AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 16992
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Mar 12 Juin 2012 - 19:47





Wink
▬ Roads Untraveled ▬
Sovahnn D. Lockwood, Kyle Johnson & Enzo Ryans

Un Loup en cage. Un prédateur au milieu de la bergerie. Tous des proies potentielles pour l’animal qui s’agite au fond de moi. Trop d’agressions du monde extérieur en une seule journée. Trop de colère accumulée, trop d’émotions gardées captives. D’apparence, j’ai probablement l’air calme, mais à l’intérieur c’est tout le contraire. Mes muscles sont tendus au maximum, tout comme mes nerfs. J’ai sans doute le regard sombre, dur, froid, qui impose une certaine distance aux autres et ce sans doute par instinct. Enzo est là, mais le Loup est là aussi. Je le sens qui coure sous ma peau, qui s’agite. La Lune sera pleine dans un peu plus de 24h, son heure arrive, il le sent et s’impatiente. Aujourd’hui j’ai encaissé, et il n’est pas d’accord avec ça. Je ne tremble pas même si ma jambe s’agite nerveusement sous la table alors que mon pied tape sur le sol dans un mouvement frénétique et rapide, incessant. Je suis assis dans le fond de la classe, je n’écoute que d’une oreille et mon regard est braqué sur la nuque de cet abruti de Stanton depuis le début du cours. Loup a envie d’aller au conflit, encore, mais je puise dans mes dernières forces pour l’en empêcher. Et ça m’épuise, encore.

~*~

« Ryans tu dégages d'ici tout de suite. White, viens avec moi j'ai besoin de toi. La prochaine fois démerdez-vous pour foutre le bordel sur un autre étage et estimez-vous heureux de pas finir aux cachots. Encore. »

Quelle voix douce et mélodieuse qui résonne dans mon crâne … Pourquoi est ce qu’il a fallu que ce type me provoque comme ça ? Pourquoi est ce qu’il a fallu que White s’en mêle ? Pourquoi est ce que je ne suis pas resté enfermé dans le dortoir après avoir quitté Jamie alors mon état de nervosité était déjà suffisamment avancé comme ça ? J’aurai pu y rester, sécher les cours et attendre que Lune se pointe ou bien aller la chercher dans les endroits les plus reculés du château. Peut être qu’elle est simplement allée chasser, ou rendre visite à sa mère. Peut être que j’aurai du ressortir à l’extérieur pour ne pas avoir à souffrir d’être enfermé entre quatre mur. Le moindre son m’agresse, le moindre contact me rend électrique. J’ai lancé un dernier regard noir dans la direction de Cameron et de cet inconnu qui a lui aussi joué avec mes nerfs, pas un seul pour White et encore moins pour le Supérieurs. Je me suis contenté de descendre les marches, le regard braqué droit devant moi, pour rejoindre mon cours même si je n’avais qu’une seule envie : Retrouver Kyle, me blotir contre lui et attendre que ça passe. On n’aurait jamais du quitter la Cabane d’Ismaelle, on était tellement bien là bas, juste lui et moi. Juste nous deux. Jusqu’à ce qu’elle arrive mais je n’ai pas vécu son arrivée comme une agression, une intrusion. On s’est quitté au petit jour, sans promesse formulée, simplement celle implicite de se revoir rapidement et la matinée s’est déroulée calmement pour ma part même si Monsieur Andrews m’a rappelé à l’ordre puisque je n’écoutais pas un traitre mot de ce qu’il pouvait bien raconté, bien trop occupé dans mes pensées, dans mes souvenirs de cette nuit inoubliable. Et puis après le déjeuner tout à dérapé. Jamie d’abord. A croire que ça été le déclencheur de tout le reste. D’ailleurs … Non ça n’est pas Jamie que j’aperçois là devant moi mais ce type qui n’a pas su retenir sa langue lorsque l’on est rentré au château il y a quelques minutes, un quart d’heure peut être. Un Serpentard, mais il aurait tout à fait pu être d’une autre maison puisque des crétins il y en a partout, de plus que tous les Serpentards ne sont pas bon à jeter. Tout ce que je sais, c’est qu’il est là au mauvais endroit, au mauvais moment, et si j’ai réussi à me contenir jusque là, je sens que ça n’est plus le cas. Alors je m’avance vers lui, d’un pas nonchalant, un air détaché sur le visage.

« Salut Stanton. »

Je lui adresse un sourire mielleux, mièvre, qui peu à peu s’estompe et devient sournois puis dangereux à mesure que la panique semble envahir son regard. Son corps parle de lui même, il n’est pas vraiment à l’aise et je peux déjà sentir l’odeur de la peur autour de lui. Ces gars là sont tous les mêmes. En groupe ils se prennent pour les rois du monde mais choppez-en un tout seul et il se liquéfie. Et ce genre de réaction, ça excite les prédateurs. C’est plus fort que moi, je lui attrape la gorge d’une main et le plaque contre le mur. Cette voix, ça n’est plus un sourire sur mon visage, loin de là.

« La prochaine fois que t’as un message à faire passer, aies au moins le cran de me regarder droit dans les yeux. »
« Lâche-moi. »
« Sinon quoi ? Tu vas appeler tes p’tits copains à la rescousse ? Vas-y, je t’en prie. »

Plus on est de fous, plus on rit. Et puis qui sait, peut être que vous parviendrez à me foutre par terre et me faire regretter ce que je suis entrain de faire. Je ne suis pas invincible après tout, ça je le sais bien. C’est à croire que je n’ai pas eu ma dose d’action ni de coups aujourd’hui. Ben vas-y, défends toi.

« C’est lui qui m’a frappé en premier, j’allais pas le laisser faire. »
« C’est pour ça que vous vous y êtes mis à trois ? Qu’est ce que tu dirais si je rameutai mon frère là ? Hein ? Si ça t’éclate de t’en prendre à ceux qui sont pas en mesure de se défendre, ça t’regarde, mais ne me mêle pas à ça. Et garde tes saloperies pour toi. Parle derrière mon dos si ça t’amuse, mais t’étonne pas de te prendre le révère de la médaille dans la gueule un jour ou l’autre. Et ça risque de faire très mal. »

Parce que j’en ai assez des p’tits rigolos dans ton genre qui mène la vie dure à des personnes qui ne sont pas en mesure de se protéger elles mêmes, assez de vous entendre balancer des conneries dans le dos des gens, dans mon dos. Tout à l’heure j’ai fait comme si ça ne m’avait pas atteint, comme si je n’avais pas entendu mais le fait est que je n’aime pas entendre ça quand je passe dans un couloir.

« Trouve toi une vie au lieu de passer ton temps à emmerder le monde, j’en ai plus que marre des types comme toi et je suis pas le seul. Un p’tit conseil, arrête avant qu’il ne soit trop tard et passe le message à tes chiens de compagnie. »

Il commençait à devenir rouge et je me suis revu entrain de plaquer White contre le mur il y a quelques mois, l’étouffant avec mon bras pour lui faire comprendre qu’il avait tout intérêt à me foutre la paix, ou bien entrain de manquer de tuer le Supérieur qui a eu le malheur de s’en prendre à Kyle et de le forcer à me faire du mal physiquement. J’en garde encore les marques, je n’oublierai pas, tout comme je regretterai qu’il soit encore en vie probablement toute ma vie. En tout cas en cet instant je le regrette. Puis je le lâche finalement, et dans un geste réflexe il se masse la gorge. Un dernier regard et je m’engouffre dans la classe, balance mon sac qui atterri avec fracas sur une table, la plus éloignée du tableau, et finalement m’assoie tout en dévisageant le Prof qui me regarde d’un mauvais œil.

« Un problème Monsieur Ryans ? »
« Absolument aucun Professeur. »
« Je tiens a préciser que ce cours n’est pas un défouloir alors si vous n’êtes pas en mesure de vous contrôler, merci de sortir. »
« J’vais me tenir tranquille, n’ayez pas peur pour votre mobilier. »
« Soit. Je n’aime pas vraiment vos manières, jeune homme, mais on fera avec. »

De toute façon, t’as pas bien le choix toi non plus, même si ça ne te plaît pas.


~*~

Tenir en place, rester tranquille, c’est un véritable supplice. J’essaie de me focaliser sur autre chose, de suivre le cours, de prêter attention à d’autres personne comme Lukas qui est assis non loin de moi et qui n’a pas vraiment l’air très attentif non plus. Je me fais la réflexion que Jamie n’est pas là. Le Prof parle, s’agite, s’enflamme et enseigne sans doute avec passion. C’est comme si je n’entendais rien. Puis enfin sonne la délivrance. La journée est terminée, plus de cours avant demain matin même s’il n’est que 16h. Je suis bien évidemment un des premiers à sortir, bousculant mes camarades au passage, sans prendre la peine de m’excuser.

J’ai croisé Riley dans les couloirs, j’en ai profité pour lui demander – sur les conseils avisés de Megan – si elle accepterait de m’aider pour les cours en l’absence de Jillian. Elle a dit oui, et pendant une seconde j’ai pu retrouver l’adolescent joyeux et souriant que je suis en temps normal quand je n’ai aucune raison d’aller mal et quand un prédateur ne s’empare pas de mes sens. Mais dès l’instant où je l’ai quitté, Loup est revenu, plus violemment encore. J’ai cru devenir fou, je ne savais plus quoi faire, où aller alors j’ai écouté mon instinct, parfaitement conscient de la seule et unique chose dont j’avais vraiment envie, la seule chose qui saurait m’apaiser. La seule personne. Lui. J’ai débarqué au quatrième étage sans me poser de question, telle une furie, empruntant tout de même les passages les moins fréquentés sans pour autant me rendre directement dans l’Aile réservée aux Non-Magiciens et espérant ne pas recroiser l’abrutis de tout à l’heure, ni même White ou le Supérieur qui m’avait délogé. J’ai mis mes sens en action, et j’ai cherché. Une odeur. Un son. Un signe de sa présence. J’ai tourné en rond, j’ai attendu, jusqu’à ce que comme par magie sa silhouette se détache au détour d’un couloir. Je me suis caché, je l’ai observé, parfaitement conscient que je risquai de faire une grosse connerie qui nous mettrait en danger tous les deux. J’ai renoncé, je ne me suis pas montré. Il est entré dans la Salle de bains, je me suis laissé glisser contre le mur en fermant les yeux. Lorsque je les ai rouvert quelques secondes plus tard, quelques minutes peut être, je l’ai vu en ressortir et … Ca m’a serré le cœur, le ventre, le corps tout entier presque jusqu’à en avoir mal. Un besoin viscéral. Sans réfléchir une seconde de plus je me suis relevé, j’ai jeté un œil alentour, il n’y avait personne. Je me suis approché de lui en silence, ai attrapé son poignet avec délicatesse malgré tout et poussé la première porte que j’ai trouvé pour nous y cacher. Je n’ai pas vraiment fait attention mais en m’engouffrant dans ce nouveau couloir, je me suis rendu compte qu’il s’agissait du passage qui menait jusqu’au miroir. Miroir derrière lequel il y avait justement un autre passage. Passage dans lequel j’avais surprise Sovahnn et Alec il y a quelques mois. Et si ce jour là je n’avais pas vraiment prêté attention à quoi que ce soit, cette fois j’ai tous les sens en éveil. Sens qui me permettent de savoir avec certitude que personne n’est venu là depuis au moins quelques heures. Alors je pousse le miroir, et ma main autour de celle de Kyle, je lui fais comprendre de me suivre. Personne ne nous trouvera ici en principe. Pourtant … Je suis tellement stupide.

Je lâche sa main, me retourne et lui fais face. Je panique totalement et je sais que ça se soit. Lui le verra en tout cas, parce qu’il me connaît mieux que n’importe qui d’autre. Et je m’en veux. Je m’en veux tellement de gâcher nos retrouvailles aussi rapidement alors qu’on devrait juste être entrain de rire, de sourire, de s’amuser. Pas de gérer une situation comme celle là en tout cas. Et après tout, après ma morsure, comment est ce qu’il va réagir ? Si ça se trouve il est dans le même état que moi ? Est ce que la Lune agit aussi sur lui comme elle le fait sur moi ? Et …

« J’suis désolé de débarquer comme ça, et dans cet état. Je … J’suis trop tendu, j’aurai jamais du venir, j’veux surtout pas te faire de mal ou être trop brusque avec toi mais … Je sais que t’es le seul qui pourra me calmer, et … J’avais besoin de toi. Besoin de te voir, de t’entendre. Besoin de te sentir. C’est à cause … C’est la Lune. Ils … »

Ils … Ils c’est ce crétin de Non-Magicien qui m’a pris pour son Pushing Ball, c’est White et sa tête de con, c’est Stanton, sa grande gueule et ses abrutis de potes qui ne trouvent rien de plus intelligent que de passer leur temps à provoquer tout le monde, à faire souffrir ceux qui ne peuvent pas se défendre. Tous, ils me sortent par les yeux et en croisant leur regard je n’ai eu qu’une envie, leur faire regretter le moindre affront. Seulement ça n’est pas moi, ça n’est pas celui que je veux être en tout cas, et ça me tue que Kyle me voit dans cet état alors qu’on vient juste de se retrouver et que les moments que l’on partage ne devraient être que sourire. Je ne devrai pas me laisser atteindre par tout ça, je le sais, mais une veille de Pleine Lune, c’est encore un peu trop me demander. Le sang bouillonne dans mes veines mais je prends sur moi, encore, parce que je ne veux pas craquer. Je ne veux pas me transformer en brute épaisse qui réfléchit après avoir tout démolis. Je veux apprendre à contrôler cet aspect là de moi et je sais qu’il n’y a pas meilleur remède à ce genre crise que Lui, sa présence. Une simple pensée dans sa direction n’aurait pas suffit, voilà pourquoi je suis là. Alors je me calme, autant que possible, j’arrête de bouger quand ses mains encerclent mes bras pour m’immobiliser. Mon front se pose contre le sien, comme souvent, je ferme les yeux, inspire profondément, garde l’air quelques secondes et le laisse ressortir lentement tandis que mes tremblements s’estompent petit à petit.

« Excuse-moi. »

Les battements de mon cœur ralentissent, ça aussi je peux le sentir. Mon souffle se calme, ma respiration redevient normale au fur et à mesure que les secondes défilent. Il est là, il ne me lâche pas, il ne me lâchera pas.

« J’ai juste … J’peux partir si tu préfère mais … J’ai vraiment besoin de toi, là, maintenant, tout de suite. »

Besoin de toi, oui. Un besoin urgent de ne plus penser à rien d’autre qu’à toi, ne plus faire attention à rien d’autre qu’à toi. Sentir tes mains, tes bras qui me serrent. Ecouter ton cœur battre et me caler sur ta respiration. Respirer ton odeur. Entendre ta voix. Je sens, je sais, que ça va déjà mieux rien que parce que tu es là.

D’une légère pression je récupère la mobilité de mes bras, l’enlace en douceur et laisse mon visage se perdre contre sa peau, dans son cou. J’y dépose un baiser, et étrangement, je n’ai pas envie de le mordre. Est ce que t’es d’accord ? D’accord pour m’aider à passer à autre chose, à penser à autre chose. Est ce que le Loup y est pour quelque chose cette fois ? Sans doute un peu, mais je ne peux pas renier cette chaleur qu’il fait naître en moi chaque fois qu’il est si prêt. Je ne suis pas venu pour ça, j’te le jure, mais je ne peux pas luter contre les réactions de mon corps qui ne peut pas se passer du tiens. J’ai cette impression de faire une énorme connerie, et mes lèvres réclament les tiennes, je le sens, mes mains veulent ta peau. Je ne veux pas me servir de toi comme d’un exutoire. Je ne veux pas gâcher ça et le résumer à un vulgaire moyen de décompresser, parce que ça a du sens pour moi, tout autant que ça en a pour toi j’en suis sur mais … Je ne ferai rien sans ta permission, ça c’est une promesse que je suis certain de pouvoir tenir même si je sens chaque parcelle de mon être qui me brûle. Cette fois ça n’a plus rien à voir avec de la colère ou de la rage, je le sais. Tu le sais. On le sait tous les deux. Et je m’en excuse, encore une fois. Et ce grondement guttural qui s'échappe de ma gorge alors que je te dévisage, je n'arrive pas à le retenir. Plus de trace de panique en moi, juste un instinct animal qui se réveille dangereusement et qui me pousse à avoir le dessus sur tout être vivant, toi y compris. Un besoin de dominer, de m'imposer, de te faire comprendre que tu m'appartiens.

Je n’arrive pas à savoir ce qu’il se passe dans ta tête et ça me fait peur …
Est ce que je gâche tout ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Jeu 14 Juin 2012 - 5:21

Enzo, Kyle & Sovahnn
« roads untraveled »



Nuit fantastique, matinée légèrement mouvementée...
Ismaelle venait tout juste de nous annoncer, à moi et Enzo, qu’elle portait la vie en elle. Coup de surprise assuré, mais bonheur saisissant par la suite. Oui, j’étais réellement heureux pour elle et je savais qu’elle ferait une excellente mère. Je ne connaissais pas le père, un dénommé Maxence, mais aux agissements d’Enzo, j’avais rapidement compris qu’il ne devait pas faire parti d’un supérieur qui aurait pu maltraiter l’enseignante. Je m’étais emballé suite à cette annonce, bombardant la femme de questions, voulant en apprendre davantage sur son futur proche. Après tout, une grossesse était quelque chose d’assez rapide et les décisions devaient être prises dès le départ pour s’assurer que l’enfant et la mère n’auraient aucune séquelle. Si ça parut inquiéter mon chéri, Ismaelle me répondit le plus calmement possible, même si elle n’avait pas réellement éclaircit mes questionnements. Bah après tout, ça ne me regardait pas vraiment tout ça. Il fallait croire que je tenais assez à elle pour m’inquiété de son état de santé. Elle nous a par la suite demandé de garder son secret, demande à laquelle nous avions tous les deux acquiescés. Nous lui devons bien ça après tout le bien qu’elle nous avait donné… De toute manière, je ne me voyais pas raconter ça à quelqu’un. Parce qu’encore une fois, ce n’était pas de mes affaires.
Une fois la nouvelle retombée, nous avions continué notre petit déjeuner en bonne discussion. Nous sommes revenus sur terre lorsqu’Ismaelle à demander à Enzo s’il comptait aller en cours… Aussitôt, je me permis de répondre à sa place par le positif, sachant pertinemment qu’il ne comptait probablement pas y aller… Il fallait dire que je commençais à le connaître mon petit loup. Sur le moment, il paru légèrement offusqué de ma réponse, mais ça ne dura pas longtemps. J’avais à cœur ses études, même si je me doutais que certaines matières devaient être moins intéressantes que d’autres. Que l’on soit du monde moldu ou magique, ça devait revenir au même : on n’excellait pas dans toutes les matières et elles n’étaient pas toutes amusantes. Mais je ne voulais pas qu’il abandonne pour autant. Les études étaient importantes. Parfois, je regrettais d’avoir abandonné les miennes aussi tôt dans ma vie. Je savais que si un jour je retournais de l’autre côté de la barrière magique, j’aurais de la difficulté à me trouver un emploi parce que je ne possédais aucune scolarité ou presque. Je ne voulais surtout pas que la même chose arrive à Enzo. Il était intelligent et méritait d’être cultivé plus qu’il ne l’était déjà. Enfin bref, mon amour se fit un plaisir de ranger tout le bazar que nous avions crée la vieille dans la cabane de l’enseignante et après les au revoir, nous nous mirent en route vers le château pour qu’Enzo puisse assister à son cours.

Si nous marchâmes d’un pas décidé au début, suivant le plan qu’Ismaelle nous avais illustré afin de rencontrer le moins de personne possible sur notre chemin, Enzo ralentis le pas lorsque nous passâmes près des enclos des animaux magiques.


- Oh attends, Mila est là.

Je me souvenais de ce prénom ainsi que de l’animal en question.
En réalité, je ne l’avais jamais vu, mais je me souvenais parfaitement des leçons que j’avais reçu de la part d’Ismaelle le jour ou j’étais venu à sa rencontre. Mila était une Sombral, un animal invisible aux yeux de ceux et celles qui n’avait jamais vu la mort. J’étais triste de ne pas pouvoir la voir, mais d’une autre côté je me trouvais chanceux. Voir une personne mourir devait être un événement particulièrement troublant et je n’avais pas spécialement envie de vivre ça simplement pour voir un animal. Les images dans un bouquin pourraient amplement me satisfaire. Nous nous rapprochâmes donc de l’enclos qui me paraissait vide et je me laissai guider par Enzo jusqu’à temps que ma main rencontre un petit air chaud. Je souris, me souvenant de la première fois que j’avais eu la chance d’entrer en contact avec Mila et de la manière dont j’avais réagit. J’étais beaucoup plus détendu cette fois, caressant un peu plus haut que le souffle chaud de la même manière que je flatterais un chien. Je commençai à converser avec Enzo et puis un bout d’un moment…


- Tu sais quoi, viens, suis moi. Y a un endroit que je veux te montrer.

Encore?
Tu ne ferais pas exprès pour arriver en retard à ton cours j’espère?

Je le suivis néanmoins, gardant mes réflexions pour moi. Il nous fit entrer dans la forêt un peu plus loin que les enclos et j’en profitai pour en prendre une bonne bouffé d’air. La nuit, cette forêt noire m’apparaissait comme étant effrayante, mais à la vue du jour, en plein soleil, elle était magnifique à voir. J’avais presque l’impression d’entrer dans une forêt enchantée comme celles que l’on trouvait parfois dans les contes de fées. Ma main dans celle de mon petit copain, nous marchâmes en silence, admirant le paysage naturel qui défilait devant nos yeux. Cela ne nous empêchait pas de rester sur nos gardes (après nous, on ne pouvait jamais savoir sur quoi ou qui nous pouvions tomber…), mais ce fut un autre moment dans lequel je me sentais privilégié. Ne pas avoir à se cacher ou à se casser la tête, ça faisait du bien. Nous eûmes la chance de rencontrer des animaux magiques dont je n’avais jamais encore vu et des arbres qui m’étaient totalement inconnus. Enzo se fit un plaisir de jouer au professeur avec moi, me nommant des noms et des particularités à chacun. Je l’écoutai avec attention, les yeux émerveillés par ces couleurs et cette étonnante nature appartenant au monde de la magie. Un peu plus loin, j’eu la chance de voir un troupeau de licornes qui se trouvaient près d’un ruisseau. Nous nous arrêtâmes aussitôt pour prendre la pause et d’ailleurs, j’aurais bien été incapable de continuer sans les voir plus longuement. La bouche entrouverte, les yeux ronds, je n’arrivais pas à croire que des chevaux blancs (tellement blancs que j’avais l’impression que de la lumière émanait de leur pelage) avec une corne sur le front se trouvaient à quelques mètres de nous. Des licornes, des vraies de vraies licornes. Décidément, ce monde magique ne cesserait jamais de m’étonner. Elles étaient magnifiques, beaucoup plus jolies que celles que j’avais vu en image dans des livres pour enfants. Aucun dessinateur de cette Terre ne saurait transmettre toute la beauté et la pureté que dégageaient ces animaux rares. Même pas moi. Au bout d’un certain moment, elles quittèrent leur havre de paix et nous continuâmes de notre côté.

Nous arrivâmes finalement à destination et je sentis aussitôt l’excitation d’Enzo. Était-ce donc l’endroit dont il m’avait parlé la veille? Apparemment oui. Un point d’eau assez grand pour faire du surf, des rochers, du sable, des herbes… Décidément il y avait n’importe quoi dans cette forêt. À moins que ce ne soit encore un mirage de la magie? Fort probablement. Quoi qu’il en soit, cet endroit était sur puisqu’Enzo m’énonça les différents sortilèges aillant servis à protéger son petit paradis. Il grimpa de manière agile dans un arbre avant d’en redescendre avec une planche de surf dans les mains. Je sentais la fierté émanée de partout en lui et je ne pu m’empêcher de sourire de nouveau. Nous n’avions pas le temps pour un cours de surf (fort heureusement parce que j’aurais sans doute eu l’air plus fou qu’autre chose), n’empêche qu’il semblait vouloir me montrer de quoi il était capable. Et sincèrement j’avais bien envie de le voir à l’œuvre. D’ailleurs, j’en avais souvent rêvé. Un surfeur, ça avait toujours été sexy, non? Quoi qu’il en soit, il ne perdit pas une seconde avant de se précipiter dans l’eau, activant ainsi les vagues alors que l’eau était calme un instant avant. À la manière d’un professionnel, il s’aventura prudemment un peu plus loin, d’abord couché à plat ventre et puis se levant finalement, au moment propice. Se tenant debout en équilibre parfait, il surmonta comme un vrai pro la première vague qui s’offrit à lui. Surpris et excité à la fois par le spectacle qu’il m’offrait, j’applaudissais en riant. Je n’avais aucune difficulté à l’imaginer alors qu’il était en Australie, sur une mer turquoise. J’ignorais depuis combien de temps il maîtrisait ce sport, mais il était sacrément doué. Il en prit une seconde, et une troisième et finalement, une dernière. Mon sourire ne me quittait pas et à l’intérieur, j’étais heureux de l’avoir vu à l’œuvre. Après tout, il m’avait vu dessiner à plusieurs reprises, c’était donc un plaisir pour moi de partager sa passion à lui. Oui sa passion. Je voyais l’éclat brillant dans ses yeux lorsqu’il revient vers moi, tout sourire lui aussi. Nous échangeâmes quelques mots sur le sujet, d’autres pas, nous nous taquinâmes, il serra sa planche et finalement, se sécha.

Alors c’est maintenant le cours?


- Quand on sortira d’ici, on trouvera une île déserte qui ressemble à ça – avec de l’eau plus claire tant qu’à faire – et on y restera pendant au moins une semaine rien que tous les deux. Tu sais, je suis entrain de penser à un truc. Il m'est arrivé quelque chose d'assez étrange hier soir. J'me baladais dans le Parc et y a ce type qui m'est tombé dessus. Il m'a accroché la chemise avec violence, comme ça ...

Sans crier gare, il agrippa sa chemise que je portais toujours, avant de m’attirer vers lui de manière brutale. Sa main enroulant ma nuque, il me força à reculer jusqu’à temps que mon dos rencontre un arbre qui se trouvait derrière moi. J’eus un sourire un coin malgré moi, alors qu’il gardait son sérieux. Nos rôles étaient inversés et je ne sais pas… Je trouvais ça amusant. Ben en réalité… Non ce n’était pas si amusant que ça. Parce que lorsque son corps s’est collé au mien et que sa bouche a prit possession de la mienne, j’ai totalement oublié où je me trouvais. Je ne touchais plus terre. Il coupa le baiser, le temps que nous retrouvions chacun notre souffle, mais il ne m’a pas lâché pour autant, laissant ses mains traîner sur mon torse et ses lèvres partout dans mon cou et agrh… Au bout d’un moment, il a fait sauter tous les boutons de sa chemise, comme je l’avais si bien fait la veille. Il m’a léché une dernière fois avant de finalement m’abandonner comme un con, au pied de l’arbre, l’air satisfait de ce que j’avais l’air (parce que je devais avoir l’air du mec qui a vraiment chaud).

- Maintenant, on est quitte.
- Avoue que t’as fait tout ça juste pour éviter d’aller en classe, hum?


Bon en réalité, j’avais envie de l’insulter pour ce qu’il venait de me faire vivre, mais je me contentai de lui sourire et de lui envoyer une petite droite sur l’épaule. Ouais okay on est quitte chéri.
Nous fîmes demi-tour et je profitai de ces derniers instants pour bien regarder autour de moi. C’était peut-être la dernière fois que j’allais avoir la chance de voir cette magnifique nature et intérieurement, ça me peinait. J’étais trop souvent enfermé à l’intérieur du château et je savais à quel point l’air frais me manquait parfois.
Au bout d’un moment, nous furent arrivés à destination.


- Sauf cas de force majeure, t’auras de mes nouvelles avant la fin de la journée.

En guise de réponse, j’hochai la tête avec un petit sourire en coin avant de partir de mon côté, le cœur lourd. Après tous ces beaux moments passés ensemble, ces heures qui me paraissaient interminables et comme des secondes à la fois, il fallait une fois de plus que nos chemins se séparent. Pour combien de temps? Nous devions nous revoir avant la fin de la journée, mais comment pouvais-je en être aussi certain? Ce n’était pas le moment de penser à ça. Du moins pas tout de suite.


J’étais directement remonté à ma chambre, dans le silence le plus complet, surveillant chaque pas que je faisais. Il y avait de la circulation, mais ce n’était pas assez pour me faire remarquer apparemment. Grâce à la chemise d’Enzo, j’avais su me fondre dans les quelques élèves qui arpentaient les corridors. Fallait dire que c’était pratique finalement, le fait qu’il ait inversé non intentionnellement nos vêtements. Personne ne semblait se soucier du fait que la chemise était ouverte, même si je tentais de la maintenir fermée dans la mesure du possible. Tout ça pour dire que je parvenais à ma chambre sans souci et surtout, sans présence de supérieurs. Ils devaient être occupés à remplir leurs estomacs vides. Aussitôt arrivé à destination, je m’étalai sur mon matelas, le sourire encore aux lèvres, savourant les derniers instants passés en compagnie de mon chéri. Je le revoyais debout sur sa planche de surf, les cheveux au vent, l’air serein et heureux. Il était tellement beau et parfait… Wow dire que j’étais en couple avec un surfer… Je fermai les yeux, histoire de bien re-visualiser le tout et sans même m’en apercevoir, je tombai endormi.
C’est ça trop faire de cochonneries durant la nuit.



Je me réveillai plusieurs heures plus tard, ignorant totalement combien de temps j’étais tombé endormi. Quoi qu’il en soit, je ne me sentais pas aussi serein qu’au petit matin. Étrangement, je me sentais habité d’une vive énergie qui me fit lever en vitesse. Le cœur semblait vouloir me sortir de la poitrine, un peu comme si je venais me réveiller d’un cauchemar troublant. Je me sentais à bout de souffle, comme si je venais de vivre la peur de ma vie ou comme si j’avais couru un marathon. Difficile à dire. Difficile à expliquer. Je ne comprenais pas. Je décidai de sortir de la pièce sombre pour me rendre jusqu’à la salle de bain, histoire de me rafraîchir un peu. Les deux mains à plats de chaque côté du lavabo, je regardai le reflet que m’envoyait le miroir en face de moi. Au bout d’un moment, je décidai de m’asperger le visage avec un peu d’eau froide et si ça me calmait un peu au début, ça ne prit qu’une demie seconde pour me replonger dans mon énergie excessive. J’avais envie de courir, de me lancer sur les murs, de sauter, de crier… D’ailleurs, je remarquai que mes doigts pianotaient le rebord du lavabo, geste que je ne faisais pas habituellement. Je fronçai les sourcils.
Qu’est-ce qu’il se passait avec moi?

Je ressorti finalement, me demandant ce que je pourrais bien faire pour éliminer ce trop plein d’énergie et c’est à ce moment que je senti une main s’enrouler autour de mon poignet. Surpris, je me retournai vivement pour faire face à Enzo qui semblait complètement paniqué, me plongeant ainsi dans l’inquiétude immédiate. Je le suivis jusque dans une salle qui m’était jusqu’à maintenant, complètement inconnue. Un miroir se trouvait dans cette pièce et il le poussa, donnant accès à un autre passage, un autre endroit inconnu. Comment avait-il fait pour savoir que le miroir se poussait…?
Enfin ce n’était probablement pas le moment de poser ce genre de questions.


- J’suis désolé de débarquer comme ça, et dans cet état. Je … J’suis trop tendu, j’aurai jamais du venir, j’veux surtout pas te faire de mal ou être trop brusque avec toi mais … Je sais que t’es le seul qui pourra me calmer, et … J’avais besoin de toi. Besoin de te voir, de t’entendre. Besoin de te sentir. C’est à cause … C’est la Lune. Ils …

La lune…
Mais oui bien sûr.
La pleine lune devait approcher. Peut-être même qu’elle était ce soir. Je l’ignorais puisque je n’avais jamais eu accès à un calendrier depuis que j’étais au château. Il était tendu, ça se voyait et ça se sentais et moi, je n’étais pas dans mon état normal non plus. Mais pourquoi avais-je cette surdose d’énergie simplement maintenant et non ce matin? Il fallait dire que ce matin Enzo n’était pas dans cet état de panique. Était-ce seulement à cause de ma présence? Il tremblait de la tête aux pieds, l’air totalement dépassé par les évènements. C’était toujours comme ça les jours de pleine lune? Pourtant la dernière fois il ne m’avait pas semblé aussi… Et s’il s’était passé quelque chose de grave?
Instinctivement, je le pris par les deux bras pour tenter de lui donner cet équilibre qui semblait lui manquer. Il déposa doucement son front contre le mien et je le senti se détendre au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient. Je ne relâchai pas pour autant mon emprise, tâchant de me concentrer pour ne pas le secouer comme un prunier ou de le serrer trop fort.


- Excuse-moi. J’ai juste … J’peux partir si tu préfère mais … J’ai vraiment besoin de toi, là, maintenant, tout de suite.

Il se défit de mon emprise et me serra doucement contre lui. Je sentis son visage se perdre dans mon cou et je constatai aussitôt à quel point il me semblait plus chaud que d’habitude. Encore la lune ou bien c’était mon imagination cette fois-ci? Je l’enlaçai à mon tour, fermant les yeux pour focuser mon énergie débordante ailleurs. J’avais envie de faire le passage de long en large à la course jusqu’à temps que je tombe mort de fatigue sur le sol. J’avais envie de me précipité dans les escaliers pour les monter et les descendre jusqu’à ce que je ne sois plus capable. Lorsque je l’entendis gronder, je me détachai de lui, le regardant de nouveau bien en face. Aucun mot échangé entre nous et pourtant, je savais parfaitement ce que cela signifiait. L’animal en lui s’était réveillé et l’Enzo paniqué du début avait complètement disparu. Étrangement, je me sentais appelé par ce désir qui semblait être venu de nulle part entre nous. Je veux dire… Il ne se passait absolument rien et tout d’un coup paf! C’était peut-être parce que nous étions encore dans la phase de la découverte de l’autre.
Ou bien était-ce la lune…?

Sans perdre une seconde de plus, je collai mon corps contre le sien avant de prendre violement possession de ses lèvres, comme j’avais pu le faire tant de fois auparavant. Comme la veille, je me sentais comme un véritable animal sauvage qui avait besoin de dominer l’autre. Sauf que là… Je ne me sentais pas tellement bien. C’est pourquoi au bout d’un moment, je reculai.


- Je… Je ne sais pas ce qu’il m’arrive. J’ai un regain d’énergie incroyable et j’arrive pas à tenir en place… J’ai envie de courir, de sauter, de danser, n’importe quoi, mais rester en place j’y arrive difficilement. Et maintenant que t’es là, j’ai sacrément envie de toi, mais je ne veux pas… Profiter, tu comprends? Tu passes par quelque chose de difficile et mon but est de te calmer, pas de te violer, même si je pense que t’en as autant envie que moi…

Si on faisait la course tous les deux à la place, hein?
Parce que plus que je te regarde, plus je me dis que t’as un peu trop de vêtements sur le dos…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Sam 23 Juin 2012 - 14:49

Couverte de sueur, le corps brulant, la jeune femme virevoltait dans les airs, attrapant une balle avec laquelle elle jouait depuis bientôt trois heures. Autant les jeux d’équipes que son père regardait avec son frère il y avait quelques années avaient une certaine tendance à l’emmerder sérieusement. Excusez le terme. Autant le fait de voler la libérait comme jamais, à tel point que la jeune femme sentait à peine ses muscles qui réclamaient grâce. Cela dit, elle ralentissait progressivement depuis dix minutes, commençant à sentir les effets de la fatigue. Personne n’était sur le terrain quand elle était arrivée, alors elle en avait profité. Et puis, elle avait encore une fois oublié le reste du monde et s’était simplement amusée, bravant le vent qui se faisait glacial à partir d’une certaine vitesse, et se poussant quelques défis qui auraient très souvent pu virer au drame. Mais bon, on la connait, elle a toujours une chance à la limite du frustrant. Enfin, du moins, dans ce genre de choses, oui. C’était donc épuisée et le sourire aux lèvres que la jeune femme s’était enfin décidée à se poser, heureuse de voir qu’il n’y avait toujours personne autour d’elle. A présent, elle n’avait plus besoin des potions qu’elle prenait au tout début pour permettre à son corps de suivre le rythme. Il s’était renforcé dans les quelques derniers mois, et elle n’avait maintenant plus besoin d’artifices magiques. Cela dit, là, ses jambes tremblaient affreusement… Et elle avait passé ici trop de temps et avait loupé le début du cours. Eh bah tant pis, ça n’était pas la première fois que ça arrivait, loin de là. En fait, plus ça allait, moins elle était présente aux cours bourrés de gamins de sept ans plus jeunes qu’elle.

Etirant ses muscles douloureux, elle s’était décidée à se diriger en vitesse vers sa salle commune pour y faire un brin de toilette. Pas qu’elle… ouais, si, en fait, maintenant qu’elle avait retrouvé la terre ferme, la jeune femme se sentait poisseuse et épuisée, et une bonne douche ne serait pas de trop. Et puis, quitte à louper un cours, autant prendre le temps d’en louper un second. L’heure du midi était passée depuis un moment et la jeune femme avait profité de deux heures de temps libre pour aller voler au dehors. Mais le temps de faire les allers retours et de se laisser emporter par la frénésie de la vitesse, elle avait loupé a reprise. Et le repas d’ailleurs ! Bah ! Maintenant hein… Elle avait un cours à 16h avec Rivers. Où elle ne comptait pas aller de toute manière. Wouhou ! Ce fut une journée de cours très remplie, comme vous pouvez le constater.

En fait, la jeune femme n’était pas retournée dans la salle de DCFM depuis que Logan s’y était fait attaqué devant elle, et elle se donnait encore un peu de temps pour y retourner. De toute façon, elle n’arrivait à rien quand elle y était. Et il prenait souvent un malin plaisir à lui prouver à quel point elle ne savait rien contrôler, ce qui avait tendance à l’agacer fortement. Conclusion, elle avait fini sa journée. A quatorze heures ! Oui oui ! Le soir, elle passerait plusieurs heures avec Takuma pour tenter de s’améliorer et elle savait parfaitement que ça serait plus éprouvant que n’importe quel cours qu’elle aurait dû avoir ce jour là. A part celui de Logan, ok, je vous le concède. Et le lendemain, Ismaelle lui donnerait un nouveau cours particulier, dans lequel elle apprenait bien plus de choses qu’elle n’en avait appris depuis le début de l’année dans cette matière… ce qui lui faisait d’ailleurs comprendre qu’elle faisait souvent preuve de mauvaise fois quand à ses cours.

MAIS elle se remettrait en question une autre fois, en attendant, la jeune femme avait grimpé quatre à quatre les marches des dortoirs pour aller se réfugier sous le jet brûlant d’une des douches des filles. La jolie blondinette s’y était laissée bercée assez longtemps pour perdre complètement la notion du temps, et pour que son corps, au début glacé, soit à présent à la limite du rouge écrevisse. La douche avait même été si chaude qu’en ressortant la jeune Poufsouffle avait dû se poser un bon moment sur son lit le temps que sa tension ne redevienne normale, et étendue sur les draps, elle avait manqué de s’y endormir, ne se décidant à bouger qu’après un bon quart d’heure. L’oisiveté, c’est mal !!

Enfin bref, tout ça était bien beau, mais il fallait qu’elle se décide à faire quelque chose du temps qui lui restait avant que Takuma ne sorte de cours et qu’il vienne lui montrer à nouveau sa patience quand au fait qu’elle n’arrivait à rien avec une baguette. La jeune femme s’était alors retrouvée à faire toutes les salles communes mis à part celle de Serpentard, tout en repensant à la conversation qu’elle avait eu avec Kezabel quelques jours plus tôt. Finalement, elle pouvait peut être faire un nouvel effort quand à Alec. Il avait eu un nouveau différent avec les Supérieurs d’après ce qu’elle savait et avait encore dû morfler puisqu’il s’était retrouvé assez retourné pour discuter avec Kezabel après lui avoir sauvé la mise. Et mine de rien, malgré le fait qu’elle lui en voulait toujours autant, la jeune femme s’inquiétait pour lui et aurait voulu pouvoir faire quelque chose.

C’était à force d’y penser que la jeune femme avait fini par s’en convaincre. Après tout, elle savait très bien qu’il ne ferait jamais de pas en avant, il en était incapable, et ce, même s’il le voulait. Elle pouvait toujours lui donner une nouvelle chance. Et puis lui au moins, n’était probablement pas en cours ! Même Dakota était introuvable ! Et elle pourtant, elle était sûre qu’elle ne devait rien avoir de prévu de sa journée. C’était donc en passant par des raccourcis qu’elle avait découvert grâce à Aileen récemment que la jeune femme était descendue jusque chez les Serpentards… où l’autre crétin n’était pas ! D’après une quatrième année penchée sur une pile de bouquin et en pleine rédaction pour Logan (qui, elle le savait, ne lirait probablement pas… les gens font des choses bizarres parfois ..) , Alec était parti passer la journée avec une jolie moldue qu’il avait rencontré il y avait peu. D’après la jeune femme, c’était d’ailleurs étonnant qu’une personne comme lui se mêle avec des gens de cette condition là bla bla bla. Enfin, Sovahnn savait surtout que c’était la personne et surtout son physique qui intéresserait probablement le jeune Rivers.

« Et tu connais son nom ? »
- Ouais, jl’ai entendu, c’est un état d’Amérique… Minnesota.. j’sais pu, tu veux pas me foutre la paix ?
« Mais bien sûr =D ! »

Entre le foutage de tronche complet et l’irritation. Certaines personnes ici étaient réellement des amours. Enfin, il n’y avait pas que chez les verts que ce genre de comportement était visible. Et on pouvait trouver des sales cons un peu partout. Notamment chez les bleus où la connerie de l’un d’eux avait coûté la relation de Takuma et Dako… Dakota. Nan !? Il ne comptait pas passer sa journée avec elle quand même ! L’instant d’après, la jeune femme remontait les marches au pas de course, traversant le château de part en part, de longueur en largeur sans trouver ni l’un ni l’autre.

« C’est pas vrai ça… »

Quand même pas…

Ok, c’était probablement de la parano complète mais ce type en était parfaitement capable, et c’était à cause de lui qu’ils avaient rompus. Eh bah voilà, elle avait trouvé quelque chose à faire en attendant la fin des cours où elle n’était pas : trouver où ces deux là étaient passés. Et ce fut au cours de ses investigations que la jeune femme en était arrivée, un peu en désespoir de cause, devant le miroir où elle avait passé quelques après midi avec Alec, et que quasiment personne ne connaissait. C’était sans vraiment réfléchir qu’elle avait poussé le battant pour… rester en blocage complet.

Non seulement il y avait quelqu’un, mais c’était bien une personne qu’elle connaissait. Ça n’était juste pas Alec.

Enzo était là, et ce qu’il s’apprêtait à faire était relativement clair. Mais si déjà cette partie là de ce devant quoi elle se trouvait était assez gênante bien qu’elle la lui doive, c’était la suite qui était la plus … pas choquante, mais … estomaquante ! Oui, ce mot n’existe pas, mais c’est le terme approprié. Ça, elle ne l’avait pas vu venir, il était avec un homme. Ouais, totalement normal. Que ça soit Takuma, ça l’aurait probablement moins choqué.. probablement du fait qu’elle n’avait pas couché avec Takuma cela dit.

Bref, l’expression de la jeune femme se résumait facilement : O.O

Vous rajoutez la bouche entre-ouverte, et vous avez l’expression exacte dans laquelle elle se trouvait et ce, juste avant de refermer le miroir d’un coup, restant un instant buguée devant, dos contre la surface réfléchissante.

« La vache… »

Ça pour une surprise..

C’est pour ça qu’il utilisait jamais le mot fille ! Mais personne ! Ah… on en apprend des trucs..

….

Bouges-toi de là !


Dans un sursaut, la jeune femme avait fait quelques pas en avant, s’éloignant, sachant très bien qu’on la rattraperait très vite. Enfin, à moins qu’ils l’aient vue sans la voir, mais elle en doutait un peu. C’était alors qu’elle était passée d’une expression de surprise parfaite à une énorme fou-rire. A trois, ils devaient récolter la médaille de la meilleure tronche tirée lors d’un évènement imprévisible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16992
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Dim 24 Juin 2012 - 13:28

J’ai l’impression d’être littéralement, et totalement, contrôlé par le Loup et d’ordinaire ça ne se passe pas comme ça. La Pleine Lune est demain mais même si elle a toujours plus d’effet sur moi 24h avant et 24h après que le reste du cycle, j’ai l’impression que ça n’a jamais été aussi violent qu’aujourd’hui. Accumulation de trop de choses ? Peut être. Il y a surement une part de ça. Seulement je ne peux pas rejeter la faute en permanence sur les éléments extérieurs, je le sais. Je crois qu’en fait, si le Loup est si présent en moi c’est parce que je ressens le besoin de me protéger et quoi de mieux, qui de mieux, que lui pour ça ? Lui, moi, parfois je n’arrive plus vraiment à savoir si je dois faire la distinction ou pas mais tout ce que je sais, c’est que je le laisse faire. Je le laisse prendre les commandes même si par instant je tente de luter. Me cacher derrière lui je l’ai fait pendant des mois il y a quelques temps, mais tout en gardant le contrôle malgré tout. Cette fois c’est … Est ce que je le dois à la présence de Kyle ? Est ce que je le dois à son propre état ? En débarquant au quatrième j’étais dans un état de panique, d’énervement, avancé et quand je l’ai vu ça été plus fort que moi. Il fallait. Il le fallait. Il fallait que je l’attrape et l’entraine avec moi. Il fallait que je le sente, que je le touche, et c’est vrai, au départ, mes intentions étaient claires : Je voulais simplement me calmer, me blottir contre lui et attendre que ça passe parce que je déteste être dans cet état là, proche de la rupture, menaçant de tout démolir sur mon passage, les autres y compris. Ça n’est pas moi, enfin si en partie, mais le Enzo que je tente de devenir, de redevenir, n’est pas aussi … extrême. Pourtant un jour ou l’autre je vais devoir l’admettre. Je suis devenu comme ça et ça ne changera pas. Je vais devoir vivre avec et imposer ça à mes proches, le lui imposer à lui surtout, tout comme je lui impose ma présence à l’heure actuelle.

A quoi je m’attendais ? Je n’en sais strictement rien. Ça fait un mois que je sais pertinemment qu’il peut avoir des effets secondaires à ma morsure, et j’ai pu le constater hier par certains de ses agissements mais là … J’en sais rien, sa présence me frappe de plein fouet plus fort encore que d’habitude et le Loup a des réactions … J’ai des réactions auxquelles je ne suis pas habitué. Est ce que ça vient du fait qu’on a passé un cap important il y a quelques heures à peine ? Peut être. Comment le savoir ? Tout ce que je sais c’est qu’il se passe quelque chose entre nous deux, et qu’aucun ne semble en mesure de le contrôler ou d’y mettre un frein. Pour la simple et bonne raison qu’aucun de nous deux n’en a la moindre envie. Je le sais. Je le sens. Nul besoin de mot pour ça, les sensations, les ressentis, les regards, sont tout aussi éloquent que n’importe quelle phrase.

Je l’ai senti venir ce grondement, et j’ai senti la chaleur, cette brûlure m’envahir petit à petit alors que je m’étais rapproché de lui un peu plus, jusqu’à l’entourer de mes bras et le serrer contre moi. Je ne tremblais plus, mes gestes semblaient calmes, en tout cas suffisamment doux pour être acceptables, mais ça n’a pas duré longtemps. Il n’a pas réagit d’une manière à laquelle j’aurai pu m’attendre et surtout pas d’une manière à laquelle Loup était familiarisé. Envolé les deux petits innocents de ce matin qui se projetaient dans le futur, parlaient ou pensaient enfants ( aux secours ! ), faisaient du surf ou visitaient la forêt. Il ne reste plus là que deux êtres animés par un désir violent et ardent. Il aurait du reculer, avoir peur, baisser les yeux, n’importe quoi mais … pas me tenir tête comme il l’a fait. Pas lui tenir tête. Si Enzo baisse les yeux parfois, Loup n’ait absolument pas d’accord avec ça, pas 24h avant que la Lune ne soit pleine et même si c’est lui. Dans les yeux de Kyle c’est une lueur semblable à celle qui coure dans les miens et l’explication est simple : La morsure. Loup apprécie d’autant moins cet affront qu’il sent bien quelque chose de particulier dans cette relation. Je, il, on l’a marqué il y a un mois et s’il est dans cet état, s’il nous met dans cet état, c’est par transmission. Il n’est pas Loup, ne le sera jamais, mais Hammerschmitt m’avait prévenu. Alors c’est ça, ses effets secondaires ? Il m’a aussi dit qu’il était préférable de le laisser tranquille, d’attendre que ça passe … Sauf que cette fois c’est de ma faute. Si je n’avais pas débarqué comme ça, on n’en serait pas là, et le fait est que je n’ai absolument aucune envie de m’éloigner de lui et de le laisser seul ici. De toute façon, même si j’avais pu trouver la force de reculer, de me calmer, maintenant c’est trop tard. Il ne contrôle plus rien, et surtout pas lui même. J’ai peur. Pas de lui, mais de nous. On a passé une nuit de folie c’est sur, mais ça n’avait rien à voir. Strictement rien à voir. Pourtant quand son corps se colle contre le mien, que ses lèvres dévorent les miennes sauvagement, je sais qu’il n’y a plus aucun moyen de faire machine arrière. Si tant est que j’en ai eu envie avant que ça ne dégénère comme ça. Dans le fond, est ce que c’est si mal que ça ? J’en sais rien. Je ne suis plus apte à penser et … Qu’est c’que tu fais ?! Reviens ici.

Un nouveau grondement prend naissance dans ma gorge, et il n’est pas compliqué a interpréter : Ne t’éloigne pas de moi.

« Je… Je ne sais pas ce qu’il m’arrive. J’ai un regain d’énergie incroyable et j’arrive pas à tenir en place… J’ai envie de courir, de sauter, de danser, n’importe quoi, mais rester en place j’y arrive difficilement. Et maintenant que t’es là, j’ai sacrément envie de toi, mais je ne veux pas… Profiter, tu comprends? Tu passes par quelque chose de difficile et mon but est de te calmer, pas de te violer, même si je pense que t’en as autant envie que moi… »

J’en ai rien à foutre, strictement rien à foutre que tu profites. Je n’attends même que ça, tu l’vois pas ? Je comprends ce que tu ressens puisqu’il se passe la même chose dans ma tête mais mon corps à le dessus et il se moque de tout ça. Cours si tu veux, sautes, danses, mais n’espère pas une seule seconde que je te laisse la moindre chance de tenir en place. Tu tapes en plein dans le mile, j’en ai autant envie de toi et tant pis pour les conséquences. On en parlera, peut être, après mais pour l’instant ne vient pas me parler de viol. Est ce que tu vois une quelconque trace d’absence de consentement là ? Pas moi.

« J’ai pas envie d’me calmer. J’ai pas non plus envie que tu me calme ni même que toi tu te calme. »

Une voix rauque, un regard insistant qui en temps normal serait tinté de tendresse mais qui cette fois ne lui offre qu’une lueur sauvage, animale. J’ai horreur de me comporter comme ça avec toi mais c’est plus fort que moi. Tu réveilles le moindre de mes instincts et je vois bien que les tiens sont aussi très présent. Pourquoi aller contre ça ? Hein ? Pourquoi ? Pourquoi est ce qu'on devrait être sages dès l'instant ou toi comme moi on sait parfaitement qu'on a envie de la même chose ? Ça fait peur parce que c'est la première fois que ça se passe de façon aussi violente mais ...

« T’es à moi. »

Pas un seul mot de plus. Pas une seule seconde d’hésitation. Mes mains sont aller saisir ses fesses jusqu'à le soulever. Ses jambes m'ont enroulé la taille, comme souvent, et ses bras se sont accrochés à mon cou alors que ses mains à lui se perdaient dans mes cheveux, les agrippant sauvagement. Je l'ai plaqué contre le mur, sans tendresse, avant de lui voler un nouveau baiser. Des soupirs, des grondements bestiales à peine contenu, et cette envie démesuré d'avoir le dessus, de le contrôler. J'étais à deux doigts de lui arracher ses vêtements, à deux doigts de le reposer sur le sol pour le retourner et lui mordre la nuque. Pourquoi ? Aucune idée, l'instinct. C'est ce dont avait envie le Loup et je n'étais pas en mesure de lui dire non. Trop de tissu, ma peau réclamait la sienne en urgence alors que je le sentais beaucoup moins frais que d'habitude. Est ce que ça me déplaisait ? Je n'avais pas la tête à ce genre de détails tandis que mes lèvres dévoraient les siennes sans que mes mains ne lâchent leur prise.

Et puis … Surprise !

Je l’aurai reconnu entre mile cette silhouette furtive qui déjà n’était plus là. Je n’ai pas eu besoin de croiser son regard pour comprendre qu’elle avait tout vu. Est-ce que j’ai paniqué ? Pas une seule seconde. Est-ce que Kyle l’a vu ? Aucune idée. Je venais tout juste de pencher la tête en arrière pour lui laisser libre accès à mon cou alors qu’il m’agrippait les cheveux d’une façon relativement vive. Il avait l’air suffisamment concentré pour ne pas faire attention à tout le reste. Tout comme moi d’ailleurs. Pourtant, l’instinct m’a poussé à ouvrir les yeux. J’ai ressenti une présence. Ça aurait pu être n’importe qui mais fort heureusement ça n’était pas le cas. Une cascade de cheveux blond a passé le miroir, et si mon cœur s’est emballé un peu plus l’espace d’une seconde sous le coup d’une montée d’adrénaline violente, il s’est calmé presque aussi rapidement. Dans la mesure du possible évidement.

Mes yeux ne quittaient plus le dos du miroir, j’avais la tête tournée et je restais statique. Bien sur il s’en ait rendu compte. Il a attiré mon attention, je me suis de nouveau concentré sur lui, le laissant glisser contre moi lentement jusqu’à ce que ses pieds retrouvent le sol, sans pour autant le lâcher.

« On n’est plus seuls. Panique pas, je sais qui c’est et ça n’est pas un danger. Je t’ai dit que je voulais te présenter mes amis, je pensais pas que ça serait aussi rapide. »

Le cœur battant encore à 100 à l’heure, le souffle toujours court, j’étais en pleine hésitation. Je n’avais aucune envie de le lâcher ni même de mettre à terme à ce qui était entrain de se passer entre nous. Pourtant je sentais le Loup se rendormir à mesure que les secondes défilaient. Pas que j’ai besoin de lui dans ce genre de moment mais c’était bien cette part de moi qui avait déclenché tout ça. En laissant Kyle ici pour rattraper Sova, j’aurai l’impression de le trahir. Mais ne pas le faire ? J’aurai l’impression de la laisser filer alors que le destin, ou le hasard, avait décidé que s’en était fini les cachotteries. En plus de ça, même si la situation était un peu … perturbante, j’étais certain qu’on en rirait beaucoup après. Je l’ai trouvé ici dans la même situation il y a quelques mois de ça, les choses s’égalisent on va dire, et comme avec Sova il s’agit presque tout le temps d’un jeu …

Non, je ne savais pas quoi faire. Mes mains avaient lâché le postérieur de mon cher et tendre pour se poser sur sa taille, sous son T-shirt, comme si sa peau pouvait m’apporter une réponse. Son visage enfouie dans mon torse, contre ma chemise, en disait long sur son état d’esprit. Il n’était pas encore tout à fait redescendu sur terre. Pas étonnant après une telle montée en puissance. J’ai laissé mes doigts glisser jusqu’à son dos, caressant sa peau lentement avant de descendre sous sa ceinture jusqu’à ce que mes mains se posent tranquillement au même endroit que quelques minutes plus tôt, sous le tissus cette fois. Pas pour l’allumer et rendre la décision encore plus difficile à prendre, juste par tendresse. Ma tête qui était jusqu’ici posée sur la sienne ait descendu d’un étage. J’ai laissé traîné mon visage dans son cou une seconde, prenant une profonde inspiration pour emprisonner son odeur dans mes souvenirs olfactifs les plus récents.

« On reprendra cette … « conversation » plus tard. Je reviens tout de suite. »

Une conversation Rolling Eyes C’est son truc à lui d’appeler ça comme ça. Ou un débat, ça dépend des fois. Chéri, faut qu’on discute ! Et deux secondes après tu te retrouves coincé sous les draps, ou n'importe où ailleurs, avec un type qu’à plus vraiment l’air innocent qu’il balade la majeure partie du temps. Je vais pas m’en plaindre, au contraire. Et d’autant moins depuis cette nuit d’ailleurs.

Deux doigts sous son menton pour lui faire relever la tête après m’être ostensiblement éloigné de lui, un dernier baiser pour la route. Le tout ayant duré quelques secondes à peine, j’imaginai que Sova ne serait pas trop loin. Si elle n’était plus dans le couloir, je retournerai auprès de Kyle et j’irai lui courir après plus tard mais dans le doute … Lorsque j’ai poussé le miroir, elle s’apprêtait à franchir la porte. Je l’ai appelé, elle s’est retourné, et là je me suis rendu compte qu’elle était morte de rire. Pas un fou rire ordinaire. A mon sens elle riait plutôt nerveusement qu’autre chose ou en tout cas ça n’était pas de la moquerie. Je ne l’ai pas interprété comme ça quoi qu’il en soit. J’ai souri, reprenant lentement mes esprits et me suis immobilisé au milieu du couloir.

« 1 partout, balle au centre ? »

Quoi que, avec Ever j'avais un demi-wagon d'avance, nan ? J'veux dire, en théorie t'as rien vu mais ... Enfin ... T'étais pas loin et ... Enzo Ryans ! Comme si c'était le moment de faire les comptes ?! Ce genre de compte en plus, alors que ton petit ami officiel se trouve de l'autre côté de ce miroir. Tu te souviens ? Le seul que t'as le droit de toucher maintenant. Oui je sais, et ça me va très bien comme ça, mais je ne peux pas effacer le passé, j'y peux rien.

L’arrête du nez pincé entre deux doigts signifiant : Je ne suis pas encore tout à fait revenu sur terre et la situation me dépasse légèrement. Pourtant je fais encore de l’humour parce que ça détend l’atmosphère et vu ce qu’il se passe, je ne vois pas comment je pourrais faire autrement de toute façon.

« J’imagine que tu t’attendais pas vraiment à ça ? »

Machoman avec un autre mec, ça casse un peu le mythe, non ? Pas que je me considère comme un mythe, pas de méprise, c’est juste que ça n’est pas l’image que je véhicule même si Sovahnn me connaît suffisamment pour savoir que je n’ai pas grand-chose à voir avec ce que je veux bien montrer de moi la plus part du temps.

« Moi non plus, pour être tout à fait honnête. »

Même si c’est une longue, très longue histoire que je n’ai pas vraiment le temps de te raconter là, maintenant, tout de suite, puisque mon amoureux attend de l’autre côté et qu’il doit se poser un milliard de questions. Et parce qu’il me manque, au passage.

« Viens, j’ai quelque un à te présenter. »

Ma main dans la sienne un instant, pour l’entraîner avec moi, mais que j’ai finalement lâché en arrivant devant le miroir, conscient que c’est un geste que je n’avais pas vraiment le droit de faire maintenant. Disons que je ne voulais pas prendre le risque de blesser Kyle ou qu’il en vienne à se poser des questions alors que pour moi comme pour elle ça n’est rien de plus qu’une simple marque d’amitié, de la tendresse sans ambiguïté un geste naturel. Le truc c’est que je ne supporterai pas de voir la main de mon cher et tendre dans celle de quelque un d’autre, alors j’inverse les rôles.

J’ai poussé le miroir, laissé passer Sovahnn devant moi et j’ai refermé derrière nous avant d’aller me situer entre les deux. Aller respire Enzo, c’est pas si étrange que ça.

« Kyle, c’est Sovahnn. Une de mes amies les plus proches et dont je t’ai déjà parlé. »

Tu te souviens, cette fille avec qui j’ai joué à emmerder le monde quand j’allais mal, et avec qui j’ai créé des liens plutôt du genre très étroits que t’as pas vraiment apprécié … Cette fille qui est devenu mon rayon de soleil, et qui m’a aidé à tenir dans des moments où je n’avais presque plus rien à quoi me raccrocher.

« Sovahnn, c’est Kyle. »

Ma main est allé s’emparer de celle de ce garçon qui me fait tourner la tête, laissant nos doigts s’entremêler, sans vraiment y réfléchir. Encore un geste naturel même si au fond de moi je me demandai toujours quelle réaction il pourrait bien avoir face à ça. Se prendre la main devant une tierce personne, hormis Ismaelle, et encore, ça ne nous ait jamais arrivé.

« C’est lui la personne mystérieuse que je cache depuis tout ce temps. »

Même si en soit ça ne fait pas non plus des siècles que tu es au courant de ça jolie blonde, mais bon, t’as saisi l’idée. Tout le monde a saisi l’idée, et moi je commence à ne plus savoir où me mettre. On aurait pas pu commencer par quelque un avec qui j’ai une relation moins … Disons avec qui il n’y a pas eu de dérapage de ce type là ?

Et si jusqu'ici je le cachais comme je dis, c'est pas par honte ni parce que je n'assume pas notre histoire, c'est simplement pour le protéger, mais avec toi je sais qu'il ne risque rien. A part voir le château s'écrouler sur lui parce que tu t'énerves mais ça ... T'y peux pas grand chose. Rien de volontaire en tout cas.

« Et histoire de crever l’abcès tout de suite, il est au courant de la façon dont on s’est rencontré toi et moi. »

Je lui ai raconté tout ça, le jour où j’ai appris pour Lui et Jill. Je lui ai parlé de Sova, de Tallulah, de Ever sans la citer et je me rends compte que maintenant qu’il la connaît ça risque de foutre un sacré merdier s’il apprend que c’était elle … Quelqu’un a une pelle que j’aille m’enterrer quelque part ?

« C’est pas du tout gênant comme situation … »

Ou je peux toujours me cacher derrière mon doigts, nan ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Dim 1 Juil 2012 - 0:37

Satanée morsure…
Heureusement, les effets secondaires avaient finis par s’estomper juste avant de revenir la veille. Mais bon disons que ça, c’était très différent. Heureusement, je n’avais pas envie de tout démolir cette fois-ci, contrairement aux premiers jours où la magie s’était emparée de mon être. Je me souvenais des grognements et de l’immense colère qui m’habitait sans raison apparente. Non là, j’avais simplement un débordement d’énergie inexpliqué. Surtout que c’était très étrange puisque les heures de sommeil avaient été très rares. Je ne me sentais pas fatigué, juste très… Bien là il fallait dire qu’avec Enzo qui était devant moi… Je n’avais plus tellement envie de partir à la course ou bien de sauter à la corde à danser. Je devais avouer que les vestiges et souvenirs de la nuit passée n’étaient pas faciles à oublier et qu’ils me revenaient de plein fouet en tête lorsqu’il se trouvait devant moi. Ou bien était-ce simplement à cause de cette morsure qui me plaçait dans une drôle de position? Je ne le savais pas. Quoi qu’il en soit, malgré mes envies et mes instincts plus que primaires, je n’avais pas envie d’aller dans cette branche là. Enfin si, mais non. Pourquoi regrimper au plafond au lieu de s’entraider? Ça n’allait pas nous calmer ni l’un, ni l’autre. Peut-être que si, mais ça n’allait pas être d’une durée prolongée.
C’est d’ailleurs pour ces raisons que je me suis reculé et que je lui ai avoué mon état. Il était hors de question que j’agisse comme un animal qui…


- J’ai pas envie d’me calmer. J’ai pas non plus envie que tu me calme ni même que toi tu te calme. T’es à moi.

Je n’eus même pas le temps de terminer le fil de mes pensées qu’il revenait à la charge telle une bête sauvage (hum ben c’était carrément ce qu’il était à cet instant là je crois…). Ce n’était pas pour me déplaire quand même. Hein vous me trouvez contradictoire?! O_o Ouais, ben j’aimerais bien vous y voir…
L’action s’est déroulée en quelques secondes à peine. Un soulèvement puissant de sa part et je ne touchais plus terre, dans les deux sens du terme. Je me suis accroché à lui, de haut en bas, comme si j’avais peur qu’il me laisse tomber. Bientôt, je me retrouvai plaquer contre le mur, mais je ne résistai pas, le laissant m’embrasser comme un damné. Quelle bonne manière de dépenser son énergie! Pour le moment, ça fonctionnait à merveille. J’avais les hormones collées au tapis, mes mains se défoulaient dans les cheveux de mon amoureux et toute ma force se trouvait dans mes jambes. C’était parti mon kiki! Nos lèvres se lâchèrent finalement et même si le souffle me manquait déjà, je plongeai aussitôt dans son cou qu’il m’offrait ouvertement, oubliant tout le reste. Je ne me souvenais même plus où l’on se trouvait, sur quelle étage, pourquoi on s’était croisé… Fait étrange : sa peau ne me semblait pas aussi chaude qu’à l’habitude alors que dans mes souvenirs, plus la pleine lune approchait, plus sa peau devenait bouillante. C’était peut-être parce que la mienne n’était pas aussi glaciale que normalement? Après tout, ces effets secondaires pouvaient se résumer autrement que par des coups d’énergie soudain. Bah après tout, on s’en fou. Je continuai donc de me laisser aller sur mon petit nuage jusqu’à temps que je ne le sente plus bouger. Il semblait s’être transformé en statue alors que quelques secondes auparavant, il avait autant de fougue que moi. Aussitôt, j’arrêtai tout à mon tour, relevant la tête vers lui, l’air interrogateur.

Ça te plaît pas mon chéri?


- On n’est plus seuls. Panique pas, je sais qui c’est et ça n’est pas un danger. Je t’ai dit que je voulais te présenter mes amis, je pensais pas que ça serait aussi rapide.

On est pas seuls?! O_o
Ouais bien je veux bien ne pas paniquer, mais en même temps… Qui viendrait ici, dans cet endroit que je ne connaissais même pas moi-même il y a quelques instants? Enfin, s’il disait que c’était un de ses amis… N’empêche que c’était légèrement gênant. Presque autant que le matin avec Ismaelle. À croire que cette journée n’était pas faite pour se dérouler dans l’intimité…
Bien malgré moi, je poussai un petit soupir, laissant mon visage se fondre sur son torse, attendant une décision de sa part. Mon petit doigt me disait qu’il n’allait pas laisser filer notre invité, malheureusement. J’étais prêt à rencontrer ses amis, n’importe quand même, parce que je savais qu’il y tenait particulièrement, mais… Pas dans un moment comme celui-ci. Me laissant bercer par ses caresses, je fermai les yeux l’espace d’une seconde pour tenter de me calmer un peu. C’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire…


- On reprendra cette … « conversation » plus tard. Je reviens tout de suite.

Hum… Conversation… Quel excellent choix de mot! J’adore les cours de langues.
Il allait me quitter, c’était définitif. Le fait que je rencontre l’un de ses amis était plus important que notre conversation. Tant pis. Il allait y avoir d’autres moments d’intimité et puis d’ailleurs… On allait reprendre ça plus tard non? Si ça se trouvait, ça allait être encore plus intense que maintenant. Hum voilà qui me plaisait bien…
Il s’éloigna doucement et je relevai la tête en même temps que son geste délicat. Il m’embrassa une dernière fois avant de définitivement me quitter.

Me voilà seul.
Complètement chauffé et seul. Comme un con. Yahoo!
Je devais trouver quelque chose pour me changer les idées et vite. Je n’avais pas tellement envie d’être présenté à son ami avec… Un problème entre les deux jambes. De plus, mon histoire d’énergie débordante n’était toujours pas réglé alors c’était le moment où jamais.

C’est pourquoi, en attendant mon copain et son invité surprise, je commençai à courir de long en large. Ça ne faisait que quelques mètres puisque ça semblait être une pièce secrète, mais tant pis. Ça me faisait un bien fou et peu à peu, mon corps oubliait les derniers moments passés en compagnie de mon cher et tendre. Heureusement.
Au bout de plusieurs longueurs (je n’étais même pas essoufflé, même après toutes ces semaines sans exercices!), j’entendis le miroir pivoté tout près de moi et j’arrêtai tout mouvement. Je n’avais pas envie d’avoir l’air d’un parfait idiot qui courait de gauche à droite sans raison apparente non plus. L’air de rien, je souris en retrouvant mon Enzo. Tout naturellement, il n’était plus seul. Contrairement à ce que je croyais, l’invité en question n’était pas un garçon, mais bel et bien une fille avec de longs cheveux blonds. Quelqu’un que je n’avais jamais croisé auparavant, d’après mes souvenirs…
Je m’approchai un peu plus alors qu’elle se positionnait devant moi et bientôt, Enzo se posa entre nous deux.


- Kyle, c’est Sovahnn. Une de mes amies les plus proches et dont je t’ai déjà parlé. Sovahnn, c’est Kyle.

Dès que j’entendis son prénom, je boguai. Je crois même que sur le moment, mon sourire disparu l’espace d’une seconde.

Sovahnn… Je me souvenais parfaitement de ce prénom. Fallait avouer que c’était la première fois que j’entendais un prénom pareil et je me doutais qu’il ne devait pas en avoir des millions dans le château à porter le même. Donc… Si elle était bien celle que je croyais elle avait déjà couché avec Enzo. Mon Enzo. Je me souvenais parfaitement de l’histoire qu’il m’avait raconté alors qu’il l’avait rencontré dans un parc et qu’ils avaient couché ensemble sans même échanger leur prénom. Il m’avait aussi assuré qu’ils ne l’avaient fait qu’une fois et qu’ils n’avaient pas l’intention de recommencer. C’était une simple passe, une manière de débrancher de la réalité.
M’ouais… Enfin… Range ta jalousie au placard Kyle, c’est pas le moment. Le passé, c’est le passé. T’as fait des conneries toi aussi. Il était mort, tu étais mort… Rah passe à autre chose!

Nouveau sourire de ma part.


- Je suis vraiment heureux de te rencontrer Sovahnn.

Et c’est sincère.
Depuis le temps que je rêve de rencontrer les amis de mon chéri.
Tant que tu gardes tes mains pour toi, tout va bien aller entre nous deux.

Parlant de main, celle de mon copain se fondit dans la mienne pour former un joli couple. Je souris davantage à cette attention toute particulière. C’était bon de se prendre la main comme ça, devant quelqu’un, sans avoir peur du jugement. Prouver notre amour aux autres… Depuis le temps que l’on en rêvait tout les deux… J’ignorais comment il avait fait pour savoir qu’elle était là, si ça se trouvait elle nous avait peut-être aperçue, mais là, elle pouvait voir la manière un peu plus conventionnelle. Et franchement, ça faisait du bien.


- C’est lui la personne mystérieuse que je cache depuis tout ce temps. Et histoire de crever l’abcès tout de suite, il est au courant de la façon dont on s’est rencontré toi et moi. C’est pas du tout gênant comme situation …

Merci chéri de ramener ça sur le tapis! T_T
Là c’est clair qu’on a tous envie de se cacher en ce moment…


- Ne t’inquiètes pas, je ne t’en tiens pas rigueur. Il est tellement charmant, comment peut-on résister à un tel Apollon?

C’est moi ou tu rougis mon amour? T’avais l’air de tout vouloir mettre à jour, alors pourquoi ne pas sortir une ou deux vérités supplémentaire?
J’éclatai de rire, question de détendre l’atmosphère. Il était hors de question que le malaise ne tombe sur le dos alors qu’une rencontre de ce genre se voulait agréable. C’était inattendu, mais c’était aussi bien comme ça. Autrement, j’aurais sûrement été stressé pour un rien. La peur du jugement ne me quittera jamais on dirait bien…


- Alors Sovahnn, tu te balades souvent sur le quatrième étage…?

Quand on parle de cliché… Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Ven 13 Juil 2012 - 9:49

Certains jours, le destin met sur nos pas des choses et des personnes que l’on avait pas prévus. Parfois tout ça se révèle négatif, parfois positif, et parfois simplement inattendu. Ni mauvais, ni bien. Juste imprévu. Elle n’avait pas prévu de rencontrer Enzo et d’écouter la dose d’hormones qui s’étaient décidées à jouer avec son cerveau quelques jours après son réveil. Elle n’avait d’ailleurs aucunement prévu ce qu’il s’était passé, mais la jeune femme était sûre qu’elle était heureuse que ça se soit passé ainsi. Ça n’était probablement pas la meilleure manière de commencer une relation, et encore moins de découvrir quelqu’un puisque cette personne ne vivait à ce moment là pas ses meilleurs jours. Mais ça lui avait permis de se dire qu’ils étaient peut être tout deux dans un état second, et que ce qui lui avait plu dans son comportement était peut être plus présent qu’il ne le laissait pensé. Et que tout ce qu’il pouvait faire pour se faire mousser n’était peut être qu’une façade. Enfin bref, tout ça pouvait laisser à penser qu’elle avait murement réfléchi tout ça, mais ça n’était pas le cas. Non, les choses s’étaient faites ainsi et elle n’avait pas cherché à changer les choses. Elle l’avait revu et ils s’étaient bien entendu, c’était tout. Et finalement, elle entretenait avec lui ce qu’elle estimait être la plus belle relation qu’elle puisse avoir. D’ailleurs, au final, les circonstances étranges de leur rencontre permettaient d’aplanir les angles. Ils pouvaient être amis sans se demander sans arrêt ce que ça aurait été s’ils s’étaient mis ensembles, juste pour essayer. Au moins, ils avaient mis les choses à plat dès le début, et il ne restait entre eux plus que ce qu’il y avait de plus beau. Et de plus platonique.

Ce qui n’était pas le cas du mec avec qui elle venait de le voir. Enfin, si, peut-être, mais dans ce cas, je ne connais pas le sens de cette expression. Dans tous les cas, la jeune femme n’avait vraiment pas vu ça venir. Et surtout pas de cette manière. A la limite, si elle l’avait rencontré dans des circonstances normales, il l’aurait prévenu avant. Mais là, c’était…

Sovahnn !! Hey Sovaaaaaaaaahnn, la balle, attrape attraaaaaaaaaape !

VLAN

Voilà.

*truc au sol, inerte et blond.*


Très imagé, oui, je sais. Non, sérieusement, elle l’avait un peu pris en pleine poire sans l’avoir entrevu ne serais-ce qu’une seconde. Mais c’était bien aussi. Après tout, elle était du genre habituée des trucs auxquels elle ne s’attendait pas. Après le lycan, le fantôme et les tableaux qui parlent, elle commençait à ne plus rien prendre pour acquis. C’était donc dans un magnifique fou rire à moitié nerveux que la jeune femme s’était retournée en entendant des bruits de pas dans le couloir derrière elle.

« 1 partout, balle au centre ? »
« On va dire ça ouais. »

Elle avait un demi point avec Ever, et lui un demi avec.. Kyle. Enfin : mec inconnu dont elle n’avait pas vu grand-chose. Passant sa lèvre inférieure entre ses dents sans se faire mal cette fois-ci, la jeune femme essayait de se calmer. Parce que, oui, il y avait le fait qu’elle ne s’y attendait pas, mais elle trouvait également la situation plutôt comique. Alors, il y avait de quoi rire.

« J’imagine que tu t’attendais pas vraiment à ça ? »
« Tient dont ! Tu crois ? »

J’t’ais pas fait devenir gay, rassure-moi ?

« Moi non plus, pour être tout à fait honnête. »
« Mais tu .. »

Nan rien. En fait, il y avait un peu trop de questions qui lui trottaient dans le crâne pour qu’elle les pose maintenant. Ça n’était probablement pas le moment, parce que ce devait être une très longue histoire dont elle connaîtrait les détails un peu plus tard. Et puis, s’ils passaient leur temps ici, le mister qui se tapait son meilleur ami et qui devait être plus important que tout le reste pour que celui-ci ne lui en parle pas, allait finir par s’impatienter sérieusement.

« Viens, j’ai quelque un à te présenter. »

Il avait dû deviner ses pensées parce qu’il l’avait attrapée par la main pour la ramener près du miroir. Sentant la pression baisser sur sa peau, elle l’avait lâchée également, sentant que ça pourrait être mal vu s’ils entraient ainsi. C’était leur manière de procéder, et elle n’y avait jamais prêté attention, et encore moins dans ce sens, mais vu la situation.. disons que ça ne servait à rien de compliquer les choses.

Enzo était passé en premier, et c’était –avouons-le – un peu timidement que la jeune femme avait passé la tête avant d’entrer à son tour.

« Kyle, c’est Sovahnn. Une de mes amies les plus proches et dont je t’ai déjà parlé. »

La jeune femme avait adressé à Kyle un grand sourire appuyé d’un petit signe de main. Ce faisant, elle n’avait pu s’empêcher de le détailler, pas pour être impolie mais parce que.. eh bien parce qu’il était manifestement celui qu’Enzo lui avait caché tout ce temps, et qu’elle avait toujours voulu savoir qui il était même si elle n’avait jamais pressé son ami. Et une surprise, en règle générale, ça a tendance à empirer la curiosité. C’était d’ailleurs pour ça qu’elle avait remarqué que le sourire du jeune homme s’était effacé l’espace d’une seconde. Pourquoi exactement ? Savait-il qui elle était ? Ou bien la raison était tout autre et n’avait aucun rapport avec elle, mais simplement avec la situation ?

« Sovahnn, c’est Kyle. »
« Kyle alors.. Eh bah enchantée. »

Même si j’te voyais plutôt avec un V, là où toi, t’as un P… mais bon !


- Je suis vraiment heureux de te rencontrer Sovahnn.

La belle blonde lui avait répondu avec un grand sourire chaleureux.

« Pareil ! »
« C’est lui la personne mystérieuse que je cache depuis tout ce temps. »
« Ah bon ? Y’en a pas un autre ? Nan parce que là c’est le moment des annonces inattendue. »

C’était un petit sourire moqueur qui c’était affiché sur son visage. Pas vis-à-vis de Kyle, mais surtout de la situation en générale, et parce que se moquer l’un l’autre, ça avait toujours été un moyen de dédramatiser. Parce qu’elle voyait en lui une certaine tension qui…

« Et histoire de crever l’abcès tout de suite, il est au courant de la façon dont on s’est rencontré toi et moi. »

Qui… bah qui venait de là quoi.

D’un coup, la jeune femme avait perdu son sourire pour arborer une tronche un peu plus gênée.

« C’est pas du tout gênant comme situation … »
« Nan, du tout. »

Mais, là, pour le coup, c’était plutôt Kyle qu’elle regardait. Pour l’instant, elle ne voyait aucune lueur d’envie d’étranglement dans son regard mais bon, on ne sait jamais ! Après tout, jusqu’ici, il lui avait sourit et.. enfin, à part quand il avait sut qui elle était. Fiouh.. c’est toujours bien de compliquer les choses, ça met du piment dans la vie, c’est beaucoup plus sympa, vraiment !

- Ne t’inquiètes pas, je ne t’en tiens pas rigueur. Il est tellement charmant, comment peut-on résister à un tel Apollon?
« Euh je euh… merci.. »

Apollon hein ?

Oui, son regard se moque ouvertement de toi Enzo Ryans, si tu voulais une confirmation.

« C’est pas… c’était un coup de tête… dû à un très mauvais réveil un poil violent. Habituellement jsuis pas comme ça. »

Si tu parles de traîner derrière les miroirs, j’te cogne ! T’as une main prise en plus, j’ai l’avantage !



Un ange passe…

- Alors Sovahnn, tu te balades souvent sur le quatrième étage…?

Merci !!

« Euh.. Pas vraiment. Enfin, quelques tours derrière le miroir, parce que j’sens que ça le titille de le dire, mais sinon… »

Prendre les devants ! C’est très important dans l’autodérision.

« Bref, j’suis pas trop trop dans le délire de rester gênés quatre ans, donc il s’est passé ce qu’il s’est passé entre nous, j’pense qu’aucun des deux ne le regrette, parce qu’on est très proches à présent, mais que tout est clair. Donc, promis : j’te le pique pas. J’peux lui pincer les fesses, tout au plus, mais j’vois rien d’autre.. Et j’suis vraiment contente de te rencontrer, et contente que ça aille à nouveau manifestement. J’suis surprise, on va pas dire le contraire hein… »

Petit regard à Enzo.

« J’suis si mauvaise au lit ? »

=D

Hey ! Lui il avait rit pour briser la glace, elle, elle ne cesserait jamais d’être nature et de dire ce qu’elle pensait. Et puis, c’était sur le ton de la plaisanterie. Une sorte de manière de crever l’abcès, parce que rire d’une chose, c’est aussi savoir ne lui donner que le peu d’importance qu’elle mérite.

« Bon, sinon, j’peux avoir un minimum plus d’infos sur vous deux maintenant ? Nan, parce que j’me sens un peu à la ramasse quand même.. »

xD

« Et, dis, tu crois que j’pourrais te présenter une amie ? Ne me foudroie pas du regard Enzo. Une moldue qui s’est engueulée avec un ami à moi – Takuma pour toi qui le connait – et qui du coup est un peu seule.. surtout que toutes ses connaissances du coup essayent de la réconcilier avec Takuma. Et en attendant, manifestement, elle va voir un sale con. DONC, vu que tu ne parais pas être un sale con, sinon fait gaffe, j’t’ais à l’œil, tu pourrais être un terrain neutre. Et qui plus est non magicien d’après ce que j’ai compris. Parce que manifestement, ça, ça lui prend le chou. »

La jeune femme s’était alternativement adressée à Kyle, puis à Enzo qui, lui, connaissait les personnes dont elle parlait. Enfin, elle n’avait pas utilisé le nom d’Alec mais… sale con… il pouvait deviner tout seul de qui il s’agissait.

Eh ben voilà, ça devient une conversation normale, égaillée de quelques rires cristallins et amusés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16992
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   Mer 12 Sep 2012 - 13:36

Je crois que je n’ai jamais pris le temps de m’imaginer comment la rencontre entre ces deux là auraient pu se passer. Une rencontre officielle, comment est ce qu’on aurait pu amener ça dans le fond ? Je crois que ça aurait été encore plus gênant alors dans un sens, comme de toute façon on ne fait jamais rien de conventionnel elle et moi, c’est surement une bonne chose que tout ça se passe par surprise. On a eu de la chance qu’elle ne débarque pas quelques secondes plus tard par contre, ça il faut bien l’avouer, mais je pense qu’on sera tous capable de faire abstraction de ça. Ca serait une bonne chose en tout cas. Elle est surprise, c’est évidemment. Enfin je pense que ça l’est, surprenant j’veux dire. Je ne me pose pas vraiment de question et certaines personnes sont au courant que je suis ou que j’ai été avec un garçon, mais de là à l’imaginer quand on ne le sait pas ? J’en sais trop rien, de mon point de vue en tout cas la réponse est non. De toute façon ça n’a aucune espèce d’importance parce que je sais que ça ne sera pas un problème pour elle. Sovahnn n’est pas du genre à tomber dans les clichés, c’est une fille adorable et tolérante, à aucun moment je n’ai eu peur de sa réaction alors … Allons-y, fonçons dans le tas comme on a toujours eu l’habitude de faire.

Présentations faîtes donc. Les bombes ont été lâchées, rien n’a explosé. Pas de morts, pas de hurlement, pas de larmes, pas de tentatives de meurtre, pas même de tension, ou plus vraiment en tout cas. Juste un Kyle poli, une Sovahnn souriante même si légèrement gênée, un Enzo un peu mal à l’aise, bref trois personnes fidèles à elles mêmes dans une situation un peu spéciale.

« Ne t’inquiètes pas, je ne t’en tiens pas rigueur. Il est tellement charmant, comment peut-on résister à un tel Apollon? »
« Euh je euh… merci.. »

Raaaaah mais ! Nan mais Kyle, merde ! x_X
*Mode rouge écarlate : On*

Tu le penses vraiment ? Tu devrais pas dire des choses comme ça, parce que Sovahnn ou pas Sovahnn, ma température corporelle n’est pas redescendue et mes hormones ne sont pas totalement calmées alors … Et toi ne me regarde pas comme ça, je sais très bien ce que tu penses. Arrêtez de vous foutre de ma gueule tous les deux, c’est quoi cette coalition au juste ?! Tu pourrais au moins faire semblant d’être jaloux Rolling Eyes Et j’te préviens, l’Apollon il est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, ça tu peux me croire. Tu sais que mon égo est surdimensionné et que je suis une allumeuse. Je sais que mon corps te plaît, tu peux être sur qu’après ça je vais en jouer encore plus. Rien que pour me venger, ou juste pour m’amuser. Parce que j’adore te faire chier tout simplement.

« C’est pas… c’était un coup de tête… dû à un très mauvais réveil un poil violent. Habituellement jsuis pas comme ça. »

Sympa … Je vais me vexer. Et non je ne le dis pas à voix haute parce que faire le mariole devant Kyle, à ce sujet là … Disons que j’ai pas envie de dormir sur le canapé pendant les trois prochains mois, voir même les 10 prochaines années en fait, si tu vois ce que je veux dire. Habituellement tu sautes pas sur le premier qui passe ? Tu sais quoi, t’as raison, en général c’est plutôt le premier qui passe qui te saute dessus, sexy girl. Non, ça non plus je ne vais pas le dire à voix haute hein Elle est sexy, j’y peux rien. C’est un fait. Ça ne m’empêche pas de garder mes mains dans mes poches, ou plutôt dans celle de Kyle, dès que j’en ai l’occasion. C’est une image bien sur, mais en l’occurrence ma main repose toujours dans la sienne pour l’instant, et même s’il me met mal à l’aise par volonté, pour m’emmerder, je n’ai pas l’intention de la lâcher. Chaque chose à sa place ! Bref ! Ma montée de rouge aux joues se calme, et c’est pas une mauvaise chose. Je vous laisse faire connaissance, le temps de retomber sur mes pattes et reprendre mes esprits hein.

« Alors Sovahnn, tu te balades souvent sur le quatrième étage…? »

Vous le voyez là mon sourire qui s’élargit ? Et la connerie qui pointe le bout de son nez dans le fond de mon regard ? Hum ? Allez, réponds ma belle, sinon j’le fais à ta place. Chacun son tour !

« Euh.. Pas vraiment. Enfin, quelques tours derrière le miroir, parce que j’sens que ça le titille de le dire, mais sinon… »
« Et merde … »

T’aurai quand même pu me laisser le privilège de te vanner sur le fait que tu attires tes conquêtes ici pour … jouer au scrabble, t’es pas cool :gla:

« Bref, j’suis pas trop trop dans le délire de rester gênés quatre ans, donc il s’est passé ce qu’il s’est passé entre nous, j’pense qu’aucun des deux ne le regrette, parce qu’on est très proches à présent, mais que tout est clair. Donc, promis : j’te le pique pas. J’peux lui pincer les fesses, tout au plus, mais j’vois rien d’autre.. Et j’suis vraiment contente de te rencontrer, et contente que ça aille à nouveau manifestement. J’suis surprise, on va pas dire le contraire hein… »

Oh oui Sovahnn, pince moi les fesses ! Chassez le naturel … Bref, vous avez compris. Pour l’instant je me tiens parce que c’est la première fois qu’ils se voient et que, autant être honnête, j’ai un peu peur qu’il prenne mal certaines choses, mais autant se l’avouer, ça finira bien par sortir un jour. Elle et moi c’est naturel. Je sais que quand on est en couple il y a certaines choses qu’on ne doit pas dire ou faire mais ça m’ennuierait de devoir changer mon comportement envers elle. Bon bien sur je vais par exemple arrêter de l’accueillir dans mon lit, c’est évident, quoi que, mais les câlins, les jeux, notre manie de s’envoyer des vannes et de se draguer sans vraiment le faire … Rah pis merde ! J’vais pas commencer à me prendre la tête avec ça, on verra bien, les limites se fixeront toutes seules et puis c’est tout.

Là où elle n’a pas tort, c’est qu’effectivement je ne regrette pas non plus et ça Kyle le sait déjà. J’ai été franc avec lui le jour où j’ai déballé tout ça, je lui ai dit que je ne regrettais pas ou en tout cas que j’avais apprécié. Parce que c’est la vérité, tout simplement. Pourquoi lui mentir à lui ? Pourquoi lui mentir à elle ? Elle a raison, il s’est passé ce qu’il s’est passé et rien ne pourra l’effacer. Ça n’arrivera plus, je sais qu’elle et moi n’avons aucun doute là dessus, quant à Kyle, si jamais il en a, ça sera à moi de faire en sorte de lui prouver qu’il peut me faire confiance. Je n’irai pas voir ailleurs, pas plus avec Sovahnn qu’avec une autre. Encore moins avec « un » autre, faut pas déconner. Et ma main qui serre un peu plus fort la sienne est en quelque sorte une transmission de ce message là. Je t’aime, il n’y a que toi que je veux, je n’effacerai pas mon passé mais le futur c’est avec toi et uniquement toi que je l’écrirai. Les Loups sont fidèles dans la nature, c’est un fait. C’est un animal capable de se laisser mourir s’il perd sa moitié. C’est sans doute pas le cas pour tous les Garous, mais moi je le suis. J’ai déjà été légèrement confronté à la tentation et je n’ai pas cédé. C’était avant que je me décoince un peu avec lui mais quand même, et justement en fait. Pourquoi aller voir ailleurs alors qu’on a tout ce qu’il faut à la maison ? Bref, c’est quoi ce sourire là Sova ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? Je devrai m’inquiéter ?

« J’suis si mauvaise au lit ? »

Pitié, dites-moi qu’elle n’a pas dit ça.

« Je … Euh … Nan, c’est pas … »

Tais toi Enzo, n’en dis pas plus. T’aurais même pas du ouvrir la bouche. D’ailleurs ferme là, tu vas finir par gober les mouches et en plus de ça t’as l’air con. Aller, on pique encore un fard pour la route. La couleur des Gryffondor me va bien au teint, c’est un fait. En tout cas elle s’accroche la garce. La couleur hein, c’est pas Sova que je traite de garce Oo

« Bon, sinon, j’peux avoir un minimum plus d’infos sur vous deux maintenant ? Nan, parce que j’me sens un peu à la ramasse quand même.. »

Merci de changer de sujet Et oui je peux comprendre que …

« Et, dis, tu crois que j’pourrais te présenter une amie ? »

Hey ! Nan mais tu veux un coup d’mains ? Il est à moi ! Tu vas pas commencer à essayer de le vendre, non mais oh ! Je sais que les filles c’est pas son truc et que je n’ai pas à m’inquiéter, bla bla bla, mais jusqu’à preuve du contraire Jillian était une fille et oui JE SAIS les circonstances étaient un peu étranges mais quand même. Enzo méfiant. Enzo pas vouloir partager. Enzo doit apprendre à gérer ça surtout Rolling Eyes J’vous jure, être en couple c’est pire encore que réviser pour les BUSE. Enfin bref !

« Ne me foudroie pas du regard Enzo. Une moldue qui s’est engueulée avec un ami à moi – Takuma pour toi qui le connait – et qui du coup est un peu seule.. surtout que toutes ses connaissances du coup essayent de la réconcilier avec Takuma. Et en attendant, manifestement, elle va voir un sale con. DONC, vu que tu ne parais pas être un sale con, sinon fait gaffe, j’t’ais à l’œil, tu pourrais être un terrain neutre. Et qui plus est non magicien d’après ce que j’ai compris. Parce que manifestement, ça, ça lui prend le chou. »

Oh la. C’est quoi ces histoires encore ? Une Moldue, ok. Qui s’est engueulé avec Takuma ? Genre … Quelle genre de dispute ? Ca doit être une blonde. Oui c’est évident, il m’a dit que je ne faisais pas le poids face à une blonde quand je lui ai fait des avances dans les chachots. Pour rire, chéri, c’était juste pour rire. D’ailleurs, me semble bien que je t’ai raconté aussi cette histoire de baiser volé avec Takuma. Peu importe. Un sale con ? Ca, ça sent le Alec Rivers à plein nez. Remarque ça pourrait être n’importe qui d’autre mais vu le regard de Sova, pour moi, y a peu de doutes. Et tu veux le mêler à tout ça ? NON MAIS CA VA PAS LA TETE ?! Nan mais je rêve, elle le menace en plus Shocked

« Oublie pas de respirer entre deux phrases … :gla: »

Ouais, je sais, je suis toujours aussi doué pour sauver les apparences Bon … Donc si j’ai bien compris, Takuma s’est disputé avec une connaissance à lui, et visiblement à Sova et d’autres gens, qui n’a pas de pouvoir et qui se retrouve un peu seule. Et bien vas-y chéri, prends soin d’elle. T’as pas besoin de ma permission pour ça et de toute façon t’as pas à me la demander. Je ne suis pas ton manager et même si je ne peux pas m’empêcher d’avoir un œil sur tes fréquentations, va falloir que je me calme. Je suis calme là, et si je lâche sa main c’est simplement pour me gratter la tête deux secondes. Je pense à Takuma aussi, parce que si tout le monde semble s’inquiété de la Non-Magicienne de l’histoire, qui pense à lui là dedans ? Je ne suis pas trop sur du lien qui peut unir ces deux là, et en ce qui la concerne elle je ne la connais pas du tout, mais je peux peut être me mettre à sa place à lui. Peut être aussi que je devrai trouver un moyen de le lui faire comprendre. Il s’est confié à moi une fois, certes pour des choses totalement différentes, mais quoi qu’il en soit il a toujours présent, pour tout le monde, c’est à notre tour maintenant. D’autant plus que si Rivers est dans le coup … Je sais qu’il partage mes ressentiments pour ce type, ça aussi ça rapproche. Je suis pas du genre à m’imposer au gens mais si j’en ai l’occasion, peut être que je tenterai de l’approcher. Takuma je parle, pas Alec. On n’est pas vraiment ami mais … Enfin c’est pas le sujet pour l’instant.

« Bon puisque visiblement, vous avez déjà des projets communs, j’peux peut être en placer une avant de vous laissez organiser vos histoires entre vous ou vos futures vacances, nan ? Si. »

Porto Rico ou les Bahamas ?

Sincèrement, c’est pas de la jalousie. Si je commence à être jaloux de Sovahnn, c’est la fin des haricots. Jillian, ça m’a suffit. J’veux plus ressentir la moindre émotion de ce genre là pour l’un ou l’une de mes amis et je ne veux pas plus étouffer Kyle et le faire chier avec ce truc qui fait parti de mes plus gros défauts. Même si en soit c’est une preuve d’amour mais là franchement pour le coup ça serait ridicule.

« J’vais faire bref parce que sinon on en a pour toute la semaine, voir la fin du mois mais, en gros, on s’est rencontré y a un peu plus d’un an maintenant. T’étais pas encore là, donc tu m’as pas connu à cette époque là mais j’étais genre … Enfin je t’ai déjà expliqué à quel point j’étais aussi ouvert et aimable qu’une porte de prison à l’époque. Bref, ce gars là m’a trouvé sous le Saule Cogneur un lendemain de pleine lune, il m’a sauvé la vie parce que j’étais pas franchement au sommet de ma forme et s’il m’avait pas trouvé … Pour le remercier, je l’ai traité comme de la merde – normal Rolling Eyes - On s’est recroisé quelques fois, les choses ont dérapé. Au risque de passer pour le romantique de service, je suis devenu accro. A l’époque il était le seul à pouvoir m’approcher sans que je ne … Oui bon ok, j’ai pas toujours été très tendre au début, mais j’me suis bien rattrapé j’pense, nan ? J’ai fini par admettre que ça servait à rien de luter contre ça, parce que j’étais raide dingue de lui et que même si ça me faisait peur, être loin de lui c’était encore pire. On s’est séparé plusieurs fois, pas toujours de notre plein gré, et voilà. Toutes les conneries que j’ai faites pendant des mois, c’est parce qu’il … Pour faire clair il est sensé être mort. Je suis sensé le penser mort en tout cas, et inversement. Je sais que l’autre jour je t’ai dit que c’était fini mais … Enfin tu vois, y a eu du changement depuis. »

Et maintenant que je t’ai récupéré Johnson, j’te lâcherai plus ça tu peux me croire. Morsure ou pas morsure. Même si tu vas voir ailleurs. Même si ces connards tentent de nous séparer encore une fois. Rien ni personne ne m’éloignera plus jamais de toi. Même pas la mort. Même pas toi. Et j’ai envie de te serrer contre moi là, mais je vais m’abstenir. Et puis merde, en fait non, je m'abstiens pas.

C'est dans un mouvement lent que je me suis glissé derrière lui avant d'enrouler sa taille de mes bras, déposer un bisou sur sa joue et finalement poser mon menton sur son épaule tranquillement, tout en souriant. A lui. A elle.

« Tu ne m'as pas rendu gay Sova, rassure toi. »

Bien que je n'ai absolument rien contre l'homosexualité ▬ tu m'en diras tant Rolling Eyes ▬ ce que je veux dire c'est que non, t'es pas nulle au lit. D'ailleurs le mot lit, ni même l'objet, n'a rien à faire là, n'est ce pas ? :gla: Enfin t'as compris, c'est pas suite à ça que ... Et puis zut !

« Les mecs ça n’a jamais été mon truc mais quand tu tombes amoureux, je crois que la différence tu la fais plus. En tout cas pour moi c’est comme ça que ça se passe. C'est juste lui. Il a chopé mon cœur le p'tit malin. »

Et après il a chopé tout le reste m'enfin ça c'est un autre débat dans lequel on ne rentrera pas hein

« Et si je le cache autant c’est parce que j’ai ce sentiment ultra-protecteur que tu connais bien, qui ne me lâche pas, et qui est encore pire vis à vis de lui. »

C’est ma vision des choses en tout cas, et un moyen de t’éclairer un peu sur notre relation, sur tout ce que je t’ai caché pendant tout ce temps. Enfin non, pas tout, mais chaque chose en son temps. Pour les détails on verra plus tard si jamais certaines choses viennent sur le tapis. Et puis c’est con, mais ça fait du bien de pouvoir parler de nous, à quelqu’un, et de parler des bonnes choses, de ce qui rend cette relation si spéciale mais pour une fois par les bons côtés. Disons, de manière positive.

« Voilà, t’en sais plus, je vous en prie, faites pas attention à moi. Kyle si tu veux donner ta version des faits, ou me corriger si j’me trompe … Ah et, si tu croises le fameux sale con en question que je suppose être Alec Rivers, tu t’en approches pas. Laisse Sovahnn faire, elle s’y connaît bien dans la gestion de ce gars là. Surtout ici d’ailleurs. »


Mouahahaha !
Tu croyais quand même pas que j’allais pas réussir à caser ça quelque part ma belle Wink

~*~


Protecteur. Jaloux. Possessif. Pot de colle. Des qualificatifs dans le genre je peux en trouver encore des caisses. Je ne me savais pas comme ça jusqu’à ce que je me décide enfin à m’ouvrir aux autres. En réalité, je me rends compte que jusqu’ici, enfin plutôt jusqu’à il y a deux ans, je ne me connaissais pas vraiment. J’avais ma petite vie tranquille, mes parents, mon frère, ma planche de surf et pas vraiment de problème existentiel. J’étais un gamin normal, un peu effacé et plutôt solitaire, mais normal. Je ne me posais pas vraiment de questions sur la vie, sur les gens, sur les relations en général. Ça commençait disons tout juste à se corser, je grandissais, mes yeux glissaient un peu plus sur les filles, j’avais de plus en plus d’énergie et la colère prenait naissance dans mes veines si bien que j’en venais même parfois à répondre à Derek lorsqu’il m’attaquait. Pas pour autant que j’avais le dessus, loin de là, parce que la plus part du temps ça le faisait rire, mais je sais aussi qu’il n’aimait pas ça du tout et que comme toujours, il ne laissait rien transparaitre. Tout pour sauver les apparences, toujours. Enfin à l’époque en tout cas.
Et voilà, il a fallu toutes ces merdes pour que je commence enfin à comprendre que j’allais changer, Loup ou pas. Je ne peux pas mettre de côté cet aspect, parce que sans lui je n’aurai pas été comme ça, mais il a réveillé des facettes de moi qui devaient être là pourtant, cachées sous la surfaces, et qui ne seraient peut être jamais sorties. Et ok … Je veux bien admettre que j’ai toujours été un peu pot de colle Rolling Eyes C’est comme ça quand j’aime les gens et qu’ils sont réceptifs à mon besoin d’affection, je m’accroche comme un coquillage à son rocher. Tout le monde a besoin de contact physique, pas moi plus qu’un autre – ou peut être – mais c’est juste que chez moi ça ressort plus facilement, visiblement. Enfin bref, tout ça pour dire qu’il n’y a pas que du négatif dans tout ça, loin de là. Certes je me suis rendu compte que j’étais capable d’avoir des réactions sans doute plus que discutables mais d’un autre côté je me rattrape en étant quelqu’un … d’attentif, je pense. C’est vrai que des fois je suis un peu à côté de la plaque, que je ne fais pas vraiment attention à ce qui m’entoure, mais s’il y a bien une chose dont je suis sur, c’est que je n’abandonnerai jamais mes amis et ma famille. Ils passent avant tout le reste, y compris moi. Et ces deux là en sont un exemple flagrant. Oui, oui, vous deux là, qui êtes entrain de parler de cette fille, de Takuma, de tout et de rien. Vous deux qui êtes entrain de rire pendant que je me perds dans mes pensées et que je vous regarde, un sourire absent sur les lèvres. Je ne sais pas si vous vous rendez compte mais à l’instant T vous me comblez de bonheur. Le courant passe – chose dont je n’ai jamais vraiment douté soit dit en passant mais sait-on jamais – et rien n’aurait pu me faire plus plaisir. J’écoute pas vraiment, je suis là sans être là, mais ça me va comme ça. Je profite de ce moment de calme, Kyle dans mes bras, et Sovahnn juste là, en face. Je me laisse bercer, je crois que je pourrais même m’endormir. Du sommeil j’en ai un paquet en retard, et très franchement, en arrivant au quatrième, j’aurai été prodigieusement incapable de me poser dans un coin et me relaxer. Ça n’est plus le cas, et ça fait du bien. Ce qui ne veut pas dire que je vais sombrer dans les bras de Morphée pour autant. Pas ici. Pas maintenant. Dans la nuit, éventuellement, mais pour le moment c’est … pas le moment justement. J’aurai l’air bien con si je m’écroulai là sur le sol. Remarque, peut être qu’ils ne s’en rendraient même pas compte, vas savoir. Hum, j’en doute, une masse comme moi qui tombe sur le sol ça fait du bruit. Et puis j’ai pas envie de dormir de toute façon. Y a mieux à faire pour occuper son temps.

J’ai fini par le lâcher, parce que franchement, je scotchais totalement. J’ai repris part à la discussion, plus ou moins, toujours un peu de loin, et puis on en a tous conclu qu’il était temps de foutre le camp d’ici ou en tout cas de passer à autre chose. Je me suis permis de prendre les devants et de leur proposer une alternative pour sortir d’ici parce que … un par un, ça aurait été un peu louche. Sova et Kyle ensemble, ça la mettrait elle dans le collimateur de ces crétins. Kyle et moi, mauvaise idée. Reste une dernière option, à mon sens la plus judicieuse puisque notre relation à nous deux n’est un secret pour personne. Nous voir sortir en même temps, ça fera fonctionner l’imagination de ceux qui nous verront s’il y en a Rolling Eyes Qu’est ce qu’un mec et une fille ont pu faire là dedans ? A votre avis ? Tout un tas de choses, diverses et variées, mais il y en a une qui vient spontanément en tête, c’est systématique.

« J’vais sortir avec Sova, c’est … plus prudent. »

Un regard vers l’un, un regard vers l’autre. Tout le monde à l’air d’accord. C’est là qu’il faut se dire au revoir alors, hum ? Pas envie. Alors je les laisse faire d’abord. Ils vont se revoir. On va se revoir, tous, c’est une évidence. Après tout, c’est pas comme si on était libres d’aller ou bon nous semble y a donc de forte chance qu’on se recroise … Enfin sérieusement, ça serait cool de pouvoir passer des moments tous ensemble. Chaque chose en son temps, je sais pas si je suis vraiment prêt à le partager … En tout cas pas maintenant, là, toute de suite, parce que …

« On se retrouve là haut ? On a une conversation à reprendre, et j’pense pas que tu l’ais oublié. En tout cas moi j’ai pas oublié. »

On va reprendre exactement là où on s’était arrêté, et va pas croire que c’est parce que je me tiens tranquille maintenant que ça sera le cas plus tard. Les effets de la Lune sont toujours là, malgré ce petit … interlude, et d’une certaine manière si je me suis calmé, mais pas de l’autre. Plus d’angoisse, juste … une irrépressible envie de te … Hum. J’vais y aller moi hein, sinon ça va partir en cacahuète. Pas que ça me dérange dans le fond, mais y a une dame dans l’assemblée. Pas non plus que j’ai peur de la choquer, disons plutôt qu’avoir un public ça me branche moyen, d’autant plus que ça m’étonnerait qu’elle ait envie de voir ça. Idem pour toi, pour ce qui est du public j’veux dire. Et on s’en fout, on va pas camper là de toute façon.

Tout ça, ce sont des mots que j’ai prononcé à voix basse dans son oreille, une main posé sur sa taille et l’autre dans ma poche, tranquille. Un dernier bisou pour la route, un clin d’œil et puis … Je l’ai abandonné, suivant mon amie de l’autre côté du miroir, jusqu’à atterrir un peu plus loin dans le couloir.

Je dois l’avouer, sortir d’ici avec Sovahnn et laisser Kyle derrière moi, ça m’a laissé comme un goût amer. Un goût amer qu’il a du partager, j’en suis presque convaincu. Ça n’a rien à voir avec elle, c’est juste que … On en revient toujours à ces conneries de devoir se cacher et ça fait chier de devoir en arriver là. C’est lui qui est dans ma vie de cette façon là, et en agissant comme on le fait parce qu’on n’a pas le choix, c’est comme si ça ne comptait pas. Ce qui bien sur est totalement faux, mais c’est comme ça. C’est un peu comme quand certains font des allusions sur ce qui pourrait y avoir entre Jamie et moi, ça m’énerve, pas parce qu’ils s’imaginent que je puisse avec être un autre mec, mais simplement parce qu’ils s’imaginent que je suis avec quelqu’un d’autre que Kyle. Sovahnn c’est encore autre chose, disons pas le même degré et surtout on en joue et ça nous amuse, mais dans les faits le résultat est le même. J’ai envie de leur crier d’aller se faire foutre, de prendre la main de Kyle et de leur faire comprendre que c’est ce gars là que j’ai dans la peau, qui partage mon quotidien, lui et personne d’autre. Eux s’en foutent, Jamie, Sovahnn, Elwynn ou même Cleo aussi probablement, mais j’en fais un truc personnel et pour moi ça compte. Ça me fait chier, c’est comme ça. Ce que Kyle pense de ça ? A vrai dire j’en sais trop rien. Il est bien moins cérébrale que moi. En fait, le château tout entier est moins cérébrale que moi je crois …

Passons ! On n’est pas là pour refaire le monde. Retrouvant donc mon sourire, je n’ai pas pu m’empêcher de passer mon bras autour des épaules de Sovahnn alors qu’on déambulait dans les couloirs, quittant le 4ème étage et regagnant les hauteurs plus par automatisme et nonchalance qu’autre chose.

« Alors, ça fait quoi d’être mon alibi officiel ? »

Et bam, un coup de coude gratuit. Evidemment que je savais à quoi je m’exposais, et évidemment que je ne suis pas sérieux même si d’un certain côté on ne peut pas nier que c’est le cas sans vraiment l’avoir cherché. Sovahnn n’est pas un alibi, c’est Sovahnn. C’est tout. Après, ce que pensent et voient les gens, ça n’est pas notre problème. Nous on sait, c’est tout ce qui compte. Hein ?

On a continué à zoner un peu comme ça, à refaire le monde, à parler de tout et de rien. Elle s’est moqué de moi, comme souvent, et comme souvent, j’ai répondu. Et puis … Ca été plus fort que moi. Dansant d’un pied sur l’autre, les sourcils froncés, le pouce vers l’arrière …

« Faut qu’je … J’ai … »

Pas que j’ai envie de la quitter mais, l’envie de le retrouve lui, insistante. J’aurai pu aller le retrouver, et emmener Sovahnn avec moi, après tout, mais … Une autre fois, sans problème, seulement là … Non. Elle a compris, et m'a fait comprendre de disparaître, non sans se foutre de ma gueule encore une fois. Je ne m’en formalise pas, loin de là, elle a toutes les raisons de le faire, j’en donne matière plus que de raison ça je le sais bien. Un bisou sur sa joue, et j’ai filé, comme une fusée au décollage. Est ce que je vais exploser en vol ? Possible, mais je prends le risque. Il ne m’a pas fallu longtemps avant d’arriver dans le recoin de couloir où on a pris l’habitude de se retrouver. Il était là, j’ai marqué une pause, m’arrêtant à quelques pas de lui, il a souri, ça m’a suffit.

Ils vécurent heureux - au moins pendant quelques heures - et tentèrent de faire plein d’enfants *out*

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roads Untraveled ▬ Sova / Kyle
» Hide & Seek {Kyle}
» Kyle XY
» Kyle Cumiskey
» ♣ Aaron Kyle Cooper • Être l'homme, ou le frère...[VALIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: ─ Passage derrière le miroir-
Sauter vers: