AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Little girls - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Little girls - Emily   Lun 16 Jan 2012 - 11:01

Se protéger efficacement ici, ça n’est pas forcément simple. Et sans magie, c’est largement pire. Pourtant, la jeune femme arrivait plutôt bien à se gérer jusque-là. Elle s’en était toujours sortie sans dommages même si elle avait passé son temps depuis le réveil à jouer avec le sort et à risquer sa peau en se moquant de tout. D’ailleurs, c’était ce dont elle avait besoin et elle ne risquait pas de changer sa manière de faire les choses. Non, elle n’allait pas se terrer dans un coin en espérant que ça passerait, parce que ça ne serait pas le cas. Et de toute manière, même si, oui, un jour, les Supérieurs étaient renversés et que Poudlard retrouvait son atmosphère d’avant, elle aurait encore perdu du temps, et, surtout, rien n’indiquait qu’elle vivrait jusque-là. Et Sovahnn n’avait pas encore accepté ça, se dire qu’elle avait perdu cinq ans de sa vie et qu’elle avait atterrit en terrain de guerre, et donc, qu’elle pouvait très bien ne plus avoir que quelques semaines à vivre. Non, elle ne pouvait le concevoir, mais qu’elle était en danger, ça, elle le savait parfaitement. Surtout qu’elle ne pouvait pas prouver qu’elle était bien sorcière, mis à part si on la mettait sur un balai. Et encore, elle ne savait même pas si ça marchait ou non avec les moldus. Après tout, l’enchantement venait peut-être plus du balai que du sorcier, et c’était peut-être pour ça qu’il n’y avait que là qu’elle savait faire quelque chose en rapport avec son statut de sorcière.

En fait, c’était bien ça le souci, elle n’avait rien d’une sorcière et avait toujours été élevée comme une moldue. Et puis, tout ce qu’elle aurait dû apprendre dans ses premières années avait été bousillé à cause de l’accident et de son coma. Alors elle ne savait pas trop comment gérer et même si la jeune femme faisait semblant de tout savoir et de tout connaître, elle n’en blufflait pas un seul et le savait parfaitement. Mais jusque-là, elle avait quand même eu la chance de tomber sur les bonnes personnes. Ou du moins sur une majorité. Pour le reste, elle avait su gérer et éviter les catastrophes, même si ça n’était qu’au dernier moment et qu’elle s’était retrouvée avec quelques coups violents d’adrénaline. Mais ça risquait de ne pas durer, elle avait de la chance, c’était tout. Et depuis qu’elle avait vu Rivers tomber devant elle, elle doutait que la chance reste à jamais de son côté. Jusque-là, elle aurait plutôt eu tendance à dire qu’il était le mec ici le plus capable de ne jamais plier sous les coups. Et d’ailleurs, il avait continué à faire comme bon lui semblait puisqu’il n’avait trahit aucun d’entre eux et avait mené les Supérieurs en bateau mais… mais il était tombé et avait faillis y passer après ça tellement la torture avait été violente. Et si lui pouvait succomber… alors elle, elle ne donnait pas cher de sa propre peau.

Savoir jouer et être bonne actrice, masquer sa peur et faire taire au mieux ses émotions, elle savait le faire, jusqu’à un certain point. Mais il suffisait de lui poser n’importe quelle question basique sur la magie et elle ne saurait rien répondre. Sa baguette lui était quasiment totalement inutile… en fait, elle pouvait lui servir… pour crever un œil à quelqu’un à la limite, mais jamais beaucoup plus. Et à la regarder, elle n’était pas capable de grand-chose physiquement, c’était clair. Bien sûr, la dernière fois elle aurait sans doute pu le tuer le Supérieur qui l’avait poussé à bout. Mais c’était un coup de chance, il ne l’avait pas vu venir et elle avait profité de la brèche. Bon, alors, bien sûr, elle avait eu quelques cours par Yoru pour apprendre à se défendre sans interventions magiques mais… mais elle n’aimait pas trop ce gars, en fait, certaines de ses réactions lui sortaient par les yeux, et ces derniers temps, elle l’avait plus évité qu’autre chose. Alors la jeune femme s’était retrouvée dans la salle de duel, seule, face à un punching ball, avec sa baguette inefficace à tenter de balancer des sorts …. Ou même d’allumer sa baguette, enfin de faire quelque chose, même le truc le plus infime, pour toucher ce sac de sable. Mais rien n’était sorti. Pourtant, elle reproduisait tout ce que lui avait enseigné Takuma, mais rien n’y faisait, ça ne sortait pas. Et lui, n’était pas là pour la calmer et l’inciter à se concentrer sans s’énerver et s’impatienter. Alors, forcément, elle n’arrivait à rien.

Grognant, elle en était au stade … énervement. Rageuse, elle balançait bien plus d’insultes à l’encontre du sac de sable plutôt que de sortilèges. C’est dire que l’envie d’attaquer ce foutu truc immobile était présente. Mais le reste ne suivait pas.

« Roh mais allé, fait quelque chose, saloperie de bout de bois incapable et… »

On ne saura pas. C’était un grognement d’exaspération qui avait terminé sa phrase tandis qu’elle ressortait tous les sorts qu’elle avait pu entendre ou lire, sans distinction de difficulté ou de faisabilité. De toute manière, aucun n’avait marché alors à quoi bon les sélectionner ?

Mais, oui, le sac avait bougé ! … De frustration, la belle blonde venait de lui balancer une magnifique droite. Au moins, ça, ça marchait. Enfin, avec un truc incapable de se défendre, ça marchait ! Et même si l’envie d’en claquer une nouvelle était bien assez forte pour que la jeune femme cogne le punching ball jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de force, ce ne fut pas ce qu’elle fit, puisqu’un grincement dû au pivotement des battants de la porte derrière elle s’était fait entendre. Sursautant, la belle s’était retournée pour se trouver face à un jeune homme qu’elle n’avait jamais vu. La porte, en réalité était en train de se refermer, et la jeune Poufsouffle en herbe n’aurait pu dire s’il était là depuis longtemps et avait décidé de signaler sa présence ou bien s’il venait juste d’entrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2753
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Dim 22 Jan 2012 - 18:28

Stefen errait dans les couloirs depuis un bout de temps déjà. Il s’ennuyait profondément à vrai dire. Dernièrement il trouvait que les moldus étaient un peu trop effrayés. Ils osaient moins sortir, moins se promener dans les couloirs ce qui rendait les possibilités de distraction bien plus minimes. Pourtant, le Serpentard n’aimait pas les cours, ni le Quidditch, à partir de là, si les autres n’y mettaient pas un peu du leur, il allait finir par mourir d’ennui. Oh bien sûr, il y en avait toujours quelques uns pour oser les affronter, eux, les Sang-Purs, les seuls êtres dignes d’intérêt. C’était toujours les mêmes d’ailleurs. Sa sœur par exemple. Emily. Une vraie peste celle-là. A vrai dire, même s’il pouvait se distraire parfois avec elle, au final, il aurait préféré qu’elle ne débarque jamais ici. Cette petite idiote n’était pas capable d’être discrète, toujours à se révolter, toujours à hurler, à s’agiter dans tous les sens. Il ne cessait d’entendre parler d’elle, et de son ami aussi là, Cassidy ou quelque chose comme ça. Lui, s’il le croisait, il prendrait un malin plaisir à le torturer. Non seulement cela calmerait ses nerfs mais en plus, cela donnerait une bonne leçon à sa sœur. Elle devait apprendre la vie, elle devait comprendre que ce lieu n’était pas le sien, que son statut de cracmolle faisait d’elle un rebus de la société et que si elle s’écrasait pas rapidement, elle risquait de souffrir et pas que physiquement. Pourtant, malgré la haine grandiose qu’il exprimait envers Emily, malgré le malin plaisir qu’il prenait à pousser ses camarades à la faire chier, elle et ses compatriotes, quelque chose d’étrange opérait en lui. Chaque fois qu’il se trouvait en face d’elle, la formulation des sorts lui semblait délicate, c’était comme si une barrière inexplicable l’empêchait d’exprimer toute sa haine, de se défouler sur elle. Il ne comprenait décemment pas pourquoi. Certains diraient que c’était parce qu’elle était de sa famille mais cette idiote avait fait honte à leur sang, elle avait fait passer leur famille pour indigne. Les Anthon étaient très réputés chez les Sang-Purs mais l’arrivée de la petite dernière, leur réputation avait pris un sacré coup. Lui-même devait faire face à des critiques à Poudlard, certains lui expliquant qu’avec la sœur qu’il avait, il y avait sans doute des mensonges sur la qualité de son sang, qu’il devait y avoir une faille dans sa généalogie. Même si ces moqueries n’étaient pas généralisées et qu’il avait du soutient chez certains, il n’en pouvait plus. Cela ne faisait que renforcer son avis comme quoi Ems n’aurait jamais dû naître, qu’il était légitime qu’il s’énerve sur elle, qu’il lui lance des sorts, qu’il rit face à ses larmes. Mais non seulement elle ne lui donnait jamais le bonheur de craquer face à lui, mais en plus, il n’arrivait jamais. Jamais. Il se souvenait parfaitement de la fois sur le terrain de Quidditch avec Cassidy où elle s’était interposée… Il n’avait alors pas pu. Elle avait eu raison de croire qu’il ne pourrait pas être si violent avec elle qu’avec un parfait inconnu, pleinement moldu. Stefen poussa alors un long soupir. Il en avait marre de penser trop souvent à cette insignifiante gamine. Parfois même pendant les rafles il se surprenait à avoir peur qu’elle ne meurt, se ravisant bien sûr juste après. Bon… S’il continuait à ruminer ce genre de penser, il allait clairement devenir fou. Le métis décida donc de prendre la direction du club de duel, c’était sans doute le seul endroit où il pourrait se détendre, où il pourrait évacuer toute la pression. De bons petits sortilèges, rien de mieux pour se défouler… Le jeune homme s’y rendit donc à grandes enjambées, croisant au passage quelques insignifiants de première année qu’il défia du regard. Rien que ça suffit à les effrayer ce qui fit naître un sourire jubilatoire sur son visage. Il adorait ça. Sentir qu’il avait du pouvoir, que rien que sa présence pouvait fuir ces petits insectes. Même si certains d’entre eux appartenaient peut être à de grandes familles ils n’étaient de toute façon pour l’instant que de minables petits êtres qu’il pouvait regarder de haut, qu’il pouvait secouer un peu. Après tout cela faisait partie de la formation, c’était une sorte de rite de passage. Lui aussi était passé par là même si au début de sa scolarité le régime en place ne poussait pas à une peur aussi violente qu’actuellement. Mais ça c’était une autre histoire, son passé. Toujours était il que le sorcier arriva bientôt devant la porte du club duel.

Stefen poussa alors la porte, l’esprit léger, persuadé qu’il allait enfin pouvoir se divertir, transmettre toute son énergie dans une bonne séance d’entraînement, tranquille, isolé du monde. Mais, à sa grande surprise, il y avait déjà quelqu’un dans la salle. D’ailleurs, une personne qu’il n’appréciait pas vraiment. En temps que bon Serpentard, il était pas mal renseigné sur les élèves, du moins sur ceux qui attiraient l’attention que ce soit pour leur grandeur ou, à l’extrême opposé, leur incapacité à maîtriser la magie. La jeune femme qui était en face de lui, bien qu’il ne se souvenait pas de son nom, appartenait à la seconde catégorie. Il en avait pas mal entendu parler par ses camarades. Cette fille devait avoir 17 ou 18 ans mais était toujours en première année. Elle n’était pas capable d’aligner un sortilège. Il avait d’ailleurs pu le constater de ses propres yeux quand il la vit frapper avec rage dans le sac de frappe qui servait à la base de réceptacle aux sorts d’attaque. Un sourire sarcastique se dessina alors sur les lèvres du jeune homme. Ses yeux d’un noir profond n’exprimaient en rien un air engageant, tout comme ses traits presque creusés.


« Bah alors ma petite… Pas capable de faire un petit sort. C’est triste d’être la risée de toute l’école quand même. Te voir dans une telle détresse me ferait presque pitié. »

Dans le genre méprisant, Stefen s’était surpassé sur ce coup. Il n’aimait pas les gens dans ce genre là. Il les haïssait profondément. Quelque part cette fille ressemblait un peu à sa sœur : elle avait du sang de sorcier dans les veines et pourtant elle était profondément incapable de se servir de la magie. Pitoyable, méprisable. Il n’y avait strictement aucun autre qualificatif qui lui venait à la bouche. Il sentit alors une certaine dose d’adrénaline l’envahir. Oui, il avait envie de faire sortir toute cette énergie, il en avait besoin. Un air sadique se peignit alors sur son visage. S’il lui arrivait parfois d’avoir des scrupules quand il s’agissait de sa sœur, face à une parfaite inconnue, la question ne se posait pas une seule seconde. Le Serpentard sortit donc sa baguette et la pointa vers la demoiselle, un sourire malveillant aux lèvres. Oh il n’était pas un grand fan de la torture comme les Supérieurs, lui ce qu’il aimait c’était faire prendre conscience à ces gens de leur infériorité et pour ça, il avait de multiples méthodes. Mais là une d’entre elle semblait clairement devoir s’imposer.

» Qu’est ce que tu dirais d’un petit duel ma grande hein ? Qu’on s’amuse un peu ? Après tout, tu es là pour pratiquer, non ?»

Sans même attendre la réponse, Stefen lança un sort d’attaque sur la jeune femme. Un simple rictusempra, un sort basique. C’était justement là le but de toute sa démarche, faire dans la simplicité et pourtant, prouver à cette idiote qu’elle n’avait pas sa place ici et qu’elle n’avait qu’une seule et unique chose à faire : s’incliner devant lui. Il jubilait de l’intérieur, c’était le bonheur pour lui. Il aimait son statut, il aimait être un Anthon. Un vrai Anthon, fier de son sang, de ses origines et de ce pouvoir héréditaire.


De son côté, Emily était un peu fatigué. Elle avait eut quelques ennuis la nuit dernière. En effet, comme à son habitude la jeune femme avait eu quelques difficultés de sommeil alors elle avait eu la mgnifique bonne idée de partir en escapade nocture. Seulement voilà, cette fois ce n’était pas vraiment passé inaperçu. En effet, alors qu’elle errait tranquillement dans les couloirs, profitant de ce petit instant de quiétude. Car bien que le château soit très surveillé la nuit, Ems adoré s’y promener justement parce que du coup, personne n’osait troubler le calme qui y régnait. Elle aimait avoir l’impression que lieux lui appartenait. Après tout, bien qu’elle avait clairement envie de sortir d’ici au plus vite, elle avait tout de même rêvé pendant toute son enfance de venir ici. Bien qu’elle haïssait profondément sa famille, qu’elle avait un bon nombre de fois prié pour être née dans une famille de moldue, il n’en restait pas moins qu’elle avait un respect absolu pour la magie en elle-même, une fascination sans borne qui la poussait aisément à la rêverie. Aussi, maintenant qu’elle était enfin dans le lieu de tous ces rêves enfantins, elle avait bien envie d’en profiter un minimum. Seulement ce soir-là, absorbé dans la contemplation de l’architecture des lieux et dans divers rêvasseries, elle s’était faite surprendre. Des bruits de pas l’avaient alertée mais un peu trop tard et elle s’était retrouvée embarquée dans une course poursuite infernale dans le Château. Heureusement pour elle, chose qu’elle n’aurait jamais pensé dire, elle n’avait pas été la seule à s’embarquer dans un petit voyage nocturne. Alors qu’elle usait de toute son acuité physique et mentale pour échapper aux Supérieurs elle s’était retrouvé nez à nez avec un sorcier de Poufsouffle. Caem. Emily ne le connaissait pas énormément. Tout ce qu’elle savait de lui c’était qu’il était plutôt mignon et qu’il aimait les moldus. Qu’il était loin de partager l’idéologie alors au pouvoir. Ils s’étaient tous les deux croisés quelques fois dans le Château, avait un peu parlé et depuis, ils entretenaient une relation amicale, certes peu poussée mais cordiale et agréable. Bref, le russe avait tout de suite compris que la demoiselle était en détresse. Aussi, il utilisa un rapide sort pour ouvrir un passage dans le mur, ils se faufilèrent pour arriver dans un couloir périphérique et quand le Supérieur arriva, ils avaient disparus. Il partit à la recherche d’Emily mais aidé par le Poufsouffle, elle parvint à survivre et retourner se coucher sans encombre. Cette aventure l’empêcha tout de même de dormir calmement et le manque de sommeil accumulé se faisait sentir en cette journée d’avril…

Aussi, alors que comme souvent elle partait à la découverte du Château, la cracmolle fonctionnait au radar. Seulement elle savait très bien qu’elle ne pourrait pas trouver facilement un endroit agréable pour dormir un coup. Il faisait encore trop frais et humide dehors pour qu’elle fasse la sieste sur l’herbe. Aussi, elle priait pour que dans le Château, il y est au moins une petite salle de vide. Se déplaçant donc discrètement, elle ouvrit plusieurs portes mais chaque fois il y avait de l’activité ce qui lui valut d’ailleurs à plusieurs reprises des insultes. Elle était donc partie plutôt précipitamment, n’ayant pas trop envie de se faire torturer par un imbécile heureux. Après de longues minutes de recherche, elle se trouva devant la porte de la salle des duels. Elle connaissait cette pièce parce qu’à force d’errer dans l’école, elle commençait à avoir vu beaucoup d’endroits et donc à tout connaitre, comme si c’était chez elle alors qu’elle ne s’était jamais sentie aussi étrangère à un endroit qu’à cette période de sa vie. Seulement, alors qu’elle voulu d’abord écouter à travers la porte pour vérifier qu’il n’y avait personne ne voulant pas subir la même mésaventure que précédemment, une voix attira son attention. Une voix qu’elle connaissait parfaitement bien. Celle de son frère. Et à en juger par les bribes de paroles qu’elle entendit et le ton que Stefen prenait, il n’était très certainement pas en train de discuter amicalement avec un ami. Poussée par la curiosité et son petit côté justicière, Emily ouvrit la porte, se faufila et la referma derrière elle, volontairement de manière sonore. Elle arrivait pile à temps pour voir son frère lancer un sort sur une jeune fille qu’elle ne connaissait pas. Elle l’avait peut être croisée dans les couloirs mais il y avait pas mal de monde dans cette école, elle ne pouvait donc décemment pas connaitre l’identité de tout le monde. Toujours était-il que son frère semblait avoir quelque chose contre elle, ce qui leur faisait au moins un point commun. D’un ton sec et agressif, Emily prit alors la parole.

« Je peux savoir à quoi joue l’imbécile de la famille ? »

Car oui, même si elle n’avait pas de pouvoir, Emily refusait de se considérer comme inférieure à son frère. Loin d’elle cette idée. Elle n’avait pas vraiment les mêmes critères que les membres de sa famille et de toute façon, ce n’était pas la peine d’être brillant pour ce rendre compte que ce n’était qu’un con fini. C’était son frère certes et elle savait que jamais elle ne lui ferait réellement du mal parce que quelque chose l’en empêchait, parce que contrairement à ses parents il n’avait fait que suivre la voie qu’on lui indiquait. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle pouvait le supporter et qu’elle pardonnait ses écarts de conduite. Bien au contraire. Et elle comptait bien user de l’influence qu’elle avait sur lui pour l’empêcher de toucher à cette fille. Qu’importe qu’elle soit ou non capable de se défendre seul, Emily était impliquée à partir du moment où elle était une Anthon. Pas fière certes mais elle en était une et Stefen allait devoir l’affronter s’il voulait continuer à jouer le pseudo-méchant-terrifaint.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Dim 29 Jan 2012 - 19:19

Essayer sans relâche de faire quelque chose sans jamais y arriver, savez vous à quel point c’est frustrant ? Il s’avérait qu’à force, la jeune femme était juste excédée de n’arriver à rien et qu’elle enrageait toute seule face à son foutu sac de sable. Parce qu’elle avait beau essayé sans relâche, ça ne servait manifestement à rien, et pourtant, elle avait sérieusement besoin d’être capable de se défendre, surtout qu’elle pouvait très bien passé pour une non magicienne avec ces conneries là. Et que dans ce cas là, elle aurait encore plus besoin d’être à même de savoir se protéger seule. Parce que, jusque là, elle avait toujours eu de la chance. Elle savait très bien passer entre les mailles du filet et l’avait déjà prouvé sans trop de problème, et quand elle n’arrivait pas à s’échapper, il y avait eu quelqu’un pour l’aider à chaque fois. Elle n’était pourtant pas du genre à éviter les problèmes, au contraire, elle allait vers et les provoquait souvent parce qu’elle se jugeait toujours assez capable de s’en sortir. Mais ça n’était pas vrai et, quelque part, sa raison le savait. Et il y allait avoir un jour où elle aurait beau se débattre, ça ne marcherait pas, et la magie ne l’aiderait que si elle paniquait complètement ou qu’elle laissait la rage et l’amour brisé la prendre totalement et faire exploser tout son univers. Il suffisait juste qu’on la blesse assez pour qu’elle ait l’impression que tout s’écroule, et que, donc, autour d’elle, le monde s’effondre en effet. Sauf qu’il n’y avait rien de plus dangereux, elle le savait, Logan lui avait déjà fait la réflexion, surtout qu’elle ne savait rien contrôlé quand ça partait et qu’il n’y avait aucune raison pour que ça ne se retourne pas contre elle. Enfin bref, elle avait déjà eu chaud plusieurs fois et les cours de Yoru l’avaient certes musclée et lui avaient permis de connaître quelques trucs pour se défendre, mais à présent, elle ne le voyait plus et de toute manière, elle était parfaitement consciente que ça ne suffisait pas.

A bout de patience, la jeune femme avait fini par balancer un coup de poing dans le sac de sable pour se retourner presque immédiatement, se rendant compte d’une présence derrière elle.

« Bah alors ma petite… Pas capable de faire un petit sort. C’est triste d’être la risée de toute l’école quand même. Te voir dans une telle détresse me ferait presque pitié. »

« Retiens-toi alors ! »

Le regard de la jeune femme était parti se figer directement dans celui du nouvel arrivant. On peut savoir d’où il sortait et ce qu’il avait à foutre de ce qu’elle pouvait bien être et faire de sa baguette hein ? Et en prime, personne ne lui avait jamais dit être la risée de l’école, mis à part quelques cons qui l’avaient déjà vannée sur le fait qu’elle soit en première année. Et encore, ça n’arrivait plus vraiment puisque, de toute manière, elle n’allait plus au cours, trop énervée de se retrouvée avec des mômes. Oui, elle avait sa fierté et le fait que des gosses en sachent beaucoup plus qu’elle avait tendance à lui faire passer mauvaise journée sur mauvaise journée.

Mais, alors, le regard du jeune homme changea. Fronçant les sourcils, la jeune femme se fit la réflexion qu’elle le sentait très mal ce petit regard de tirant en jupette. L’instant d’après, il sortait sa baguette, un sourire mauvais accroché aux lèvres, et, elle, qui tenait la sienne sans vraiment y croire, se demandait pourquoi elle n’était pas plus prêt. Non, elle n’avait pas réellement plus de chance de s’en sortir en étant proche, mais, au moins, elle pourrait toujours avoir la joie de lui foutre un coup, même si ça ne serait qu’une très mauvaise idée de plus.

» Qu’est ce que tu dirais d’un petit duel ma grande hein ? Qu’on s’amuse un peu ? Après tout, tu es là pour pratiquer, non ?»

« Nan, ça c’est .. »

Pas nécessaire ...

Elle avait dit ça d’un air dégagé, mais en réalité, elle cachait ses craintes, consciente qu’elle était parfaitement à sa merci. Et elle détestait ça. Pas d’Enzo en vu, ni même un quelconque vampire au fond sympathique ni même… Ouais, nan, lui, ça ne sert à rien d’y penser. De toute manière, la jeune femme n’avait pas eu le temps de faire la fille blasée et absolument pas effrayée qu’elle vu déjà un sort pointer au bout de la baguette de l’homme. Avant même d’avoir eu le temps de finir sa phrase et de serrer les dents, la jeune femme s’était trouvée balancer à l’autre bout de la pièce, retombant douloureusement au sol, tout en ayant la désagréable impression d’être recouverte d’une bande de fourmis ayant décidé de lui faire des chatouilles (mixte bouquin/film, c’est bien aussi). Déjà, la jeune femme se relevait, refusant de rester au sol, arborant un petit sourire. Oui, il en faudrait quelques uns avant qu’elle arrêt de faire comme si la situation la faisait rire et, au pire, l’emmerdait au plus haut point. A l’instant où elle avait retrouvé sa position verticale, la porte de la salle claqua dans un bruit sec et sonore.

« Je peux savoir à quoi joue l’imbécile de la famille ? »

Imbécile de la famille. Elle devait donc avoir un lien de sang avec lui, et pourtant, la nouvelle arrivante ne semblait pas hostile à la jolie blonde, mais bien à son tortionnaire du moment.

« À affirmer un besoin de supériorité mal placé. La plupart du temps, ce genre de complexe est dû à des soucis d’ordre sexuel. Alors ; précoce, impuissant ou juste incompétent ? »

La jeune femme avait glissé sa baguette dans son jean, sachant très bien qu’elle ne lui servait à rien, mais tout en regardant bien en face le Serpentard. Maintenant qu’elle y pensait, elle l’avait déjà vu pendant qu’elle faisait quelques soirées avec Alec, à traîner et s’éclater dans leur salle commune. Et, non, définitivement, non, il n’aurait pas ce qu’il voulait.

« Sinon, t’es apparentée avec lui ? … C’est dommage… »

Cool, tu règles les problèmes de famille, et j’y vais moi hein !

Oui, parce que là, tout ce que voulait la jeune femme, c’était partir, sauf qu’elle ne donnerait pas à l’autre con la satisfaction de la voir fuir mine de rien en passant derrière sa sœur puisque c’était ce qu’elle était en réalité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2753
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Jeu 2 Fév 2012 - 22:28

Stefen avait failli péter une durite quand il avait entendu la porte se fermer dans un claquement sec. Au son il comprit tout de suite que ce n’était pas forcément quelqu’un qui viendrait le féliciter qui était entré dans la pièce. Un mauvais pressentiment avait grandit en lui, l’idée que la personne qui allait bientôt se trouver dans son champ de vision allait le faire profondément chier. Bingo ! Il avait eu raison sur toute la ligne. Car c’était bien une emmerdeuse qui venait de pousser la porte. Pas n’importe quelle emmerdeuse d’ailleurs, la pire de toute. Sa sœur, Emily. Il porta alors toute son attention sur elle, oubliant pendant quelques instants la jeune femme qu’il avait carrément envoyée valser à l’autre bout de la pièce. Cette demoiselle qui d’ailleurs n’avait pas su se défendre, qui avait juste été capable de profaner quelques mots de protestations et encore, elle n’avait même pas pu finir sa phrase. Une minable. Voilà maintenant qu’il y avait deux minables dans cette pièce. A croire que ce petit moment de détente qui s’annonçait pourtant si bien risquait fort de finir en moment des plus désagréables. Rien que dans les traits du visage de sa sœur, dans l’expression qui pouvait aisément s’y lire, le jeune homme sentait qu’elle n’était pas spécialement contente. S’il y avait une chose qui l’agaçait particulièrement chez sa sœur, un côté de sa personnalité qui s’éveillait surtout depuis son arrivée ici, c’était son envie de toujours défendre la veuve et l’orphelin. Ce n’était pas parce qu’elle appartenait à la classe de ces moins que riens qu’elle était obligée de s’en revendiquer aussi fièrement et de s’occuper de tout le monde. Elle semblait décider à ne pas lui lâcher la grappe. Apparemment, il ne pouvait pas être pépère sans qu’elle vienne fourrer son nez dans ses affaires. De plus, lorsqu’elle ouvrit la bouche, Stefen se crispa violemment sur sa baguette. Non mais pour qui elle se prenait ? Elle trouvait cela normal de l’insulter comme ça, en public ? Qu’elle lui envoie des pics quand ils étaient tous les deux, passe encore, après tout, il avait l’habitude. Mais il était l’aîné, le seul digne de leur sang, elle lui devait le respect, elle ne pouvait pas se permettre de se prendre pour une grande comme ça. Il devait lui rappeler le respect à cette grande bouche.

« Je crois que la honte de la famille ferait mieux de se taire avant que je lui remette les idées en place. »

Stefen était fou de rage. Et l’autre andouille ne fit rien pour arranger les choses. En effet, la petite minable de service lui balança une réflexion comme quoi son comportement devait être dû à un souci d’ordre sexuel. Non mais pour qui elle se prenait celle-là… Il allait lui faire comprendre de quel bois il se chauffait. Hors de question qu’il se laisse ainsi marcher sur les pieds par deux gamines insupportables…

Emily pour sa part, était assez fière de sa petite entrée. Certes elle était arrivée trop tard pour éviter tout dommage à la jeune femme qui avait tout de même été projetée à l’autre bout de la pièce. Seulement elle se releva assez vite ce qui la rassura. Stefen n’avait du utiliser qu’un sort léger pour commencer. Tant mieux. Lorsque son frère l’assimila à la honte de la famille, la cracmolle se contenta de hausser les épaules de manière désinvolte. Elle s’en fichait totalement de ce qu’il pouvait bien penser d’elle. Vu que tout ce qu’il était capable de faire c’était de s’en prendre à des personnes n’ayant pas de magie en eux, ne pouvant donc pas riposter, être à armes égales avec lui. Un lâche, un vrai comme on en trouvait beaucoup dans le coin dernièrement. Qu’il se pavane, il ne ferait pas le malin longtemps. Elle avait bien l’intention de lui faire comprendre qu’il ne pouvait pas mener sa propre loi ici, qu’il n’avait pas les pleins pouvoirs, contrairement à ce qu’il semblait croire. Seulement, apparemment elle ne serait pas seule dans ce combat. La jolie blonde que son frère avait décidé de prendre pour cible, lui lança une remarque des plus acerbes. Emily ne pu se retenir et éclata littéralement de rire ce qui ne sembla pas plaire du tout, mais alors vraiment pas du tout à son frère. Cela ne calma pas son hilarité pour autant. Cette fille avait une bonne répartie en tout cas. Rien que pour ça, elle lui plaisait bien. Elle adorait tenir tête à son frère et lui faire comprendre qu’il n’était pas le roi de l’univers, alors si en plus elle avait une alliée dans cette lutte, c’était plutôt pas mal. La demoiselle lui demanda alors si elle avait un lien de parenté avec Stefen ce qui semblait plutôt évident. C’est alors que les deux jeunes gens répondirent exactement en même temps, ce qui était plutôt surprenant vu le peu de synchronisation et de compréhension qu’il y avait habituellement entre eux.


« -C’est mon frère.

-C’est ma sœur. »

Après avoir constaté qu’ils avaient parlé en même temps, les deux compères se jetèrent un regard assassin. Mais Emily ne comptait pas en rester là. Elle alla alors se placer au niveau de la jeune fille. Elle se mit devant elle, de façon à bloquer le chemin à son frère. Juste avant cela elle lui avait adressé un clin d’œil et un grand sourire. Elle n’avait pas peur de Stefen, il le savait très bien. Il ne pouvait rien faire contre elle. Il n’oserait pas, trop trouillard pour ça. Et puis, Ems trouvait la proposition de la jeune fille plutôt adaptée. Son frère ne devait pas réussi à séduire… Pourtant, avec tout l’irrespect qu’elle avait pour lui, elle ne pouvait pas dire que son frère était laid. Il avait le type asiatique, tout comme elle, une morphologie fine, allongée. Non c’était un plutôt beau garçon mais Emily ne voyait en lui que le gamin incapable de s’émanciper de ses parents. Juste bon à faire le toutou obéissant. Et on ne pouvait pas vraiment dire que c’était le genre de chose que la jeune cracmolle appréciait. Aussi, défiant son frère du regard, elle décida de reprendre la parole.

« Bon Stefen maintenant débarrasse le plancher. T’as pas quelque chose d’autre de mieux à faire, franchement ? Un si bon sorcier que toi, hein ? »

Emily avait dit cela avec un petit sourire insolant, sur le coin des lèvres. Elle n’avait décidément pas peur de son frère, ce qui agaçait ce dernier au plus haut point. Stefen la menaça alors de sa baguette, la fixant avec sévérité. Ems le regarda droit dans les yeux mais ne cligna pas pour autant. A vrai dire, elle savait très bien qu’il finirait par tourner les talons et s’en aller, ce n’était qu’une question de temps, elle en était sûre. Finalement, après un long moment de silence pendant lequel les deux Anthon se dévisageaient d’une manière pas des plus sympathique, le frère aîné fini par abaisser sa baguette. Il prit alors la parole d’une voix sèche, s’adressant à la jeune fille qu’il avait attaquée juste avant.

« Fais gaffe toi ! Je t’ai à l’œil ! Crois pas que tu es sauvée juste parce que mon idiote de sœur a fourré son nez dans mes affaires… »

Stefen tourna finalement les talons et sortit de la pièce, ferma la porte d’une manière légèrement exagérée et théâtrale. Si Emily avait pu elle lui aurait sans doute décerné le prix du plus grand poltron de cette école. Il parlait beaucoup mais finissait bien souvent pas se dégonfler. Elle savait cependant que son frère n’était pas un sorcier de pacotille et que s’il le voulait, il pouvait être à l’origine de pas mal de dégâts. Mais elle savait aussi que le fait d’avoir toujours tout eu facilement, d’avoir été le chouchou des parents pendant si longtemps lui avait donné l’habitude d’avoir tout, tout de suite. Il ne savait pas se battre, n’était pas habitué à côtoyer la combattivité ce qui lui jouait pas mal de tours. Tout le contraire de sa sœur en vérité. Mais ça, ça se voyait dès le premier regard que ce soit dans leurs vêtements, leur façon de se tenir ou bien leur façon de parler. Bref, très différents et pourtant liés par le sang. Toujours était-il qu’il venait de vider les lieux. Emily se tourna donc vers la demoiselle, souriant toujours.


« Enchanté, Emily. J’espère qu’il ne t’a pas trop emmerdée… Franchement si t’as un problème avec lui, viens me chercher ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Dim 19 Fév 2012 - 12:45



« Je crois que la honte de la famille ferait mieux de se taire avant que je lui remette les idées en place. »

Une très bonne entente dans la famille manifestement. Que des personnes adorables dotées d’une capacité de soutient mutuel absolument hors norme. Non, sérieusement, ça ne devait pas être très sympa d’avoir ce genre de relations avec son frère. La jeune Poufsouffle se demanda soudain comment ça se passerait entre elle et le sien si elle le retrouvait à présent. Ça n’était pas le moment de penser à ça bien sûr. Non, il aurait plutôt fallu qu’elle cherche un moyen de se sortir de cette situation un poil merdique. Mais elle n’y pouvait rien, en voyant le frère et la sœur se taper dessus ainsi, elle ne pouvait s’empêcher de se voir avec son frère pendant une certaine période. Avant qu’elle n’ait son accident, ça commençait à changer, ils se rapprochaient doucement, timidement. Mais il y avait un mieux. Elle devenait adolescente pourtant, et ils auraient sans doute recommencé bien vite à se taper dessus, ou sinon ils auraient enfin eu de ces relations fusionnelles qui lui donnaient tellement envie quand elle les voyait dans d’autres familles. Mais à présent, qu’est-ce que ça donnerait ? Elle avait peur qu’il ait déconné depuis tout ce temps, qu’il se soit empiré, mais, de toute manière, elle imaginait le pire à chaque fois qu’elle pensait à sa famille. Et puis, qu’est-ce qu’il dirait du fait qu’elle était une sorcière ? Ça, il l’avait appris en même temps qu’elle, au moment où leurs parents s’étaient engueulés. Ils étaient restés comme des cons l’uns à côté de l’autre, lui, c’était même étonné de voir que personne ne s’inquiétait et ne l’engueulait à cause du fait qu’il était parti tard dans la soirée et n’avait pas prévenu. C’était passé inaperçu, et sur le coup, il lui en avait voulu, elle le savait, et puis, il s’était amusé, croyant que c’était elle qui allait recevoir les foudres de leurs parents. Mais non, les foudres avaient fait des allers retours au sein du couple et le garçon n’avait fait que regardé, tout comme il n’avait pas bougé quand son père avait pris sa sœur en hurlant que ça débloquait. Et quand il avait voulu le prendre lui, eh bien il était partit, hurlant que personne n’avait d’ordres à lui donner ici et il avait disparu. Enfin, c’était comme ça que Sovahnn se souvenait de la scène.

Et si… C’était toujours ça qui revenait quand elle repensait à cette journée. Et si…

« Bon Stefen maintenant débarrasse le plancher. T’as pas quelque chose d’autre de mieux à faire, franchement ? Un si bon sorcier que toi, hein ? »

La jeune femme s’était retrouvée derrière la nouvelle arrivante, et si elle n’appréciait pas ça, elle ne s’était qu’à moitié décalée, pas certaine que jouer sa fière arrange les choses, même si ça la titillait sérieusement à cet instant précis. Et puis, finalement, les deux s’étaient affrontés du regard et, là, elle s’était bougée, pour mieux observer la scène et avoir un peu moins l’impression de se planquer derrière une parfaite inconnue, chose qu’elle n’aimait pas beaucoup. Les deux regards noirs avaient menés un duel silencieux et, au final, le Serpentard avait renoncé et baissé sa baguette avant de se retourner vers elle.

« Fais gaffe toi ! Je t’ai à l’œil ! Crois pas que tu es sauvée juste parce que mon idiote de sœur a fourré son nez dans mes affaires… »
« C’est ça…. Bonne journée ! »

Petite réflexion bourrée d’ironie. Non, il ne lui faisait pas peur, même s’il devrait. Mais si la jeune femme avait peur de tous ceux qu’elle croisait, elle ne pourrait jamais s’en sortir. Et ça faisait un moment déjà qu’elle avait eu le droit à un certain nombre de menaces. Et, oui, elle faisait des cauchemars la nuit quand on subconscient reprenait le contrôle et elle mourrait de trouille de se trouver un jour à la place de Logan Rivers qu’elle avait vu se faire torturer devant elle, et elle crevait de peur de se trouver de nouveau à la merci d’un certain supérieur et angoissait à l’idée de ne pas être capable de se défendre et qu’un jour, tout dérape, son assurance avec. Mais elle avait perdu assez de temps dans sa vie pour laisser ses craintes l’empêcher d’avancer. Le jeune homme avait fait demi-tour et quitté la pièce. Et elle savait que, de toute manière, puisqu’elle allait souvent chez les Serpentards, elle le reverrait, c’était assuré. Pour la suite, elle verrait à ce moment là. Avec un petit sourire, elle s’était donc retournée vers la sœur du garçon.

« Merci ! »


« Enchanté, Emily. J’espère qu’il ne t’a pas trop emmerdée… Franchement si t’as un problème avec lui, viens me chercher ! »

« Ça va, j’ai vu pire, t’en fais pas. Sovahnn ; plus que ravie de te rencontrer ! »

Oui, elle avait vu pire, mais pendant ces ‘pires’, elle avait trouvé une faille pour s’échapper en courant et elle avait toujours eu de la chance, tout comme aujourd’hui, encore, elle avait eu du pot. Heureusement, car, là, elle ne voyait pas trop comment elle aurait pu s’en sortir. Il était entre elle et la sortie, ce qui réduisait sérieusement le champ de fuite.

« C’est vraiment ton frère ? Nan parce qu’on peut se poser des questions. Laisse-moi deviner : pas douée en magie ? Voir pas magique du tout en fait ? »

Aucune baguette ne dépassait de ses poches, c’était pour ça que la jeune femme disait ça.

« C’est quoi son problème sérieux ? Ça sort d’où ce besoin d’être face à quelqu’un doué en magie pour le considérer comme un égal ? ça m’échappe.. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2753
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Ven 24 Fév 2012 - 1:08

La petite réflexion de l’inconnue face à la menace de Stefen avait beaucoup fait rire Emily. Décidément celle-là, elle n’avait pas froid aux yeux. Alors certes elle s’était retrouvée dans une situation délicate face à son frère mais elle semblait avoir le caractère bien trempé ce qui renforçait la cracmole dans l’idée qu’elle avait bien fait d’intervenir. Bah oui, elle aimait bien les gens qui avaient la niaque en général et elle était donc d’autant plus contente d’avoir pu rendre service à quelque comme ça. Bon c’est sûr que dit comme ça, ça pouvait paraître idiot mais c’était une façon comme une autre de se dire qu’elle n’avait pas fait un truc totalement stupide et que si elle avait pris quelques petits risques, c’était clairement pour une bonne cause. Et puis de toute façon, elle n’avait pas se priver d’une bonne occasion de remettre son frère à la place. Ce dernier lui semblait encore plus imbu de sa personne depuis qu’elle l’avait vu dans l’enceinte du château ce qui le rendait d’autant plus insupportable. Ses envies de lui broyer le crâner et de lui coudre la bouche étaient de plus en plus présentes mais jusque là elle se retenait. Tout simplement parce qu’elle parvenait encore à avoir de l’influence sur lui et qu’il avait beau faire le fier, jusque là, il n’avait jamais réellement osé lui faire de mal. Il se la pétait pas mal mais dès qu’il s’agissait de passer à l’action, il semblait se dégonfler comme un vulgaire ballon de baudruche. C’était sans doute ce qui faisait qu’elle pouvait encore le considérer comme un être humain. Seulement l’écossaise n’était pas dupe et se doutait bien que cela ne durerait pas éternellement. Son frère avait très certainement une stupide image à préserver ici et si le bruit courait qu’il n’était pas capable de lancer le moindre sort quand il se trouvait en face de sa sœur, il risquait fort de passer pour le plus ridicule des poltron. Un moment ou un autre il allait devoir se ressaisir, se montrer violent. Ems se préparait à ce moment en silence, priant pour qu’il n’arrive pas trop vite. Elle nourrissait certes une certaine rancœur envers son frère mais elle avait aussi quelques souvenirs joyeux avec lui. Encore un dilemme. Décidément, parfois elle regrettait vraiment que les choses ne puissent pas être aussi simples que dans les dessins animés pour enfants avec les gentils d’un côté et les méchants de l’autre… Cela lui simplifierait clairement la vie… Enfin bon, pour l’instant elle était bel et bien dans le monde réel et avec toute la bonne volonté du monde elle aurait sans doute bien du mal à s’en échapper. Il ne lui restait plus qu’à se montrer courageuse et à faire avec, comme toujours quoi…

La jeune inconnue remercia alors Emily, sur un ton des plus sincères. La jeune cracmole lui adressa alors un sourire, lui faisant comprendre que ce n’était rien. Elle n’allait pas non plus la laisser dans la merde, cela aurait été totalement inhumain. Certes elle pouvait être égoïste par moment mais pas au point de fermer les yeux sur la violence et de ne pas essayer d’intervenir quand elle le pouvait. Si parfois ses interventions ressemblaient plus à du suicide, là elle avait compris qu’elle avait tout de même un minimum de chances de réussir. C’est pourquoi, après s’être présentée, elle lui avait clairement fait comprendre qu’elle ne devrait pas hésiter à lui demander de l’aide si elle se retrouvait à nouveau face à Stefen. Si contre les autres, elle était plutôt impuissante, là elle avait un minimum de chance de servir à quelque chose… Sovahnn, puisque l’inconnue s’appelait ainsi, lui dit alors qu’elle était ravie de la rencontrer avant de s’interroger à savoir s’il était réellement son frère. Ems rit légèrement à cette remarque. C’est vrai que ça surprenait souvent car au-delà de quelques similitudes physiques ils étaient vraiment très différents l’un de l’autre.

« Et oui, mon grand frère… Et comme tu l’as si bien devinée, je suis une cracmole et je crois que, comme le reste de la famille, il a un peu de mal à l’accepter… »

Euphémisme. Ils rejetaient surtout tous en bloc l’idée qu’une Anthon puisse être impure. Ce qui l’a faisait d’ailleurs beaucoup rire parce que s’il devait y avoir un responsable dans tout ça c’était plutôt ses parents qu’elle. Après tout, c’étaient eux qui l’avait conçu, ils auraient qu’à eu à mieux s’y prendre plutôt que de lui reprocher sans cesse d’être ainsi née… Mais bon elle se doutait bien que si elle osait un jour formuler ce reproche, il ne serait pas spécialement bien reçu… Décidément, les Sang-Pur n’avaient pas le sens de l’humour ! Sovahnn s’indigna alors du comportement de son frère et par extension de celui des Supérieurs et de ceux qui pensaient comme eux en général. Elle était d’accord avec elle, ce système de jugement de valeur n’avait strictement aucune raison d’être, il était purement et simplement révoltant. Pourtant, Ems avait l’intuition que certains, comme son frère, n’étaient qu’en partie responsable de leur façon de penser.

« C’est profondément stupide, je suis d’accord avec toi. Mais je sais aussi que dans certaine famille, on bourre le crâne des gosses. C’pour ça que mon frère a beau être le dernier des troufions et j’ai beau le détester, parfois je me dis que ce n’est pas entièrement de sa faute même s’il pourrait faire l’effort de s’émanciper intellectuellement… »

Emily avait essayé de s’exprimer du mieux possible, ne voulant pas que ses propos soient mal interprétés par sa camarade. Elle ne disait en rien que les Supérieurs et autres avaient raison, loin de là. Elle cherchait juste à avoir une vision un peu plus humaine dans ce conflit sanglant et haineux. Car après tout, le comportement des autres ne faisait qu’attiser la haine et l’intolérance. C’était un cercle vicieux qui se resserrait doucement sur les pensionnaires du Château. Au fond, Ems avait peur que, quelque soit l’issue de tout ça, cela finisse en bain de sang. Une telle haine avait été érigée contre les Sang-Pur et des moldus contre les sorciers en général qu’on assisterait sans doute un jour à un massacre et cette perspective lui glaçait le sang. C’était pourquoi elle évitait en général de trop y penser, se contentant du combat qu’elle avait à mener au quotidien.

« Et toi alors ? Pourquoi l’autre idiot a-t-il décidé de s’en prendre à toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Mer 7 Mar 2012 - 19:09

Tout va bien. C’était ce que la jeune femme s’était répété alors que Stefen puisque tel était son nom était parti dans son délire de lui faire comprendre qu’elle était faible et incapable de se défendre. Ça, elle le savait, et c’était bien pour ça qu’elle avait plusieurs fois cherché des moyens pour s’améliorer. Et vu que question magie, ça n’était pas encore ça, la jeune femme avait même testé les entraînements plus physiques. Hey ! Je sens déjà vos pensées mal tournées. Il était gay son entraîneur en plus ! Cela dit, au moins, maintenant, elle savait beaucoup mieux cogner. Même s’il avait disparu de la circulation et que, quelque part, ça l’arrangeait quand même puisque son côté franchement content de lui-même pour ne pas dire arrogant avait parfois tendance à lui sortir par les yeux. Oui, il était bon en tout et raflait tous les prix, c’est bon, on a compris. Ce qui ne faisait d’ailleurs que lui rappeler à quel point, elle, n’était pas grand-chose ici. Elle ne connaissait rien de ce monde, s’emmêlait les pinceaux dès qu’elle cherchait à faire croire que ses parents n’étaient pas des moldus et qu’elle connaissait effectivement très bien toutes les coutumes magiques, et, surtout, elle n’avait rien à voir avec une sorcière confirmée. Il aurait fallu la voir quand Enzo lui avait demandé si elle croyait aux fantômes et qu’elle s’était retournée pour se retrouver nez à nez avec l’un d’entre eux. Ça valait le coup d’œil. Vidéo gag aussi tient. Bref, elle n’était pas exactement le type de personne que le Serpentard et frère d’Emily pouvaient apprécier ou même respecter. Loin de là et il le lui avait fait comprendre. Mais sa propre sœur ne faisait pas non plus partie de ces gens-là et ça, ça avait de quoi troubler la jeune femme. Comment ne pouvait-il pas avoir l’esprit un peu plus ouvert alors que sa propre sœur était manifestement défaillante question magie. On ne peut pas être doué en tout merde. Et puis, si la magie était déclenchée par l’action d’un gène, il était tout naturel que certaines personnes n’en possèdent pas la capacité. Il était même normal en réfléchissant de manière logique et scientifique que des enfants de parents sorciers puissent ne pas être dotés des mêmes pouvoirs. Les liaisons non précisées et les mutations génétiques… ça existe ! Enfin bref, il y avait des choses qui lui échappaient quand même.

« Et oui, mon grand frère… Et comme tu l’as si bien devinée, je suis une cracmole et je crois que, comme le reste de la famille, il a un peu de mal à l’accepter… »
« Ouais… j’vois ça. Un peu basique comme réaction quoi.. »

Mais l’humain ‘évolue pas, c’est un fait, et ce malgré tous les manuels retraçant l’histoire. Celle-ci se répétait toujours et les fils faisaient toujours les mêmes erreurs que leurs pères.

« C’est profondément stupide, je suis d’accord avec toi. Mais je sais aussi que dans certaine famille, on bourre le crâne des gosses. C’pour ça que mon frère a beau être le dernier des troufions et j’ai beau le détester, parfois je me dis que ce n’est pas entièrement de sa faute même s’il pourrait faire l’effort de s’émanciper intellectuellement… »
« Oui c’est vrai. »

Les parents ont besoin de se remettre en question puisque les mômes partent à la dérive. Mais ça, on l’aura trop dit, et ça n’était pas parce que le monde des sorciers semblait si différent qu’il l’était réellement. La jeune femme avait bien compris depuis longtemps qu’en fait, on retrouvait les mêmes comportements, les mêmes défauts et les mêmes loisirs côté magique que côté moldu. Mais ce genre d’observation simple pour quelqu’un sans préjugé ne l’était pas forcément pour des gens qui avaient appris depuis tout jeunes à haïr ou se méfier de certaines choses ou de certaines personnes. Après tout, peut-être que si elle avait grandis sans son accident et qu’elle avait vu ou lu des horreurs sur les lycans, elle n’aurait jamais laissé Enzo s’approcher lorsqu’elle avait appris qui il était. Et ça aurait été une connerie énorme. Après tout, il lui manquait quelques années de sa vie où on se forge aussi une opinion sur certaines choses, dont le sens est toujours dirigé par la culture que notre milieu de vie nous inculque. Elle avait grandis seule dans son coin et avec ses propres pensées et avait semblé faire un bon dans le temps dans ses premiers mois de sa nouvelle vie et ne semblait pas tant décalée que ça. Mais sur certains points, elle restait… un peu différente.

« Et toi alors ? Pourquoi l’autre idiot a-t-il décidé de s’en prendre à toi ? »
« Boarf.. »

Génial comme réponse. Très précis surtout.

« Ça doit venir du fait que jsuis encore en première année malgré mon âge. C’est pas le genre de choses qui passent inaperçu manifestement. J’suis sorcière quand même, mais pas assez à son gout manifestement. Et il avait apparemment bien envie de me rappeler à quel point j’suis pas à ma place. »

Parce que, non, elle n’y était pas pour ce genre de personne et, honnêtement, à son réveil, elle avait eu du mal à pouvoir s’imaginer y être un jour dans un monde comme celui-ci. Pourtant, il l’avait passionné dès le départ et elle l’avait aimé pour ça. Mais elle était loin de tout ce qui comptait pour elle et dont elle avait été séparée trop longtemps déjà. Et puis, elle ne pouvait pas sortir et… l’ambiance qui régnait ici était loin de l’aider à se sentir chez elle. La première personne qu’elle avait rencontrée n’avait pas vraiment fait son possible pour la rassurer réellement, et elle savait maintenant et comprenait très bien cette réaction, mais après un coma comme celui qu’elle avait vécu, c’était la présence de sa famille dont elle avait besoin, pas de parfaits inconnus qu’elle faisait lourdement chier de par son ignorance. Et puis, au fur et à mesure, elle avait rencontré les bonnes personnes et avait apprivoisé son nouvel environnement et la personne qu’elle était à présent. Ça avait pris du temps, mais elle avait réussi à se trouver elle et sans qu’elle ne s’en aperçoive, c’était une nouvelle famille qui s’était construite autour d’elle et elle ne pourrait pas y renoncer plus qu’à celle dont elle partageait le sang.

« Disons qu’il y a quelques années qu’il me manque dans ma vie et qui auraient dû être consacrées entre autre à apprendre à connaitre intuitivement cette partie de moi. »

Même sans s’en rendre compte, la vie de tous les jours, les émotions et même les mouvements permettent d’apprivoiser le corps qui change et la magie qui se développe, c’est instinctif, et les cours de sorcellerie permettent à tous ces jeunes de maîtriser, contrôler et connaître la magie se développant doucement en eux et de la rendre plus accessible jours après jours. Elle, étant restée des années dans les vapes, n’avait pas pu avoir cet apprentissage, et la magie s’était développée en elle sans qu’elle ne sache la comprendre ni la contrôler. Elle ressortait toujours en fonction des émotions de la jeune femme et il n’y avait que là-dessus qu’elle pouvait avoir un contrôle minime. Et puisqu’elle ne sortait pas dans d’autres occasions ni d’autres manières, ses manifestations ingérables étaient puissantes, violentes et destructrices.

« Mes parents, enfin, sauf mon vrai père mais lui, j’le connais pas, et avant… enfin bref ; mes parents sont des moldus, du coup vu que je viens de découvrir ce monde, il y a quelques mois, j’suis pas vraiment au point, alors j’peux pas vraiment faire comme si j’étais sorcière pure souche. Ça doit pas lui plaire non plus. »

Sang de bourbe.

« Ça va pour toi ? J’veux dire, ici. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2753
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Mar 27 Mar 2012 - 21:25

Basique, c’était bien le terme pour désigner la réaction de son frère et de sa famille. Ils n’avaient cherché à se défaire de ce qu’on leur avait appris avant. Dans leurs esprits fermés, tout ce qui comptait c’était la fierté, l’honneur de la famille. Emily avait faillit détruire leur réputation en naissant, en manifestant son absence de magie et ça avait été un coup dur. Apparemment cela ne leur portait pas tant préjudice que ça puisque malgré les quelques moqueries dont se plaignait son frère dès qu’il avait une occasion de lui rappeler que son existence le gênait, il avait réussi à s’intégrer dans les hautes sphères ici. De l’égoïsme pur. Mais après tout, la cracmole ne pouvait pas faire grand-chose contre cela. Alors elle se contentait de se battre pour survivre, d’aider ceux qu’elle pouvait, c’était déjà ça. Changer les mentalités, ça ne se fait pas comme ça, du jour au lendemain. Ça prend du temps et malheureusement il faut souvent un événement marquant pour que les gens comprennent leurs erreurs ou du moins, envisagent de voir les choses différemment. On ne s’émancipe pas d’une influence culturelle sans une nécessité de remise en cause. Dans l’histoire moldue ou sorcière, cela se voyait très facilement. Seuls les événements dramatiques avaient pu entraîner des modifications. Ems n’avait pas envie d’en arriver là pour que les Supérieurs et compagnie envisagent un autre monde. Quoi qu’elle restait persuadée que pour les purs Supérieurs, le changement ne s’opérerait sans doute jamais et que le travail devait s’opérer sur les futures générations, qu’elles étaient leur seul espoir et qu’il allait donc falloir faire preuve d’une patience à toute épreuve. En aurait-elle le courage ? Elle priait chaque jour pour cela. Quant aux autres, elle ne pouvait décemment pas savoir pour eux mais elle voulait croire que des petites choses pouvaient redonner confiance à chacun. Un long travail, une longue marche est toujours difficile mais le but lorsqu’il est atteint n’en parait que plus beau. S’ils parvenaient à gagner leur liberté, la reconnaissance de leur humanité, ils la savoureraient sans doute plus que jamais, plus que si tout cela n’avait pas eu lieu. Essayer de voir le bon dans le mauvais. Ce n’était vraiment pas évident et Ems avait parfois bien du mal à s’en tenir à son propre optimisme mais si elle ne se tenait pas ce genre de discours au moins une fois de temps en temps, elle était clairement destinée au suicide… Mais bon, autant ne pas penser à ce genre de chose, c’était clairement trop déprimant. Et puis, Stefen venait de partir, l’épreuve de la journée était passée. Maintenant, elle était avec Sovahnn qui elle aussi avait eu droit à sont lot d’émotions. La jeune femme d’ailleurs lui expliqua alors qu’elle n’était qu’en première année et que c’était pour cela que son idiot de frère semblait prendre plaisir à la torturer. C’est vrai que ce n’était pas banal d’en être que là dans son cursus scolaire à son âge mais il devait y avoir bien des raisons. Elle ne paraissait pas plus bête qu’un autre et quand bien même elle aurait du faire deux fois la même année, elle n’en sera tout de même pas là. Il avait donc dû se passer quelque chose de plus grave, sans nul doute… C’est ce que la jeune femme laissa entendre en lui expliquant qu’il lui manquait une partie de sa vie. Emily n’avait pas envie de jouer aux devinettes non pas que la vie de sa camarade ne l’intéressait pas, juste qu’elle en savait assez pour comprendre qu’il avait dû lui arriver quelque chose de pas cool du tout et qu’elle n’avait certainement pas envie d’en parler.

Emily écouta donc Sovahnn silencieusement, l’observant. Cette fille était décidément surprenante et devait elle aussi être dans une situation délicate. La cracmole se demandait comment ça se passait pour elle. Parce qu’après tout, elle devait aussi en voir de toutes les couleurs mais elle se demandait clairement si c’était la même chose ou si le fait qu’elle soit une sorcière améliorait un peu son cas. Elle l’espérait. Après tout, ce n’était pas de sa faute, quoi qu’il ait pu se passer et ces types avaient beau être des demeurés, ils pouvaient bien avoir un peu d’empathie non ? Mais apparemment le cas de la demoiselle était encore plus compliqué que prévu puisqu’elle lui avoua qu’en plus, elle était une née-moldue. Alors là c’est sûr que ça ne devait clairement pas jouer en sa faveur, Ems était bien placée pour le savoir. Elle avait été élevée dans une famille de Sang-Pur et par conséquent, elle connaissait parfaitement toutes ces histoires de hiérarchisations des sangs et compagnie. Elle en avait entendu des histoires sordides, des classements racistes dans son enfance et maintenant qu’elle était face à une situation comme cela, elle comprenait toute l’horreur de ces théories foireuses.


« Oh je vois… Ils doivent bien s’amuser avec ça les p’tits rigolos. Sang de bourbe comme ils le disent si bien… »


Ems poussa alors un long soupir. C’était vraiment déprimant quand même. Elle n’avait pas envie de perdre espoir mais il n’y avait pas à dire, cette situation était merdique sur tous les points. Enfin bon, allez Emily, ressaisit doit et arrête de faire la tête. Sovahnn lui demanda alors comment elle allait, comment ça se passait pour elle ici. La jeune femme eut alors un léger rire, entre la nervosité et l’autodérision la plus totale. Ce serait clairement mentir que tout allait bien dans le meilleur des mondes et en même temps, elle n’avait pas envie d’être défaitiste. Elle en chiait clairement, là-dessus aucun doute. Cependant, il lui arrivait de trouver du bon dans ce monde de merde, d’avoir de l’énergie à revendre, de se sentir presque aussi bien que si elle était libre. Et puis, jusque là, elle s’en était plutôt pas trop mal sorti, elle avait évité les grosses punitions et les séjours interminables aux cachots. Elle avait connu bien sûr mais jusque là, elle s’en était tiré sans grosses séquelles et en vit alors, que demander de plus…


« On peut pas dire que ce soit le paradis mais jusque là, je survis ! On s’habitue à être traitée comme une merde, du moins on fait avec, il m’arrive même de faire de l’humour avec cette bande d’andouille, les larbins des Supérieurs en mal d’autorité. »


Si Ems arrivait en général à canaliser son impulsivité quand elle était en face d’un Supérieur car elle savait qu’elle jouait carrément sa vie, face aux élèves qui n’étaient capables que de répéter et de suivre ce qu’on leur disait de faire, il lui arrivait de lâcher des petites remarques acerbes. Cela non seulement lui permettait de se sentir vivante et en plus, cela en faisait taire certains. Ils faisaient leurs fiers face à leurs amis, mais seul, ils leur arrivaient de fuir avec des menaces brouillonnes. Décidément, certains manquaient clairement de charisme, c’était plutôt amusant. Emily décida alors d’embrayer la discussion sur quelque chose d’un peu plus léger. Sovahnn avait clairement l’air d’être une fille sympa, elle avait envie de discuter avec quelqu’un, de parler normalement, encore une fois de s’évader un peu de cette situation de merde. Elle était sûre que le fait de discuter un peu était l’un des meilleurs moyens d’alléger un peu son esprit.

« Et sinon tu fais quoi de tes journées quand tu te fais pas emmerder par des abrutis ? »

Emily se demandait vraiment si les sorciers avaient encore des activités d’adolescents normaux. Sovahnn était peut être dans une situation particulière mais peut être parvenait-elle à s’éclater avec quelques potes, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Lun 9 Avr 2012 - 20:55

La fierté, l’honneur de la famille, tant de notions que la jeune femme, elle, ne connaissait pas vraiment. Chez elle, les choses étaient bien plus simples, ou, en tout cas, elles l’avaient étés. Ils étaient alors une famille unie, recherchant la tranquillité parfois brisée par les engueulades du frère et la sœur sur la dernière part de pizza mangée sans demander si l’autre en voulait, le dernier paquet de gâteau piqué et planqué dans la chambre, ou le temps passé sous la douche. En bref, il n’y avait dans la maison que des sujets bateaux sur lesquels ils s’engueulaient tous, ce qui exaspérait d’ailleurs leurs parents. Il fallait avoir des bonnes notes à l’école et ne pas traîner avec les mauvaises personnes, chose que son frère faisait d’ailleurs, et que la jeune femme avait toujours tue en se disant qu’elle ne devrait probablement pas. Mais, voilà, elle avait toujours voulu rester au maximum proche de son frère, et ça les aurait diamétralement séparés. Cela dit, un autre père, une capacité envers la magie, un accident de voiture, un coma et un retour à la vie cinq ans plus tard dans une école loin de lui et avec une communication qui, de toute évidence, ne passait pas… ça aussi c’était pas mal pour les éloigner diamétralement. Mais, ça, elle n’avait pas pu en décider le dixième, alors il fallait bien faire avec, tout comme Emily devait faire avec son statut et les exigences de sa famille. Alors donc, elle avait expliqué ce que lui voulait Stefen, sans réellement rentrer dans les détails, parce qu’elle n’avait pas vraiment envie de s’appesantir sur le sujet et qu’elle avait, ces derniers temps, déjà assez de soucis pour essayer de garder le passé – bien que proche – le plus loin possible de ses états d’âmes. Chose impossible, qu’on s’entende, mais l’espoir est tellement beau qu’il serait dommage de le gâcher, donc elle faisait ‘comme si’, comme beaucoup de gens ici.


« Oh je vois… Ils doivent bien s’amuser avec ça les p’tits rigolos. Sang de bourbe comme ils le disent si bien… »

« Plutôt oui. Mais en fait, jusque là, j’avais plutôt bien réussi à m’en sortir… chose étrange maintenant que j’y pense. Enfin, à part quelques … minutes foireuses de ma vie ici, jm’en suis toujours bien sortie. J’pense surtout être tombée sur les bonnes personnes. Ça aide. »

Enzo, principalement. Mais pas que, parce que, certains, même si elle ne les appréciait pas, lui avaient permis de s’améliorer et d’être un peu plus au point sur sa propre sécurité. Elle pensait bien sûr à Rivers qui l’avait pas mal envoyée valser et lui avait fait un mal de chien, mais, au moins, lui avait appris pas mal de bases dont elle se servait tous les jours, et, ce, même si elle avait toujours un peu peur face à lui. Et, surtout, il l’avait sortis de pas mal d’emmerdes, même s’il n’avait pas envie d’être associé à ce genre de personnes, c’était tout de même ce qu’il était. Et puis, elle en savait beaucoup sur lui pour se dire qu’il n’était probablement pas celui qu’il montrait à tout le monde. Et, enfin, elle pensait à des aides improbables, comme celle d’un jeune vampire qui l’avait à moitié tuée avant de la sauver. Bref, la vie recèle de pas mal d’absurdités, mais, jusque là, elle avait plutôt pu compter sur sa chance. Encore une fois d’ailleurs.

« Et puis j’ai pas.. j’ai tellement peu grandis avec ce genre d’insultes, qu’honnêtement, ça risque pas vraiment de me blesser. C’est naze, c’est tout, et ils peuvent dire ce qu’ils veulent, ça m’affecte pas. Enfin, disons que la majorité ‘m’affecte pas. »

Soyons honnêtes un peu. Oui, il y avait certaines choses qui lui faisaient du mal, et elle haïssait se sentir inférieur et incapable face à d’autres, elle détestait être incapable de faire ses preuves et aurait donné énormément pour être bien plus douée qu’eux et leur faire se la fermer une bonne fois pour toute. Etre la fille de moldus et être la meilleure, ouais, ça, ça serait déjà beaucoup plus simple à vivre, et, ce, même si elle devait se tuer à la tache pour ça. Ça me rappelle vaguement quelqu’un dit donc. Non ?
D’accord, oui, elle serrait souvent les poings et respirait à fond pour faire comme si elle n’était pas atteinte, et puis, elle prouvait sa valeur auprès de personnes assez intelligentes pour y faire attention, sur d’autres sujets. Pour le reste, la jeune femme prenait simplement son courage à deux mains, essayait de vivre avec, de se foutre des conneries, de savoir rester en vie et d’apprécier son existence qu’elle avait si ardemment souhaité pendant des années interminables. Oui, elle était heureuse de vivre, et c’était ce qui faisait sa plus grande force face à ce genre de personnes, parce qu’elle connaissait le prix de certaines choses et accordait de l’importance au moindre petit plaisir que, eux, avaient oublié depuis longtemps. Rien que le vent sur la peau, le frisson glacé de l’humidité de la nuit qui nous prend lors d’une balade nocturne était chez elle simplement magnifique, et pour cela, sa vie était faite de tant d’émotions violentes et magiques qu’elle ne regrettait absolument pas ce qu’elle était, puisqu’à côté, la vie de ce genre d’Homme lui semblait terne, rêche, sombre et abominablement triste.


« On peut pas dire que ce soit le paradis mais jusque là, je survis ! On s’habitue à être traitée comme une merde, du moins on fait avec, il m’arrive même de faire de l’humour avec cette bande d’andouille, les larbins des Supérieurs en mal d’autorité. »

« Ouais, jsais pas, ils se sont fait un complexe d’infériorité ou un truc du genre étant môme… ‘fin ça fait assez maladif leur truc quoi. En tous cas, j’me doute que ça doit pas être le pied tous les jours on va dire. C’est remarquable d’apprendre à vivre dans ce genre de conditions. »

Alors là, il faut savoir qu’en fait, c’était un compliment qu’elle lui adressait, même si c’était mal dit, complètement brouillon et pas forcément clair, mais, oui, elle admirait le fait d’être capable de rester quelqu’un de relativement normal alors que des abrutis finis ont décidé de vous traiter comme des bêtes. Bien sûr, eux non plus n’avaient pas intérêt à trop se la ramener, mais les supérieurs ne pouvaient pas connaitre tout le monde, et encore moins la nature du sang de chaque élève. Le souci était que depuis le temps, ils commençaient à avoir repéré certaines personnes et à s’être passé le mot, et ça… that sucks. Pour être polis. Cela n’empêchait qu’ils avaient des couches potentiellement normales, qu’ils pouvaient se caller au coin du feu et être à peu près libres dans le château s’ils s’y prenaient bien. Et si les doués en magie leur fabriquait des fausses baguettes … ça marcherait comme camouflage vous croyez ? Oui, moi et Sovahnn nous taisons, nous et nos idées débiles mais partagées.


« Et sinon tu fais quoi de tes journées quand tu te fais pas emmerder par des abrutis ? »
« Euh… j’emmerde ces abrutis. »

C’était sortis au tac au tac, parfaitement naturellement et, c’était aussi, la parfaite vérité en y pensant un peu.

« Ben nan mais… ouais, si en fait ! Disons que j’ai pas mal tendance à chercher un peu les emmerdes. J’ai manqué de… distractions pendant un certain moment et j’me rattrape, et il s’est avéré qu’ils étaient une cible parfaite. Surtout quelques uns, toujours prêts à se mettre à gueuler comme des procs, à courir rouges comme des tomates en irruption partout dans le château et à se tauler sur tout ce qui barre leur route parce qu’il sont à fond dans le délire de nous choper.. c’est assez divertissant, ‘faut bien l’dire. Et ; Nous, parce que seule, j’irais probablement pas loin. Et sinon, un… ami… ex-ami… ex tout court… personne relativement plus ou moins proche de moi selon les situations, plus ou moins sympa selon ses humeurs et plus ou moins salaud selon… je sais pas quoi d’ailleurs… enfin bref : lui, organise des soirées plutôt sympa. Voir même très sympas, c’est les meilleurs du château, et donc ça c’est plutôt pas mal. J’sais pas d’où il sort tout ça, mais il sait y faire quoi. Ce qui plait pas à des potes de ton frère si ma mémoire est bonne. »

Waw… ex ami, ex tout court ? C’était quoi ça ? Une mise au point bizarre, il fallait le croire. C’était vrai que la jeune femme ne s’était jamais amusée à poser des mots sur leur.. espèce de relation bordélique, pleine de rires, de coups, de hurlements, de larmes et de… attention : mot pas français : d’envoyage se faire foutre en règle. Oui, c’était un beau foutoir ce qu’il s’était passé entre eux, et elle ne savait pas trop qualifier ça, ni où ils en étaient aujourd’hui, s’ils étaient toujours amis, s’il comptait l’ignorer longtemps comme ça, ce qu’il avait et… bref, Alec est un sujet complexe.

« La merde, c’est que c’est chez les Serpentards, et que, donc, ya pas mal de coincés du… de l’esprit. Mais, il s’avère que les anti-Alec, puisque c’est le nom de l’ex-pleins-de-choses-c’est-le-bordel, bref, ceux qui ne l’aiment pas – et y’en a pas mal – se sont mis à enfreindre les règles, un peu poussé par mister-j’me-la-pète-roi-dla-soirée-incapable-d’une-vie-sociale-normale, et donc ya des soirées sympas un peu partout, faut juste savoir où et quand. Mais c’est plutôt pas mal. Et quand j’fais pas tout ça… j’essaie de gérer les histoires sociales un peu… complexes, t’as dû le comprendre, qui fourmillent autour de moi. Et… ça, yen a beaucoup, qui me concernent pas forcément d’ailleurs, mais quand ça concerne une amie, ça nous concerne nous et… j’ai comme l’impression de raconter ma vie moi… »

Oui, et pas qu’un peu. Enfin, nan, mais oui, celle actuelle en tout cas.

« Bref, les activités habituelles ou presque d’une jeune enfermée avec d’autres jeunes coincés les uns avec les autres depuis plus d’un an et demi : bah il s’avère qu’il s’en passe des trucs intéressants entre les uns et les autres en tout ce temps… Et pour le reste du temps : je bosse la monstruosité de trucs que je connais pas sur ce monde et sur la magie qui pète parfois des câbles en moi. Ce qui… est résumé en à peu près deux secondes tous les trois mois. »

Ouais… à peu près ouais. En fait, c’était surtout qu’à chaque fois qu’elle ouvrait un libre ou presque, il se passait une saloperie. Un ami qui se fait attaqué, une amie qui revient traumatisée, un pote qui fait flamber un sapin, un Cudrow qui rentre exaspéré parce qu’un triton se baladait dans son lit… enfin, la routine quoi ! Hey ! Pas de commentaire sur les blagues d’enfant de huit ans : restez enfermés dans un lycée pendant un an et demi, vous verrez si ça vous tape pas sur le système au bout d’un moment !


« Et … toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2753
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Mer 2 Mai 2012 - 19:45

C’est vrai qu’Emily avait appris à grandir face à ce genre de comportements. Si son enfance avait été calme, dès ses onze ans, la vie après pris pour elle un tournant à 360° même si certaines choses avaient déjà été amorcées. Seulement, c’était peut être ça aussi qui faisait qu’elle parvenait à survivre ici, qu’elle se battait jusqu’à la mort, que le jour de cette affreuse rafle elle avait été poussée par son instinct de protection, qu’elle avait réussi à fuir… Elle n’en était pas sûre non plus et pensait clairement qu’il y avait eu beaucoup de chance là dedans mais face aux attaques morales par contre, elle avait sa coquille. Son frère en tout cas ne pouvait plus l’atteindre, pas plus que ses larbins. Ils revenaient toujours sur les mêmes sujets qui, désormais, n’avaient plus d’impact sur elle. Ce qui comptait c’était qu’elle soit bien dans ses baskets et comme l’avait si bien fait remarquer Sovahnn, de tomber à côté sur les bonnes personnes. Après tout, elle devait bien avouer que si elle n’avait pas rencontré Cameron dès son arrivée ici elle n’aurait peut être pas pris immédiatement confiance en elle. A peine s’étaient ils rencontrés qu’un lien était apparu entre eux, un lien fraternel qui la remplissait de joie, qui lui donnait envie de se battre juste pour garder un œil sur lui parce que cet imbécile avait clairement le don de se mettre dans des situations pas possibles. Puis, il y avait aussi les bonnes surprises comme Ricardo qui à défaut d’être un grand ami lui avait prouvé qu’on pouvait être un sang-pur et traiter les moldus comme des êtres humains. Ces petits détails lui avaient redonné espoir, chose qui semblait très volatile dans l’enceinte de ce château. Oh bien sûr, elle ne savait pas encore trop combien de temps cette force allait continuer à l’habiter mais elle comptait bien la garder avec elle encore un bout de temps. Elle avait finit par s’habituer à sa présence et n’avait clairement pas envie de la laisser filer aussi facilement. D’ailleurs, la remarque de la sorcière sur le fait qu’elle trouvait admirable d’apprendre à vivre dans ces conditions la fit sourire. La cracmole ne savait pas trop si c’était admirable mais elle trouva sa remarque gentille, touchante et encourageante surtout. Ce n’était peut être pas voulu mais en tout cas Ems voyait clairement cela comme un signe de soutien, même moral et cela la conforta dans son idée qu’il n’était clairement pas temps de baisser les bras et de se laisser aller au désespoir. Elle avait encore trop de choses à découvrir, même enfermée ici elle pouvait apprendre beaucoup, sur la magie, rencontrer des gens. Même si sa vie ici n’était pas aussi douce que celle de l’extérieur, elle ne voulait pas se laisser dépérir mais croire en un avenir. Oui, elle ne pouvait pas imaginer que son futur n’était constitué que des ces murs froids et sombres, c’était totalement impensable. Il y aurait forcément autre chose. Un tournant quelconque, elle y croyait. Du moins, elle avait vraiment envie d’y croire.

Emily demanda donc à sa camarade quelles pouvaient être ses occupations dans le château. Quand elle lui répondit le plu naturellement du monde qu’elle emmerdait les abrutis qui la cherchait le reste du temps, la jeune cracmole éclata de rire. Un rire franc et impulsif. La répartie de la demoiselle à défaut de la surprendre, l’avait beaucoup amusée. Elle avait trouvé cette idée for intéressante et le naturel avec lequel elle l’avait sorti ne rendait le tout que plus amusant. Elle lui expliqua alors comme elle s’amusait bien à les agacer et Ems garda un grand sourire sur les lèvres. Elle imaginait clairement la situation et ne pouvait pas nier s’adonner aussi à ce genre d’activités. A force d’être emprisonné, d’être traqué, tout cela devient une habitude et si l’on n’a pas moins peur pour autant, on devient forcément plus audacieux. On commence à connaitre les ficelles du jeu et forcément, on profite de temps à autres des petites failles, on se divertit, on rompt la morosité d’un quotidien bien trop lugubre. Puis, Sovahnn aborda le thème des soirées. Emily avait entendu quelques bruits de couloirs à propos de ces fêtes mais n’en savait à vrai dire quasiment rien. Surtout qu’en temps que cracmole, elle n’aurait jamais eu l’idée de s’introduire dans une pièce rempli de sorciers avec sur le lot, forcément quelques uns pas nécessairement en faveur des gens comme elle. Mais ce qui l’intrigua d’autant plus en fait ce fut lorsque la jeune femme commença à parler de la personne avec qui elle faisait tout ça. Si d’abord elle sembla avoir du mal à trouver le bon qualificatif pour le désigner, il finit par livrer son prénom, Alec. Cela ne lui disait rien, à vrai dire, ce n’était pas comme si elle connaissait énormément de monde ici. Bien qu’elle soit arrivée ici depuis un bout de temps et que son caractère l’a poussé à ne pas être toujours tranquille, la prudence lui rappelait quand même d’éviter de parler à tout le monde et de prendre de la réserve face aux gens. Cela ne lui plaisait pas spécialement mais elle n’avait pas le choix. Enfin bref, ce Alec était apparemment un grand fêtard et avait provoqué ce qu’on pourrait appeler un mouvement dans l’école. C’était plutôt sympa comme principe. Après tout, cet endroit était plein d’adolescents qui devaient en avoir marre de tourner en rond. On finit toujours pas enfreindre les règles, l’ennui pousse souvent à faire des choses totalement incroyables… Sa camarade lui expliqua ensuite que le reste du temps elle étudiait mais qu’au final cela ne représentait pas beaucoup de son temps. Emily rit légèrement à cette remarque.

« Je vois que la flemme dans les études c’est universel ! »

Emily n’avait jamais été un bourreau de travail, d’autant plus qu’elle n’avait jamais été particulièrement encouragée dans cette voie puisque l’école de moldus n’était selon ses parents absolument pas digne de leur sang, mais c’était autre chose. La jeune femme sortit alors un paquet de cigarette de sa poche avant de s’en allumer une et d’en proposer à Sovahnn, elle ne savait pas si elle fumait alors autant demander et ne pas faire son égoïste. Elle lui retourna alors sa question et Ems poussa un long soupir avant de tirer une bouffée sur sa cigarette. Sa vie n’était clairement pas palpitante quand elle y réfléchissait, elle passait vraiment beaucoup de temps à errer mais bon, avait-elle vraiment le choix ?

« On peut pas vraiment dire que ma vie est bien remplie. J’évite les Supérieurs, je nargue leurs larbins quand je m’ennuie et sinon, j’erre dans le château. J’ai pas grand-chose à faire, fuir la torture c’est déjà à boulot à temps plein. Et puis, faut savoir se montrer discret même si j’aime pas trop ce principe mais bon… Il m’arrive de faire des rencontres sympas, de me lier d’amitié avec des gens et donc de profiter un peu de la vie avec eux mais malheureusement c’est assez rare. Soit parce qu’ils sont pro-Supérieurs, soit parce qu’ils ont trop peur d’être liée à quelqu’un comme moi. »

Emily se rendit alors compte que dit comme ça, sa vie semblait clairement déprimante. Pourtant, même si elle avait des coups de blues, elle arrivait encore à voir du positif. Elle réalisa alors qu’il valait mieux qu’elle ne fasse pas trop souvent le bilan de ses activités sinon elle allait vraiment finir par se prendre à une poutre. Mais bon… La jeune femme tira alors de nouveau sur sa cigarette en réfléchissant aux moments marquants depuis son arrivée au Château. Il y en avait eu quelques uns tout de même mais à vrai dire, après le récit de Sovahnn elle se rendait compte qu’elle aimerait bien elle aussi avoir des activités dignes des jeunes de son âge. Cela lui manquait au final, de faire l’adolescente dévergondée, passage obligatoire de tout jeune qui veut connaitre ses limites et faire comme ses petits camarades. Elle avait entendu dire par des personnes plus âgées qu’elle à Édimbourg que sa jeunesse devait réunir les meilleures années de sa vie. Elle espérait bien que cela soit faux car elle approchait des dix-neuf ans et n’avait pas encore pu sauter de joie et s’éclater comme une petite folle. Cela allait bien finir par arriver, enfin peut être.

« Au moins, avec tout ça, la prochaine fois que je ferai la fête, j’en profiterai pleinement ! »

Emily avait dit cela avec un grand sourire. Voir le positif ! Il n’y avait que ça de vrai si on voulait survivre et puis là, elle n’était pas seule, elle était donc bien moins tentée par l’appel de la déprime. C’était assez fou mais dès qu’elle était en compagnie de quelqu’un de sympathique, sa forme et sa bonne humeur grimpaient en flèche. Les doutes s’effaçaient temporairement et même la crainte qui était devenue sa grande amie semblait aller faire un petit tour pour voir ce qui se passait dans les horizons. Un peu de détente, même toute simple, cela lui faisait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Little girls - Emily   Mer 30 Mai 2012 - 11:54

Se soutenir. Oui, c’était exactement ce qu’elle faisait, elle passait un message de soutient envers la Crackmol, parce qu’elle ne savait pas trop ce que ça pouvait bien faire de vivre dans ses conditions, même si elle en avait une petite idée. Et parce qu’elle ne comprenait pas certaines manières de pensées, il fallait bien, d’après elle, que certaines personnes le disent, plutôt que de laisser penser à d’autres que chaque personne ici est de ce genre là. Après tout, si Takuma n’était pas venu voir Dakota, il ne s’était pas moqué gentiment d’elle, et qu’il ne lui avait pas fait découvrir qu’en fait, les sorciers étaient exactement les mêmes personnes que les moldus, même s’ils avaient un petit truc différent, elle n’aurait jamais pu leur accorder sa confiance et serait restée dans son coin. D’ailleurs, si elle ne l’avait pas rencontrée, jamais elle n’aurait pu sortir, ne serais-ce qu’un peu de sa prison d’argent en haut de sa tour. Oui, Dakota, c’est Raiponce. Ok, c’est un peu imagé tout ça, mais il y avait du vrai. Et puis, elle était réellement admirative, parce qu’Emily ne se laissait pas démontée et qu’elle arrivait à prendre les choses plutôt bien d’une vue extérieure. Bien sûr, elle devait avoir ses baisses de moral, ses coups de mou, et probablement violentes, mais elle prenait le meilleur des choses et ça traduisait une grande force mentale qui lui plaisait.

Après que le crétin de frère de la jeune femme soit parti, elles s’étaient mises à discuter, apprenant un peu comment l’autre vivait son enfermement, ce qu’il s’était passé depuis leurs arrivées respectives, et comment elles occupaient leurs journées. Bon, bien sûr, dans les journées de la jolie blonde, il était censé y avoir les études, mais puisqu’elle avait loupé une grande partie de sa vie scolaire, il fallait bien avouer que elle et les études, ça faisait quatre. Et pourtant, elle n’aurait pas été contre découvrir un peu plus ce dont elle était probablement capable. Enfin, ce dont elle aurait été capable si le flux de magie en elle n’était pas devenir complètement sauvage et quasiment impossible à domestiquer. Après tout, c’était quand même plus passionnant que l’algèbre, il faut l’avouer ! Mais puisqu’elle allait l’échec en échecs, il fallait dire que ça la décourageait plus qu’autre chose. Donc..

« Je vois que la flemme dans les études c’est universel ! »
« Ouais, ça j’crois que ça changera pas. »

On est tous motivés à un moment donné. Mais, bizarrement, chez tout le monde, assez rapidement, ça s’épuise. Et ce, même si on a vraiment besoin de ces connaissances. Après, tout dépend du niveau, bien entendu, mais… Ouais, flemme.


« On peut pas vraiment dire que ma vie est bien remplie. J’évite les Supérieurs, je nargue leurs larbins quand je m’ennuie et sinon, j’erre dans le château. J’ai pas grand-chose à faire, fuir la torture c’est déjà à boulot à temps plein. Et puis, faut savoir se montrer discret même si j’aime pas trop ce principe mais bon… Il m’arrive de faire des rencontres sympas, de me lier d’amitié avec des gens et donc de profiter un peu de la vie avec eux mais malheureusement c’est assez rare. Soit parce qu’ils sont pro-Supérieurs, soit parce qu’ils ont trop peur d’être liée à quelqu’un comme moi. »
« Ouais ? C’est clair que vous ne devez pas avoir grand-chose à faire. Ce qui doit taper sur le système assez vite d’ailleurs j’pense. Après pour ce qui est des rencontres… j’pense qu’il y a des gens géniaux à rencontrer ici, même s’il faut avoir un peu de chance. On a tous peurs de se retrouver en ligne de mire mais… en fait, j’crois qu’au bout d’un moment, la plupart des gens finissent blasés, et ils s’en foutent. J’suis pas là depuis longtemps, mais c’est un peu mon cas. Et j’ai des amis qui font couramment des grands sourires aux Supérieurs parce qu’ils s’en foutent j’crois. Au bout d’un moment, qu’ils les torturent, ils en ont déjà tellement pris que… ya une certaine habitude dans la limite du raisonnable, et le contact humain l’emporte sur la peur. J’pense aussi que c’est d’autant plus vrai avec nous, puisqu’on est jeunes, par rapport à certains profs. On est plus malléables, dans le mauvais sens comme dans l’autre. »

Oui, on fini tous par en avoir assez et par simplement avoir envie de dire merde. Qu’est-ce qu’ils peuvent faire de pire ? Beaucoup de choses, après, il faut connaitre ceux avec qui on peut jouer les malins et ceux avec qui il vaut mieux baisser le regard et se taire.

« Et puis, une bonne partie d’entre nous ont fini par se faire un cercle de personnes de confiances. Non-magiciens y compris. Ce qui pourrait jouer en leur défaveur d’ailleurs. Plus le temps passe, plus des liens importants se font entre les personnes, et, même s’il y a aussi le négatif, à force, s’ils s’attaquent à la mauvaise personne, il risque d’y avoir un soulèvement j’pense. Ce qui.. Finirait par un bain de sang, malheureusement. »

Conclusion de merde.

« Ouais… finalement le statuquo c’est pas si mal XD ! J’te dis, ya plein de personnes qui ont le courage de se lier à quelqu’un comme toi comme tu dis. Et puis, on est pleins à pas vraiment remplir les critères quoi. Après.. encore faut-il savoir se défendre. »

Et, ça, c’est la merde. Avec ou sans baguette, pour sa part, c’était un peu le néant.

« Au moins, avec tout ça, la prochaine fois que je ferai la fête, j’en profiterai pleinement ! »
« Ouais, c’est clair. J’me dis qu’on pourrait organiser un truc à part, entre personnes de confiances. Ça ferait probablement du bien à tout le monde de déstresser, tout en connaissant tout le monde. Histoire qu’il y ait pas des cons qui s’incrustent et fassent tourner ça au drame. »

Positif, visualisons positif ! C’est très important ! Et puis, au final, ça n’était pas si peu réalisable.

« Dans la salle machin truc là, qui change toujours selon les désirs des gens. Insonorisée, avec musique, gâteaux, alcool et… chocolat… oui, depuis ce matin j’ai une de ces envies de kinder… mais j’vois pas trop où trouver ça ici. Enfin bref. »

Oui, Kinder, ça, ça veut dire qu’elle a vécus dans un monde moldu toute sa vie, et que ça crève les yeux. Et, oui, elle a une envie soudaine, non, elle n’est pas enceinte, et, oui, elle vous emmerde ! Bref, ça faisait du bien de discuter de tout et de rien, et d’oublier un peu tout ce qui pouvait se passer. Faire abstraction, c’était une discipline dans laquelle ils étaient tous devenus très doués. Et cette petite idée de soirée en petit comité lui disait bien. Et comme dans toute soirée, moldue ou magique, il fallait faire gaffe aux invités. Bon, qui est sorti avec qui et ne peut pas se blairer ? Beaucoup ? … Merde.

Les deux jeunes femmes avaient ainsi discuté et rit d’un peu tout et rien, passé en revu pas mal de choses et avaient oublié le monde extérieur quelques temps, et ce, pour le plus grand plaisir de toutes les deux.

- Fini là ou après le tien, comme tu veux =) -

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Little girls - Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 
Little girls - Emily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Little girls - Emily
» Combat #1: Emily vs Kim
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» 07. Girls running wild
» Who run the World (girls)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Salles environnantes :: ─ Club de duel-
Sauter vers: