AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 People help the People ▬ Jordane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: People help the People ▬ Jordane   Ven 28 Sep 2012 - 21:43

Vendredi soir. On y est. Ce soir signera … peut être ma fin, vas savoir. Qu’est ce qu’il m’a dit déjà ? Sixième étage. Couloir de droite à partir de l’escalier principal. Au fond. Quatrième porte avant l’autre escalier. Waterson. J’ai décidément une mémoire d’éléphant, dommage que je l’abime en me pétant le crane. Enfin mine de rien, depuis le temps que je tape assez régulièrement là dedans, je trouve que je ne suis encore pas trop attaqué. Je me souviens comment je m’appelle, c’est déjà ça. Et je n’ai pas non plus oublié l’adresse où aller me faire tuer.

Je ne panique pas, je me sens même étonnement serein sans trop savoir pourquoi. Enfin si, je le sais. Je n'ai jamais été du genre à perdre mon sang-froid, c'est tout. Si ça se passe bien, tant mieux, sinon … Ca va paraître dépressif mais je crois que quelque part, si ce soir est mon dernier soir sur terre, je vivrai ça … comme une délivrance. Ça n'a absolument rien de suicidaire, ou peut être un peu, mais je ne le vie pas comme une personne qui à envie de mourir parce que la vie est devenu insupportable, parce que plus rien ne l'y rattache. Je sais ce que je perds si jamais j'y passe, mais je sais aussi ce que j'y gagne si effectivement ça se termine de cette façon : Ma liberté. Peut être même aussi mon frère, mes frères. J'sais pas ce qu'il se passe après la mort, et si la foi est simplement un truc pour éviter de tomber, parce qu'on a besoin d'un truc à quoi se raccrocher, besoin de croire en quelque chose, mais depuis que Sulli est partie, j'ai parfois eu l'impression qu'il était là, quelque part, à veiller sur moi comme un ange gardien. Longtemps j'ai cru en Dieu, parce que c'était … comme ça, et quand il est partie, j'ai laissé tomber tout ça. Ce soir, j'aurai presque envie de pousser la porte d'une église et d'aller m'asseoir sur un banc dans le silence. Juste … d'être là. Malheureusement ils n'ont pas ça ici, alors j'ai trouvé une autre solution. Pendant qu'ils sont tous entrain de descendre vers la Grande Salle parce que c'est l'heure de remplir leur estomac, moi je squatte le toit, exactement au même endroit où on a discuté avec Kate la dernière fois. De religion d'ailleurs, entre autre. J'suis là, assis, pendant que le soleil décline tranquillement. Il fait gris, une fois n'est pas coutume, mais on le perçoit quand même sous les nuages.

J'ai pas menti à Alec quand je disais que j'avais l'habitude de ça. Entrer et sortir sans qu'on me voit, c'était – en dehors du deal – un truc qu'on me confiant souvent et je suis devenu plutôt à l'aise avec ça. Bien sur, à l'époque, la Magie n'entrait pas en ligne de compte. Aujourd'hui, je ne peux pas nier le fait que je m'expose à plus de danger qu'avant. Percevoir une présence, entendre le cliquetis d'une gâchette qu'on presse ou d'une sécurité qu'on enlève, ce genre de trucs je pouvais les capter et réagir en conséquence même si parfois ça n'est vraiment pas passé loin. J'ai eu une chance insolante un sacré paquet de fois, ça non plus je ne peux pas le nier. Mais la Magie, les sortilèges, je ne peux ni les percevoir ni les anticipés. Je vais avancer à l'aveuglette mais c'est un choix. Dans le fond, la came je m'en cogne, ce qui en revient à dire que je n'ai pas de raison valable pour faire ce que je m'apprête à faire. Pourtant je vais le faire, et avec le sourire en prime !

Me voilà de nouveau dans les couloirs, déserts. J'ai essayé d'esquivé le plus de monde possible ces derniers jours, histoire de ne pas avoir à répondre à trop de questions concernant mon état et surtout pour ne pas faire naître d'inquiétudes inutiles. J'ai réussi avec Emily, puis avec Kyle, mais pas avec Riley. Quand elle m'a vu comme ça, j'ai cru qu'elle allait faire une attaque, fort heureusement elle s'est rapidement rendu compte que la moitié de tout ça, mieux, les trois quart, c'était du faux. Hormis quelques bleus, le cocard du à la droite d'Alec et la coupure que j'ai sur le ventre, tout le reste n'est qu'illusion. Illusion qui finira par s'effacer avec le temps, qui commence déjà à le faire d'ailleurs.
Sixième étage. Tout est calme. Je longe les murs, avance à pas de Loup – Celle là elle est pour toi p'tit con, j'pense à toi avant d'aller à abattoir, t'as vu. Tant qu'on y est dans les messages perso que t'auras jamais : Prends soin de Kyle et si tu le fais souffrir je reviendrai te hanter – jusqu'à arriver à l'entrée de l'Aile réservée à ces enfoirés. D'apparence, ça n'est qu'une succession de portes comme dans la majorité des couloirs, mais il règne ici une ambiance beaucoup plus … disons moins carcérale, étrangement Rolling Eyes Je m'étonne d'être seule au monde ici. Je m'étonne même qu'il n'y ai pas de sortilège pour bloquer l'accès à cette partie du château mais je ne vais pas commencer à me poser des questions. On va dire qu'encore une fois j'ai une chance insolante. Quatrième porte à droite. Waterson. Nous y voilà. Si Alec a tenu sa parole, et s'il a pu le faire tout simplement, elle devrait être … suspens … ouverte. Bingo ! Dis donc, c'est cosy ici. On n'est pas tous logés à la même enseigne.

Dix minutes plus tard, j'ai les mains dans les tiroirs, je tourne, retourne, observe et lis tout ce qui me passe sous les mains. Je chope des info, les enregistre, et puis il y a ces bruits de pas, et la poignée qui se tourne. Je panique, oui, mais intérieurement. Fais comme un rat, je suis, et me cacher ne servira sans doute à rien. De toute façon je n'en ai pas le temps alors … je saute sur le fauteuil et balance mes pieds sur le bureau. Si ce type là avait eu des cigares, je crois que j'aurai poussé le vice jusqu'à m'en allumer un.

« Qu’est c’que c’est ce bordel ? »

Il bug, normal, et moi je … garde une attitude tout à fait détendue alors que dans ma poitrine mon cœur bat à s'en décrocher. Ne jamais montrer qu'on a peur, c'est ce qu'on m'a appris dès tout gosse, depuis c'est instinctif.

« Bonsoir. Sympa chez vous. »
« Tu t’es perdu Cassidy ? »
« On dirait bien. Je comprends pas, je cherchai le ciné et j’me suis retrouvé là. Ça doit encore être un truc de Magie, genre une porte entre deux espaces temps ou un truc dans le genre. J’avais envie de revoir Rocky IV, ça te tente pas de venir avec moi ? »

:gla:

« Je sais pas si c’est du cran ou de la connerie, mais tu vas jamais la perdre ta grande gueule, hein ? »
« C’est pas dans mes projets d’avenir, effectivement. »
« Et qu’est ce que tu dirais que je t’arrache la langue et les cordes vocales avec, ça nous épargnerait de t’entendre chaque fois qu’on te tombe dessus. »
« Hum ouais, c’est tentant, mais t’oublies un détail. Si tu fais ça, vous allez perdre toute possibilité de m’entendre crier, supplier, pleurer, et tout ce qui va avec. »
« Je crois que je pourrais survivre sans cette satisfaction. »
« Bon. Alors … Vas-y, je t’en prie. Fais toi plaisir. »
« J’veux juste savoir un truc avant de te passer par la fenêtre. »
« Ah tiens, on a changé de programme. »
« Qu’est ce que tu fous là ? Qu’est ce que tu cherches ? Et qui t’as envoyé ici ? »
« Le pape. Et j'attends ma sœur. »

(Petite référence à La Cité de la Peur même si Cameron n'est pas sensé connaître ça, le p'tit ricain Rolling Eyes)

Salut l’Ange de la Mort ♪ Aller, fais ça bien, qu’on en finisse et que je puisse partir la tête haute même si elle doit finir séparée de mon corps. Amis de la poésie, bonsoir. La suite est d'un classique affligeant. Il sort son jouet, me balance un sort, puis un autre. J'me balade d'un mur à l'autre, commence à être légèrement assommé, à perdre du sang et pourtant je me sens comme absent de mon propre corps. Jusqu'à ce qu'il m'immobilise à quelques centimètres du sol. Je n'arrive plus à respirer, probablement encore son œuvre. Ça y est ? On y est ? Je me suis toujours demandé comme j'allais mourir, je crois que je suis entrain d'obtenir la réponse. Ce con n'essaie même pas de me faire parler pour en savoir plus, faut croire que j'ai été convaincant, ou qu'il me prend simplement pour un taré suicidaire qui n'a rien de mieux à foutre que de venir trainer ici un vendredi soir, pour forcer des portes et s'installer dans les bureaux de ces tortionnaires. Ce qui en soit ... est tout à fait plausible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 486
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   Sam 29 Sep 2012 - 18:02

« Tu m’paieras ça toi.. »

Bon, en réalité, ça ne serait probablement pas le cas. D’accord, Jordane lui en voulait pour la dernière fois et tout ce qui c’était passé. Mais elle avait un peu parlé à Jayden et surtout, les conclusions qu’avaient fais Takuma sur le terrain avaient sérieusement douché sa fureur. Alec savait faire mal, elle en était persuadée, et bien plus que ce qu’il avait fait à Emily. En fait, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de l’associer à son cousin qu’elle connaissait bien mieux puisqu’elle avait vécus avec lui pendant deux mois. Et qu’elle avait fait payer la totalité de l’appart’ alors qu’il n’avait même pas assez pour payer sa part, mais ça n’était qu’un détail. Tout comme le fait qu’il s’était tapé des pétasses dans son lit. Que des détails. Et non, la jeune femme n’avait pas attendu quoi que ce soit de lui, elle ne l’aimait pas ni rien du genre, c’était juste une question d’orgueil. Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle avait vu Logan faire et qu’elle savait parfaitement qu’il ne faisait pas dans la dentelle. Et elle savait aussi qu’Alec était loin d’être une bille en magie. Avec un cousin pareil, il ne pouvait pas n’avoir que ça comme compétences, surtout que le feu qu’il avait utilisé sur Emily n’était pas le petit feu basique mais quelque chose de bien plus évoluer et compliqué à utiliser. S’il avait réellement voulu la blesser, il ne se serait pas conduit ainsi. Mais ce qu’elle savait aussi sur lui, c’était qu’une fois qu’il perdait pied, il ne savait pas se calmer de lui même, il lui fallait du temps, et en attendant, là, il était dangereux, parce qu’il ne savait pas forcément contrôler sa rage. Et c’était ce qui c’était passé d’après elle. Pas qu’elle lui pardonne, mais elle ne lui en voulait pas assez pour le laisser dans sa merde. C’était pour ça qu’en le voyant avec le Supérieur, elle l’avait suivit un moment, attendant sagement en le voyant s’en prendre plein la gueule, le bon moment d’intervenir. Oui, elle savait se battre, très bien même, mieux à main nues qu’avec une baguette cela dit, mais ça ne changeait pas qu’elle était relativement sûre d’elle. Mais pas besoin non plus de prendre des risques inconsidérés, celui-là n’était pas le premier plouk en magie venu, et elle en était consciente. Bref, il l’avait laissé seul un instant, parce que quelque chose avait explosé apparemment dans sa chambre. Une diversion de merde et pas vraiment réfléchie d’après elle, mais vu les cernes qu’avait le garçon, il y avait fort à parier qu’une grande partie de son cerveau ne fonctionnait pas vraiment bien. C’était alors que Jordane l’avait vu jeter contre sorts sur contre sorts contre et dans le bureau du Supérieur qui lui gâchait la vie ces derniers temps… et après ça, il s’était simplement barré, arrivant à l’instant parfait pour le retour du Supérieur. Après ça, s’en était suivit une séance magnifique d’interrogatoire. C’était tremblante et incapable de faire quoi que ce soit que Jordane s’était éloignée de la scène. Le Supérieur voulait savoir si c’était en effet Alec qui lui avait fait cette petite blague, et il le noyait, le ranimait et recommençait. Et, elle, elle était là, comme un putain de rond de flan, incapable de faire quoi que ce soit. Elle aurait dû foncer dans le tas, mais ça n’était pas ce qu’elle avait fait, parce que, d’un bloc, ses craintes, à elle, étaient revenues, et qu’elle revoyait un certain nombre de souvenirs qui avaient hanté ses nuits, et la voilà, comme une souris face à un rat, complètement figée, morte de trouille à l’idée de ne bouger ne serais-ce qu’un orteil. Et alors qu’elle se réveillait d’un coup, prête à bouger, le Supérieur avait relevé Alec, l’avait séché d’un coup de baguette, et l’embarquait pour elle ne savait quelle destination. Se glissant dans les ombres, essayant de régulier la vitesse de sa respiration, elle avait mit un certain espace entre eux, et, cette fois, sa baguette était bien fermement serrée entre ses doigts. Inspiration, expiration, elle n’était pas le genre de nouille à rester à trembler dans un coin merde ! Mais elle le savait trop bien, en vrai, on n’est pas aussi brave que ce qu’on voudrait. En vrai, on flippe, notre corps se contracte tout entier de sorte qu’un simple mouvement devient une bataille mentale de tous les instants, la respiration s’accélère, la vision devient floue, les sons se brouillent, les pensées s’emmêlent, et au final, agir est un exploit. Alors en sortir vivant..

La dernière fois, elle était restée en vie, l’homme qui lui faisait face, lui, avait fini à la morgue. Des gamins avaient reçu le traumatisme de leur vie et elle avec. Une bande d’avocats derrière son dos s’y étaient ajoutés d’ailleurs. Mais elle avait grandit, elle était différente, elle avait passé des heures et des heures à s’entraîner, pour être sûre que le jour où tout basculerait, elle serait prête. Et là, alors qu’un ami souffrait, alors qu’elle s’était assurée d’être capable de savoir se défendre, elle était restée là sans bouger. Tout est plus compliqué en vrai. Mâchoires serrées, la jeune femme s’était rapidement retrouvée bloquée, incapable d’agir, il y avait trop de monde autour, des témoins, déjà, mais surtout des ennemis potentiels. En gros, c’était mort, elle aurait dû agir plus tôt. Mais déjà, c’était un autre visage qu’elle avait vu dans la foule : Sovahnn. Sovahnn qui lui avait fait un signe, et son regard en disait long. Elle prenait en charge les choses, et, elle, aurait l’intelligence d’aller chercher quelqu’un pour l’aider, parce qu’elle savait très bien que, là, elle ne faisait pas le poids. Déjà, la jeune femme avait disparu. Jordane, elle, était restée à suivre le duo un moment et, quand Logan était arrivé pour foutre une superbe raclée à Watterson, elle avait foncé. Si Alec avait ouvert ce bureau, ça n’était pas pour rien, et elle en était consciente. Inspirant à s’en faire mal à la poitrine, elle était arrivée là haut en quatrième vitesse, se répétant qu’elle n’était plus cette pauvre gosse morte de trouille. Le bureau serait probablement encore vide, elle le fouillerait, remettrait en place les sorts et s’éclipserait. Mais à son arrivée, c’était des voix qu’elle avait entendu, enfin, plutôt une, et quelques respirations ou gémissements, parfois, d’une autre. Bref, il y en avait un qui jetait des sorts, et l’autre qui se les prenait en pleine tronche. Allé, stop, on arrête de jouer la pauvre petite victime trouillarde, et on se retrouve.

Quand la mère de la jeune femme était décédée, celle-ci avait passé des nuits et des nuits les yeux grands ouverts, ou dormant à peine, réveillée dès qu’elle entendait un bruit suspect. Et toutes les nuits, elle avait inspecté la maison, vérifié les portes, les fenêtres, les verrous. Toutes les nuits, elle avait été vérifié que sa sœur était toujours là, endormie et vivante. Toutes les nuits, elle avait luté sans succès pour dormir. Alors, très vite, la jeune femme s’était mise au sport, quitte à ne plus aller à l’école, au moins, elle avait quelque chose à faire de ses journées. Pendant quelques mois, ainsi, elle avait passé plusieurs heures par jour à découvrir plusieurs sortes de sport de combat. Quand elle était retournée en cours, elle avait continué les entraînements, le matin très tôt, généralement, tellement qu’en quelques semaines, la jeune femme n’entretenait plus aucunes relations sociales. Et, enfin, après l’attaque des voisins, quand elle était partie, elle avait continué, avec un rythme plus soutenu encore, y ajoutant des heures de maniement de baguette en situation d’urgence. Quelques fois, dans le monde moldu, elle avait fait des compétitions, s’en sortant plus qu’honorablement. Bref, elle savait se battre, et, surtout, fluette comme elle semblait, elle avait l’avantage de l’effet de surprise. Mignonne, en plus, qui se méfie d’une jolie fille ? =D Les autres jolies filles, oui, bonne réponse, un peu hors sujet, mais bonne quand même.

BON, bouge-toi l’fion. Elégant, oui, je sais. On ‘a l’option vire toi les doigts du cul aussi. Et les gens qui ont inventé ces expressions ont un net problème d’acceptation de soi vis-à-vis de cette zones, dites moi… enfin, là n’est pas la question.

L’instant suivant, comme balancée dans l’action par une décharge électrique, Jordane était derrière l’homme, face au mec qui, manifestement, étouffait sérieusement.

« Expelliarmus ! »

Basique, classique, pratique. Décathlon, à fond la forme. Nan, c’est pas ça, pardon. Liberté, égalité, fraternité ? Amour, gloire et beauté ?

« Salut. »

La baguette du Supérieur s’était retrouvée dans sa main libre, et elle s’était adressée à lui avec un grand sourire alors que Cameron, jusque là en suspension, atterrissait lourdement au sol, reprenant probablement sa respiration. En fait, elle ne le regardait pas, parce qu’on aurait pu croire, comme ça, qu’elle était parfaitement sûre d’elle, mais ça n’était pas le cas du tout. Alors son attention toute entière était focalisée sur l’homme qu’elle avait en face d’elle, et qui, éberlué, semblait ne pas apprécier d’avoir fait exactement la même erreur qu’elle : ne pas avoir fait attention à qui pouvait arriver derrière lui. Mais, la chance du débutant, personne d’autre n’avait fait irruption dans la pièce pour la mettre en péril, elle.

« Qu’est-ce que tu fous là toi ? Rends-moi ça ! »
« Hm…... … … … … … … … … nan. »
« Fait pas l’idiote et te mêle pas de ça. Tu peux encore te barrer. Alors rends-moi cette baguette. »

Ferme les yeux, pose ça, détourne-toi, et oublie. Comme tout le monde, détourne toi des problèmes, détourne le regard et fait comme si les atrocités n’existaient pas, peut être que ton monde n’en sera que plus beau. Sauf que les atrocités, elles étaient dans sa vie depuis un moment maintenant, et elle pourrait toujours fermer les yeux si fort qu’elle voulait, ça ne lui rendrait pas sa mère. Ça ne lui rendrait pas son innocence, et son caractère de chieuse ne disparaitrait pas. Faire semblant, ça ne sert simplement pas à grand-chose, et on a beau se convaincre de beaucoup de choses, la vérité n’a pas de double-face, elle est simple, pure, et affreusement cruelle.

« J’me répète : nan. Et ça manque un peu de musique, elle était épique cette entrée quoi merde ! Un p’tit truc entraînant, quelque chose de classe… »

Ya la X-men (woman en fait mais bon) qui intervient à nouveau, ça aurait au moins valu un petit air orchestral non ? Symphonique ? Non plus. Et vu le regard du Supérieur, il n’allait pas tarder à se montrer méchant. Oui, si un regard pouvait mordre, celui-ci ne s’en priverait incontestablement pas. Elle, en revanche, lui fit un grand sourire, son pied gauche s’était déjà positionné en arrière, le corps pivoté, les points les plus faibles protégés.

« So hit me like a man.. ♪ »
« Si t’y tient ! »

Il chargeait déjà. Oui, parce que cogner une fille, au début, ça les avait tous fait chier, et puis, à force, leur haine vis-à-vis des êtres inférieurs ou de ceux qui les protégeaient était devenue trop forte pour qu’ils pensent encore avec honneur. Et puis, s’il la coinçait simplement, ça irait très bien, un peu violemment et basta, surtout qu’elle s’était foutue de lui. Oui, parce que la jeune femme avait bien chanté il y avait quelques secondes. L’intonation, le timbre, la mélodie, tout y était... sauf la fin de la phrase. Et pourtant, dès qu’il fut sur elle, Jordane pivota sur le côté, sa main vola en plein dans le muscle bandé de l’homme, déclenchant dans tout son bras une décharge électrique qui le rendait momentanément faible et incontrôlable, l’autre avait volé en plein dans sa pomme d’Adam, lui coupant la respiration en une douleur dont elle n’avait aucune idée, pour la simple raison, que de pomme, la seule qu’elle avait se faisait doucement broyée par son estomac. Cool à savoir hein ? Surpris, endolori, il avait fait un pas en arrière à l’instant même où un coup magistral en plein plexus l’envoyait volé. Yopchagi, si ça intéresse quelqu’un. Avec un petit sourire, la jeune femme l’avait regardé se redresser difficilement.

« ‘Fallait me laisser finir le refrain de la chanson, j’vois que ça.. »

Autant, à la base, ses conneries étaient là pour se détendre, autant là, son corps avait pris le relais, c’était lui, intuitivement, avant même qu’elle y pense, qui agissait. Son rythme cardiaque s’était calmé, sa respiration aussi, c’était uniquement l’effort physique qui les motivait, et non l’angoisse. Elle était finalement dans son élément. Comme tout, il faut parfois se lancer, comme on dit ici : le plus dur est de commencer.

La jeune femme ne lui laissa alors pas le temps de réellement se reprendre, puisqu’à l’instant, ce fut elle qui attaqua, quelques coups de pieds en avant, trop rapide pour qu’il ne lui attrape la jambe, un coup de poing vers le visage, qui n’était qu’une feinte – elle n’était pas puissante des bras et le savait parfaitement, pas besoin de lui tendre des perches pour la détruire. L’effet de surprise n’était plus là, mais l’effet de ses coups précédant, si – les coups à répétition de sa jambe droite l’avaient fait reculer, il avait tendu un bras pour bloquer le bras, et, elle, l’avait attrapé, plantant son pouce à l’intérieur du poignet, appuyant de toutes ses forces, son ongle s’y traçant un chemin, contre ses muscles et ses nerfs, bloquant ses mouvements, elle se retourna, fit passer le bras sur son épaule avant de retourner la main, jusqu’à être sur le points de briser le poignet. Nouveau pivot, elle était à présent à nouveau face à lui et lui retourna le bras, le forçant à traverser la pièce en entier jusqu’à la fenêtre qu’il brisa en y aboutissant. Elle le tenait toujours par le poignet, menaçant de lui briser le bras, un peu comme avec Alec en soi. Quoi ? Ça n’était pas ce qu’il avait dit à Cameron – qu’elle venait de dépasser d’ailleurs - non ? Un petit tour par la fenêtre.

« Ça doit être dur à vivre non ? Des couilles dans un bout de bois. Ça a jamais été si simple d’émasculer un con. »

Il avait probablement voulu dire, ou faire quelque chose parce que ses muscles s’étaient contractés, entraînant un craquement lugubre. L’épaule, le coude et le poignet s’étaient brisés simultanément. Elle l’envoya valser derrière elle, sur le sol du bureau. Non, elle n’était pas là pour balancer qui que ce soit par la fenêtre du sixième étage.

« So hit me like a man… love me like a woman. Bury me alive, I can see in your eyes, you want it. ♪ »

Oui, Jordane a fait partis d’un groupe, rappelons le. Et c’est que chanté par elle, c’est pas si mal =D Bref. Avec un grand sourire et des yeux plein de haine, elle s’était penchée sur lui, sortant doucement sa baguette de contre la peau de son dos, elle avait murmuré doucement :

« Obliviate. T’es arrivé ici, le bureau était vide. Tu t’es rétamé dans l’escalier comme la merde que tu es. Fin de l’histoire. »

Jamais plus elle ne serait la pauvre petite gosse que les ombres maintenaient éveillées. Jamais plus un homme n’avancera sur elle, la priant naturellement de tirer, et, jamais plus, elle ne manquerait sa cible.

L’homme avait fermé les yeux alors que s’imprégnaient dans sa mémoire de faux souvenirs. Inspirant à fond, la jeune femme avait chassé la haine d’un certain homme qui s’était insinué en elle. Mais elle n’était ni une tueuse, ni une abrutie ne marchant que motivée par la haine, au point de laisser celle-ci l’aveugler. Non, elle savait ce qu’elle faisait, et ne se tromperait pas de cible, elle. Ce fut donc avec un grand sourire qu’elle se retourna vers Cameron.

« Ça c’est fait ! Salut. Et désolée pour le passage musical, mais pour une fois que ma vie peut ressembler ne serais-ce que de loin à un film, j’vais pas m’en priver =D »

Avec un petit rire, amusée par ses conneries, elle s’était rapprochée de lui.

« Ça va ? T’es bien esquinté quand même. J’ai vu Alec virer les sorts, j’me suis doutée qu’il avait pas fait ça pour le fun. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   Mar 2 Oct 2012 - 20:03

En général, il ne faut pas vraiment beaucoup de temps pour que je me réveille dans ce genre de situation. Je dis bien en général, parce que quand t’es entrain de crever et que tu t’es plus ou moins fait à l’idée depuis quelques jours – ou quelques mois question de point de vue – bizarrement l’instinct de survie met un peu plus de temps à arriver. Ils m’en ont fait voir de toutes les couleurs, des sortilèges pour tous les goûts et de toutes les couleurs, Jill s’est même chargée de me transformer en poule mais, même si je me suis « habitué » à certains d’entre eux, je crois que ce sentiment d’étouffement, il ne passera jamais. Il passe tellement pas d’ailleurs que moi par contre je risque d’y passer. Et naturellement, c’est à ce moment là que je me réveille. Au moment où je ne peux plus faire grand chose parce que cette PUTAIN de magie de MERDE m’empêche de faire quoi que ce soit. C’est facile de se planquer derrière leur super joujou, mais s’il me laissait deux secondes pour reprendre mes esprits et qu’il lâchait son jouet, ce type là serait par terre avant même d’avoir compris ce qu’il se passait. Étrangement en revanche, ça ne me donne pas des envies de meurtres. A vrai dire, je n’ai réellement ressenti ça que lorsque Sullivan est tombé. Ici j’ai vu des gens souffrir et ça m’a rendu fou de rage mais … Jamais à ce point là. J’ai jamais tué pour le plaisir, et je n’en ai jamais véritablement retiré de satisfaction, mais parfois ça démange un peu. Pourtant, effectivement, ça n’est pas le cas. J’ai juste envie de lui faire comprendre que sans cette magie qui le rend plus fort, il n’est rien d’autre qu’un pauvre être humain, comme moi, comme tout le monde. Seulement le moment est plutôt mal choisi. Je ne peux plus respirer. Je ne peux plus parler, donc. Je suis salement amoché, et légèrement assommé. En gros, on va faire simple, je ne suis pas vraiment en mesure de me défendre moi même. J’ai joué au p’tit malin, mais je ne le regrette pas. J’le sentais de toute façon que c’était un coup foireux mais j’ai pris le risque parce que … Parce que j’ai besoin de prendre des risques, c’est comme ça.

Et puis parce que j’ai toujours une chance insolante …

« Expelliarmus ! »

TADAAAAAAAAM ! Et surtout badamoum. Oui, j’adore les onomatopées Je dois bien l’admettre je n’ai pas vraiment compris ce qu’il se passait. Il faut dire aussi qu’avec le charabia de p’tit magicien, faut pouvoir suivre Rolling Eyes Toujours est il que même si je suis resté contre le mur, j’ai quitté l’altitude pour m’écrouler lourdement sur le sol et enfin l’air est revenu jusqu’à mes poumons. Je me suis entendu prendre une profonde et lourde inspiration, ça m’a brulé, pour un peu j’aurai pu laisser échapper un cri de douleur mais plié en deux, et tentant de retrouver une respiration normale, je n’en ai même pas eu la force. Tant mieux, si je peux éviter de m’afficher comme ça devant l’un d’entre eux, c’est préférable.

« Salut. »
« Qu’est-ce que tu fous là toi ? Rends-moi ça ! »
« Hm…... … … … … … … … … nan. »
« Fait pas l’idiote et te mêle pas de ça. Tu peux encore te barrer. Alors rends-moi cette baguette. »

Tu devrais l’écouter, tu sais …

Encore une fois je viens de me faire sauver les miches par une fille, bordel de merde ! Oui je sais, je suis à l’article de la mort mais je trouve encore le moyen de jouer les misogynes à la fierté froissée. Mettez-vous à ma place deux secondes aussi, je crois que vous ne vous rendez pas compte à quel point c’est frustrant d’être un homme sans pouvoir dans cette baraque. Je crois que je vais aller faire un tour dans la Forêt Interdite, trouver un bébé de la plus grosse et plus dangereuse des créatures qui vit là dedans et l’élevé comme un chien d’attaque. Non, n’appelez pas la SPA, je plaisante.

J’ai commencé à relever la tête, laissant tomber mon délire pour voir un peu mieux à qui mon super pote et moi on avait à faire. A première vue, pas grand chose de très effrayant mais il faut toujours se méfier des apparences. Si cette fille a réussi à entrer là dedans et à nous surprendre tous les deux, c’est qu’elle a des capacités. C’est peut être de la chance – et une bonne partie d’inconscience parce qu’elle ne me connaît pas et qu’elle risque sa peau – mais le simple fait qu’elle ait eu le cran d’entrer c’est assez représentatif. Pas très grande, de long cheveux roux, un regard franc et un teint pâle, moi j’vous l’dis, ce château regorge de jolies spécimens. Je sais qu’on n’est pas là pour mater mais je fais simplement un constat. J’ai failli y passer, j’ai le droit.

Y a une partie de moi qui aimerait qu’elle s’en aille néanmoins, parce que je ne sais pas ce qu’elle fait là, mais j’ai pas envie qu’elle prenne de risque si ça doit m’impliqué. Quand je dis que je ne me fie pas aux apparences, ça vaut pour beaucoup de choses. Qu’est ce que j’en sais que cette fille là n’est pas de leur côté et qu’elle n’a pas débarqué ici juste dans le but de faire mumuse avec le gentil p’tit Moldu sans défense à son tour ? Qu’est ce que j’en sais qu’elle fait ça pour me venir en aide ? Rien. J’en sais rien du tout. Mon instinct ne me pousse pas à me méfier à outrance, mais … quand même. Je devrai sans doute en profiter pour me barrer d’ailleurs mais d’une c’est assez compliqué de me remettre debout – j’ai même pas envie de tenter en fait – et de deux, ils me barrent l’accès. Parlant de ça, vous pensez pas que ça serait bien de fermer la porte ? Histoire qu’on rameute pas tout le château.

« J’me répète : nan. Et ça manque un peu de musique, elle était épique cette entrée quoi merde ! Un p’tit truc entraînant, quelque chose de classe… »

Cette fille est folle, j’aime ça. Et moi j’me rends compte que je suis soudainement comme un gamin devant un spectacle. Dans deux secondes j’applaudis des deux mains, vous allez voir. Il me tourne le dos, mais j’crois pouvoir affirmer que le monsieur il aime pas vraiment toute cette provocation.

« So hit me like a man.. ♪ »
« Si t’y tient ! »

A partir de là, ça été le carnaval. Et elle a vraiment chanté ou je rêve ? Toujours est-il qu’elle lui a mis sa misère et j’ai regretté de pas être suffisamment en forme pour me joindre à elle. Evidemment à deux sur le même adversaire ça n’a pas d’intérêt, mais pour lui j’aurai fait une exception. Il va falloir que je retrouve Landers ou j’sais plus comment il s’appelle. Ça fait longtemps que j’ai pas cogné, et ça me manque. La dernière fois, c’était Alec, et j’ai même pas eu le temps de lui rendre sa droite à cet enfoiré.

« ‘Fallait me laisser finir le refrain de la chanson, j’vois que ça.. »

Et c’est reparti pour un tour, j’vais finir par avoir le tournis là les gars. Hey ! La fenêtre c’était pour moi normalement !

« Ça doit être dur à vivre non ? Des couilles dans un bout de bois. Ça a jamais été si simple d’émasculer un con. »

Et ça, ça doit faire vachement mal … Quelqu’un m’explique comment un p’tit bout de fille comme ça arrive a casser le bras d’un type qui fait deux fois sa taille ? T’as pris des hormones ou quoi ?

« So hit me like a man… love me like a woman. Bury me alive, I can see in your eyes, you want it. ♪ »

Et elle continue de chanter Rolling Eyes

« Obliviate. T’es arrivé ici, le bureau était vide. Tu t’es rétamé dans l’escalier comme la merde que tu es. Fin de l’histoire. »

Ça a l’air tellement simple quand ils font ça … J’pense que ça aurait pu me servir à Mission D. …

« Ça c’est fait ! Salut. Et désolée pour le passage musical, mais pour une fois que ma vie peut ressembler ne serais-ce que de loin à un film, j’vais pas m’en priver =D »
« Ah mais te prive pas, te prive pas. »

C’est pas comme si c’était un supplice de t’entendre changer et c’était plutôt fun à voir.

« Ça va ? T’es bien esquinté quand même. J’ai vu Alec virer les sorts, j’me suis doutée qu’il avait pas fait ça pour le fun. »

Faire confiance ? Ne pas faire confiance ? Bah … De toute façon Rolling Eyes

« T’aurais pu m’en laisser un peu, j’me serai fait un plaisir de lui imprimé mon prénom en pleine gueule. »

Avec un poing américain, mes initiales inscrites dessus, ça aurait clairement été le rêve. CSC ! Et tu disais ? Alec ? Ok donc tu connais Alec. Ceci explique donc cela. Et bien sur tel que vous me voyez, j’ai le sourire et je plaisante, mais il est plutôt clair que là tout de suite j’aurai pas la force de me battre. D’ailleurs j’vais rester par terre encore un peu. J’suis du genre inconscient, mais je sais reconnaître mes faiblesses et mes limites.

« Doit bien y avoir une part de ça quand même, mais non effectivement, c’était pour moi. Enfin pour lui. Bref, y avait bien une raison quoi. »

Et c’est pas parce que cet abruti m’a présenté aux quatre murs de cette pièce que j’ai oublié ce que j’ai vu et/ou lu, soit dit en passant.

« Je crois … Que je vais survivre. Merci d’avoir débarquée comme un Super-Héros, va falloir qu’on te trouve un surnom, peut être même un costume d’ailleurs. Enfin sauf si t’en as déjà. »

Et merde, du sang … Pas que j’ai un problème avec ça, seulement quand ça vous tombe dans la bouche c’est franchement dégueulasse. Hop on s’essuie ça d’un revers de main même si ça n’arrêtera pas l’hémorragie. D’où est ce que je saigne d’ailleurs ? Peut être une arcade, surement le nez, probablement les lèvres aussi. C’est comme si je ne sentais plus rien de toute façon. J’dois bien avoir des côtes fêlés aussi, éventuellement un os cassé par ci ou par là.

« Et tu sais quoi ? On devrait toujours avoir une fille comme toi à portée de « main ». J’veux dire, qui n’a jamais rêvé de vivre un film en direct comme ça, avec la musique et l’action combinées ? C’était … épique. Ouais t’as raison, ton entrée était épique. J’ai toujours autant de mal à m’faire à l’idée que j’me fais sauver le cul par des filles mais va bien falloir que je m’habitue au fait que ce château regorge de femmes fortes. »

Pas vraiment un compliment, juste une vérité. J’ai pas pour habitude de passer de la pommade à qui que ce soit. J’suis juste sincère.

« Et que sans baguette j’peux de toute façon pas faire grand chose mais c’est un autre débat Rolling Eyes »

J’aime telllllllllllement cet univers !

« J’peux savoir à qui j’ai l’honneur ou c’est un secret ? Genre Clark Kent et Superman, tu vois. Nan laisse tomber Superman, j’le connais déjà. »

Et il s’appelle Kyle Johnson ! Pas Clark Kent :envolation: Et sa meuf est loin d’être Loïs Lane … Hein Enzo, tu s’rais pourtant mignonne en tailleurs :gla:

« Si je trouve ta véritable identité ou ton identité de Super-Héroïne, j’ai le droit à une image ? Ou alors tu me tues pour pas que je parle mais ça serait contre-productif étant donné qu’tu viens d’me sauver la peau. »

Je t’ai dit merci au fait ? Ah, oui. C’est bon. Quand même Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 486
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   Mer 10 Oct 2012 - 17:58

Il y a des moments où on se dit qu’on doit quand même être un peu tarés sur les bords. Ou on se demande si, si les choses s’étaient passées différemment, on serait vraiment du genre à se mettre dans la merde, et à s’en vouloir si on ne le fait pas. Et puis, souvent, finalement, ça se passe bien. Mais : et si.. ? C’est toujours la question récurrente. Jordane n’était pas tellement du genre à foncer droit dans la gueule du loup malgré son côté grande gueule, en fait, elle était plus réfléchie qu’elle ne tendait à le faire croire. Disons qu’elle avait expérimenté ce que la vie fait à ceux qui ne vérifient pas leurs arrières, et qu’elle n’avait aucune envie de précipiter les choses, surtout que sa mère était morte en faisant un jogging et qu’elle s’était retrouvée à braquer une arme à feu sur un homme qui la terrifiait bien qu’elle en ignorât tout, juste en regardant une émission débile un samedi soir. Alors comme quoi, tout peut arriver. Et pourtant, elle avait brûlé la vie, avait voulu la consommer, lui donner une certaine saveur, une utilité peut être aussi, mais depuis son arrivée, elle s’apercevait qu’en réalité, elle avait toujours aussi peur, même si elle se voyait comme une femme forte et accomplie. En fait, elle voulait toujours reculer quand elle voyait de l’agitation, et c’était en regardant Sovahnn faire qu’elle s’en était aperçue. Elle était comme, elle, aurait voulu être, mais elle n’y arrivait pas, elle n’était pas capable de se lâcher comme elle, pas de la même manière, pas capable de foncer les yeux fermés, pas capable d’oublier doutes et craintes et de s’en sortir le sourire aux lèvres comme si rien de grave ne s’était passé. Oui, elle faisait la con, elle aimait faire la fête ect, mais, là, face à la possibilité d’une attaque, elle avait tout d’abord été figée, il lui avait fallu un moment pour se forcer à avancer, alors que son amie ne se serait même pas posée la question. Peut être qu’elle n’avait juste pas assez d’expérience pour en avoir peur, peut être qu’elle ne se rendait pas compte, ou qu’elle n’avait jamais eu à subir les conséquences d’un combat perdu. En tout cas, elle, avait du mal à accepter cette terreur qui lui avait lié les tripes quand il aurait fallu qu’elle se bouge pour agir. Elle s’était toujours dit qu’après tous les efforts qu’elle avait fait pour savoir se défendre, ça irait, elle pourrait survivre ou elle ne savait pas trop quoi, mais la vérité, c’était qu’en s’enfermant là dedans, elle n’avait fait que donner corps à sa peur, et maintenant, elle trouvait toute sa force dans cette situation affreusement réelle. Et pourtant, la belle rousse s’était avancée d’un bloc, contrôlant à peine ses jambes, et là, elle avait déconné, pour, en fait, s’approprier un peu la situation, pour la rendre plus agréable, la coller un peu plus à son image, et, donc, la rendre appréhendable. Et, en fait, quand l’autre était arrivé, le monde, ses craintes, tout s’était éteint, ne laissant place qu’à des gestes connus, simples, répétés des centaines de fois à tel points qu’ils n’étaient plus rien d’autre que des reflexes acérés. Et le fait même d’avoir rebouté l’homme dès qu’il était arrivé sur elle, d’avoir sut gérer les choses aussi facilement qu’en cours ou dans un milieu connu comme elle l’avait souvent fait pendant les entraînements avait rendu la chose accessible. Elle s’était sentie se détendre, et dès cet instant, elle maîtrisait les choses et retrouvait sa confiance.

Et, oui, elle était pleine d’amertume à l’instant même où elle avait prononcé le sort d’oublis. C’était si simple fait comme ça. Tout dans la magie semblait simple alors que rien ne l’était. A l’image encore de Sovahnn qui n’arrivait pas la moindre chose qui ne leur coutait, à eux, qu’un mouvement de lèvre et un peu de concentration. Tout ça, chaque incantation, chaque étincelle magique prenait plus qu’il n’y semblait, et ils devraient tous se garder d’oublier ça. Surtout que sans baguette, la plupart se trouvaient affreusement démunis, et c’était bien ce qui lui faisait peur. Pour le reste, non, elle ne l’avait pas balancé par la fenêtre comme lui, voulait le faire de Cameron, tout simplement parce qu’en réalité, elle n’avait aucune envie de faire du mal à qui que ce soit. Mais pour certains, elle faisait quand même des exceptions, cela dit, il était hors de question qu’elle tue qui que ce soit, ou ce genre de choses. Elle n’était pas comme ça, et la simple idée de s’y mettre la révulsait. Tout comme ce que, eux, avaient pu faire depuis leur arrivée ici.

Inspirant à fond, c’était pourtant avec un grand sourire qu’elle s’était retournée vers Cameron, parce que, oui, après tout, tout ça l’avait fortement amusée, et que tous ses sentiments négatifs, elle les gardait pour elle. Ils ne le concernaient aucunement. Et puis, personne n’en avait grand-chose à foutre de ses état d’âmes, qu’on soit honnêtes.

« Ça c’est fait ! Salut. Et désolée pour le passage musical, mais pour une fois que ma vie peut ressembler ne serais-ce que de loin à un film, j’vais pas m’en priver =D »
« Ah mais te prive pas, te prive pas. »

Un petit sourire pour toute réponse. Il ne se foutait pas d’elle, c’était déjà pas mal. Oui, elle en avait encore quelque chose à faire de ce genre de détails, comme quoi, on a beau se répéter que certaines choses sont sans importances, il n’est pas toujours simple de se détacher de certains concepts. Et pourtant, elle avait eu le temps de comprendre que d’autres choses sont plus importantes, et pourtant, elle avait l’attitude parfaite de celle qui se fout de ce que pensent les autres. Mais c’est le cas de beaucoup de personnes qui, finalement, ont besoin d’une certaine reconnaissance, ou, au moins, d’attention.

« T’aurais pu m’en laisser un peu, j’me serai fait un plaisir de lui imprimé mon prénom en pleine gueule. »

Un léger rire était passé entre les lèvres de la jeune femme. Bien sûr, il n’était pas vraiment en état de faire ça, cela dit, l’image lui plaisait assez. Surtout si elle l’imaginait, sans plus aucuns souvenirs, se brosser les dents le matin devant la glace. Une alliance au doigt, et ça faisait le matin parfait pour se penser franchement désaxé.

« J’aurais bien aimé voir sa tronche au réveil tient ! »

Cela dit, le voir au réveil ne doit pas toujours être du plus agréable possible. Mais ça n’est qu’une réflexion sur le tas.

« Doit bien y avoir une part de ça quand même, mais non effectivement, c’était pour moi. Enfin pour lui. Bref, y avait bien une raison quoi. »
« Hm. Ah nan mais il fait ce qu’il veut. Et toi de même d’ailleurs. C’la dit, j’aimerais bien comprendre ce qui se passe sous son crane de beau gosse un peu crétin. »

Attention, un compliment peut cacher une insulte. Nan, sérieusement, elle appréciait toujours le jeune homme, et souhaitait surtout que lui et tout ce qui pouvait l’entourer se calme un peu, qu’elle puisse retrouver celui qui l’avait fait rire, et, surtout, le mec agréable, déconneur qui, finalement, était plus que charmant quand on lui en laissait l’occasion. Il suffisait de le voir avec Jayden. Ça donnerait presque envie de changer d’avis, concernant le fait de ne jamais passer à la casserole. Et, non, je ne parle pas de cuisine.

« Je crois … Que je vais survivre. Merci d’avoir débarquée comme un Super-Héros, va falloir qu’on te trouve un surnom, peut être même un costume d’ailleurs. Enfin sauf si t’en as déjà. »
« Ben à ce propos, j’ai déjà parlé avec une amie de m’engager chez les x-mens. Sauf que vu le costume justement… bof. »

Vous savez quoi ? Les sorciers ne connaissent pas les comics. Pauvre d’eux. Et c’était vrai qu’en y réfléchissant un peu, cette réflexion aurait dû lui passer complètement au dessus de la tête, mais voilà, elle avait passé la majorité de sa vie dans le monde .. disons, normal, même si celui-là, comme celui-ci manque sérieusement de rationnel et d’empathie. En gros, le monde fous le camp, il faudrait le refaire, mais, j’ai peur de vous le dire, la seconde fois, ça ne serait probablement pas mieux que la première.

« Cela dit, j’suis sûre que les griffes m’iraient bien… »

Sauf que pour ça, tu devrais subir ce qu’a eu wolverine, et vu que les Logan ont la cote pour douiller, mieux vaut ne pas trop se la ramener.

« Et tu sais quoi ? On devrait toujours avoir une fille comme toi à portée de « main ».
« Hm, ça c’est lubrique.. »

T’es con. Mais c’est pas grave, on t’aime bien décomplexée et sans aucune notion du danger.

" J’veux dire, qui n’a jamais rêvé de vivre un film en direct comme ça, avec la musique et l’action combinées ? C’était … épique. Ouais t’as raison, ton entrée était épique. J’ai toujours autant de mal à m’faire à l’idée que j’me fais sauver le cul par des filles mais va bien falloir que je m’habitue au fait que ce château regorge de femmes fortes. »
« Héhé, ben faut bien hein ! Ça évite des tas de désagréments. »

Et ça en provoque d’autres, mais ça, ça n’est qu’un détail sans importance, généralement boudé des bouquins, films et autres. Tout comme le naturel glauque et crade de la vie. Mais bon =D !

« Et que sans baguette j’peux de toute façon pas faire grand chose mais c’est un autre débat Rolling Eyes »
« Voyons, on peut toujours se débrouiller autrement, même sans protections. »

Et ceci n’a absolument pas de double sens.

« Et à ton avis, pourquoi je semble avoir fait les mondiales de judo ? »

Cette fois-ci, mistinguette arrête de faire des clins d’œil pervers, c’est bien Jordane, tu t’améliores. Non, sérieusement, il était clair qu’elle n’était pas née en faisant du kung fu, mais elle n’irait pas non plus dire que tout cet univers l’insupportait, bien au contraire. Non, les films de guerre, de rue, de tout ce que vous voulez bien où ça finissait en castagne, elle avait toujours bien aimé ça, du moins, avant que ça ne prenne un autre sens pour elle, mais là, ça aussi, ça tenait d’un autre débat. Et puis, de toute manière, avant sa majorité, comme n’importe quelle sorcière, elle avait été contrainte d’oublier sa partie magique pendant les vacances, alors, forcément, il lui avait fallu se rassurer d’une manière un peu plus tangible. Et puis, il s’était avéré qu’elle avait apprécié ça, et que ça lui avait apporté un équilibre dont elle avait réellement besoin à ce moment là de sa vie. Surtout que ça lui permettait d’évacuer, chose qu’elle avait du mal à faire autrement qu’en suant sang et eau.

« J’peux savoir à qui j’ai l’honneur ou c’est un secret ? Genre Clark Kent et Superman, tu vois. Nan laisse tomber Superman, j’le connais déjà. »
« Zut, j’peux donc pas me faire passer pour lui. Et sinon, il est comment en privé ? »

Ben quoi ? Il le connaissait nan ?

« Si je trouve ta véritable identité ou ton identité de Super-Héroïne, j’ai le droit à une image ? Ou alors tu me tues pour pas que je parle mais ça serait contre-productif étant donné qu’tu viens d’me sauver la peau. »
« Je ne tue jamais mon seigneur, je ne fais que dérober. »

Ok, Arsène Lupin n’a rien d’un super héro, mais il a la classe.

« Ahem, nan, j’m’appelle Jordane. Et j’crois pas avoir entendu ton prénom non plus .. ? »

Mine de rien, la jeune femme avait jeté un petit coup d’œil à la pièce, se demandant bien ce qu’Alec pouvait bien vouloir que Cameron récupère ici. Mais, ça, il ne le lui dirait probablement pas. Enfin, s’il avait l’honneur de la chose bien faite, en tout cas, il n’en dirait rien. Mais après tout, elle ne le connaissait pas et n’avait aucune idée de ce qui le reliait à Alec. Cela dit… elle connaissait Alec. Enfin, à peu près disons.

« Bon, et sinon, t’as fait tout ce que tu voulais ici ? ‘Pas que j’ai envie de dégager mais… voilà. Et j’t’aurais bien rafistolé, mais honnêtement, j’ai pas trop confiance en mes capacités de doctoresse. »

En infirmière sexy, elle ferait sans doute grande impression, mais pour ce qui était de ses compétences réelles dans le milieu médical, ça laissait plutôt à désirer, ça n’était pas pour rien qu’elle avait joué la carte de l’appel à un ami lors de sa rencontre avec Emily.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   Ven 12 Oct 2012 - 12:49

Est ce qu’un jour je m’y ferai ? Peut être, peut être pas. J’aime pas cette situation mais dans le fond, qui pourrait aimer dépendre de quelqu’un comme ça ? Que ça soit moi ou n’importe qui d’autre, la majorité des personnes détestent ça et si on tient compte de la façon dont j’ai grandi, de celle dont s’est déroulé ma vie jusqu’à ce que j’arrive dans cette école de malheur, non ça ne colle définitivement pas. Pourtant je le sais, je n’ai pas d’autre choix. Si elle n’était pas arrivée, je serai sans doute mort et même si une partie de moi je le cherchai je suis quand même bien content d’être toujours en vie. Pour ça je lui suis reconnaissant, tout comme je suis reconnaissant envers toutes les personnes qui m’ont aidé depuis que je suis enfermé ici. J’ai fait ce que j’ai pu pour leur rendre la pareil parce que chez moi c’est comme ça que ça fonctionne mais autant l’avouer, je ne suis pas d’une grande aide et je crois que c’est ça qui me sape le plus. Enfin bref, la situation est telle qu’elle est et c’est comme ça. J’ai pas envie de faire la gueule, y a des choses bien plus grave sans parler du fait que cette jolie rousse me fait sourire.

Son crane de beau gosse crétin, sympa comme description. Pour le côté beau gosse, j’suis pas une fille mais ça m’étonne pas. Pour le côté crétin, qui dans sa bouche sonne avec une touche d’affection, je peux pas vraiment juger non plus parce que dans le fond je ne connais pas vraiment Alec. On n’est pas amis lui et moi, partenaire à la rigueur mais ça ne va pas plus loin. Une connaissance parmi tant d’autres je dirai. Alors elle peut bien dire ce qu’elle veut, mais j’pense pouvoir affirmer qu’elle l’apprécie. Je sais pas, ça se sent. Le reste de toute façon ne me regarde pas du tout.

« Je crois … Que je vais survivre. Merci d’avoir débarquée comme un Super-Héros, va falloir qu’on te trouve un surnom, peut être même un costume d’ailleurs. Enfin sauf si t’en as déjà. »
« Ben à ce propos, j’ai déjà parlé avec une amie de m’engager chez les x-mens. Sauf que vu le costume justement… bof. »

Oh ben quand même, c’est sexy de se balader en truc moulant. D’ailleurs c’est quoi ? Du latex ? Moi je ne le ferai pas, mais une fille sapé comme ça … C’est plutôt pas désagréable à regarder, faut pas se mentir.

« Cela dit, j’suis sûre que les griffes m’iraient bien… »

A n’en pas douter. Ça doit être super pratique d’ailleurs, en dehors du côté esthétique et classe. Oui parce que c’est la classe, faut le dire. Wolverine a la classe. Et c’est plutôt marant de tomber sur quelqu’un, enfin sur un et en l’occurrence une sorcière qui connaît X-Men. J’suis pas un grand fana de cinéma ou de télé mais ça rappelle un peu la vie réelle quoi, ça fait du bien. Enfin réelle … Celle d’avant disons, quand j’étais encore innocent et vierge de toute sorcellerie Rolling Eyes

« Et tu sais quoi ? On devrait toujours avoir une fille comme toi à portée de « main ».
« Hm, ça c’est lubrique.. »

Désolée mademoiselle, c’est vraiment pas mon genre.

« J’veux dire, qui n’a jamais rêvé de vivre un film en direct comme ça, avec la musique et l’action combinées ? C’était … épique. Ouais t’as raison, ton entrée était épique. J’ai toujours autant de mal à m’faire à l’idée que j’me fais sauver le cul par des filles mais va bien falloir que je m’habitue au fait que ce château regorge de femmes fortes. »
« Héhé, ben faut bien hein ! Ça évite des tas de désagréments. »

Mouais. Certes. Bref.

« Et que sans baguette j’peux de toute façon pas faire grand chose mais c’est un autre débat :roll : »
« Voyons, on peut toujours se débrouiller autrement, même sans protections. »

Et à ton avis, j’aurai du réussir à me défaire de ses sortilèges, sans baguette ? Nan sincèrement je pense pas qu’on puisse réellement toujours se débrouiller autrement, même sans ce genre de protection. J’suis pas du genre à pleurer sur mon sort, ni même à baisser les bras facilement, mais je sais reconnaître une cause quand elle est perdue.

« Et à ton avis, pourquoi je semble avoir fait les mondiales de judo ? »

T’as peut être réussi à le mettre K.O, mais tu lui a enlevé sa baguette magiquement juste avant j’te rappelle. Enfin j’vais garder ça dans ma tête, après tout t’as bien le droit à une part de gloire. De toute façon, je ne peux pas t’enlever le fait que tu as assuré et que même si je sais me battre, j’ai jamais donné dans l’art martial. C’était franchement beau à regarder, et efficace, ce qui ne gâche rien.

« J’peux savoir à qui j’ai l’honneur ou c’est un secret ? Genre Clark Kent et Superman, tu vois. Nan laisse tomber Superman, j’le connais déjà. »
« Zut, j’peux donc pas me faire passer pour lui. Et sinon, il est comment en privé ? »

Alors ça, c’est pas à moi qu’il faut le demander Et j’veux pas le savoir d’ailleurs x_X Oui je sais, sa question ne fait pas allusion au privé auquel je pense Rolling Eyes

« Hum … Plutôt du genre discret, tu vois. J’peux pas trop parler de lui, c’est secret défense. »

Je t’imagine très bien avec une cape rouge East Coast. D’ailleurs j’suis entrain de chercher mais je ne me souviens même plus pourquoi je l’ai baptisé comme ça … Ah si ! C’est bon. Bref, ça n’a rien à faire dans cette conversation de toute façon.

« Si je trouve ta véritable identité ou ton identité de Super-Héroïne, j’ai le droit à une image ? Ou alors tu me tues pour pas que je parle mais ça serait contre-productif étant donné qu’tu viens d’me sauver la peau. »
« Je ne tue jamais mon seigneur, je ne fais que dérober. »

Là, je sèche. Si c’est une référence je ne la connais pas.

« Ahem, nan, j’m’appelle Jordane. Et j’crois pas avoir entendu ton prénom non plus .. ? »
« L’illustre inconnu qui a la gueule en travaux s’appelle Cameron. Enchanté Jordane. »



« Bon, et sinon, t’as fait tout ce que tu voulais ici ? ‘Pas que j’ai envie de dégager mais… voilà. Et j’t’aurais bien rafistolé, mais honnêtement, j’ai pas trop confiance en mes capacités de doctoresse. »
« Je pense que j’ai trouvé ce que je suis venu chercher donc oui, on ferait mieux de dégager avant qu’un autre se pointe. Et t’en fais pas, je sais vers qui je peux me tourner si j’ai besoin d’un rafistolage express, mais c’est gentil de ne pas te proposer pour épargner ma santé Wink »

Jillian ! Au s’cours ! J’suis tout cassé ! Nan c’est bon, j’vais garder mes blessures de guerre, mais peut être juste passer par la Salle de Bain avant d’aller me planquer, histoire d’arrêter l’hémorragie. En attendant, j’vais essuyer ça avec mon T-shirt et me relever ça pourrait être pas mal aussi. Est ce que je vais y arriver seulement ? Vieux crouton que je suis … Pour ma défense j’ai fait la connaissance des quatre murs, du plafond, et du sol, je pense avoir une bonne excuse et … Et c’est bon, me voilà debout. Pas franchement très stable mais debout.

« J’sais pas si j’aurai l’occaz de recroiser Alec, enfin surement parce que j’ai un truc pour lui, mais comme t’as l’air de bien le connaître, on se recroisera aussi peut être. »

Comment on fait pour marcher déjà ? Ah oui, un pied devant l’autre, et ainsi de suite, et ainsi de suite, …

« C’est pas que je m’ennuie avec toi mais d’une c’est pas très prudent de t’afficher avec un type comme moi, et de deux, j’crois que j’vais redescendre dans ma cage et piquer un somme. »

C’est trop calme …

« Tu pourras dire à Alec si tu le croises avant moi qu’il peut se pointer quand il veut. Et que je lui transmets toutes mes amitiés, et une droite au passage Toujours en toute amitié bien sur. »



« La droite je m’en occuperai personnellement si ça te dérange pas trop. Enfin rien ne t’empêche de lui en coller une si t’en as envie ceci dit. »

Mais non ça n’est pas un appel à la violence Rolling Eyes J’en sais rien, peut être qu’elle a envie de le frapper aussi, qui sait.

« Aller, a plus X-Men Girl. J’vais réfléchir à un nom de Super-Héros, dommage que Kick-Ass soit déjà pris parce que ça t’aurait été à merveille Wink »

Nos chemins se sont séparés là dessus, et par chance on a réussi à sortir de ce merdier sans attirer personne. Encore cette chance insolente qui me colle à la peau je dirai … Ou ma bonne étoile. Sulli, si c’est toi, encore une fois je te remercie. J’ai été me débarbouiller en arrivant au quatrième et puis direction ma piaule, en espérant faire un tour de cadrant. Bizarrement j’ai plus envie de m’inquiéter de rien pour l’instant. Plus envie de rien faire si ce n’est dormir, dormir et … euh … dormir encore.

▬ Fini pour moi & sans doute pour toi aussi. J'te laisse le soin de verrouiller au cas où et désolé pour cette bouse xD ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 486
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   Lun 22 Oct 2012 - 11:25

« Cela dit, j’suis sûre que les griffes m’iraient bien… »

Sans aucun doute, parce qu’elle n’avait jamais été très facile à approcher. Gamine déjà, c’était un peu compliqué pour certaines personnes, et si, maintenant, elle paraissait joyeuse et enjouée, il y avait un certain nombre de choses qui lui étaient restées en travers de la gorge pendant son enfance et qui faisaient d’elle quelqu’un à qui il ne fallait pas trop se frotter. Enfin, c’était ce qu’elle voulait qu’on pense d’elle, parce que dans le fond, elle était tout aussi effrayée que n’importe qui d’autre. Il avait fallu qu’elle atterrisse ici, et, honnêtement, elle serait partit dès l’instant si elle avait pu. Et si on lui avait demandé de se la fermer, elle… elle ne l’aurait pas fait. Parce qu’elle n’avait pas été élevée en lâche, parce qu’elle ne supportait pas cette idée. Et parce qu’elle mourrait d’envie de tout planter et de ne pas se retourner, c’était l’inverse qu’elle ferait si l’occasion se présentait. Parce qu’il y a des moments où on ne peut pas faire ce qui nous rassure, c’est aussi con que ça, aussi tentant que ce soit. Parce qu’il faut savoir attaquer et pas se planquer dans un coin. Parce qu’après ça, des gosses pleurent leur mère, et que ça n’est pas une expression. Oui, elle ne s’en remettrait jamais réellement, et, oui, ça lui donnait une certaine force. Ou du moins de la rage. A défaut.

« Et tu sais quoi ? On devrait toujours avoir une fille comme toi à portée de « main ».
« Hm, ça c’est lubrique.. »

C’est une blague. Pourquoi tant de sérieux ?

« J’veux dire, qui n’a jamais rêvé de vivre un film en direct comme ça, avec la musique et l’action combinées ? C’était … épique. Ouais t’as raison, ton entrée était épique. J’ai toujours autant de mal à m’faire à l’idée que j’me fais sauver le cul par des filles mais va bien falloir que je m’habitue au fait que ce château regorge de femmes fortes. »
« Héhé, ben faut bien hein ! Ça évite des tas de désagréments. »

Là, pour le coup, elle pensait surtout à Aileen ou Sovahnn, et était bien contente de ne pas se sentir parfaitement démunie si on lui tombait dessus. Enfin, du moins, elle avait une chance de ne pas restée figée en espérant que ça se termine. Quoi qu’elle l’espérait plus qu’autre chose, puisqu’en réalité, elle se savait très bien parfaitement humaine et capable de flipper assez pour en perdre tous ses moyens. Mais il est toujours beaucoup plus rassurant de se croire assez forte pour être en sécurité, donc elle se raccrochait à ça pour éviter de se faire des cheveux blancs.

« Et que sans baguette j’peux de toute façon pas faire grand chose mais c’est un autre débat :roll : »
« Voyons, on peut toujours se débrouiller autrement, même sans protections. »

Et là encore elle blaguait. Là encore, c’était lubrique, et là encore, il n’avait pas vraiment réagit comme elle l’espérait. C’est une manière de se protéger que de rire, et ça n’était pas des avances. D’abord parce qu’elle n’était pas une accro du sexe, et ensuite surtout parce qu’elle n’avait pas vraiment l’esprit à ça depuis son arrivée. Et puis, surtout, merde, c’est un inconnu quoi ! xD Mais pour rire, elle était toujours là, surtout après ce genre d’évènements, parce que si elle ne le disait pas, là, elle avait eu légèrement sérieusement peur. Et donc, non, sa réflexion suivante n’était pas non plus de l’arrogance, au contraire, c’était ses faiblesses auxquelles elle faisait un clin d’œil. Mais d’après la tronche du type, il n’avait pas dû le comprendre.

« Et à ton avis, pourquoi je semble avoir fait les mondiales de judo ? »


« Hey ! J’déconne, grande courge, détends-toi ! »

Et le principe de grande courge, c’est juste pour citer un légume, cette fois. Ça peut sonner pervers, mais, là, ça n’était pas son intention en tout cas. Bon, bref, passons à un autre sujet.

« J’peux savoir à qui j’ai l’honneur ou c’est un secret ? Genre Clark Kent et Superman, tu vois. Nan laisse tomber Superman, j’le connais déjà. »
« Zut, j’peux donc pas me faire passer pour lui. Et sinon, il est comment en privé ? »
« Hum … Plutôt du genre discret, tu vois. J’peux pas trop parler de lui, c’est secret défense. »

Trop fort, il connait superman oo’’ !! Sûre que dans Smallville, ils se sont foirés ! Un superhéro ne peut pas être aussi blanc comme neige =D Et oui, Jordane pense et parle de comics, tout simplement parce que comme n’importe quelle gosse de son … milieu non magique disons, elle avait été baignée par ça. Même si, bien sûr, elle était loin d’avoir eu l’enfance de Cameron. Sa vie plutôt. Elle avait grandis dans une belle petite maison, avec une famille, et tout le reste. Les plaies qui vont avec aussi. Mais puisque les émotions, ça va bien cinq minutes, ne pas s’étendre là-dessus, c’est plutôt bien.

« Si je trouve ta véritable identité ou ton identité de Super-Héroïne, j’ai le droit à une image ? Ou alors tu me tues pour pas que je parle mais ça serait contre-productif étant donné qu’tu viens d’me sauver la peau. »
« Je ne tue jamais mon seigneur, je ne fais que dérober. »

L’aiguille creuse ? Non ? Enfin, là pour le coup, c’était Français, donc il était déjà plus logique qu’il ne connaisse pas. Mais bon ! Lupin quoi ! Toujours pas ? Laisse tomber.

« Ahem, nan, j’m’appelle Jordane. Et j’crois pas avoir entendu ton prénom non plus .. ? »
« L’illustre inconnu qui a la gueule en travaux s’appelle Cameron. Enchanté Jordane. »

Petit signe de main. C’était bizarre comme ça n’était jamais naturel pour elle de se présenter, ou demander le nom de quelqu’un. Peut être parce qu’elle avait un problème avec les prénoms, et qu’elle les oubliait toujours et, donc, avait toujours l’impression de les redemander. Mais bon, passons.

« Bon, et sinon, t’as fait tout ce que tu voulais ici ? ‘Pas que j’ai envie de dégager mais… voilà. Et j’t’aurais bien rafistolé, mais honnêtement, j’ai pas trop confiance en mes capacités de doctoresse. »
« Je pense que j’ai trouvé ce que je suis venu chercher donc oui, on ferait mieux de dégager avant qu’un autre se pointe. Et t’en fais pas, je sais vers qui je peux me tourner si j’ai besoin d’un rafistolage express, mais c’est gentil de ne pas te proposer pour épargner ma santé Wink »

« Ah ! Bien ça parce que… ouais nan, vraiment, c’est mieux :gla: »

Tout le monde n’est pas particulièrement doué dans ce genre de choses, alors que pourtant, vu le contexte, la médecine, même basique, était une aptitude qu’il valait mieux connaître. Et voilà qu’elle avait à nouveau une faille dans ses plans. Ça n’en finirait pas, et, elle le savait parfaitement, mais les découvrir les unes après les autres lui faisait toujours mal, en parano qu’elle était de protections.

« J’sais pas si j’aurai l’occaz de recroiser Alec, enfin surement parce que j’ai un truc pour lui, mais comme t’as l’air de bien le connaître, on se recroisera aussi peut être. »

« Hm, oui, c’est possible. »

S’il se décidait à se mettre à nouveau dans les emmerdes en tout cas. Enfin, maintenant, Sovahnn avait dû agir, et il valait mieux qu’elle, aille voir ce qui c’était passé. Surtout que si elle avait été cherché Logan, le connaissant, ça n’avait pas dû être beau à voir.

« C’est pas que je m’ennuie avec toi mais d’une c’est pas très prudent de t’afficher avec un type comme moi, et de deux, j’crois que j’vais redescendre dans ma cage et piquer un somme. »

« Honnêtement, j’ai pas l’impression d’être à ça près. Par contre, j’serais pas contre… un peu de calme dans un coin aussi. »

« Tu pourras dire à Alec si tu le croises avant moi qu’il peut se pointer quand il veut. Et que je lui transmets toutes mes amitiés, et une droite au passage Toujours en toute amitié bien sur. »

La jeune femme était restée buguée une seconde en le fixant. Bah justement, elle allait dire qu’elle voulait le trouver pour lui botter le cul… incroyable ce que ce gars peut déchaîner l’envie de le frapper. Logan aussi cela dit. Ça doit être génétique.

« La droite je m’en occuperai personnellement si ça te dérange pas trop. Enfin rien ne t’empêche de lui en coller une si t’en as envie ceci dit. »
« Cool ! Parce que justement, ça m’démange là ! »

Encore.

« Aller, a plus X-Men Girl. J’vais réfléchir à un nom de Super-Héros, dommage que Kick-Ass soit déjà pris parce que ça t’aurait été à merveille Wink »

Ne pouvant retenir un grand rire amusé, la jeune femme lui avait fait un signe de main pour le saluer. C’était vrai, Kick-Ass, ça lui aurait plutôt fait plaisir. Et puisque, justement, ça lui allait plutôt bien, c’était vers l’infirmerie qu’elle s’était dirigée. Tout simplement parce que ces temps-ci… elle avait l’impression qu’en débarquant là bas, elle tomberait toujours sur au moins l’un de ses… proches ? Amis ? Disons ça.

- Topic Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: People help the People ▬ Jordane   

Revenir en haut Aller en bas
 
People help the People ▬ Jordane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» People Help The People (PV)
» people help the people, 31.05 - 16:49
» CEARYL † People help the people
» A DECLARATION OF SUPPORT FOR THE PALESTINIAN PEOPLE BY AFRICAN PEOPLE IN THE US
» Why are Haitians so overjoyed to see Aristide?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Sixième Etage. :: ─ Aile réservée aux Gardiens-
Sauter vers: