AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lo hecho esta hecho - Sovahnn/Alec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2375
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Lo hecho esta hecho - Sovahnn/Alec   Dim 6 Nov 2011 - 17:46


Spoiler:
 

Le monde glisse tout doucement, l’esprit dérive, et pourtant la jeune femme reste réveillée sous sa couette. Les paupières sont closes et pourtant l’esprit reste actif. Ça faisait un moment pourtant que Sovahnn s’était réfugiée dans son lit, mais il n’y avait rien à faire, elle n’arrivait pas à s’endormir et restait entre les deux, pas réellement éveillée, mais loin d’être en paix dans le monde de ses rêves. L’après-midi, elle s’était retrouvée nez à nez avec Logan Rivers, qui lui avait parlé en privé, chose… très étrange déjà de base. Et surtout plus étrange encore, c’était d’Alec qu’il lui avait parlé, et pas de son incapacité à maîtriser la magie. Il ne l’avait pas laissé parler, pour ne pas avoir à partir dans une grande conversation qui le ferait chier d’après lui. Mais apparemment, ce qu’il avait voulu, c’était aider et protéger son cousin. Il lui avait expliqué qu’Alec avait appris il y avait quelques temps que sa sœur, seule personne importante pour lui dans sa famille était gravement malade et qu’elle risquait d’y passer. Ensuite, il lui avait tendu un papier ; une autorisation de sortie pour qu’il puisse aller faire une greffe et lui offrir ce qui pourrait peut-être lui sauver la vie. Il avait dit qu’il n’avait pas que ça à foutre lui, mais elle avait bien compris que sans lui, une telle chose ne se serait jamais passée. Pendant tout le trajet, elle s’était calmée aux propos du jeune homme, se disant qu’il n’avait pas besoin de sa frustration à ce moment, et pourtant, quand elle s’était retrouvée face à lui, la rage était remontée brutalement, et le fait qu’il ne dise rien n’avait pas arrangé. Ou plus exactement, le fait qu’il ne dise rien pour finalement, l’empêcher de partir et se décider à dire quelque chose, enfin, elle ne savait trop pourquoi, mais c’était d’une manière sèche que la jeune femme avait répondu, l’envoyant chier en beauté avant de partir sans attendre une quelconque réaction de sa part.

Plongée dans ses pensées, la belle blonde sursauta quand une pression sur le matelas se fit sentir au niveau de ses genoux. Voulant se redresser, la jeune femme se retrouva plaquée contre son matelas, deux mains puissantes contre chacun de ses poignets. Le cri n’était pas sorti, étouffé par la surprise, et puis, finalement, avant de paniquer, elle avait compris qui était l’homme au-dessus d’elle.

« Alec ?! Nan mais ça va pas bien toi !! »

Elle avait cherché à se dégager pour lui en foutre une, mais le poids sur son corps l’empêchait de se servir de ses jambes et ses bras étaient complètement immobilisés.

« Qu’est-ce que tu fous là ? Et .. et d’abord, comment t’as fait pour monter jusque-là ?? »

Bah c’est vrai quoi, on est dans le dortoir des filles là, il avait fait comment pour pouvoir l’atteindre ?

« Tu crois sérieusement pas que j’aurais passé jsais pas combien de temps sans avoir accès au dortoir des filles ! »

Typique. Une fois de plus, elle avait cherché à le frapper, mais l’essai était resté lamentablement infructueux. C’est qu’il avait de la force le bougre, et qu’il n’avait apparemment aucune envie de la laisser se dégager. Enfin, quelque part, ça pouvait être compréhensible, il s’était déjà pris pas mal de choses dans la tronche de sa part.

« Et lâche moi ! »

« Nan, j’suis venu pour te parler, et j’en ai marre de te voir fuir, ou d’me prendre des trucs dans la gueule. Sovahnn, j’ai une question ; est-ce que t’es tombée amoureuse de moi ? »

Comme ça, cash. Si la jeune femme se débattait à moitié pour qu’il la lâche, tout en sachant parfaitement qu’il était bien trop fort pour elle et que s’il avait décidé qu’elle resterait là, ce serait en effet ce qu’elle serait forcée de faire ; elle s’arrêta brutalement, incrédule. A la lumière de la lune, le visage d’Alec lui apparaissait affreusement sérieux.

« … C’est officiel alors, t’as vraiment disjoncté. »

« C’est Elwynn qui a sous-entendu ça après la… enfin voilà. »

« Bah elle s’est plantée. »

… son regard noir était resté, soutenu quelques instants, alors qu’elle se demandait si elle comptait en dire plus ou non. Apparemment, c’était un mec, et il lui fallait des explications claires, puisque, depuis plusieurs fois déjà, elle s’était expliquée ce qui semblait clair pour elle, et le jeune homme avait semblé partir un peu plus dans le brouillard qu’à son arrivée. Et avec quelques bleus en prime, très probablement.

« J’suis frustrée, dégoutée, incrédule… jalouse ; déçue surtout. C’était clair entre nous depuis le début, mais j’ai pensé.. j’ai cru que j’étais un peu plus que ça pour toi, qu’on était amis. Jt’aime beaucoup, mais pas assez, et surtout, c’est pas réciproque de toute évidence. J’pensais compter au moins assez pour que tu décides de te bouger un peu pour moi, ce que j’aurais fait à ta place. Mais non, j’suis pas amoureuse de toi Alec, enfin, j’ai jamais été amoureuse, donc j’peux pas l’affirmer, mais il ne me semble pas non. J’ai pensé être ton amie, et j’ai compris que c’était pas le cas. T’en as une et ça te suffit. »

Roh ! Encore et toujours !

« Tu parles de Jayden j’suppose ? .. T’avais ton cher super-héros pour te sauver de toute manière cette fois-là. T’avais pas besoin de moi. »

« Bien sûr que si, abrutis fini ! J’avais besoin qu’on m’empêche de frapper, j’avais besoin qu’on me calme, et il était coincé lui, et puis de toute manière, c’est quoi le rapport avec Enzo hein ? »

Sourcils soulevés, il ne semblait pas comprendre. Comme toujours, il restait médusé et la fixait sans comprendre, chose qui avait pour don d’exaspérer la jeune femme qui n’avait pour toute envie que celle de lui agtter le cerveau bien fort pour que celui-ci se réveille et qu’elle n’ait pas à s’expliquer sans arrêt sur chacune de ses phrases et réactions. Pourquoi les hommes ne parlaient-il jamais la langue des femmes ?

« C’est des situations à peu près similaires. A part qu’apparemment à choisir, j’ai aucune chance. »

Petit rire, à croire que ça l’amusait. Il souriait, apparemment de voir qu’à son tour la jeune femme était un peu perdue.

« En quoi c’est pareil ? Il est mon meilleur ami, et il est là quand il le faut lui, depuis le début. C’est pas ton cas. Jm’éclate, j’vais pas dire le contraire, mais tu serais pas capable de lever le petit doigt pour moi. »

« En parlant de ça, le ''une fois'', c’était pour faire bonne figure devant Ismaelle ? »

« Pas sûre qu’elle t’ai autorisé à la tutoyer ; mais nan. On s’est rencontrés comme ça, mais après c’est passé à autre chose, on s’amusait comme deux cons, et on oubliait un peu tout ce bordel et nos problèmes, mais ça s’est jamais reproduit, d’ailleurs ça risque pas, c’est un ami, et ça ira jamais plus loin que ça, jm’en voudrait trop déjà, de tout gâcher, et parce que.. j’sais pas, moi, c’est comme ça, c’est tout. C’est vraiment ça que tu comprends pas en fait hein ? J’ai besoin de lui, parce que c’est plus profond que ça a jamais pu l’être entre nous, et c’est pour ça que j’suis bien avec lui, parce qu’on se comprend, parce que je l’aime énormément pour ce qu’il est et ça a aucun rapport avec le sexe. Alec, tu m’aurais laissé me faire tuer, jsais pas si tu te rends compte. »

Bug. Nan mais c’était pas vrai, chiantes ces filles ! Mais qu’est-ce qui leur prenaient à le faire chier comme ça pour des petits trucs de rien hein ?

« Que… Quoi ? Nan mais il va falloir arrêter de vous faire des montagnes de petites choses les filles là hein ! Tu te serais pas faite tuée, parce qu’il était là lui, idem pour ton super copain là, celui qui est toujours avec la copine de Logan.. »

« Mais ta gueule ! »

Cette fois-ci, elle s’était dégagée, profitant de leur discussion pour extraire une main qui était allée directement dans la tronche du jeune homme. Claquant dans l’air.

« Le dit pas si fort merde ! C’est secret je rappelle. Et j’fais pas une montagne de rien. Elwynn non plus d’ailleurs, puisque j’pense que tu parles d’elle. Tu vois pas le danger en fait, ou sinon tu t’en fous, jsais pas. »

« Oh ça va, j’me suis excusé pour Elwynn et.. »

« Tout le monde a vraiment le droit aux excuses sauf moi en fait ! »

« PARDON !! Ça va là ? J’suis désol… VOS GUEULES ! »

Ils en avaient oubliés de chuchoter à force, et les quelques filles restantes dans le dortoir le prenaient de toute évidence d’un mauvais œil. En revanche, aucune n’était assez réveillée pour réagir au fait que la voix en train de gronder était celle d’un mec… la seconde d’après, il jetait un sortilège d’isolation phonique autour d’eux tandis que la jeune femme en profitait pour se redresser et tenter de dégager son deuxième poignet. En fait, elle n’avait réussi qu’à se faire mal, mais ça, elle ne risquait pas de le dire. Il repris.

« J’suis désolé, j’ai pas compris que tu pourrais être blessée par ça, et, si, tu comptes, jpense que t’es quelqu’un de génial, toujours motivée, prête à toutes les folies et jm’éclate avec toi, mais bordel ce que t’es butée et chieuse quand tu t’y mets ! »

Cette fois-ci, c’était un coup de poing qu’un c’était pris. Légère grimace et il avait respiré à fond alors qu’elle le foudroyait du regard.

« Ok, ça, c’était pas utile. Mais.. écoutes, merci pour ce que t’as fait, et.. j’suis pas fait pour les excuses larmoyantes, navré. J’suis à l’ouest, j’vais pas bien, je m’inquiète et.. »

Alors là nan ! La carte du gars qui va pas bien pour amadouer, ça ne risquait pas de passer.

« Et alors ?? »

« Quoi ? »

« Qu’est-ce que j’en ai à foutre au juste hein ? T’as demandé toi ? Ne serais-ce qu’une fois, est-ce que tu t’es inquiété de savoir si moi j’étais inquiète, si j’allais réellement bien hein ? Est-ce que tu t’es posé la question de savoir si j’étais pas morte de trouille pour mes proches, si j’étais pas déprimée, et blessée, si j’ressentais pas un putain d’enfoiré de vide parce que mon père est mort parce qu’il a pris la voiture pour m’emmener loin quand il a cru que ma mère débloquait en disant que j’étais une sorcière. EST-CE QU’UNE FOIS TU T’ES INQUIETE DE SAVOIR POURQUOI J’AVAIS ATTAQUE CE TYPE ET POURQUOI LE CHATEAU AVAIT TREMBLE COMME CA ?? POURQUOI ENZO M’A EMMENE PLUS LOIN ? Est-ce que t’as ne serais-ce qu’imaginé une seule seconde ce que c’est que de se réveiller dans un univers de magie, de bestioles bizarres belles ou affreuses, avec quelques années de plus et de devoir vivre sa vie, continuer et agir comme si on n’avait pas peur pour sa gueule ? J’voudrais juste savoir que ma famille va bien, alors maintenant que tu peux comprendre ce que c’est que de mourir de peur pour un proche et de ressentir du remord de ne pas être là ou de ne pas avoir agi différemment, t’es dit quoi hein ? Ça fait quoi de souffrir, d’avoir mal à ne plus en pouvoir ?? »

Le regard de la jeune femme était dur et ne vacillait pas. Sa voix n’avait pas tremblé et ses yeux ne s’étaient pas remplis de larme. Non, c’était de la force douloureuse et brute qui était sortie, mais cette fois, les tremblements et les larmes étaient restés à l’intérieur. Elle ne craquait pas, d’ailleurs, elle n’en ressentait pas le besoin. Quelque part, c’était à croire que sa voix dure avait aussi pour but de lui faire du mal, de lui foutre une tarte puisque celles qu’elle lui donnait physiquement ne marchaient pas.

Il l’avait lâché.

Le jeune homme était resté quelques instants là, il s’était redressé, l’avait laissée faire de même tandis que leurs regards ne se quittaient pas. L’un rageur et dur, l’autre étonné et.. triste. Quelques instants de silence après la tempête. Elle avait frappé là où c’était douloureux.

It’s so beautiful to make you wanna cry…

Un soupire et il s’était décidé à répondre, finalement, après une longue hésitation.

« J’en sais rien. J’aurais… j’ai jamais pensé que ça pouvait avoir une importance. J’m’y suis jamais intéressé, pour qui que ce soit. Mais.. j’aurais sûrement dû. J’sais pas comment accuser le coup, et j’ai jamais imaginé que tu pouvais vivre ça depuis tout ce temps. T’es toujours souriante, prête à toutes les conneries… jpensais pas que c’était possible de souffrir tout en agissant comme ça, alors j’ai pas pensé que t’allais mal, que tu faisais semblant. »

« J’fais pas semblant Alec. Mais c’est ma vie, et j’en ai déjà perdu cinq ans. J’souffre de pas savoir, d’avoir peur, et de m’en vouloir, et… mais j’peux pas continuer à perdre du temps. J’veux m’éclater et rattraper ce que j’ai perdu, parce que j’aurais peut-être pas une nouvelle chance d’exister. Alors après tout, qu’importe. »

Le jeune homme s’était tu, assis face à elle, face à ses yeux qui s’étaient tant adoucis en quelques secondes. Elle lui avait souri, étrangement, comme quoi, cette fille semblait réellement capable de passer d’un sentiment à un autre alors qu’il n’arrivait même pas à mettre de l’ordre dans ses émotions en ce moment. Assise face à lui, elle avait semblé si forte, inébranlable quand son regard le transperçait de sa rage. Il n’avait jamais compris que c’était ce qui la faisait avancer depuis le début. La rage de vivre et de s’en sortir. D’être forte face à la souffrance. Et elle savait de quoi elle parlait. Pas lui. Au final, il avait juste cherché du mauvais côté. Son énervement à son égard était tout simple, si simple qu’il n’y avait pas pensé et qu’il ne l’avait pas compris quand elle avait cherché à le lui expliqué. Du coup il n’avait pas eu les bonnes paroles et elle s’était enfoncé dans la certitude qu’elle n’avait aucune importance à ses yeux. Sauf que, justement, ce qu’elle voulait plus que tout, c’était exister, et surtout pas passer inaperçu et disparaitre.

« J’espère que ça va aller pour ta sœur. »

A son tour, il avait souri avant de se poser à côté d’elle pour s’allonger. La tension s’était mystérieusement évanouie entre les deux jeunes gens. L’abcès était crevé, sûrement.

« J’espère que ça ira pour ta famille. »

Quelques secondes plus tard, la jeune femme s’allongeait contre lui.

« T’as de la chance de pouvoir t’inquiéter pour eux. »

Cette fois, c’était la jeune femme qui s’était relevée pour l’interroger du regard, comprenant que, finalement, il n’y avait pas que lui à ne pas avoir posé les bonnes questions et que, peut-être, elle avait aussi loupé quelques-unes de ses souffrances profondes. Le jeune homme l’embrassa pour la faire taire. Et après quelques nouveaux sortilèges, ils passèrent la nuit ensemble.

Revenir en haut Aller en bas
 
Lo hecho esta hecho - Sovahnn/Alec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ► "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» Marianna • Del dicho al hecho, hay gran trecho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: Salle commune des Poufsouffles-
Sauter vers: