AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ─ 05. Les Fantômes des Maisons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 436
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: ─ 05. Les Fantômes des Maisons.   Ven 13 Juil 2012 - 18:19


Slytherin
L'oracle Vermeil !


L’oracle vermeil a perdu la vie alors que le don de triple vue n’était pas encore réellement identifié dans le monde de la magie. On pensait alors encore qu’il s’agissait d’une intervention divine permettant de faire passer des messages au commun des mortels. L’oracle ainsi nommé avait été fui toute sa vie par chaque personne sensée vivant à proximité et très vite, même sa famille avait pris ses distances. Entré dans l’adolescence, sur un coup de tête, il avait quitté la maison dominicale pour rejoindre une grande ville où personne ne le connaitrait et ne pourrait deviner. C’est alors qu’il s’était mélangé aux non-magiciens et était tombé amoureux d’une d’entre-eux. Jeune, belle, jolie, intelligente, ouverte d’esprit, elle était tout ce qu’il aurait pu souhaiter. Mais avide de découvrir les joies de ce nouveau monde qui s’ouvrait à lui, il l’avait délaissée, trompée, bafouée. Et le jour de leur mariage, alors qu’elle apprenait ses dérives, dans un élan de rage, de déception et de désespoir, elle mit fin à ses jours.
Brisé, seul et hais, il avait fui une nouvelle fois, dénigrant les visions qui le tiraillait, il s’était mis à sombrer dans une folie partielle, laissant libre court à sa rage et assassinant chaque personne qui lui barrait le chemin ou aurait pu lui rappeler sa vie brisée. Dans son tumulte dépravé, il en oublia le projet qu’il avait mis en place avec un groupe de fortes personnalités : construire une école de magie où les jeunes sorciers pourraient s’instruire et ouvrir leurs esprits afin de maîtriser la magie et de connaître le monde les entourant.

Lorsqu’une vision particulièrement importante et troublante lui vint, l’oracle voulu faire passer le message afin d’éviter une catastrophe. Mais celui-ci arriva trop tard et la ville dans laquelle il avait rencontré sa promise n’était plus que cendres. Un homme au potentiel immense viendrait les sauver avait prédit un autre sorcier avant de périr sur le bucher. Mais il n’était pas là. Le soir-même, le père de la femme qu’il avait aimé éperdument l’assassinat.

Pour rattraper sa misérable existence, il revint à Poudlard qui avait vu le jour et devint le fantôme officiel des Serpentards. Présent pour rappeler aux jeunes arrivants que la vie est courte, qu’il ne faut pas la gâcher, et gravir les échelons, ne jamais laisser passer sa chance, se souvenir que le monde est traître et que ce qui a une importance peut vous être arraché. Il est de notoriété publique qu’il a été tué par un non-magicien et que cela ressemblait fortement à du suicide, tout comme tout le monde sait qu’il a été un meurtrier de son vivant, pendant un temps du moins. Mais il ne parle pas beaucoup de ces choses-là, et peu de gens osent réclamer trop d’informations.


Dernière édition par Imperium le Ven 13 Juil 2012 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 436
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Re: ─ 05. Les Fantômes des Maisons.   Ven 13 Juil 2012 - 18:19

Gryffindor.
Le Lion du Dervrac.


Chevalier impétueux et solidaire. Il était jeune, il était beau, adulé de toutes les dames de la cour, respecté des ainés et jalousé de ses pairs. Un jeune homme comme on en a vu maintes fois mais dont le nom, le visage et le souvenir restent gravés dans les mémoires à tout jamais. Il est né il y a de ça plusieurs siècles, dans une famille de notable proche du Roi. L’Angleterre regorgeait à l’époque de courtisans en tout genre. Il a grandi sans jamais manquer de rien, mais son désir d’action et de reconnaissance s’est manifesté très jeune. Il avait 6 ans la première fois qu’il a défendu une petite fille contre un énorme … chat. Elle avait peur, elle avait besoin d’un héro. Il a pris son courage à deux mains et l’a tiré des griffes de cette terreur noir comme une nuit sans Lune. Le culte a commencé comme ça, et il n’a jamais cessé. Le Lion, qui a l’époque s’appelait simplement Gregory d’Arpant, ne s’est jamais lassé de sentir le regard des gens courir sur lui. Qu’ils soient bons ou mauvais, d’admiration, de jalousie ou d’aigreur. Ça n’avait pas d’importance tant qu’il attirait l’attention. Du courage, pour sur, il en avait, mais les motifs de ses actions étaient en vérité en majeure parti motivé par la Gloire. Il voulait marquer les esprits, il y ait parvenu sans trop de mal. A 16 ans, il a décidé de profiter de son statut pour entrer en lice dans les tournois de joute. Il était grand, et solide, un homme fait malgré son jeune âge. A sa disposition ces dernières années, un maître d’arme réputé pour faire partie de l’élite. Un des meilleurs, ni plus ni moins. Comment devenir le meilleur sans l’élite à ses côtés ? Il avait été un élève consciencieux malgré son impulsivité latente. Trois ans plus tard il était la terreur des tournois, mais ça ne lui suffisait plus. Devenu Chevalier grâce à ses prouesses et son statut de sang, il décida de prendre part aux guerres diverses et variées. Son impatience eue raison de sa prudence. A trop vouloir prendre de risque, il s’en ait brulé les doigts. Quelques jours seulement après son arrivée sur le champ de bataille, la lance d’un ennemi qu’il avait sous-estimé ne lui a laissé aucune chance.

Certes, il a été porté aux nues, mais la morale de cette histoire, c’est qu’à trop jouer avec le feu, on fini toujours par s’y brûler. Il a élu domicile à Poudlard, et plus particulièrement dans l’une des tours, après des siècles d’errance car le château a été érigé à l’emplacement où la vie l’a quitté, et depuis lors, il a choisi de mettre en garde les élèves de Gryffondor, représentés par un Lion, comme il le fut. Parfois cependant sa nature reprend le dessus et il n’est pas rare de le voir se pavaner comme un Prince dans les couloirs du château, se caractérisant par la tâche de sang qu’il arbore sur le ventre, vestige de la façon dont il est mort. Son cheval n’est jamais bien loin, lui qui est mort peu de temps après lui, quelques minutes à peine et de la même manière. Un magnifique étalon, jeune et fougueux, à l’image de son maître. Il a gardé le physique qu’il avait alors, à 20 ans, mais en paraît quelques années de plus malgré les traits fin de son visage. En lui persiste tout de même l’impulsivité qui l’a toujours caractérisé. Il n’est pas toujours de bons conseils, méfiez-vous. Courage, Force, Hardiesse, d’accord. Inconscience ? Sans doute un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 436
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Re: ─ 05. Les Fantômes des Maisons.   Ven 13 Juil 2012 - 18:20

Hufflepuff.
L’Infante des Cendres.


Si vous lui demandez d’où elle vient, elle vous répondra que ça n’a pas la moindre importance. Si vous lui demandez où elle va, elle vous répondra que même ses pas ne le savent pas. D’où on vient, où on va, qui on est, … Ce sont des choses dont cette demoiselle ne s’encombre pas. La jovialité, l’énergie, un rire communicateur et des yeux rieurs, elle a gardé son esprit d’enfant malgré le nombre de siècles depuis lesquels elle reste prisonnière du spectre qu’elle est devenue. Son histoire, peu de gens la connaisse réellement, bien à vous de réussir à le lui en faire parler. Ça n’est pas par pudeur ou par secret, ni même à cause d’une douleur enfouie, non, rien de tout ça. C’est simplement parce que le passé est le passé et tout comme pour le futur, rien ne sert de s’y perdre ou s’y plonger, seul le présent compte réellement. Et oui, même quand on est un fantôme. Vous vous en douterez, son identité, son « nom » lui est venu de la manière dont elle a perdu la vie. Nul ne sait réellement à quand remonte cet incident mais suffisamment loin pour qu’elle ait connu pléthore de générations à Poudlard et ailleurs.

C’était une belle soirée de juin, sur le bord d’un grand lac. Le Lac Noir ? Impossible à dire. Tout ce que l’on sait, c’est qu’une famille était réunie pour fêter la Saint Jean. Les enfants allaient et venaient, se tenant la main et courant autour d’un gigantesque feu magique. Il dégageait certes de la fumée, et de la chaleur, mais n’était en rien dangereux. Un seul contact suffisait à l’éteindre. Infante, savez-vous d’où vient se terme ? De la royauté, bien sur. Il définie les enfants de certains roi et reine. Notre demoiselle était donc une Princesse, petite dernière d’une fratrie nombreuse et heureuse. Cela n’a malheureusement pas suffit à la protéger. Une famille royale a toujours de nombreux ennemis, c’est de notoriété publique. Une famille royale de sorciers, il faut croire que c’était encore pire.

Il y a eu les cris d’abord, ceux des serviteurs, et puis les sortilèges qui ont jaillis de toutes part alors que le personnel de protection de la famille tentait de faire fuir les assaillants. La débandade, ensuite, et puis cette fin cruelle, injuste et pour le moins stupide. Ils n’ont même pas tenté de la tuer, ils ont juste transformé le feu factice en feu réelle et dans la cohue, la pauvre petite n’y a pas échappé alors qu’il sortait de son cercle et embrasait la pelouse. Elle n’a pas eu le temps de courir jusqu’au lac, les flammes l’ont encerclées. Nul ne savait où elle se trouvait. Dans son malheur, elle a tout de même eu une chance, c’est en réalité la fumée qui l’a tué. Voilà pourquoi aujourd’hui son corps garde une apparence intacte et si elle a choisi de « hanter » la belle maison des Jaunes et noir, c’est parce qu’elle a trouvé en eux des traits de caractères qui lui étaient commun. Elle souffre d’avoir rencontré la mort si jeune et de ne pas avoir pu profiter de la vie. Voilà le conseil qu’elle donne a qui veut bien l’entendre. Sous ses traits de jeune fille à peine adulte, on peut parfois percevoir beaucoup de maturité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 436
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Re: ─ 05. Les Fantômes des Maisons.   Ven 13 Juil 2012 - 18:20

Ravenclaw.
L’Écorchée.


Il s’agit là de l’histoire de Sévana Aldord, fille aimée, sœur aimante, qui a malheureusement fait un mauvais choix et qui sera là pour vous empêcher de vous égarer, vous éloigner du droit chemin.

C’était il y a plusieurs siècles de ça, la période restant très vaste et floue, nous n’avons pas plus de détails. Sévana était une jeune femme épanouie, heureuse et extrêmement bien élevée. Studieuse, elle faisait passer ses études avant toute autre chose si ce n’est sa famille dont elle était très proche. Sa meilleure amie n’étant autre que sa sœur âgée d’un an seulement de plus qu’elle, les deux jeunes filles passaient le plus clair de leur temps ensemble. Elle ne suivait pas le même cursus mais rien n’empêchait ces deux là de partager des moments de quiétude durant lesquels chacune vaquait à ses propres occupations, ses propres travaux. L’une d’elle était passionnée par la littérature, l’autre était plus pragmatique et se destinait à une carrière dans le milieu scientifique. Elle aurait rêvé devenir médecin, mais à l’époque, les femmes n’avaient pas autant de possibilités, autant de droits, que de nos jours. Devenir infirmière ? Oui bien sur elle y a pensé, mais Sévana n’avait jamais eu pour habitude de revoir ses rêves à la baisse. Pour elle, c’était Médecin ou rien. Voilà pourquoi elle a légèrement changé de voie.

Tout se déroulait à merveille dans cette petite famille tranquille. Les parents étaient fiers de leur progéniture. Elles étaient belles, bien élevée, toujours prête à rendre service à ceux et celles qui en avait besoin, ne gaspillant pas leur temps à papillonner comme beaucoup de jeunes gens de leur âge et restant concentrées sur leur avenir respectif. Jusqu’au jour où …

Il aura suffit d’un homme pour mettre la pagaille dans cette harmonie totale. Un jeune et bel héritier venu de la ville. Oh ça oui il était beau, et toutes les jeunes filles du village rêvaient d’attirer son attention. Gustavo Fratellini. Il avait les traits fins et dans le regard toute la fougue de ses origines. Sa peau hâlée était un voyage à elle seule et nombreuses sont celles qui aurait aimé embarquer avec lui pour visiter le monde par ses lèvres. Il en faisait tourner des têtes, mais c’est Shaena qui finalement obtint son attention, la sœur ainée de notre héroïne. Peu intéressée, elle s’est pourtant laissé courtiser. Cela a duré quelques semaines, jusqu’à ce que la jeune femme se laisse prendre au jeu. Et puis tout a dérapé …

Un matin, Shaena a retrouvé son homme dans le lit de sa sœur. Toutes les excuses du monde n’auraient pas pu arranger les choses. Une dispute a éclaté dans la maison. Le jeune homme s’est retrouvé expulsé de ces murs par le chef de famille sans plus de cérémonie tandis que la mère des deux jeunes femmes tentait d’apaiser les choses. Sans succès. Shaena a fait ses valises dans l’heure qui a suivi, elle a rejoins la gare et c’est à ce moment là que le drame s’est produit. Gustavo, bien trop fier, la retrouvé sur le quai. Il l’a menacé, remettant en cause la façon dont le père de la jeune femme l’avait traité, tel un moins que rien. Une nouvelle dispute a éclaté, le train est arrivé, il l’a poussé … Sévana n’a jamais eu le temps de s’assurer que sa sœur était hors de danger, le train l’a fauchée alors qu’elle se précipitait vers son ainée pour lui sauver la vie, sans réfléchir, sans la moindre trace d’hésitation, malgré leur différent.

Aujourd’hui elle est une âme qui erre sur terre comme tant d’autre. Ce fantôme a l’apparence d’une jeune femme âgé d’environ 25 ans, légèrement défigurée, le corps abimé par le choc de la collision mais qui reste belle malgré tout. Elle a élu domicile dans la Tour des Serdaigle et prodigue des conseils de sagesse a qui voudra bien l’entendre. Ne vous laissez pas embobiner par le regard ravageur d’un tentateur. Les liens familiaux valent plus que tout le reste. Restez concentrés. Elle a l’air serein. Elle sait qu’elle a fait ce qui devait être fait et ne regrette rien. Sa sœur a eu une belle vie. Gustavo a quitté la ville comme un fugitif et ses parents sont restés unis malgré ce drame qui a heurté toute la famille. Elle a veillé sur eux, puis sur ses neveux et nièces, ainsi que toutes les générations qui ont suivi et qui suivent encore. Elle est sans doute l’ancêtre de certains élèves présent dans les murs de Poudlard mais ça, vous ne le saurez jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ─ 05. Les Fantômes des Maisons.   

Revenir en haut Aller en bas
 
─ 05. Les Fantômes des Maisons.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» remise en vente des maisons abandonnees
» Maisons à vendre: 10 500$
» Recensement Maisons Elfiques
» Les Maisons Elfiques
» Gâteau des fantômes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: The Beginning Of The End :: Règlement & Scénario. :: ─ Les vieux grimoires.-
Sauter vers: