AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can do better - Jill'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: I can do better - Jill'   Sam 28 Juil 2012 - 21:54

J’aurais pu te dire beaucoup de choses je pense. J’aurais pu t’expliquer que tu m’as fait une peur bleue, que j’suis heureuse que tu t’en sois sortie, mais dégoutée d’avoir vu des parties de toi dont j’aurais préféré ne jamais prendre connaissance. J’crois que j’aurais probablement dû te dire que je t’apprécie, que tu souffres, que je le sais, et que si t’en as besoin, je serais là. Même si tu ne viens pas. Non, toi tu ne viens jamais, toi tu blesses, tu insultes, et ensuite tu fuis sans demander ton reste, sans même avoir la décence de regarder en face la déception dans le regard de tes interlocuteurs. J’pense que j’aurais pu te dire que j’ai passé des moments géniaux avec toi et que j’pense pas que tu sois un hypocrite, j’pense que t’es quelqu’un de très perturbé, mais que derrière vos blessures à tous, j’pense qu’il y a plus. Plus que derrière mes sourires à moi. J’pense que j’aurais dû dire que t’as dis des trucs qui m’ont touché, en bien mais aussi en mal, que j’espère de tout mon cœur que ta sœur va s’en sortir, et que j’ferais tout ce que j’peux pour t’aider à communiquer avec elle ou à avoir des nouvelles ou j’sais pas quoi d’autre. Et j’aurais peut être dû te dire que j’te protège depuis un moment, parce que j’t’ai vu attaquer un Supérieur dans son bureau et que j’ai effacé toutes les preuves. J’devrais peut être te dire que j’suis allée prévenir Logan pour qu’il fasse quelque chose d’autre pour ta sœur, qu’il insiste ou je ne sais ce qu’il a fait. J’devrais peut être te dire que ce grand con a essayé de nous réconcilier, parce qu’il sait que t’as besoin de soutien, mais que j’peux pas être là si tu m’éloignes à coup de baignes, parce que moi aussi j’ai mes balafres mine de rien, et que moi aussi elles pourraient m’empêcher d’avancer si je leur donnait ce pouvoir là. J’aurais pu dire tout ça Alec, rien ne m’en empêchait. D’ailleurs, j’aurais même pu tenir et te soutenir, j’aurais pu faire mieux et être bien plus présente que ce que j’ai fait. Mais tu sais quoi ? J’en ai même pas envie. Et puisque je t’ais déjà dit plus de la moitié de tout ça ; Je me suis simplement contenté de répondre :

« Casses-toi sale con, laisse moi passer ! »

Un peu plus sec comme approche. Il avait voulu dire quelque chose, mais la jeune femme s’en était tout de suite écartée, dégageant son bras du sien, le fixant droit dans les yeux sans ciller.

« Ecoutes moi maintenant, j’peux passer tes conneries quand c’est moi qui me les prend dans la gueule, j’peux te pardonner parce que tu t’inquiètes, j’peux même fermer les yeux sur tes accès de colère et oublier que j’ai gardé la marque de ta rage sur le poignet pendant une semaine. Mais tu t’approches plus de moi tant que tu répares pas tes conneries auprès de Dakota et Takuma. Et encore, j’sais pas si t’en vaux la peine. Maintenant tu dégages de mon chemin tout de suite. »

Sans attendre qu’il ne répondre quoi que ce soit – ce qu’il n’avait pas fait puisqu’il avait pivoté sans un mot, la laissant aller – la jeune femme avait descendu les étages sans attendre quoi que ce soit du Serpentard qui patientait encore un peu derrière elle. Bientôt, elle était arrivée dans le hall, ne desserrant pas les lèvres de peur de laisser ses émotions prendre le dessus. Quelques jours plus tôt, ils s’étaient réconciliés, et après, il avait sortis cette saloperie à Takuma. Au final, ça n’avait surtout été qu’un concours de mauvaises circonstances, mais il ne faisait rien pour arranger et c’était ce qui l’agaçait au plus haut point. Bien au contraire, il passait son temps avec la belle moldue, faisant rager Takuma en silence, ce qui avait encore provoqué pas mal d’emmerdes. La jeune femme doutait qu’il aille où que ce soit avec la belle blonde, surtout après la crise qu’elle venait de lui taper, mais ça ne la rassurait pas. La belle non magicienne passait de moins en moins de temps avec eux, et elle s’enfermait dans quelque chose que la Poufsouffle n’appréciait pas. ça allait finir par la faire déraper à force. Ok, non, peut être pas, pas d’après ce que Takuma avait raconté sur elle en tout cas, mais ça ne changeait au final pas grand-chose à l’histoire. Et il blessait Takuma en faisant ça, chose qu’elle n’appréciait pas beaucoup, alors que, manifestement, ça le faisait beaucoup rire. Traduction : ça occupait sa misérable vie rythmée par l’inquiétude qu’il éprouvait pour sa sœur dont il n’avait pas de nouvelles. Oui, elle l’avait compris ça, bien sûr. Mais ça non plus, ça ne changeait rien au film, et qu’il ait voulu faire un pas vers elle non plus. Un pas en avant, trois en arrière. C’était sa danse, et elle n’était pas femme à se laisser guider.

Enfin, ça, c’est toujours beau à dire, moins simple à appliquer, cela dit en passant.

C’était donc après cette après midi là que la jeune femme s’était retrouvée à bouquiner dans la salle commune. Allongée sur le dos sur l’un des canapés agréablement rembourrés de la salle commune, le bouquin juste au dessus des yeux, la belle s’était plongée dans un écrit qui semblait expliquer l’origine de la magie au sein de tous les sorciers. C’était Takuma qui lui avait proposé de lire ça, il y avait maintenant bien deux mois de ça, histoire de commencer par la base et essayer de comprendre ce qu’il se passait en elle. Ça semblait logique : connaitre la force avant de pouvoir la discipliner. Rationnel en tout cas. Rester éveillée en lisant ce truc, en revanche, ça tenait de l’exploit. Le sorcier-physicien-chimiste-elle-ne-savait-trop-quoi qui avait écrit ce livre utilisait un vocabulaire qu’elle ne comprenait pas, pas plus que les processus qui semblaient se dérouler en elle à chaque fois qu’elle perdait le contrôle.

En bref : la jeune femme était en train de s’endormir doucement, mais inexorablement, le libre descendant toutes les deux minutes de trois bons centimètres à mesure que ses muscles – comme con cerveau d’ailleurs – lâchaient prise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Mer 15 Aoû 2012 - 16:29



I can do better → Sovahnn & Jill

J
’ai laissé Derek mettre le point final à notre conversation puis j’ai tourné les talons et je suis partie, le sourire aux lèvres. Les suites de cette discussion ne tarderaient pas à apparaître, le fait qu’il veuille prendre son temps, ne pas tout bousculer pour un baiser ne correspondait pas exactement à ce que je ressentais mais… bon. Aucun de nous deux n’avait engueulé l’autre. Nous avions parlé comme deux personnes qui apprennent doucement à se connaître et j’avais pu apprivoiser une facette de lui qu’il ne m’avait jusqu’alors que laissé entr’apercevoir. Le fait qu’il parle de lui, de son enfance, de son Grand-père et de l’influence qu’il avait eu sur sa vie, c’était… Moi je trouvais ça bien. J’étais touchée qu’il ait accepté de parler, de s’ouvrir parce qu’après tout, ce n’est pas parce que je l’avais réclamé qu’il l’avait fait. Quelque part en lui, il y avait eu une envie de me parler de ça et pas simplement le plaisir d’obéir. Enfin j’espérais.

Non, franchement, j’étais contente. J’avais pu lui parler moi aussi. Lui confier ces choses que j’avais longtemps tues et qui finissaient par ressortir. Chaque fois moins brutalement que la dernière. C’était étrange de considérer la façon dont je lui avais parlé de Suzie, sans que ça semble me poser réellement problème et toute la difficulté que j’avais éprouvée les trois dernières années pour ne serait-ce que penser à elle. La souffrance s’estompait. Une partie du moins parce que cette petite bouille me manquerait jusque sur mon lit de mort mais en parler n’était plus aussi cornélien. Et la facilité, ou l’absence de difficulté, avec laquelle j’avais abordé le sujet, sans qu’il m’y oblige, me faisait m’interroger sur le blocage que j’avais eu. Ça semblait ridicule vu d’ici ! Et pourtant…

Bah ! Ce qui comptait c’était d’avoir réussi à faire un pas. Pour Suzie. Pour Derek. Maintenant il faudrait veiller à ne pas reculer pour ne pas perdre ces petits centimètres grignotés. Pour Derek, c’était presque trop facile. Lui laisser du temps. Easy ! Même si en y réfléchissant, je me demandais ce qu’il mettait derrière ça. Du temps pour quoi ? Compter le nombre de + et de – dans la colonne ‘Jillian’ ? C’était un peu étrange mais j’étais tellement satisfaite que notre conversation se soit déroulée sans anicroche que je n’y prêtais pas trop attention. Après tout, c’était peut-être pour me prendre sauvagement par surprise dans un couloir *out* On a le droit de rêver hein. Il faudra tout de même que je lui demande son secret pour faire taire ses hormones parce que personnellement, les miennes, ce soir, c’était… félin. Mettez ce que vous voulez comme définition derrière ça mais prenez en compte que mes dernières galipettes commencent sérieusement à dater et que même en étant la plus vieille du lot… les envies ça s’accroche, ça vous rattrape dans les situations les plus insolites et ça peut vous donner envie de lui sauter dessus simplement parce qu’il se gratte la tête ou qu’il vous sourit :gla: Quand on pense que tout ça ce ne sont que des petites molécules qui se baladent dans votre corps et se fixent au mauvais endroit au mauvais moment… Mais personne n’est là pour un cours de biochimie et surtout pas Elise donc passons ! :ga:

Je me demande si Sovahnn sera dans la salle commune. J’espère parce que si elle est partie à une soirée ou quoi, on risque fort de pas se voir avant demain. Sauf si je l’attends pour aller me coucher mais à mon avis, même avec toute la volonté du monde, à un moment donné, mes paupières vont me trahir. C’est pas un drame si on ne se voit pas ce soir non plus mais j’aimerais bien qu’elle soit là quand même. Si elle revenait de Ste Mangouste, je voudrais être la première à la voir. Puis je pense qu’elle aussi voudrait avertie de mon retour. J’ai quand même failli y passer :gla:
C’est sur le souvenir de leur présence à tous autour du lit dans lequel Maxence m’avait allongée deux semaines plus tôt que je donnai le mot de passe à l’armure postée à côté du large tableau représentant une coupe pleine de fruits. La poire en bas à droite s’agita puis le tableau pivota. L’armure, toujours aussi courtoise, fit une profonde révérence à mon passage. Le panneau se referma derrière moi et je sentis une bouffée d’appréhension m’envahir, balayée par un grand sourire quand l’odeur particulière de notre salle commune me souhaita la bienvenue. J’apparus dans la lumière de la pièce, sortant de la minuscule pénombre qui séparait le hall et la salle commune des Poufsouffles. Des élèves levèrent le nez de leurs occupations et me sourirent pour certains.

Joy, assise dans les escaliers en compagnie de Mark, me lança un clin d’œil auquel je répondis par un sourire. Mon regard descendit sur leurs doigts entrelacés et mon sourire s’élargit. Je regardai de nouveau Joy. Elle haussa les épaules avec sourire et l’air de celle pour qui c’est tombé dessus comme ça et … voilà. Je hochai la tête et articulai des félicitations qu’elle accueillit en riant. Mark tourna enfin la tête dans ma direction et la joie dans ses yeux noisettes fit plaisir à lire. Je les saluai une dernière fois de loin avant de regarder si Sovahnn n’était pas là. J’aurai bien crié son nom à la cantonade ou lancé un cri de guerre et voir si elle réagissait mais … yen avait en train de bosser :gla:

Quatre mains qui s’agitant dans le coin de mon champ de vision attirèrent mon attention. C’était Joy et Mark qui me faisaient signe pour me dire… de regarder dans le canapé ? Je tournai la tête dans cette direction. Ah oui elle était là ! Je voyais sa crinière de jolie blonde qui dépassait de l’accoudoir et ses pieds de l’autre côté. M’approchant je remarquai le bouquin dans ses mains. Un truc sur l’origine de la magie dans notre monde. Je souris. Bosseuse la miss ! Mais le livre descendait de plus en plus sur son visage. Je ne le voyais pas vraiment de là où j’étais et vu qu’elle était concentrée sur sa lecture, je décidai de faire le tour. Je m’agenouillai au niveau de sa tête et commençai à chantonner à son oreille en priant pour pas me manger le bouquin si je la surprenais trop.

Sovahnn tu dooors, ton dragon-ton dragon va trop vi-teuh ♪ »

Je la regardai et sourit quand elle tourna la tête vers moi.

Salut toi. Tu permets ? »

Je la laissai me faire une petite place sur le canapé et quand la place se libéra, je lui fis dos avant de me laisser littéralement tomber dedans. J’attrapai l’accoudoir à côté de moi et le tapotai gentiment avant de renverser ma tête en arrière. Bordel ce qu’il était moelleux. Je comprenais que tout le monde s’endorme dedans.

Ah ! Fait du bien d’être rentrée ! Il m’a manqué ce canapé ! Toi plus que lui quand même. Comment tu vas ? Qu’est-ce qu’il s’est passé pendant que j’étais pas là ? J’vois que le château a pas encore explosé ce qui veut dire que ni Takuma, ni toi, ni Enzo n’avez été en cours de Potions. C’est mal ! »

Je secouai la tête de gauche à droite, créant un nuage de boucles brunes autour de moi.

code by stitch


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Jeu 16 Aoû 2012 - 22:45

La fatigue. Oui, le bouquin descendait doucement vers le visage de la jeune femme. Mais il n’y avait pas que ça. Ces derniers temps, elle était simplement épuisée de tout, et notamment, tristement même, des gens qui l’entouraient. Tous énervés, blessés pour toute sorte de raison, il n’y en avait pas un seul pour penser à autre chose que ses problèmes. Pas un seul pour savoir faire abstraction pour déconner, et vivre simplement. Nan mais c’était vrai quoi ! Elle n’avait pas non plus vécus des trucs marrants marrants, mais ça n’était pas pour ça qu’elle passait sa vie à ressasser tout ça. Au début, elle avait été compréhensive, mais maintenant, plus ça allait, plus leurs petites dépression à tous, ne faisaient que la renvoyer vers tout ce qui déconnait à bloc dans sa propre existence, et elle commençait à ne plus en pouvoir de se poser toutes ces genre de questions. Ça lui faisait mal, oui, bien entendu, parce qu’à force, elle passait de plus en plus de temps seule, incapable de regarder encore un peu plus Alec et Dakota se rapprocher et Takuma ruminer dans son coin, incapable d’écouter ou quoi que ce soit. Non, il n’avait pas envie qu’on lui parle, pas envie non plus qu’on le fasse rire, il voulait juste rester seul avec son mal être. S’il avait été une fille, il se serait probablement enfouis sous une énorme couette avec une plaquette de chocolat. Mais puisqu’il ne l’était pas, il se contentant de ne pas faire de commentaire, dardant sur les jeunes gens un regard sans équivoques. Quand à Aileen, c’était le même bébé. Toujours pas de plaquettes de chocolat, mais Sovahnn ne s’étonnerait pas si elle en trouvait quelque part sous le lit. Enfin, bref, de ce côté non plus, ça n’était pas la joie. Jordane passait plus de temps avec Jayden qu’ici, surtout depuis que celle-ci se faisait chier au chevet d’Alec, qui, manifestement, n’avait plus besoin de baby-sitter vu qu’il tenait très bien debout et que son esprit bourré de conneries n’avait aucun soucis à générer des gaffes pas possibles. Voulues ou non, Sovahnn n’en savait rien, et même si elle clamait s’en foutre, ça n’était pas le cas et elle aurait voulu avoir des réponses. Savoir si elle s’en faisait pour une vraie raison ou si elle courrait simplement après un mirage.

Alors la jeune femme sortait, encore et encore. Pas à des fêtes, non, elle n’avait strictement aucune envie de croiser le Serpentard, ou même l’une de ses amies, et puis, elle tentait de faire comme si elle n’en voulait à personne. Comme si elle ne hurlait pas en elle-même de ne jamais ne serais-ce que croiser Enzo au détour des couloirs qu’elle arpentait tous les jours à présent. Mais puisque sa vie sociale était au point mort, sa vie sportive, elle, c’était fortement développée. Tous les matins, la jeune femme partait courir, dégager toutes les tensions qui la bouffaient. Peu à peu, elle avait sentis avec ravissement que ses membres étaient plus sûrs d’eux, et pas seulement portés par la magie que la potion qu’elle avait pris pendant des mois, leur procurait. Et puis, elle partait voler, faire toutes sortes d’acrobaties sur son balais, jusqu’à manquer y passer à chaque fois. Elle avait également déniché une balle, avec laquelle elle s’amusait tous les jours, jusqu’à être capable de la rattraper dans n’importe quelle situation ou presque, jusqu’à avoir assez de force dans les bras pour la faire passer dans les cercles à l’autre bout du terrain. La belle blondinette s’était également renseignée sur ce sport sur balais dont lui avait parlé Billy. Et puis, à force de lire, elle s’était également remise à bosser les cours qu’elle loupait à longueur de temps. Elle bossait, s’entraînait à cogner, à essayer de se défendre comme Yoru lui avait appris pendant quelques temps avant de disparaitre de la surface de la terre. Enfin, de Poudlard du moins. Et c’était comme ça qu’elle se retrouvait complètement épuisée le soir venu. Et ce soir, c’était ses cours qui en faisaient les frais. D’une parce qu’elle s’était vraiment donnée à fond pendant toute la journée, et de deux, parce que ce qui était raconté en travers de ces lignes était foutrement barbant.

Sovahnn tu dooors, ton dragon-ton dragon va trop vi-teuh ♪ »

OO’’

Bug généralisé. Finalement, elle faisait peut être plus que s’endormir, parce que son cerveau avait mit un bon moment avant de se resituer. Tellement que la jeune femme s’était redressée en automatique, fixant Jill comme si elle voyait un fantôme, et pas celui qu’elle avait découvert avec Enzo.. ‘pas l’même genre.

Salut toi. Tu permets ? »

C’était fait, elle lui avait laissé la place tout en la regardant avec des grands yeux alors que son cerveau, qu’on avait coupé en plein processus d’endormissement, commençait à reconnecter quelques neurones. Et, oui, un cerveau ne connecte pas des neurones, c’est débile, c’est le chimiotactisme qui le fait, et sûrement pas à l’état adulte d’un personne. Mais on s’en fout. Comme de la bioch. Quoi que tant que tu ne rentres pas dans des équations chimiques, des histoires d’isotopes, de protons ect… ça va hein ! Bref, oui, les deux auteurs se causent entre elles, et elles vous bipe avec amour =D !

Ah ! Fait du bien d’être rentrée ! Il m’a manqué ce canapé ! Toi plus que lui quand même. Comment tu vas ? Qu’est-ce qu’il s’est passé pendant que j’étais pas là ? J’vois que le château a pas encore explosé ce qui veut dire que ni Takuma, ni toi, ni Enzo n’avez été en cours de Potions. C’est mal ! »

Ça y était, elle s’était réveillée, dans un éclat de rire à peine retenu, et, cette fois, prenant réellement conscience qu’elle ne rêvait, ni n’hallucinait complètement, la jeune femme avait sauté au cou de son amie, la renversant à moitié, voir complètement sur le canapé, l’écrasant de sa.. non lourde masse. Quoi qu’elle s’était fait des muscles entre temps, mais bon… je doute que Jillian aille lui dire qu’elle avait pris du poids.

« Mais c’est vraiment toi en fait !! T’es revenue ! Comment c’était ? Tu vas bien ? T’as pu rien, dis moi qu’t’as pu rien !! Oh putain tu m’as manquée ! Aaaah ! »

Oui, elle est barge. Oui, le bouquin est complètement plié dans tous les sens par terre et ça me rendrait folle. Mais comme de toute évidence, je ne suis pas à sa place et inversement, on s’en fout.

« Ça va, j’vais bien je… ne suis en effet pas allée en potion depuis ton départ espèce de médium. C’est pas très sympa d’espionner les gens. T’es rentrée depuis quand ? Nan, question con, probablement pas depuis hier, j’le saurais. T’as vu quelqu’un avant moi ? Enzo ? Derek ? »

La laissant respirer, se rendant soudain compte que si elle n’était pas complètement guérie, elle lui faisait peut être mal.

« Ça va ? désolée, j’voulais pas t’étrangler.. Et.. il s’est pas passé grand-chose. Enfin, si, d’ailleurs, si. Mais toi d’abord ! Qu’est-ce qu’il s’est passé depuis qu’on t’a quitté ? Apparemment Maxence a bien géré, tout s’est bien passé. »

Mieux qu’on le croyait tous, et ce, probablement grâce à Takuma, mais, ça, elle allait le taire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Lun 27 Aoû 2012 - 19:10



I can do better → Sovahnn & Jill

Ç
a faisait exactement deux semaines et deux jours que nous n’avions pas été en face l’une de l’autre, depuis qu’elle était venue dire au revoir sur ce lit d’hôpital. Elle n’avait pas beaucoup changé, en même temps deux semaines c’était un peu court comme laps de temps pour changer radicalement de tête. A moins de passer chez le coiffeur et qu’il se rate sur votre coiffure… Ce n’était pas le cas de Sovahnn, elle avait toujours sa superbe crinière blonde avec toujours ces quelques mèches plus sombres qui donnaient une teinte unique à ses cheveux. Et quand elle me reconnut vraiment comme la fille qu’on avait tous laissée pour partir avec un aller sans retour possible et qu’elle sauta sur mes genoux pour me serrer dans ses bras, je constatai qu’elle faisait toujours ses 30 kilos tous mouillés. Heureusement que les mecs ne s’amusaient pas tous à grimper sur mes genoux comme elle sans quoi je n’aurai plus que des crêpes à la place des cuisses. Sovahnn ça allait, poids plume oblige :top : Je lui claquai un bisou sur la joue avant qu’elle ne recule pour s’exclamer :

Mais c’est vraiment toi en fait !! T’es revenue ! Comment c’était ? Tu vas bien ? T’as pu rien, dis moi qu’t’as pu rien !! Oh putain tu m’as manquée ! Aaaah ! »

Une étreinte de nouveau et j’éclatai de rire en manquant de m’étouffer :

Oh bah c’était … comme un hôpital quoi :gla: Plein de gens en blouse blanche, des médecins sexys, des infirmières mégères et d’autres très sympas, des malades partout partout avec toutes sortes de maladies bizarres. Genre yen avait un avec un cactus qui lui poussait dans chaque narine.. Une expérience qui a mal tourné :gla: »

Heureusement qu’on n’était pas en hiver sans quoi bonjour les dégâts si cet homme avait attrapé un rhume et qu’il fallait le moucher toutes les deux minutes..
Je repensai à sa tête dans le couloir une seconde avant de regarder Sovahnn et de sourire.

Et tu m’as manquée aussi, comme c’est pas permis de manquer à quelqu’un ! Mais j’ai bien fait mes devoirs et je suis complètement guérie d’après les médecins. En même temps, ils ont viré ce qui n’allait pas pour me mettre un truc qui fonctionne bien donc forcément.. L’avantage c’est que j’aurais pu la Pimentine le matin. J’vais manquer à Maxence »

Ça, ça promettait d’être un changement. J’y étais habituée depuis des années et l’obligation de me rendre à l’infirmerie le matin était devenue un véritable tic. Je ne comptais plus le nombre de matins où je repassais trois fois la tête par la porte de l’infirmerie pour demander à Maxence si j’avais bien pris ma potion magique. A présent, j’allais pouvoir descendre en même temps que tout le monde dans la Grande Salle. Ne plus avoir peur de faire un gros effort physique. Essayer le Quidditch. Remonter sur un Hippogriffe avec Ismaelle si elle était toujours d’accord. J’avais adoré passer ce moment en sa compagnie, elle était tellement… Cette femme était une perle. Il faudrait que je pense à aller la voir demain ou dans les jours suivants. Les poilus, velus, écailleux et plumés m’avaient autant manqué que sa personnalité attachante et sa simplicité naturelle. En plus de ça et ce n’était pas un détail, j’avais raté deux semaines de cours et il faudrait bien que je rattrape mon retard un jour puisque les examens ne tarderaient pas à pointer le bout de leur nez.
Enfin. Pour l’instant, c’était Sovahnn qui m’intéressait et tout ce que j’avais loupé dans sa vie.

Et toi alors ? »
Ça va, j’vais bien je… ne suis en effet pas allée en potion depuis ton départ espèce de médium. C’est pas très sympa d’espionner les gens. T’es rentrée depuis quand ? Nan, question con, probablement pas depuis hier, j’le saurais. T’as vu quelqu’un avant moi ? Enzo ? Derek ? »
T’as pris un truc avant que j’arrive ou je suis plus habituée ? :gla: Je suis rentrée ya quoi une heure ? J’ai vu Enzo oui, il m’a intercepté avant le dîner et Derek après avoir laissé le p’tit jeune. Faudra que je te raconte d’ailleurs, ya eu des rebondissements inattendus dans l’affaire :gla: »

Lui lançant un clin complice, je souris. C’était récent ça, de parler de Lui et de ce que je pouvais ressentir. Ce n’était pas pour obtenir quelque chose d’elle sur Alec en retour, non c’était simplement.. comme ça. Avoir son avis sur la question était important pour moi. C’était sans doute ma première expérience amoureuse sérieuse si on ne prenait pas en compte mon idylle avec Todd, copain de bac à sable. En plus de ça, je n’avais jamais eu qu’une petite sœur et elle n’avait qu’une seule courte histoire d’amour avec un garçon rencontré en vacances. Autant dire que j’étais sensée en savoir plus qu’elle et que… ça n’était pas vraiment le cas. Une grande sœur m’aurait été plus qu’utile dans cette situation mais comme je prenais déjà la place de l’aîné… J’avais Sovahnn. Et elle me suffisait amplement.

Ça va ? désolée, j’voulais pas t’étrangler.. Et.. il s’est pas passé grand-chose. Enfin, si, d’ailleurs, si. Mais toi d’abord ! Qu’est-ce qu’il s’est passé depuis qu’on t’a quitté ? Apparemment Maxence a bien géré, tout s’est bien passé. »

Je hochai plusieurs fois la tête. Il avait carrément géré.

Ouais il a orchestré ça comme un maître, faut que je passe le voir de toute façon. Pour le remercier, me jeter à ses pieds et aussi lui dire qu’il ne verra plus ma tête le matin. J’compte sur toi pour me rappeler plusieurs fois par jour que je ne risque plus de crever si je la prends plus la Pimentine parce que je sens que ça va me rester un moment cette habitude. En même temps, ça faisait genre quasiment 10 ans que je me pointais à l’infirmerie le matin Rolling Eyes Bref, tu surveilleras avec moi ? Ça t’embête pas ? :gla: »

Une seconde l’image de Sovahnn me tenant les poignets et moi tirant comme une damnée pour nous traîner jusqu’à l’infirmerie vola dans mon esprit. Un sourire l’évapora et je racontai pour la 3ème fois de la soirée comment je m’en étais sortie à Ste Mangouste.

Sinon ce qu’il s’est passé là-bas.. pas grand-chose. J’avais un Supérieur H24 avec moi qui a arrêté de me suivre quand on est revenu ici et je m’en porte pas plus mal. … J’ai revu mes parents ! Ils ont été avertis de ma présence et malgré qu’on habite à l’autre bout du pays par rapport à Ste Mangouste, ils ont fait le déplacement. Ils sont pas restés longtemps mais.. ça faisait du bien de les voir. »

Les détails du rein artificiel, tout ça.. je passai parce que franchement, ce qui comptait c’est que j’en ressorte en un seul morceau et complètement guérie non ?

J’ai vu Alec aussi. Enfin.. jl’ai vu avant qu’on parte en calèche mais j’ai eu beau demander, ils ont pas su, ou pas voulu Rolling Eyes, me dire dans quelle chambre il était là-bas. »

C’était sans doute la première chose que j’avais demandé en me réveillant là-bas. Où était le garçon qui était arrivé en même temps que moi ? Personne n’avait vraiment répondu, ils avaient tous prétexté ne pas pouvoir m’en parler à cause du secret médical qui les réduisait au silence et du coup je n’avais pas pu avoir de nouvelles sur son opération ni sur sa sœur, si elle avait survécu, si ça s’était bien passé.. Apparemment il n’avait pas changé d’avis sur le fait d’aider sa sœur et ça ne m’étonnait pas tellement. La longue discussion que nous avions eu après que je l’ai trouvé en train de passer ses nerfs sur un sac de sable n’avait pas fait bouger d’un iota son point de vue. Il avait surtout exprimé tout ce qu’il ressentait vis-à-vis de sa sœur et c’était en l’écoutant que je m’étais rendu compte qu’il m’avait sorti tout ce que j’avais pu dire à mes parents pour tenter de leur expliquer pourquoi je faisais ça, pourquoi c’était nécessaire que ça soit moi qu’il le fasse et pas un inconnu. Cette après-midi là avait constitué le ciment et les bases de notre amitié, plus que cette drôle de rencontre dans le potager qui avait surtout été l’étincelle.

Je jetai un regard à Sovahnn. Je ne savais pas où ils en étaient tous les deux. La dernière fois que je les avais vus ensemble, ça se passait… bien :gla: Comme j’avais peur d’aborder un sujet délicat avec elle pour le moment, je décidai de changer de sujet et de garder celui-ci pour plus tard.

T’as reçu mes lettres ? Enzo dit qu’il en pas eu une seule. »

J’avais pas mal écrit pendant cette convalescence, à défaut de pouvoir m’occuper autrement. Ça m’avait permis de garder contact avec le monde extérieur, même si mes amis n’avaient rien reçu ou très très peu de lettres comparé au nombre que j’avais envoyées. L’heure du courrier à Ste Mangouste avait eu la même saveur que celle à Poudlard pendant ces deux semaines loin d’eux.

Par contre j’ai reçu toutes les vôtres. Merci beaucoup :calin: Ça me tenait compagnie plus que le Supérieur qu’ils m’avaient collé aux basques. »

No comment Rolling Eyes

T’as vu que Joy et Mark étaient ensembles ? Ça fait longtemps ? J’ai l’impression d’avoir loupé un an ici oO Il s’est passé quoi d’autre pendant que j’étais pas là alors ? »

Oui j’avais encore changé de sujet mais j’avais tellement la sensation d’avoir perdu du temps en étant loin d’elle que je voulais le rattraper là, maintenant, tout de suite.

code by stitch


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Sam 1 Sep 2012 - 21:17

Les jours défilent, les uns derrière les autre, mais plus la jeune femme restait seule dans la journée, plus ceux-ci semblaient s’allonger effroyablement. Et pourtant, elle s’était trouvé une très bonne activité : le renforcement musculaire, chose plutôt dure dans le genre, mais qui lui permettait de se trouver plus sûre d’elle. Sa course du matin, par tous les temps, le long du lac, seule, lui permettait de souffler, d’oublier tout ce qui pouvait bien la faire chier ces derniers temps, et, surtout, depuis qu’elle avait commencé cette petite routine, elle avait cessé ses cauchemars. Et une bonne partie concernait Jillian d’ailleurs. Et puis, après elle s’entraînait, coups de pieds, de poings. Il était hors de question qu’elle se sente toujours aussi démunie, si sa baguette ne lui était d’aucune protection, il fallait qu’elle puisse au moins faire mieux que la dernière fois. Et puis, elle passait une partie de sa journée à potasser des bouquins sur les créatures magiques qui, elles, la passionnaient, et elle finissait sur le Quidditch, puisque depuis son entretient avec Billy, elle avait commencé à s’y intéresser pour savoir un peu en quoi ça consistait. Enfin, voilà, et si la jeune femme tentait à présent d’en apprendre un peu plus sur tout ce qu’elle était censée connaître par cœur de par certains de ses cours, au final, ça ne faisait que lui rappeler que son corps courbaturé était parfaitement crevé. Et pourtant, quand Jillian avait fait son apparition, la jeune femme avait retrouvé un brusque regain d’énergie, lui sautant au coup, l’assaillant de question, un grand sourire accroché sur les lèvres.

Oh bah c’était … comme un hôpital quoi :gla: Plein de gens en blouse blanche, des médecins sexys, des infirmières mégères et d’autres très sympas, des malades partout partout avec toutes sortes de maladies bizarres. Genre yen avait un avec un cactus qui lui poussait dans chaque narine.. Une expérience qui a mal tourné :gla: »

Un air déconcerté sur la tronche et la Poufsouffle avait explosé de rire.

« Ça c’est original. Une chance qu’il ait pas eu le nez qui coule.. »

Oui, elles avaient pensées à la même chose, mais c’est ça aussi être amies. On pense les mêmes choses, on se comprend en quelques regards, on bavarde un peu trop parfois, on se pardonne tout, toujours finalement.

« Ya un mec de troisième année ici qui est descendu en larme à l’infirmerie avec des choux-fleurs dans les oreilles avant-hier. C’était assez bizarre, et j’crois qu’il se remettra pas tout d’suite des fou-rires qu’il déclenchait derrière lui. Pas sympa… mais poilant ! »



« Et j’suis sûre que pas un médecin n’égalait Maxence là-bas. … Question plastique, le reste… j’vais pas dire qu’on s’en fout, vu la situation mais… c’est juste toujours plus agréable =D »

Quoi ? On ne va pas se le cacher, la jeune femme n’était pas contre accompagner Jillian le matin pour son traitement journalier, juste pour voir la belle gueule d’ange de leur protecteur en blouse blanche. Même si… en fait, il n’avait jamais de blouse, même sa robe de sorcier était du noir traditionnel : pas drôle ! Et vu le jean qui en dépassait, il aurait probablement préféré rester en tenues plus classique de son point de vue. Mais avec les Supérieurs dans le coin, il ne devait pas trop avoir envie de risquer le coup.

Et tu m’as manquée aussi, comme c’est pas permis de manquer à quelqu’un ! Mais j’ai bien fait mes devoirs et je suis complètement guérie d’après les médecins. En même temps, ils ont viré ce qui n’allait pas pour me mettre un truc qui fonctionne bien donc forcément.. L’avantage c’est que j’aurais pu la Pimentine le matin. J’vais manquer à Maxence »
« C’est vrai ?? C’est gé… t’as vraiment rien écouté à ce que j’ai dit ! J’vais prendre quoi comme excuse maintenant pour aller le mater au juste hein ? Des salsifis ? »

Après les cactus et les choux-fleurs, c’était une idée comme une autre hein. Oui, elle ne pensait qu’à ça, mais vous avez vu ce sourire, et ces yeux et ce… hiaaaaaaaah…. Les femmes, c’est faible, oui, je sais, et j’affirme. Un peu d’charme et on fond toutes comme des gourdasses, moi je dis : c’est d’la faute de la chimie et nous sommes parfaitement disculpées, donc on peut se comporter comme les hormones nous l’indique ! Y compris cris et petits soupires.. tant que c’est à peu près discret. Ouais, Sovahnn se voyait mal avoir le même genre de réaction face à Maxence que face à la fin de pirate des caraïbes quoi. Offre-moi cet horizon, ça vous dit ? Ben voilà.

Et toi alors ? »
Ça va, j’vais bien je… ne suis en effet pas allée en potion depuis ton départ espèce de médium. C’est pas très sympa d’espionner les gens. T’es rentrée depuis quand ? Nan, question con, probablement pas depuis hier, j’le saurais. T’as vu quelqu’un avant moi ? Enzo ? Derek ? »
T’as pris un truc avant que j’arrive ou je suis plus habituée ? :gla: Je suis rentrée ya quoi une heure ? J’ai vu Enzo oui, il m’a intercepté avant le dîner et Derek après avoir laissé le p’tit jeune. Faudra que je te raconte d’ailleurs, ya eu des rebondissements inattendus dans l’affaire :gla: »
« T’es pu habituée. Han c’est cool ça, ça a dû booster sa journée. »

Ça et Kyle.

« Et j’attends que ça moi les potins déprimants ou non sur les rebondissements amoureux Rolling Eyes Nan, ça fait un peu moqueur dit comme ça, mais en vrai, ça m’intrigue. »

Oui, les histoires bordéliques des amis, ça l’avait toujours intéressée, parce qu’elle s’inquiétait pour eux, tout simplement. Mais d’un autre côté, depuis le tout début, la jeune femme partait du principe qu’elle laissait les autres venir à elle, et qu’elle ne les collerait pas outre mesure s’ils ne le faisaient pas. Sauf si elle les voyait faire une tronche pas possible, bien évidemment. C’est juste… en fait quand elle s’était réveillée, le premier contact non hystérique qu’elle avait eu, c’était avec Enzo, on passera les détails, je pense qu’on en a déjà assez parlé comme ça, mais il n’empêchait qu’il n’était pas vraiment prêt à parler de ses secrets à n’importe qui, et comme elle, n’avait pas forcément envie d’aborder les sujets douloureux non plus, il s’était instauré entre eux une sorte de règle tacite. Cette règle était devenue générale au fil du temps, même si Sovahnn avait eu moins de problèmes à aborder ses propres soucis.. qui d’ailleurs, avaient atterrit assez violement sur Jillian quand elles s’étaient rencontrées. C’est ce qu’on appelle être franc et direct sur des sujets loin d’être évidents à aborder, mais puisqu’elle voulait avancer et profiter de la vie, au diable ces principes déprimants ! Bien sûr, il était des choses qu’elle passait sous silence. Si Takuma savait pour son agression, et Enzo aussi – forcément, lui était là – ça n’était pas pour ça qu’elle en avait parlé à d’autres. C’était passé, elle avait fait ce qu’elle pouvait pour se soigner à sa manière, maintenant on passe à la suite, point barre. Ça n’était probablement pas si simple que ça, mais la jeune femme cherchait à se convaincre que ça l’était, pas besoin de s’apitoyer sur son sort plus que ça, surtout qu’elle y avait réchappé les deux fois. De justesse, oui, mais il n’y avait rien eu, donc on passe.

Se rendant brutalement compte qu’elle étouffait probablement son amie, la blondinette s’était un peu reculée, lâchant doucement sa prise.

Ça va ? désolée, j’voulais pas t’étrangler.. Et.. il s’est pas passé grand-chose. Enfin, si, d’ailleurs, si. Mais toi d’abord ! Qu’est-ce qu’il s’est passé depuis qu’on t’a quitté ? Apparemment Maxence a bien géré, tout s’est bien passé. »
Ouais il a orchestré ça comme un maître, faut que je passe le voir de toute façon. Pour le remercier, me jeter à ses pieds et aussi lui dire qu’il ne verra plus ma tête le matin. J’compte sur toi pour me rappeler plusieurs fois par jour que je ne risque plus de crever si je la prends plus la Pimentine parce que je sens que ça va me rester un moment cette habitude. En même temps, ça faisait genre quasiment 10 ans que je me pointais à l’infirmerie le matin Rolling Eyes Bref, tu surveilleras avec moi ? Ça t’embête pas ? :gla: »

Offrant à son amie un petit rire, Sovahnn imaginait très bien les scènes qui allaient se dérouler dans les semaines à venir.

« Ça marche, j’peux faire. J’me le ferais tatouer sur le bras… ou le tien d’ailleurs, j’sais pas encore. »

Vous croyez que c’est possible des tatouages ici ? Qui bouge et tout ? Et le premier qui pense à celui des mangemort… et bah ouais, j’le bouffe, vous avez tout compris. Nan mais c’est vrai ! Une coccinelle qui coure sur tout le corps à longueur de temps, ça peut fun !

Sinon ce qu’il s’est passé là-bas.. pas grand-chose. J’avais un Supérieur H24 avec moi qui a arrêté de me suivre quand on est revenu ici et je m’en porte pas plus mal. … J’ai revu mes parents ! Ils ont été avertis de ma présence et malgré qu’on habite à l’autre bout du pays par rapport à Ste Mangouste, ils ont fait le déplacement. Ils sont pas restés longtemps mais.. ça faisait du bien de les voir. »
« Ok.. bizarre. … C’est vrai ? Oh putain la chance ! Enfin, c’est relatif, j’sais bien, mais.. désolée, là j’suis jalouse. Mais contente pour toi… mais jaloouse ! »

En rajoutant ça, la miss à la crinière d’or s’était jetée sur son amie, la plaquant contre le canapé, l’agressant à coup de chatouilles en tout genre. Si elle allait mieux, si tout était bon, alors autant en profiter non ? Et mine de rien, la jeune femme qui la bloquait en grande partie, restait attentive à chacune de ses réactions, déjà prête à courir comme une dératée si son amie allait mal. Oui, les habitudes ont la vie dure. Et pourtant, elle n’était pas comme ça avant, évidemment, mais… ben disons que les toutes nouvelles habitudes ont la vie dure. C’était donc dans un grand éclat de rire qu’elle l’avait finalement libérée. Tout allait bien, ils pouvaient tous souffler. Plus de Jillian embarquée dans un tourbillon, aspirée au tréfonds des eaux sombres du lac noir. On souffle, et on avance, après tout, les choses allaient finir par se rééquilibré pour tout le monde, et tout irait mieux à ce moment. Il lui semblait d’un coup que le pire était passé.

J’ai vu Alec aussi. Enfin.. jl’ai vu avant qu’on parte en calèche mais j’ai eu beau demander, ils ont pas su, ou pas voulu Rolling Eyes, me dire dans quelle chambre il était là-bas. »
« Euh.. oui, il a été embarqué en même temps que toi. Ils pouvaient pas te répondre de toute façon, il est rentré le soir même. Il va bien. »

Mais sur le coup, lui et ses tripes à l’air étaient dans un état bien différent. La pensée de ses mains tremblantes dans sa chair sanguinolente - du battement dans ses veines, des organes rouges et suintants, d’Enzo perdant pied derrière elle, et d’absolument personne de compétant à ses côtés – l’avait assailli d’un coup, et elle avait dû perdre quelques teintes de visage, pâlissant quelques instants avant de chasser ce souvenir. Non, ça n’était pas utile de préciser ça. Et puis, Alec n’apprécierait pas, et ça inquièterait Jillian sans que ça ne soit utile. Pour ce qui était de sa sœur, la jeune femme savait que la brunette était au courant, mais ne sachant absolument rien, elle n’avait préféré en piper mot. Et puis, Alec… c’était un très grand sujet en lui-même, et elle savait qu’elle s’emporterait si elle disait autre chose de plus que « il va bien. ». Parce qu’au final, elle n’en savait rien, il ne voulait jamais rien lui dire, ne lui parlait pas et l’envoyait chier à longueur de temps. Il l’avait remercié pour l’autre fois, et quelques heures à peine après ça, elle lui décochait la plus monumentale gifle qu’elle ait jamais foutu à qui que ce soit. Et ça en était là. Et oui, elle avait peut être été trop prompte à s’en faire pour Takuma mais c’était lui qui avait commencé avec ses conneries franchement instables, alors si elle n’y avait pas le droit non plus, ça aurait été de l’injustice. Et oui, les histoires de mecs ou de femmes, entre amies, ça va bon train généralement. Ça n’est juste pas toujours simple à aborder.

T’as reçu mes lettres ? Enzo dit qu’il en pas eu une seule. »

C’est bien les lettres, comme sujet !

« Nan, aucune. T’en avais envoyé ? »

Question stupide, sinon elle ne te demanderais pas si tu les a reçues crétine de Took.

Par contre j’ai reçu toutes les vôtres. Merci beaucoup :calin: Ça me tenait compagnie plus que le Supérieur qu’ils m’avaient collé aux basques. »
« Il était tant que ça agrippé ? C’est flippant comme truc… t’as peut être une touche sait-on jamais.. Hey ! Fait pas cette tête, bien utilisé, j’suis sûre que ça peut être super utile ! »

Oui, c’est ce qu’on appelle de l’opportunisme. Elle avait bien utilisé son physique pour entrer dans une chambre de Supérieur et récupérer une baguette, alors honnêtement, elle n’était plus à ça près !

T’as vu que Joy et Mark étaient ensembles ? Ça fait longtemps ? J’ai l’impression d’avoir loupé un an ici oO Il s’est passé quoi d’autre pendant que j’étais pas là alors ? »
« Ouais ouais, c’est depuis… quoi ? Une semaine peut être, j’sais pu bien, j’ai pas fait gaffe en fait. J’les connais moins que toi. Et euh… pas grand-chose. J’ai chauffé un Supérieur, mais t’étais encore là et… nan, justement, c’est morne ces derniers temps, j’me fais chier. SI j’ai vu Cudrow baver et se pomponner pour recevoir la Supérieur canon là. Blonde… bombe… bref. J’sais pu quand c’était.. j’sais même pu si j’te l’ais déjà dit. J’perd la notion du temps en fait j’crois ces temps-ci :gla:. Et j’me suis mis au balais. Et.. voilà. »

Cool hein ? Cela dit, c’était déjà plus que ce qu’on pouvait avoir comme réponse dans le monde normal, mais elle avait eu tellement l’habitude que tout se précipite et qu’il se passe mille et une chose qu’il lui semblait que sa vie était calme. Enfin, il y avait sa rencontre avec Kyle aussi, mais ça, elle attendrait que la salle soit moins chargée pour le dire.

« Et donc, Derek, tu veux en parler maintenant ? »

Oui, je t’ais vu penser à me poser la question pour Alec, j’te renvois juste l’ascenseur avant que tu n’aborde le sujet. Et puis tu m’as cherché, c’est toi qu’en a parlé ! Et donc ??
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Lun 10 Sep 2012 - 19:08



I can do better → Sovahnn & Jill

E
lle m’avait manquée. C’était certain. Rien que le fait de l’entendre éclater de rire en imaginant un homme avec un cactus dans les narines me faisait un bien fou. J’avais envie de la tenir contre moi, de la serrer, de lui attraper les mains pour ne plus avoir à partir loin de tout ça. La voir me sourire et préparer mentalement sa phrase dans sa tête avec ce petit air malicieux complètement adorable me donnait envie de remercier milles fois le hasard qui l’avait mise sur ma route.

Ça c’est original. Une chance qu’il ait pas eu le nez qui coule.. »

Est-ce que tu savais qu’on était télépathes toi ?

Ya un mec de troisième année ici qui est descendu en larmes à l’infirmerie avec des choux-fleurs dans les oreilles avant-hier. C’était assez bizarre, et j’crois qu’il se remettra pas tout d’suite des fou-rires qu’il déclenchait derrière lui. Pas sympa… mais poilant ! »
Dire que j’ai raté ça ! »

Un gars avec des choux-fleurs dans les oreilles ça me rappelait Takuma qui avait fait littéralement pousser un potager sur un Supérieur une fois. Je m’étais manger un arbre ce jour-là. Et j’avais rêvé des Ryans dans le même lit que moi, aussi peu vêtus que moi. Et Takuma avait entendu ça. Et il avait aussi un air d’ornithorynque ce jour-là. Enfin quand je dis aussi ce n’est pas qu’il a l’air d’un ornithorynque tous les jours mais cette fois-là, en plus de tout ce qu’on avait déjà fait ou vécu, il avait pris en pleine tête une de ses fioles ou bien c’était un sort de Supérieur.. Plutôt une fiole je pense parce que je les vois mal lancer des sorts aussi originaux. Ça ne ferait pas très sérieux : ‘bonjour moi aujourd’hui j’ai torturé un Moldu’ ‘Ah booon ??? Bah moi j’ai changé un élève en canard !’

Maxence avait encore fait des merveilles ce jour-là. Ce gars était un homme orchestre dans le domaine de la médecine magique. Mais apparemment, pas que dans ce domaine là…

Et j’suis sûre que pas un médecin n’égalait Maxence là-bas. … Question plastique, le reste… j’vais pas dire qu’on s’en fout, vu la situation mais… c’est juste toujours plus agréable =D »
Ah bah attends ! Je me laisse pas ausculter sous tous les angles par un troll moi ! Surtout que Maxence m’a habitué à.. l’excellence de sa plastique La compétition était rude à Ste Mangouste. »

Qu’on me préserve de la réaction de Maxence à cette conversation. Ca lui apprendra aussi à me dire que j’ai les oreilles en locomotive ! Non mais. Puis c’est vrai qu’il est à tomber cet infirmier. Si y’avait que lui en plus de ça… A croire que c’est vraiment devenu un critère de recrutement dans ce château. Mais ça ne doit concerner que les Profs parce que les Supérieurs, franchement, ils prennent le fond du panier. Ceux qu’on a bercés trop près du mur et qui avaient des barreaux de lit avec de la peinture au plomb.

Enfin bref !

Et tu m’as manquée aussi, comme c’est pas permis de manquer à quelqu’un ! Mais j’ai bien fait mes devoirs et je suis complètement guérie d’après les médecins. En même temps, ils ont viré ce qui n’allait pas pour me mettre un truc qui fonctionne bien donc forcément.. L’avantage c’est que j’aurais pu la Pimentine le matin. J’vais manquer à Maxence »
C’est vrai ?? C’est gé… t’as vraiment rien écouté à ce que j’ai dit ! J’vais prendre quoi comme excuse maintenant pour aller le mater au juste hein ? Des salsifis ? »

Elle est con. Elle a l’air vraiment offusquée en plus.

On trouvera t’inquiètes pas :gla: »

Un petit rire m’échappe. L’atmosphère est détendue, joyeuse. Ma meilleure amie vient de me balancer en filigrane que j’étais mieux malade parce que ça lui permettait de mater le bel infirmier et moi je ris. C’est encore l’effet Sovahnn qui frappe. J’ai été malade, certes, et alors ? Elle trouve de quoi positiver dans chaque situation, même quand ça paraît impossible de se réjouir de quelque chose. Elle trouve toujours. Je ne sais pas comment elle y arrive mais c’est thérapeutique d’être avec elle. On n’a pas envie de faire exploser sa bulle de bonheur, on veut juste qu’elle continue à sourire et à être insouciante pour tous ceux qui ne savent plus l’être.

Et toi alors ? »
Ça va, j’vais bien je… ne suis en effet pas allée en potion depuis ton départ espèce de médium. C’est pas très sympa d’espionner les gens. T’es rentrée depuis quand ? Nan, question con, probablement pas depuis hier, j’le saurais. T’as vu quelqu’un avant moi ? Enzo ? Derek ? »
T’as pris un truc avant que j’arrive ou je suis plus habituée ? :gla: Je suis rentrée ya quoi une heure ? J’ai vu Enzo oui, il m’a intercepté avant le dîner et Derek après avoir laissé le p’tit jeune. Faudra que je te raconte d’ailleurs, ya eu des rebondissements inattendus dans l’affaire :gla: »
T’es pu habituée. Han c’est cool ça, ça a dû booster sa journée. »
Il en dormira pas de la nuit :hin: »

Mais pour ce point-là, je ne suis pas la seule en cause.

Et j’attends que ça moi les potins déprimants ou non sur les rebondissements amoureux Rolling Eyes Nan, ça fait un peu moqueur dit comme ça, mais en vrai, ça m’intrigue. »
Eh bah tu vas être servie jt’assure ! »

Les Feux de l’amour. Sovahnn, elle est comme toutes les filles. Les ragots, elle adore et je dois dire que j’ai fini par y prendre goût moi aussi. Savoir qui a couché avec qui, qu’untel s’est pris une mandale par sa copine parce qu’il reluquait les généreuses proportions d’une autre, que truc ne se remettra pas avec bidule après ce qu’il s’est passé… Etc. C’est sans fin. Et plus on est au courant de tout, plus on a envie de savoir. Avec Sovahnn et Keïla, j’ai fini par devenir une vraie concierge. Une Marie mêle-tout. Et c’est pas avec elles que je vais pouvoir me soigner..

Pensant que je n’allais plus devoir me présenter chaque matin à l’infirmerie me fit réaliser que j’allais sans doute avoir du mal au début à me souvenir de ça et surtout à en être convaincue. Les crises, ça marque au fer rouge. L’aide d’une amie ne serait pas de trop et Sovahnn avait pris l’habitude de m’accompagner chaque matin. Elle y penserait deux fois mieux que moi si ça la privait de la vision du superbe éphèbe en blouse blanche…

Ça marche, j’peux faire. J’me le ferais tatouer sur le bras… ou le tien d’ailleurs, j’sais pas encore. »
Hey ! Pas le gauche alors, j’avais prévu d’y faire tatouer Sexy Doctor For Ever … Même si Maxence est pas médecin, c’est tout comme nan ? »



Sinon ce qu’il s’est passé là-bas.. pas grand-chose. J’avais un Supérieur H24 avec moi qui a arrêté de me suivre quand on est revenu ici et je m’en porte pas plus mal. … J’ai revu mes parents ! Ils ont été avertis de ma présence et malgré qu’on habite à l’autre bout du pays par rapport à Ste Mangouste, ils ont fait le déplacement. Ils sont pas restés longtemps mais.. ça faisait du bien de les voir. »
Ok.. bizarre. … C’est vrai ? Oh putain la chance ! Enfin, c’est relatif, j’sais bien, mais.. désolée, là j’suis jalouse. Mais contente pour toi… mais jaloouse ! »
Ouais j’crois que je vais donner des idées à certains.. Rolling Eyes AH EH ! »

Cette blonde à moitié folle s’était jeté sur moi comme une lionne et me maintenait fermement entre ses cuisses pour pouvoir me chatouiller allégrement. Hypersensible et chatouilleuse comme pas deux, j’étais pliée de rire en me tortillant pour échapper à ses doigts. Elle avait pris sacrément de muscles pendant ces deux semaines, je réussis à me dégager simplement parce qu’elle desserrait son étreinte. Essoufflées, on se regarda un moment en souriant et en haletant. C’était agréable de pouvoir faire ça sans avoir la trouille que l’effort soit trop important et qu’il faille m’embarquer d’urgence au 7ème étage. On pouvait enfin perdre cette habitude d’être angoissé tout le temps et de surveiller de près mon état.

Le pire semblait enfin derrière nous. Derrière moi en tout cas. Pour quelqu’un qui n’avait pas eu la santé pendant des années après avoir vu celle de sa petite sœur décliner lentement et irrévocablement.. je venais de récupérer quelque chose dont beaucoup de gens ignoraient la chance qu’ils avaient de la posséder. Je me sentais insubmersible.

J’ai vu Alec aussi. Enfin.. jl’ai vu avant qu’on parte en calèche mais j’ai eu beau demander, ils ont pas su, ou pas voulu Rolling Eyes, me dire dans quelle chambre il était là-bas. »
Euh.. oui, il a été embarqué en même temps que toi. Ils pouvaient pas te répondre de toute façon, il est rentré le soir même. Il va bien. »
Ok. Bon. C’est.. le principal. »

Je ne fis pas de remarque mais je remarquai le teint soudain trop pâle et le regard trop vague de mon amie, sans doute plongée dans ses pensées. Qu’est-ce qu’elle avait en tête qui lui provoquait cette réaction ? Qu’est-ce que c’était d’ailleurs ? De la peur ? De l’horreur ? Ce n’était pas évident à déchiffrer et elle chassa rapidement cette impression en me souriant avec assurance. Sentant bien que quelque chose clochait mais n’ayant aucune envie de la mettre mal à l’aise ou de l’obliger à parler de quelque chose dont elle voulait garder le secret avec moi, je pris sur moi et refourguai le sujet à plus tard. Quand elle aurait envie d’en parler. Alec m’en dirait peut-être plus. Ou pas. Ils étaient un peu semblables tous les deux. Ils gardaient beaucoup de choses pour eux. Surtout quand ça les concernait tous les deux.

Mais comme je n’avais pas envie de me prendre la tête ce soir avec des histoires pas possibles, je changeai de sujet.

T’as reçu mes lettres ? Enzo dit qu’il en pas eu une seule. »
Nan, aucune. T’en avais envoyé ? »
Tous les jours pratiquement :gla: »

J’ai pas de chance avec les hiboux ou quoi ?

Par contre j’ai reçu toutes les vôtres. Merci beaucoup :calin: Ça me tenait compagnie plus que le Supérieur qu’ils m’avaient collé aux basques. »
Il était tant que ça agrippé ? C’est flippant comme truc… t’as peut être une touche sait-on jamais.. Hey ! Fait pas cette tête, bien utilisé, j’suis sûre que ça peut être super utile ! »
Pas faux mais … nan xD Je pourrais jamais, je suis pas assez machiavélique pour utiliser quelqu’un comme ça. Puis vu son air d’autoroute quand j’étais à poil dans la salle de bain et que lui surveillait la porte.. j’crois pas que ça soit un ticket. Ou alors mes attributs vont vraiment se vexer ! »

C’était l’humiliation complète la première fois. Je ne suis pas du genre super prude au point de refuser de me déshabiller en présence d’autres personnes, surtout si elles sont du même sexe que moi mais ça n’était pas le cas ici, d’abord, et puis sa façon de ne pas regarder tout en ayant le besoin irrépressible de tourner la tête pour demander si tout va bien.. Je m’étais tellement sentie gênée la première fois que j’avais glissé dans la douche en essayant d’attraper les vêtements qu’il n’avait pas voulu me tendre. Après ça, évidemment, il avait fallu me relever et ce primate m’avait attrapée sous les aisselles et relevée comme un sac de plumes. Déposée sans douceur sur le tapis de la salle de bain avec les mains partout pour cacher tout ce que je ne voulais pas qu’il voie, il avait fini par déclarer, très stoïque : vous n’êtes pas du tout mon genre.

Comme si ça changeait quelque chose. J’espère bien que je suis pas ton genre, PERVERS ! J’avais du crier quelque chose comme ça. Ça l’avait tellement marqué qu’il avait haussé les épaules, indifférent et m’avait enfilé ma somptueuse tenue d’hôpital à l’envers en m’arrachant des cheveux au passage. Un vrai mufle.

Et asexué ! Non mais dis.

T’as vu que Joy et Mark étaient ensembles ? Ça fait longtemps ? J’ai l’impression d’avoir loupé un an ici oO Il s’est passé quoi d’autre pendant que j’étais pas là alors ? »
Ouais ouais, c’est depuis… quoi ? Une semaine peut être, j’sais pu bien, j’ai pas fait gaffe en fait. J’les connais moins que toi. Et euh… pas grand-chose. J’ai chauffé un Supérieur, mais t’étais encore là et… nan, justement, c’est morne ces derniers temps, j’me fais chier. SI j’ai vu Cudrow baver et se pomponner pour recevoir la Supérieur canon là. Blonde… bombe… bref. J’sais pu quand c’était.. j’sais même pu si j’te l’ai déjà dit. J’perd la notion du temps en fait j’crois ces temps-ci Rolling Eyes . Et j’me suis mis au balai. Et.. voilà. »
Je vais te donner un coup de balai sur quelques paires de fesses moi ! C’est quoi ces gens qu’arrêtent de vivre quand on s’en va ? Vous avez tous perdu votre grand-mère en même temps ou quoi ? … Désolée :gla: On croirait presque que ma vie à l’hôpital, entre les couches sales du cactus incontinent d’à côté et les yaourts à la citrouille infâmes du self, a été plus palpitante qu’ici ! »

Au final, il ne s’est pas passé tant de choses que ça. Ou alors elle me cache des trucs en attendant que je sois prête à les entendre ou qu’il y ait de monde dans la salle. Ou alors elle ne veut juste pas me les dire et là.. je peux rien y faire.

Et donc, Derek, tu veux en parler maintenant ? »
Ouais, allez. Avant que j’oublie tout ce qu’il m’a dit. »

Je pris une inspiration en jetant un regard autour de nous. Pas de Megan dans le coin, tout va bien. C’est une.. précaution. Je n’ai pas spécialement envie qu’elle aille lui raconter tout ce que je vais dire à Sovahnn. Je ne sais pas si elle le ferait mais comme c’est sa meilleure amie, on n’est jamais trop prudents. J’ai pas spécialement envie de ruiner mes chances alors que ça commence juste à.. s’ébaucher.

Merde, où je trouve cette patience ?
… Bref.

Résumé des épisodes précédents : t’étais à la porte de l’infirmerie je crois quand il s’est penché pour me dire au revoir. Il m’a embrassé. Pas comme un amoureux transi d’amour fiévreux au point de pas pouvoir me lâcher mais pour quelqu’un qu’arrivait même pas à me toucher et qui fuyait tout contact de peur de s’électrocuter j’pense.. c’était une grande avancée ! Peut-être trop même. Comme j’ai été emmenée après ça, j’ai pas eu l’occasion d’en parler avec lui. Parce que je voulais en parler. Attends.. il me disait une chose et il faisait son contraire, je comprenais plus grand-chose. Donc j’ai eu bien le temps à Ste Mangouste de me poser 36 000 questions comme je fais si bien quand personne m’arrête de cogiter Rolling Eyes »

Nouvelle inspiration.

Et en revenant au château, on s’est croisés. On a parlé un peu, il était content de me revoir mais je t’assure Sovahnn, on aurait dit qu’il ne s’était rien passé il y a deux semaines. Que j’étais juste.. j’sais pas. Je me sentais perdue face à lui et j’ai du m’accrocher pour pas céder à la tentation de laisser ça comme ça. J’lui ai demandé.. pourquoi il m’avait embrassé et où on allait maintenant avec ça. Est-ce qu’on faisait comme si de rien, chapitre bouclé, au revoir et merci ? Ou est-ce qu’on essayait de.. construire quelque chose. Et là.. j’ai eu le droit à quelque chose d’inédit. Il m’a parlé, il m’a expliqué son ressenti, sa façon de voir les choses entre nous et.. c’était la première fois que je le voyais comme ça, si.. peu sûr de lui. On aurait presque dit qu’il avait peur que je menotte nos mains l’une à l’autre parce qu’il m’avait simplement embrassé.. Alors il m’a demandé du temps. Il a dit qu’il avait besoin de réfléchir, de.. laisser ses sentiments prendre place parce que m’embrasser ça avait tout précipité. J’signale au passage que j’ai rien demandé moi, j’étais très contente mais j’ai rien demandé, c’est lui qu’a décidé tout seul. Là il.. regrette ou ch’sais pas. »

J’ai haussé les épaules. Un peu désabusée. Sur le coup, j’avais eu l’impression de très bien comprendre son sentiment, d’être prête à lui donner le temps dont il avait besoin et là.. J’étais plus hésitante. Je me sentais au carrefour de deux chemins sans savoir lequel prendre.

J’ai du mal à le cerner ce soir. Je comprends pas bien ce que ça veut dire pour moi. J’dois l’attendre ou.. ? Comment je décide que j’en ai marre d’attendre s’il met trente plombes à se lancer ? Et comment je fais si quand il se décide, j’ai plus envie ? J’suis.. »

Sentant une boule se former dans ma gorge, je soupirai longuement avant d’adresser un profond regard à ma meilleure amie. Je souris faiblement.

J’suis amoureuse comme Barbie, Sovahnn… Au secours. Achève-moi. »

Petite pointe d’humour bien sûr. Parce qu’on va pas se laisser abattre pour des beaux yeux, hein ?

code by stitch


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Lun 17 Sep 2012 - 10:48

D’un certain côté, qui ne rirait pas en imaginant une telle scène ? C’était clair qu’un cactus dans le nez, il y avait largement de quoi s’en amuser, sans vouloir vexer la personne. C’est autre chose qu’une mycose sérieusement. Et surtout, la belle blonde se demandait bien comment une telle chose avait pu arriver. Il avait voulu se couper les poils et s’était planté de sort ? =D Ses gosses avaient voulu lui faire une petite blague au matin ? C’était un féru de botanique un peu barré ? Probablement un peu de tout ça, ou complètement autre chose, elles ne le sauraient sûrement jamais. Les deux jeunes femmes avaient donc pensées à la même chose, ce qui arrive bien souvent quand on est entre amies et qu’on a passé un certain temps ensembles. Parce que si elles ne passaient pas non plus toutes leurs soirées fourrées ensembles, depuis leur rencontre un peu direct, les deux jeunes femmes s’était réellement rapprochées, et habiter dans une même pièce, de toute manière, ça rapproche. Surtout quand l’une s’habille avec les vêtements de l’autre. ‘Pas intérêt à grossir dans cette baraque. Et vu les mets que leur préparaient toujours les elfes, c’était assez compliqué. Mais bon, passons. De toute manière, pour l’instant, ça ne concernait pas la jeune femme vu le taux de sport qu’elle faisait par jour. Et pour Jillian, en fait, elles étaient devenues réellement proches depuis la cuite qu’elles avaient prit. Les révélations, ça aussi ça créé des liens. Et l’adversité, mais on va passer sur ce sujet, il est beaucoup moins hilarant que les cactus, les canards et autre être vivant insérer dans un humain de quelque manière que ce soit. N’y pensez même pas, je vous connais !

Et j’suis sûre que pas un médecin n’égalait Maxence là-bas. … Question plastique, le reste… j’vais pas dire qu’on s’en fout, vu la situation mais… c’est juste toujours plus agréable =D »
Ah bah attends ! Je me laisse pas ausculter sous tous les angles par un troll moi ! Surtout que Maxence m’a habitué à.. l’excellence de sa plastique La compétition était rude à Ste Mangouste. »
« Ah ben ouais, tu m’étonnes ! »

C’était dur de faire mieux, ça, c’était clair. Ce mec était un fantasme ambulant. Et à peu près toutes les femmes du château auraient bien voulu qu’un type comme ça leur passe la bague au doigt. Ce mec était simplement parfait aux yeux de la jeune femme, et on ne pouvait pas dire qu’elle crachait sur le fait de le croiser tous les matins. Ça rend le réveil un peu moins violent, les belles visions matinales. Et, en effet, je voudrais bien voir la réaction de Maxence aussi s’il venait à entendre tout ça. Il ne devait même pas se douter qu’il faisait cet effet là rien qu’en souriant. Quoi qu’en fait à la réflexion, si, il devait un peu s’en douter. Et il avait dû faire des ravages avec ces yeux là lui, ça n’était pas possible autrement ! Pensez-vous, un homme comme ça, on l’aurait mangé nous oo’’ bref.

Et tu m’as manquée aussi, comme c’est pas permis de manquer à quelqu’un ! Mais j’ai bien fait mes devoirs et je suis complètement guérie d’après les médecins. En même temps, ils ont viré ce qui n’allait pas pour me mettre un truc qui fonctionne bien donc forcément.. L’avantage c’est que j’aurais pu la Pimentine le matin. J’vais manquer à Maxence »
C’est vrai ?? C’est gé… t’as vraiment rien écouté à ce que j’ai dit ! J’vais prendre quoi comme excuse maintenant pour aller le mater au juste hein ? Des salsifis ? »

:ga:

On trouvera t’inquiètes pas :gla: »
« Oooh mon dieu, je me suis tordue la cheviille, comme j’ai mal, qu’on vienne à mon secouuuurs…. Faut juste faire ça devant l’infirmerie, en étant sûre que les deux mégères ont foutu l’camp.. parce que sinon c’est risqué. »

Oui, Sovahnn venait exactement de dire qu’une Jillian malade était plus utile que saine, mais c’est que justement, entre amies, on apprend à rire d’un peu tout et rien. Et parce que c’est plus sain comme ça justement. Et puis, après tout, maintenant, elle ne l’était plus, alors ce genre de vanne marchait mieux. D’ailleurs, toujours tirer le bon d’une situation, c’est vachement mieux que de s’apitoyer sur le mauvais. Et Maxence est une très bonne raison à lui seul. Et, oui, ça fait un peu obsédée dit comme ça, mais avec les canons internationaux qu’ils avaient dans ce château, ça n’était pas toujours simple de fixer sa copie et pas le prof quoi. Ou l’élève d’à côté. S’ils étaient tous comme ça, on ne saurait plus où donner de la tête. Oui, parce que je suis désolée, mais Jeremiah personnellement, c’est pareil, je veux bien aller à ses cours, mais pas forcément prendre des notes. Rester là à baver comme une idiote, c’est pas mal aussi comme plan je trouve.

Et toi alors ? »
Ça va, j’vais bien je… ne suis en effet pas allée en potion depuis ton départ espèce de médium. C’est pas très sympa d’espionner les gens. T’es rentrée depuis quand ? Nan, question con, probablement pas depuis hier, j’le saurais. T’as vu quelqu’un avant moi ? Enzo ? Derek ? »
T’as pris un truc avant que j’arrive ou je suis plus habituée ? :gla: Je suis rentrée ya quoi une heure ? J’ai vu Enzo oui, il m’a intercepté avant le dîner et Derek après avoir laissé le p’tit jeune. Faudra que je te raconte d’ailleurs, ya eu des rebondissements inattendus dans l’affaire :gla: »
T’es pu habituée. Han c’est cool ça, ça a dû booster sa journée. »
Il en dormira pas de la nuit :hin: »
« Hohow :hin: »

Nan, sérieusement, elle était heureuse qu’Enzo ait déjà vu la jeune femme, le monde allait se peinturlurer de rose pour les quelques heures qui suivraient : Jillian était rentrée et en vie. Il en faut peu pour être heureux ! Enfin, peu, façon de parler, parce qu’en réalité, c’était énorme, mais justement, et d’un coup, oui, le monde semblait magnifique, alors autant profiter de ce coup de boost.

Et j’attends que ça moi les potins déprimants ou non sur les rebondissements amoureux Rolling Eyes Nan, ça fait un peu moqueur dit comme ça, mais en vrai, ça m’intrigue. »
Eh bah tu vas être servie jt’assure ! »
« Ah :gla: »

Bon ou mauvais ? Un peu des deux probablement, comme dans toute relation ici. Oui, ici particulièrement parce que l’aura de ce château semblait à elle seule tout compliquer. A moins que ça ne soit simplement la présence des Supérieurs, ou juste toutes les blessures que chacun trimbalait ici. Mais il était clair qu’entretenir une liaison heureuse dans le coin, c’était un peu compliqué. Il suffisait de poser le regard sur n’importe quel plus ou moins couple qu’on croisait. Il y avait toujours quelque chose qui clochait et foutait tout en l’air, ou du moins compliquait sérieusement les choses. Ou bien ça n’était peut être que parce que c’était toujours comme ça et que ce genre de chose est toujours prise de tête. Après tout, Sovahnn n’avait jamais vraiment vécu tous ces trucs là. Oui, on pouvait dire que dans un sens, il s’était passé quelque chose avec Alec, mais ça n’était finalement pas du tout de ce registre, c’était juste tout autant galère. Mais avant ça, mis à part son escapade avec Enzo qui, tout comme sa relation avec Alec n’était à peu de choses près que du sexe, elle n’avait jamais rien vécus de tel. Avant son accident, si elle se montait des films comme n’importe quelle gamine, elle n’avait jamais réellement été attirée par les mecs qu’elle trouvait plus con qu’autre chose dès qu’ils se mettaient en bande ou, justement, parlaient de filles. Elle chantait des chansons qui en parlaient, mais n’y comprenait rien, elle ne faisait que faire semblant en fait. Comme toutes les gosses encore une fois. C’était aussi peut être pour ça que les relations qu’elle avait eu jusque là la rassuraient, mais que vis-à-vis d’Alec, ça n’était peut être pas autant clair qu’elle l’aurait voulu. Non, elle ne voulait pas être avec, mais oui, elle avait beaucoup d’affection pour lui, et non, finalement, ça ne pouvait pas être que du sexe pur et elle n’arrivait pas à le concevoir comme ça. Parce qu’on est comme ça, nous les filles, et que généralement, pour qu’on arrive réellement à voir les choses sans sentiments, il faut s’en être pris plein la gueule avant. Et question sentimental, ça n’était pas le cas de la belle blonde. Je n’en dirais pas autant pour la jolie brune en face d’elle.

Ça marche, j’peux faire. J’me le ferais tatouer sur le bras… ou le tien d’ailleurs, j’sais pas encore. »
Hey ! Pas le gauche alors, j’avais prévu d’y faire tatouer Sexy Doctor For Ever … Même si Maxence est pas médecin, c’est tout comme nan ? »
« Bien sûr ! »
Sinon ce qu’il s’est passé là-bas.. pas grand-chose. J’avais un Supérieur H24 avec moi qui a arrêté de me suivre quand on est revenu ici et je m’en porte pas plus mal. … J’ai revu mes parents ! Ils ont été avertis de ma présence et malgré qu’on habite à l’autre bout du pays par rapport à Ste Mangouste, ils ont fait le déplacement. Ils sont pas restés longtemps mais.. ça faisait du bien de les voir. »
Ok.. bizarre. … C’est vrai ? Oh putain la chance ! Enfin, c’est relatif, j’sais bien, mais.. désolée, là j’suis jalouse. Mais contente pour toi… mais jaloouse ! »
Ouais j’crois que je vais donner des idées à certains.. Rolling Eyes AH EH ! »

Séance chatouilles ! Et arrêtez de baver les gars, elles ne sont pas si sublimes que ça nos miss. Ok, si. Et, oui, Sovahnn avait pris du muscle. C’était vrai qu’à son réveil, elle était plus que fine, surtout que si elle tenait debout et dégageait de l’énergie, c’était plus magique qu’autre chose. Les potions, c’est l’avenir. Non, sérieusement, elle était fine, une vraie mannequin, mais probablement un peu trop pour toute femme consciente des risques. A présent, elle avait repris, rien qu’en mangeant autre chose que des nutriments synthétiques, et autant l’avouer, elle était bien plus jolie comme ça. Et, oui, elle a quelques kilos de plus que l’actrice sur son avatar, désolée Avril, mais tape toi une pizza, ça te fera du bien. Et puis, surtout, vu le sport qu’elle faisait depuis peu, la jeune femme s’était musclée, assez pour avoir bien plus de force qu’à la base, et pour arrêter de souffrir dès qu’elle courrait dix minutes. Oui, une personne normale n’ayant pas fait de sport depuis cinq ans galèrerait à atteindre les deux minutes de course, mais elle avait la magie avec elle, et la belle blonde ne s’en privait pas. Ça aurait été dommage. Mais maintenant, elle n’avait plus besoin de prendre sa potion le matin pour tenir toute la journée, surtout au rythme qu’elle imposait à son corps. Elle n’était pas faite pour restée posée dans un coin, ça, c’était clair. Vous savez, elle était ce genre de personne à toujours avoir de l’énergie pour un peu tout, et qui semble capable de tout affronter pille en tête, chose relativement dangereuse d’ailleurs, quand on connait la miss.

J’ai vu Alec aussi. Enfin.. jl’ai vu avant qu’on parte en calèche mais j’ai eu beau demander, ils ont pas su, ou pas voulu Rolling Eyes, me dire dans quelle chambre il était là-bas. »
Euh.. oui, il a été embarqué en même temps que toi. Ils pouvaient pas te répondre de toute façon, il est rentré le soir même. Il va bien. »
Ok. Bon. C’est.. le principal. »

Tout sauf ça probablement. Oui, parce qu’Alec lui prenait la tête, qu’elle ne savait plus comment l’approcher sans se faire mordre, métaphoriquement parlant, parce qu’elle voulait l’aider, mais que, lui, n’en voulait pas. Pas simple. Surtout face à quelqu’un d’aussi buté que lui. Quoi qu’elle devait l’être aussi pour s’acharner à ce point. Enfin bref, Jillian n’avait pas surenchérit, comprenant manifestement que c’était un sujet un peu sensible dont Sovahnn n’avait pas envie de parler là tout de suite. Enfin, si, pourquoi pas, mais disons qu’elle ne lancerait pas les choses d’elle-même.

T’as reçu mes lettres ? Enzo dit qu’il en pas eu une seule. »
Nan, aucune. T’en avais envoyé ? »
Tous les jours pratiquement :gla: »
« Ah… »
Par contre j’ai reçu toutes les vôtres. Merci beaucoup :calin: Ça me tenait compagnie plus que le Supérieur qu’ils m’avaient collé aux basques. »
Il était tant que ça agrippé ? C’est flippant comme truc… t’as peut être une touche sait-on jamais.. Hey ! Fait pas cette tête, bien utilisé, j’suis sûre que ça peut être super utile ! »
Pas faux mais … nan xD Je pourrais jamais, je suis pas assez machiavélique pour utiliser quelqu’un comme ça. Puis vu son air d’autoroute quand j’étais à poil dans la salle de bain et que lui surveillait la porte.. j’crois pas que ça soit un ticket. Ou alors mes attributs vont vraiment se vexer ! »
« Hein hein… ben il devait être gay :gla: »

Quoi ? Vous avez vu Jillian sérieusement ? On ne pouvait pas exactement dire qu’elle n’était pas attirante, bien au contraire. Elle était magnifique, avec ses grands yeux et sa cascade de boucles brunes… enfin, quand ses cheveux voulaient bien faire ça, parce que toute femme sait que question capillaire… rien n’est sûr au matin =D. C’est jamais gagné d’avance. Enfin, bref, et question corps, pas de problème, elle était très bien. Donc soit ce mec était gay, soit il avait des principes de dingues, genre Maxence, mais ça, Sovahnn en doutait un peu vu le mec en question, soit il était envouté. Bref, il d’vait être gay =D. Quoi qu’en fait, elle, savait qu’il avait en effet été envouté, mais elle préférait se taire et ne pas avouer ce genre de chose à son amie, parce qu’elle mettrait dans une position gênante Takuma, et qu’il avait déjà largement assez à penser comme ça, pas besoin de lui mettre d’autres problèmes sur le dos. S’il était assez honnête pour lui dire, il le ferait. Elle, avait déjà vendu la mèche à Enzo, c’était déjà trop. Pourtant, Takuma ne savait toujours pas qu’elle était au courant, et encore moins mister Ryans. Autant dire qu’elle n’avait pas particulièrement envie d’aborder le sujet.

T’as vu que Joy et Mark étaient ensembles ? Ça fait longtemps ? J’ai l’impression d’avoir loupé un an ici oO Il s’est passé quoi d’autre pendant que j’étais pas là alors ? »

Changement à 180° de sujet.

Ouais ouais, c’est depuis… quoi ? Une semaine peut être, j’sais pu bien, j’ai pas fait gaffe en fait. J’les connais moins que toi. Et euh… pas grand-chose. J’ai chauffé un Supérieur, mais t’étais encore là et… nan, justement, c’est morne ces derniers temps, j’me fais chier. SI j’ai vu Cudrow baver et se pomponner pour recevoir la Supérieur canon là. Blonde… bombe… bref. J’sais pu quand c’était.. j’sais même pu si j’te l’ai déjà dit. J’perd la notion du temps en fait j’crois ces temps-ci Rolling Eyes . Et j’me suis mis au balai. Et.. voilà. »
Je vais te donner un coup de balai sur quelques paires de fesses moi ! C’est quoi ces gens qu’arrêtent de vivre quand on s’en va ? Vous avez tous perdu votre grand-mère en même temps ou quoi ? … Désolée :gla: On croirait presque que ma vie à l’hôpital, entre les couches sales du cactus incontinent d’à côté et les yaourts à la citrouille infâmes du self, a été plus palpitante qu’ici ! »
« Oh nan ! Mais… là ces derniers jours, c’est mort. »

Elle pourrait raconter les histoires de couples justement, mais elle en avait tellement entendu parler, de Logan et de Dakota, qu’honnêtement, ça la faisait plus chier qu’autre chose de raconter tout ça à Jillian. Ok, elle compatissait, mais depuis que ça c’était passé, Takuma et Aileen déprimaient de leur côté, et dès qu’on venait les voir, c’était pour parler de ça, et pour répéter toujours la même chose, c’était ce qui avait fait qu’elle s’était éloignée et mise au sport assez brusquement et intensivement. C’était peut être égoïste, elle en convenait, mais là, vraiment, elle avait besoin de se changer les idées et d’entendre parler d’autre chose. Comme de Derek. Oui, parce que ça n’était pas les histoires de cœur en elle-même qui lui sortaient par les yeux, mais vraiment le fait d’entendre et de dire toujours la même chose face aux deux loques larvaires qu’étaient devenus ses amis.

Ok, c’est pas sympa, je retire.

Et donc, Derek, tu veux en parler maintenant ? »
Ouais, allez. Avant que j’oublie tout ce qu’il m’a dit. »

Regard circulaire, personne pour écouter. En attendant, Sovahnn, elle, s’était assise en tailleur face à son amie, prête à entendre, pour une fois clairement ce qui se passait entre eux et où ça en était cette histoire.

Résumé des épisodes précédents : t’étais à la porte de l’infirmerie je crois quand il s’est penché pour me dire au revoir. Il m’a embrassé. Pas comme un amoureux transi d’amour fiévreux au point de pas pouvoir me lâcher mais pour quelqu’un qu’arrivait même pas à me toucher et qui fuyait tout contact de peur de s’électrocuter j’pense.. c’était une grande avancée ! Peut-être trop même. Comme j’ai été emmenée après ça, j’ai pas eu l’occasion d’en parler avec lui. Parce que je voulais en parler. Attends.. il me disait une chose et il faisait son contraire, je comprenais plus grand-chose. Donc j’ai eu bien le temps à Ste Mangouste de me poser 36 000 questions comme je fais si bien quand personne m’arrête de cogiter Rolling Eyes »


Ah oui, donc elle avait déjà loupé un certain nombre de choses. Elle avait donc eu raison de pousser un peu tout le monde à partir en voyant Derek entrer. En fait, il ne restait plus qu’elle, Takuma et Maxence à ce moment là, mais l’asiatique n’avait pas particulièrement percuté, et Maxence non plus, par contre, aux regards qu’elle avait lancé, tout le monde les avait laissés seuls, ce qui expliquait qu’elle n’avait pas vu le baiser en question. Et forcément, elle se doutait bien que Jillian avait dû tourner ça dans tous les sens dans son crâne pendant son séjour à l’hôpital, elle en aurait fait de même, assez pour se rendre complètement chèvre, donc elle imaginait sans problème l’état dans lequel Jillian devait être à ce moment là, et, surtout à son retour ici. Hochant de la tête, faisant remuer doucement sa crinière d’or, la jeune femme n’avait pas fait de commentaires, attendant la suite sans vouloir couper son amie.

Et en revenant au château, on s’est croisés. On a parlé un peu, il était content de me revoir mais je t’assure Sovahnn, on aurait dit qu’il ne s’était rien passé il y a deux semaines. Que j’étais juste.. j’sais pas. Je me sentais perdue face à lui et j’ai du m’accrocher pour pas céder à la tentation de laisser ça comme ça. J’lui ai demandé.. pourquoi il m’avait embrassé et où on allait maintenant avec ça. Est-ce qu’on faisait comme si de rien, chapitre bouclé, au revoir et merci ? Ou est-ce qu’on essayait de.. construire quelque chose. Et là.. j’ai eu le droit à quelque chose d’inédit. Il m’a parlé, il m’a expliqué son ressenti, sa façon de voir les choses entre nous et.. c’était la première fois que je le voyais comme ça, si.. peu sûr de lui. On aurait presque dit qu’il avait peur que je menotte nos mains l’une à l’autre parce qu’il m’avait simplement embrassé.. Alors il m’a demandé du temps. Il a dit qu’il avait besoin de réfléchir, de.. laisser ses sentiments prendre place parce que m’embrasser ça avait tout précipité. J’signale au passage que j’ai rien demandé moi, j’étais très contente mais j’ai rien demandé, c’est lui qu’a décidé tout seul. Là il.. regrette ou ch’sais pas. »

C’est mignon. Oui, je sais, c’est la merde, c’est bizarre ect.. mais.. enfin, ce genre de mec, quand ça se met à parler, c’est un instant tellement précieux que s’en est touchant. La jeune femme savait de quoi elle parlait puisque c’était arrivé une fois, une seule, quand Alec avait débarqué elle ne savait comment dans son dortoir, et qu’ils s’étaient engueulés avant de parler… et le reste ne vous regarde pas. D’ailleurs, elle n’en avait jamais parlé à Jillian, même si elle était sûre que la jeune femme avait dû entendre la voix du Serpentard avant que celui-ci ne les isole du reste du monde grâce à un sortilège. Enfin bref, là n’était pas la question. Posant la main sur celle de la jeune femme, Sovahnn avait bien vu son désarroi, mais avant qu’elle ne dise quoi que ce soit, celle-ci avait repris.

J’ai du mal à le cerner ce soir. Je comprends pas bien ce que ça veut dire pour moi. J’dois l’attendre ou.. ? Comment je décide que j’en ai marre d’attendre s’il met trente plombes à se lancer ? Et comment je fais si quand il se décide, j’ai plus envie ? J’suis.. »

Long soupire, les larmes montaient, il aurait fallu être aveugle pour ne pas le comprendre. Mais comme on est toutes d’accord, c’est con de pleurer pour un mec, Jillian avait inspiré longuement pour souffler et tenter de dégager la boule qui devait lui prendre la gorge. Et, oui, c’est con, mais on le fait toutes. Bordel qu’ce que c’est naze :gla:. Mais bon, ça n’est que mon humble avis probablement partagé.

J’suis amoureuse comme Barbie, Sovahnn… Au secours. Achève-moi. »

Lâchant un petit rire, Sovahnn s’était approchée et l’avait pris quelques secondes dans ses bras.

« C’est pas grave, ça arrive aux meilleures d’entre nous. »

Se dégageant un peu, elle avait gardé une main dans la sienne. Discussion de fille enclenchée. Enfin, ça l’était depuis un moment en fait.

« Regarde moi bien dans les yeux, il y a un truc qu’il ne faut surtout pas que tu oublies.. »

Sovahnn, arrête de déconner…

« … Derek est un canon ! Et c’est pas négligeable, parce que si toi t’en veux pas, moi j’le prend :ga: »

:lol:

« Je déconne, me regarde pas comme ça ! xD Nan, sérieusement, j’sais pas quoi te dire, c’est... malheureusement, il est pas le seul comme ça, et j’pense qu’il a un certain nombre de trucs à régler de son côté avant de pouvoir faire les choses réellement bien. Moi j’serais pour le lui laisser, son temps, parce que, s’il s’est mit à te parler, c’est un peu un exploit quand même, et ça serait con que cet effort là soit stérile. Ensuite, honnêtement, j’aurais pas confiance. Moi j’pense qu’il tiendra pas ses promesses, et qu’il te fera du mal, même si j’suis sûre qu’il a aucune envie de t’en faire. Mais c’est comme ça. J’me plante peut être, et j’ai peut être une vision trop noire des choses, mais j’le vois du même genre qu’Alec. Après, il est peut être plus mature, et j’sais qu’il a changé depuis quelques temps. Et s’il a fait tout ça, c’est que, Jill’, il est vraiment attaché à toi. Et ça, faudrait être fou pour pas s’en rendre compte. C’était pas un regard neutre qu’il avait quand il est arrivé dans l’infirmerie. Il était en panique, et la dernière chose qu’il voulait, c’était te perdre. J’pense qu’il est sincère. Mais c’est pas pour ça qu’il dérapera pas, et qu’il se réveillera avant l’déluge. J’veux dire, j’pense qu’il lui faudra du courage pour se lancer avec toi, et j’le connais pas, mais il faudrait encore qu’il l’ait, ce courage.. »

Tu fais pas trop avancer les choses là ma fille..


« J’sais que ça t’fais mal, et j’suis désolée que tu sois dans cette situation là. Mais honnêtement, malgré tout ça, moi j’l’attendrais. Il est plus que ce qu’il laisse voir, et j’pense qu’il en vaut la peine. Mais attends-toi à de nombreuses crises de larmes de plus .. Et rien ne t’empêche de lui donner encore un peu de temps et de juger plus tard que, vraiment, il faut qu’il se décide parce que tu veux avancer. Jill, t’es plus malade, t’as tout ton temps devant toi. Tu risques plus rien de ce côté, ça vaut au moins ça nan ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Sam 29 Sep 2012 - 19:21



I can do better → Sovahnn & Jill

F
uis-moi, je te suis. Suis-moi, je te fuis. Bah… c’est un peu ça.

J’suis amoureuse comme Barbie, Sovahnn… Au secours. Achève-moi. »

Elle eut un léger rire et s’approcha de moi pour me prendre dans ses bras. Je me laissai aller contre son épaule en soupirant.

C’est pas grave, ça arrive aux meilleures d’entre nous. »

Je ne crois pas être la meilleure en amour. Je crois que je suis même la pire des débutantes qui existent. Du genre qui préfère ne rien tenter plutôt que d’avancer droit dans l’inconnu. Je suis une fille prévoyante à la base, j’aime savoir ce qui va se passer, j’aime.. anticiper. Je déteste l’improviste, dans certaines situations comme celle-ci. J’aimerais savoir ce qu’il pense, ce qu’il va dire, ce que je vais répondre et si nous deux ça peut marcher ou si ça ne sert à rien de s’acharner comme un médecin sur un patient en phase de mourir de toute manière. C’est peut-être humain de stresser comme ça au point de vouloir freiner des quatre fers mais.. je ne veux pas tout gâcher non plus. Je ne suis pas aveugle au point d’ignorer tous mes efforts pour attirer autre chose qu’une attention indifférente de sa part. Ça a beau avoir très mal démarré entre nous, j’ai malgré tout tenté de rectifier le tir, d’être vue autrement que comme la simple meilleure amie de son frère. Parce que.. je sais pas. Il me fait me sentir spéciale. En sa présence, je ne suis plus toute seule, même si dit comme ça, ça paraît sacrément logique. Et j’aimerais ôter ce fichu doute de mon crâne, cette trouille de gamine d’être abandonnée de nouveau. Pourquoi j’y arrive avec mes amis et pas avec lui ? Pourquoi tout à coup ça pourrait ne pas fonctionner alors qu’il vient justement de me donner la preuve que c’était potentiellement possible entre nous ? Et pourquoi, POURQUOI j’ai le sentiment que ça pourrait venir de moi ?

Pourquoi j’ai peur de tout faire foirer ?

Regarde moi bien dans les yeux, il y a un truc qu’il ne faut surtout pas que tu oublies.. »
Lequel ? »
… Derek est un canon ! Et c’est pas négligeable, parce que si toi t’en veux pas, moi j’le prend :gla: »

Euh… mais… mais nan ! oO

Je déconne, me regarde pas comme ça ! xD Nan, sérieusement, j’sais pas quoi te dire, c’est... malheureusement, il est pas le seul comme ça, et j’pense qu’il a un certain nombre de trucs à régler de son côté avant de pouvoir faire les choses réellement bien. Moi j’serais pour le lui laisser, son temps, parce que, s’il s’est mit à te parler, c’est un peu un exploit quand même, et ça serait con que cet effort là soit stérile. Ensuite, honnêtement, j’aurais pas confiance. Moi j’pense qu’il tiendra pas ses promesses, et qu’il te fera du mal, même si j’suis sûre qu’il a aucune envie de t’en faire. Mais c’est comme ça. J’me plante peut être, et j’ai peut être une vision trop noire des choses, mais j’le vois du même genre qu’Alec. Après, il est peut être plus mature, et j’sais qu’il a changé depuis quelques temps. Et s’il a fait tout ça, c’est que, Jill’, il est vraiment attaché à toi. Et ça, faudrait être fou pour pas s’en rendre compte. C’était pas un regard neutre qu’il avait quand il est arrivé dans l’infirmerie. Il était en panique, et la dernière chose qu’il voulait, c’était te perdre. J’pense qu’il est sincère. Mais c’est pas pour ça qu’il dérapera pas, et qu’il se réveillera avant l’déluge. J’veux dire, j’pense qu’il lui faudra du courage pour se lancer avec toi, et j’le connais pas, mais il faudrait encore qu’il l’ait, ce courage.. »

J’ai baissé les yeux, réfléchissant à ce que Sovahnn me disait.

J’sais que ça t’fais mal, et j’suis désolée que tu sois dans cette situation là. Mais honnêtement, malgré tout ça, moi j’l’attendrais. Il est plus que ce qu’il laisse voir, et j’pense qu’il en vaut la peine. Mais attends-toi à de nombreuses crises de larmes de plus .. Et rien ne t’empêche de lui donner encore un peu de temps et de juger plus tard que, vraiment, il faut qu’il se décide parce que tu veux avancer. Jill, t’es plus malade, t’as tout ton temps devant toi. Tu risques plus rien de ce côté, ça vaut au moins ça nan ? »
Je.. »

Mon regard à nouveau dans le sien, j’ai saisi son sourire et j’ai réalisé.
C’est vrai, je suis guérie. J’ai du temps devant moi. Un avenir sans doute. Un chemin qui reste à tracer. Avec lui, avec eux, avec un autre ? Sans elle en tout cas mais bon, la vie est parsemée d’embûches et la mort de ma sœur doit être une des miennes. C’était sans doute écrit quelque part qu’elle devait mourir. Ou pas, mais c’est pas le propos. Le propos ce soir c’est Derek et la patience qu’il me demande. J’aimerais savoir ce qu’il veut qu’on attende tous les deux. Est-ce qu’à un moment donné, c’est moi qui dois craquer et finir par lui secouer les puces comme le suggère Sovahnn ? Ou est-ce que c’est lui ? Quelqu’un d’autre ? Comment je suis sensée lui donner du temps, je sais même pas si ça veut dire être loin de lui ou pas. Je fais quoi, je dois faire semblant de pas avoir envie d’être avec lui et finir par m’y habituer pour que quand il se décide à venir vers moi, j’en ai plus la moindre envie ? C’est ça qu’il veut ? Je comprends plus rien. Ça s’embrouille dans ma tête et plus je cherche, moins j’ai l’impression de comprendre ce qui arrive et ce qu’il va se passer. Je sais pas comment me démêler de ça, je sais pas quoi faire. J’ai peur de faire un pas de trop vers lui qui dépasse sa limite, j’ai aussi peur d’en faire un de moins et de finir par m’éloigner. J’aimerais que quelqu’un me dise ce que je dois faire. Sovahnn me propose de lui donner du temps mais.. elle me promet le paradis et l’enfer en même temps si je fais ça. Comment je peux décider de façon sensée moi ? Comment je m’oriente dans ce brouillard que sont l’amour et les sentiments ? Je crois que je ne sais même pas ce que ça veut dire aimer quelqu’un. J’ai juste.. je sais pas, j’analyse ce que je ressens et vis-à-vis de Derek c’est fort. Chaque geste qu’il fait vers moi c’est comme un soulagement qu’il ne m’ignore pas. Est-ce que quelque part je contrôle ce besoin d’attention et que je l’alimente ? J’en sais fichtre rien.

Sentiments de merde, je te jure je préfèrerai ne pas être amoureuse ! Je me poserai moins de questions.

Ça n’est pourtant pas ça que j’ai répondu mais…

Oui ça doit valoir le coup. »

Avec un petit effort pour sourire. Mon dieu ce que t’es convaincante Jillian.

Tu dois m’trouver blasée, désolée. C’est juste que j’ai pas l’habitude qu’il me parle comme ça. D’habitude, j’ai pas vraiment.. le choix. Il me repousse et forcément ça m’attire vers lui (faudrait étudier ce concept masochiste chelou d’ailleurs..) mais là il me laisse en place et.. »

Et j’ai peur de m’enfuir en courant parce que c’est le réflexe normal de n’importe quelle personne quand on sait que ça va faire mal, que ça sera long, douloureux et qu’on en verra sans doute jamais le bout. Mais.. l’abandonner ?

Profond soupir.

En plus, j’suis crevée de la route et il me sort ça lui. J’te jure, les moments évènements de ta vie, t’aimerais les avoir quand t’as pas la tête dans le cirage ! »

La tête dans les mains, j’ai repensé à ma vie avant qu’il n’entre dedans. Quand je n’essayais pas de fonctionner par deux mais seule. C’est vrai qu’avec Suzie, j’avais toujours fait tout par deux pour elle et pour moi mais c’était.. fraternel. Nous n’étions pas rien d’autre que des sœurs et l’amour dans une famille n’est jamais forcé, il ne nécessite aucun effort si le lien est assez fort. Avec lui, j’ai toujours peur de dire un mot de travers, de le froisser, d’abimer sa fierté, de l’emprisonner, de l’étouffer et que ça finisse par le faire fuir. Je me rends compte que parfois j’ai agi de sorte à ce qu’il me déteste exprès pour ne pas avoir à me dire que je ne l’avais pas fait volontairement, que c’était malgré moi. Décider de le faire fuir plutôt que de subir l’abandon. Ça m’a fait tellement de mal quand il m’a balancé au visage que je n’étais rien pour lui. Qu’il l’ait dit sous le ton de la colère n’a pas adouci le choc de ses mots. C’était.. Je ne veux plus jamais revivre ça. Jamais. Le rejet et l’indifférence c’est ce qu’il y a de pire au monde, c’est mon enfer sur terre. Et à cette époque je n’avais pas eu Enzo ou Sovahnn pour éponger les larmes. Quand j’y repense…

J’vais jouer les grands-mères mais.. on n’irait pas continuer de papoter en haut ? Comme ça si je m’endors, t’auras pas à me porter jusqu’à mon lit. Vise un peu la prévoyance ! »

Vire voltage et changement de sujet. Je pensais que c’était une bonne idée de parler de Derek tout de suite après l’avoir vu mais.. je suis aussi embrouillée qu’avant. La seule différence maintenant c’est que Sovahnn est au courant de la situation. Je regrette pas tellement de lui avoir raconté en fait, ça fait du bien de discuter avec quelqu’un de quelque chose qui tient autant à cœur qu’un garçon ou une fille. Et puis, même si elle peut difficilement faire avancer les choses avec le cul dans le canapé et les doigts dans mes boucles, je suis sûre que si l’occasion se présente, elle essaiera de faire changer la situation. Au pire, elle me tendra la boîte de mouchoirs en me tapotant gentiment le dos et elle retiendra le ‘je te l’avais bien dit’ qui aura envie de sortir. Parce que c’est aussi à ça que ça sert les amis, quand t’as la tête sous l’eau parce que tu voulais voir les poissons et que tu te rends compte que tu ne peux plus respirer. Ça t’enfonce pas, ça t’aide à remonter. Même si ça t’avais prévenu au départ que t’aurais jamais assez d’air pour tenir aussi longtemps et voir les poissons.

Et ma prof de français de collège serait fière de ma métaphore filée.

code by stitch


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Jeu 4 Oct 2012 - 22:21

Je suis désolée. J’suis vraiment désolée, parce que je suis incapable de t’aider, ou de te dire quelque chose de constructif que tu ne sache pas déjà. L’amour, c’est la merde, c’est complexe et ça rend tout toujours plus difficile à aborder encore que ça ne l’était à la base. Mais je ‘sais pas comment tu pourrais bien t’en dépêtrer, tout simplement parce que pour moi c’est encore qu’une chose franchement abstraite. Qu’est-ce que tu pourrais faire d’un homme qui te fuit ? Qu’est-ce que je pourrais bien faire moi aussi pour arranger les choses ? J’suis pas quelqu’un qui a envie de se jeter à cœur perdu dans une relation, parce que sans même en avoir jamais vécus, j’ai peur des plaies qui pourraient en découler. Alors je joue, je tourne autour du pot, je m’en approche doucement, mais j’veux pas que les choses aillent jusque là. Je sais, on ne décide pas. Mais j’sais pas, j’ai pas envie d’être… « nous ». C’est ça en fait. J’ai peur de ne plus exister, moi que j’ai déjà du mal à construire. J’ai pas envie de passer sous silences certaines parties de moi, mais je détesterais n’être qu’un livre ouvert. J’aime pas me sentir à nue, j’aime pas qu’on me connaisse à ce point, parce que de ce fait, je serait simple, frêle, inutile finalement. Si quelqu’un est capable d’exprimer ce à quoi je pense, pourquoi aurais-je à le penser ? Et à force, s’il fini par faire des erreurs, je me dirigerais doucement pour être ce qu’il pense, ou veut que je sois. Et j’aime pas être trop entourée. Ou, plutôt, si, ces derniers temps, j’en peux plus d’être seule, mais d’un coup, penser une seule seconde devoir imaginer ma vie avec quelqu’un à mes côtés… sans arrêt, ça me file des boutons rien que d’y penser. Alors c’est moi qui fuirais. C’est moi qui ne voudrait pas dire je t’aime, parce qu’au final, ça veut dire quoi ça ? On en fait des caisses au cinéma, on le rabâche dans les livres, et dans la vraie vie, ça se construit, ça explose, ça chiale, ça rit, ça hurle, j’en sais rien, mais au final, ça n’est rien de plus que l’amour d’une personne envers une autre, une amitié, une fraternité avec envie de baiser l’autre. Sérieusement, ya rien d’autre ? Quelle est la différence, expliquez moi. Et si j’supporte pas l’idée même d’être un truc joli qui écarte les cuisses, ça donne quoi ? Et si j’veux qu’untel, machin ou bidule me montre ça différemment, sachant que pour lui faire l’amour, c’est montrer en effet cet amour alors que ça n’est pour moi que le rejeter ? Et pourquoi ne faire qu’attendre l’amour toute sa vie, alors que c’est finalement si peu intéressant ? J’veux dire, pourquoi courir après ça, à l’image du héro qui a enfin celle qu’il voulait dès le début du film, et ce, deux secondes avant que le générique n’apparaisse… sérieusement, à part un coup de la nature parce qu’il faut se reproduire, et que c’est le but de chaque être vivant, j’comprends pas bien. Et sauf qu’on peut peut-être vouloir être plus que ça non ? Plus que « nous ».

J’veux pas être blessée, pas par ça, pas par un truc aussi con qu’un homme. Oui, un truc messieurs, vous avez bien entendu. Si nous, nous ne sommes qu’un trou chaud et douillet où vous pouvez jouir, vous vous n’êtes que… ben que j’en sais rien. C’est justement ça la merde, c’est que si l’homme passe du statut d’ami à celui de petit ami, j’commence à en avoir peur, à vouloir me barrer. L’idée même me fait ressentir ça alors que j’l’ai pourtant jamais vécu. Peut être que j’veux pas espérer un quelconque amour, pas dans ce sens là, alors que mon propre père n’est pas le bon, et qu’au final, le mariage et tous ces trucs, ça ne veut rien dire. Que le monde entier, ici aussi, est porté sur le sexe, et que j’comprend pas cet attachement qu’ont les gens vis-à-vis de cet acte. C’est ce qui les motive, mais, sérieux, faut arrêter. Enfin, j’veux dire, ya pas de problème, c’était très bien les gars, ne le prenez pas mal mais… en quoi ça suffit pour mettre fin à une famille ? À un lien entre deux êtres ? En quoi c’est assez merde ?? C’est rien, ou, en tout cas, c’est pas grand-chose, ça a pas grand intérêt. Et, oui, j’en veux à ma mère, et j’veux pas me lancer dans un truc, parce que j’veux pas être la pauvre cruche qui y a cru, et qui s’est fait baisée, dans le sens figuré du terme. Enfin, probablement dans l’autre aussi, mais là n’est pas la question. J’veux juste pas être la con assez débile pour se faire des idées et se retrouver balancée sur le côté de la route. Et c’est une question de fierté, pas d’autre chose. Quelque part, j’suis peut être finalement bien placée pour te répondre Jill, parce que moi non plus j’aurais pas été claire. Parce que j’serais probablement partie à l’idée même de sortir avec quelqu’un, et surtout quelqu’un comme toi, parce que tu ‘mérites pas d’être blessée. Donc coucher avec Alec et un Enzo à l’époque inconnu, c’est vachement mieux. Surtout qu’il était dans sa période con aussi. Pfou, j’déraille.

Oui ça doit valoir le coup. »

J’en doute. C’est ça la vérité, c’est que j’peux toujours essayer de te remotiver, de te soutenir sur ce coup, j’suis pas convaincante, et j’trouve pas les mots, parce que j’y crois pas moi-même. Parce que j’en ai peur moi-même et que j’arrive pas à concevoir une vie à deux, sans être moi-même amputée d’une partie de moi. Si on dit de l’autre qu’il est notre moitié, comment peut-il ne pas bouffer une partie de nous au passage ? Et si lui pensait ce genre de choses aussi, comment lui assurer que les choses allaient finalement s’arranger ? S’il a autant besoin que moi, voir plus, d’une bonne thérapie, sera-t-il capable d’accepter un jour quelqu’un dans sa vie, de lui laisser sa chance ? Il en crève d’envie, mais ça le rend faible, et s’il l’est, dans ce cas, comment accepter de se rabaisser pour quelqu’un ? Comment accepter d’abaisser les murailles pour laisser entrer l’eau prête à nous noyer et lui ouvrir les bras ? C’est suicidaire, stupide, dangereux. Pourquoi accepter de se rendre faible face au monde ? Comment accepter de détruire cette partie de nous, juste pour une seule et unique personne bouffie d’amour ? Pourquoi le faire ? Pourquoi s’y tenir quand on se perd de plus en plus ?

Tu dois m’trouver blasée, désolée. C’est juste que j’ai pas l’habitude qu’il me parle comme ça. D’habitude, j’ai pas vraiment.. le choix. Il me repousse et forcément ça m’attire vers lui (faudrait étudier ce concept masochiste chelou d’ailleurs..) mais là il me laisse en place et.. »
« Nan, t’en fais pas, j’serais pareil. Et.. j’suis sûre qu’ils font déjà des études sympa là-dessus. ‘vec des gens en labo et autre… ou sinon, c’est exactement la raison de notre enfermement ici =D ce qui expliquerait pas mal de parties de jambes en l’air »

Et si la présence simple de quelqu’un trop proche de nous, physiquement et mentalement nous met mal à l’aise ? Si c’est le cas, si cette personne est trop présente, comment accepter de ne pas fuir, comment trouver un bon équilibre ? Parce qu’un autre côté, vivre sans cette personne devient de plus en plus compliqué au fil du temps… Et si être avec devenait aussi douloureux que de voir cette personne disparaitre ? Si au final, l’inverse marchait aussi, si on devenait faible sans la personne aimée, mais que les blessures du passé, les angoisses étaient trop fortes pour la laisser entrer ? N’est-ce pas nous qui allons finir sur le côté de la route, mais de notre propre chef cette fois ? Est-ce que c’est réellement mieux de s’exploser le crâne sur le bitume parce qu’on a sauté, ou parce qu’on nous a poussé ? Et j’suis pas sûre que tu sois la seule blasée là pour le coup ma belle. Mais, sérieusement, si les deux deviennent douloureux, est-ce qu’il vaut mieux prendre le risque de faire entrer une personne dans sa vie, et d’apprendre à vivre avec, plutôt que de se perdre, et d’y laisser du même coup l’être aimé ?

En plus, j’suis crevée de la route et il me sort ça lui. J’te jure, les moments évènements de ta vie, t’aimerais les avoir quand t’as pas la tête dans le cirage ! »
« Rien que pour arrêter de répondre de la merde…. C’est clair qu’on s’en voudrait moins pendant des heures des réactions qu’on a pu avoir dans ces moments là. »

Je rappelle que moi, la dernière fois qu’un mec à décidé de s’exprimer clairement, je DORMAIS.. merci Alec.

J’vais jouer les grands-mères mais.. on n’irait pas continuer de papoter en haut ? Comme ça si je m’endors, t’auras pas à me porter jusqu’à mon lit. Vise un peu la prévoyance ! »
« Ouais, bonne idée. Pis j’dormais à moitié tout à l’heure aussi, donc ya de fortes chances que ça finisse par me reprendre aussi. Allé, go. »

On s’est levées, et j’suis restée encore un moment con, sans savoir trop quoi dire. Au final, jcrois que ce genre de conversation me dépasse, surtout parce que ça doit être la première que j’ai depuis mes onze ans approximativement, et la dernière fois, ça s’était soldé par de grandes crises existentielles avec une amie sur nos amours qui… n’avaient rien de tout ça en fait. On est cons quand on est gosses, et le pire, c’est qu’on l’est toujours en grandissant, et, ça, ça fait assez peur.

« Ecoute, Jillou, j’sais, j’suis pas de bons conseils, mais.. c’est facile à oublier, mais j’ai jamais vécus tout ça moi. J’ai jamais même eu une conversation d’ce genre. J’suis désolée, j’ai pas de solutions pour toi, t’as plus d’expériences dans le domaine j’pense. Tout ce que j’ai fait moi c’est… coucher avec un futur ami, et avec un… amant, puis ami, puis ennemi, puis incarnation parfaite de la prise de tête. Et dans le genre tronche dans le cirage, la dernière fois que, lui, m’a parlé honnêtement, c’était dans le dortoir. Me demande pas comment il est entré, j’en sais rien, mais on s’est engueulé, puis réconciliés, et j’pensais le comprendre alors que.. qu’au final, il me fuit, il m’envoie chier, il m’insulte, bref, il me maintient loin, alors que j’veux juste l’aider et… bref, j’suis pas de bons conseils, et j’suis pas prête de savoir quoi faire avec un con qu’a des problèmes avec le principe seul d’avoir des proches autour de lui. »

Une couette, c’est déjà un bon début. Il faudrait des trucs au chocolat, n’importe quoi, mais beaucoup de chocolat. Et là, on serait peut être pas mal pour parler de tout ça. On clôture sur un dvd de comédie romantique, on chiale comme deux cons, et c’est bon, on a fait une super soirée de fille sur le thème : Les hommes viennent de mars, les femmes de vénus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Dim 21 Oct 2012 - 19:37



I can do better → Sovahnn & Jill

C
omment peut-on s’en sortir avec tous ces sentiments en même temps ? Je crois que je l’aime, c’est vrai. Ou je l’ai aimé et il n’en reste qu’une ombre qui finit par me faire peur chaque fois qu’il est là ? Je ne sais pas comment je suis sensée pouvoir me retrouver là dedans et savoir quel chemin emprunter, avec lui ou sans lui ? C’est sans doute la seule relation que je suis incapable de projeter, c’est tellement.. imprévisible en amour. On croit aimer quelqu’un et finalement on découvre qu’il n’est bien que lorsqu’il est votre meilleur ami, que plus proches n’est synonyme que de trop proches. Que ça ne pouvait pas marcher mais qu’il fallait se cogner la tête contre ce mur avant de se rendre compte qu’il était là, bien présent, attendant la collision. Certes, on se relève, on va de l’avant. Mais arrive toujours un nouveau Lui avec qui il faut tout recommencer, d’abord ne pas se laisser approcher puis petit à petit réduire la distance, pour voir si ça tient, si ça en vaut la peine. Retomber sur un mur ou avancer plus loin ne dépend que de nous, de Lui, de soi et de tellement d’autres petits facteurs à la con comme la meilleure amie qui ne supporte pas le copain ou ne le trouve pas à notre mesure (ou à la sienne), son père qui ne veut pas d’un autre homme dans notre vie que lui et de tous ses amis qui sont soit très heureux, soit très silencieux. Tellement de trucs sans importance dont on tient compte dans sa vie de couple comme dans celles de tous les jours. C’est vrai, peu de gens avancent sans se soucier du reste du monde et de son avis. Sans doute ne se posent-ils pas autant de questions que je ne m’en pose mais sont-ils plus heureux ? Je crois que j’ai trouvé mon Hamlet, ma question existentielle. Se poser toutes ces questions ou foncer sans prendre le temps de la réflexion. That is the question.

Sometimes I think that it's better
To never ask why

J’attendais une preuve, une parole, un signe. Quelque chose qui m’aurait prouvé que ça n’allait pas que dans un seul sens, que ça n’était pas comme il me l’avait jeté une fois, un magnifique mensonge spécialement destiné à ma souffrance. Une belle invention. Tout ce temps où j’ai cru me raccrocher à rien semblait enfin fini le jour où il m’a embrassé et maintenant… Machine arrière ? C’est à en pleurer de frustration. Évidement que je veux lui donner son foutu temps pour comprendre, pour apprendre à m’aimer, à me connaître mais sérieusement est-ce que tout ça vaut la peine ? Est-ce que l’amour c’est vraiment le seul but dans une vie ? La destination finale, l’objectif ultime, le chemin vers lequel on revient irrépressiblement. Je sais pas, j’ai pas.. l’impression de ne pas pouvoir vivre sans. C’est vrai, j’ai des amis, de vrais amis sur qui je peux compter quelque soit la saison, l’heure ou le contexte, une famille qui s’est sortie de la mort de ma petite sœur plus forte et plus soudée malgré la déchirure qu’elle a causée en partant, un avenir professionnel je finirai sans doute par en avoir un une fois sortie de cette école et.. Je sais pas, je crois que j’ai tellement appris à ne pas compter sur les autres plus que sur moi-même que j’en suis venue à ne pas avoir besoin de quelqu’un en permanence avec moi, qui connaîtrait mes moindres secrets, mes moindres vices et tout ce que j’aurais pu vouloir lui raconter et qu’il aurait soigneusement enregistré dans un coin de sa tête. Être en couple ôte la limite qui se pose quand on est amis, celle qui laissera ton meilleur ami devenir un Loup-Garou chaque nuit de Pleine Lune, celle qui t’empêchera d’engueuler un ami qui voit son aimée se détourner de lui parce qu’il a aligné quelques conneries sentimentales et qu’au fond, il l’a sans doute cherché sa claque mais que tu seras incapable de le laisser, comme ça, aussi enfoncé dans son désespoir que t’as pu l’être. Non. En couple, on juge, on rectifie, on redresse parce que si c’est fait pour durer, c’est pas en étant tout de travers qu’on va s’en sortir. C’est là qu’on change les gens, qu’on leur impose de toutes petites rotations, de très légères torsions pour les plier comme on en a envie. Mais ça… je peux pas. Je pourrais pas devenir celle qu’il veut que je sois, je pourrais juste être moi. Et même si j’arriverai à me contorsionner pour ses beaux yeux, ce serait pour tenir quoi ?.. quelques mois tout au plus dans ce joli petit mensonge. Juste pour être ensemble ? Non, désolée, je préfère être seule dans ce cas. Je ne veux pas que quiconque me change à son gré simplement parce que je l’aime et que je suis trop stupide pour voir la réalité.

Oui, j’extrapole sans doute, je le reconnais mais il me demande quelque chose que je me sens.. moitié capable de faire. En me demandant ça, j’ai l’impression qu’il commence à prendre une toute petite partie de moi, si infime que je m’en rends tout juste compte.

Et ça me fait peur.

Where there is a flame someone's bound to get burned
But just because it burns doesn't mean you're gonna die

You got to get up and try…

J’vais jouer les grands-mères mais.. on n’irait pas continuer de papoter en haut ? Comme ça si je m’endors, t’auras pas à me porter jusqu’à mon lit. Vise un peu la prévoyance ! »
Ouais, bonne idée. Pis j’dormais à moitié tout à l’heure aussi, donc ya de fortes chances que ça finisse par me reprendre aussi. Allé, go. »

On s’est levées et on est montées dans le dortoir. Installées dans mon lit avec la couette autour de nos épaules (parce que j’ai une grande couette et je vous emmerde :ga Sourire normal, on a savouré quelques secondes le silence de la pièce. Il était tard mais les autres filles devraient être fourrées à je ne sais quelle soirée du château en train de danser et de boire, insouciantes. Nous, on était là. A tenter de refaire un monde qui, un jour, nous correspondrait peut-être.

Ecoute, Jillou, j’sais, j’suis pas de bons conseils, mais.. c’est facile à oublier, mais j’ai jamais vécu tout ça moi. J’ai jamais même eu une conversation d’ce genre. J’suis désolée, j’ai pas de solutions pour toi, t’as plus d’expériences dans le domaine j’pense. Tout ce que j’ai fait moi c’est… coucher avec un futur ami, et avec un… amant, puis ami, puis ennemi, puis incarnation parfaite de la prise de tête. Et dans le genre tronche dans le cirage, la dernière fois que, lui, m’a parlé honnêtement, c’était dans le dortoir. Me demande pas comment il est entré, j’en sais rien, mais on s’est engueulé, puis réconciliés, et j’pensais le comprendre alors que.. qu’au final, il me fuit, il m’envoie chier, il m’insulte, bref, il me maintient loin, alors que j’veux juste l’aider et… bref, j’suis pas de bons conseils, et j’suis pas prête de savoir quoi faire avec un con qu’a des problèmes avec le principe seul d’avoir des proches autour de lui. »

Sans dire un mot j’ai passé ma main dans la sienne et déposé un bisou sur sa joue. J’étais présente lorsqu’Alec est entré dans le dortoir. J’avais juste eu le temps de l’apercevoir une brève seconde. Pendant un temps j’avais cru avoir rêvé ce moment mais Sovahnn venait de m’apporter la confirmation que ça avait été bien réel. Visiblement, c’était toujours aussi chaotique entre ces deux-là et tout comme Sovahnn ne pouvait pas résoudre mon problème avec Derek, je ne savais pas quoi lui répondre ni quel conseil lui donner pour qu’elle arrête de s’en faire. Alec était un vrai mystère pour moi par moments. Pas quand il s’agissait de sa sœur où on se recevait cinq sur cinq, à tel point que c’en était devenu presque effrayant mais quand il s’agissait de Sovahnn ou même des filles en général et de son comportement.. je ne comprenais pas.

Funny how the heart can be deceiving
More than just a couple times
Why do we fall in love so easy
Even when it's not right

J’voudrais que ça soit plus simple entre vous. » avouai-je à mi-voix.

Est-ce que c’était une coïncidence si ma mère avant son départ avait glissé du chocolat de chez HoneyDukes dans mes affaires ? Je m’étais écartée deux secondes pour attraper le paquet de cinq tablettes et tendis la première rangée de carreaux à Sova. Cette soirée commençait vraiment à ressembler à l’archétype des soirées filles : des problèmes de cœur, des copines et du chocolat. Nos petites confidences étalées sur un patchwork, mélangées entre elles comme si sa vie et la mienne n’en faisaient plus qu’une seule. Ironie du sort, partager ma vie et mon lit avec l’une de mes meilleures amies me dérangeait moins qu’avec quelqu’un dont les sentiments à son encontre étaient sensés être plus fort que tout le reste.. Un hommage à tous ces mensonges héroïques de notre enfance, à toutes ces promesses jamais tenues par les livres, les films et les contes pour enfants.

Ils pourraient prévenir quand même.. quand ils décident que telle âme va s’incarner dans tel corps. Ils pourraient prévenir qu’on va en chier, qu’on va courir après un truc qui n’existe sans doute même pas. Si un jour j’ai un enfant, je t’assure, avant de lui donner son nom, je lui dirai ‘bienvenue sur terre, c’est l’horreur tu vas voir, tu vas te régaler !’ »

Je déconne, je ne dirais jamais ça à mon enfant, je tâcherai de faire comme tous les parents de la terre sont sensés faire : atténuer le choc de la réalité jusqu’à ce qu’il soit temps de réaliser.

Mmh.. ce chocolat c’est.. à se taper le cul par terre. Tu trouves pas ? »

Ou alors je ferai comme ça. Semblant. Je vais bien, tout va bien. Je suis gaie, tout me plait ! Je ne vois pas pourquoi ça n’irait pas.

N’empêche que ce chocolat est quand même sacrément bon. Merci ma p’tite maman, t’as pas oublié le plaisir gourmand de ton aînée.

Bref..

Oui j’ai épuisé mon stock de choses à dire et ça se sent tellement bien que je continue de déguster ma barre en silence. Puisqu’on peut ni l’une ni l’autre faire avancer le problème ‘garçon’ de l’autre, est-ce que ça sert réellement à quelque chose de s’attarder dessus sinon à nous faire plus de mal qu’autre chose ? Je pense.. que Sovahnn a raison. Lui laisser le temps ne va pas me tuer et ça en vaut sans doute la peine, peut-être pas là momentanément mais à terme. Au pire, on sera toujours bonnes pour se réfugier dans une soirée comme celle-ci, on fait sans doute pas avancer grand-chose de cette manière mais au moins, de sentir qu’elle est là, je me sens déjà un peu plus prête à affronter ma prochaine rencontre avec Derek et je me questionne un peu moins sur la façon dont il faudra réagir. On verra bien à ce moment là.

Celui qui a dit « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » mériterait un bon coup de pied au cul !
Grey’s Anatomy

▬ Fini pour moi, je ne savais pas franchement comment finir donc j’ai laissé comme ça. J’imagine qu’elles ont fini par aller se coucher après avoir papoté encore un peu =) ▬

code by stitch


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   Lun 22 Oct 2012 - 10:54

Est-ce qu’on se prend autant la tête quand il s’agit de nos amis ? Nan mais c’est vrai, on leur confie énormément, on se laisse aller avec eux, on se retrouve dans des situations parfois humiliantes, parce qu’il faut se l’avouer, même si on les oublis souvent au fur et à mesure pour ne pas trop blesser notre propre égo, ça arrive. Alors pourquoi est-ce tellement gênant de se mettre à nu comme ça face à quelqu'un qu’on aime ? Quelle est la différence ? Pourquoi toujours chercher des détours, pourquoi toujours vouloir se montrer au meilleur de nous même ? Pourquoi dans les films entre potes, les gens se mettent minables et que dans les belles histoires d’amour, ça n’arrive pas ? La vie est crade, pourquoi ils ne le disent pas ça dans les films ? Pourquoi ils zappent toutes ces parties de nos vies, auxquelles on ne pense pas vraiment tant que quelque chose ne cloche pas ? Pourquoi ils font des films sur les cancers sans parler de la douleur, sans parler du sang, de la graisse, de la morve qui coule à force d’en chialer ?? Pourquoi ils ne parlent jamais de tous ceux qui ont des emmerdes sur tous les sujets tabous de ce putain de monde ? Pourquoi ils montrent les cris, et pas la sueur et la merde ? C’est con, mais on se fout de notre gueule depuis le début, parce qu’on a beau penser qu’on est loin d’être naïfs et qu’on sait que ça ne se passera pas comme ça, finalement, on se plante tous violemment. Finalement on est tous surpris le moment venu, et on se dit tous « merde, j’voyais pas ça comme ça ». J’vais vous dire moi, on ne veut pas que ça soit ça que l’homme, la femme, l’aimé en tout cas, voit de nous, parce qu’on veut se sentir désirable, et ce, tout simplement pour une histoire de reproduction, parce que c’est dans nos gènes, et ce depuis des milliers d’années. Parce que ça c’est mis en place dès la première procaryote et qu’on est tous poussés par ça. Mais à présent qu’on a tant de moyens de contraception, n’est-il pas légitime qu’on commence à se poser des questions ? Est-ce une adaptation que l’on a nous-mêmes provoqué ? Ou sommes-nous juste un peu trop homo sapiens sapiens. L’homme qui sait qu’il sait. Mais sait-il qu’il en sait trop ? Qu’il pense trop ? Qu’il cherche toujours dans les méandres d’un labyrinthe une solution inexistante alors qu’il suffit d’avancer tout droit pour sortir de là.

Mais si nous avançons tout droit, nous faisons comme les autres, or le propre de notre espèce est aussi de chercher à se différencier des autres, à s’offrir une existence propre pour se sentir valoriser. Alors que nous sommes tous les mêmes. Une bande d’ADN sur pates qui cherche toujours plus. Et pourtant, ces réflexions le prouvent, plus ça va, moins on pense que l’amour qu’on nous décrit depuis notre plus tendre enfance n’existe pas, et, en tout cas, qu’il n’est pas indispensable à nos existences. Nous voulons être des femmes fortes, nous voulons savoir nous gérer nous même, et ne pas dépendre de qui que ce soit, et encore moins d’un homme. Nous ne voulons pas nous retrouver comme de pauvres âmes en peines s’il décide de partir, parce qu’on est tout simplement pas assez con pour accepter ça. Parce qu’on préfère lui sourire à la gueule avant de faire demi tour, et surtout pas craquer devant. Parce que qu’est-ce qui pourrait se dire à partir de là ? Oui, parce qu’on fait toutes et tous attention à ce qui peut bien se dire de nous. Et que le plus naze serait d’être abandonnées au bord de la route et de se rendre compte qu’en effet, on n’est rien sans lui, elle, qui que ce soit. Que cette personne nous a détruis au fur et à mesure à coup de sentiments démesurés, et que quand ça se termine, tout ce qui nous construisait est en partie supprimé.

Si j’accepte de faire ça ou ça, parce que tu me le demande, je me plie à ta volonté, et tu emportes une partie de ma résistance, de ma fierté, de moi au final, avec toi. S’il faut faire des concessions en amour, les femmes d’aujourd’hui sont elles encore élevées pour en faire ? Nous sommes devenues plus rigides que ne l’étaient nos mères, justement en cherchant à ne pas l’être. Parce qu’au fond, on se met au premier plan, et que quelqu’un aille se faire foutre s’il n’est pas d’accord. Vivre en communauté, on sait le faire, mais partager une existence jusqu’à ses moindres détails, ça, probablement pas. Mais toutes ne sont pas comme ça. Sont-elles réellement heureuse alors ? Est-ce nous qui sommes sur la mauvaise pente, ou avons-nous tout simplement choisis des chemins différents, avec des aboutissements similaires ? Est-ce qu’à force de donner tellement d’importance à un enfant pendant son éducation, on ne le mettrait pas en position de roi, et le roi, lui, ne plie devant personne. Françoise Dolto, si tu m’entends… Mais ça n’est peut être pas con comme réflexion. Il fut un temps, où, et quelques familles font encore ça, on mettait en avant le fils, qui n’avait pas à se plier aux taches basiques d’une maison alors que les femmes étaient élevées pour savoir se plier de telle sorte à tout faire marcher dans une maison. « Un homme cherche ne cherche pas une femme, mais une mère », on a tous déjà entendu ça. Mais alors, en réduisant cette différence homme/femme et en apprenant à tout le monde à faire des choses, mais aussi à attendre que maman/papa n’apporte les tartines le matin, est-ce qu’on n’aurait pas aussi provoqué une évolution dans les manières de penser des uns et des autres. La femme refuse de se faire marcher sur les pieds, mais dans tous les sens du terme. Il est hors de question qu’elle se plie en quatre pour un homme parce qu’elle refuse de ressembler au modèle de ses grands-mères, qu’elle exerce. Mais ne va-t-elle pas simplement trop loin, en cherchant trop à se protéger ? L’homme devient plus romantique que la femme, et elle, plus amère.

Looks like the joke's on you-hoo!
So go home and cry like boo-hoo :
I'm a slut like you !!
P!nk


J’voudrais que ça soit plus simple entre vous. »
“Hm..”

Oui, Sovahnn aussi aurait bien voulu que ça soit plus simple. Pas pour des raisons sentimentales dans le même sens que Jillian et Derek, mais elle aimait bien ce sale con, et elle aurait voulu l’avoir dans sa vie autrement que ce qu’il se passait actuellement. Comme ami, c’était tout, même s’ils avaient été un peu plus que ça pendant un moment. Un peu moins, finalement, peut être. Et il n’acceptait finalement que personne ne s’approche de lui. Quelque part, elle enviait Jillian d’avoir su lui parler ce jour là, au bord du lac, quand il pétait un boulon et qu’elle, n’avait rien su dire, rien su faire pour le calmer. Il n’avait rien dit de ses douleurs, c’était juste froid et énervé qu’il s’était exprimé. Sûrement sa manière à lui de dire simplement : j’ai mal. À l’aide aussi, peut être. Mais il n’acceptait rien de tout ça. Probablement trop bien pour se rabaisser à de telles choses. Non, lui, il préférait s’enfermer dans sa douleur, il préférait faire passer tout ça par sa propre souffrance physique, et il s’embourbait dans des emmerdes en tout genre, qu’elle essayait d’amoindrir un peu. Une fois, elle avait effacé les preuves, supplié pour qu’on ne le dénonce pas, une autre, elle l’avait arrêté avant qu’il ne fasse une connerie, et il ne se rendait pas compte, il se croyait seul, alors que ça n’était pas le cas.

Ils pourraient prévenir quand même.. quand ils décident que telle âme va s’incarner dans tel corps. Ils pourraient prévenir qu’on va en chier, qu’on va courir après un truc qui n’existe sans doute même pas. Si un jour j’ai un enfant, je t’assure, avant de lui donner son nom, je lui dirai ‘bienvenue sur terre, c’est l’horreur tu vas voir, tu vas te régaler !’ »
« Have fun little guy ! »

And I would have stayed up with you all night
Had I known how to save a life
The Fray

Mmh.. ce chocolat c’est.. à se taper le cul par terre. Tu trouves pas ? »
« Qu’est-ce qu’on ferait sans chocolat ? J’te l’demande ! »

On trouvera autre chose pour combler les vides, probablement. Et au final, elles en seraient là quand même, comme des tas de femmes dans le monde. Il manquerait juste l’alcool pour faire bien. Mais vu la manière dont ça avait terminé la dernière fois, ça n’était probablement pas une bonne idée, ni pour le corps de Jillian d’ailleurs. Pas besoin de le maltraiter dès son retour. Non, là, elles avaient besoin de parler, simplement, entre amies, et de continuer à refaire un monde qui ne changerait pas pour si peu.

- Topic fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I can do better - Jill'   

Revenir en haut Aller en bas
 
I can do better - Jill'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfants : l'école Anglaise de Beatrix Potter à Jill Barklem
» Je ne t'évite pas.. ou peut-être que si. | Kyle & Jill.
» La curiosité est un vilain défaut ?! [Sujet en commun N°3]
» PV Série Pégasiens 3/4
» Cesse de fuir, il est temps de parler. [ Jill ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: Salle commune des Poufsouffles-
Sauter vers: