AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Everything Fades To Gray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Everything Fades To Gray   Jeu 6 Oct 2011 - 18:33

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Il n'y avait pas grand chose finalement, pour la sortir de sa léthargie. Certes, ça aurait pu être pire, bien pire. Elle n'était pas retournée aux cachots et Overton était morte, si bien qu'elle n'avait pas eu à subir de nouvelle torture physique depuis un moment maintenant. Sa soeur était distante, mais elle était toujours bien portante, et vivante elle aussi, autant qu'elle pût en juger. Et Rafael... Et bien il vivait sa vie, et elle tâchait de ne plus s'en soucier. Ca faisait toujours mal de penser à lui, mais elle n'arrivait pas à savoir si c'était parce qu'elle l'aimait encore ou parce qu'elle ne supportait pas qu'il eût pu se jouer de ses sentiments. Elle se faisait l'effet d'être la dernière des idiotes à avoir ainsi cru une seconde fois à ce qu'on lui avait dit et à avoir de nouveau été bafouée. Elle n'avait jamais eu le fin mot de l'histoire et en fin de compte, elle ne voulait même plus l'avoir. Tout ce qu'elle voulait, c'était oublier. Oublier ses sentiments, oublier la trahison, oublier la distance de C.C... Non, ça, c'était sans doute la seule chose qu'elle était bien incapable de faire. Sa soeur comptait plus que tous les mecs de la terre. Et la savoir loin lui vrillait le coeur.

Alors à défaut de pouvoir se rapprocher d'elle, elle avait continué à travailler d'arrache-pied avec Mandrake, dans l'espoir de pouvoir enfin, réellement, devenir chat et aller s'enquérir sous forme féline de ce qui éloignait sa jumelle d'elle. Pas une journée ne passait sans qu'elle s'y mette sérieusement, à un moment ou à un autre, et là, en sortant d'un cours d'arithmancie, elle avait prévu de rejoindre la salle de métamorphose pour travailler, encore, sans relâche. Tout le monde était déjà sorti, et avait déserté le couloir de l'étage peu usité lorsqu'elle avait à son tour franchi la porte de la salle de cours. ET à peine eut-elle fait un pas qu'elle se souvint du parchemin anatomique qu'elle avait laissé sous son pupitre, à l'abri des regards et qui lui était nécessaire. Elle le connaissait par coeur, mais il était toujours plus prudent de l'avoir avec elle, au cas où. Et aussitôt elle rebroussa chemin.

Revenue à sa place habituelle, elle chercha le morceau de papier fébrilement. Non. Il ne pouvait pas avoir disparu. Sans doute avait-il roulé quelque part, n'est-ce pas ? Inquiète, elle se baissa pour inspecter le sol autour de son pupitre. Et elle l'aperçut enfin, un peu plus loin... devant une paire de chaussures masculines. Presque d'un bond, la Gryffindor se redressa brusquement pour croiser le regard de celui qui venait de se pencher pour ramasser le parchemin. Aux couleurs de son uniforme, elle reconnut un Hufflepuff.

"Excuse-moi, mais ce rouleau est à moi..."

Au moins, ce n'était pas un vil Slytherin, elle avait donc une chance de récupérer son bien. Et pour ça, il valait sans doute mieux qu'elle se montre aimable. D'autant que le jeune homme ne lui semblait pas antipathique.

"Tu veux bien me le rendre s'il te plait ?"

Intérieurement, elle priait pour qu'il ne le déroule pas. Quelle excuse allait-elle trouver, alors, s'il lui demandait pourquoi elle était en salle d'arithmancie avec un parchemin anatomique de chat ? Se préparant à l'éventualité, elle se creusa les méninges quelques instants, espérant trouver un bobard qu'il pourrait gober...


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 11 Déc 2011 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Jeu 6 Oct 2011 - 20:22

Et une journée de finie. Une de moins à supporter. Caem avait beau être un bourreau de travail, il commençait clairement à fatiguer. Ce n’était pas une vie, ce ne serait jamais une vie ici. Certes les cours étaient à peu près normales, et encore pas tous, mais le reste… Plus le temps passait et plus le jeune homme se demandait si ce lieu retrouverait un jour sa fonction première d’école. Cela lui paraissait presque impossible. Il y avait trop de chemin à faire pour ça et les dirigeants partaient plutôt dans la direction opposée. Parfois, le jeune russe avait juste envie de tout envoyer valser. De se laisser porter par un geste désespéré, d’arrêter de faire l’élève sérieux comme si de rien n’était. Ce genre d’idées, il les avait depuis la fois où un Supérieur les avait attaqués avec Zora. Cette fois où ils étaient si près de trouver un bonheur parfait bien qu’éphémère. Mais ce type avait détruit leurs espoirs d’un coup de baguette magique. Il s’était contenté d’anéantir tout ce qui pouvait redonner le sourire à Caem. Avec Zora, il trouvait toujours la paix mais ce moment là était sans doute le plus magique qu’il ait vécu depuis son arrivée. Jusqu’à ce que ce crétin arrive. Après ça, les souvenirs du garçon étaient assez flous. Il se souvenait juste avoir été tant en colère qu’il s’était battu autant que possible mais que l’autre s’était avéré plus fort et qu’il avait fini par se réveiller au cachot. Il n’y avait passé que deux jours mais cela lui suffisait amplement. Depuis, il était calme, sachant très bien que s’il s’excitait, il n’aurait peut être pas de seconde chance. Et pourtant… Et pourtant il n’en pouvait plus. Apprendre ses leçons, faire ses devoirs… Il n’y était plus habitué. Avec le temps sa motivation s’estompait un peu. Il travaillait toujours autant, pour sa mère, en sa mémoire et pourtant, parfois, il se demandait le sens de tout ça. S’il ne sortait jamais d’ici ? A quoi cela aurait-il servi ? S’il mourrait le lendemain pour insubordination quelconque ? Il n’était plus sûr de lui. Il ne serait sans doute plus jamais sûr de rien. Les seuls moments où il arrêtait de se prendre la tête, c’était quand il voyait Zora où quand il recevait une lettre de son demi-frère et de sa demi-sœur. Eux qui étaient encore jeunes, qui n’allaient pas prendre la direction de Poudlard tout de suite quand bien même ils auraient des pouvoirs. En tout cas, il aimait lire leur écriture maladroite, reflet de leur parfaite innocence… Chaque jour il s’étonnait de son attachement pour eux. Et en même temps, il ne désirait qu’une chose, qu’il ne connaisse pas la même chose que lui. Non pas qu’il se considérait comme un martyre, non il souhaitait juste que son père ne reproduise pas les erreurs du passé et il comptait bien le surveiller de près.

Toujours était-il que le cours était fini, que la plupart des élèves étaient déjà partis et que Caem venait tout juste de reconnecter. Il allait devoir travailler encore un peu plus… Bah au moins ça lui ferait une occupation saine, ce n’était pas plus mal. Le jeune homme rangea donc ses affaires de son sac et se leva. La salle était maintenant vite, même le prof était parti sans faire gaffe qu’un élève était toujours là. De toute façon, le Poufsouffle, hormis sa récente petite aventure ne faisait pas parti des élèves auxquels on prêtait attention. Non, il semblait trop docile, trop sage pour représenter le moindre danger. Quelque part ça l’arrangeait bien, au moins il n’avait pas quelqu’un sur le dos en permanence. L’adolescent profita donc de cette solitude pour zigzaguer dans la pièce, observer un peu le tout. Le destin était quand même fou quand il y repensant. Il avait fallu que sa mère meurt pour qu’il intègre enfin une école de sorcellerie, qu’il connaisse enfin ce plaisir de découvrir ce monde en profondeur. Mais il avait fallut aussi qu’il arrive en pleine crise. Il lui arrivait parfois de se demander si son père était au courant et s’il l’avait envoyé volontairement ici. Il avait du mal à le croire, il lui avait pardonné et lui n’avait aucune raison de lui en vouloir, un gosse de six ans fait rarement du tord à son père. Caem poussa un long soupir, il fallait vraiment qu’il arrête et qu’il pense plutôt à se reposer un peu, la fatigue lui faisait penser n’importe quoi. Le jeune homme se décida donc enfin à rejoindre sa salle commune pour s’isoler mais un parchemin sur le sol attira son attention. Il se baissa pour le ramasser. A peine se fut il relevé qu’il remarqua une paire d’yeux sur lui. Une jeune femme, son visage lui disait clairement quelque chose... Ever, elle lui ressemblait clairement mais il savait bien que ce n’était pas elle, surtout vu qu’elle portait les couleurs de Gryffondor. Il devait sans aucun doute s’agir de sa sœur. Oui aucun doute là-dessus. Le jeune homme écouta donc la jeune femme prendre la parole. Malgré son ton plutôt aimable, il sentait bien qu’elle cachait un truc. Bof, ce n’était pas ses affaires.

« Pas de souci, je me demandais en plus à qui il pouvait bien appartenir… »

Sans plus poser de question, Caem tendit donc le fameux parchemin à la jeune femme avec un sourire amical. Il n’avait jamais été du genre voleur et quand bien même il n’y avait eu personne pour venir chercher ce rouleau, il l’aurait peut être ouvert pour chercher un nom ou un truc du genre mais rien de plus. Surtout que depuis sa venue ici, il avait très bien compris que se mêler des affaires des autres n’était pas vraiment la meilleure solution. On ne sait jamais ce qui se cache, ni ce qui risque de nous exploser à la figure.


« Tu es la sœur d’Ever c’est ça ? »


Caem avait légèrement hésité à poser cette question. Non seulement parce que la réponse était évidente et qu’il savait bien qu’en général, dans ces cas là, être toujours rattachée à sa sœur n’était pas agréable. Mais c’était sa façon d’engager la conversation ou du moins, d’achever l’échange sur une note de sympathie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Lun 24 Oct 2011 - 22:31

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Un Hufflepuff avait ramassé son parchemin et pendant un bref instant, elle craignit qu'il ne le déroulât et ne lui posât nombre de questions auxquelles elle ne voyait pas vraiment de réponse satisfaisante à apporter. Un bref instant qui lui sembla durer une éternité. Elle avait imaginé qu'il comprendrait, qu'il la dénoncerait, qu'elle se retrouverait de nouveau sous le joug des Supérieurs. Pas de la Overton, elle était morte, mais les autres étaient-ils moins pires ? Elle n'en était pas certaine. La bibliothécaire avait su trouver la faille dans la carapace de bravoure qu'elle était capable d'endosser pour surmonter la douleur, les autres pourraient sans doute faire de même. Et alors, jusqu'où irait-elle cette fois ?

Secouant la tête pour chasser ses pensées, elle passa finalement une main sur son visage. Rester calme, se tranquilliser. Il venait de dire qu'il se demandait à qui c'était, il le lui tendait d'ailleurs. Un peu trop rapidement, sans doute, elle s'empara du parchemin et le fourra dans sa besace.

"Merci... C'est pour un devoir, j'en ai besoin..."

Ce qui n'était pas tout à fait un mensonge, mais pas exactement la vérité non plus. Pas dans son entièreté toujours. C'était effectivement pour un devoir, mais pas un de ceux qu'on donnait à tous les élèves. Elle en avait besoin, mais clairement pas pour une raison purement scolaire. Et s'il l'avait déroulé, elle ne savait pas du tout comment elle aurait pu réagir. Là, maintenant que le morceau de papier était bien sagement replacé dans son sac, elle sentit un poids quitter ses épaules, et se détendit un peu. Moins sur ses gardes, moins farouche, elle esquissa un sourire à l'attention du jaune et noir.

"Enfin merci."

Oui bon d'accord, ça, elle l'avait déjà dit. Mais que pouvait-elle ajouter d'autre ? Elle ne le connaissait pas, pas plus qu'il ne devait la connaître elle et...

Rectification : lui savait au moins une chose sur elle. Elle le dévisagea un moment, se demandant quel lien il pouvait avoir avec sa jumelle, et s'il représentait une menace pour elle. Et après quelques secondes tendues, de nouveau, elle se décida à hocher la tête et à répondre, aimablement bien qu'une pointe de lassitude transparût dans sa voix.

"Oui C.C... Enfin Everleigh, est ma jumelle. Nos visages ne trompent pas, même si on ne porte pas les mêmes couleurs. Et toi, tu es ?"

Elle se surprit elle-même à poser cette question. Mais depuis combien de temps n'avait-elle pas eu un dialogue normal avec quelqu'un ? C'était peut-être l'occasion de rompre son habituelle solitude et elle s'appuya contre un coin de table, lui laissant le loisir de lui répondre s'il le souhaitait...

"Tu la connais comment C.C. ? Enfin Ever... ?"

Elle avait fait son possible pour sembler aimable, pas trop inquisitrice, tâchant de maîtriser sa voix pour la rendre plus douce, mais sans doute qu'un peu de son désir de protéger sa moitié transparaissait dans son ton, dans son attitude et dans son regard.

"Enfin... Si c'est pas trop indiscret... ?"

A vrai dire, être indiscrète, elle s'en fichait un peu. C'était le retour probable des questions qui l'inquiétait davantage. Elle ne détaillerait certainement pas ses sentiments et ses mésaventures à un inconnu, aussi gentil pût-il paraître.


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 11 Déc 2011 - 20:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mer 2 Nov 2011 - 0:48

Quand la jeune femme récupéra le parchemin vivement, il comprit qu’il ne devait pas s’agir d’un simple morceau de papier. Pourtant, il ne posa pas de questions et se contenta de sourire quand elle le remercia. Il sentait bien que ce truc la rendait nerveuse. Apparemment, il devait cacher quelque chose mais ce n’était pas ses affaires. Lui-même avait ses secrets et il n’aimait franchement pas qu’on s’en mêle, à part quelques privilégiés qui avaient dû mettre bien du temps avant de trouer sa carapace. Mais la question n’était pas là. La sœur d’Ever, puisqu’elle venait de confirmer leur filiation repris la parole. Oui la ressemblance était frappante et pourtant, cela se sentait immédiatement que les deux filles n’étaient pas pareilles. Leur physique était similaire et pourtant, au-delà des maisons différentes, il y avait quelque chose dans le regard, dans la façon d’être qui les rapprochait tout en les éloignant. Caem ne pouvait pas exprimer clairement ce qu’il percevait, surtout qu’il ne connaissait vraiment bien aucune des deux sœurs et pourtant, cela lui semblait évident. Enfin, alors qu’elle venait de lui demander qui il était, l’adolescent essaye de concentrer ses neurones pour se souvenir du prénom de la jeune femme. Elle était dans la même année que lui, il devait réfléchir… Killian, il en était presque sûr. Oui presque parce qu’il avait un peu de mal avec les prénoms. N’étant pas là depuis le début de sa scolarité, ça faisait beaucoup de visages et de noms à retenir rapidement et le Poufsouffle avait parfois du mal à associer tout ça. L’avantage qu’il avait, c’était que connaissant Ever, forcément il avait fait plus ou moins attention à sa jumelle, disons rapidement, il n’ignorait pas sa présence. Enfin bref, il devait répondre à la question là, où il allait bien finir par passer pour un rustre sans une once de bonne éducation.


« Caem Kaliayev, enchanté ! »


Avec un petit sourire, le jeune homme tendit sa main à Killian pour qu’elle la serre, en signe de sympathie. Il aimait bien commencer par être en bon terme avec les gens, cela ne servait à rien de se faire des ennemis, il en avait assez comme ça, sans même le vouloir. La jeune femme repris ensuite pour lui poser une question, d’un ton aimable et pourtant, cela se sentait qu’elle était curieuse, peut être pas inquiète mais presque. Après tout, Caem se doutait bien que les jumelles étaient proches, que ce soit voulu ou non et il devait y avoir des instincts protecteurs assez naturels. Enfin bref, cela l’amusa et quand elle demanda si ce n’était pas trop indiscret il laissa échapper un léger rire avant de prendre exemple sur elle en s’adossant en face. L’adolescent parla à son tour, d’un ton parfaitement calme, toujours souriant. Sur ce sujet il n’avait clairement rien à cacher aussi cela ne le dérangeait pas de répondre.

« Non pas de problème t’inquiète. Et bien, je l’avais déjà croisée en cours puis un de ces quatre, je l’ai aidé à retrouver son chat… Ambre ? Qui avait décidé de prendre la poudre d’escampette. »

Ce n’était pas nécessaire de préciser qu’il s’était rendu ridicule d’une parce qu’il ne se souvenait plus à ce moment-là du nom de la sœur de Killian et de deux parce qu’il s’était lamentablement pris une branche en pleine tête… Non, il passait déjà assez pour un simplet comme ça, ce n’était pas la peine d’en rajouter avec ce genre de petits détails. Sans trop savoir pourquoi le Poufsouffle avait alors envie de poser des questions à la jeune femme. Non pas pour assouvir une sorte de curiosité malsaine mais juste parce qu’il avait envie de s’amuser un peu en parlant avec quelqu’un. Elle lui posait des questions, pourquoi ne pas en faire de même ? Il aurait pu attaquer sur le fameux parchemin mais son intuition lui disait que c’était un terrain glissant et qu’aborder directement le sujet pourrait très bien mettre à terme à tout dialogue. Il décida donc de continuer à peu près dans la même lancée. En effet, ils venaient de parler d’Ever et des bribes de leur conversation lui revenaient, il décida donc d’apporter un sujet lui aussi assez glissant mais il tenta de le faire de manière habile, gardant toujours son sourire.

« Et dis moi, sans vouloir être indiscret bien sûr, tu partages les mêmes avis que ta sœur sur le fonctionnement de cette école… ? »

Oui, Caem savait très bien que ce genre de questions était très délicat. Mais tant pis, ces dernières aventures lui avaient bien prouvé que quoi qu’il fasse, il était plus ou moins exposé au danger alors autant mettre un peu de piquant. Et puis, en tournant sa question de la sorte il n’avait en aucun cas exposé son avis, il était donc plus ou moins tranquille. Le russe attendait donc la réponse, l’air serein, les bras croisés et un sourire innocent et doux toujours dessiné sur le visage. Ses yeux bleus ne laissaient voir rien d’autre qu’un grand calme, une grande sérénité. Comme-ci tout cela ne l’atteignait pas vraiment, quelque soit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Lun 28 Nov 2011 - 21:49

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Ce type, elle ne le connaissait pas et depuis ses derniers déboires, elle restait méfiante. Pourtant, elle devait bien avouer qu'il avait vraiment l'air gentil. Elle esquissa un sourire en réponse au sien, pas très certaine de la conduite à tenir. D'un côté, elle se disait que puisqu'il ne posait pas de question, c'était peut-être qu'il était juste gentil. Et de l'autre, elle ne pouvait s'empêcher de se demander où était l'entourloupe. Mais c'était une Hufflepuff, pas un Slytherin. Elle tâcha donc de se montrer si ce n'est parfaitement aimable, au moins un peu plus avenante, moins sur la défensive. Jusque-là, les sable et or n'avaient jamais causé de problème à la Gryff qu'elle était, il y avait toutes les chances pour que lui non plus, n'est-ce pas ?

Au fond, elle espérait juste que quelqu'un pourrait lui prouver que non, tous les inconnus ou vagues connaissances n'étaient pas tous que des gens intéressés et mesquins. Ou des Supérieurs en puissance. Qu'il y avait aussi des gens bien, qu'on pouvait ne pas se méfier de tout le monde. Qu'en dehors de son petit cercle d'amis, il y avait aussi des personnes à qui on pouvait faire un minimum confiance. Au moins en surface.

Il lui tendait la main, s'étant présenté. Elle esquissa encore un sourire. Ce type avait vraiment l'air gentil. Et doux. Et ça, ça faisait des vacances. Elle lui serra la main, fermement. Pas de ces poignées de main mollassonnes qui ne méritaient pas de porter ce nom. Non. Une poigne ferme, et virile presque... Il y avait toujours chez elle une part masculine qu'elle se plaisait à montrer. Et puis c'était aussi une manière de s'affirmer, de mettre en garde. Genre tu touches à ma soeur, je te laisse imaginer. Ou fais gaffe, je sais me défendre.

"Moi c'est Killian, enfin tu le sais sans doute déjà."

En fait, ce type, il ne lui inspirait pas vraiment de méfiance. Il avait l'air doux, donc, gentil, aimable. Il souriait et riait, ce qui n'était pas le cas de tout le monde à présent dans l'école. Et malgré les menaces qui avaient peut-être pu transparaître de son attitude, il ne se mettait pas sur la défensive. Un bon point pour lui.

"Ah, t'as eu affaire à Ambre, oui c'est comme ça qu'elle s'appelle. Elle est un peu sauvage des fois..."

Comme il s'était installé en face d'elle, elle tentait de se détendre à son tour. "Des fois" lui semblait être un euphémisme, connaissant la petite terreur que pouvait être la minette parfois. Mais elle savait aussi qu'elle pouvait être adorable avec sa maîtresse, et que celle-ci l'adorait. Parfois, même, elle était un peu jalouse de la proximité de la féline avec sa jumelle. Souvent même. La question suivante la laissa un instant abasourdie. Elle le dévisagea, puis fit le tour de la pièce des yeux, comme si elle craignait qu'ils ne fussent surpris. Et elle lança un sort sur la porte, pour la fermer, d'abord, puis pour l'insonoriser.

"Ca dépend... Qu'est-ce qu'elle t'a dit ? ..."

Effectivement, c'était une question délicate. Et si elle éveillait les soupçons de Killian, elle attisait aussi sa curiosité. Pourquoi, de tous les sujets qu'il eût pu aborder, était-ce celui, sous-jacent, de la Résistance qui avait prévalu ? Que pensait-il ? Que souhaitait-il ? Elle n'imaginait pas que ces yeux bleus si doux, si calmes, pussent dissimuler quelque noirceur. Pourtant, elle savait bien que les apparences pouvaient tromper. Que le diable pouvait se cacher sous un visage d'ange. Que ce qu'on prenait parfois pour acquis pouvait n'être qu'une mascarade. Elle en avait fait les frais, déjà, par le passé. Et elle craignait que ça ne recommençât.

Et pourtant elle voulait croire que des personnes sincères, fondamentalement douces, réellement gentilles, ça pouvait exister. Elle voulait qu'on lui prouve qu'on pouvait avoir foi en l'être humain, encore, malgré ce qu'elle avait pu vivre de détestable et blessant et douloureux. Et ses yeux plongés dans les eaux calmes de ceux de Caem, elle laissa échapper un soupir.

"J'imagine que mon geste donne déjà le ton. Si j'étais pro-Supérieure, je n'aurais rien à cacher, et donc je n'aurais pas verrouillé la porte. CQFD. Mais je crois que ça n'est pas vraiment un secret que je ne porte pas le régime actuel dans mon coeur."

"Prouve-moi qu'il peut encore y avoir des gens biens, Caem, s'il te plaît..."
Elle ne tremblait pas, ne cillait pas, sa voix n'avait pas vacillé. Mais au fond, elle était terrorisée. C'était quitte ou double. Soit elle trouvait un allié en la personne du Hufflepuff, soit elle venait de signer son arrêt de mort. La neutralité ne lui venait même pas à l'esprit. Les neutres, à son sens, finiraient sans doute à un moment ou à un autre parmi les pro-Supérieurs pour éviter les cachots, et la torture, et les persécutions. Et les secondes s'égrainaient lentement, trop lentement...


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 11 Déc 2011 - 20:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Sam 10 Déc 2011 - 18:49

Caem avait rit intérieurement au moment de la poignée de main avec Killian. Il n’en attendait pas moins de la jeune femme. Elle portait sur son visage, sur ses traits ce côté assez ferme, sûre d’elle et surtout pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Il avait même l’impression que c’était plus marquant chez elle que chez sa sœur, sans trop savoir pourquoi. Toujours était-il que la jeune femme semblait vouloir montrer au Poufsouffle qu’il n’avait pas vraiment intérêt à faire le con avec elle. En même temps, ce n’était clairement pas son intention. Tout ce qu’il voulait lui, c’était du contact humain. Cette chose qui lui semblait de base si simple et qui pourtant semblait venir d’une autre planète pour tous les élèves de Poudlard. Il avait perdu leur foi en l’être humain. Ils semblaient se croire condamner à une vie de désespoir, entourés d’être tous plus mauvais les uns que les autres. Pourtant l’adolescent lui était persuadé qu’il y avait un moyen de sortir de cette merde, que tout n’était pas coincé et qu’en tout cas, il restait des gens biens, ou du moins, des gens humains. Il ne prétendait pas que cette école était peuplée d’être avec le cœur sur la main, là n’était pas la question. Il avait passé l’âge de croire aux supers héros seulement, il croyait au genre humain, à la capacité de chacun à ressentir des émotions et à ne pas se contenter de suivre ce qu’un apprentissage formatant vous inculque. Il savait que certains étaient capables de passer outre la peur et ouvrir les yeux sur ce qui se déroulait réellement ici. Caem n’appelait pas à la révolte pour autant. Lui-même n’était pas un grand révolté. Pourtant, aborder le sujet avec Killian lui semblait assez approprié. Une fille comme elle avait forcément une idée précise, une position claire et nette. Elle était trop forte, trop vive pour ne pas être engagé dans une pensée sans appel. Il était presque sûr qu’elle n’appréciait pas trop le fonctionnement des Supérieurs. En la voyant fermer la porte et lancer un sort qui semblait avoir pour but de l’insonoriser d’après la formule, il ne cilla pas. Non, il resta toujours aussi neutre, souriant, comme si sa réaction n’avait absolument pas modifié sa façon d’envisager la situation. Le jeune russe ne pu cependant s’empêcher de sourire quand elle lui demanda ce qu’Ever lui avait dit. Il se contenta de lâcher quelques mots, attendant de l’entendre s’exprimer.

« Oh rien de particulier, juste quelques paroles en l’air comme ça qui montrait une certaine… Indignation. Oui je crois que c’est ça le mot. »

Caem était toujours impassible. A vrai dire, il n’avait pas envie de manipuler Killian, de la faire douter par plaisir sadique. Non en réalité, c’était sa personnalité qu’il était en train de sonder, discrètement, sans aucune violence. Plutôt que de lui demander de raconter sa vie pour la comprendre, il préférait la cerner de manière plus implicite. Et il n’en fut pas déçu. La façon qu’elle eut de soutenir son regard, de lui dire clairement sa position tout en subtilité. Mais elle avait confirmé sa position. Au lieu de faire dans la demi-mesure, elle venait de confirmer sa première impression. Cette fille était une battante et elle admirait ça. Même si les personnes comme elles allaient parfois trop loin à son goût, dans un quel contexte, il ne pouvait que saluer son courage. Le jeune homme pencha alors légèrement la tête sur le côté, souriant toujours.


« Impressionnant. J’aimerais pas te compter dans mes ennemis. Une vraie guerrière… »


Caem se mit alors à rire. La bonne humeur n’avait jamais tué personne et il en avait toujours été le fervent défenseur. Quoi qu’il arrive, garder le sourire, être positif, affronter chaque obstacle en douceur et la vie parait immédiatement plus facile. Une doctrine toute simple et qu’il avait pourtant parfois lui-même du mal à appliquer, mais ça, c’était son petit secret. L’adolescent décroisa alors les bras, prenant appui sur la table contre laquelle il était adossé, puis, sautant comme un enfant le ferait, il s’assit dessus.

« Tu n’as pas à t’inquiéter, je ne les porte pas dans mon cœur même si plutôt que de penser à une quelconque révolution j’ai pour l’instant essayé d’avoir une scolarité normale. »

L’adolescent n’était pas sûr que cela plaise à la Gryffondor mais elle avait été sincère alors il comptait bien l’être aussi. Le jeune homme balançait ses jambes d’avant en arrière, souriant toujours. S’il n’avait pas eu ce physique là, si on ne jugeait qu’à son attitude, on lui aurait clairement donné quelques années de moins. Tout le paradoxe de ce jeune homme, mature et en même temps, parfois tellement enfantin… Enfin, Caem regardait toujours la jeune femme, ne comptant pas trop s’étaler sur ce qu’il venait de dire. Ce n’était pas vraiment son genre, l’honnêteté oui mais raconter sa vie… Très peu pour lui. Il n’avait pas envie d’être pris en pitié, qu’on le plaigne etc. Il était comme les autres, il voulait être un étudiant comme les autres mais apparemment il avait mal choisit son année pour arrivée dans l’école… Mais se plaindre n’était franchement pas une solution. Aussi, il espérait que Killian, comme avait pu le faire Zora, lui montrerait qu’ici, on pouvait encore passer de bons moment ou tout du moins, échanger un sourire, voire même un rire. Rien que ça, ce n’était pas trop demander…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Dim 11 Déc 2011 - 20:46

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Killian était devenue méfiante, depuis ses derniers déboires avec Overton et Paley. Chacun à leur manière, ils lui avaient fait du mal, et elle ne comptait pas laisser quiconque lui en faire de nouveau. Elle ne savait pas encore que la prochaine personne sur la liste serait sa soeur elle-même. Toujours était-il que, face à Caem, elle ne se laissait pas démonter et se montrait peut-être un peu trop rude. Mais elle était quelqu'un d'assez brut, de base, et ça se sentait certainement dans son attitude. Ca ne signifiait pas qu'elle ne pouvait pas se montrer douce et câline, parfois, il fallait juste être là au bon moment, et il fallait surtout que ça soit la bonne personne. Pour ce qui concernait le Hufflepuff, à vrai dire, elle ne savait pas vraiment comment réagir, quoi penser du jeune homme. Ses yeux bleus tranquilles et son attitude le rendaient attachant, mais ça ne serait pas la première fois qu'elle se ferait avoir. Alors, oui, malheureusement, elle ne se laissait pas vraiment aller. D'autant que le sujet de la révolte, ou au moins, de l'avis qu'elle pouvait avoir sur les Supérieurs était pour le moins délicat. Des oreilles indiscrètes et ils étaient tous deux bons pour les cachots. Etonnament, ça n'avait pas l'air d'inquiéter plus que ça le jaune et noir.

Au contraire, il souriait toujours, répondant à sa première question de façon vague. Mais elle nota l'indignation de sa jumelle. Elle qui, pourtant, avait si longtemps refusé l'idée d'une révolte, c'était étrange qu'elle dévoilât à un inconnu ou presque, une partie de ses sentiments à l'égard des Supérieurs. Ou peut-être avait-ce été parce que c'était elle qu'elle n'avait jamais vraiment voulu en parler ? L'idée d'être rejetée par sa moitié lui fit grincer les dents, mais elle ne dit rien de plus à ce sujet. Le russe n'avait pas à subir sa frustration d'être, peut-être, éloignée de sa jumelle. Et il était tellement avenant, sympathique, de bonne compagnie qu'elle n'avait pas vraiment envie de passer ses nerfs sur lui, loin de là.

C'est un sourire carnassier qui se peignit sur son visage quand il commenta son caractère. Impressionnante, une vraie guerrière... ouais il y avait sans doute de ça. Elle ne comptait pas le détromper. Même si, parfois, elle songeait qu'elle avait aussi ses faiblesses, ses doutes et ses craintes.

"Je ne te le conseille pas, en effet. Il paraît que je ne suis pas toujours très tendre... Certains cons de l'école ont déjà tâté de mes poings, je pense qu'ils ne sont pas pressés de recommencer..."

Ca pouvait sembler un peu fanfaron, mais c'était, de fait, la stricte vérité. Elle n'hésitait jamais, quand il s'agissait de défendre son honneur ou celui de sa soeur. Et il y en avait plus d'un qui en avait pâti.

Le rire du Hufflepuff était effectivement assez communicatif, même si, encore un peu sur ses gardes, Killian ne laissa pas exploser sa bonne humeur comme lui. Elle souriait, cependant, et au vu des derniers événements dans sa vie, ça n'était déjà pas si mal. Pourtant, elle était loin de partager son avis. A rester observateur et attentiste, on en revenait à cautionner les agissements de ces êtres abjects. Si personne ne s'élevait contre eux, ils resteraient en place, et continueraient à torturer et tuer impunément. Et ça, c'était inadmissible. Même si elle donnait raison à sa moitié qui suggérait de bien se préparer et de rester discret jusqu'au moment où ils pourraient vraiment frapper fort pour faire écrouler le régime actuel.

"Ne rien faire, c'est les laisser agir. C'est cautionner ce qu'ils font. Je ne dis pas qu'il faut foncer dans le tas, on se ferait décimer. Mais si tout le monde pense comme toi, personne ne fera jamais rien contre eux. C'est trop facile de se dire "je laisse les autres s'en occuper"."

Elle haussa cependant les épaules. Elle ne pouvait pas vraiment lui jeter la pierre, cela dit. Les Supérieurs faisaient peur à beaucoup de gens. Des recrues pour la Résistance, il n'y en avait pas tant que ça. Et c'était bien le drame, d'ailleurs, à son avis.

"Et du coup, c'est quoi pour toi, être un étudiant normal ?"

Pas sûr que pour elle, ça existe encore... Il y avait trop de fantômes qui revenaient la hanter. Rien que le souvenir de la Overton l'obsédait, la torturait encore. Et la douleur d'avoir encore une fois été roulée par un mec ne s'estompait pas non plus. Ca plus la distance de C.C., c'était vraiment difficile à supporter. Mais Caem, il n'y était pour rien, n'avait rien à voir avec tout ça, et déjà, il lui avait fait parler des Supérieurs, c'était un pas énorme. Est-ce qu'il s'en rendait seulement compte ? C'était assez difficile à dire. Pour sa part, elle préférait de loin aborder une discussion plus... disons légère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mar 13 Déc 2011 - 19:14

Caem ne doutait pas du tout de la parole de Killian quand elle lui déclara que certaines personnes de l’école avaient déjà eu à faire à elle. Ça se voyait, c’était une personne endurcie, peut être trop vive parfois mais qui en tout cas ne se laisserait jamais marcher sur les pieds. Un peu son contraire en fait. Même si le jeune homme ne se laissait jamais vraiment faire, la violence ce n’était pas pour lui. Il préférait les mots et encore, même en parole il était rarement réellement virulent. Il avait un peu de mal avec ça et surtout, il détestait les conflits. Dès qu’il pouvait les éviter il le faisait et n’avait pas l’intention de commencer à changer maintenant. Même si parfois son pacifisme pouvait passait plus pour de la peur ou de la paresse, il s’en moquait. Il avait appris depuis le temps à passer au-dessus des réflexions, à vivre sa vie à sa façon même si ce n’était pas toujours évident. Le jeune homme souriait donc de manière plutôt tendre. Il aimait bien ce côté chez les autres, voir des gens dynamiques, il trouvait toujours cela agréable tant que les foudres n’étaient pas dirigées contre lui. La Gryffondor reprit alors la parole, réagissant immédiatement à la vision des choses du russe. Là encore, il se mit à sourire, mais de manière différente cette fois. Elle avait raison et il le savait très bien. Au fond, Caem était clairement de son avis et comprenait que son manque de réaction pouvait agacer mais d’un côté, il n’arrivait pas à s’engager dans ce conflit. Bien qu’après l’épisode avec Zora et le Supérieur une certaine flamme s’était allumée en lui, il avait encore du mal à se dire qu’il allait encore devoir se battre ici. D’une manière totalement différente de ce qu’il avait connu jusque là, certes, mais ça restait un combat rude, éprouvant mentalement. Laisser faire les autres… Oui c’était clairement ce qu’il voulait essayer de faire. Rien qu’une fois ne plus prendre de responsabilités et vivre sa jeunesse à fond. Son empathie le rendait incapable de rester inactif longtemps, il le savait très bien. Un jour ou l’autre il franchirait le pas et comme quelques autres élèves il mènerait des actions à sa portée pour mettre fin à ce climat infâme, à cette politique raciste et stupide. Mais pas maintenant. C’était encore trop tôt, il n’était pas prêt. Il avait besoin de repos. Mais ça, il ne pouvait pas l’expliquer, il était condamné à passer pour un lâche encore une fois. Il n’avait pas envie de se poser en martyre et se mettre à pleurer pour justifier son inaction. Aussi, il ne répondit pas, dans son regard, on sentait bien qu’il était d’accord avec Killian, mais il n’ajouta rien pour le moment. La demoiselle enchaîna alors en lui demanda ce que c’était pour lui être un étudiant normal. Un rire nerveux s’échappa alors de ses lèvres et il baissa la tête. Comment expliquer ? Il n’en savait rien lui-même.

« Je n’en ai pas la moindre idée. Peut être un de ces clichés que l’on voit dans les séries télé. C’est ma première année ici, j’aurais juste aimé découvrir une école avec ses engueulades d’adolescents, ses plaintes à cause des cours… Je crois que c’est ça un étudiant normal mais je dois sans doute avoir encore beaucoup à apprendre. »

Caem releva alors finalement la tête, un petit sourire gêné aux lèvres. Que dire de plus ? Il se sentait totalement ignorant pour le coup. Il n’avait pas grandit comme les autres et en avait conscience. Il avait mûri plus vite et pourtant, il sentait bien qu’il était comme les autres. Qu’il avait besoin de se prendre la tête avec des disputes entre amis et des amourettes. Qu’il avait besoin de se faire des amis, de faire des conneries et de ne pas se préoccuper d’un combat quotidien que ce soit contre une maladie ou contre des Supérieurs tyranniques. Et pourtant, il n’avait apparemment aucune chance d’obtenir ça. Le temps qu’une vraie révolution se mette en place et que tout ça s’arrête définitivement, il n’aurait sans doute plus l’âge d’aller à l’école. Tant pis, il vivrait avec et se contenterait d’offrir cette vie à ses enfants s’il en avait un jour. Bien qu’il aurait aimé connaitre tout ça, ce n’était pas une raison pour se mettre à déprimer. Toujours sourire, toujours avancer, il se l’était juré, c’était une résolution qu’il gardait à l’esprit à chaque coup dur. Le jeune
homme regarda alors Killian droit dans les yeux et parla à nouveau.


« Continue sur ta lancée. On a besoin de gens comme toi. »


Elle devait le savoir. Caem se doutait bien que dans ce genre d’entreprises, dans ce genre de luttes, il devait y avoir des moments difficiles. Des moments où tout vous semble inepte, où la seule envie qui persiste c’est de claquer la porte, de tout abandonner. Mais si une fille avec la force de Killian abandonnait, alors il doutait fort de leur avenir à tous. Les meneurs sont certes fragiles, comme tous les autres, ceux qui bombent le torse, encaissent sont aussi des êtres humains avec des faiblesses. Pourtant, c’est eux que l’on veut suivre, que l’on prend pour modèle et qu’on ne veut jamais voir faiblir. Killian avait l’envergure de ce genre de personne et il ne fallait pas qu’elle lâche. Alors Caem avait décidé de lui montrer son soutient, à défaut de pouvoir le faire plus concrètement pour le moment. C’était sa façon à lui de se battre. En attendant d’être assez fort, il soutenait les autres. Un lâche au grand cœur diraient certains. C’était peut être ça. Le russe ne savait plus trop quoi penser et à vrai dire, il n’avait pas vraiment envie de se poser des questions existentielles pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mar 13 Déc 2011 - 20:50

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Killian ne se serait pas forcément décrite comme violente. Juste réactive. Effectivement, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds. Effectivement, certains avaient déjà tâté de ses poings. Et elle pouvait avoir des mots assez durs. Bon d'accord, elle était peut-être un peu violente parfois. Mais c'était toujours avec de bonnes raisons. Bon d'accord, parfois c'était sa fierté qui parlait. Mais elle n'était pas si méchante, si ? A discuter ainsi avec Caem, à le voir si calme, si souriant, si tranquille, elle doutait un peu. De là à ce qu'elle le montre, il y avait un gouffre, cependant. Et le sujet de la réaction - ou la non-réaction - à ce qu'était devenu l'école attisait ses foudres. Elle venait grosso modo de le traiter de lâche, mais il souriait encore. "Comment il fait pour rester aussi calme ?" Pour elle c'était tout simplement hallucinant. Surtout que voilà, son regard parlait pour lui, et il n'était pas du tout en train de dire qu'il acceptait l'état des choses. Non. Il y avait sans doute autre chose, mais elle ne savait pas quoi. Et ça n'était pas son genre de tirer les vers du nez de qui que ce soit. S'il ne voulait pas s'expliquer, elle n'avait sans doute pas le droit de le forcer à le faire.

Elle fronça un peu plus les sourcils lorsqu'il laissa échapper un rire nerveux. C'était tellement révélateur d'un mal-être qu'elle en avait le coeur serré. Oh ! Elle n'était pas du genre à venir le câliner pour le consoler, loin de là. Mais ça rendait les choses un peu plus compliquées. Il n'était pas simple d'esprit, il n'était pas simplement lâche, il y avait bien d'autres choses. Tout un panel de motivations et d'explications qu'elle ne possédait pas et qui l'empêchait clairement de ne serait-ce qu'entrevoir qui il pouvait être réellement. La seule chose qu'elle pouvait dire avec certitude, c'était qu'il n'aimait pas la situation actuelle. Un bon point pour lui, d'ailleurs.

"Ah oui... c'est ta première année... pas de bol..."

Nul moquerie dans sa voix, elle énonçait un fait. Il n'avait effectivement pas de chance d'être aussi mal tombé.

"C'était un peu comme ça avant. T'as sans doute raison, ça, ça devait être normal... Et j'espère bien que ça le redeviendra..."

Ne serait-ce que pour que ceux qui, comme lui, n'avaient connu que le joug des Supérieurs, voient l'école comme elle aurait toujours dû être. Ce sourire gêné, cet air perdu lui faisait mal au coeur. Il y en avait tellement, des comme lui... et tant d'autres encore plus à plaindre. Elle allait rajouter quelque chose, peut-être pour le rassurer, quand il reprit lui-même la parole.

Et pendant quelques instants, elle resta coite, le dévisageant, incrédule. S'il y avait bien une chose à laquelle elle ne s'était pas attendue, c'était à quelque chose de ce genre. Un compliment, un encouragement. Quelque chose comme ça. Et qui vibrait particulièrement en elle. Des mots qu'elle n'avait pas trop l'habitude d'entendre, en fait. On la voyait plus souvent comme une emmerdeuse entêtée et caractérielle que comme une chic fille.

Et sans crier gare, alors, sans raison apparente, elle approcha soudain et posa ses lèvres sur les siennes. Ce qu'il allait en penser ? Elle n'en avait aucune idée et c'est sans doute pour ça qu'elle recula rapidement. Et maintenant ? Elle avait agi sur l'impulsion, sans vraiment réfléchir. Un autre exemple de ce que C.C. lui reprochait. L'ancienne Katee lui aurait sans doute tapoté la joue, souriante, et aurait dit quelque chose comme "t'es mignon Caem, toi aussi, ne change pas" avant de tourner simplement les talons et de passer à autre chose. Elle ne s'en sentait plus capable. C'aurait été ce qui lui aurait sauvé la mise sans doute. Mais ses jambes ne semblaient pas vouloir se mouvoir, et elle n'osait pas détourner le regard, alors pourtant que soutenir le sien lui semblait être une épreuve insurmontable.

"Tu vois Eno', je crois que je ne suis pas encore prête à ça en fait..." Elle avait promis d'essayer, elle ne pensait pas que ce serait si difficile, dans les faits.

"Je suis désolée, je..."

"J'en avais envie, c'est tout". "Je n'aurais pas dû". "Je m'en veux, tu sais". Les mots se bloquaient dans sa gorge, et elle était partagée entre des émotions contradictoires. Elle inspira profondément, fermant un instant les yeux.

"C'était..."

"Idiot", "agréable", "absurde", "juste comme ça", "déplacé", "sympa", "pas malin". Elle ne savait pas comment poursuivre, une fois de plus. Une main nerveuse passa dans ses cheveux, et elle souffla, avant de rajouter, l'air particulièrement las.

"Ta copine apprécierait sans doute pas."

Bon ok, ça en fait, c'était sans doute pire que tout le reste. Que devait-elle lire dans ses deux billes bleues ? Elle essayait de déchiffrer son visage, pas certaine du tout d'y parvenir. A quoi avait-elle pensé, hein ? A rien, justement. Et ça ne menait à rien. Tout ce qu'elle risquait d'avoir gagné, c'était de se mettre le Hufflepuff à dos. Je sais bien qu'on est censées en profiter et ne rien en avoir à faire, Cap', mais là, j'y arrive pas..."

"Ne m'en veux pas, s'il te plaît..."

"Putain Killie ta gueule ! Tu t'enfonces !" Une nouvelle fois, elle ferma les yeux, et ses phalanges craquèrent. Non vraiment, là, elle n'en menait pas large. Ah ! Elle était belle, la fière Gryffindor, la "guerrière". "Ridicule..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mar 13 Déc 2011 - 21:22

Ouais pas de bol… A cette remarque Caem avait répondu avec son habituel sourire. Il s’en remettrait, il le savait très bien. Il avait juste besoin de plus de temps que les autres. Quand Killian lui affirma que la description qu’il venait de donner était sans doute assez fidèle à ce qu’il se passait avant, le jeune homme fut comme rassuré. Si l’image qu’il s’était faite d’une vie étudiante normale n’était pas fausse alors il y avait encore de l’espoir, du moins de la motivation pour lui. S’il pouvait se rattacher à cette image mentale, à ce rêve pourtant si simple, il arriverait sans doute à avancer. Avant tous ces évènements, beaucoup l’auraient sans doute traité de fou. Qui voudrait se retrouver avec une vie banale, des devoirs, des profs chiants ? Personne en soit. Pourtant, il était sûr que ceux qui avaient goûté ça, avait envie de revoir ce monde. Parce qu’après l’horreur, la banalité parait toujours plus douce. Cette fois, Caem avait sourit d’une manière étincelante. Oui ça reviendrait Killian. Tout redeviendrait normal un jour, seulement on ne savait pas quand. Ce serait comme l’aboutissement d’une quête, la fin d’un combat. Pourtant, la lutte commençait tout juste… Ne jamais perdre espoir. C’était le mot d’ordre. Puis, le jeune homme se concentra sur la réaction de la demoiselle quand il lui déclara son soutient, quand il l’invita à garder confiance et surtout, à ne jamais baisser les bras. Elle parut clairement surprise. Comme si elle n’avait jamais entendu ce genre de mots auparavant. L’adolescent se doutait bien que c’était une chose assez rare. Non seulement parce que dans ce climat ce ne devait pas être un sujet courant et puis, même au quotidien, la fierté de chacun, la pudeur empêche en général de dire aux autres le respect qu’ils nous inspirent. Pourtant le russe n’avait jamais été embêté par ce genre de principes. Il préférait dire ce qu’il avait à dire, se livrer. Même s’il était du genre réservé il savait que dans certaines occasions, il fallait tout déverrouiller et se laisser aller. Parler honnêtement juste pour voir un sourire, sentir une flamme se rallumer. Mais dans ce genre de situation, on ne sait jamais quelle sera la réaction de l’autre. De la fierté ? De l’incrédulité ? Ou tout autre chose… Ce fut la troisième solution dans ce cas présent. Caem gardait un regard bienveillant sur Killian, souriant, comme si ce qu’il venait de dire était la chose la plus naturelle du monde. Puis, tout alla vite, trop vite pour qu’il n’ait la moindre réaction. La jeune femme s’approcha de lui et vint déposer ses lèvres sur les siennes. Sur le coup, ce fut le jeune Poufsouffle qui resta totalement stupéfait. La jeune femme se recula alors et le fixa. Il sentait bien qu’elle aussi était déstabilisée par son propre comportement. Le russe se reprit cependant et afficha un air calme tout en l’écoutant se fondre en excuse et explications brouillonnes. Le sorcier aurait très bien pu l’interrompre tout de suite mais il l’écouta se débattre, parler de sa copine (qui n’existait pas) puis lui demander de ne pas lui en vouloir. Il détailla chaque expression de son visage. Puis, quand elle eu finit, il sauta de la table et alla la prendre dans ses bras.

« Qu’est ce que je disais… Une vraie guerrière, une poigne de fer et pourtant, un être empli de douceur… »

Caem garda Killian quelques instants contre lui puis il se recula et lui attrapa la main, posant son front contre le sien. De l’autre, il caressa doucement sa joue, souriant toujours, laissant son regard se perdre dans le sien. Il la sondait. Elle était perdue. Lui aussi été surpris mais bizarrement, cette situation ne lui faisait pas perdre son calme. Il avait encore le contrôle de chaque geste. Il agissait cependant selon ses envies, il ne calculait pas. Il était juste lui.

« Prenons les choses dans l’ordre. D’abord, tu n’as pas à t’excuser. Ensuite, j’ai pas de copine donc tu risques rien de côté-là. Et pour finir, je ne vois vraiment pas pourquoi je t’en voudrais. J’ai jamais eu l’habitude d’en vouloir à ceux qui savaient me montrer un peu d’affection, au contraire… »

Le jeune homme continua alors de regarder Killian. Lui-même ne savait pas quoi penser de tout ça. Il la connaissait à peine, il avait bien sûr appris quelques trucs sur elle via cette discussion mais elle restait mystérieuse. Et en même temps, il n’avait pas trop envie de prendre tout ça au sérieux. Seulement, il était aussi curieux de savoir pourquoi elle avait fait ça. Un manque affectif ? Une pulsion inexplicable ? Il n’en savait rien et très certainement qu’elle non plus. Caem tergiversa alors intérieurement puis, finalement, alla l’embrasser à son tour. Tout en douceur, il ferma les yeux et se laissa emporter par cet instant. Au fond, il se sentait con de faire ça parce qu’il savait très bien qu’il était en manque affectif mais que pour lui, tout ça n’avait pas encore de sens net dans sa tête. Et en même temps, cette fille lui faisait du bien, alors pourquoi se prendre la tête. Il suffisait d’être un adolescent normal après tout… Puis, il se recula, lâchant sa main, mettant environ un mètre entre eux. Il sourit alors de nouveau.

« Voilà, maintenant j’ai plus aucune raison de t’en vouloir puisqu’on est quittes… »

Caem rit alors de nouveau. Pas un grand éclat de rire, non juste un rire léger, doux. Cette situation l’amusait quelque part. Parce qu’elle lui faisait oublier tout le reste. Quelques instants auparavant ils avaient une discussion très sérieuse sur la situation de l’école et là, ils étaient redevenus des jeunes gens comme les autres, ne résistants pas à leurs envies, se laisser aller à un moment de plénitude. C’était ce qu’il aimait dans la vie. Rencontrer des gens, rire, sourire, vivre pleinement, ressentir de multiples émotions même si après, il fallait parfois vivre plus ou moins facilement avec. Rien à foutre, il voulait vivre. Il s’était trop privé, il voulait apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mar 13 Déc 2011 - 22:59

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Il souriait, encore et toujours. Comment faisait-il, avec tout ce qu'il se passait ici ? C'était quoi son secret ? Il devait bien avoir ses propres blessures, tout le monde en avait. Mais il arrivait à garder cet air tranquille et doux, malgré tout. Il ne perdait pas espoir. Rien que pour ça, il était admirable. Et à son avis à elle, c'était plus difficile que de coller son poing sur le nez de quelqu'un qui l'avait cherché. C'était sans doute ce qui lui manquait dans le nouveau Poudlard. Avant, ses problèmes, c'était grosso modo de savoir 1/ avec quel mec elle allait coucher demain, 2/ comment elle allait emmerder Mandrake. Et 3/ jouer au Quidditch. Pas d'attache, pas de sentiments, pas de question existentielle. Les sentiments, elle s'était fait avoir, elle ne voulait pas replonger. Et du reste, elle était clairement plutôt insouciante.

Et puis il y avait eu les Supérieurs, et ces considérations sentimentales étaient passées au second plan. Elle était passée par les cachots, parfois, elle avait une trop grande gueule. Même ça, ça ne l'avait pas brisée. La torture, la douleur physique, au final, elle encaissait plutôt bien. Ce qui lui faisait du mal, c'était encore et toujours les sentiments. Et il y avait eu Paley. Et elle s'était encore faite avoir. Pourtant à côté d'Overton et les siens, il n'aurait pas dû tant compter. N'empêche que ça avait fait mal, et que sa problématique c'était devenu tenir la promesse qu'elle avait faite à Eno'. Essayer de jouer avec les mecs et de ne pas s'y attacher. Et garder dans un coin de sa tête l'idée qu'elle trouverait un moyen de virer les Supérieurs. Et qu'elle découvrirait ce qu'avait sa soeur.

Foiré total.

Jouer avec les mecs, elle n'était clairement pas parée pour. Il suffisait de la regarder, là, bafouiller devant Caem. Non mais sérieusement, elle était où la lionne, là ? Virer les Supérieurs, on en était plus que loin. Quant à sa soeur, plus ça allait, plus elle était loin. Et effectivement, les mots d'encouragements, finalement, elle ne les avait pas si souvent entendus. "Pas même dans la bouche de C.C..." Alors oui, elle avait été surprise, et pas qu'un peu. Et elle ne se rendait même pas vraiment compte d'à quel point ça faisait du bien, en fait, d'avoir ce genre de compliment.

Et pour le coup, ils étaient quittes pour la surprise : son baiser avait dû sembler parfaitement incongru. Non ? Elle ne le quittait pas des yeux, et il avait toujours l'air aussi calme. Mais comment faisait-il, bon Dieu ?

I'm counting the seconds until you break the silence
So please just break the silence

Quand il sauta de la table, elle eut presque peur de ce qu'il allait faire, réagir finalement ? Elle ne s'attendait pas à ces mots-là, ni à être prise dans ses bras. Elle avait failli reculer... mais elle ne parvenait toujours pas à se mouvoir, et comme il avait prononcé ces mots qui résonnaient si étrangement à ses oreilles, elle n'avait pas bougé. Une vraie guerrière. Poigne de fer et douceur. "Personne ne l'a jamais vu..." Même C.C. avait tendance à l'oublier. Alors lui, comment faisait-il, hein ? Elle ne bougeait plus donc, dans ses bras. Elle était plus fragile qu'il n'y paraissait. Et il était sans doute plus fort qu'il ne le semblait, sans trop savoir comment, elle en avait la certitude.

It's my heart beat, it's getting much louder
My heart beat, is stronger than ever

Reprenons. Caem est un gentil Hufflepuff aux yeux bleus, un peu passif en regard de tout ce qu'il se passe autour d'eux, mais manifestement très perspicace. Killian est une fougueuse Gryffindor prête à en découdre avec un peu tout le monde et n'importe qui, qui cache son petit coeur derrière son armure. "Et maintenant ?" Bonne question, merci de l'avoir posée. Maintenant, il se recule, et elle lève vers lui un regard un peu inquiet. Juste trois secondes. Le temps qu'il attrape sa main et pose son front contre le sien. Sa main sur sa joue. C'est doux. Tendre. Calme. Apaisant. Tout comme sa voix.

Killian souriait. Un vrai sourire, juste tendre. Pas son sourire carnassier de prédateur ou de vainqueuse. Le truc qui n'arrivait vraiment pas souvent. Ils ne se connaissaient pas vraiment, mais là, maintenant tout de suite, elle devait bien avouer qu'elle s'en fichait éperdument. Il y avait bien une partie d'elle qui voulait tout effacer, par peur des conséquences. Il y en avait une autre qui voulait en profiter honteusement, aller plus loin, juste par plaisir, et pour tenir cette foutue promesse. Et puis il y avait juste le désir de garder un souvenir indélébile de ces quelques instants de plénitude qu'elle ne connaissait pas vraiment. Juste profiter un peu de cette douceur. Advienne que pourra ensuite. Mais lâcher prise, c'était vraiment difficile. Il la fixait, et elle se demandait ce qu'il pouvait bien voir sur son visage, et ce qui se passait dans sa tête à lui. Pour sa part, pulsion inexplicable et manque affectif, il y avait un peu des deux, à n'en pas douter, mais elle n'était pas prête de l'avouer. Et quand il posa à son tour ses lèvres sur les siennes, ce fut son tour, de nouveau, d'être submergée par la surprise.

Et après les avoir écarquillés un instant, elle ferma à son tour les yeux, savourant ce nouveau baiser. Encore un instant. Il s'écartait. Déjà ? Elle en était presque déçue. C'avait été comme ça la première fois ? Elle ne se souvenait plus. Le seul souvenir qu'elle gardait de son premier copain, ça avait été le sentiment de trahison quand C.C. lui avait révélé la supercherie. Il y avait bien dû y avoir de la douceur, de la tendresse, à un moment. Elle n'arrivait absolument pas à se le remémorer. Les suivants n'avaient été que des pulsions, des coups d'un soir, des visages sans importance. Et Paley... Ca avait été agréable, oui. Mais c'était différent, sans qu'elle puisse vraiment l'expliquer. Il souriait, encore et toujours, et elle le lui rendit, ce sourire simple, baissant les yeux un bref instant lorsqu'il reprit la parole avant de secouer légèrement la tête.

"On est quittes..."

Elle s'assit à son tour sur la table derrière elle, appuya ses coudes sur ses genoux et posa son menton sur sa main droite, fixant le russe sans presque ciller. Et maintenant ? Elle n'en savait absolument rien. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'il arrivait à toucher des cordes sensibles que même Paley n'avait pas décelé, qu'il avait compris des trucs que la plupart des gens n'imaginaient même pas, et que, chose plus surprenante encore, ça ne la mettait pas dans une rage noire. Personne n'avait gratté sous le vernis pour voir ce qu'il s'y trouvait. Et jusque-là, ça lui allait très bien comme ça. Ne pas se laisser avoir par sa gueule d'ange. Mais sérieusement, qu'est-ce qu'on pouvait faire contre ces deux eaux calmes et limpides ? Elle ne voulait rien attendre de lui, rien espérer pour ne pas se faire encore avoir. Mais étonnamment, elle avait le sentiment qu'elle ne risquait pas grand chose. Et puis c'était juste un baiser. Bon, deux. Juste quelques mots. Un peu de douceur. Même le silence n'était pas pesant. Et son rire apaisant. Et puis après tout, ils étaient deux adolescents, c'était des choses, normales, non ?

"J'aime bien tes baisers."

La stricte vérité. Et qui n'engageait à rien. Aucune idée de ce qui allait se passer après. Tout à l'heure, demain, dans une semaine... C'était trop loin.

A twist in my story...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mer 14 Déc 2011 - 16:22

La situation avait depuis bien longtemps échappé au contrôle de Caem. Il était totalement dépassé et en même temps, il n’avait jamais cherché à avoir le contrôle. Il s’était laissé faire embarquer sans savoir ce qui l’attendait, sans savoir quelle tournure tout cela allait prendre. Il n’avait jamais été spécialement manipulateur et encore moins lorsqu’il rencontrait quelqu’un. Il s’avérait même être parfois trop naïf. Ses amis en Russie se moquaient d’ailleurs toujours de lui. Le gosse à la gueule d’ange qui était capable d’avoir des pensées d’adultes et en même temps, se laisser avoir par un sourire, un air engageant. Jamais il ne s’était dit que Killian pouvait se moquer de lui. Pour lui, ce genre de pensées, c’était juste de la connerie pure et simple. A quoi bon vivre dans un monde si c’était pour ne même pas pouvoir faire confiance aux gens ? Si c’était pour s’isoler dans une bulle et ne croire que sa raison. Le jeune homme n’avait pas signé pour ça. Non, lui ce qu’il voulait c’était de l’action, du mouvement, des joies et même des déceptions si c’était le prix à payer pour vivre. Il savait maintenant qu’il était prêt à encaisser beaucoup de choses, que son sourire pouvait rester présent s’il pouvait de temps en temps se décharger un peu. Depuis son arrivée ici, il avait faillit péter les plombs une seule et unique fois et la présence de Zora lui avait sauvé la mise. A cet instant précis, il se sentait juste vivant. Les conséquences de ses actes ? Plus les secondes s’écoulaient et plus cela lui semblait absurde d’épiloguer là-dessus. Non ce qui comptait c’était sentir son myocarde battre. Se rendre compte qu’il pouvait s’affoler un peu de temps en temps et ne pas se contenter d’être de marbre. Il se rendait compte que sa bonne humeur n’était pas le seul état dans lequel il pouvait se trouver. Il prenait conscience que tout un panel d’émotions était en train de s’ouvrir devant lui et rien ne lui faisait plus plaisir. Surtout que Caem avait bien remarqué, avant d’embrasser Killian une seconde fois, le sourire qui était apparu sur le visage de la jeune femme. Ce sourire lui avait semblé tellement sincère qu’il était d’autant plus encouragé à continuer sur cette voix. Voir de l’espoir, de la joie même éphémère sur le visage des autres était sans doute sa plus belle récompense. Il ne demandait rien de plus au final, juste voir qu’il pouvait parfois, lui aussi amener de la légèreté chez les autres. Poursuivre cette ambition était sans doute l’une des choses les plus louables qu’il ferait dans sa vie, aussi il ne comptait pas abandonner de si tôt.

Le jeune russe se sentait donc parcouru d’une certaine allégresse. Il vivait, il se sentait bien. Il pouvait se rendre pleinement compte de cela à la petite mélodie qui trottait dans sa tête. Caem était un fan inconditionnel de musique et par conséquent, il avait toujours un morceau en tête. C’était comme si sa vie entière devait être rythmée de la sorte. Et à cet instant, c’était un mélodie simple, un chant russe qu’il adorait quand il était plus jeune. Un truc qu’il chantait quand il faisait le pitre dans la neige. Le fait que ces quelques notes lui reviennent alors à l’esprit le fit sourire, mais cette fois, ce n’était pas volontaire. Ce sourire lui avait totalement échappé, il ne se manifestait pas par habitude, non, juste d’un seul coup, il était venu se dessiner sur son visage. C’était sans doute la sensation qu’il préférait le plus au monde. Aussi, il fut légèrement surpris lorsque la jeune femme se rassit sur la table, dans une attitude qui semblait moins enthousiaste que précédemment. Le Poufsouffle la fixa donc, surpris, cherchant à avoir s’il n’y avait pas quelque chose qui clochait. Finalement, elle reprit la parole et l’adolescent fut plutôt rassuré. Amusé, il s’approcha alors et se planta juste en face d’elle.


« C’est une spécialité Russe… Tu comprends, on est les seuls à savoir embrasser réellement convenablement… »


Un petit air espiègle se dessina alors sur les traits de Caem. Bah quoi ? Il n’allait pas non plus être totalement sérieux en permanence. Et puis, il doutait fort que la jeune femme allait se blesser pour ça. Il ne l’avait pas dit méchamment, bien au contraire, sa petite réflexion lui avait plu et répondre ainsi était aussi un moyen pour lui d’éviter de fondre d’embarras. Il pouvait être un peu timide le garçon parfois… Caem replaça alors une mèche de cheveux de la jeune femme derrière son oreille et la regarda droit dans les yeux. Il mit alors ses mains dans son propre dos et reprit la parole.

« Mais il parait que les mecs sont des connards de manipulateurs. Alors tu vois, moi, je fais rien, je ne veux pas passer pour un rustre… »

L’adolescent recula alors de nouveau, l’air malicieux. Il jouait, pire qu’un gamin il était en train de s’amuser. Non pas dans le mauvais sens du terme, il en cherchait pas à tirer un quelconque profit de la situation. Seulement, il n’avait pas envie de voir cela d’un air grave. Il avait l’impression qu’avec l’arrivée des Supérieurs, chaque baiser devait être un terrible engagement, que chaque amitié devait être rigoureusement sérieuse. Pour lui, c’était l’ineptie la plus totale. Ces gens étaient des sadiques, ils ne voulaient qu’une chose : les faire arrêter de vivre. Pour lui, la meilleure façon de ne pas entrer dans leur jeu c’était d’être heureux. Afficher une jovialité permanente et leur prouvait que jamais ils ne pourraient avoir un pouvoir total. Entraver les corps peut être mais l’esprit, jamais. Caem faisait partie de ces gens qui louaient la liberté de pensée, l’art, les sentiments plus que la raison et la matière. Il préférait se satisfaire de la possibilité qu’il avait de rire, de pleurer et d’aimer plutôt que de désespérer pour les chaines qui lui entravaient les poignets. Il savait très bien que ce n’était pas forcément le mode de pensée de tout le monde, mais c’était sa façon à lui d’avancer, de garder la tête haute. Idéaliste pour toujours. D’autant plus au côté d’une charmante jeune fille. Caem avait donc exagéré son petit jeu en allant presque à l’autre bout de la pièce. Oui il était con et il en était même presque fier. Ce qu’il espérait au fond c’était revoir un sourire sur le visage de Killian et encore mieux, l’entendre rire. Mais il sentait bien qu’elle avait du mal à être pleine de joie, sans savoir pourquoi. Aussi, il était prêt à se contenter d’un sourire. Mais au temps viser la lune pour avoir au moins les étoiles.

Au fond de lui, Caem savait très bien que cet instant ne serait sans doute qu’un artefact. Une illusion de bonheur, qu’il ne changerait peut être pas son avenir, qu’il était juste entrain de frôler l’allégresse, qu’au final, il fonçait droit dans la gueule du loup pour se sentir plus vivant, pour recevoir de l’affection… Depuis son arrivée, depuis qu’il avait quitté ses amis, il ne s’était jamais plaint mais la solitude commençait à la peser. Là il avait l’impression qu’on s’intéressait un peu à lui. Oh certes, il était loin d’être affreux et de ce fait, il avait déjà senti des regards sur lui mais ça, il n’en avait rien à foutre. Les personnes le regardant ainsi en regardaient des dizaines d’autres de la même façon. Ce qu’il aimait, égoïstement, c’était savoir qu’il avait un traitement de faveur. Que pour quelques instants, il sortirait du lot, il serait Caem Kaliayev et pas un élève de l‘école parmi tant d’autre. Vivre et exister à la fois quand on nous demandait simplement de survivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mer 14 Déc 2011 - 20:15

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Killian ne gardait pas le contrôle sur beaucoup de choses. Elle était impulsive, sanguine, parfois violente et virulente. Quelqu'un qui se contrôle n'était pas comme ça, à son avis. Le seul truc qu'elle gardait enchaîné, c'étaient ses sentiments. Justement parce qu'elle avait déjà donné dans le genre je me fais avoir. Alors là, voilà, c'était bien joli tout ça, c'était très agréable, mais ça allait donner quoi ensuite ? "T'emballe pas ma grande, c'était qu'un baiser..." Caem avait vraiment l'air d'être un chic type, mais elle n'était clairement pas prête à se laisser aller une nouvelle fois. Autrement que physiquement, en tout cas. Quoi que même ça, elle se demandait si elle en serait capable. Elle avait bien réussi avec Paley... Bon sauf qu'il s'était bien foutu de sa gueule. Et que l'épisode d'avant, c'était Overton. Et avant ça, c'était seulement des histoires sans importance, même sa première fois. Alors... "C'est pas gagné..." Elle réalisait seulement qu'elle aurait sans doute encore bien du chemin à parcourir avant de pouvoir vivre quelque chose de normal avec quelqu'un en fait. Et lui, qu'est-ce qu'il attendait d'elle, en définitive ? Elle ne voulait pas lui donner de faux espoirs, ni laisser une mauvais impression. Et en même temps, elle n'avait pas envie de le planter là, maintenant, tout de suite. Pour un peu, elle en aurait même oublié tout ce qu'il se passait dehors, engoncée dans ses considérations frivoles.

Il avait même réussi à la faire sourire, c'était assez dingue. Même si là, maintenant, tout de suite, elle s'était posée, et le regardait avec un peu plus de réserve - Killian, réservée, on aura tout vu - elle ne pouvait pas nier qu'il lui plaisait. "Oui mais quoi maintenant ?" C'était une excellente question, à laquelle elle n'avait absolument pas de réponse. Mais bon Dieu, ce sourire ! Elle ne savait pas ce qui le motivait, mais ça lui allait bien. Et même s'il avait eu l'air surpris un instant, il s'était rapproché, planté juste devant elle, pour répliquer quelque chose qui lui arracha effectivement un rire. Léger, elle se posait bien trop de questions pour se laisser complètement aller, mais un rire quand même. Ca non plus, ça n'arrivait pas si souvent.

"Oh... C'est donc une spécialité russe... Et qu'est-ce que vous avez d'autre comme spécialités ?"

Intérieurement, elle essayait de se remémorer ce qu'elle savait du Hufflepuff. Et à vrai dire la réponse était... pas grand chose. Qu'il était arrivé à la rentrée débarqué de Russie. Et puis... "Mignon, joueur, et qui embrasse bien. Ca va pas loin..." Ca ne la rassurait pas plus que ça. Il n'avait pas la réputation d'être un connard fini, déjà, c'était toujours ça de pris. Mais les plus malins cachaient bien leur jeu. Quand sa main vint replacer une mèche de cheveu derrière son oreille, elle chercha dans sa mémoire qui avait bien pu avoir ce type de geste par le passé. Elle n'arrivait absolument pas à s'en souvenir. Un de ceux qui n'étaient passé qu'une nuit dans sa vie ? Peut-être...

Elle l'écouta encore, et le regarda s'éloigner. Son regard s'était assombri. S'il savait... ce qu'il venait de dire réveillait de mauvais souvenirs. Et elle se demanda s'il avait prononcé ces mots à dessein ou non. "Des connards de manipulateurs... tu sais pas à quel point t'es dans le vrai, Caem..." Et si ce sourire, cet air malicieux, ces grands yeux bleus cachaient un coeur fourbe ? Ce n'était même pas la faute des Supérieurs si elle était sur la défensive comme ça, c'était sans doute le comble. Et peut-être que sa tendance à vouloir leur rentrer dans le lard découlait de son incapacité à se battre contre ses propres démons. Affronter un autre problème et enterrer celui qu'on ne sait pas résoudre. C'était malheureux, mais pour le coup, là, elle n'avait plus vraiment envie de rire. Ni de jouer. Il attendait, à l'autre bout de la pièce. Il attendait... quoi ? Focalisée sur une manipulation potentielle, elle en oubliait ce qu'il avait dit d'essentiel.

Il lui fallut un petit instant pour se remettre exactement sa phrase en mémoire. Passons les connards, l'essentiel n'était pas là (n'est-ce pas ?). Il ne faisait rien, pour ne pas passer pour un rustre... Elle laissa échapper un soupir, et descendit de la table, pour se rapprocher de lui. Son visage, pourtant, reflétait son malaise. On était loin du sourire, du rire plus encore, qu'il espérait.

"Le problème..."

Elle s'approcha quand même, de sorte à être tout près de lui, son visage près du sien. Pourquoi ? Elle n'en savait absolument rien, elle en avait envie, c'est tout. Et si c'était encore une connerie, elle réagirait quand elle en aurait la certitude. Ca serait dommage, cela dit, son poing dans sa belle petite gueule d'ange, ça ferait désordre.

"C'est que les filles qui n'attendent pas ont tendance à faire peur."

Elle en savait quelque chose, elle était de ce genre de filles. Et puis même si lui n'en avait peut-être pas entendu parler, elle avait sa réputation de fille facile parmi les mecs de l'école. Ceux dont elle avait honteusement profité pendant plusieurs années. A quand le moment où il le saurait, lui aussi ? Son regard restait rivé dans le sien, comme si elle avait voulu y lire, y décrypter ses réactions. Ne pas en perdre une miette. Elle resta immobile, attentiste, sa respiration presque calée sur son rythme à lui. Elle restait partagée entre ses doutes, ses craintes, et l'envie de profiter de ces quelques instants qu'ils partageaient et qui égayaient un peu leur morne quotidien. Et en même temps, elle ne voulait pas en attendre trop, de peur d'être encore déçue. La peur, toujours. Elle vivait avec depuis tellement longtemps, en fin de compte. Elle luttait pour qu'on ne le sache pas, pour que personne ne le comprenne et ne s'en serve. Pourtant elle avait peur, oui, d'être blessée encore. Les prochains jours seraient plus terribles qu'elle l'imaginait cependant, et il n'y serait absolument pour rien.

Un nouveau baiser. Plus fougueux, plus passionné. Ses mains étaient venus agripper le col de sa chemise au passage. Il n'y avait que les russes, donc, qui faisaient ça convenablement ? Elle sentit son coeur battre un peu plus vite. Stupide organe, tiens ! C'était complètement idiot, il n'y avait rien entre eux que ce jeu de gamins. Qu'ils étaient, sans doute, encore un peu, à vouloir prouver à l'autre qui était le plus doué en la matière. Ou était-elle la seule à le chercher ? Ses mains glissèrent sur son torse comme elle s'écartait légèrement. Et encore un instant, ses prunelles dorées se perdirent dans les eaux tranquilles de son regard. Elle les détourna quand elle sentit une vague de tristesse l'envahir.

"Je suis pas une fille bien."

"Certainement pas une fille pour toi." Sa voix n'était qu'un murmure. Elle recula, battant en retraite, encore en proie à des émotions contradictoires. Elle avait tout autant envie de continuer à jouer que d'oublier que cette rencontre avait jamais eu lieu. Il avait dit, vu des choses qu'elle ne pensait pas qu'on arriverait un jour à déceler, en tout cas pas maintenant, et en même temps, il ignorait tout d'elle. Et c'était aussi bien, il ne risquait pas de se servir du reste contre elle. D'un autre côté, une part d'elle aurait bien voulu pouvoir se raccrocher à ses prunelles azurées, de temps en temps. Mais de quel droit, hein ? Il avait certainement autre chose à faire. Pire : on pourrait se servir de lui pour l'atteindre elle, à force. La porte était bien verrouillée, hein ? Personne ne devait savoir, personne ne saurait. Sans doute pas même C.C., puisque ça faisait un moment qu'elle ne lui parlait pas. Il faudrait sans doute qu'elle remédie à ça, d'ailleurs.

Elle se retourna, pour ne plus voir son visage, de peur de changer d'avis, encore. Qu'il ne la retienne pas. Ou si. Elle ne savait pas bien ce qu'elle voulait, et gagna la porte qu'elle déverrouilla en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Mer 14 Déc 2011 - 21:37

Si les russes avaient d’autres spécialités ? Oh oui, des dizaines. Caem avait toujours gardé une certaine fierté envers ses origines. Bien qu’il ne soit qu’à moitié de ce grand pays, il y avait vécu la majeure partie de sa vie. Et aussi et surtout, c’était le pays de sa mère à la base. La neige, les steppes, tout ça, c’était pour lui la plus belle chose au monde. Bien qu’il ne regrette pas d’avoir pu découvrir le Royaume-Unis, au-delà du climat actuel dans l’école, il se prenait parfois à rêver qu’il rentrait chez lui. Certes il y avait ses amis qu’il avait envie de revoir mais son plus grand manque était celui de la terre. Pouvoir sentir ce vent si particulier, cette odeur qu’il associait directement à la Russie. Juste quelques instants se perdre dans cette grande étendue, partir se balader en forêt, se couper du monde et ensuite rentrer se réchauffer ou se rafraichir selon la saison. Juste, se sentir chez lui. Ici il lui manquait des repères. Non pas ceux de la langue, cela lui revenait très facilement, la culture ça allait aussi mais cette foi qu’il ne voyait pas ici… La foi qui avait animé les révolutionnaires russes, la foi qui avait fait de son peuple un des plus opprimés et pourtant, un peuple fier et inspiré. Il ne se leurrait pas sur l’état politique de la Russie et se prenait même parfois à comparer le régime qui sévissait là-bas avec celui qui était en place dans l’école. Mais au moins, quand il se promenait, il pouvait voir dans les yeux de certains cette force douce. Derrière les rustres, derrière les enfants, il voyait toujours un éclat d’espoir. C’était ce qu’il avait perdu en arrivant ici et il n’aspirait qu’à retrouver ça. Il se demandait encore comment il faisait pour avancer sans. L’espoir c’était sa drogue. Il avait beau être fort, seul il ne pourrait pas avancer éternellement. Caem avait besoin de voir chez les autres s’éveiller une lueur. Le petit rire que Killian avait laissé échapper lui avait rappelé tout ça. Il s’était alors sentit d’autant plus léger, comme s’il avait réussi à accomplir quelque chose de bien. Le jeune homme avait donc continué dans sa lancée, laissant sa bonne humeur parler à sa place. Pourtant, il y avait eu un changement soudain dans le regard de la jeune femme. Il ne savait pas ce qu’il avait dit de mal, mais quelque chose dans les paroles du Poufsouffle n’avait pas laissée Killian indifférente. L’adolescent eut alors envie de revenir en arrière et pourtant il n’en fit rien. Il ne savait pas ce qui n’allait pas dans ce qu’il avait dit et tous ses propos avaient été prononcés avec la plus grande innocence aussi il était difficile de modifier une erreur quand on ne savait même pas d’où elle provenait…

Caem resta donc quelques instants plongé dans l’incertitude lorsque la jeune femme se leva et commença à s’approcher de lui. Son sourire avait de nouveau totalement disparu, pire, le russe avait l’impression qu’il n’avait jamais été là. Il trouvait cela triste mais ne dit rien, la regardant toujours avec autant d’attention. Il attendait patiemment qu’elle parle. Et elle le fit. Ce qu’elle dit surprit totalement le sorcier. Quelque part, elle n’avait pas tord. Le regard que l’on portait sur les filles était souvent bien plus sévère que celui qu’on accordait aux garçons pour ce genre de choses. Mais l’adolescent pour sa part n’était franchement pas du genre à juger les gens. Il n’avait jamais pris en compte les rumeurs et n’aimait pas se faire un avis sur quelqu’un sans même le connaitre. C’était trop facile de reprendre pleins d’histoire sur quelqu’un pour ensuite l’enfoncer à loisir. Aussi, si une fille prenait les initiatives, cela ne le dérangeait pas plus que ça. Et apparemment Killian avait comprit le message. Elle vint l’embrasser, s’accrochant à son col. Le baiser était moins doux que les deux précédents et pourtant, Caem se laissa embarquer sans rechigner. Il y avait quelque chose de plus passionnel dans cet échange. Son myocarde recommença à lui jouer des tours mais il n’y prêta pas attention, non il préférait laisser son cerveau un peu embrumé, ce n’était pas le moment idéal pour réfléchir. Cependant, aussi soudainement qu’elle l’avait embrassé, la jeune Gryffondor se recula, laissa au passage ses mains glisser sur le torse du russe ce qui le fit légèrement frissonner, imperceptiblement. L’adolescent fut assez surprit cependant du nouveau changement dans l’attitude de la sorcière. Elle le regardait avant de se détourner. Quelque chose clochait, son regard le hurlait. Et la phrase fatale tomba. S’il avait été impulsif, Caem se serait très certainement énervé. C’était le genre de mots qu’il n’aimait pas du tout entendre. Mais le pire était à venir. Après avoir lâché cette véritable bombe à retardement, Killian se dirigea vers la porte d’entrée qu’elle venait de déverrouiller. Cela ne fit qu’un tour dans l’esprit du jeune homme. Il sortit sa baguette à son tour, d’un geste vif et verrouilla une nouvelle fois la porte sans cependant prononcer le moindre mot. Puis, à grandes enjambées, il rattrapa la demoiselle. L’enserrant par la taille, derrière elle, il posa la tête contre la sienne.


« Pas si vite… »


Caem tenait le dos de Killian contre son torse et il prit quelques secondes pour réfléchir. Il ne pouvait pas la laisser partir comme ça, pas sur une telle phrase. Si elle avait juste envie de s’en aller, il n’y avait pas de problème mais qu’elle ne lui dise pas un truc pareil. Et si quelque chose la dérangeait alors il valait mieux parler plutôt qu’elle retourne s’enfermer dans sa carapace. Mais le jeune homme avait aussi peur de mal choisir ses mots et de la braquer plus qu’autre chose. Aussi la maintenant toujours contre lui, délicatement mais tout de même assez fermement, il reprit la parole.


« Rassure toi, je ne te fais pas prisonnière, ce n’est pas vraiment mon genre. Seulement avant de te laisser partir si c’est vraiment ce que tu veux, tu dois me prouver ce que tu avances. Tu n’es pas une fille bien ? Prouve le, fais moi accepter cette idée et je te laisserai t’en aller… »


Caem avait parlé d’un ton toujours aussi calme. Certes son sourire avait disparu et cela n’avait plus rien à voir avec son côté déconneur qu’il avait dévoilé quelques instants auparavant. Cependant, il ne s’était pas énervé, il avait contrôlé chaque intonation justement pour que son discours soit le plus zen possible. Il lâcha alors Killian et alla se placer contre la porte. Lui bloquant alors la route et pouvant ainsi voir plus aisément ses réactions. Il se remit à la sonder de son regard bleu. Certes, ses yeux trahissait son côté intrigué pourtant, il ne s’agissait en aucun cas d’une curiosité malsaine. Son but n’était pas d’aller fouiller au fond d’elle-même contre son accord. Non, ce qu’il voulait c’était exorcisé ce truc qui l’empêchait de se laisser aller un minimum. On a tous nos peurs et nos souffrances, il n’avait aucun doute là-dessus, on a tous nos blocages cependant pour lui, chacun devait pouvoir profiter d’un minimum de chose. Et l’amusement, l’emballement émotionnel, cela en faisait partie.

« On est jamais objectif envers soi-même. On se dévalorise souvent, même les plus grands vaniteux se trouvent des défauts sauf qu’ils ne le montrent pas. Ce n’est pas parce que tu as été blessée, que tu as peut être fait des conneries que tu n’es pas une fille bien Killian… »

Le Poufsouffle avait parlé d’une voix encore plus douce, presque même sur un ton plus bas que précédemment. Désormais, il se promit de ne plus rien dire avant d’avoir une réponse. C’était maintenant à elle de faire son choix et même si elle décidait de partir sans explications, au fond, il ne la retiendrait pas, même si elle n’avait pas besoin de savoir ce petit détail… Caem n’était pas du genre à obliger qui que ce soit à parler, il voulait aider certes et Killian l’avait touché mais il ne pouvait pas aller contre sa volonté. Il n’avait pas plus de pouvoir ou d’importance qu’elle. Il était en position de faiblesse sur ce coup et il ne lui restait plus que l’attente. Cruelle attente. Il avait toujours détesté ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Jeu 15 Déc 2011 - 0:05

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Bon Dieu que c'était compliqué ! Caem n'était pas un mauvais bougre, et il ne ressemblait pas vraiment à tout ce qu'elle avait connu... ce qui n'était pas un mal d'ailleurs, il fallait bien l'avouer. Ou justement était-ce ce qui la chagrinait ? Elle ne savait pas où elle allait, et ça rendait les choses particulièrement difficiles pour elle qui s'était jurée de se protéger. Marcher en terrain inconnu, ça n'arrangeait pas ses affaires. Et en même temps... et bien il ne ressemblait pas non plus à ceux qui lui avaient fait du mal. Ce qui, donc, lui faisait marquer des points. Peut-être que lui, ne lui ferait pas de mal. Mais se poser la question, c'était déjà se mettre en danger, et elle n'aimait pas ça. C'est pourquoi elle fuyait. Elle l'avait embrassé, parce que oui, c'était super agréable, ça, c'était indéniable. Quelque part, elle en avait un peu profité, mais il n'attendait que ça, ça n'était pas un mal, n'est-ce pas ? Et puis voilà, elle partait, on allait en rester là et chacun reprendrait sa petite vie comme avant...

Ou pas. Elle n'avait pas eu besoin de tourner la tête vers lui pour comprendre qu'il venait de faire ce qu'elle venait de défaire et elle tressaillit quand il la prit par la taille. Pas si vite. Elle s'était figée, effectivement, là, elle n'allait pas aussi vite qu'elle l'eût souhaitée. Elle avait envie tout à la fois de hurler et de le gifler que de l'embrasser à nouveau. Sa tête contre la sienne. Pourquoi ne laissait-il pas tomber ? "Je vais nous faire du mal à tous les deux. Et je veux pas souffrir encore... Et toi non plus tu veux pas ça..." Personne, à moins d'être masochiste, ne souhaitait avoir ce genre de douleur. Et surtout pas elle. Partir... Mais il la tenait contre lui. Un instant, elle faillit se débattre, le repousser. La violence, elle était capable d'en faire preuve, il avait sans doute déjà dû en entendre parler. Mais sa voix... il y avait quelque chose de... elle ne savait pas l'expliquer. Juste, elle avait beau avoir envie d'être n'importe où sauf là - pas dans ses bras, ça n'était pas ça le problème, mais loin de ses questions - elle n'arrivait pas à bouger.

Partir. Oui c'était ce qu'elle voulait. Ou pas ? Il la laisserait faire... Si elle lui expliquait. Qu'elle lui donne une bonne raison ? Des raisons, il y en avait des milliers... ou aucune. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui dire, hein ? Qu'est-ce qu'elle se sentait capable de dire ? Tout et rien à la fois. Et il s'écartait. C'était ce qu'elle voulait. Qui l'a libère, qu'il la laisse fuir... alors pourquoi ne bougeait-elle pas ? Il lui barrait la route, mais ça n'était pas ça. L'absence de ses bras créait comme un manque, un vide qu'elle avait presque envie de combler. Ce contre quoi elle luttait. Non, elle n'était pas capable de se laisser aller. Mais il ne pouvait pas le comprendre, évidemment.

"T'as dû entendre des choses... Et je pense que la plupart sont vraies. Je suis une bagarreuse, une emmerdeuse, une grande gueule, et une fille facile. Je prends ce que je veux, quand je veux, et je laisse personne décider à ma place."

Dresser un portrait désagréable. Qu'il la voie sous son mauvais jour. Ca devrait être facile. Ca faisait mal, pourtant. "Je suis pas que ça..." C'était pourtant ce qui lui venait le plus facilement à l'esprit. Et là, maintenant qu'elle lui faisait face, c'était encore plus dur. Soutenir son regard, rien que ça, c'était difficile. Et quand il reprit la parole, ce fut pire encore. Il mettait le doigt là où ça faisait mal. Oui elle avait été blessée. Oui elle avait fait des conneries. Mais elle ne comptait pas lui en parler. Pas maintenant. Pas comme ça. Il ne la connaissait pas. Il n'avait pas le droit d'en savoir, d'en comprendre autant.

"Tu me connais pas. Et je te connais pas. Tout ça... Tout ça, c'est rien, ça compte pas."

C'était archi-faux, et elle le sentait bien en le disant. Il avait réussi à la faire rire, à l'attendrir. Elle avait eu envie de l'embrasser, et elle avait même aimé être dans ses bras. C'aurait été tellement plus simple si ça n'avait pas été le cas. C'aurait été tellement plus simple si elle avait réussi à dire qu'elle ne voulait pas le connaître. Si elle avait fait comme avant, en fait, quand elle l'avait embrassé. Ca aurait évité tout ça. Sauf que voilà, elle n'était pas fourbe, louvoyante. Elle avait toutes les peines du monde à mentir. Elle était franche, oui, comme un coup de poing dans la gueule, et si elle avait réussi à faire croire à Paley qu'elle ne l'aimait pas, c'était parce qu'elle avait tout misé sur la taquinerie, à outrance. Et on voyait bien où ça l'avait menée.

Curieusement, pas un instant le souvenir de la Overton n'avait refait surface. Ca n'était pas ça, le plus difficile à passer, sans doute parce qu'elle n'avait, à aucun moment, eu l'impression d'être forcée à quoi que ce soit. Ca s'était fait naturellement. Est-ce qu'elle pouvait s'y fier ? Ca lui avait semblé naturel aussi, quand elle s'était faite avoir la première fois. Ca lui avait semblé naturel aussi, avec Paley. Et ça s'était mal terminé. Pas encore. Pas une nouvelle fois. Elle ne voulait pas revivre ça.

Si seulement elle avait pu faire comme avec le Raven. Ne m'adresse plus jamais la parole, et s'y tenir. Rompre tout contact pour éviter les explications. Elle n'y arrivait pas, et de fait, lui au moins, il n'avait rien fait de mal. Elle ne savait pas ce que Paley avait fait, mais il avait fait du mal à sa soeur, et ça, c'était impardonnable. Caem lui, il avait juste été... Adorable. Elle ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Et elle le fixait, tant bien que mal, les yeux peut-être un peu trop brillant. Hors de question pourtant de se laisser aller, de céder à son coeur qui s'affolait toujours. On avait vu où ça l'avait menée jusque-là.

"Laisse-moi partir, s'il te plaît."

"Avant que je retombe dans tes bras..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1891
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Jeu 15 Déc 2011 - 20:39

Caem écouta Killian faire sa petite démonstration sans réagir. Pourtant au fond, des dizaines de répliques lui venaient en tête. Première, il se fichait de ce que les autres disaient, ensuite dans le portrait qu’elle donnait, il voyait surtout une fille entière qui cherchait à le faire fuir. Personne ne montrait ses défauts aussi ouvertement sauf volontairement. Dans le désir d’attendrir ou de faire fuir. Ici la deuxième solution lui semblait être la plus évidente. Mais comment pouvait-il se fier à ça ? Lui il n’avait pas remarqué ce côté d’elle jusque là. Un peu si, sur certains point, mais il avait vu aussi quelqu’un de tendre d’agréable qu’il ne comptait pas laisser partir sur des explications aussi bidons. A vrai dire, le jeune homme avait du mal à penser qu’elle puisse le trouver assez naïf pour se contenter de ça. Non seulement cela ne faisait pas d’elle une mauvaise personne mais aussi surtout, cela se sentait à dix kilomètres qu’elle avait volontairement éludé toute une part d’elle-même. Si l’adolescent avait bien une qualité c’était qu’il était un minimum capable de comprendre les gens. Certes il n’avait pas toujours raison, mais il savait reconnaitre le bon même chez eux qui faisaient tout pour le cacher. Et chez Killian le bon était trop évident pour qu’il décide de passer outre. Alors certes, elle eut raison quand elle déclara qu’ils ne se connaissaient pas. Oui, ils venaient juste de se rencontrer et par conséquent il y avait forcément encore bien des mystères à percer mais encore une fois, ce n’était pas un argument valable à son avis. Ne pas être impulsif. Caem n’était pas comme ça, il n’aimait pas réagir au quart de tour même s’il aurait eu bien des choses à dire. Elle prétendait que ce qu’elle venait de dire faisait d’elle une mauvaise personne ? Et partir faire la fête en laissant sa mère agoniser, n’était-ce pas pire ? Mais répondre ça n’arrangerait en rien les choses. Le Poufsouffle refusait de passer toute sa vie sur le passé. Certes, c’était important de garder en tête ses erreurs en tête sans pour autant se refuser à la vie pour ça. Il fallait avancer, même quand ce n’était pas facile. Devenir plus fort plutôt que de s’enfermer. Ce qu’il voyait là, en face de lui, c’était quelqu’un qui n’arrivait pas encore à avancer pleinement. Il ne savait pas ce qu’elle avait vécu mais en tout cas, elle faisait un blocage certains pour se déprécier ainsi. Comment pouvait-il décemment la laisser partir là-dessus ? Caem ne voulait pas aller contre sa volonté mais là, il n’était pas d’accord. Puis, le moment qu’il redoutait arriva. Elle lui demanda de la laisser. Le jeune homme baissa alors la tête, réfléchissant, fixant le sol comme s’il allait lui donner l’inspiration divine. Il s’était dit qu’il la laisserait partir si elle le souhaitait vraiment mais il n’arrivait pas à être convaincu, non il n’y arrivait vraiment pas.

« Je suis pas convaincue. Je ne vois pas en quoi tu n’es pas une fille bien. Je crois plutôt que tu préfères te voiler la face. Mais je suis pas un tortionnaire. Je ne peux pas t’empêcher de faire ce qu’il te plait… »

Caem releva alors la tête et sourit de nouveau. Il était partagé. Bouger ou ne pas bouger ? Non. Il n’avait pas le droit de la laisser comme ça. Ce n’était même pas de lui qu’il était question. Elle ne pouvait pas continuer à se faire des films. Elle devait ouvrir les yeux. On fait tous des erreurs, on a tous notre part d’ombre mais merde, on n’est pas des monstres pour autant ! L’adolescent s’approcha alors de Killian et ne cherchant même pas à lui demander son avis, il l’embrassa une nouvelle fois. Cette fois, il n’avait pas envie d’arrêter ce doux contact trop vite alors il le prolongea, autant que possible. Puis, lorsqu’il dû finalement lâcher ses lèvres, il lui tint le menton pour la forcer à le regarder dans les yeux. Son regard à lui était plus ferme que précédemment. Il avait envie de lui hurler d’ouvrir les yeux, d’arrêter de jouer à ça, qu’elle se faisait encore plus de mal avec un tel comportement. Mais il n’avait pas le droit. C’était sa vie, son avenir, ses décisions. Il respectait ça. La liberté était sans doute son bien le plus cher alors il refusait d’en priver qui que ce soit. Même s’il avait parfois cette intime sensation d’avoir raison. Même s’il se disait que laissait quelqu’un dans une erreur aussi meurtrière était encore pire, il n’avait pas le droit d’enchainer qui que ce soit. Surtout pas Killian. Cette fille respirait la liberté à cent mètres, elle en avait clairement besoin.


« Si tu pars, fais moi au moins une promesse… Une seule. Promets-moi de réfléchir, de te convaincre que tu es quelqu’un de bien et t’avancer coûte que coûte… »


Tout s’agitait dans la tête de Caem. Il ne voulait pas la laisser partir. Au fond, c’était clair et net, lui voulait qu’elle reste, la prendre dans ses bras encore une fois. Sa solitude semblait enfin s’être rompue. De plus, il n’aimait pas les gens trop parfaits, cela lui rappelait à ses propres erreurs. Voir quelqu’un de pleinement vivant avec des défauts et des qualités, quelqu’un ayant déjà expérimenté le trouble, l’erreur. C’était de ça dont il avait besoin pour se sentir bien. Être avec des humains. Pas des robots comme ceux qui se mettaient à envahir les couloirs de l’école. Des robots qui faisaient tout pour ne pas avoir d’emmerdes, un peu comme lui quelque part. Sauf qu’il était bien plus border-line que ceux-là. Il avait besoin qu’on le remue… Mais ça, il ne l’avouerait pas. C’était Killian le sujet numéro un, celle dont il devait s’occuper. Quelqu’allait être leur relation dans le futur, il avait compris qu’il n’arriverait pas à la laisser toute seule. L’adolescent prit finalement une respiration et alla s’asseoir sur le rebord de la fenêtre. Il ressortit sa baguette et défit le sort qu’il avait enclenché précédemment. Il se concentra ensuite sur l’extérieur. Il n’avait pas la force de la regarder, sans trop savoir pourquoi. Cette fois, il devait la laisser choisir et il avait un peu peur de son choix.


« Voilà, maintenant tu es libre…. »


Killian avait désormais toutes les cartes en main. C’était totalement indépendant de la volonté du jeune homme. Il n’était plus qu’un simple spectateur. Un gamin effrayé qui préférait fermer les yeux devant une scène terrifiante plutôt que de l’affronter en face. Caem devait lâche. Il en avait honte, il se faisait un peu pitié pour le coup. Il aurait dû rester en face d’elle, lui sourire et la laisser partir sans ciller, en gardant cet air agréable et serviable. Mais il avait préféré s’asseoir là où il trouvait toujours son repos. Près d’une fenêtre. Regarder l’extérieur et attendre que tout se décide. Après tout, ce n’était pas si mal non plus, au moins il n’allait pas l’amadouer avec un air de chien battu. Mais bon, il n’était même plus convaincu par ses propres agissements. Et puis merde, maintenant c’était fait, ça ne servait à rien de se dire qu’il aurait dû faire autrement. Tant pis, c’était ainsi. Alors il laissa une mélodie se former dans sa tête. Moyen numéro deux pour se détendre. Quelques notes dans la tête et le temps lui semblait moins long. L’attente lui semblait moins dure. Juste quelques notes dans la tête pour ne pas avoir à affronter tout ça. Quelques notes…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3684
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   Jeu 15 Déc 2011 - 21:47

~ Everything Fades To Gray ~
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Il ne bougeait pas, il ne disait rien, il ne montrait rien. Soit il s'en fichait réellement, soit il était plus fort qu'elle pour masquer ses émotions. Et elle penchait plutôt pour la deuxième solution. Et il avait raison, elle cherchait à le faire fuir. L'éloigner pour éviter d'avoir encore envie du contact, de sa douceur, de son sourire. De ses si beaux yeux bleus et... Putain Killian, tout mais pas ça... ! Il ne manquait plus que ça. Objectivement, elle se rendait bien compte qu'il lui faisait de l'effet, et plus même que Paley. Et c'était bien ce qui la terrorisait. Avec Paley, elle avait mis des années à accepter de se dévoiler, et ça n'avait même pas commencé que c'était déjà fini. Mort et enterré. Et là, c'est son coeur qu'elle aurait voulu enterrer. Pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas s'arrêter de battre deux minutes ? C'était trop fort, entêtant. Ca l'empêchait de réfléchir correctement.

Ils ne se connaissaient pas, c'était vrai. Et elle ignorait donc par quels moments difficiles il était lui-même passé, aveuglée par les siens. Si futile à côté, en réalité... Elle ignorait, et le fixait tant bien que mal, priant pour qu'il la laisse partir. Allez quoi, elle avait même dit s'il te plaît... Il avait baissé la tête, ce qui lui donnait un air un peu penaud encore plus craquant. Bon Dieu ! Est-ce qu'il y avait une chose qu'il faisait, ou ne faisait pas, qui n'était pas séduisante ? Et comment ne l'avait-elle pas remarqué avant ? Avant Paley, avant la Overton ? Enfin... Elle l'avait remarqué, comme elle voyait tous les beaux mecs du bahut. Et oui, elle s'était dit que, un soir, comme tous les autres, lui pourquoi pas. Est-ce que ça n'aurait pas été plus simple ? Juste un moment ensemble, et on reprend chacun nos vies le lendemain ? A le voir l'empêcher de sortir aujourd'hui, elle doutait que c'eût pu se passe ainsi. Et en définitive, elle n'était pas complètement certaine qu'elle n'eût pas regretté de n'avoir que ça. Rien que pour son sourire, déjà. Qu'elle avait parfaitement réussi à effacer, bravo Killie.

Il lui répondait, donc. Pas convaincu. Et sans doute qu'il avait raison, mais pourquoi fallait-il qu'il soit si clairvoyant ? Quelque part, elle était plutôt contente qu'il eût la tête baissée à cet instant, parce que son regard l'eût sans doute trahie. Alors voilà, il la laissait partir. C'était ce qu'elle voulait, pourquoi ça ne la satisfaisait pas ? De nouveau son regard et son sourire à fendre le coeur. Il se rapprocha dangereusement. Et l'embrassa de nouveau. Son coeur allait exploser. Elle voulait le repousser, lui dire que ça s'arrêtait là, qu'elle partait, mais elle en était incapable. Dans sa tête, une voix hurlait "Non !" pourtant ses mains se levèrent, prête à enserrer la taille du jeune homme, lentement, très lentement. Elle n'osait pas. Chaque mot qu'elle prononçait, chaque geste qu'elle faisait semblait être une erreur de plus. Partager ce baiser en était sans doute une encore. Pourtant elle en mourrait d'envie, et elle n'arrivait pas à s'en empêcher. Combien de temps, à savourer ses lèvres sur les siennes ? Elle était bien incapable de le dire, pas complètement abandonnée à ce baiser pour autant, partagée entre ses sentiments contradictoires. Et finalement, elle se fit violence pour se détacher de lui. Alors il saisit son menton, l'obligeant à le regarder droit dans les yeux. Et ce qu'elle y vit n'avait plus rien à voir avec tout ce qu'elle avait pu y lire précédemment. Et c'était peut-être plus difficile encore de soutenir ce regard-là que les précédents.

"Si tu pars"... Il espérait donc qu'elle n'en ferait rien ? Mais est-ce qu'elle était capable de rester là, près de lui ? Qu'est-ce que ça donnerait si elle restait ? Demain, dans une semaine, dans six mois... A quel moment ça allait faire mal, encore ? C'était déjà une torture, le pire restait à venir. Elle en oubliait le meilleur... Quant à lui promettre... Est-ce qu'elle en était capable ? Réfléchir. Ca n'était pas si difficile que ça, et tout bien pensé, elle ne s'estimait pas (encore) si détestable. Elle se protégeait, de manière maladroite, peut-être, et c'était ce qui la poussait à dresser un portrait aussi peu engageant d'elle-même, mais au fond, elle n'avait pas si peu confiance en elle. Alors elle pouvait bien lui promettre, si c'était ce qu'il voulait, ce ne serait pas vraiment une promesse en l'air. De toute façon, elle n'avait qu'une parole. Elle ne promettait pas s'en se tenir à sa promesse. Même quand les gens disparaissaient. Celle faite à Mandrake en serait bientôt une preuve supplémentaire.

Il s'écartait, lui rendant sa liberté, rouvrant même la porte qu'il avait fermée un peu avant. Et il s'installa près de la fenêtre. Hésitante un instant, elle se retourna pour l'observer un instant. Libre. Elle était libre. Elle pouvait partir. Et pourtant elle ne bougeait toujours pas.

"Je..."

Voilà qu'elle avait de nouveau du mal à parler. Vraiment pathétique. Il ne la regardait plus, et ça lui faisait mal au coeur. Elle fit craquer ses phalanges et serra les poings. Dans son dos, elle détailla sa silhouette, comme si elle avait voulu la graver dans sa mémoire. Et puis elle inspira profondément.

"Y a plein de choses que je peux pas promettre. Mais ça je peux. Je peux réfléchir. Et je peux continuer à avancer. Je peux même te faire une autre promesse. J'oublierai pas."

Chaque mot lui coûtait. Pourtant pas un n'était pas dit sincèrement. Elle n'oublierait pas. Parce qu'elle avait aimé ces quelques instants, malgré tous les doutes et les craintes, parce qu'elle aimait ses baisers et son sourire et ses yeux et sa voix. Parce qu'elle savait qu'elle allait regretter ce qu'elle allait faire. Et qu'elle avait tout autant peur de regretter de ne pas le faire. Elle ouvrit la bouche, hésita à rajouter quelques mots mais rien ne lui semblait cohérent, tout ce qui lui passait par la tête lui paraissait vide de sens. Alors elle reprit sa besace là où elle était restée, et tourna les talons. Partir, vite. Avant de changer d'avis. Elle n'imaginait pas encore que même cette promesse faite sincèrement allait être si difficile à tenir. Parce qu'avancer, elle ne tarderait pas à arrêter de le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Everything Fades To Gray   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everything Fades To Gray
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le portrait de Dorian Gray
» D.Gray-man spirit
» Parce que je savais où tu te trouverais || Aaron Gray
» Loann C. Gray | Sean O'Pry
» Infiltration navale [Gray + Juvia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Sixième Etage. :: ─ Salle d'Arithmancie-
Sauter vers: