bien important.

« J’pense que c’est tout ce qu’il y avait à savoir. Maintenant, faut juste que toi, tu l’fasses plus chier en cours, lui ou ses proches =D »
« Finite incantatem »

Ça marchait aussi sur des potions ? Première nouvelle. On en apprend tous les jours dans ce château dit donc. Sûrement utile que lorsque c’est la personne qui a fait la potion qui prononce l’arrêt de ses effets. Enfin bref.

Oui, c’était une blague, on s’en doute. Logan n’était tendre avec personne et encore moins quand il s’agissait de ses cours. Et si la menace s’arrêtait là, le monde serait beau.

« T’as assez intérêt à rester loin de Julian dans ce cas. »
« Oh comme c’est bas.. Et c'est une amie, j'vais pas les sélectionner pour ses beaux yeux non plus Rolling Eyes »

Bref, oui, ça le faisait sourire, mais en fait, il ne savait pas ce qu’il y avait exactement entre Jeroen et elle, il savait juste qu’ils étaient liés d’une manière ou d’une autre, ça se voyait à leur comportement. Bref, Logan l’avait vu aussi, et ce qu’il savait de ses relations à lui avec la jeune femme… bof, il devait bien s’en douter. Et puis lui ne se cachait pas de ce qu’il était et des… étroits contacts qu’il avait avec pas mal de femmes du château.

« Bref, on s’en fout, Jeroen, j’pensais pas que Logan ferait ça même si, honnêtement, j’le désapprouve pas. Bref, j’déconne pas, j’ai vraiment pas l’intention de te vendre. Et en cas de problème, tu peux appeler, j’viendrais pour aider. »
« Vous êtes collés. »

« Quoi ?? »

Hey ! Tu brises mon début de monologue profond et … ouais, ok, c’est bon, j’arrête.

« Tous les deux, j’veux vous voir jeudi soir, je changerais les dates à chaque fois. »

Tous les deux, ce qui voulait dire qu’il les excluait du groupe où Takuma, Sovahnn et Enzo bossaient avec lui. De ce fait, le jeune homme n’avait fait aucun commentaire là-dessus, il savait déjà de quoi Logan parlait.

« J’veux plus vous voir dans une telle position, donc maintenant, vous allez bosser, et savoir vous défendre, et vous sortir des emmerdes. J’ai pas que ça à foutre que de parcourir le château pour sauver vos petites têtes blondes. »

Surtout qu’ils étaient tous deux bruns. Enfin bref.

« Faut savoir que c’est sa manière à lui de proposer son aide. Nan, j’traduis parce que c’est pas toujours évident au premier abord. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Dim 17 Fév 2013 - 13:41

En fait il n'avait pas jamais eu à s'exposer ainsi. De toute sa vie, il n'avait jamais dit, jamais avoué ce qu'il avait réellement dans la tête, parce qu'il avait toujours appris à fonctionner ainsi et qu'il n'avait jamais eu besoin de parler. Ça venait pas mal de son éducation, bien sûr. Tout vient de l'éducation. Son père avait toujours eu cette image de roc infaillible qui n'avait toujours exprimé que son amour pour sa famille, et qui avait toujours réussi dans la vie de cette manière. Ses garçons étaient devenus un peu comme lui. Emeric dans une dimension plus studieuse, mais Jeroen avait toujours rêvé de devenir comme ça. D'être la référence influente qui ne se plante jamais. De pouvoir protéger sa petite sœur et ses rêves de princesse, tous les instants magiques qu'il avait avec Julian aussi – même faire quelques actions héroïques qui lui vaudraient la réputation ultime d’homme important. Il avait aussi appris, dès son plus jeune âge, à ne compter que sur lui-même. Non pas parce que personne n'était digne de confiance, mais parce qu'il voulait qu'on le regarde comme il regardait son père, et qu'on dise : ce mec s'est démerdé tout seul pour obtenir tout ce qu'il a aujourd'hui. Rêve de gosse ouais.

Mais bon, les rêves de gosses s’ébranlent, surtout un tel complexe de supériorité. Tout ce qui était en train de se passer dépassait totalement ses capacités ; oui, il était dépassé alors qu’il faisait toujours de son mieux pour que ce ne soit jamais le cas. Il y avait la part de responsabilité qui incombait à Alec et sa nécessite de sortir de là avant qu’on commence à le mettre en miettes, mais pas que. Il revenait encore à sa stupide erreur de départ, qui avait entraîné un magnifique effet boule de neige. Après avoir accepté d’arrêter de vouloir tout contrôler, il s’assit et s’excusa. Il devait se plier à la manière d’agir d’Alec au final, même si elle ne lui convenait pas. Il avait suivi son directeur de maison sans dire un mot. Puis, après avoir avalé le Veritaserum et compris que son prof voulait des réponses, ça y était, il était certain d’être arrivé au paroxysme de sa perte de contrôle.

Au final il attendait en partie un coup de main de la part d’Alec, qu’il le sorte de ce merdier, parce que dans cette pièce, c’était celui qui était le plus à même de l’aider. Mais il regardait sans dire un mot, en toute passivité. Oh, Jeroen, dans sa situation, aurait certainement fait la même chose, car parfois les circonstances nécessitaient qu’on laisse momentanément de côté tout esprit d’entraide. Mais c’était vexant quand même… Quelle galère. Pendant qu’il déblatérait la vérité sur son point de vue, mal à l’aise comme un enfant en train de se faire gronder devant les copains, il se répétait ça en boucle. Quelle galère.

    - C’est con, j’en connais un qui aime bien cette métaphore pourtant…

Là, il rejoignait l’avis qui se lisait dans le regard de leur enseignant ; c’était un peu de trop. Jeroen ne releva pas, mais n’en pensait pas moins. Bien entendu, dans les rangs des Supérieurs, ils adoraient ça, dominer leur petit monde, les traiter comme ils l’entendaient… et non, ça ne l’amusait pas. En public, quand on parlait de ce genre de choses, il avait tendance à faire preuve d’humour, voire à se décrédibiliser un peu, mais il n’avait pas besoin qu’on en rajoute une couche dans ce genre de situation où il n’avait pas à faire semblant… Et il continua. A dire des choses qui ne prêtaient pas à rire, non. Les deux hommes ne bougèrent pas d’un cil, silencieux, pesant certainement ses mots et ce qu’ils impliquaient pour eux tous. Il sentait bien lui-même que s’il faisait un faux pas, il n’en aurait plus pour longtemps. C’était une vérité à deux sens qui prenait toute sa dimension. Jeroen dépendait maintenant d’eux, et inversement…

    - Mais si je peux vous faire entièrement confiance, alors oui, vous pouvez avoir confiance en moi.
    - C’est toujours ça de pris…

Les deux partis se tiendraient à l’accord implicite. Comme ils en avaient parlé avec Alec dans le cachot, ça pourrait parfaitement aller dans le sens d’une alliance, mais jusqu’à un certain point seulement. Ils avaient tous trop de choses à cacher, c’était évident, et si l’un d’eux se faisait prendre, mieux valait limiter la casse. Les deux hommes pouvaient se protéger mutuellement, Jeroen devrait, lui, s’occuper de surveiller ses arrières constamment. Comme d’habitude vous me direz… Quand il ressortira de là, il devra immédiatement reprendre le contrôle de tout ça avant que d’éventuelles retombées de ces évènements ne lui arrivent en pleine face. Il ne pourrait pas encaisser s’il ne se reprenait pas.

Lorsqu’il arriva à saturation de choses à avouer, il leur lança un regard explicite, presque désespéré. A son plus grand soulagement, ils se tinrent à ce qu’avait dit leur aîné, c’est-à-dire qu’ils ne posèrent aucune autre question qui aurait pu concerner ses proches ou d’autres sujets encore plus sensibles. Ils étaient réglos, quoi.

    - J’pense que c’est tout ce qu’il y avait à savoir. Maintenant, faut juste que toi, tu l’fasses plus chier en cours, lui ou ses proches =D
    - Finite Incantatem.

C’était possible ça, de supprimer les effets d’une potion avec un sort ? Il fallait le croire. Jeroen soupira en silence, passa sa main dans ses cheveux, encore nerveux, et se permit d’aller se caler contre le bureau, parce qu’il sentait qu’il manquait d’adrénaline là, et qu’il avait besoin de reprendre sa consistance. Voilà, c’était terminé, ça s’arrêtait aussi brusquement que ça avait commencé. Il avait retrouvé le contrôle de ses paroles, il était sorti des cachots sans avoir à subir la punition prévue, il avait dû avouer pas mal de choses… Mais ça ne se terminait pas si mal que ça puisqu’il était tombé sur les bonnes personnes…

    - T’as assez intérêt à rester loin de Julian dans ce cas.
    - Oh comme c’est bas… Et c’est une amie, j’vais pas les sélectionner pour ses beaux yeux non plus Rolling Eyes

Hé… quoi ? Il lança un regard un peu abasourdi à son professeur, puis à Alec, qui discutaient entre eux avec tout le naturel du monde. D’où sortaient-ils que Jeroen était proche de Julian ? Comment est-ce que deux personnes différentes, dont un prof, pouvaient être au courant qu’ils avaient déjà échangé… deux, trois trucs ensemble ? Il n’y avait pourtant eu aucune allusion à elle… Qu’est-ce qu’il se passait bon sang t.t

En plus, de là à dire qu’ils étaient proches… Certes, ils l’avaient été physiquement parlant, mais jusque-là ils ne s’étaient vraiment parlé que deux fois, et s’ils s’étaient déjà regardés et salués dans les couloirs, il n’y avait pas de quoi décréter qu’ils étaient proches… Bien sûr, de son point de vue, Jeroen ne captait pas qu’il manquait de discrétion. Il était dans la lune en ce moment, il la regardait d’une certaine manière lorsqu’il la croisait, il la cherchait presque parfois des yeux, avec une grande envie d’aller lui refaire la discussion qui devait se sentir. D’ailleurs, il se l’était dit cinquante fois au cours de ces dernières heures, qu’il voulait la protéger de ses propres conneries, mais ça ne lui effleurait pas l’esprit qu’il y avait peut-être un truc à conclure de tout ça.

Y’a des choses qui rendent crétin, mais quand on est crétin et fier comme Jero, on a du mal à accepter ce genre de faits tant que personne ne nous colle les faits sous le nez.

    - Si je peux me permettre, ça ne doit pas nous empêcher de nous comporter à peu près normalement le reste du temps... Je veux dire, un changement pourrait sembler bizarre à certains qui aiment regarder d’un peu trop près qui parle à qui… mais d’où vous sortez que Julian et moi… ?

Peut-être qu’en tant qu’amis, elle avait parlé à Alec de leurs petits rendez-vous. Ça avait de quoi hérisser un peu les poils ce mot, d’ailleurs, « amis ». Et s’ils avaient déjà… Non, non, pas de crise de jalousie ! Ne surtout pas penser à ce genre de choses alors qu’il était censé s’allier avec l’autre serpentard Rolling Eyes En plus, elle faisait bien ce qu’elle voulait, elle était grande et il savait dans quoi il s’embarquait lorsqu’il s’était approché d’elle, il n’avait tout bonnement pas le droit d’en faire un flan. En plus il était tout-à-fait détaché de la demoiselle et de son tableau de chasse. N’est-ce pas.

Il tombait dans leur jeun là. Ils faisaient exprès de discuter de choses qui le concernaient, c’était bien le genre de la famille non ? Jeroen regarda ailleurs quelques secondes. Il y a bien un jour où il ouvrira les yeux hein ?

    - Bref, on s’en fout, Jeroen, j’pensais pas que Logan ferait ça même si, honnêtement, j’le désapprouve pas. Bref, j’déconne pas, j’ai vraiment pas l’intention de te vendre. Et en cas de problème, tu peux appeler, j’viendrais pour aider.
    - J’avais remarqué en effet. Mais… je ne peux pas dire que je ne comprends pas qu’on puisse vouloir protéger ses arrières. Enfin, c’est pareil pour moi, je ne lâcherai rien, j’ai pas de raisons. Et l’idée de bosser ensemble tient toujours. Tant qu’on ne me fait pas avaler du Veritaserum à chaque fois pour vérifier tout ce que je pense… finit-il plus bas.

    - Vous êtes collés.


... D’accord. Ça finissait un peu trop bien pour eux quand même, il fallait bien que les deux sales gosses qui s’étaient mis dans une mauvaise situation et qui avaient fait déplacer un prof pour cela apprennent un peu de leurs erreurs. Jeroen ouvrit la bouche en se tournant vers l’enseignant, mais la referma rapidement ; pas la peine de protester, le ton était sans appel. D’ailleurs, Jeroen avait compris qu’il ne valait mieux pas le chercher, et qu’en tant qu’élève lambda, il risquait de s’en sortir avec un peu plus de casse qu’Alec, même s’ils étaient à peu près du même camp.

    - Tous les deux, j’veux vous voir jeudi soir, je changerai les dates à chaque fois. J’veux plus vous voir dans une telle situation, donc maintenant, vous allez bosser, et savoir vous défendre, et vous sortir des emmerdes. J’ai pas que ça à foutre que de parcourir le château pour sauver vos petites têtes blondes.

Oui mais… Jeroen ne lui avait rien demandé, d’abord ! Il se serait très bien débrouillé seul, certes avec de la casse, mais quand on est résigné à tout accepter pour protéger un gros secret, ça passe comme une lettre par hibou postal. Il avait même dit à Alec qu’il n’appréciait à l’idée, mais celui-ci n’en avait fait qu’à sa tête… Pourtant, ces colles sonnaient plutôt à des cours supplémentaires de défense contre les forces Supérieures, et même si Jeroen avait d’autres choses en tête, avoir une excuse pour fuir ses responsabilités de toutou et en même temps s’entraîner à se défendre comme il était supposé le faire dès qu’il avait cinq minutes... il ne pouvait décemment pas cracher dessus.

    - Faut savoir que c’est sa manière à lui de proposer son aide. Nan, j’traduis parce que c’est pas toujours évident au premier abord.

Après un instant de silence, Jeroen eut enfin un léger sourire. Pas mal de choses changeaient avec ce qu’ils se racontaient là. Et puis quelque part, l’aide indirecte d’un adulte responsable et qui lui faisait un peu penser à son père passait plutôt bien. Ça n’avait rien à voir avec le fait de se faire sauver les miches à chaque fois, et ce n’était pas vraiment une alliance comme avec Alec… Non, en fait, il n’avait plus à faire totalement bande à part, et ça le déchargeait un peu du point des responsabilités que cela importait.

    - Une colle ne se refuse pas… Mais même en dehors de ça, je pourrais pas cracher sur ce genre d’aide.

Clairement. De plus, dès que ça commençait à bouger un peu dans les environs, quand les Supérieurs montraient des signes d’excitation, mieux valait être prêt à faire face à toutes les situations possibles. Et avec la fin de l’année, il était sûr qu’il allait y avoir du bruit dans les couloirs, et les nouvelles vagues de disparition qui allaient avec. Ça faisait trop longtemps qu’il ne s’était rien passé de spectaculaire dans le château…

    - J’aime pas trop dépendre des autres pour me sortir des emmerdes dans lesquelles je me fourre tout seul, après tout… Mais merci pour cette fois. Je tâcherai de faire attention, même si je pense sérieusement que ce n’était pas avec moi qu’ils avaient le plus à régler… D’ailleurs, qu’est-ce qui va se passer pour le gars ?

Dit-il à l’adresse de l’enseignent. Sous-entendu, qu’avait-il bien pu tripoter dans la tête du Supérieur qu’Alec avait assommé ? Ça pouvait avoir une sorte d’importance s’ils devaient, par exemple, se comporter comme s’ils s’étaient effectivement pris quelques claques... Il ne fallait pas donner de raison aux Supérieurs de les renvoyer une seconde fois aux cachots, simplement parce qu’ils se doutaient qu’il s’était passé quelque chose qui avait empêché leurs règlements de comptes de se passer comme prévu. Mieux valait donc pour eux de savoir à quoi s’en tenir dans leur comportement ces prochains jours…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1896
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Dim 10 Mar 2013 - 14:48

Un roc inébranlable, c’était l’effet que donnait Logan, c’était ce qu’Alec aurait voulu être, mais qu’importe la force qu’il mettait dans le fait de chercher à l’être, il n’arrivait pas à être aussi efficace que son cousin. Lui semblait toujours savoir ce qu’il faisait, il semblait toujours au courant de tout, insensible aussi aux craintes et aux doutes, il semblait capable de se prendre n’importe quel coup et de savoir se relever tout de suite après pour achever son ennemi. Lorsqu’il était tombé, qu’il avait failli se faire tuer par les Supérieurs et leurs questionnements musclés, ça avait semblé foutre un coup à tous ceux qui le connaissaient, parce que, quelque part, ils comptaient tous un peu sur lui. Non, il ne cherchait pas à prendre partit face aux Supérieurs, mais, d’un certain côté, s’il les envoyait sans arrêt chier, il était aussi là en cas de problème, pas forcément aimable, non, mais efficace, et c’était ce qui comptait. Mais si on l’avait cru fini, il s’était relevé, et avait fait entendre ses règles. L’homme qui avait mit en place la descente dans sa classe avait disparu depuis des mois maintenant, et, depuis, plus aucun Supérieur ne s’en était pris à lui directement. Clairement, il ne leur inspirait pas confiance, et ils avaient raison de s’en méfier. Oui, mais voilà, s’ils ne l’approchaient plus, son cousin savait qu’ils n’en avaient pas fini avec lui, tout simplement parce que c’était lui-même qui en faisait les frais. On lui avait posé beaucoup de questions, et s’il savait s’être un peu trop fait remarqué avec l’histoire de sa sœur, clairement, il n’y avait pas que ça qui entrait en jeu. D’autres Rivers avaient prit part à ce conflit, il en aurait mit sa main à couper, mais celui qui lançait sûrement couramment quelques dégâts, c’était bien Logan. Logan qui, justement, lui jetait un petit regard sombre mais amusé quand à sa remarque, regard suivit de celui, nettement plus noir de Jeroen. Et non, il ne parlait pas de lui, mais ça, il ne pouvait pas le savoir, et Alec n’avait pas pensé qu’il pourrait se prendre pour la cible de cette pique. Oui, Logan aimait bien ce genre de métaphore, clairement, tout comme toutes celles qui pouvaient être rabaissantes. Ce type a un catalogue illustré assez fourni =D Mais bon, bref. Un instant, la conversation était restée sérieuse, lourde, et puis, les deux Rivers s’étaient décidés à détendre un peu les choses, disons que Logan se montrait moins agressif puisqu’il avait ses réponses et que celles-ci lui convenaient. C’était là que le sujet avait dérivé sur Julian.

    - Si je peux me permettre, ça ne doit pas nous empêcher de nous comporter à peu près normalement le reste du temps... Je veux dire, un changement pourrait sembler bizarre à certains qui aiment regarder d’un peu trop près qui parle à qui… mais d’où vous sortez que Julian et moi… ?

« Je suis prof, j’vois plein de choses. »
« Tu parles trop aussi. »
« Hilarant. »

Oui, Logan n’était pas précisément du genre loquace.

« Bref, ça dépend le changement, que tu te mettes d’un coup à discuter avec Logan, ouais, ça ferait louche, mais nous deux, on s’est jamais parlés, j’veux dire, on peut parfaitement s’être trouvé des affinités et être devenu… camarades. »

Camarades, oui, c’est mignon, mais c’était tout ce qu’il avait trouvé sur le coup. Connaissances n’allait pas, puisque c’était déjà ce qu’ils étaient. Ils se connaissaient de vu et de réputation. Amis ? Il ne fallait pas trop déconner non plus. On ne se fait pas un ami sur un deal passé au fin fond d’un cachot, surtout quand on s’appelle Alec autant que Jeroen. Et au fait…

« ...Pourquoi, ya quoi entre Julian et toi ? »

Quoi ? Pourquoi vous me regardez tous comme ça ! J’ai le droit de poser la question tout de même merde ! Vous m’intriguez avec vos conneries, surtout vu que Jeroen est resté complètement dans le flou c’est…

« T’es sûr que c’est le moment adéquat ? »
« Pas trop. Ça va ! J’demanderai à l’intéressée. »

Après tout, ils étaient… là encore, c’était assez dur à définir, disons qu’ils étaient proches sur certains points et que, rien que pour la voir déstabilisée, ça l’éclaterait de poser la question. Cela dit, s’il se passait quelque chose entre Jeroen et elle, lui n’avait peut être pas trop intérêt à tirer sur la corde s’il ne voulait pas foutre la merde dans sa toute nouvelle et unique alliance. Qu’ils aient couché ensemble ne passerait probablement pas, alors mieux valait que ça ne se reproduise pas, clairement. Pas tant que tout ça aurait trouvé une certaines… stabilité =D. Quoi ? Oh ça j’me tais et je reste loin, ça va ça va. Rabat-joies.

Enfin bon, bref, Alec en était revenu à un sujet plus approprié justement, expliquant qu’il ne s’attendait pas à un tel comportement de la part de son cousin et en proposant clairement son aide en cas de besoin etc. Une belle évolution de comportement.

    - J’avais remarqué en effet. Mais… je ne peux pas dire que je ne comprends pas qu’on puisse vouloir protéger ses arrières. Enfin, c’est pareil pour moi, je ne lâcherai rien, j’ai pas de raisons. Et l’idée de bosser ensemble tient toujours. Tant qu’on ne me fait pas avaler du Veritaserum à chaque fois pour vérifier tout ce que je pense… finit-il plus bas.


Le Serpentard allait répondre lorsque son cousin s’était décidé à lâcher la bombe : ils étaient collé, vlan, dans leur poire. D’où ça sortait, sur le coup, Alec n’en savait trop rien même si, connaissant Logan, il se doutait qu’il avait quelque chose derrière la tête et évidemment, ce quelque chose, c’était leur foutre un bon nombre de claques jusqu’à ce qu’ils soient efficaces en ce qui concernait les situations de crise. Pas inutile, c’était clair, même si, avec cet enseignant, ils passeraient de mauvais quart d’heure.

    - Une colle ne se refuse pas… Mais même en dehors de ça, je pourrais pas cracher sur ce genre d’aide.


Exactement, il n’y avait rien besoin de rajouter. Sans un mot, le jeune Rivers hocha de la tête en fixant son cousin. Clairement, ils avaient besoin d’aide, eux, comme d’autres, et ce malgré certains aptitudes qu’ils avaient pu acquérir d’un côté comme de l’autre. Mais Logan était à un autre niveau, et cracher sur son expérience et ses savoirs aurait été stupide. Pourtant, jamais Alec ne lui avait demandé une telle aide, question de fierté. Il avait fallu que ça s’impose. La seule chose qui l’inquiétait réellement c’était qu’ils avaient réussi à s’apprécier, à entretenir des rapports qui ne ressemblaient à aucun autre, et il ne voulait perdre ça. A part sa sœur, son cousin était le seul membre de sa famille qu’il appréciait et estimait, il ne voulait pas perdre cette singularité.

    - J’aime pas trop dépendre des autres pour me sortir des emmerdes dans lesquelles je me fourre tout seul, après tout… Mais merci pour cette fois. Je tâcherai de faire attention, même si je pense sérieusement que ce n’était pas avec moi qu’ils avaient le plus à régler… D’ailleurs, qu’est-ce qui va se passer pour le gars ?

« Pour être précis, ça n’était pas avec moi non plus. »

Un instant, un silence lourd s’était installé dans la pièce et les deux Rivers avaient échangé des regards lourds de sens. Il fallait, de toute manière, qu’il soit un jour au courant, rien que pour se protéger, lui, et pour protéger ses proches. Ça n’était pas pour sa propre peau que parlait Alec, mais juste pour clarifier les choses parce que, clairement, ça lui tapait sur le système, et s’il préférait garder ça pour lui, il s’était rendu compte qu’ils n’étaient peut être pas que deux impliqués dans l’histoire.

« Faut qu’on parle tous les deux. »
« Ouaip. »

Un instant, et l’attention de Logan s’était de nouveau portée sur Jeroen, comme s’il ne venait pas de comprendre que toutes les blessures d’Alec, depuis le début, étaient probablement un avertissement, des investigations sur sa propre personne.

« Il est persuadé d’avoir fait une connerie en fermant la porte. Pour le reste des détails, ‘vous en faites pas, je vais m’en occuper. Jeroen, sort et reprend tes habitudes, on se voit jeudi. »

Les deux cousins avaient à mettre certains choses au clair.

- Topic fini pour moi -

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   Ven 15 Mar 2013 - 14:54

Bon. Oui. Il allait y avoir beaucoup de choses à revoir, à surveiller, à remettre en question. Il fallait bien passer par là un jour, aujourd’hui ou deux, qu’est-ce que ça changeait ? Accepter qu’il ne puisse pas aller jusqu’au bout du monde tout seul ; rien que lorsque les prémices de la fin du siège commencerons à sonner, il devra s’allier à quelqu’un, signifier qu’il n’était pas l’ennemi à abattre contrairement à ce qu’il faisait croire depuis le début… Aider ceux qui préféraient s’organiser à plusieurs, aussi. Trouver des alliés de tous les côtés faisait partie du processus. Alec et le professeur Rivers étaient des alliés forcés, mais des alliés quand même.

Si la conversation avait été lourde pendant un moment, elle devint plus légère lorsque le nom de Julian apparut dans la conversation. Enfin, plus légère. C’était vite dit. Certes, parler et entendre parler de Julian lui faisait plaisir ; mais pour Jeroen, c’était comme se faire prendre en faute alors qu’il faisait des bêtises ; vu qu’ils n’avaient jamais montré de signes d’affection en public (enfin d’après lui), c’était limite comme s’ils les avaient vus sortir de leur petite salle des sentiments l’autre jour… et c’était un peu déstabilisant. Evidemment, il savait que personne ne les avait vus à ce moment-là. Ça devait concerner les moments où ils se croisaient, où ils se regardaient, il y avait toujours des gens qui n’avaient que ça à faire que de capter tous les regards pour avoir quelques bases de ragots bien juteux à répandre quand ils n’avaient rien d’autre à foutre. Au moins, c’était un prof qui avait remarqué ça, et un autre élève pas trop con, voyons le bon côté des choses. Ils n’allaient pas raconter des stupidités sur ce qu’ils avaient vu.

    - Je suis prof, j’vois plein de choses.
    - Tu parles trop aussi.
    - Hilarant.


Voilà.

    - Bref, ça dépend le changement, que tu te mettes d’un coup à discuter avec Logan, ouais, ça ferait louche, mais nous deux, on s’est jamais parlé, j’veux dire, on peut parfaitement s’être trouvé des affinités et être devenus… camarades.
    - Y’a toujours des crétins qui poseraient des questions, mais ouais, c’est faisable.


Il y avait des mots à éviter. Genre, « amis ». Il y avait un gouffre énorme entre s’allier pour la bonne cause et devenir amis. Peut-être que ça viendrait, hein, là n’était pas la question, mais pour le moment, c’était déjà difficile d’accepter qu’ils allaient devoir se côtoyer et se faire entièrement confiance, alors qu’ils n’avaient vraiment parlé que cet après-midi et qu’il n’y avait que leurs comportements respectifs comme preuves de leurs bonne foi. L’amitié n’avait rien à faire là-dedans.

    - Pourquoi, y’a quoi entre Julian et toi ?

Il se crispa un peu, tâchant de masquer sa gêne au maximum. Il était gêné, mais de quoi était-il gêné ? D’avoir déjà discuté avec elle, d’avoir un peu sympathisé, d’être même allé un peu plus loin que la simple discussion, mais était-ce réellement sujet à gêne ? Il n’avait rien fait de mal. Pourtant il se sentait gêné. Un peu seul aussi. Il mâcha ses mots avant de répondre dans le vague là encore, il n’était tenu à rien et il n’allait pas non plus avouer tout ce qui s’était passé entre eux.

    - Rien de particulier. Pas besoin de faire tout un flan parce qu’on s’est déjà parlé.
    - T’es sûr que c’est le moment adéquat ?
    - Pas trop. Ça va ! J’demanderai à l’intéressée.


Euh… Non :D Il ne manquerait plus qu’ils se connaissent vraiment bien, et qu’elle lâche le morceau, niveau situations bizarres, ce serait le top du top. Il ne voulait pas non plus se cacher totalement, mais ça l’arrangeait qu’un minimum de personnes soient au courant, ça évitait les ragots dont la teneur risquaient de s’apparenter aux téléfilms moldus qu’il devait se taper lorsqu’il devait surveiller sa petite sœur, les après-midis de vacances. Les autres iraient s’imaginer leur vie sexuelle, et puis une vie amoureuse aussi tant qu’on y est, et… Non, clairement, il se passerait bien de tous ces trucs à propos de sa réputation à gérer en plus du reste. Après, ne parlons même pas de l’éventuelle histoire entre Julian et Alec. N’effleurons même pas l’idée. Ça gâcherait un peu sa relation avec les deux.

Après, paf. Collés. Ça risquait d’être dur, d’autant que le prof n’était pas tendre lorsqu’il s’était mis en tête de faire entrer les connaissances dans le crâne de ses élèves – heureusement qu’il ne poussait pas le vice au point d’utiliser son don, paraîtrait que ça fait mal. Alec devait être dans la même position que lui, après tout. Demander ce genre d’aide concrète, c’est spécial, demander de l’aide tout court lorsqu’on a un égo comme les leurs, même à la famille, ce n’était pas mieux. Jeroen n’avait jamais demandé d’aide pour des choses importantes à Emeric. Ils avaient chacun leur monde, leurs domaines de compétences et leurs connaissances. Son aîné non plus n’avait jamais demandé quoi que ce soit, dans des choses où Jeroen aurait carrément pu l’aider, malgré qu’il soit plus petit, donc supposé moins capable et expérimenté. La famille Derek, ça devait être ça aussi.

    - Pour être précis, ça n’était pas avec moi non plus.

D’accord. Voilà que ça revenait au dialogue familial auquel il ne pouvait rien comprendre. Quoique, certains détails ne lui échappaient pas. S’il disait qu’il n’était pas le principal concerné, et que le silence de Logan voulait bien dire ce qu’il semblait avouer… Leur directeur de maison n’était pas vraiment clair dans son jeu auprès des Supérieurs. Si ceux-ci doutaient au point de s’en prendre plus ou moins ostensiblement à sa famille, c’est que ça déconnait gravement. Jeroen les regarda en silence se regarder, relégué au rang de spectateur de leurs histoires, avec une impression de déjà vécu. Il s’était trouvé des alliés en pleine tourmente, pas sûr que ce soit un si bon calcul que ça, mais bon.

    - Il est persuadé d’avoir fait une connerie en fermant la porte. Pour le reste des détails, ‘vous en faites pas, je vais m’en occuper. Jeroen, sors et reprends tes habitudes, on se voit jeudi.

Le problème du Supérieur en moins, Jeroen réussit à vraiment souffler. Si la faute venait du Supérieur, enfin en apparence… alors ils étaient tranquilles. Ils n’avaient rien à se reprocher, hormis le fait d’avoir fait une bêtise avant, mais s’ils faisaient eux-mêmes des bêtises ils risquaient de ne pas trop se la ramener. Jeroen jeta un dernier coup d’œil aux deux cousins. Ils avaient beaucoup de choses à se dire apparemment ; c’était le moment de partir pour les laisser régler leurs problèmes personnels. Lui, il n’avait plus rien à faire là. Il hocha la tête.

    - Compris. A jeudi alors.

Il tourna les talons et sortit de la pièce. Dehors, il s’arrêta un moment pour jauger les couloirs, vérifiant qu’il n’y avait personne avant de relâcher ses muscles tendus. Il ne savait pas quelle heure il était, mais il ne pouvait décemment pas retourner en cours… Après tout, il avait juste besoin de se poser seul dans un coin et de respirer. De refaire le point.


Fini :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Waking up - Jero'   

Revenir en haut Aller en bas
 
Waking up - Jero'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» Sixtine ♠ i'm waking up to ash and dust
» "Being here without you is like I'm waking up to only half a blue sky"
» Waking up in Vegas ★ ANGELA & PADDINGTON
» "I'm waking up to ash and dust" ► Leotie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Catacombes et escaliers-
Sauter vers: